Navigation – Plan du site
Articles

La métropolisation à Hanoi : un éclairage par les croissances et dynamiques urbaines

Metropolization in Hanoi : An Understanding by Urban Growth and Dynamics
Nguyen Quan Son
p. 123-143

Résumés

La ville de Hanoi a connu en 2008 une extension de son périmètre administratif en intégrant un vaste territoire comprenant la province d’Hà Tây, le district Mê Linh de la province de Vĩnh Phúc et quelques districts de la province de Hòa Bình. Cette recomposition territoriale laisse apparaître des dynamiques métropolitaines tant sur le plan économique que démographique et spatial. En mettant l’accent sur une approche quantitative ainsi qu’une analyse cartographique, nous envisageons de présenter l’ensemble de ces dynamiques métropolitaines actuelles afin de mieux comprendre les spécificités de la métropolisation à Hanoi. Nous nous appuyons principalement sur des données du General Statistics Office (GSO) et du Hanoi Statistical Office (HSO). Les analyses montrent que la métropolisation à Hanoi se caractérise non seulement par une croissance économique et une surconsommation de l’espace urbanisé dans un contexte de forte croissance démographique, mais également par une spécialisation fonctionnelle de l’espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la métropolisation au Vietnam fait l’objet de nombreuses recherches depuis ces dernières années. Si la métropolisation dans les villes du Sud Vietnam est abordée depuis longtemps par les chercheurs étrangers (Wust 2000 ; Bour 2008), ce processus n’est étudié que récemment dans les villes moyennes (Franck et al. 2012) et à Hanoi (Quertamp 2010 ; Söderström et al. 2010 ; Fanchette et al. 2011). Compte tenu du fait que ce processus est strictement lié à divers problèmes politiques, socio-économiques, spatiaux, démographiques et environnementaux, chaque chercheur a sa propre approche pour analyser cette question de métropolisation. De nombreux chercheurs ont abordé cette métropolisation avec une approche qualitative à travers des études sur les périphéries urbaines (Fanchette 2011 ; Ton et al. 2012 ; Labbé & Musil 2013) ou des observations sur le changement des formes urbaines (Söderström et al. 2010 ; Boudreau & Labbé 2011). Les analyses de ce processus avec une approche quantitative comme celle de Bour (2008) ou de Quertamp (2010) sont extrêmement limitées. La question de la « mesure » de la métropolisation se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité que ce processus laisse apparaître nombre de défis humains, socio-économiques, etc. Si les dynamiques métropolitaines soulèvent des enjeux considérables en termes de régulation des activités économiques, redistribution de la population et maîtrise du développement spatial, il semble nécessaire d’étudier l’ensemble de ces dynamiques métropolitaines pour avoir une vision la plus précise possible de ce processus.

2Le développement spatial de Hanoi a été marqué par plusieurs modifications de la limite administrative de la métropole en 1961, en 1978, en 1991 (Forbes & Le 1996 ; Nguyen 2000) et plus récemment en 2008. Cette dernière modification ajoute à la limite de Hanoi un vaste territoire comprenant la province d’Hà Tây, le district Mê Linh de la province de Vĩnh Phúc et quelques districts de la province de Hòa Bình. Une grande agglomération de plus de 3 300 km2 avec plus de 6,3 millions d’habitants a été créée afin de faire concurrence aux autres grandes métropoles en Asie (voir fig. 1). Le processus de métropolisation s’est amorcé dans ce territoire.

Fig. 1 : L’organisation administrative de la métropole de Hanoi depuis 2008

Fig. 1 : L’organisation administrative de la métropole de Hanoi depuis 2008

© Nguyen Quan Son

3En prenant l’exemple de Hanoi, afin de tenter de « mesurer » la métropolisation, cet article propose de présenter certains apports de l’exploitation de données quantitatives et de l’analyse cartographique. L’objectif est de mieux comprendre les spécificités de la métropolisation de Hanoi.

4Pour ce faire, nous nous appuyons sur des données du Hanoi Statistical Office (HSO) et du General Statistics Office (GSO). À cela s’ajoutent une analyse des données de surface urbanisée dans les documents administratifs ainsi qu’une collecte des données de la localisation des activités, des services urbains sur les sites Internet des ministères et de différents organismes. Avant d’étudier les dynamiques actuelles, il convient de présenter la position de la métropole de Hanoi dans son aire métropolitaine afin de mieux comprendre le contexte territorial.

Hanoi dans son aire métropolitaine

  • 1 Ne souhaitant pas nous livrer à une discussion des termes, nous avons utilisé cette notion d’aire (...)

5Si le Sud Vietnam constitue un moteur de développement du pays depuis environ une trentaine d’années, le Nord Vietnam est entré dans une phase de développement rapide s’appuyant sur une relance des économies urbaines depuis les réformes constitutionnelles dans les années 2000. Dans ce contexte, le Nord Vietnam connaît une métropolisation marquée par les progrès remarquables dans les domaines des transports et des télécommunications. Ce processus se caractérise par un double phénomène de concentration et diffusion des populations et des activités à l’intérieur et autour des villes les plus importantes. À l’échelle du Nord Vietnam, cette métropolisation touche en premier lieu la métropole de Hanoi, s’étend ensuite dans une vaste région qui s’organise autour des pôles économiques et des centres agro-industriels majeurs et constitue enfin une aire métropolitaine1 autour de Hanoi (voir fig. 2). Cette armature complexe révèle plusieurs caractéristiques.

6Tout d’abord, cette aire urbaine du Nord est composée de 18 villes, 8 arrondissements provinciaux et environ 200 bourgs qui regroupent un peu plus de 6,6 millions d’urbains en 2010 selon le GSO. Nous pouvons reconnaître non seulement la position centrale d’un point de vue spatial de la métropole de Hanoi (un peu plus de 2,7 millions d’urbains), mais également son rôle important dans la hiérarchie administrative puisqu’elle est la seule ville de rang spécial du Nord Vietnam. De plus, elle se situe au croisement de toutes les routes principales.

7Ensuite, l’ensemble des unités urbaines de premier rang qui se structure autour de Hanoi fait de cette aire métropolitaine un réseau urbain polycentrique. Il s’agit des unités urbaines suivantes : la ville de Việt Trì (à 70 km au nord-ouest de Hanoi) qui est le chef-lieu de la province de Phú Thọ (210 000 urbains en 2010 en incluant les bourgs et les arrondissements provinciaux), la ville de Thái Nguyên (à 80 km au nord de Hanoi) qui est le chef-lieu de la province de Thái Nguyên (290 000 urbains), la ville de Nam Định (à 90 km au sud-est de Hanoi) qui est le chef-lieu de la province de Nam Định (330 000 urbains), la ville de Hải Phòng (à 90 km à l’est de Hanoi) qui est le chef-lieu de la ville-province de Hải Phòng (86 000 urbains), la ville de Hạ Long (à 165 km à l’est de Hanoi) qui est le chef-lieu de la province de Quảng Ninh (600 000 urbains).

Fig. 2 : L’armature urbaine de l’aire métropolitaine de Hanoi

Fig. 2 : L’armature urbaine de l’aire métropolitaine de Hanoi

Conception : INPUR-IMV. Réalisation et mise à jour jusqu’en 2013. © Nguyen Quan Son

8Enfin, une série de villes moyennes et petites (rang II ou III), d’arrondissements provinciaux (rang III ou IV) ainsi que de bourgs (rang V) se constitue, se développe le long des axes de circulation et parsème le territoire. Ceci stimule probablement l’étalement urbain dans l’ensemble de l’aire métropolitaine et rend ainsi peu à peu floue la limite urbaine-rurale.

9Cette croissance urbaine de l’aire métropolitaine de Hanoi se caractérise non seulement par la croissance démographique mais aussi l’extension des espaces urbanisés. La création des espaces urbains est souvent consécutive à la transformation des communes rurales en communes urbaines (quartiers), en bourgs ou des districts en arrondissements provinciaux. Il s’agit aussi d’évolution en termes de hiérarchie administrative. Dans ce contexte métropolitain, l’organisation spatiale et les mouvements démographiques se sont réalisés à l’intérieur des centres principaux et particulièrement à Hanoi.

10La métropole de Hanoi reste largement rurale après l’annexion de la province d’Ha Tay à sa limite administrative en 2008. Cette mesure d’élargissement montre la volonté des pouvoirs publics de pousser l’extension de l’ancien territoire de la capitale. L’ancienne Hanoi a connu depuis les années 2000 une très forte croissance démographique et spatiale. On peut l’observer sur la figure 3 qui montre la surconsommation de l’espace dans un contexte de forte croissance démographique d’une zone dite « zone de forte croissance ».

Fig. 3 : La surconsommation d’espace dans la zone de forte croissance de la métropole de Hanoi

Fig. 3 : La surconsommation d’espace dans la zone de forte croissance de la métropole de Hanoi

Sources : données de population de HSO (2009, 2011) et données de surface urbanisée du gouvernement du Vietnam (2011). © Quan Son Nguyen

11Cette zone de forte croissance comprend la plupart des espaces de l’ancienne ville de Hanoi (sauf les deux arrondissements ruraux de Đông Anh et Sóc Sơn) et l’arrondissement d’Hà Đông qui était la ville-district de l’ancienne province d’Hà Tây. Au cours des dix dernières années, cette zone a connu une très forte croissance de la population urbaine. Entre 2000 et 2010, elle a gagné 1 million d’urbains pour atteindre 2,8 millions d’urbains en 2010. Dans cette même période, la superficie urbanisée augmente, quant à elle, beaucoup plus vite. La superficie urbanisée a été multipliée par 2,5 en passant de 9 505 ha à 24 063 ha tandis que la population n’a été multipliée que par 1,5.

12Cette croissance a été concomitante de l’essor de la « ville moto » dans un contexte d’urbanisation rapide pendant les années 2000. La rénovation du réseau d’infrastructure de transport et l’accroissement du taux de possession de moto (la part des motos comme moyen de transport passe de 60 % en 2000 [Cusset 2002] à 80 % en 2008 [Molt 2008]) constituent ainsi un vecteur d’étalement urbain et de périurbanisation à Hanoi. La ville se transforme en passant progressivement du mode d’urbanisation à un processus de métropolisation.

13La métropolisation se combine avec une série de phénomènes urbains : conurbation, étalement urbain et périurbanisation. Ces trois termes dont les définitions sont très proches ne doivent pas être utilisés de la même façon dans tous les contextes. Si on se base souvent sur la continuité du cadre bâti pour les différencier dans le cas français (Laugier 2012), il est impossible de posséder des données du bâti dans le cas du Vietnam (au moins dans le cadre de ce travail), la croissance démographique, l’augmentation des espaces urbains ainsi que la proximité des noyaux urbains sont donc les critères principaux pour distinguer ces trois termes. Si la périurbanisation désigne souvent une dé-densification dans les zones centrales accompagnée d’une densification progressive dans les zones périphériques en termes de population, la conurbation et l’étalement urbain représentent la croissance démographique et la consommation des espaces urbains. Pourtant, si la conurbation met l’accent sur la proximité des noyaux urbains, l’étalement urbain insiste sur l’augmentation des espaces urbains consommés. Ces dynamiques métropolitaines proviennent du fait que la région urbaine concentre de nombreuses activités économiques et représente une croissance économique qui est en partie liée au développement de fonctions internationales.

14En définitive, la métropolisation se traduit par le fait (1) qu’une grande ville va renforcer sa base économique afin de s’insérer dans l’économie mondiale, (2) que cette croissance économique aura des effets sur son dynamisme démographique, (3) que cette dynamique urbaine stimule la restructuration de l’espace métropolitain pour mieux orienter le développement du territoire.

15Dans ce qui suit, nous allons étudier ces dynamiques actuelles afin de mettre en lumière les manifestations de la métropolisation à Hanoi.

L’économie de Hanoi : croissance et diversité

16Étudier la métropolisation par une approche économique suppose de comprendre à la fois les dynamiques économiques et la diversité des activités qu’une ville peut produire pour devenir une métropole. Dans un premier temps, l’insertion de Hanoi dans l’économie mondiale sera analysée à travers deux indicateurs : l’investissement direct étranger (IDE) et le taux importation/exportation. Enfin l’analyse de la localisation des services urbains dans l’ancienne ville de Hanoi permet de comprendre la diversité des activités économiques.

L’insertion croissante de Hanoi dans l’économie mondiale

17Les IDE sont une des clés importantes reflétant l’insertion du Vietnam dans l’économie mondiale.

18Au niveau national, selon la Foreign Investment Agency (FIA), au cours de l’année 2013, 54 pays et territoires ont des projets d’investissement au Vietnam. Le Japon arrive en tête avec un capital d’investissement total de 5 747 milliards de dollars, représentant 26,6 % du capital d’investissement total au Vietnam. Singapour est classé en deuxième position avec un capital de 4 376 milliards, soit 20,2 % de l’investissement total. La Corée du Sud se situe au troisième rang avec un investissement total de 4 293 milliards de dollars, représentant 19,9 % du capital total. L’investissement des pays européens et nord-américains est également très présent. En revanche, selon le GSO, le Vietnam possède 642 projets d’investissement vers 33 pays et territoires avec un capital d’investissement de 11,4 millards de dollars. Les partenaires principaux sont non seulement les pays en développement (Laos, Cambodge, Venezuela), mais aussi les économies avancées comme les États-Unis, l’Australie, Singapour, etc. Cette forte volonté d’échange a renforcé les relations internationales du pays et exprime la tendance à la mondialisation du Vietnam.

19Au niveau local, selon le GSO , Hanoi présente plus de 2 000 projets ayant des IDE, soit 16,8 % du total des projets du pays, avec le capital accumulé au 31 décembre 2011 de 23,6 billions USD, soit 11,9 % du capital total du pays. À cet égard, Hanoi est la deuxième métropole après Ho Chi Minh-Ville. La figure 4 montre l’évolution des capitaux d’investissement accumulés au 31 décembre de chaque année à Hanoi selon différents types d’entreprise durant la période 2000-2010.

20En 2000, la contribution des entreprises de type 100 % foreign capital était la plus faible parmi les trois types d’entreprise. Cette balance a été totalement inversée après 7 ans. Les capitaux d’investissement des 100 % foreign capital ont cru entre 2000 et 2007 d’un coefficient de 12,8. Ceci montre l’attractivité de la capitale de Hanoi, spécialement depuis la fin de l’embargo américain dans les années 1990.

Fig. 4 : Le capital d’investissement accumulé au 31 décembre de chaque année à Hanoi selon les types d’entreprise

Fig. 4 : Le capital d’investissement accumulé au 31 décembre de chaque année à Hanoi selon les types d’entreprise

Source : HSO (2009, 2011). © Nguyen Quan Son

21Depuis la modification de la limite administrative en 2008, la part des 100 % foreign capital reste toujours la plus importante ; elle augmente pendant la période 2008-2010, mais à un rythme beaucoup moins soutenu que lors de la période précédente (2000-2007). Ceci s’explique par le bouleversement socio-économique de Hanoi depuis 2008, après sa métamorphose. Elle a dû faire face à plusieurs défis : une restructuration administrative, la modification de la planification générale du développement socio-économique, la maîtrise de l’intensité des activités foncières, la modification et même la suppression de nombreux projets pour être en conformité avec le nouveau Master Plan de la métropole. Ces éléments créent certaines préoccupations chez les investisseurs. Pour les entreprises en joint-venture, leurs capitaux d’investissement accumulés sont toujours de plus de 6 billions USD chaque année auxquels s’ajoutent en moyenne chaque année depuis 2005 600 millions USD. En revanche, les contrats Business cooperation sont en baisse et restent stables depuis 2007 avec un capital d’investissement accumulé de 705 millions USD chaque année. Cela veut dire qu’il n’y a pas de capital ajouté depuis 2007. La baisse des contrats Business cooperation et l’investissement en hausse des entreprises 100 % foreign capital reflètent non seulement la tendance de plus en plus forte vers la mondialisation au Vietnam en général et à Hanoi en particulier, mais également le renforcement de la dépendance vis-à-vis des capitaux étrangers.

22Regardons maintenant la part des projets ayant des IDE et des montants d’investissement de Hanoi par rapport aux autres provinces (voir tableau 1). Deux remarques principales sont retenues à partir de la lecture de ce tableau.

Zones Projets Montants d’investissement
2008 2012 2008 2012
Pays 100 100 100 100
Aire métropolitaine de Hanoi 34,1 32,2 8,5 38,4
Hanoi 18,6 17,4 4,9 8,2
Bắc Ninh 2,6 3,7 1,5 7,1
Hải Phòng 2,6 2,6 0,5 7,1
Bắc Giang 0,9 1,3 0,1 6,2
Autres provinces 9,4 7,2 1,5 9,8
Région de Nam Bộ 52,2 51,0 33,6 37,1
Bình Dương 10,8 9,5 1,6 17,1
Đồng Nai 3,8 4,2 3,0 6,9
Vũng Tàu 0,3 1,6 14,6 3,0
Ho Chi Minh -Ville 35,7 33,9 14,2 8,2
Autres provinces 1,6 1,8 0,2 1,9
Autres régions 13,7 16,8 57,9 24,5

23Source : GSO (2009, 2013).

24Premièrement, l’aire métropolitaine de Hanoi semble devenir le lieu le plus attractif du pays en termes d’investissement étranger, devant son concurrent du sud du pays (la région de Nam Bộ). Ceci est justifié par le fait que la part des capitaux d’investissement de l’aire métropolitaine de Hanoi a dépassé celle de la région de Nam Bộ en 2012 (38,4 % contre 37,1 %). De plus, selon le rapport de la FIA, jusqu’en décembre 2013, Thái Nguyên et Hải Phòng figurent parmi les trois provinces attirant le plus d’IDE avec respectivement 15,7 % et 12,1 % des capitaux enregistrés du pays, ce qui fait ainsi de l’aire métropolitaine de Hanoi le leader économique du pays.

25Deuxièmement, Hanoi joue un rôle central dans l’attractivité des IDE de l’aire métropolitaine. Au niveau national, elle est la deuxième ville recevant les IDE du Vietnam après Ho Chi Minh-Ville. Hanoi a attiré environ 17 % des projets ayant des IDE en 2012, c’est-à-dire que plus de la moitié des projets de l’aire métropolitaine de Hanoi se sont concentrés dans cette métropole. En termes de capitaux enregistrés, elle présente aussi la part la plus importante dans l’aire métropolitaine entre 2008 et 2012, mais loin des provinces à fort potentiel industriel comme Bình Dương en 2012 (17,1 % contre 8,2 %) et éventuellement Thái Nguyên et Hải Phòng en 2013. Cette réalité s’explique par le fait que l’industrie est le secteur le plus attractif pour les investisseurs étrangers.

  • 2 Selon le GSO , jusqu’en 2011, Hanoi est la province possédant le plus grand nombre d’établissement (...)

26L’adhésion à plusieurs organismes internationaux depuis le Đổi mới a apporté beaucoup d’opportunités pour le développement dans l’industrie et le commerce au Vietnam. Possédant un grand nombre de marchés, supermarchés et centres commerciaux dont plusieurs appartiennent à des firmes internationales2 comme Metro, Big C, Décathlon, etc., Hanoi et Ho Chi Minh-Ville ont des avantages significatifs dans le développement commercial du pays et de leur région (respectivement l’aire métropolitaine de Hanoi et la région de Nam Bộ).

27Grâce à l’ouverture économique et à la liberté commerciale, le nombre des entreprises non étatiques et des entreprises IDE est à la hausse depuis 2000, tandis que celui des entreprises étatiques est en baisse (voir tableau 2).

Types d’entreprise Année
2000 2005 2007 2008 2009 2010
Entreprises étatiques 297 304 298 305 273 287
Entreprises non-étatiques 2 890 11 213 17 356 25 692 31 221 32 782
Entreprises IDE 110 200 320 375 461 484

Source : HSO (2009, 2011).

28Le nombre d’entreprises non-étatiques a été multiplié par 6 entre 2000 et 2007. Après la modification de la limite administrative en 2008, ce chiffre continue d’augmenter avec un rythme soutenu. Les entreprises IDE, quant à elles, sont de plus en plus nombreuses à Hanoi. Pendant 7 ans (2000-2007), le nombre des entreprises IDE a été multiplié par 3 et la métropole de Hanoi a encore connu une augmentation sans cesse depuis 2008. L’accroissement sensible des entreprises non-étatiques et IDE à Hanoi montre les changements positifs qui contribuent à stimuler le développement économique du Vietnam en général et de l’aire métropolitaine de Hanoi en particulier.

29L’importation/exportation est aussi un des éléments reflétant l’intégration à l’économie internationale. À Hanoi, le chiffre d’affaires des importations a augmenté entre 2000 et 2007 d’un coefficient de 4,7 et celui des exportations d’un coefficient de 3,5. Depuis 2008, les chiffres d’affaires sont en baisse en raison de la restructuration socio-économique mais commencent à augmenter à partir de 2009 (voir fig. 5). La même situation a été constatée dans le secteur économique ayant des investissements étrangers avec des coefficients beaucoup plus élevés (9 pour l’importation et 11 au cours de l’exportation dans la même période 2000-2007) selon le HSO . Sachant que le flux d’exportation du pays est reçu largement par Hanoi et Ho Chi Minh-Ville, ce dynamisme économique accroît l’importance du rôle de ces deux grandes métropoles dans le développement économique de leur région.

Fig. 5 : Les importations et exportations de la métropole de Hanoi entre 2000 et 2010

Fig. 5 : Les importations et exportations de la métropole de Hanoi entre 2000 et 2010

Source : HSO (2009, 2011). © Nguyen Quan Son

30C’est certainement grâce aux dynamiques des entreprises que Hanoi présente un poids décisionnel important dans l’économie du pays et joue un rôle important dans l’insertion du Vietnam à l’économie mondiale. Mais outre cela, la croissance économique est aussi stimulée par les spécificités et diversités des activités économiques à l’intérieur de Hanoi.

La diversité des activités économiques : une manifestation des inégalités spatiales

31La ville de Hanoi dispose d’une diversité assez typique des activités économiques en raison de la spécificité de ses espaces urbains. En fait, le caractère mi-rural, mi-urbain de Hanoi donne naissance à des espaces informels qui rendent l’espace de vie en ville très varié. Il s’agit de lieux du quotidien assez particuliers. Les lieux de résidence peuvent souvent accompagner des lieux de commerce ou de loisir car l’architecture traditionnelle vietnamienne fabrique les maisons urbaines « multifonctions ». Les lieux de travail peuvent être fixes comme dans une boutique, une résidence ou un local quelconque pour la plupart des habitants, mais peuvent être aussi mobiles dans toute la ville de Hanoi pour la population venant des villes ou villages voisins (les travailleurs immigrants, les moto-taxis, les colporteurs, etc.). Les espaces publics ne gardent pas toujours leur identité sociale et se transforment parfois en lieux de commerce ou encore cumulent d’autres fonctions dans leur identité. On peut facilement remarquer que la vie quotidienne à Hanoi s’affiche clairement dans les rues. C’est dans les rues qu’on peut voir la dynamique de la capitale via l’afflux des motocycles circulant dans tous les sens. On peut découvrir aussi plusieurs espaces typiques sur les trottoirs où les gens se réunissent souvent dans les « thés poussières » (« trà đá » dans l’expression populaire vietnamienne) ou dans les « restaurants poussières » (« cơm bụi »), dans les « bières de l’air » (« bia hơi ») ou encore dans les marchés sur le trottoir… Cet espace de connexion de la société urbaine véhicule également une image de la diversité des activités à l’intérieur de Hanoi.

32Les analyses qui suivent offrent, via la réalisation d’une carte basée sur plusieurs sources de données, une vision spatiale de cette diversité à travers la localisation des activités dans l’ancienne ville de Hanoi (voir fig. 6).

33Quatre types d’activités ou de services ont été étudiés : les commerces, les loisirs, la santé et les enseignements universitaires. Faute de données officielles, nous avons recensé tous les marchés, supermarchés et centres commerciaux à partir de deux sites Internet : http://diachiso.vn/​ha-noi et http://www.diadiem.com. Même si ces données sont non exhaustives, elles nous permettent de tracer une image générale de la localisation des activités à Hanoi. Les magasins ou les boutiques de marchandises spécialisées sont exclus de notre recherche en raison de leur omniprésence sur le territoire de Hanoi. Concernant les activités de loisirs, seuls les cinémas, les opéras et les cafés/karaokés sont recensés à partir de ces deux sites Internet. Concernant les services de la santé, nous avons recensé tous les hôpitaux publics et privés à partir des ressources du ministère de la Santé. Les pharmacies ne sont pas comptées. Enfin nous avons utilisé les données tant du service de l’Éducation et de la formation de Hanoi que du ministère de l’Éducation et de la formation pour construire notre base de données concernant les pôles éducatifs. Nous avons ainsi découvert que la présence des pôles d’enseignement pré-élémentaire et d’enseignement général est diffusée de façon assez équilibrée dans Hanoi. Seuls les pôles d’enseignement universitaire semblent utiles pour notre analyse des inégalités spatiales.

Fig. 6 : La localisation des pôles d’activités dans l’ancienne ville de Hanoi

Fig. 6 : La localisation des pôles d’activités dans l’ancienne ville de Hanoi

© Nguyen Quan Son

34L’établissement de la distribution des activités dans l’ancienne ville de Hanoi nous montre qu’en général une inégalité spatiale est nettement présente. Les pôles d’activités sont fortement concentrés dans le centre de Hanoi et diminuent en s’éloignant du centre. Les pôles d’achats sont localisés au centre et dans la zone péricentrale avec un niveau de concentration de 5 % et plus sur l’ensemble du territoire. Cette inégalité est également observée pour les pôles de loisirs. Les pôles d’enseignement universitaire se localisent plutôt dans le centre et vers l’ouest tandis que les pôles de santé s’étalent vers le sud. La diversité des activités à Hanoi va de pair avec l’inégalité spatiale.

35La croissance économique de Hanoi que nous venons d’esquisser influence certainement la dynamique démographique de la capitale. Le débarquement rapide des firmes multinationales, des structures internationales devient ainsi un symbole de la mondialisation de Hanoi. L’insertion croissante dans l’économie mondiale conduit à une forte demande de main-d’œuvre non seulement vietnamienne mais aussi étrangère. Le nombre de travailleurs étrangers augmente ainsi rapidement et ils occupent actuellement les postes importants à haut revenu (Söderström et al. 2010). L’attractivité économique conduit à une vague de migration vers les grandes villes, Hanoi en l’occurrence. Pendant la période 2004-2009, Hanoi a accueilli environ 300 000 migrants, soit un peu moins de 7 % de la population totale en 2009 (General Statistics Office 2009). Cette croissance démographique et la spécialisation fonctionnelle de l’espace entraînent la redistribution spatiale de la population.

La dynamique démo-spatiale de Hanoi

36Les métropoles de Hanoi et Ho Chi Minh-Ville sont les seules unités urbaines du Vietnam dont la population dépasse 6 millions d’habitants et ont un écart important avec les autres provinces du pays (Thanh Hóa, la troisième plus grande province en termes de population, ne dépasse pas 3,5 millions d’habitants en 2011). Tandis que la municipalité de Ho Chi Minh-Ville touchait le seuil de 6 millions d’habitants en 2005, la métropole de Hanoi la rejoignait 3 ans plus tard, en 2008, avec la modification de la limite administrative. D’un point de vue administratif, en 2005, Hanoi comptait 9 arrondissements urbains en en créant deux nouveaux (Hoàng Mai et Long Biên). Depuis 2008, ce nombre est de 10 avec l’annexion de l’arrondissement urbain d’Hà Đông de la province d’Hà Tây. Pour pouvoir comparer la situation démographique de la métropole de Hanoi aux deux années de référence 2005 et 2010, nous conservons l’organisation administrative de cette métropole du Nord en 2008. Le Hanoi Statistical Yearbook (2011) nous fournit heureusement les données de la population à l’échelle des arrondissements avec les rectifications en conformité avec la situation administrative depuis 2008.

37L’exploitation des données concernant le rythme de l’évolution démographique entre 2005 et 2010 peut nous renseigner sur les dynamiques démo-spatiales de la métropole de Hanoi. L’analyse de la situation démographique de la métropole de Hanoi dans cette période permet de faire apparaître deux dynamiques métropolitaines contraires. Il s’agit de l’évolution démographique maîtrisée dans les arrondissements centraux et de la densification généralisée de nouveaux arrondissements urbains et de plusieurs arrondissements ruraux. Ainsi, alors que l’arrondissement de Hoàn Kiếm, qui est considéré comme le centre historique de Hanoi, a connu une baisse de population, que les anciens arrondissements urbains Ba Đình, Hai Bà Trưng, Đống Đa ont également connu un taux faible de croissance démographique, les nouveaux arrondissements urbains comme Hoàng Mai, Long Biên, Cầu Giấy, Tây Hồ, Thanh Xuân, Hà Đông et les arrondissements ruraux ont connu inversement une hausse sensible de population. Les évolutions démographiques opposées des arrondissements/districts de la métropole de Hanoi sont bien corrélées à leur densité de population (voir fig. 7).

  • 3 Le taux de croissance annuel moyen, exprimé en pourcentage, sur n-1 périodes (années, mois, semain (...)

38Les arrondissements centraux les plus anciens (le noyau urbain) dont les densités de population étaient supérieures à 20 000 habitants/km2 en 2005 ont connu des croissances faibles de population jusqu’en 2010 avec des taux de croissance annuelle moyens (TCAM)3 de -0,7 % pour Hoàn Kiếm, de 0,9 % pour Ba Đình, Hai Bà Trưng et de 1,3 % pour Đống Đa.

39Les nouveaux arrondissements urbains dont les densités de population en 2005 variaient entre 3 000 et 23 000 habitants/km2 ont enregistré une augmentation annuelle remarquable de leur population jusqu’en 2010. L’augmentation de population de ces arrondissements est d’autant plus importante que leurs espaces sont moins peuplés. L’arrondissement Thanh Xuân dont la densité de population est de 23 000 habitants/km2 en 2005 a enregistré un TCAM de 2,2 % jusqu’en 2010 tandis que les autres arrondissements moins peuplés ont connu des TCAM beaucoup plus élevés (Cầu Giấy : 16 000 habitants/km2 en 2005 et TCAM de 4,4 % jusqu’en 2010, Hoàng Mai : 6 000 habitants/km2 en 2005 et TCAM de 7,9 % jusqu’en 2010). Quant aux arrondissements ruraux, voici ce que l’on a pu observer en opposant les arrondissements ruraux de l’ancienne province de Hanoi à ceux de l’ancienne province d’Hà Tây : alors que les arrondissements ruraux de l’ancienne province de Hanoi enregistrent une forte croissance démographique (TCAM varie de 1,6 % à 7,7 %), ceux de l’ancienne province d’Hà Tây présentent une évolution à des rythmes moins soutenus (TCAM de moins de 1,6 %). D’un point de vue global, à part les arrondissements centraux, la croissance démographique décroît progressivement en s’éloignant du noyau urbain.

Fig. 7 : L’évolution démographique de la métropole de Hanoi entre 2005 et 2010

Fig. 7 : L’évolution démographique de la métropole de Hanoi entre 2005 et 2010

Source : Vietnam Statistical Yearbook. © Nguyen Quan Son

  • 4 Cet écart a été calculé à partir des données sur le prix des terrains habitables dans les zones ur (...)

40Ces différentes dynamiques métropolitaines peuvent s’expliquer par plusieurs raisons. Premièrement, l’attractivité du noyau urbain est venue d’une part de la concentration forte de presque tous les services nécessaires du quotidien, d’autre part de ses valeurs historique et économique. Ceci constitue le moteur principal pour lequel diverses entreprises cherchent à implanter leurs activités dans ces espaces. Cette réalité entraîne ainsi une accentuation de la pression foncière et une hausse sensible des prix de l’immobilier. On a remarqué un écart de 1 à 11 entre le prix immobilier dans l’arrondissement le plus cher (Hoàn Kiếm) et le moins cher (Ba Vì)4. Plus on s’éloigne du centre, plus le prix des terrains baisse, plus le prix immobilier diminue. Cela rend plus difficile l’accès au logement locatif et à la propriété pour les classes moyennes et surtout la population la plus modeste dans la zone centrale.

  • 5 Le projet Splendora s’inscrit dans l’arrondissement de Hoai Duc à l’ouest de Hanoi. La constructio (...)

41Deuxièmement, dans un contexte de forte croissance économique, mais aussi de forte contrainte dans l’accès aux biens immobiliers au sein du noyau urbain, en raison des prix prohibitifs notamment, de nombreuses entreprises internationales et nationales se contentent de se localiser dans les arrondissements urbains périphériques. C’est la raison pour laquelle plusieurs projets de rénovation urbaine ont été mis en place5 dont la construction de zones résidentielles nouvelles accompagnées des services de proximité (commerces, éducation, etc.). Ces projets s’inscrivent également dans les orientations stratégiques de l’État visant à la dédensification des arrondissements du noyau urbain déjà très peuplé. Suivant cette logique, les nouvelles centralités sont formées dans les espaces urbains péricentraux depuis la deuxième moitié des années 2000 et sont réalisées dans des espaces situés plus loin en périphérie. Ce raisonnement explique non seulement la densification forte des arrondissements urbains péricentraux, mais aussi la croissance démographique moins soutenue dans les arrondissements ruraux qui sont considérés comme des réserves importantes pour le développement urbain dans l’avenir.

42La densification forte de la population des zones périphériques, contrairement au ralentissement de la croissance démographique de la zone centrale dans la métropole de Hanoi, manifeste ainsi un processus de périurbanisation, c’est-à-dire la redistribution spatiale des hommes et des activités économiques dans un espace urbain qui s’accroît largement. L’habitat se redistribue dans des zones périphériques plus éloignées du cœur de la ville. La ville ne se limite plus à un bâti dense et ne cesse pas de s’étaler. Les fonctions économiques et commerciales ne se localisent plus seulement dans le centre-ville, même s’elles y restent très présentes. Les populations tendent à s’éloigner des zones urbaines denses et effectuent les déplacements quotidiens pour rejoindre la zone centrale. Ces dynamiques métropolitaines sont considérées comme les manifestations du passage de la ville compacte à la ville diffuse en raison de l’usage croissant de la moto. L’ensemble des dynamiques démo-spatiales a fait changer et fera encore changer la structure spatiale à Hanoi.

La structure spatiale de la métropole de Hanoi

43Possédant des données à l’échelle des arrondissements/districts, nous envisageons ainsi d’identifier les caractères des espaces de la métropole à travers deux types de données choisis : les potentiels économiques et la tendance du développement résidentiel.

44Les données portant sur les potentiels économiques concernent le potentiel industriel et le potentiel des commerces ou services. Le potentiel industriel est caractérisé par le nombre d’établissements industriels non-étatiques tandis que le potentiel de commerces ou services est déterminé par le nombre d’établissements de commerces privés et de services. La tendance du développement résidentiel est représentée par le nombre de zones résidentielles nouvelles (ZRN) achevées ou en projet et le nombre de nouveaux secteurs résidentiels communautaires (NSRC) achevés ou en projet. Bien que ces données ne soient pas exhaustives, elles nous permettent de caractériser la métropole de Hanoi en zones spécifiques. La prise en compte de ces données et de la croissance démographique a conduit à identifier quatre zones dont les fonctions et les organisations socio-spatiales vont du plus urbain au plus rural (voir fig. 8). Cette typologie spatiale contribue à clarifier l’organisation spatiale de la métropole.

45La première zone concerne les espaces urbanisés de développement limité que sont les arrondissements centraux de Hoàn Kiếm, Ba Đình, Đống Đa et Hai Bà Trưng. Elle est caractérisée au cours de ces dernières années, par une dédensification de la population (à Hoàn Kiếm) ou une faible croissance démographique (à Ba Đình, Đống Đa et Hai Bà Trưng). La densité moyenne est ici de 30 000 habitants/km2 en 2010 selon le GSO. Il s’agit d’espaces à très fort potentiel de commerces ou de services mais à très faible potentiel industriel. Ceci est logique dans la mesure où il s’agit des espaces les plus densément urbanisés dotés des services nécessaires et de valeurs historiques remarquables. Les zones industrielles ont vocation à se situer loin de ces espaces. C’est aussi pour cette raison qu’aucune zone résidentielle nouvelle (ZRN) n’est planifiée dans cette zone. En revanche, le processus de verticalisation des constructions devient de plus en plus net en raison d’un grand nombre de nouveaux secteurs résidentiel communautaire (NSRC) construits ou en projet dans ces espaces (hormis dans l’arrondissement de Hoàn Kiếm dont il faut préserver la valeur historique).

Fig. 8 : La structure spatiale de la métropole de Hanoi

Fig. 8 : La structure spatiale de la métropole de Hanoi

Source : données d’industrie, de services et de commerces du HSO HSO (2009, 2011) et données de zone résidentielle à partir du site : http://batdongsan.com.vn/​. © Nguyen Quan Son

46La deuxième zone regroupe les arrondissements à fort étalement urbain comme nous venons de le montrer (Tây Hồ, Cầu Giấy, Thanh Xuân, Hoàng Mai, Long Biên, Từ Liêm, Hà Đông) auxquels s’ajoute l’arrondissement provincial de Sơn Tây, étant donné son rang dans la hiérarchie administrative. Situés entre 1 et 5 km de la première zone, à quelques exceptions près telles Hà Đông et surtout Son Tay, ces espaces se caractérisent par un faible potentiel industriel et un fort potentiel de commerces ou de services, surtout au sein des nouveaux arrondissements (Hà Đông, Long Biên, Hoàng Mai, Cầu Giấy). La densité moyenne y est d’un peu plus de 9 300 habitants/km2 en 2010 selon le GSO et varie entre 1 100 habitants/km2 pour l’arrondissement provincial de Son Tay et 25 600 habitants/km2 pour l’arrondissement urbain de Thanh Xuân, depuis longtemps urbanisé. Ces lieux sont ceux où on y observe les TCAM les plus élevés. Ces espaces sont réservés aux projets de ZRN et connaissent aussi un processus de forte verticalisation.

47La troisième zone comporte les arrondissements ruraux situés entre 5 et 15 km de la première zone tels Gia Lâm, Đông Anh, Mê Linh, Đan Phượng, Hoài Đức et Thanh Trì. Leurs caractéristiques ainsi que leurs potentiels sont assez diversifiés. Certains ont un fort potentiel industriel comme Hoài Đức qui compte plus de 3 500 établissements industriels non étatiques en son sein. D’autres ont un très fort potentiel en commerces ou en services comme Đông Anh. La densité moyenne de ces arrondissements est de 2 100 habitants/km2 en 2010 selon le GSO avec un minimum de 1 400 habitants/km2 à Mê Linh et un maximum de 3 200 habitants/km2 à Thanh Trì. Cette zone connaît progressivement d’importantes modifications de son système socio-économique et de sa structure spatiale. En 2010, la part des terres agricoles, forestières ou aquatiques est de 52 % en moyenne. En revanche, cette zone accueille et accueillera encore un grand nombre de projets de ZRN, surtout à Mê Linh et Hoài Đức qui en comptent au moins 5, avec une verticalisation qui commence également à dominer ces espaces : de ruraux ils tendent à devenir urbains. C’est effectivement dans cette zone que l’on observe le plus clairement le processus d’urbanisation des campagnes ou desakota, apparu dans les années 1980 dans la plupart des pays asiatiques, à travers la stratégie dite de « modernisation des campagnes » au Vietnam.

48La dernière zone englobe les arrondissements largement ruraux situés à une distance de 15 à 40 km de la première zone. Ces arrondissements se localisent principalement à l’ouest et au sud, à l’exception de l’arrondissement rural de Sóc Sơn au nord. La densité démographique y est faible (1 100 habitants/km2 en moyenne en 2010 selon le GSO). Très peu de projets de ZRN ou NSRC y sont développés. Cette zone possède encore une part importante de terres agricoles, forestières ou aquatiques (62 % en moyenne en 2010 selon le GSO). Les projets d’habitat tournent autour de ces zones forestières ou aquatiques pour constituer les villes-satellites spécialisées à faible ou moyenne densité dont la fonction est soit écologique, soit de haute technologie, soit éducative, soit industrielle. Ceci est inscrit dans le Master Plan de Hanoi (Ppj 2010).

49Cette dernière zone, largement rurale, a un très fort potentiel industriel, mais également commercial comme à Chương Mỹ ou Sóc Sơn. Les arrondissements peuvent être considérés comme des espaces intermédiaires qui relient les zones industrielles dans l’aire métropolitaine de Hanoi à la métropole grâce à leur importante activité industrielle et à leur accessibilité autoroutière (QL 6, QL 32, autoroute Láng-Hòa Lạc, QL 1A) et ferroviaire.

50Ces quatre zones structurées nous permettent de mieux comprendre l’organisation spatiale de la métropole de Hanoi et d’identifier le rôle de chacune dans son système socio-économique.

Conclusion

51Bien que pour certains aspects de l’analyse nous n’avons pas toujours disposé d’informations spécifiques à Hanoi et avons dû nous contenter de données plus générales sur le Vietnam, les caractéristiques de la métropolisation de Hanoi se dévoilent à travers les analyses économiques et démo-spatiales.

52Le rôle économique important de Hanoi tant à l’échelle de l’aire métropolitaine qu’à l’échelle nationale a été confirmé par son dynamisme économique pendant la période 2000-2010. L’évolution spectaculaire des entreprises étrangères implantées à Hanoi, des investissements directs de l’étranger dans tous les secteurs économiques ainsi que des chiffres d’affaires d’importation/exportation sont les manifestations claires de ce dynamisme. Nous insistons ici sur les éléments « étrangers » pour montrer que cette métropole a une forte dynamique d’échange avec le monde entier en termes d’économie et qu’elle devient et deviendra le leader économique du pays.

53La proximité des unités urbaines dans l’organisation spatiale de l’aire métropolitaine de Hanoi favorise la continuité urbaine. De plus, la formation des zones continues à fonctions industrielles ou touristiques le long des axes majeurs ou autour des unités urbaines dynamiques constitue une ossature urbaine de plus en plus dense. Enfin, l’amélioration de la qualité des infrastructures de transport et l’accessibilité automobile rendent plus facile la connexion entre unités urbaines, zones industrielles ou touristiques. Tous ces éléments deviennent des vecteurs d’étalement urbain et de conurbation à l’échelle régionale.

54Quant à la métropole de Hanoi, deux dynamiques urbaines contrastées ont été observées : une dédensification/croissance démographique maîtrisée dans les arrondissements centraux et une densification généralisée dans les arrondissements périphériques avec une décroissance progressive du TCAM allant des zones péricentrales aux périphéries lointaines, également preuve qu’un processus de périurbanisation est présent sur ce territoire. Nous avons en outre observé dans les zones à forte croissance de Hanoi une surconsommation des espaces urbanisées entre 2000 et 2010, manifestation claire de l’étalement urbain. Concernant la structure spatiale de la métropole, la formation des zones à fort potentiel industriel au nord, au sud et à l’ouest est une condition importante pour le développement urbain continu de l’ensemble de l’aire métropolitaine de Hanoi parce que ces zones industrielles sont des passerelles liées aux zones industrielles des autres provinces. La distribution des NSRC dans l’ensemble de la métropole nous révèle une verticalisation forte dans les zones centrales et péricentres. En revanche, l’intensité des projets de ZRN dans les arrondissements ruraux justifie que la campagne vietnamienne n’échappe pas au phénomène de desakota, présent dans la plupart des zones rurales des pays asiatiques depuis 1980.

55Ainsi une série de phénomènes dont la périurbanisation, l’étalement urbain et le desakota est une preuve robuste de la présence de la métropolisation à Hanoi. D’autre part, les effets de ces processus commencent à dominer dans ce territoire avec les inégalités dans l’accès à différentes aménités urbaines en raison d’une organisation spatiale favorisant souvent les plus aisés au détriment des plus modestes. Faut-il dorénavant prendre en compte ces risques de ségrégation par les pouvoirs publics dans les politiques du développement de la ville ?

Haut de page

Bibliographie

BOUDREAU, Julie-Anne & Danielle LABBÉ, 2011, « Les nouvelles zones urbaines à Hanoi : ruptures et continuités avec la ville », Cahiers de géographie du Québec, 55, 154 : 131-149.

BOUR, Rémi, 2008, « Présentation des travaux de recherche réalisés sur la période 2006-2008 sur le thème de la métropolisation du Sud Vietnam », rapport scientifique.

CUSSET, Jean-Michel, 2002, « Mobilité urbaine et intégration des deux-roues dans une politique intermodale : Le cas de Hanoi », in Démographie et transport : ville du Nord et ville du Sud, Yves Bussiere & Jean-Loup Madre, éd., Paris : L’Harmattan, p. 241-262.

FANCHETTE, Sylvie, 2011, « Libéralisation des marchés fonciers et décentralisation : quels enjeux pour le périurbain hanoien dans le contexte de la métropolisation ? », 4th Congress of the Asia & Pacific Network, Paris, France.

FANCHETTE, Sylvie, ĐÀO Thế Anh, Paul MOUSTIER, Fanny QUERTAMP & J. SEGARD, 2011, « L’extension de Hanoi et les défis pour les périphéries urbaines », in Les métropoles des Suds vues de leurs périphéries, J.-L. Chaléard, éd., Paris : PRODIG, p. 93-106.

FORBES, Dean & LÊ Hồng Kế, 1996, « A City in Transition : Socialist Reform and the Management of Hanoi », in The Dynamics of Metropolitan Management in Southeast Asia, Jürgen Rüland, éd., Singapour : Institute of Southeast Asian Studies, p. 71-98.

FRANCK, Manuelle, Charles GOLDBLUM, Christian TAILLARD, 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est : métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Édition.

General Statistics Office, 2009, « Di cư va Đô thị hóa ở Việt nam: Thực trạng, Xu Hướng và Những khác biệt » [Migration et Urbanisation au Vietnam : État, Perspective et Particularités], Rapport scientifique.

General Statistics Office, 2009, Niên giám thống kê 2008 [Statistical yearbook of Vietnam 2008] : Hà Nội: Nhà xuất bản Thống kê (Statistical Publishing House).

General Statistics Office, 2012, Niên giám thống kê 2011 [Statistical yearbook of Vietnam 2011], Hà Nội: Nhà xuất bản Thống kê (Statistical Publishing House).

General Statistics Office, 2013, Niên giám thống kê 2012 [Statistical yearbook of Vietnam 2012], Hà Nội: Nhà xuất bản Thống kê (Statistical Publishing House).

Gouvernement du Vietnam, 2011, Codage des unités administratives du Vietnam.

Hanoi Statistical Office, 2009, Niên giám thống kê Hà Nội 2008 [Hanoi statistical yearbook 2008], Hà Nội.

Hanoi Statistical Office, 2011, Niên giám thống kê Hà Nội 2010 [Hanoi statistical yearbook 2010], Hà Nội.

LABBÉ, Danielle & Clément MUSIL, 2013, « Periurban Land Redevelopment in Vietnam under Market Socialism », Urban Studies, 51, 6 : 1146-1161.

LAUGIER, Robert, 2012, « L’étalement urbain en France, synthèse documentaire », rapport scientifique, Centre de Ressources Documentaire Aménagement Logement Nature (CRDALN).

MOLT, Walter, 2008, « The Nine Challenges for the Development of Transport in the Fast Growing Capital of Vietnam : Hanoi », Rapport scientifique, Hanoi Ecotrans.

NGUYỄN, Văn Uẩn, 2000, Hà Nội nửa đầu thế kỷ XX, Hà Nội : Nhà xuất bản Hà Nội.

PPJ, 2010, « The Hanoi Capital Construction Master Plan to 2030 and vision to 2050 », rapport scientifique, 3, Hanoi, Institut d’Urbanisme et Aménagement de Hanoi.

QUERTAMP, Fanny, 2010, « La périurbanisation de Hanoi. Dynamiques de la transition urbaine vietnamienne et métropolisation », Annales de Géographie, 671-672, 1 : 93-119.

SÖDERSTRÖM, Ola , Blaise DUPUIS, Stephanie GEERTMAN, Pierrick LEU, 2010, « La mondialisation des formes urbaine à Hanoi », rapport scientifique.

TÔN Nữ Quỳnh Trân, Fanny QUERTAMP, Claude de MIRAS, NGUYỄN Quang Vinh, LÊ Văn Nam & TRƯƠNG Hoàng Trương, 2012, Trends of Urbanization and Suburbanization in Southeast Asia, Ho Chi Minh-Ville, Marseille : CEFURDS, LPED.

WUST, Sébatien, 2000, « Métropolisation, habitat précaire et relogement forcé : entre phénomènes d’exclusion et tactiques populaires d’intégration. Le cas du canal Nhieu Loc-Thi Nghe à Ho Chi Minh ville, Vietnam », thèse de sciences sociales et humaines, École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Haut de page

Note de fin

1 Ne souhaitant pas nous livrer à une discussion des termes, nous avons utilisé cette notion d’aire métropolitaine pour désigner un vaste territoire organisé autour de Hanoi. Certains chercheurs comme Quertamp (2010) ont choisi le terme de région urbaine de Hanoi pour ce même périmètre d’étude. Pourtant cette région urbaine de Hanoi qui englobe totalement une zone dite « région de Hanoi » qui est défini par le décret 118/2003/QD-TTg. Ceci conduit parfois à des confusions.

2 Selon le GSO , jusqu’en 2011, Hanoi est la province possédant le plus grand nombre d’établissements de commerce du pays avec 6 % du total, devant Ho Chi Minh-Ville (5 %). À l’échelle de l’aire métropolitaine de Hanoi, 20 % des marchés, supermarchés et centres commerciaux sont localisés à Hanoi.

3 Le taux de croissance annuel moyen, exprimé en pourcentage, sur n-1 périodes (années, mois, semaines, etc.) est donné par la formule : TCAM= (racine n-ième de valeur initiale/valeur finale -1 x100).

4 Cet écart a été calculé à partir des données sur le prix des terrains habitables dans les zones urbaines, disponibles sur le site : http://khudothimoi.com/dulieu/gia-nha-dat/1637-bang-gia-dat-ha-noi-nam-2010.html.

5 Le projet Splendora s’inscrit dans l’arrondissement de Hoai Duc à l’ouest de Hanoi. La construction débute en 2006 et est l’œuvre de la Vietnam Construction and Import-Export Joint Stock Corporation. Le projet POSCO E&C (Korea), est un projet EcoPark’s situé au sud-est de Hanoi dont la réalisation par VIHAJICO a débuté en 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : L’organisation administrative de la métropole de Hanoi depuis 2008
Crédits © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 2 : L’armature urbaine de l’aire métropolitaine de Hanoi
Crédits Conception : INPUR-IMV. Réalisation et mise à jour jusqu’en 2013. © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-2.png
Fichier image/png, 165k
Titre Fig. 3 : La surconsommation d’espace dans la zone de forte croissance de la métropole de Hanoi
Crédits Sources : données de population de HSO (2009, 2011) et données de surface urbanisée du gouvernement du Vietnam (2011). © Quan Son Nguyen
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-3.png
Fichier image/png, 146k
Titre Fig. 4 : Le capital d’investissement accumulé au 31 décembre de chaque année à Hanoi selon les types d’entreprise
Crédits Source : HSO (2009, 2011). © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-4.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 5 : Les importations et exportations de la métropole de Hanoi entre 2000 et 2010
Crédits Source : HSO (2009, 2011). © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-5.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 6 : La localisation des pôles d’activités dans l’ancienne ville de Hanoi
Crédits © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-6.png
Fichier image/png, 159k
Titre Fig. 7 : L’évolution démographique de la métropole de Hanoi entre 2005 et 2010
Crédits Source : Vietnam Statistical Yearbook. © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-7.png
Fichier image/png, 142k
Titre Fig. 8 : La structure spatiale de la métropole de Hanoi
Crédits Source : données d’industrie, de services et de commerces du HSO HSO (2009, 2011) et données de zone résidentielle à partir du site : http://batdongsan.com.vn/​. © Nguyen Quan Son
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/3272/img-8.png
Fichier image/png, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nguyen Quan Son, « La métropolisation à Hanoi : un éclairage par les croissances et dynamiques urbaines », Moussons, 25 | 2015, 123-143.

Référence électronique

Nguyen Quan Son, « La métropolisation à Hanoi : un éclairage par les croissances et dynamiques urbaines », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 24 septembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/3272 ; DOI : 10.4000/moussons.3272

Haut de page

Auteur

Nguyen Quan Son

Docteur en géographie, aménagement et urbanisme, Laboratoire d’économie des transports (LET, UMR CNRS 5593). Mes activités de recherche s’inscrivent dans les champs de l’aménagement, de la géographie des transports et portent sur le thème « Mobilité et Territoire ». E-mail : ngquansondhxd@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page