Navigation – Plan du site
Articles

Marie-Antoinette sous les tropiques : Imelda Marcos, sa collection de chaussures et la mémoire de la Loi martiale

Marie-Antoinette in the Tropics. Imelda Marcos, Her Shoes Collection and the Martial Law Memory
Gwenola Ricordeau
p. 167-180

Résumés

Élu président des Philippines en 1965, Ferdinand Marcos a instauré un régime militaire en 1972. La chute du régime, en 1986, a obligé Imelda et Ferdinand Marcos à fuir aux États-Unis. Rentrée d’exil en 1991 après la mort de son époux, Imelda Marcos est désormais l’objet de formes variées d’engouement. Souvent associée à ses dépenses extravagantes et à son immense collection de chaussures, la figure d’Imelda Marcos est régulièrement convoquée lorsque sont évoquées les épouses de dirigeants dans les régimes tyranniques. À partir du cas d’Imelda Marcos, l’article met en évidence un ensemble de représentations ordinairement associées aux femmes de dictateur et il analyse la réhabilitation « à la Marie-Antoinette » dont bénéficie aujourd’hui Imelda Marcos.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citation apocryphe, quoique parfaitement vraisemblable.

« I was no Marie-Antoinette. I was not born to nobility, but I had a human right to nobility. » Imelda Marcos1

  • 2 Si l’expression est couramment utilisée pour désigner Marie-Antoinette, la « dernière reine de Fra (...)

1À la faveur des « Printemps arabes », l’expression « les Marie-Antoinette du Moyen-Orient » a récemment rencontré un succès certain. Elle désigne les épouses de dirigeants de régimes autoritaires ayant suscité, par leurs dépenses extravagantes et leur mépris des souffrances du peuple, une haine au moins égale à celle portée à leur tyran de mari. Alors que l’évocation de ceux-ci donne lieu à la mobilisation de nombreux personnages historiques masculins, la « dernière reine de France2 » semble être la figure féminine imposée dans le traitement médiatique occidental d’Asma El-Assad (Syrie) ou de la reine Rania (Jordanie), mais aussi de Simone Gbagbo (Côte d’Ivoire) ou de Grace Mugabe (Zimbabwe).

2Les reproches aujourd’hui adressés aux « Marie-Antoinette du Moyen-Orient » évoquent ceux formulés, par le passé, à l’encontre d’Imelda Marcos et de la responsabilité qui lui a été attribuée de la fin, en 1986, du régime de la Loi martiale instauré aux Philippines par Ferdinand Marcos en 1972. La fuite à l’étranger du couple présidentiel philippin a exactement coïncidé avec celle des Duvalier et les similitudes entre Imelda Marcos et l’ex-Première dame d’Haïti ont alors été fréquemment relevées. La récurrence des figures de Marie-Antoinette et d’Imelda Marcos dans le traitement médiatique des épouses de tyrans contemporains est frappante et elle suggère l’existence d’un ensemble cohérent de représentations qui leur sont associées.

3Ce travail entend renouveler la réflexion entreprise, il y a une vingtaine d’années, par Price (1992 : 177) sur la construction de l’image médiatique d’Imelda Marcos au regard de celle de Marie-Antoinette telle que les pamphlets de la fin du xviiie siècle l’ont forgée. Cette réflexion mérite d’être réexaminée car Imelda Marcos, aujourd’hui une fringante octogénaire, est revenue d’exil et la puissance économique et politique de son clan montre que sa disgrâce est désormais consommée. D’ailleurs, les formes, souvent ambiguës, de réhabilitation et de curiosité amusée dont elle jouit aujourd’hui, dans son pays et à l’étranger, ne sont pas sans rappeler l’engouement contemporain pour la « dernière reine de France » (Duprat : 2008).

4Mon propos est d’analyser la mise en récit de la vie d’Imelda Marcos à partir d’une dizaine de biographies qui lui sont consacrées. Il analyse les éléments biographiques et les traits (supposés ou réels) de sa personnalité que les médias mobilisent lorsqu’ils comparent d’autres femmes politiques à Imelda Marcos. Ce travail permet de mettre en évidence un ensemble de représentations qui sont ordinairement associées aux épouses de dictateur et de formuler l’hypothèse d’un traitement que l’on qualifiera d’« à la Marie-Antoinette » des épouses de dirigeants dans les régimes tyranniques. Si je m’inscris dans un champ, déjà bien constitué, de recherches sur l’exercice du pouvoir par les femmes, en particulier aux Philippines, mon propos exclut volontairement les comparaisons souvent faites entre Imelda Marcos et deux femmes ayant exercé les fonctions présidentielles dans l’archipel : Cory Aquino (1986-1992) et Gloria Macapagal-Arroyo (2001-2010).

La légende dorée d’Imelda Marcos

  • 3 Journaliste d’investigation, Cecilio Arillo a été incarcéré sous Marcos. Pourtant, après 1986, sa (...)

5Des dizaines de biographies ont été consacrées à Imelda Marcos. Si les plus intéressantes émanent de journalistes d’investigation (par exemple, Mijares [1968] ; Pedrosa [1969]), la plupart sont des œuvres de commande, à l’instar de sa biographie officielle (Polotan 1970) ou de celles écrites par sa secrétaire, Ileana Maramag (notamment : 1982), ou par des personnes proches (par exemple : Arillo3 2012). Ces biographies adoptent néanmoins toutes le même séquençage de la vie d’Imelda Marcos : une irrésistible ascension reposant sur une non moins irrésistible beauté et, pour les plus récents de ces livres, la chute du régime et le retour d’Imelda Marcos dans l’archipel.

L’irrésistible ascension

6Issue de la branche la plus pauvre d’un clan par ailleurs puissant, Imelda Romualdez naît en 1929 à Manille où elle passe ses premières années. Elle grandit ensuite avec ses cinq frères et ses cinq sœurs à Olot, une petite ville de l’île de Leyte, province déshéritée du centre de l’archipel. Participant à des concours de beauté, elle est successivement élue « Rose de Tacloban », puis, en 1953 « Miss Leyte ». Au même moment, grâce à son nom et à sa beauté, elle réussit à se faire ouvrir les portes de la haute société de la capitale et à jouir d’une notoriété certaine, comme en témoigne sa désignation de « Muse de Manille » par le maire Arsenio Lacson en 1953.

  • 4 L’usage courant désignant certaines personnalités par leur surnom, notamment lorsque leur prénom es (...)

7L’oncle d’Imelda, Daniel Romualdez, est le président de la Chambre des représentants. À l’instar de son clan, il est affilié au Nacionalista (Parti nationaliste). Grâce à lui, Imelda Romualdez rencontre, en 1954, un éminent membre du Parti libéral, de douze ans son aîné : Ferdinand Marcos. Au Parlement, il représente depuis 1949 un district de sa province d’origine (Ilocos Norte) et il dirige la minorité parlementaire. Parmi ses soupirants (dont un certain Benigno « Ninoy4 » Aquino), c’est lui qu’Imelda Romualdez, qui a alors 25 ans, choisit d’épouser, bien qu’il soit un promdi (provincial).

  • 5 Elle constitue notamment les blue ladies, un groupe d’épouses et de filles d’hommes politiques qui (...)
  • 6 À l’instar des Lopez (voir ci-dessous), les Cojuangco, dont la fille Corazon « Cory » a épousé Ben (...)

8En 1965, au terme d’une fulgurante ascension politique et d’une campagne électorale à laquelle Imelda Marcos participe activement5, Ferdinand Marcos est élu président de la République. En 1972, trois ans après sa réélection, il place le pays sous le régime de la Loi martiale, ce qui se traduit par la suspension des institutions démocratiques, de nombreuses arrestations d’opposants et des violations massives des droits humains. La manière dont la Première dame sait faire profiter son clan et son entourage de sa réussite se traduit par les nominations politiques dont ils bénéficient et les holdings que les Romualdez acquièrent6 dans le cadre d’un pillage systématique organisé par le couple présidentiel sous couvert d’une restructuration des grands monopoles (noix de coco, médicaments, etc.).

  • 7 Ce qu’elle entend par là reste assez vague, voir néanmoins : « A city of man », in Romualdez-Marcos (...)
  • 8 Voir Lico (2003 : 50-69).
  • 9 Par exemple, sur l’accident du 17 novembre 1981 dans lequel 169 travailleurs sont tués sur le chant (...)

9Le pouvoir d’Imelda Marcos repose également sur les fonctions qu’elle occupe, notamment celle de gouverneure de la métropole de Manille à partir de 1975 et de ministre de l’Habitat à partir de 1978. Elle s’investit essentiellement dans des programmes sociaux (secours aux victimes de désastres naturels, promotion du maraîchage, etc.), l’embellissement de la capitale et la promotion des arts. Soucieuse de faire de Manille une « City of man7 », elle décide notamment la construction d’édifices publics8 qui permettent d’accueillir à Manille des événements internationaux, comme l’élection de Miss Univers (1974) ou la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (1979). Les moyens énormes dont elle dispose et les terribles conditions de travail9 sur les chantiers permettent le rapide achèvement d’un nombre impressionnant d’édifices (Cultural Center of the Philippines, Manila Film Center, Coconut Palace, Philippine International Convention Center, Philippine Heart Center, Lung Center of the Philippines, Kidney Institute of the Philippines, etc.).

  • 10 Notamment Crisostomo (1969). Sur cette expression, voir ci-dessous.
  • 11 Signé le 23 décembre entre le gouvernement philippin et le Front Moro de Libération nationale, il d (...)

10Décrite par Ferdinand Marcos comme l’« arme secrète10 » de sa politique étrangère, elle l’accompagne systématiquement dans ses nombreux voyages diplomatiques (États-Unis, Mexique, Maroc, Vatican, Royaume-Uni, Espagne, Union Soviétique, etc.) et elle effectue seule, en tant qu’ambassadrice plénipotentiaire et extraordinaire, plusieurs visites délicates à l’étranger. L’établissement de liens diplomatiques entre les Philippines et la Chine Populaire en 1975 ou le règlement, temporaire, de l’insurrection des Moros de l’île de Mindanao par la signature de l’accord de Tripoli en 197611 sont notamment portés à son crédit.

L’exil et le retour

11Au début des années 1980, la santé de Ferdinand Marcos se dégrade et Imelda Marcos exerce de facto une grande partie du pouvoir dans un contexte de protestations grandissantes. En 1986, le couple Marcos est forcé à l’exil lors du People Power, un soulèvement populaire et pacifique qui, en quelques jours, porte au pouvoir Cory Aquino. Malgré les nombreuses procédures judiciaires à leur encontre, le couple Marcos jouit d’un exil doré à Hawaii, fort du soutien d’une partie de la communauté philippine états-unienne et des élites conservatrices du pays. Mais la santé de l’ex-homme fort philippin continue à se détériorer et il meurt en septembre 1989. Imelda Marcos fréquentera désormais seule les festivités auxquelles elle est conviée par la jet-set.

  • 12 La Commission participe à l’élaboration des politiques publiques afin de réaliser les objectifs, ad (...)

12Estimant que les forces loyales aux Marcos, notamment au sein de l’armée, sont suffisamment affaiblies, Cory Aquino autorise, en novembre 1991, le retour d’Imelda Marcos. Celle-ci se lance immédiatement dans la campagne pour l’élection présidentielle de 1992, où elle obtient plus de 10 % des suffrages. En 1995, elle est élue députée dans sa province natale (Leyte), puis, en 2010, dans celle de son défunt mari (Ilocos Norte). Elle succède alors à son fils, Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr., élu au Sénat. À la chambre des représentants, elle propose régulièrement des projets de loi et elle préside même le Comité pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement12.

  • 13 « Marcos Children Pay Last Respects to Aquino », Inquirer.net, 4 août 2009.
  • 14 Cathy C. Yamsuan, T.J. Burgonio, « Unthinkable : Guess Who Came to Enrile Book Launch », Philippine (...)
  • 15 Juan Ponce Enrile: A Memoir est publié par ABS-CBN Publishing, propriété de la holding ABS-CBN dont (...)

13Malgré la perte du pouvoir en 1986, le clan Romualdez-Marcos a conservé son rang parmi l’élite du pays. Bongbong Marcos, avant d’être sénateur, a remporté par deux fois (en 1992 et en 2007) un siège de député (district d’Ilocos Norte). Sa sœur, Maria Imelda « Imee » Marcos, a, elle aussi, été élue députée de ce même district de 1998 à 2007 et, en 2010, elle est devenue gouverneure de la province, fonction à laquelle son frère avait été élu en 1998. À la réhabilitation du clan dont témoignent ses succès électoraux, s’est ajoutée la normalisation de ses relations avec le clan Aquino comme avec le reste de la classe dirigeante. Ainsi, en juillet 2009, Imelda Marcos fait célébrer des messes pour le rétablissement de Cory Aquino. Le 4 août, Imee et Bongbong Marcos s’inclinent devant son cercueil13. En septembre dernier, Imelda Marcos assiste 14 au lancement des mémoires de Juan Ponce Enrile15, ancien homme fort de la dictature et dont la défection, avec Fidel Ramos, a entraîné le People Power et la chute du régime.

Ce que cachait le sourire de la Loi martiale

14L’exercice du pouvoir par Imelda Marcos et les attaques à son encontre font surgir des représentations successives et concurrentes de la féminité qui ne sont intelligibles que dans les comparaisons faites entre les épouses de dictateurs : une féminité dont la beauté et ses artifices dissimulent son caractère menaçant.

Fabuleuse, immorale et dangereuse

15Pendant les campagnes électorales (1965, 1969) de son époux, puis comme Première dame, Imelda Marcos s’est conformée au rôle attendu des épouses d’hommes politiques aux Philippines, excellant notamment dans la « kinship politics » [politique de la parenté] (Roces 1998 : 41). La campagne menée par Cory Aquino pour l’élection présidentielle de 1986 – dont l’issue a scellé le sort du couple Marcos – est d’ailleurs généralement interprétée comme l’apparition d’une nouvelle façon d’être une femme en politique aux Philippines. Imelda Marcos reproche publiquement à Cory Aquino d’être « le complet opposé de ce qu’une femme doit être », c'est-à-dire une personne « douce, qui ne se mesure pas à un homme, mais garde ses critiques pour elle et ne fait de leçons à son mari que dans la chambre à coucher » (Ai-Yu Niu 1999).

16Le soin extrême qu’Imelda Marcos a mis, dans son exercice du pouvoir et dans son rôle protocolaire de représentation, à se conformer au rôle genré et racialisé qui était attendu d’elle, en mettant en valeur sa beauté et en se soumettant aux intérêts de son époux et de son clan, lui a valu son surnom de « Steel butterfly » (papillon d’acier). Ainsi, sur la scène internationale, ses apparitions remarquées dans des robes traditionnelles philippines (filipiniana) aux manches papillon lui permettent d’incarner une beauté « typiquement » philippine.

17Si le montant prodigieux de ses dépenses a souvent été expliqué, voire excusé, par la pauvreté dans laquelle Imelda Marcos a passé son enfance (par exemple Seagrave 1988), il a par contre été abondamment rappelé que « c’est en raison de ses origines pauvres ou humbles que ses achats manquaient de goût ou étaient socialement inappropriés » (Manapat 1991 : 73). Elle représentait en effet l’archétype du nouveau riche (Pedrosa 1987 : 189-192, 212, 219), à l’inverse notamment de Cory Aquino, qui parlait parfaitement français, avait étudié aux États-Unis et savait ne pas faire étalage des richesses dont elle avait hérité. À cela s’est ajouté le caractère généralement différentiel du jugement porté sur les hommes et les femmes en matière de dépenses et d’exigences de « bon goût » (Goldstein 1987 : 236).

  • 16 En avril 1975, lors d’un voyage instaurant des relations diplomatiques entre la Roumanie et les Phi (...)

18Imelda Marcos a également été victime de la critique d’immoralité qui sanctionne fréquemment les femmes ayant bénéficié d’une forte ascension sociale. Ainsi, son perpétuel adversaire politique (et ancien prétendant) Ninoy Aquino attribuait à son enfance pauvre son flair et son extravagance et la comparait en cela à Evita Perón (Pedrosa 1987 : 108). Les moqueries qu’ont suscitées les dizaines de livres qu’elle a fait publier aux Philippines (notamment Romualdez Marcos [1975, 1978a, 1978b, 1981]) et qui témoigneraient de sa vision toute personnelle de la vie et du monde, évoquent les railleries à l’encontre d’Elena Ceaușescu et de son obtention, par la voie diplomatique, de nombreux titres universitaires prestigieux censés attester de son excellence scientifique16.

  • 17 Recrutée pour jouer dans Maharlika (Jerry Hopper 1971), un film mettant en scène les exploits (cont (...)
  • 18 Voir Rotea (1983).
  • 19 Voir Frank Walker, « Hunt for Tyrant’s Millions Leads to Former Model’s Home », Sydney Morning Hera (...)

19Imelda Marcos a souvent été présentée comme une érotomane ou, pour le moins, une croqueuse d’hommes – et de femmes. Il lui a en effet été prêté plusieurs relations lesbiennes avec ses plus proches amies, notamment l’héritière américaine Doris Duke et Cristina Ford, l’épouse du magna états-unien de l’automobile. Certainement calomnieux, ces propos reflètent surtout des normes différentielles en matière de sexualité masculine et féminine, puisque, si on s’en tient à la sexualité du couple présidentiel, le scandale sexuel qui a le plus ébranlé le régime est assurément la divulgation par l’actrice américaine Dovie Beams17 des enregistrements de ses ébats avec le président. Or la sexualité « excessive » d’Imelda Marcos est toujours davantage discutée que ce scandale, bien qu’il soit parfaitement documenté et que les enfants adultérins que Ferdinand Marcos a eus, notamment avec Carmen Ortega18 (au nombre de quatre) et avec la modèle australienne Evelin Hegyesi19 (une fille), tendent à accréditer le nombre important de maîtresses qui lui ont été attribuées.

  • 20 Surnom donné au pont San Juanico (autrefois « Marcos ») que Ferdinand Marcos fit construire entre l (...)
  • 21 Notamment Aimee, qui a officiellement été adoptée par le couple, est réputée être une fille adulté (...)

20En outre, nombre de rumeurs persistantes témoignent de l’effrayante froideur prêtée à Imelda Marcos. Si les chantiers qu’elle a ordonnés ont causé la mort de nombreux ouvriers, il paraît difficile de donner du crédit à la rumeur, pourtant répandue, selon laquelle elle aurait fait tuer des enfants vagabonds pour que leur sang, mêlé au ciment, assure le succès de la construction, entreprise en 1969, du « Love bridge20 ». Par ailleurs, parmi les rumeurs qui remettent en cause l’identité des enfants légitimes du couple Marcos21, celle concernant Bongbong est particulièrement significative : il serait un cousin du « vrai » Bonbong et il aurait subi des opérations de chirurgie esthétique pour le remplacer après, selon les versions, son assassinat ou sa mort accidentelle dans les années 1970. Au-delà d’une légende urbaine relativement classique (l’usurpation de l’identité d’un successeur désigné), c’est la sincérité et la capacité de l’amour maternel d’Imelda Marcos qui sont ici remises en cause.

  • 22  Elle se fait élire en 1978 contre lui et fut ensuite, en 1983, impliquée dans son assassinat.
  • 23 Il a ainsi été abondamment rapporté sa réponse au sujet de sa profession : « Mining, that’s mine, (...)
  • 24 Il en existe plusieurs versions, mais leur substance est similaire à celle que retient Navarro-Ped (...)

21Les critiques à l’encontre d’Imelda Marcos se sont focalisées, notamment à la lumière de sa lutte implacable contre son ancien soupirant Ninoy Aquino22 et de son refus d’indemniser les victimes du régime de la Loi martiale, sur des caractéristiques jugées peu féminines (détermination, froideur, absence d’empathie, etc.). Nombre de ses « bons mots », souvent invérifiables, sont censés illustrer son mépris du peuple et son égocentrisme23. Ses propos sur le « sourire des gens24 » peuvent être rapprochés de ceux de Marie-Antoinette sur les brioches.

22L’expression de « Secret weapon » dont Imelda Marcos a souvent été qualifiée témoigne de sa subordination aux intérêts de son époux, mais également d’un pouvoir qui est plus excessif que « secret ». À l’instar d’autres surnoms employés, comme « Papillon d’acier » (par exemple Ellison [1988]) ou, plus exceptionnel, « Rose carnivore » (Harper 1990), elle laisse entendre l’ambiguïté et la dissimulation de la véritable nature d’Imelda Marcos.

Au jeu des comparaisons

  • 25 Pour des exemples tirés de dessins de la presse nationale et internationale, voir : Roces (1992 : 1 (...)
  • 26 Par exemple : Pedrosa (1987 : 155).
  • 27 Par exemple : Annie Groer, « Asma al-Assad, Syria's Marie-Antoinette », Washington Post, 24 mars 2 (...)
  • 28 La biographie d’Hillary Clinton réalisée par Anderson (2004), sous l’angle de ce qu’elle aurait en (...)
  • 29  Par exemple : H. Betts, « Leïla Trabelsi : Imelda Marcos of the Arab World », The Telegraph, 19 ja (...)

23Parfois comparée à Evita Perón25, Imelda Marcos l’a été plus souvent encore à Marie-Antoinette (Price 1992). De même, son Goldenberg Mansion, une ancienne villa qu’elle a affectionnée et pour laquelle elle a beaucoup dépensé, a été rapprochée du Petit Trianon26. Autre exemple : le député de New York qui enquêtait sur les avoirs du couple Marcos déclare en 1986 : « Compared to her, Marie-Antoinette was a bag lady » (« comparée à elle, Marie-Antoinette était une clocharde »). Si la figure de Marie-Antoinette est souvent mobilisée pour évoquer les épouses de dictateur27, Imelda Marcos constitue assurément, juste avant Evita Perón28, la personnalité contemporaine à laquelle les femmes de pouvoir, lorsque celui-ci est contesté, sont le plus souvent comparées29.

24À l’instar d’une Imelda Marcos saluée, par la couverture de l’édition asiatique de Life en août 1966, comme « the fabulous Philippines’ First lady », celles qu’on surnomme les « Marie-Antoinette du Moyen-Orient » ont toutes été, dans un passé parfois proche, encensées à l’étranger. Leur beauté et leur mode de consommation ont été tenus pour des preuves de leur « modernité » – pour ne pas dire de leur occidentalisation – et elles ont alors été présentées comme une chance pour les habitants (en particulier les habitantes) et les régimes politiques de ces pays. Ainsi, le travail de représentation effectué par Imelda Marcos sur la scène internationale est dans une certaine mesure comparable à celui d’Evita Perón lors de la Gira del Arco Iris (« tournée arc-en-ciel ») au cours de laquelle elle rencontra, en 1947, de nombreux chefs d'États européens pour redorer l’image internationale de l’Argentine.

25Le principal reproche désormais adressé à ces femmes est de ne pas s’être suffisamment conformées à ce qui est attendu d’une femme (la douceur, la générosité et la bonté) – à moins que leurs travers (l’égoïsme, l’avidité et la cruauté) ne soient justement présentés comme typiquement féminins. L’utilisation de la sexualité, sous l’angle du monstrueux et de la contestation des qualités maternelles, voire leur dimension pornographique, dans les attaques à l’encontre d’Imelda Marcos évoque la teneur des critiques adressées à Marie-Antoinette (Price 1992 : 178 notamment).

  • 30 Voir, par exemple, la caricature qui représente Ferdinand Marcos coincé au milieu de la poitrine d (...)

26Goldstein (1987 : 236) a souligné que le traitement médiatique des régimes dictatoriaux philippin et haïtien faisait quasi exclusivement reposer leur illégitimité sur le mode de consommation ostentatoire des épouses des dirigeants. Or, le reproche généralement fait à ces femmes d’avoir conduit, par leurs folles dépenses, l’économie nationale à sa perte, n’est jamais vraiment dissociable de celui de leur pouvoir excessif – à moins que le pouvoir féminin ne soit jugé comme essentiellement excessif. Qu’elles soient réputées avoir mis « sous influences » un homme (leur époux) ou un pays (les conspirations de l’Autrichienne), elles incarnent un féminin dangereux et incontrôlable30 : au final, ces femmes semblent davantage critiquées pour ce qu’elles sont (des femmes) que pour ce qu’elles font (leur part d’exercice d’un pouvoir dictatorial). À l’instar de l’expression, souvent reprise, de « dictature conjugale » (Mijares 1986) pour qualifier le régime de la Loi martiale, ces représentations, comme le notent Houssais et Le Coz (2011) au sujet de l’expression « les Marie-Antoinette du Moyen-Orient », laissent entendre « que le dirigeant n'est pas responsable des problèmes qui lui sont reprochés, mais qu'il est simplement mal entouré et trop influencé par sa femme ».

La mémoire des années Marcos et la réhabilitation d’Imelda

27Imelda Marcos s’est amusée à déclarer : « Dans mes placards, ils n’ont pas trouvé de cadavres, que des chaussures ! » (Diaz 2003). La formule invite à prendre au sérieux la fabrique mémorielle des figures féminines qui tend à s’intéresser davantage aux placards d’une femme qu’aux charniers d’un régime et qui s’inscrit, plus largement, dans une forme d’engouement pour Imelda Marcos, faisant écho, sur un mode exoticisant, à celui dont Marie-Antoinette fait aujourd’hui l’objet.

Les placards de la Loi martiale

28L’extravagance des achats d’Imelda Marcos à travers le monde était de notoriété publique lorsqu’a été découverte, après l’abandon par le couple Marcos du Palais présidentiel de Malacañang en 1986, l’immensité de sa garde-robe : plus de 800 robes et un nombre impressionnant de gants, de sacs, de chapeaux… Imelda Marcos reste néanmoins irrémédiablement associée au nombre incroyable de paires de chaussures (plus de 3 000) qu’elle possédait.

  • 31 S’il existe des monuments célébrant le People Power ou rendant hommage aux victimes du régime (comm (...)
  • 32 Pour l’utilisation des chaussures d’Imelda dans les dessins de la presse internationale, voir nota (...)
  • 33 Concernant la vente aux enchères des escarpins de Marie-Antoinette, voir notamment pour la presse (...)

29Exposée à Malacañang sous la présidence de Cory Aquino, la collection de chaussures d’Imelda Marcos l’est, depuis 2001, au Footwear Museum à Marikina (dans la mégapole de Manille), où elle jouxte les paires de chaussures de célébrités des mondes politique, sportif et artistique philippins. La collection n’est pas, en elle-même, particulièrement originale. Néanmoins, la patrimonialisation des chaussures d’Imelda Marcos31, la publicité donnée à cette collection et l’attention et les commentaires qu’elle suscite régulièrement (aux Philippines ou à l’étranger), sont significatifs d’une construction mémorielle d’Imelda Marcos et de la dictature militaire qui tend à réduire la seconde aux chaussures de la première32. Ainsi, fin septembre 2012, l’annonce, d’abord diffusée par les médias philippins, de la dégradation de la collection par les inondations qui avaient affecté la mégalopole de Manille (et tout particulièrement la ville de Marikina) durant l’été précédent, a largement été reprise à l’étranger. Quelques jours plus tard, une paire d’escarpins ayant appartenu à Marie-Antoinette était vendue aux enchères à Drouot. L’intérêt certain avec lequel les médias ont abondamment repris les deux nouvelles33 témoigne de leur penchant pour le traitement, sur un mode anecdotique, sinon fétichiste, des régimes tyranniques.

  • 34 Voir, par exemple, son interview dans Imelda and Me, le documentaire de Veronica Pedrosa (2011), l (...)
  • 35 Officiellement estimés à 10 milliards de dollars. Voir : « Gov’t Going after Marcos’ Illegal Wealth (...)
  • 36 Par exemple, en septembre 2010, sa secrétaire Vilma Bautista a été poursuivie à New York pour la v (...)
  • 37 Par exemple, en 1998, la Cour suprême des Philippines a cassé sa condamnation (prononcée quelques m (...)

30La place prise par les chaussures d’Imelda Marcos dans la mémoire du régime de la Loi martiale résonne avec l’absence d’une quelconque expression de repentir d’Imelda Marcos34, mais aussi l’impunité dont elle et son clan ont bénéficié. Malgré des actions juridiques de grande ampleur, aux États-Unis et aux Philippines, pour récupérer les biens usurpés par le clan Marcos35 et les enquêtes touchant son entourage36, Imelda Marcos a toujours échappé aux condamnations les plus graves prononcées à son encontre37 et les victimes du régime de la Loi martiale n’ont jamais été indemnisées.

31En effet, les forces en faveur d’une réhabilitation officielle du régime de la Loi martiale demeurent puissantes, comme en témoigne le sort de la dépouille de l’ancien dictateur. Alors que Cory Aquino s’y était fermement opposée durant sa présidence, son successeur permit, en 1993, le retour du corps de Ferdinand Marcos aux Philippines. Il est depuis exposé à Batac, sa ville natale, à proximité d’un musée où sont exposées les reliques de son glorieux passé militaire (dont l’authenticité est par ailleurs contestée), de sa carrière politique et de son exercice du pouvoir. Même s’il dut finalement y renoncer devant les protestations conduites par Cory Aquino, le Président Joseph Estrada avait autorisé, en juin 1998, l’enterrement de Ferdinand Marcos au Libingan ng mga Bayani, le cimetière des héros nationaux. Les partisans de l’enterrement de l’ex-dictateur au Libingan ng mga Bayani restent nombreux et vindicatifs et ils pourraient finir par obtenir gain de cause.

32Entre la collection de chaussures d’Imelda et le corps embaumé de Ferdinand, la mémoire des Marcos est déchirée entre le futile et le solennel. Cette tension est révélatrice de ce que peut et doit être, dans la sphère publique, une femme de pouvoir dont on se souvient, finalement, non pour elle-même et son action politique, mais pour ce qu’elle a, frivolement, amassé et, temporairement, possédé. La formule d’Imelda Marcos selon laquelle le régime dirigé par son époux avait été « une loi martiale avec le sourire » sonne comme un aveu de ce que pourrait lui réserver la postérité.

Cendrillon dans le siècle

  • 38 Écrit et joué par Carlos Celdran, le spectacle a d’abord été joué à la Twist Gallery (Toronto) en j (...)
  • 39 Produit par David Byrne et Fatboy Slim, en collaboration avec 22 autres artistes, l’album retrace l (...)
  • 40 Jouée par les East West Players et dirigée par Tim Dang, la première a eu lieu le 30 septembre 2005 (...)
  • 41 Aux Philippines, le terme « Imeldific » exprime, dans le langage courant, cette subtile combinaison

33Si la congruence des représentations associées aux femmes de dictateurs permet d’évoquer un « traitement à la Marie-Antoinette » d’Imelda Marcos, cela se traduit également par les manières dont celle-ci jouit, depuis une décennie, d’une forme d’engouement. Ainsi, le Cultural Center of the Philippines, qui lui doit certes son existence, lui rend régulièrement hommage, par exemple en novembre 2012 avec « Living la vida Imelda38». À l’instar d’autres productions artistiques, comme le travail photographique de Steve Tirona, l’album Here lies love39 ou la comédie musicale Imelda40 (d’ailleurs souvent présentée comme une réponse à Evita), ce spectacle fait d’Imelda Marcos la parfaite incarnation de la shopalcoholic et de la fashionista, un peu vulgaire, mais rendue sublime par son inégalable extravagance41.

34Si Imelda Marcos peut jouir de son vivant, à l’inverse de la « dernière reine de France », de sa réhabilitation, celle-ci emprunte les voies prises par les formes d’exaltation du personnage de Marie-Antoinette autour de sa caractérisation comme « royal, féminin, maternel et… guillotiné » (Berly 2003 : 86). Dépouillée de toute dimension politique, Imelda Marcos est mobilisée comme un personnage au destin tragique : l’histoire d’une princesse qui perd son palais et ses chaussures – la chute inattendue d’un conte qui avait fait d’une pauvre petite fille une princesse. L’occultation de la nature dictatoriale du régime par la perte irrémédiable des chaussures d’une Cendrillon dans le siècle résonne étrangement avec la manière dont le lancer de chaussures est devenu, à l’époque contemporaine, le symbole d’une protestation non conventionnelle contre les oppresseurs (Ibrahim 2009).

  • 42  Il n’existe, sauf erreur, qu’une photographie sur laquelle Imelda Marcos a les cheveux détachés.

35À l’image des photographies un peu vieillies d’Evita Perón, celles d’Imelda Marcos, aux chignons toujours impeccables42, sont célébrées pour leur glamour et elles sont négligemment rapprochées de celles de Jackie Kennedy ou de stars contemporaines. La forme de respect qu’inspire la beauté d’Imelda Marcos s’articule au fétichisme de la marchandise que traduit la délectation avec laquelle ont été rapportées ses extravagantes séances de shoppings (par exemple : Klaffke 2003 : 161) ou l’impressionnante liste des richesses à bord des deux C-141 dans lesquels le couple en exil est arrivé à Hawaii. L’intérêt médiatique pour la joueuse de poker Beth Shak et ses quelque 1 200 paires de chaussures ou les descriptions des shoppings des riches émiratis à Paris témoignent de cette même fascination. Si on peut parler d’un engouement « à la Marie-Antoinette » pour Imelda Marcos, c’est qu’il partage la fascination pour le « bling-bling » et le « trash » décrit par Duprat (2008).

  • 43 Voir Hamilton-Paterson (1998).

36La réhabilitation dont jouit aujourd’hui Imelda Marcos aux Philippines n’est pas étrangère à une forme de nostalgie43 pour le régime fort de la « New Society » de Ferdinand Marcos, qui se traduisait par une présence, certes liée à l’influence états-unienne, mais sans précédent et inégalée depuis, des Philippines sur la scène internationale. Cette forme de nostalgie a également à voir avec celle que porte à leur jeunesse militante la génération des « Martial law babies », qui occupe désormais des postes à responsabilités et constitue la classe moyenne et intellectuelle de la capitale.

37Qu’on ait donné de la « Dame de fer » à Margaret Thatcher quand, au même moment, les surnoms désignant Imelda Marcos (voir ci-dessus), dont le fameux « Papillon d’Acier », l’assignaient autant à la féminité qu’à l’exotisme, suggère que l’engouement actuel pour Imelda Marcos doit être pensé en lien avec l’intérêt amusé et exoticisant que peuvent susciter les « dictatures tropicales ». Si Imelda Marcos a souffert, aux Philippines, du procès en inauthenticité que subissent généralement les nouveaux riches, on peut aussi penser que, à l’inverse, l’attrait dont elle bénéficie aujourd’hui sur la scène internationale n’est pas étranger au registre de l’inauthenticité et de la parodie auquel, de façon délibérée ou non, elle est assignée. C’est cette exoticisation, à la fois de la dictature de la Loi martiale et d’Imelda Marcos, qui rend possible l’engouement à son égard – mais aussi sa désignation récurrente en occident comme « drag queen icone44 » et « icône gay45 ».

Conclusion

38Les formes spécifiquement féminines de disgrâce et de réhabilitation que révèle le traitement d’Imelda Marcos doivent assurément se lire au regard de la façon dont, par ailleurs, les femmes accèdent au pouvoir et exercent celui-ci. Que Cory Aquino incarne, aujourd’hui encore, un pouvoir juste et féminin, systématiquement opposé au pouvoir tyrannique et féminin d’Imelda Marcos (Ricordeau 2010), suggère comment les discours sur le pouvoir des femmes se scellent autour de l’essentialisation des femmes et non de la nature de ce pouvoir.

  • 46 Traduite en 14 langues, l’édition de 2011 a été suivie d’un second tome en 2012.

39À l’instar de l’intérêt médiatique fréquemment renouvelé pour les « femmes de serial killers », le succès éditorial46 de l’ouvrage de Diane Ducret, Femmes de dictateur, illustre la curiosité que suscite invariablement la proximité des femmes avec ce qui est tenu pour l’incarnation du Mal. Malgré les puissants contre-exemples constitués par Gloria Macapagal-Arroyo et Margaret Thatcher, l’admiration et la haine que suscitent les femmes de pouvoir sont souvent indirectement destinées à un homme. Il s’agit d’un des points communs à Imelda Marcos et Cory Aquino : elles doivent toutes deux les déchaînements de passion à leur égard à leur statut de « femme de ».

Haut de page

Bibliographie

AI-YU NIU, Greta, 1999, « Wives, Widows and Workers : Corazon Aquino, Imelda Marcos and the Filipina “Other” », National Women’s Studies Association Journal, 11, 2 : 88-102.

ANDERSON, Christopher, 2004, American Evita : Hillary Clinton’s Path to Power, New York : William Morrow & Company.

ARILLO, Cecilio, 2012, Imelda : Mothering and Her Poetic and Creative Ideas in a Troubled World, s.l. : CreateSpace Independent Publishing Platform.

BERLY, Cécile, 2003, « Marie-Antoinette sur le Net : de l’usage de la reine ou des usages d’une mémoire royale et féminine », Annales historiques de la Révolution française, 333 : 85-101.

CRISOSTOMO, Isabelo, 1969, The President Secret Weapon, Quezon City [Philippines] : M. Colcol.

DIAZ, Ramona, 2003, Imelda. Power. Myth. Illusion, 102 m.

DUCRET, Diane, 2011, Femmes de dictateur, t. 1, Paris : Perrin.

DUCRET, Diane, 2012, Femmes de dictateur, t. 2., Paris : Perrin.

DUPRAT, Annie, 2008, « Marie-Antoinette, côté bling-bling et côté trash », Le Temps des médias, 10 : 13-26.

ELLISON, Katherine, 1988, Imelda : Steel Butterfly of the Philippines, New York : McGraw-Hill.

GOLDSTEIN, Judith L., 1987, « Lifestyles of the Rich and Tyrannical », The American Scholar, 56, 2 : 235-247.

HAMILTON-PATERSON, James, 1998, America’s Boy : The Rise and Fall of Marcos and Other Misadventures of U.S. Colonialism in the Philippines, Manille : Anvil.

HARPER, Michel, 1990, Imelda Marcos, la rose carnivore, Paris : Numéro 1.

HOUSSAIS, Coline & Camille LE COZ, 2011, « Trophées ou épouvantails, perceptions et utilisations du féminin par les médias et le pouvoir politique : perspectives croisées sur le monde arabe », Revue Averroès, 4-5 : 1-8.

IBRAHIM, Yasmin, 2009, « The Art of Shoe-Throwing : Shoes as a Symbol of Protest and Popular Imagination », Media, War & Conflict, 2, 2 : 213-226.

KLAFFKE, Pamela, 2003, Spree : A Cultural History of Shopping, Vancouver : Arsenal Pulp Press.

LICO, Gerard, 2003, Edifice Complex : Power, Myth, and Marcos State Architecture, Manille : Ateneo de Manila University Press.

MANAPAT, Ricardo, 1991, Some Are Smarter than Others. The History of Marcos’ Crony Capitalism, New York : Aletheia Publications.

MARAMAG, Ileana, 1982, Imelda Romualdez Marcos : a biography of deeds, Manille : Office of Media Affairs.

MIJARES, Primitivo, 1986, The Conjugal Dictatorship of Ferdinand and Imelda Marcos, San Francisco : Union Square Publications.

PEDROSA, Carmen, 1969, The Untold Story of Imelda Marcos, Rizal (Philippines) : Tandem.

PEDROSA, Carmen, 1987, The Rise and Fall of Imelda Marcos, Manille : Bookmark.

PEDROSA, Veronica, « Imelda and Me », Al jazeera, septembre 2011, 47’53.

POLOTAN, Kerima, 1970, Imelda Romualdez Marcos, a biography of the First Lady of the Philippines, Manille : Regal Printing.

PRICE, Leah, 1992, « Vies Privées et Scandaleuses : Marie-Antoinette And The Public Eye », The Eighteenth Century, 33, 2 : 176-192.

RICORDEAU, Gwenola, 2010, « Cory Aquino : décryptage d’un hommage national », Hérodote, 136 : 185-202.

ROCES, Alfredo, 1992, Medals and Shoes : Political Cartoons of the Times of Ferdinand and Imelda Marcos, 1965-1992, Manille : Anvil.

ROCES, Mina, 1998, Women, Power, and Kinship Politics : Female Power in Post-War Philippines, Westport : Praeger.

ROMUALDEZ MARCOS, Imelda, 1975, The Compassionate Society and Other Selected Speeches of Imelda Romualdez Marcos, ed. by Ileana Maramag, Manille : National Media Production Center.

ROMUALDEZ MARCOS, Imelda, 1978a, The Ideas of Imelda Romualdez Marcos (deux volumes), Manille : National Media Production Center.

ROMUALDEZ MARCOS, Imelda, 1978b, Golden quotations of our First Lady, Mrs. Imelda Romualdez Marcos, Governor of the Metropolitan Manila Commission, Manille : National Book Store.

ROMUALDEZ MARCOS, Imelda, 1981, A Humanist Approach to Development, and Other Selected Speeches of Imelda Romualdez Marcos (éd. par Ileana Maramag), Manille : National Media Production Center.

ROMULO, Beth Day, 1987, Inside the Palace (The Rise and Fall of Ferdinand & Imelda Marcos), New York : G.P. Putnam.

ROTEA, Hermie, 1983, Marcos' Lovey Dovie, Los Angeles : Liberty Pub. Co.

SEAGRAVE, Sterling, 1988, Marcos Dynasty, New York : Harper & Row.

Haut de page

Note de fin

1 Citation apocryphe, quoique parfaitement vraisemblable.

2 Si l’expression est couramment utilisée pour désigner Marie-Antoinette, la « dernière reine de France » est en fait Marie-Amélie des Deux-Siciles, épouse du roi Louis-Philippe Ier.

3 Journaliste d’investigation, Cecilio Arillo a été incarcéré sous Marcos. Pourtant, après 1986, sa proximité avec les loyalistes lui a valu d’être plusieurs fois poursuivi, mais les charges graves à caractère politique (rébellion, kidnapping, meurtre) qui pesaient contre lui n’ont finalement pas été retenues.

4 L’usage courant désignant certaines personnalités par leur surnom, notamment lorsque leur prénom est également porté par un proche, seule la première occurrence comporte leur nom complet.

5 Elle constitue notamment les blue ladies, un groupe d’épouses et de filles d’hommes politiques qui font campagne avec elle. Sur le rôle des femmes dans les campagnes électorales aux Philippines et les blue ladies, voir Roces (1998 en particulier : 31, 48-49).

6 À l’instar des Lopez (voir ci-dessous), les Cojuangco, dont la fille Corazon « Cory » a épousé Benigno Aquino, ont dû vendre une partie de leur holding à Benjamin « Kokoy » Romualdez, le frère d’Imelda Marcos. Sur l’enrichissement des Romualdez, voir : Manapat (1991 : 387-409).

7 Ce qu’elle entend par là reste assez vague, voir néanmoins : « A city of man », in Romualdez-Marcos (1975 : 119-125).

8 Voir Lico (2003 : 50-69).

9 Par exemple, sur l’accident du 17 novembre 1981 dans lequel 169 travailleurs sont tués sur le chantier du Manila Film Center, voir Lico (2003 : 124).

10 Notamment Crisostomo (1969). Sur cette expression, voir ci-dessous.

11 Signé le 23 décembre entre le gouvernement philippin et le Front Moro de Libération nationale, il doit beaucoup à la rencontre préalable entre Imelda Marcos et Mouammar Kadhafi.

12 La Commission participe à l’élaboration des politiques publiques afin de réaliser les objectifs, adoptés en 2000 par les états membres de l’Onu, notamment de réduction de l’extrême pauvreté et de la mortalité infantile ou d’amélioration de l’accès à l’éducation.

13 « Marcos Children Pay Last Respects to Aquino », Inquirer.net, 4 août 2009.

14 Cathy C. Yamsuan, T.J. Burgonio, « Unthinkable : Guess Who Came to Enrile Book Launch », Philippine Daily Inquirer, 29 septembre 2012.

15 Juan Ponce Enrile: A Memoir est publié par ABS-CBN Publishing, propriété de la holding ABS-CBN dont le clan Lopez avait été dépossédé sous la Loi martiale.

16 En avril 1975, lors d’un voyage instaurant des relations diplomatiques entre la Roumanie et les Philippines, elle a été faite docteur honoris causa de l’université des Philippines.

17 Recrutée pour jouer dans Maharlika (Jerry Hopper 1971), un film mettant en scène les exploits (controversés) de Ferdinand Marcos durant l’occupation japonaise des Philippines (1941-1945), elle aurait utilisé ces enregistrements pour se protéger de menaces du Président à son encontre (voir Rotea 1983).

18 Voir Rotea (1983).

19 Voir Frank Walker, « Hunt for Tyrant’s Millions Leads to Former Model’s Home », Sydney Morning Herald, 4 juillet 2004.

20 Surnom donné au pont San Juanico (autrefois « Marcos ») que Ferdinand Marcos fit construire entre l’île natale de la Première dame, Leyte, et celle de Samar.

21 Notamment Aimee, qui a officiellement été adoptée par le couple, est réputée être une fille adultérine de Ferdinand Marcos.

22  Elle se fait élire en 1978 contre lui et fut ensuite, en 1983, impliquée dans son assassinat.

23 Il a ainsi été abondamment rapporté sa réponse au sujet de sa profession : « Mining, that’s mine, that’s mine. »

24 Il en existe plusieurs versions, mais leur substance est similaire à celle que retient Navarro-Pedrosa (1987: 129) : « For me, the real index of this country is the smiles of the people, not the economic index ».

25 Pour des exemples tirés de dessins de la presse nationale et internationale, voir : Roces (1992 : 113, 154).

26 Par exemple : Pedrosa (1987 : 155).

27 Par exemple : Annie Groer, « Asma al-Assad, Syria's Marie-Antoinette », Washington Post, 24 mars 2012.

28 La biographie d’Hillary Clinton réalisée par Anderson (2004), sous l’angle de ce qu’elle aurait en commun avec Eva Perón (des ambitions personnelles et des manières d’user, voire d’abuser, du pouvoir par le truchement de son mari), montre comme ce type de représentation sur les femmes et le pouvoir ne se cantonne pas au contexte autoritaire.

29  Par exemple : H. Betts, « Leïla Trabelsi : Imelda Marcos of the Arab World », The Telegraph, 19 janvier 2011 ; «  Imelda Marcos of Rwanda : Jeannette Kagame has Enriched Herself, Friends and In-laws », Umuvugizi, The voice of Rwanda, 21 octobre 2012. Sur la mobilisation de la figure d’Imelda Marcos à l’encontre de Suha Arafat, voir : Tom Gross, « Arafat Sends his Wife to Mecca to Fight off Radical Islamic Threat », The Telegraph, 8 avril 2001.

30 Voir, par exemple, la caricature qui représente Ferdinand Marcos coincé au milieu de la poitrine de son épouse et rendu ainsi sourd aux protestations populaires (Roces 1992 : 208).

31 S’il existe des monuments célébrant le People Power ou rendant hommage aux victimes du régime (comme le Bantayog ng mga bayani, à Quezon City, dans la mégapole de Manille), il n’existe aucun musée consacré à la période de la Loi martiale,

32 Pour l’utilisation des chaussures d’Imelda dans les dessins de la presse internationale, voir notamment Roces (1992 : 124-125).

33 Concernant la vente aux enchères des escarpins de Marie-Antoinette, voir notamment pour la presse française : Le Figaro (« Marie-Antoinette dans ses petits souliers », 16 octobre 2012), Elle (« Les escarpins de Marie-Antoinette vedettes d’une vente aux enchères », 17 octobre 2012), mais aussi Grazia ou Sud-Ouest. Pour la presse étrangère, voir par exemple Time (« Marie Antoinette’s Shoes Sell for $65,000 at French Auction », 18 octobre 2012) ou The Telegraph (« Marie Antoinette’s Slippers Sell at Auction in Paris for €50,000 », 17 octobre 2012). La dégradation de la collection de chaussures d’Imelda Marcos a été évoquée notamment par Le Nouvel Observateur, Challenges, Le soir et la BBC (http://www.bbc.com/news/entertainment-arts-19754201).

34 Voir, par exemple, son interview dans Imelda and Me, le documentaire de Veronica Pedrosa (2011), la fille de la journaliste Carmen Pedrosa, contrainte à l’exil après la parution de sa biographie d’Imelda Marcos (1969).

35 Officiellement estimés à 10 milliards de dollars. Voir : « Gov’t Going after Marcos’ Illegal Wealth Still », The Philippine Star, 5 juillet 2013.

36 Par exemple, en septembre 2010, sa secrétaire Vilma Bautista a été poursuivie à New York pour la vente d’un tableau de Monet (estimé à 32 millions de dollars) qui était recherché depuis les années 1980.

37 Par exemple, en 1998, la Cour suprême des Philippines a cassé sa condamnation (prononcée quelques mois auparavant) à douze ans de prison pour corruption et, en 2008, la Cour suprême des États-Unis a cassé le jugement qui lui ordonnait de payer 2 milliards de dollars aux quelque 7 000 victimes du régime ayant déposé un recours collectif.

38 Écrit et joué par Carlos Celdran, le spectacle a d’abord été joué à la Twist Gallery (Toronto) en juin 2011, puis à la Silverlens Gallery (Makati City, Philippines) en mars 2012.

39 Produit par David Byrne et Fatboy Slim, en collaboration avec 22 autres artistes, l’album retrace la vie d’Imelda Marcos. Le titre de l’album est l’inscription qu’elle souhaite sur sa sépulture.

40 Jouée par les East West Players et dirigée par Tim Dang, la première a eu lieu le 30 septembre 2005 au Pan Asian Repertory Theater (New York).

41 Aux Philippines, le terme « Imeldific » exprime, dans le langage courant, cette subtile combinaison.

42  Il n’existe, sauf erreur, qu’une photographie sur laquelle Imelda Marcos a les cheveux détachés.

43 Voir Hamilton-Paterson (1998).

44 Par exemple, lors du lancement de sa ligne de vêtements (Imelda collection) aux États-Unis : George Wayne, « The First Lady Treatment », Vanity Fair, février 2007.

45  Sur des sites communautaires LGBT notamment, voir par exemple : http://www.queerty.com/when-luck-beats-a-lady-the-tragic-woman-as-gay-icon-20090416/.

46 Traduite en 14 langues, l’édition de 2011 a été suivie d’un second tome en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwenola Ricordeau, « Marie-Antoinette sous les tropiques : Imelda Marcos, sa collection de chaussures et la mémoire de la Loi martiale », Moussons, 25 | 2015, 167-180.

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « Marie-Antoinette sous les tropiques : Imelda Marcos, sa collection de chaussures et la mémoire de la Loi martiale », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/3288 ; DOI : 10.4000/moussons.3288

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

Gwenola Ricordeau est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Lille 1 et membre du Clersé. Ses travaux actuels portent sur les femmes et le genre aux Philippines. Elle a notamment publié « Baklas et tomboys : globalisation et politisation des identités homosexuelles » (in Philippines contemporaines, William Gueraiche, éd, 2013, Paris-Bangkok : Les Indes Savantes-Irasec) et « La globalisation du marché matrimonial vue des Philippines » (in L’échange économico-sexuel, Christophe Broqua, Catherine Deschamps, éd., 2014, Paris, éditions de l’EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page