Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Disturbing Conventions : Decentering Thai Literary Cultures, Rachel V. Harrison, éd.

Londres, Rowman & Littlefield, 2014, 274 pages
Louise Pichard-Bertaux
p. 181-182
Référence(s) :

Rachel V. Harrison, éd., Disturbing Conventions : Decentering Thai Literary Cultures, Londres, Rowman & Littlefield, 2014, 274 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Rachel Harrison, enseignante-chercheuse à la School of Oriental and African Studies (SOAS, University of London) et spécialiste des études culturelles thaïes, est passionnant à plus d’un titre : il permet une approche comparatiste assez inédite de la littérature thaïe contemporaine et ouvre les études thaïes sur une réalité qui dépasse largement les balises de la tradition en utilisant de nouveaux cadres d’analyse. Rachel Harrison a fait appel à une majorité de contributeurs thaïs, ce qui donne une couleur particulière à ce recueil. L’ensemble est dédié à Nopphorn Prachakul, trop tôt disparu en 2007 à l’âge de 51 ans, professeur de français à l’université Thammasat et critique littéraire reconnu, avec qui j’ai eu le plaisir d’enseigner à Bangkok.

2D’emblée, la préface de Thongchai Winichakul donne le ton : il s’agit bien de changer l’approche de l’étude de la littérature et de la société thaïes. Thongchai fait exploser les trois clés de l’ordre social thaï que sont la hiérarchie, l’harmonie et le devoir afin de mieux repenser le passé et l’avenir de son pays dans une perspective globale. Il invite ses compatriotes à connaître et reconnaître les influences étrangères qui ont participé de la construction de l’identité thaïe (thainess). Rachel Harrison continue en ce sens dans l’introduction, en insistant notamment sur les travaux de Nopphorn qui ont considérablement dépoussiéré les études littéraires.

3Trois articles composent la première partie intitulée « Implication, Influence and the Colonial West ». Thanapol Limapichart retrace la courte mais significative existence de la Société Royale de Littérature (Wannakhadi samoson) créée en juillet 1914 par le roi Vajiravudh pour, officiellement, promouvoir la littérature thaïe. En réalité, cette instance s’est vite révélée être un outil permettant à l’élite régnante d’affirmer son autorité culturelle en imposant des choix de « bonnes lectures ». Dissoute après la mort du roi en 1925, elle est remplacée par l’Institut Royal. Dans l’article suivant, Thosaeng Chaochuti poursuit cette exploration du début du xxe siècle en se concentrant sur les écrits du roi Vajiravudh. Une nouvelle et deux pièces de théâtre sont ici analysées, toutes trois ayant pour thématique les stratégies des dirigeants siamois dans leurs relations avec les Occidentaux. Dans le dernier article de cette partie, Rachel Harrison interroge l’œuvre de Khru Liam et notamment le roman Nang neramit, qui fait appel à des schémas et des héros occidentaux.

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage, « Conceptualising Thai Modernity through its Others : the Rural-Urban Divide », toutes les dimensions de l’Autre sont explorées. Rachel Harrison a traduit un article publié par Nopphorn Prachakul en 1998 à propos de Luk Isan. Ce roman biographique pointe les relations entre les natifs de l’Isan, pour la plupart ruraux, et les Bangkokiens qui représentent le pouvoir central. L’auteur décrit également les relations avec d’autres nationalités et ce en montrant tous les préjugés attachés à l’Autre : ainsi les Vietnamiens sont des voleurs d’enfants, ils les emmènent de l’autre côté du Mékong et leur mangent le foie… L’article de Janit Feangfu (« Orientalisation from within and Consuming the Modern World : Rural-Urban Contact in Thai Popular Literature in the 1970s ») étudie la construction des identités rurales et urbaines au contact de la modernité et du progrès.

5L’article de Chusak Pattarakulvanit ouvre la troisième partie intitulée « Individuality, Nonconformity and Sexuality : Reading against the Grain ». Chusak nous offre ici une relecture du roman Kham phiphaksa (Le Jugement) de Chat Kobjitti paru en 1981 et marqueur d’une nouvelle forme de création littéraire. C’est ici l’individu qui est pris en compte dans son rapport à la société. Alors que la plupart des critiques thaïs ont étudié le personnage masculin Fak, Chusak interroge le personnage féminin, Somsong, et sa sexualité peu conventionnelle. Kham Phaka poursuit dans l’article suivant (« Comments from a common slut » : (post) feminist perspectives in the analysis of the modern Thai novel) cette analyse de l’identité féminine véhiculée dans les romans du xxe siècle, notamment ceux de Siburapha et de Kukrit Pramoj. Chris Baker et Pasuk Phongpaichit concluent cette partie avec une contribution titrée « Gender, Sexuality and Family in Old Siam : Women and Men in Khun Chang Khun Phaen ». Les auteurs relisent cet incontournable de la littérature classique thaïe en prenant le parti d’en étudier les personnages féminins et en donnent une interprétation différente de l’analyse habituelle.

6La quatrième partie, « Going Global and its Effects », est centrée sur un seul article, celui de Suradech Chotiudompant. À partir de l’étude de deux romans, l’auteur insiste sur la difficulté de quitter ses racines et la complexité des rapports amoureux ente personnes de cultures et- de pays différents.

7L’ouvrage se termine par une postface-conclusion, ainsi qu’une bibliographie, un index et une courte biographie des auteurs.

8Cet ouvrage au caractère novateur ouvre de nombreuses pistes de réflexion et offre une perception inédite de la littérature thaïe contemporaine et de la société thaïe dans son ensemble. Les auteurs ont tenu le pari explicite du titre Disturbing conventions en brouillant, poussant, tirant, tordant les conventions littéraires et sociétales. L’analyse produite par les contributeurs sort le fait littéraire des ornières de la tradition et du cliché thaï, ce qui est non seulement passionnant en soi, mais également très prometteur de nouvelles formes de pensée. Il faut aussi saluer le talentueux travail d’édition mené par Rachel Harrison : l’introduction générale et les introductions de chaque partie sont solides et particulièrement bien documentées et réfléchies, l’ouvrage est réellement pensé comme un tout – et non pas comme une simple compilation d’articles plus ou moins accordés sur une thématique floue – et les appendices (bibliographie et index) sont complets. Gageons que ce recueil deviendra vite une référence incontournable pour celles et ceux qui veulent étudier la littérature et la société thaïes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « Disturbing Conventions : Decentering Thai Literary Cultures, Rachel V. Harrison, éd. », Moussons, 25 | 2015, 181-182.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Disturbing Conventions : Decentering Thai Literary Cultures, Rachel V. Harrison, éd. », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/3301

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Analyste de sources, IrAsia, CNRS-Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page