Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Red Stamps and Gold Stars : Fieldwork Dilemmas in Upland Socialist Asia, Sarah Turner, éd.

Vancouver : UCB Press, 2013, 295 p.
Alice Vittrant
p. 186-188
Référence(s) :

Sarah Turner, Red Stamps and Gold Stars : Fieldwork Dilemmas in Upland Socialist Asia, Vancouver : UCB Press, 2013, 295 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un atelier sur la recherche anthropologique et géographique en Asie du Sud-Est des hautes terres (upland Southeast Asia) ou « Zomia » (Southeast Asian Massif) (p. 6, p. 22), qui a eu lieu en 2011 à l’université de McGill, Montréal.

2Il aborde le terrain en sciences humaines et sociales d’un point de vue particulier, celui du chercheur étranger confronté aux réalités du terrain dans un pays socialiste d’Asie du Sud-Est, comme le rappelle le titre : « gold star » renvoie aux étoiles arborées par les drapeaux actuels ou antérieurs des pays explorés (Chine, Vietnam, Laos) tandis que « red stamps » fait en effet référence aux nombreux tampons officiels requis pour accéder à certaines zones de la région (p. 3).

3Les contributeurs, venus de différents horizons (anthropologie, géographie humaine, Amérique du Nord, Europe, Asie, etc.), ont confronté leurs expériences lors du workshop (p. 280). Cette connaissance réciproque de leurs terrains amène des références croisées entre les différents chapitres, qui contribuent à la cohérence de l’ouvrage.

4L’ouvrage est divisé en trois parties. Une courte première partie (2 chapitres) traite de l’organisation générale d’un travail de terrain (quoi ?, où ?, comment ?, pourquoi ?), et plus particulièrement d’un terrain dans cette région du monde. Sarah Turner défend dans son chapitre d’introduction la spécificité des recherches sur les minorités dans ces pays socialistes (« [S]ocialist rule in these countries plays a substantial part in shaping our fieldwork experiences as we attempt to answer our research questions », p. 2).

5La seconde partie, la plus importante (10 chapitres), relate les défis et les obstacles surmontés par les chercheurs pour accéder à leur terrain et travailler avec des minorités ethniques, c’est-à-dire des communautés « who are often misunderstood by members of the dominant ethnic groupe in their country of residence » (p. 17). La dernière partie (3 chapitres) traite du retour de terrain (post-fieldwork), et propose une réflexion autour de questions éthiques (positionnement politique entre minorités et pouvoir central, conséquences du travail du chercheur pour et sur les communautés étudiées…) mais aussi pragmatiques comme l’impossibilité de publier rapidement un travail ethnographique qui nécessite une certaine durée, ou encore les contradictions du travail de chercheur (travail pratique versus analyse théorique, faire du terrain versus publier).

6Parmi les contributeurs, certains sont de jeunes chercheurs faisant état de leurs premiers terrains de thèse, d’autres sont des anthropologues aguerris. Les expériences sont variées, les situations diverses : observer les conséquences d’une « bourde » (« blunder ») du chercheur sur la communauté étudiée (ch. 3), explorer les différences culturelles autour de notions comme le don et le devoir (ch. 4), faire du terrain en famille avec un enfant en bas âge (ch. 5), mériter la confiance de ses assistants de recherche (ch. 6), être témoin d’une discrimination envers les minorités avec lesquelles on travaille (ch. 7), raconter sa quête des autorisations ou son parcours du combattant face à l’administration (ch. 8), entrer en contact avec des communautés marginalisées (ch. 9), être à cheval sur deux terrains (ch. 10), faire des recherches officiellement ou en secret, travailler avec une communauté en exil ou dans son pays d’origine (ch. 11), donner la parole aux assistants de recherche (ch. 12).

7L’ouvrage se termine sur des questionnements éthiques. O. Slemink (ch. 13) rappelle les expériences de Georges Condominas ou de Gerald C. Hickey (p. 242-243), qui n’ont pas anticipé l’utilisation de leurs écrits à des fins très éloignées de leur but d’origine. Cette utilisation dévoyée que l’on peut faire des études ethnographiques, l’a ainsi amené à développer des stratégies d’anonymisation pour protéger les communautés qu’il étudiait.

8S. Harell et L. Xingxing (ch. 14) dialoguent autour de leur expérience commune au Sichuan, à la manière d’une confession qui décrit le processus du travail de terrain, ses freins, ses moteurs plutôt que ses objectifs (p. 261).

9Pour finir (ch. 15), S. Turner revient une dernière fois sur des questions centrales au travail d’ethnographe et de chercheur : celle de l’éthique sur le terrain (quel comportement adopter ? comment rendre compte de façon honnête et en préservant les communautés ?), mais aussi celle du retour vers les communautés (mise à disposition du travail effectué, promotion de la culture, limites de ce rôle de promoteur). Puis, elle insiste sur les deux points qui lui paraissent essentiels pour mener à bien des recherches avec ces communautés des hautes terres, qu’on les nomme « minorités ethniques » ou « minorités nationales » (p. 281) : 1) une implication des communautés qu’il faut préserver, voire développer (cf. ch. 12), 2) une collaboration à entretenir avec les représentants de l’État, lesquels peuvent faciliter (ou bloquer) l’accès à ces minorités.

10Par-delà les anecdotes – qui contribuent au côté rafraîchissant de ce livre –, ces récits, et la diversité des expériences qu’ils racontent, témoignent de la réalité des études ethnographiques dans l’Asie contemporaine, loin des connaissances théoriques.

11En conclusion, cette réflexion sur les aléas du travail de chercheur devrait être mise au programme des lectures des jeunes doctorants avant leur départ sur le terrain !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Vittrant, « Red Stamps and Gold Stars : Fieldwork Dilemmas in Upland Socialist Asia, Sarah Turner, éd. », Moussons, 25 | 2015, 186-188.

Référence électronique

Alice Vittrant, « Red Stamps and Gold Stars : Fieldwork Dilemmas in Upland Socialist Asia, Sarah Turner, éd. », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/3307

Haut de page

Auteur

Alice Vittrant

Maître de conférences, Université Aix-Marseille/CNRS-Lacito/CNRS-IrAsia.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page