Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Samouraï : 1 000 ans d’histoire du Japon, Pierre Souyri & Musée du Château des ducs de Bretagne (Nantes)

Rennes, Nantes, PUR, les Éd. Château des ducs de Bretagne, 2014, 264 p., illustrations couleur
Arnaud Brotons
p. 191-195
Référence(s) :

Pierre Souyri & Musée du Château des ducs de Bretagne (Nantes), Samouraï : 1 000 ans d’histoire du Japon, Rennes, Nantes, PUR, les Éditions Château des ducs de Bretagne, 2014, 264 p., illustrations couleur.

Texte intégral

1Fascination. C’est le mot qui revient le plus souvent dans les différentes introductions à l’ouvrage Samouraï – 1 000 ans d’histoire du Japon, de Pierre Souyri, Professeur à l’université de Genève, et spécialiste du Japon médiéval. L’image du samouraï fascine en Occident où le mot désigne un guerrier impavide et courageux, un brin féroce. L’imaginaire qui nimbe la figure du guerrier japonais imprègne l’univers des arts martiaux tout autant que les conventions de culture J-pop dans lesquelles les dessins animés, manga et jeux vidéos, venus du Japon, mettent souvent en scène la triade romantique : samouraï, ninja et rônin (guerrier sans seigneur).

  • 1 Voir le chapitre « Lecture franco-japonaise de trois écrits sur l’incident de Sakai », par Sylvie (...)

2Le Japon a en effet habilement exporté vers l’Occident l’image de ces hommes du sabre et leur fameux code éthique et militaire, le bushidô 武士道, que l’on associe, sans doute hâtivement, au sacrifice des pilotes kamikaze de la Seconde Guerre mondiale. L’auteur souligne à ce propos que si « de nos jours, on a tendance à croire que le comportement des troupes japonaises pendant la guerre fut conditionné par leur adhésion aux anciens codes éthiques des samouraïs qui enseignaient une morale de la loyauté totale à l’empereur, au point d’accepter de sacrifier sa vie, en se suicidant si nécessaire » (Souyri 2014 : 248), les faits montrent qu’il s’agit en fait d’une « tradition inventée ». La loyauté des soldats japonais ne fut pas toujours la règle. Il est en outre périlleux d’établir une continuité entre le comportement de soldats endoctrinés, qui répondaient à des ordres, et celui des guerriers de l’époque médiévale, qui, lorsqu’ils étaient fidèles, ne l’étaient qu’envers leur suzerain et non à l’empereur. Par ailleurs, cette voie du guerrier, le bushidô, est de formation assez récente. Il faut attendre la période d’Edo (1603-1867), c’est-à-dire une longue période de paix imposée par le gouvernement militaire des Tokugawa, pour qu’un volume significatif de traités autour de cette notion apparaisse. C’est le cas du Ha. kagure (葉隠 – début du xviiie), célèbre recueil de préceptes du bushidô, abondement cité dans le classique La mort volontaire au Japon (1984) de Maurice Pinguet, qui est rédigé au moment où il est presque impossible pour un samouraï de sortir son sabre sans s’attirer les foudres du gouvernement militaire d’Edo. Car la force de ce gouvernement des Tokugawa fut d’avoir pacifié la société des bushi, des guerriers, par l’action conjointe d’un autoritarisme implacable qui interdisait aux individus le recours à la violence, et la transformation des samouraïs en gestionnaire des domaines seigneuriaux ou de la vie protocolaire de la famille seigneuriale. Le bushidô est donc élaboré par une classe de guerriers qui ne fait plus la guerre et qui ne doit plus la faire. Les récits d’éventrements que des témoins européens rapportèrent du Japon à la fin du xixe siècle, comme celui de l’officier de marine français Abel Bergasse Dupetit-Thouars (1832-1890) qui assista à la mise à mort de neuf soldats japonais pour l’assassinat de marins français lors de l’incident de Sakai en 18681, jouèrent sans doute eux aussi un rôle dans la naissance d’un imaginaire qui fait du samouraï un être totalement obéissant, étranger à la peur de la mort. C’est pourtant cet aspect des samouraïs qui est sans doute le plus connu en Occident. C’est cette image que l’auteur s’emploie à déconstruire en montrant que des différences importantes existent entre les premiers hommes d’armes qui apparaissent au début du xe siècle, ces suivants – samurai 侍 – qui escortaient les cortèges de l’aristocratie de la cour de Heain (794-1185), et les grands seigneurs de la guerre – les daimyô 大名 – qui règnaient sur de vastes territoires et dont « le pouvoir est indépendant, sans lien avec aucune forme traditionnelle d’autorité, cour impériale ou shogunat » (Souyri 2014 : 120).

3Cette histoire culturelle des samouraïs fut une exposition labélisée « Exposition d’intérêt national » par le Ministère de la Culture et de la Communication, organisée par le Musée d’Histoire de Nantes du 28 juin au 11 novembre 2014. Cet ouvrage est le catalogue de l’exposition. Publié aux PUR, il a fait l’objet d’un très grand soin éditorial qui en fait tout autant un livre d’histoire qu’un beau livre destiné à être feuilleté. À l’inverse de ses travaux antérieurs – citons le chapitre sur le Moyen Âge japonais dans Histoire du Japon. Des origines à nous jours (Hérail et al. 1990/2010), qui donne lieu à une version développée dans son livre Le monde à l’envers : la dynamique de la société médiévale (1998-2013), ou encore sa Nouvelle histoire du Japon (2010), et surtout le chapitre consacré à « La féodalité japonaise », dans l’ouvrage d’Éric Bournazel et Jean-Pierre Poly, Les féodalités (1998) –, l’auteur oriente moins le lecteur vers les débats sur la féodalité au Japon. L’abondante illustration accompagnée d’extraits de textes tirés de la littérature, d’archives domaniales ou seigneuriales, permet une passionnante immersion dans la vie de ces samouraïs et de reconsidérer, à travers les heaumes aux formes fascinantes, l’histoire du Japon. Plutôt que de faire le résumé de cette nouvelle version de l’histoire de l’archipel japonais, je vais essayer de présenter quelques-uns des débats historiographiques étudiés par P. Souyri tout au long de sa carrière. Pour cela, je me suis appuyé sur l’interview de l’auteur publiée dans le hors-série Les Grands Dossiers des Sciences Humaines – Paroles d’historiens (2008-2009) au sujet de son livre, Le monde à l’envers (1998).

4Une partie de travail de PS tourne autour de la question de la féodalité. L’auteur tient à montrer que l’Europe n’est pas le seul pays à avoir connu un Moyen Âge. En dépit de contextes historiques et culturels différents, les nombreux points communs des deux régimes de féodalité font de la comparaison une approche féconde. Cela n’exclut pas des différences comme, par exemple, l’absence d’invasion du Japon, et le fait qu’il n’existe pas d’institution comparable à l’Église. À la fin du xiiie siècle le Japon fut confronté par deux fois à une menace militaire extérieure, lorsque les armées mongoles projetèrent d’asservir l’archipel. Mais les deux vagues d’assaut de 1274 et 1281 furent décimées par l’épée d’une part, mais surtout par ce vent divin, kami kaze, fruit des prières ordonnées par la cour, qui disloqua l’armada du grand Khan. La preuve était faite que le pays était sous la protection des dieux et qu’il pouvait repousser tous les envahisseurs. Ce fut effectivement le cas jusqu’à la fin de la guerre du Pacifique suivie de l’occupation américaine. L’arrivée des Portugais au milieu du xvie siècle ne peut pas être assimilée à une invasion. Le Japon curieux du christianisme, et fort intéressé par la puissance de la poudre et des armes à feu, fut dans un premier temps plutôt bien disposé à l’égard de ces « barbares du Sud » (nanban 南蛮) et leur laissa une certaine liberté. Mais dès le début du xviie siècle, le gouvernement des Tokugawa opta pour une politique tout autre et il imposa la fermeture du pays pendant près de deux cents ans (1633-1853), refoulant les étrangers dans la baie de Nagasaki et interdisant sévèrement le christianisme.

5Le second aspect, propre au Japon médiéval, qui contraste avec l’Occident médiéval, est l’absence d’une institution similaire à l’Église romaine, institution centralisée, capable d’imposer un discours unique sur l’origine du monde et sur le devenir du croyant après la mort. Certes, le bouddhisme, arrivé au milieu du visiècle, occupa tout au long du Moyen Âge une place assez proche de l’Église catholique dans les pays d’Europe. En revanche, la coexistence de différentes écoles bouddhiques, la diversité des doctrines, la pluralité du panthéon bouddhique et leur plasticité donnèrent naissance à des discours qui peuvent paraître bien contradictoires à un observateur européen pétri de logique duelle. Au début du Moyen Âge un homme pieux pouvait ainsi entendre dans une même journée des enseignements radicalement différents. Un prédicateur pouvait l’inviter, pour entrer dans la Terre pure de la paix extrême (gokuraku jôdo 極楽浄土), à se détourner de notre monde souillé (edo 穢土), alors qu’un docteur en Loi de l’école Tendai pouvait lui enseigner les subtilités de la philosophie de l’éveil primordial (hongaku 本覚) selon laquelle le monde phénoménal, source de toutes les souffrances, n’est autre que le monde de la libération. En revanche, le bouddhisme fut très tôt en charge de la mort et de ce fait occupa lui aussi une place centrale dans le ministère des âmes. En dépit de ces deux éléments dissonants entre l’Occident et le Japon, Pierre Souyri concède que la culture japonaise médiévale évoque bien « quelque chose d’assez proche de la féodalité » occidentale (Souyri 2008-2009 : 29).

6Ce débat sur l’existence d’une féodalité hors de l’Occident est pourtant un terrain mouvant pour les historiens. Marx, en désignant le Japon des Tokugawa (1603-1867) comme « purement féodale », avait, d’une part déjà identifié au xixe siècle l’existence d’un féodalisme en Asie, mais il avait aussi plaqué un découpage chronologique propre à l’histoire occidentale. Le Japon était donc considéré, dans certains cercles historiographiques, comme un pays assez proche de l’Europe. De leur côté, les historiens japonais, comme Hara Katsurô (1871-1924), virent dans l’utilisation de la terminologie historiographique européenne le moyen d’établir une continuité entre l’Occident et le Japon au moment où leur pays entrait dans la modernité et souhaitait rompre avec le géant chinois. En assimilant la longue période de troubles et de violences, caractérisée par l’émergence d’une société féodale au Japon dans laquelle des lignées d’hommes du combat (musa 武者) furent liés par un lien vassalique, Hara établissait un parallèle entre les civilisations japonaises et européennes. Ce Moyen Âge (chûsei 中世), suspendu entre les périodes de Heian (794-1185) et Edo (1603-1867), avait existé loin de l’Europe, aux confins de l’Asie. Dès lors, le saut réussi du Japon dans la modernité (système national d’éducation, introduction d’un système parlementaire, industrialisation rapide, armée de conscription) pouvait s’expliquer par une histoire qui suivait le même cheminement aux deux confins du globe. Les succès militaires, face aux armées chinoises (1894-1895) puis Russes (1905), vinrent conforter l’idée que le Japon occupait une place singulière dans le concert des nations. Après les grands bouleversements de la restauration impériale de 1868, l’ivresse des victoires et les vivats qui accueillent les troupes japonaises de retour au pays forgèrent dans le peuple japonais un sentiment de fierté et de confiance en l’antique « tradition guerrière » (Souyri 2014 : 241) : plus que le canon de l’ingénieur, c’est l’âme du guerrier qui offre la victoire. C’est cette conviction qui sera inculquée aux populations civiles pour résister aux assauts américains pendant la Seconde Guerre mondiale : l’esprit est plus fort que l’acier, aucune bombe ne peut détruire l’âme éternelle du Japon.

7Cette « féodalité occidentale dans la rizière », comme la qualifie l’historien Karl Witffogel, méritait donc que l’on s’y intéresse de plus près, car en plus de contester l’idée que le féodalisme serait propre à l’Occident, elle rappelle que l’histoire est une production culturelle, une fabrique qui peut, dans certains cas, servir des intérêts politiques et idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

BRODZIAK, Sylvie & Masahiro TERASAKO, 2007, « Lecture franco-japonaise de trois écrits sur l’incident de Sakai », in France-Japon : regards croisés, Catherine Mayaux, éd., Bern : Peter Lang, p. 3-34.

HERAIL, Francine, Jean ESMEIN, François MACÉ, Hiroyuki NINOMIYA et Pierre SOUYRI, 1990, Histoire du Japon, Écully : Horvath.

KATSUMATA, Shizuo, Pierre-François SOUYRI, Tadao INDE & Keiichi NAKAJIMA, 2011, Ikki : coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois, Paris : CNRS éditions.

PINGUET, Maurice, 1984, La mort volontaire au Japon, Paris : Gallimard.

SOUYRI, Pierre, 1998, « La féodalité japonaise », in Les féodalités, Éric Bournazel & Jean-Pierre Poly éd., p. 715-749.

SOUYRI, Pierre, 1998-2013, Histoire du Japon  : Le monde à l’envers. La dynamique de la société médiévale, Paris : Maisonneuve & Larose.

SOUYRI, Pierre, 2008-2009, « La féodalité dans les rizières », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines – Paroles d’historiens, 13 : 28-31.

SOUYRI, Pierre, 2010, Nouvelle histoire du Japon, Paris : Perrin.

Haut de page

Note de fin

1 Voir le chapitre « Lecture franco-japonaise de trois écrits sur l’incident de Sakai », par Sylvie Brodziak et Masahiro Terasako dans France-Japon : regards croisés (2007 : 3-34).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Brotons, « Samouraï : 1 000 ans d’histoire du Japon, Pierre Souyri & Musée du Château des ducs de Bretagne (Nantes) », Moussons, 25 | 2015, 191-195.

Référence électronique

Arnaud Brotons, « Samouraï : 1 000 ans d’histoire du Japon, Pierre Souyri & Musée du Château des ducs de Bretagne (Nantes) », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3310

Haut de page

Auteur

Arnaud Brotons

Maître de conférences, Aix-Marseille Université, IrAsia.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page