Navigation – Plan du site
Articles

Regards croisés sur les récits de vie des femmes philippines dans l’économie mondialisée du travail domestique. Pour une analyse processuelle des carrières migratoire

Using A Life Story Approach In The Field Of Migrations Studies. A Study Of Filipina Domestic Workers’Migrations Career
Julien Debonneville
p. 93-111

Résumés

Cet article a pour objectif de mettre en lumière les apports d’une approche par récits de vie dans le champ des études des migrations observés au moyen du concept de carrière migratoire. Avec l’étude des carrières migratoires de travailleuses domestiques philippines, nous verrons comment l’analyse des différentes étapes biographiques des migrantes permet une compréhension en termes processuels des migrations afin de saisir la construction des projets des femmes philippines migrantes dans le cadre de l’économie mondialisée du travail domestique. Cet article pointe ainsi comment l’analyse par récits de vie permet, dans ce cas, de rendre visibles les différents enjeux économiques, sociaux, professionnels, religieux constitutifs des différentes carrières migratoires souvent masquées par les effets de catégorisation et de normalisation. Ainsi, la mise en perspective des trajectoires biographiques des actrices permet de rendre compte de l’importance d’une analyse en termes de récits de vie pour comprendre plus en détail la construction des carrières migratoires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été rédiger lors d’un séjour à l’Université de Berkeley (Californie) financé par le Fond National Suisse de la recherche scientifique (FNS).

Texte intégral

Je tiens à remercier tout particulièrement Eva Marzi pour ses conseils et son travail de relecture.

Introduction

  • 1 Si l’utilisation des guillemets permet de mettre en évidence les effets de catégorisation et les e (...)
  • 2 En écho au titre de la journée d’études « Figures banales et exceptionnelles du migrant asiatique  (...)
  • 3 Voir par exemple l’édition 2005 du dictionnaire américain Merriam-Webster.
  • 4 Bien qu’il ne soit pas exclu qu’il puisse y avoir une continuité dans certains cas spécifiques (vo (...)

1Depuis les années 1980-1990, une nouvelle figure en provenance d’Asie du Sud-Est a émergé sur la scène migratoire internationale : la figure de « la travailleuse domestique philippine1 ». À l’inverse des figures dites « exceptionnelles2 » de la migration construites autour d’un personnage tel que le « héros sino-vietnamien » Chú Hỏa (voir l’article Michel Dolinski dans ce numéro), le parcours de ces travailleuses domestiques philippines est relativement peu visible, mais surtout rendu anonyme, désindividualisé et fortement homogénéisé. Cependant, la figure sociale de la travailleuse domestique se distingue aujourd’hui dans l’économie mondialisée du care (prendre soin) par ses « qualités » supposées telles que la docilité, l’humilité, la capacité d’adaptation, le dévouement au travail, ou encore la bonne humeur, devenant ainsi une référence tant du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif (Parreñas 2007 : 43, Debonneville 2013). La reconnaissance de cette figure est telle que dans certains dictionnaires anglais, italiens ou encore grecs l’entrée « philippine » [filipina] a été associée à « travailleuse domestique3 ». Filipina est ainsi devenue dans certains contextes une catégorie descriptive du sens commun dans laquelle prend forme l’altérité afin de nommer les employées domestiques. Une altérité qui est souvent comprise dans les limites de l’exercice de leur fonction. Cependant, bien que les travailleuses domestiques philippines soient reconnues pour leurs compétences et leur professionnalisme, elles n’ont, paradoxalement, pas toujours occupé un emploi de travailleuse domestique avant de quitter les Philippines et leur profil sociologique se démarque fortement de celui des travailleuses domestiques employées aux Philippines (Aguillar 2003, Sayres 2007)4.

  • 5 Pour d’autres exemples de problématisation des récits de vie dans les migrations, voir par exemple (...)

2Un paradoxe qui invite à interroger les enjeux de catégorisation qui se logent derrière la figure de la travailleuse domestique migrante dans le contexte philippin. Ce sont plus spécifiquement les écueils de la catégorisation qui mènent à figer des réalités sociales mouvantes que cet article désire examiner. Des effets de cristallisation des catégories qui sont particulièrement visibles dans le cas de la migration des travailleuses domestiques. À cet égard, je postule que la catégorie travailleuse domestique migrante comme catégorie du sens commun et comme catégorie analytique n’est pas opératoire pour rendre compte des processus migratoires des femmes candidates à l’émigration dans l’économie mondialisée du travail domestique. En effet, en écrasant la singularité des trajectoires biographiques, la catégorie travailleuse domestique rend invisibles les multiples carrières migratoires qui se nichent au sein de cette catégorie au point de contribuer à essentialiser les actrices, c’est-à-dire à naturaliser leurs compétences. Sur la base d’une analyse par récits de vie, je tenterai d’expliquer pourquoi la catégorie travailleuse domestique migrante n’est pas toujours opératoire pour comprendre les parcours migratoires des ac-teurs-trices à partir du cas philippin5. Entre discours émique et étique, il s’agira de saisir les enjeux de visibilité et d’invisibilité produit par la catégorisation en partant de la catégorie travailleuse domestique dans le contexte des migrations internationales philippines. À cette fin, cette étude interroge les multiples significations de la catégorie travailleuse domestique en partant des récits de vie et des trajectoires migratoires des actrices. Il s’agira plus spécifiquement de comprendre comment ces femmes deviennent travailleuse domestique migrante au regard du dispositif migratoire philippin tout en soulignant la pluralité des expériences migratoires de ces femmes. L’objectif sera de mettre en avant comment cette catégorie peut être habitée de façon plurielle afin de déconstruire les ressorts essentialistes de cette catégorie. Cet article tente ainsi de rendre compte des diverses formes de carrière migratoire qui peuvent se dessiner dans l’économie mondiale du travail domestique. Le concept de « carrière migratoire » (Martiniello & Rae 2011), d’inspiration « beckerienne », sera particulièrement pertinent pour penser les migrations en termes processuels et éviter les écueils précédemment mentionnés. Ce concept permet en effet d’approcher les migrations en conjuguant « les effets des structures d’opportunités, les caractéristiques des individus et les effets des réseaux » (ibid. : 1). Il permet dès lors d’éclairer les trajectoires biographiques et les histoires de vie des individus à la lumière des structures méso et macrosociales.

  • 6 Prénoms d’emprunt, comme l’ensemble des noms utilisés dans cet article.

3Ce volet théorique sur les effets de la catégorisation permet dans le même temps de repenser comment approcher méthodologiquement la construction de ces carrières migratoires sans tomber dans les écueils de la catégorisation. À l’instar de nombreux-ses chercheur-e-s, j’avance que les méthodes biographiques, et plus spécifiquement l’approche fondée sur les récits de vie (Bertaux 1980, 2005) semblent heuristiquement fécondes pour penser ces carrières migratoires en termes processuels pour éviter les effets de cristallisation des catégories. En analysant le concept de carrière migratoire avec les récits de vie, je tenterai plus spécifiquement, en déroulant les trajectoires biographiques des migrantes philippines, de comprendre comment ces carrières migratoires se construisent, quels sont les ressorts de leur construction, mais surtout comment différentes carrières migratoires peuvent être identifiées. D’un point de vue méthodologique, la technique des récits de vie permettra ainsi de réincarner cette figure de la filipina dans des trajectoires de vie individuelle et familiale. À partir de l’analyse des récits de vie de Malou, Gloria, Josy et Asma6 – quatre candidates philippines à la migration en tant que travailleuses domestiques – je montrerai comment une approche par les récits de vie permet de réinscrire les acteurs et les actrices au cœur de l’analyse en rendant compte de l’élaboration des diverses carrières migratoires. Ainsi, en mettant en perspective cette figure de la travailleuse domestique philippine avec le concept de carrière migratoire, cette étude vise à décrire les diverses façons de devenir (et non d’être) travailleuse domestique à partir des récits de vie de ces femmes candidates à l’émigration et à dépasser les effets de catégorisation. Cet article s’inscrit plus largement dans le débat épistémologique classique des sciences sociales ayant trait à l’ontologie des catégories, ainsi que l’usage des catégories dans l’analyse et l’écriture sociologique.

4Cette étude présente dans un première partie le dispositif méthodologique de cette enquête tout en précisant les fondements d’une approche en termes de récits de vie, avant, dans un second temps, de définir la notion de carrière migratoire et plus largement la perspective théorique dans laquelle cet article s’insère. Puis je procéderai à l’analyse de quatre récits de vie afin de montrer les différents enjeux impliqués dans la construction des carrières migratoires de « travailleuses philippines ». Enfin, j’exposerai certains enseignements de l’analyse des carrières migratoires en termes de récits de vie afin de pointer les écueils de la catégorisation véhiculée par certaines figures des migrations asiatiques contemporaines.

Dispositif méthodologique et analyse des récits de vie

  • 7 Au regard du nombre résiduel d’hommes migrant dans ce domaine (moins de 1% selon les statistiques (...)

5Cette recherche s’inscrit dans une perspective socio-anthropologique qui a pris la forme d’une ethnographie multisituée. À l’instar de George Marcus, père de l’ethnographie multisituée, l’une des techniques mobilisées dans le cadre de cette enquête a été de « suivre les gens » (following the people) (1995), en l’occurrence les femmes philippines candidates à l’émigration en tant que travailleuse domestique, dans différents lieux et moments migratoires afin de comprendre la construction des pratiques professionnelles spécifiques à ce type d’emploi et les enjeux migratoires sous-jacents. Pour cela, l’enquête s’est articulée autour d’une ethnographie multisituée du dispositif migratoire philippin. À l’instar d’autres enquêtes (Aguilar 2013, Rodriguez 2010, Guevarra 2009, et dans une certaine mesure Fresnoza-Flot 2013), il a été question d’interroger les migrations philippines à partir d’un ancrage empirique aux Philippines. Ce travail de terrain, qui s’est déroulé pendant 10 mois à Manille sur la base d’un travail d’insertion dans les différentes institutions qui m’ont ainsi permis de mener 30 observations et 140 entretiens avec différentes personnes (migrantes, instruc-teur-rice-s des centres de formation, responsables d’agence de recrutement, recru-teur-trice-s, représentant-e-s du gouvernement, représentant-e-s d’ONG, etc.). Parmi les 140 entretiens, 80 ont été conduits auprès des futures travailleuses domestiques migrantes7 en partance pour Singapour, Taïwan, Hong Kong, la Malaisie, Brunei, Israël, les Pays du Golf (Arabie Saoudite, Qatar, Koweït, Dubaï, Émirats Arabes unis), Chypre, le Canada et l’Italie, pays avec lesquels l’État philippin a scellé des accords d’exportation de sa main-d’œuvre. Il s’agissait d’entretiens semi-directifs en anglais, tagalog ou taglish qui duraient en général entre une et trois heures, centrés sur les trajectoires biographiques de ces candidates à l’émigration, leurs expériences de la migration, le sens de ce projet migratoire, mais également sur leurs propres pratiques migratoires et les significations de ces dernières. Les entretiens étaient axés sur les trajectoires biographiques de ces candidates à l’émigration. Ces derniers étaient articulés autour d’une consigne générale du type « pouvez-vous me raconter comment vous êtes arrivé à prendre la décision de partir travailler comme travailleuse domestique à l’étranger ? » afin d’inviter les interviewées à raconter leurs expériences, les étapes biographiques importantes, et le sens accordé à cette trajectoire.

6C’est bien cette idée de la narration de soi qui est au cœur de la démarche méthodologique des récits de vie. L’approche par récits de vie constitue une méthode d’analyse appartenant à la famille des histoires de vie et des méthodes biographiques qui ont pour objectif d’analyser le sens que les interviewé-e-s donnent aux événements vécus. En effet, pour le sociologue Daniel Bertaux, l’un des fondateurs de l’école des récits de vie en France depuis les années 1970-1980 :

[…] il y a du récit de vie dès lors qu’un sujet raconte à une autre personne, chercheur ou pas, un épisode quelconque de son expérience vécue […] le récit de vie résulte d’une forme particulière d’entretien, l’entretien narratif, au cours duquel un chercheur […] demande à une personne ci-après dénommée « sujet », de lui raconter tout ou une partie de son expérience vécue. (1997 : 6)

7Une méthode particulièrement utile afin d’appréhender les mondes sociaux, les catégories de situation et les trajectoires sociales des individus (Bertaux 1980, 1997) et familiales (Delcroix 1995). Il s’agit de saisir « les logiques d’action selon le sens même que l’acteur confère à sa trajectoire » (Pruvost 2011 : par. 1). C’est en situation d’interaction, notamment lors de l’entretien, que le récit de vie se co-construit et permet par la suite aux chercheur-e-s de comprendre les enjeux sociaux sous-jacents. L’objectif de cette méthode est ainsi « de rendre compte des modes de vie comme du vécu, de la relation entre praxis individuelle/collective et changement sociohistorique [mis en italique par l’auteure], de saisir et d’analyser comment est perçu, senti, vécu et théorisé dans un récit, le rapport symbolique qui, par le biais du jeu identitaire, relie l’individu au groupe, à la communauté et plus largement, à la société » (Chanfrault-Duchet 1987 : 12). Cette méthode se distingue ainsi par son « ancrage subjectif » pour « saisir les logiques d’action selon le sens même que l’acteur confère à sa trajectoire. Loin de singulariser les cas, la méthode du récit de vie permet de situer le réseau dans lequel le narrateur se positionne et d’inscrire les phénomènes sociaux dans un enchaînement de causes et d’effets » (Pruvost 2011 : par. 1). L’apport majeur de cette approche consiste dès lors à mettre en lumière les processus sociaux (ibid.), mais également d’envisager « la pertinence sociologique de la singularité » afin de « lire une société à travers une biographie » (Ferrarotti 1983 : 52 cité par Chanfrault-Duchet 1987 : 16). C’est bien ce décentrement vers une lecture processuelle et singulière du social qui me semble pertinent pour déconstruire les catégories sociales que l’on retrouve également avec le concept.

  • 8 Précisons que cette question de l’interprétation des récits de vie est sujet à débat dans la litté (...)

8La méthode des récits de vie n’invite toutefois pas à prendre les récits des enquêté-e-s pour une restitution « objective » de la réalité8. Il est en effet nécessaire de mettre en perspective les différents récits de vie et de procéder à un travail d’objectivation de ces derniers afin de ne pas glisser vers ce que Pierre Bourdieu nommait « illusion biographique » (1986). C’est donc moins la véracité des propos que le sens et le regard proposés par les individus sur leur vécu qui doivent être considérés comme données pertinentes. Il devient ainsi intéressant d’objectiver le discours tenu par ces derniers et de dégager la signification d’un tel discours au regard du contexte social. Cette méthode, aujourd’hui très populaire en sciences sociales, a ainsi permis d’opérer un recadrage autour des trajectoires biographiques des individus afin de mettre en exergue les représentations qu’ont ces derniers de leurs logiques d’action. Par ce cadrage, c’est bien la dimension processuelle dans la construction du sens et des logiques d’action qui émerge et donne la possibilité de comprendre la construction des différentes étapes biographiques des individus tout en dépassant, comme nous le verrons, les effets de catégorisation.

Les carrières migratoires : un regard processuel sur la migration

9Mobilisé en premier lieu dans les travaux d’Everett Hughes (1937) au sujet des professions pour analyser les différentes étapes professionnelles, les changements de statut et l’articulation entre transformations objectives et subjectives, le concept de « carrière » s’est progressivement diffusé en sociologie (en particulier dans le monde francophone), marquant notamment de son empreinte la sociologie de la déviance (Becker 1985), la sociologie du militantisme (Fillieule 2001, 2009), ainsi que la sociologie des migrations (Massey 1999, Roulleau-Berger 2010, Martiniello & Rea 2011).

10L’attrait du concept de « carrière » en sociologie résulte tout d’abord du fait qu’il permet de croiser plusieurs niveaux d’analyse (micro, méso, macro) en impliquant les dimensions objectives et subjectives. Comme le souligne Becker à ce propos :

[…] dans sa dimension objective, une carrière se compose d’une série de statuts et d’emplois clairement définis, de suites typiques de positions, de réalisations, de responsabilités et même d’aventures. Dans sa dimension subjective, une carrière est faite de changements dans la perspective selon laquelle la personne perçoit son existence comme une totalité et interprète la signification de ses diverses caractéristiques et actions, ainsi que tout ce qui lui arrive. (Becker 1985 : 121)

11Ce croisement mène ainsi à appréhender « le produit concret de ce que les acteurs font en étant faits » au «  moyen d'une attention aux processus et la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contextes » (Filleule 2009 : 87). En ce sens, ce concept « permet de comprendre comment, à chaque étape de la biographie, les attitudes et comportements sont déterminés par les attitudes et comportements passés et conditionnent à leur tour le champ des possibles à venir, resituant ainsi les périodes d’engagement dans l’ensemble du cycle de vie » (Filleule 2001 : 201). Cette notion éclaire ainsi sur le caractère processuel des trajectoires biographiques : « la variable qui prédispose un individu à aborder une phase déterminée peut ne pas agir parce que celui-ci n’a pas atteint le stade du processus qui permet de franchir ce pas » (Becker 1985 : 46 cité par Filleule 2009 : 86). Des carrières qui, dans une perspective diachronique, impliquent une transformation des identités et, dans une perspective synchronique, questionnent une pluralité des sites d’inscription des individus (Filleule 2009 : 87). C’est donc l’intériorisation de rôles lors d’une socialisation secondaire qui se joue dans ces carrières par l’intermédiaire des réseaux de sociabilité et des institutions (Filleule 2009). En définitive, le concept de carrière invite à s’interroger sur les transformations des identités sociales, des statuts ou des positions au regard des trajectoires biographiques et des histoires de vie des individus. En plaçant au centre de l’analyse cette dimension processuelle, on comprend ainsi les problèmes posés par certaines catégories sociales qui, à l’inverse, tendent à figer des réalités sociales et à masquer la pluralité des mondes sociaux dans lesquels les individus naviguent.

12Tout comme la carrière professionnelle ou militante, la carrière migratoire implique l’idée d’un métier de la migration dans lequel « il faut que le migrant possède certaines compétences qui le qualifient comme étant plus ou moins aptes à se lancer dans l’activité migratoire » (Martiniello & Rea 2011 : 4). Marco Martiniello et Andrea Rea précisent que ces compétences produisent un savoir-faire sur la base de « la connaissance des politiques migratoires, des opportunités différentes dans les pays potentiels de destination, des formes de mobilité transfrontalière. Les compétences sont aussi d’ordre commercial, organisationnel, politique, identitaire ou relationnel » (Martiniello & Rea 2011 : 4). Ces compétences peuvent être transmises à travers les réseaux migratoires, mais également au sein de dispositifs migratoires, l’un n’excluant pas l’autre. J’ai en effet eu l’occasion de montrer que, dans le cas d’États menant des politiques actives d’exportation de main-d’œuvre comme les Philippines, certaines compétences sont développées au sein même du dispositif migratoire à travers diverses formations s’étalant entre un et trois mois en général (Debonneville 2013, 2014). Cette notion d’apprentissage est particulièrement pertinente pour comprendre la construction des carrières migratoires des travailleuses domestiques philippines qui sont soumises à de fortes contraintes institutionnelles d’apprentissage avant de quitter le territoire national.

  • 9 On pourrait également ajouter ici les imaginaires migratoires (Appadurai 2001 ; Simon 2006).

13Appliquée au champ des migrations, la notion de carrière migratoire permet de croiser des niveaux d’analyse qui n’ont pas toujours cohabité dans les constructions théoriques de la sociologie des migrations (Martiniello & Rea 2011), mais également de rendre visible la dimension processuelle de la migration. Martiniello et Rea (2011) montrent en effet que la carrière migratoire se construit à travers les structures d’opportunités et de contraintes, les institutions, les réseaux, et finalement au regard des subjectivités et des parcours de vie et professionnels des migrant-e-s9. La migration induit un changement de position, de statut et d’identité qui est le fruit d’un apprentissage processuel qui constitue le moteur de la carrière (Martiniello & Rea 2011 : 5). Dans ce contexte, la catégorisation des individus rencontre certains problèmes en masquant les transformations multiples vécues par ces derniers.

14Plus concrètement, à un niveau macro, les carrières s’inscrivent dans un horizon de structures d’opportunités et de contraintes composées d’institutions migratoires, de l’environnement politico-légal et de l’environnement économico-institutionnel (Pécoud 2004 cité par Martiniello & Rea 2011). Ce niveau d’analyse macro semble particulièrement pertinent pour comprendre ces changements de statuts dans le cas des migrations philippines caractérisées par un haut degré d’institutionnalisation, notamment dans le cas des travailleuses domestiques philippines qui doivent suivre plusieurs formations. Derrière les flux migratoires philippins se dessine, en effet, une architecture institutionnelle complexe, une forme de dispositif au sens où l’entend Michel Foucault (2001) qui gouverne les trajectoires migratoires des philippin-e-s et participe activement à alimenter une figure de « la travailleuse domestique philippine » (Debonneville 2013, 2014). Dans la veine des travaux de Julien Bret (2011) et d’Hana Jaber (2005), je nomme dispositif migratoire cette architecture composée d’acteur-trice-s et d’institutions privés et publics, formels et informels, légaux et illégaux, locaux-nationaux et transnationaux tels que les agences de recrutement, les agences de formations privées et publiques, les recruteurs, et l’État philippin. Croiser la notion de carrière avec celle de dispositif prend ici tout son sens, ces deux notions faisant appel à un apprentissage des normes. J’ai montré dans d’autres travaux (Debonneville 2013, 2014) comment cet environnement politico-économique joue un rôle essentiel dans la construction des carrières migratoires (et dans le même temps de la figure de la travailleuse domestique migrante philippine) à travers les pratiques institutionnelles de recrutement, de formation et de régulation de la migration. Le dispositif migratoire philippin permet ainsi de saisir à un niveau macrosociologique la construction des carrières migratoires.

15Au niveau méso, les réseaux constituent une ressource dans laquelle peut se forger le capital social des acteur-trice-s par la circulation de l’information, de l’aide financière, d’aide à trouver un travail, un logement, réduisant ainsi les coûts liés à l’incertitude (Martiniello & Rea 2011). Appliqué au champ des migrations, Massey définit les réseaux migratoires comme un ensemble de liens interpersonnels qui connectent les migrant-e-s, les migrant-e-s précédent-e-s et les non-migrant-e-s des zones d’origine et de destination par des liens de parenté, d’amitié et d’affinités d’origine (1999). Les informations fournies par les réseaux constituent en ce sens un vecteur de circulation des représentations sociales et de socialisation par rapport aux attentes du contexte de destination. Cette enquête a également permis de mettre en avant le rôle des réseaux dans la construction de ces carrières. Comme nous le verrons plus en détail par la suite, mes observations ont permis de comprendre l’importance des réseaux dans le choix du pays, l’aide économique au départ ou encore la recherche d’un emploi et/ou d’un-e employeur-e. J’ai par exemple pu en observer la prégnance dans le cas des « carrières familiales intergénérationnelles ». Un phénomène particulièrement visible dans le cas des travailleuses domestiques au Moyen-Orient qui après avoir travaillé plusieurs années dans une famille introduisent leur(s) fille(s) auprès de leur employeur-e afin de maintenir un revenu pour la famille lorsqu’elles rentrent aux Philippines.

16Enfin, la carrière migratoire se construit au niveau microsociologique, c’est-à-dire en lien avec les caractéristiques et les projets des acteur-trice-s, mais également au regard des trajectoires professionnelles et leur insertion dans les cercles familiaux. Précisons que je m’attacherai particulièrement à rendre compte de ce niveau d’analyse microsociologique dans le cadre de cet article dans la mesure où l’analyse des récits de vie est essentielle pour comprendre cette dimension des carrières migratoires. Ce cadrage permet de faire émerger la manière dont les processus migratoires peuvent être imbriqués à l’économie familiale des migrantes, mais également à la construction d’une identité professionnelle, à un tremplin professionnel national et/ou international et des logiques religieuses de piété. C’est bien en déroulant ces histoires de vie que l’on peut saisir comment se construisent de façon processuelle ces diverses carrières migratoires et expliquer les différentes trajectoires migratoires entre les actrices sans tomber dans le piège de l’ontologie des catégories. Il permet par exemple de saisir précisément comment l’imbrication des événements familiaux, scolaires, professionnels ou encore religieux conduit les actrices sur le chemin de la migration. La mise en perspective de ces trajectoires permet par ailleurs d’identifier plusieurs formes de carrières migratoires dont les finalités et les rationalités sont multiples. De la quête de la piété à la mobilité sociale et professionnelle, le projet migratoire s’inscrit ainsi à la croisée de multiples significations convergentes et divergentes, souvent rendues invisibles par la catégorie travailleuse domestique migrante, comme nous allons le voir.

Récits de vie et construction des carrières migratoires de travailleuse domestique

17La présente partie détaille les récits de vie de quatre femmes candidates à l’émigration dans l’économie mondialisée du travail domestique. En préambule, il est important de préciser que ces quatre récits de vie ont été choisis en raison de leurs différences significatives et des contrastes qu’ils suggèrent, permettant ainsi de comprendre les multiples carrières migratoires qui peuvent exister dans ce domaine et les enjeux migratoires spécifiques qui structurent ces carrières. L’idée est de présenter certains types de carrière migratoire sur la base des matériaux empiriques récoltés. Comme le souligne Daniel Bertaux à ce propos

[…] [q]uel que soit le type de l’objet social que vous avez choisi d’étudier par approche ethnosociologique – monde social, catégorie de situation, type particulier de trajectoire… – vous serez d’emblée confrontés à des parcours présentant des traits communs. Leur comparaison pourra vous amener à les classer en quelques types différents. (2010 : 98)

18L’objectif est donc de saisir les logiques internes des parcours dans leurs similitudes et différences, afin de « remonter vers la découverte de mécanismes sociaux » (Bertaux 2010 : 97).

Malou : « I am a DH [domestic helper] : that’s what my body wants »

  • 10 Les conversions ont été arrondies et sont datée du 12 avril 2015.
  • 11 Même si cette question n’est pas l’objet de cet article, l’enquête a permis de montrer que cette r (...)

19Malou, 45 ans, est veuve et mère de trois enfants. Originaire de la province de Pampanga (Luzon), elle s’apprête à partir vers le sultanat de Brunei. Une première pour elle après avoir passé plus de 17 ans dans les pays du Golfe entre Dubaï (Émirats arabes unis) et Riyad (Arabie Saoudite). Lors de l’entretien, elle raconte ses diverses expériences migratoires et revient sur ses diverses décisions d’émigrer. Son premier départ a lieu en 1988, quelque temps après avoir terminé l’école secondaire à l’âge de 20 ans. Elle est l’aînée d’une famille de quatre enfants lorsque son père tombe gravement malade (AVC). À cette époque, le revenu familial repose principalement sur la vente des produits de la pêche. En effet, le père de Malou s’attelle à la pêche pendant que la mère vend les produits sur le marché avec l’aide de Malou. De temps à autre, le frère de la mère envoie un peu d’argent à la famille depuis le Moyen-Orient. Lorsque le père de Malou tombe malade, c’est donc toute l’économie familiale qui est menacée. Pour faire face aux dépenses de santé, mais également aux frais de scolarité croissants de ses frères et sœurs, Malou « se sacrifie », selon ses termes, pour venir en aide à sa famille. Compte tenu des difficultés de trouver un emploi aux Philippines, le choix de la migration est privilégiée par Malou et sa famille. Grâce à l’aide de son oncle travaillant dans la construction à Dubaï qui la met en contact avec une agence de recrutement, elle s’enrôle comme travailleuse domestique pour une famille à Dubaï où elle gagne environ 9 000 pesos (180 euros10) par mois sans avoir le moindre jour de congé. Son travail est principalement rythmé par les tâches ménagères, la cuisine et occasionnellement le gardiennage d’enfant, le tout entre 6 heures et 23 heures. Des horaires qui tendent à s’allonger pendant les périodes de ramadan. Elle envoie la quasi-totalité de son salaire pour soutenir sa famille pendant six ans. Son père décède deux ans après son arrivée à Dubaï, pendant que ses frères et sœurs terminent leur scolarité obligatoire. Elle n’a toutefois pas l’occasion de rentrer aux Philippines pour les funérailles de son père. À la fin de son séjour, alors qu’elle est âgée de 25 ans, elle rencontre Juan dans un centre commercial. Ce dernier est également originaire du nord de Manille et travaille dans le secteur de la construction. Ils se côtoient ainsi pendant quelques mois malgré les difficultés contextuelles qui pèsent sur leur relation, notamment du fait de l’accès limité de Malou à la sphère publique. Ils décident par la suite de retourner à Pampanga pour se marier. Quelque temps après être rentrés, ils se marient à l’église. Le couple s’installe non loin de la famille de Malou. Leurs revenus reposent dans un premier temps sur leurs épargnes puis sur la base d’activités commerciales dans l’économie informelle. Quatre ans après leur mariage et la naissance de leur troisième fils, les recettes du ménage ne suffisent plus à faire face aux dépenses du quotidien. Juan est déjà reparti à l’étranger, c’est au tour de Malou de repartir cette fois à Riyad pendant que les enfants sont confiés à la famille de Malou. Après s’être sacrifiée pour ses parents, elle se sacrifie cette fois pour ses enfants comme elle le précise : « It’s normal to sacrifice for your parents, for your children for your family in the Philippines, it’s in our culture. » (Entretien, février 2013)11. Elle s’envole donc pour Riyad en 1998 où elle reste jusqu’en 2010 comme travailleuse domestique pour un salaire avoisinant à la fin de son séjour 17 000 pesos par mois (380 euros). Elle rentre entre-temps une année afin d’enterrer son mari décédé d’un accident de travail à l’étranger. Pendant cette période, elle pourvoit aux besoins de sa famille et fait construire deux maisons, une pour sa famille et une autre destinée à la location. Malgré une stabilité financière et des réticences de ses proches, elle décide néanmoins de repartir en 2013 pour l’étranger, toujours comme travailleuse domestique. Cette fois-ci, bien que le salaire soit un peu plus attractif (425 euros), ce sont moins des considérations financières qui guident son choix qu’une volonté de poursuivre une carrière professionnelle qui se traduit en « besoin physique », comme le souligne Malou :

My sons told me, « Why are you going abroad again ? You don’t have problem anymore. You have your own house, you have a rent house, so then you have a pension. Why, Mama ? » I told them, « I like because I have experience. » That is my job. I feel lonely here… ‘Yung gusto nung katawan ko [that’s what my body wants]. (Entretien, février 2013)

20À quelques jours de repartir, Malou rappelle à quel point cette activité professionnelle est constitutive de son identité, mais également importante pour l’économie de l’archipel :

Maybe some maids they don’t know that we are helping a lot in our country. In their mind, maybe they are just helping the families or relatives but they don’t know the number one is our country. Because we give you the remittances, it belongs to the OFW. So we are giving a lot of remittances here in the Philippines. That’s why… So they are helping our country, that’s the number one. But I don’t think so all of the maids realize it. […] Even in other country they told me DH people is good than the other people who working in office. Because working in office, they pay accommodation, they pay food, they buy food, clothes ; but the DH is not. Everything is free. […] Unlike for the office people. They send therefore a little amount of money to their family ; but the DH, they send the whole salary to the family. That’s also why domestic work is better than other jobs. (Entretien, février 2013)

21Le récit de vie de Malou au sujet de son parcours migratoire a permis de mettre en lumière les différents enjeux économiques, familiaux qui structurent la migration aux niveaux macro, méso, mais surtout microsociologique. On saisit en effet dans le cas de Malou comment une succession d’événements biographiques individuels et familiaux, couplée à des enjeux économiques, mène à la constitution d’une carrière migratoire qui a pour particularité de se dérouler sur une temporalité relativement longue. Parallèlement, en questionnant le sens de ces étapes biographiques, on comprend comment cette carrière migratoire s’imbrique avec des enjeux d’identité professionnelle importants. C’est en effet par la migration que Malou construit une identité professionnelle de travailleuse domestique migrante qui devient progressivement essentielle avec les années dans son projet migratoire au point que Malou en vient à envisager le métier de travailleuse domestique migrante comme une fin en soi. Le rapport à la migration en ressort transformé. Comme l’observe très justement Liane Mozère à propos de certaines migrantes philippines à Paris, « c’est bien d’une autre immigration qu’il s’agit, non plus seulement de subsistance (même lorsque les conditions de vie au pays sont difficiles), mais une migration s’inscrivant dans un plan de vie, un dessein, voire un désir » (2004 : 311).

22Une analyse par les récits de vie permet ainsi de saisir comment le travail domestique peut devenir un enjeu professionnel et identitaire prépondérant dans un projet migratoire, surpassant ainsi les enjeux économiques, sans toutefois éclipser complètement ces derniers. Dans ce cas de figure, la caractéristique de cette carrière migratoire est de se dérouler sur le long terme (15-20 ans), d’être relativement continue et orientée par des motivations économiques et des enjeux familiaux, mais surtout de participer à la construction d’une identité professionnelle forte de travailleuse domestique migrante.

Gloria : « Domestic work is my stepping stone »

23Étudions maintenant l’histoire de Gloria, 44 ans, originaire de Batangas (Luzon), née dans une fratrie de neuf enfants, quatre garçons et cinq filles. Cette famille de « petits commerçants » possède un supermarché de quartier qui permet aux parents de dégager des salaires individuels un peu plus élevés que le salaire moyen philippin (280 euros par mois). Tout comme ses frères et sœurs, Gloria accède à des études universitaires. Néanmoins, avec neuf scolarités à charge et une compétitivité du marché accrue, la famille développe différentes stratégies pour consolider ses revenus afin de faire face aux charges économiques qui pèsent sur elle. Pour cela, la famille décide de multiplier les investissements dans des petits commerces (téléphonie mobile, transport, fabrication de chaussures, etc.). Gloria arrête ainsi à l’âge de 22 ans sa formation en criminologie dans une université provinciale privée afin de rejoindre l’entreprise de fabrication de chaussure de son frère. En 1994, à l’âge de 25 ans, elle décide, étant donné les difficultés économiques de l’entreprise familiale, de migrer comme travailleuse domestique vers la Malaisie afin de dégager quelques capitaux pour réinvestir dans cette entreprise familiale, comme elle le précise :

I belong to a very big family. I have 4 brothers and 5 sisters. And then my parents. They are all merchant, doing small business. My eldest brother was graduated in college, but after he had a motorbike accident and passed away. Then I was told that I am the toughest one, so I decided to follow my brothers business. Doing shoemaking. I had to deliver the shoes to other places in the Philippines so I had to stop my studies. I was taking a Bachelor of Science in Criminology. But I stopped because I am basically the one doing our business. But you know in the Philippines, it’s very hard to make money, you know, especially now that a lot of people doing shoe business. And then it became very hi-tech. At that time we were only manual. We wanted to improve it. So I decided to go abroad. That’s why I decided to go to Malaysia. (Entretien, février 2013).

24À son retour, toujours célibataire et sans enfant, elle développe ses propres commerces puis repart en 2009, cette fois pour Doha et pour deux ans, dans la même logique : étendre et consolider ses investissements. Par la suite, elle décide d’émigrer en 2013 pour développer de nouveaux « petits » commerces, mais surtout afin d’assurer sa retraite et sa maison comme elle le souligne :

I have already a generating income here because I already bought two motorbikes and a land to get my own house. And then I put up a business with my sister and we own a purchase orders. […] First I’m saving for what is my future over there in the house. But if I can finish my contract, sure I will try to save the money. And then when I go back home, maybe I can put up another business that pay off. (Entretien, février 2013)

  • 12 Beaucoup d’emplois sont disponibles dans le travail domestique et peu de conditions sont requises (...)
  • 13 Plusieurs départs très espacés dans le temps pour des durées de 2-4 ans à chaque fois.

25Comme l’entretien avec Gloria le révèle, la migration peut constituer un tremplin pour des investissements aux Philippines. Il ne s’agit pas dans ce cas de faire une carrière de travailleuse domestique, mais plutôt de mobiliser la migration, perçue par ces femmes comme un secteur relativement « ouvert » et « facile » d’accès12, pour poursuivre une carrière économique aux Philippines et soutenir la famille. La migration ne constitue pas dans ce cas un vecteur de construction d’une identité professionnelle de travailleuse domestique, mais plutôt un ressort économique pour développer des stratégies d’investissement aux Philippines ainsi que le relève la temporalité de ces migrations. Dans cet exemple de carrière, on observe des temporalités discontinues et relativement plus courtes que le profil évoqué précédemment13, rythmées par les besoins économiques de l’activité marchande aux Philippines. En mettant en perspective le récit de vie de Gloria et celui de Malou on constate qu’outre leurs carrières migratoires, les profils sociologiques sont également fortement distincts. Gloria est plutôt issue d’une classe moyenne, provenant d’une région provinciale urbaine, et a par ailleurs suivi des études dans l’enseignement supérieur. Relevons également que la région de destination est relativement différente (Asie du Sud-Est contre Moyen-Orient), ce qui n’est pas anodin au regard des coûts et de la rentabilité de la migration. En effet, les salaires sont souvent plus attractifs en Asie du Sud-Est (à l’instar de l’Europe et du Canada), mais dans le même temps les frais de dossiers sont plus importants, ce qui constitue bien souvent une barrière économique pour les femmes comme Malou, d’origine plus modeste.

Josy : « I am not a DH ! »

26Josy à 27 ans. Célibataire et sans enfant, elle habite chez ses parents, proches du quartier d’Ortigas à Manille. Elle a grandi à Manille dans une famille de la classe moyenne, dont le revenu des parents, tous deux fonctionnaires, avoisinait les 40 000 pesos par mois (850 euros). Elle termine ses études d’infirmière dans une école prestigieuse de Manille en 2010. Après quelques mois, elle trouve une place de stagiaire dans un hôpital en périphérie de Manille où elle reste un peu moins d’un an, ne voyant aucun débouché se dessiner. Elle décide ensuite de travailler dans un call center, ce qui lui permet de toucher 15 000 pesos (320 euros) par mois. Malgré un salaire « satisfaisant » selon ses termes, cette situation s’accompagne toutefois d’une forte frustration professionnelle. Elle explique qu’elle désire mettre en pratique ses compétences professionnelles qui résultent d’un apprentissage long et difficile qui a impliqué de sa part beaucoup de sacrifices. De ce fait, Josy décide de poursuivre en parallèle de son activité sa recherche d’emploi aux Philippines dans le secteur de la santé, bien que les débouchés professionnels aux Philippines semblent relativement restreints. Après quelques mois de recherche sans succès, elle réalise, qu’à l’instar de certaines de ses camarades de classe, la solution pour poursuivre une carrière dans le milieu de la santé est de migrer. Ayant raté son examen pour exercer comme infirmière à l’étranger, elle décide de migrer comme travailleuse domestique au Canada. Une solution selon elle « rapide » pour partir à l’étranger. Elle débourse, avec l’aide de ses parents, 90 000 pesos (1 890 euros) afin de payer les frais de départ pour le Canada. Elle signe un contrat de deux ans, mais voit surtout la possibilité de travailler à temps partiel afin de reprendre ses études d’infirmière au Canada dans l’idée de postuler pour une carte de séjour canadienne. L’objectif pour Josy est ainsi de poursuivre sa carrière d’infirmière quel que soit le chemin pris. Elle précise en effet que :

My intention is to work. I have bitterness that I became unskilled. I know that time will come and be soon a skilled worker. If I will get my open permit then the government is allowing me to study. That is my privilege. That’s why I really wanted to crossover as a live-in caregiver because after two years, the government will grant me open permit which will give me a chance to study or to refresh my nursing career and become a licensed nurse in Canada. (Entretien, février 2013).

27Le travail domestique est ainsi pour Josy un « tremplin » (stepping stone) momentané pour poursuivre sa carrière professionnelle. Toutefois, il est intéressant de souligner qu’elle se distancie fortement de cette catégorie travailleuse domestique qu’elle vit comme une forme de déclassement social au point qu’elle avoue avoir caché à ses ami-e-s sa future occupation professionnelle au Canada. On constate à travers l’analyse du récit de vie de Josy que les enjeux professionnels et le profil sociologique sont bien différents de ceux de Malou et Gloria. Ce n’est pas dans ce cas les besoins économiques familiaux qui guident la décision migratoire, mais plus des enjeux professionnels individuels. La volonté de poursuivre une carrière professionnelle, qui a passé momentanément par une période de « déqualification ».

Asma : « Being a DH to do the Hajj »

  • 14 Il n’existe pas de statistiques concernant la proportion de femmes musulmanes migrantes parmi les (...)

28La dernière carrière migratoire que cette enquête a permis de mettre en avant se distingue fortement des trois autres par le fait que le socle de cette carrière est imbriqué au religieux. La migration devient ici un processus dans lequel se jouent les carrières religieuses des femmes musulmanes philippines14. Migrer dans ce cas ne participe pas à la construction d’un tremplin pour une carrière économique aux Philippines, d’une opportunité de poursuivre une carrière professionnelle à l’étranger, mais constitue plutôt une opportunité de s’accomplir religieusement tout en subvenant aux besoins économiques de la famille comme le décrit Asma rencontrée lors d’une formation de stress management à Manille.

  • 15 « Aujourd’hui » renvoi à l’année 2014, au moment de l’enquête de terrain.

29Asma a 41 ans, elle est mère de quatre enfants. Elle s’apprête à repartir pour l’Arabie Saoudite. Elle et son mari ont grandi dans et habitent la province de South Cotabato (Mindanao). Le couple, marié depuis 21 ans provient de familles de fermiers relativement modestes. Son mari a hérité des terres familiales et continue de cultiver des plantations de banane et de maïs pour un revenu avoisinant les 5 000 pesos par mois (environ 110 euros). Un revenu qui est très aléatoire selon les saisons et les conditions météorologiques. Pendant que son mari travaille au champ, Asma s’occupe du foyer et éleve leurs quatre enfants âgés aujourd’hui15 de 20, 19, 16 et 9 ans. Quelques mois après la naissance de leur troisième enfant, Asma, « en accord avec son mari » comme elle le précise, commence à enseigner l’arabe dans une Madrasa (terme arabe pour désigner une école) pour un salaire de 3 000 pesos par mois (65 euros) afin de faire face à l’augmentation des frais (nourriture, santé, écolage) du foyer. Mais ce revenu complémentaire ne suffit pas. En 2011, alors que sa fille aînée a entamé une formation post-obligatoire dans l’hôtellerie dont les frais sont importants, Asma envisage la migration, comme certaines de ses amies l’ont fait auparavant. Malgré les différentes opportunités d’emploi comme travailleuses domestiques à l’étranger, elle envisage uniquement la possibilité de se rendre en Arabie Saoudite. Pour elle, l’idée d’aller travailler dans des pays d’Asie du Sud-Est, voire d’Europe ou d’Amérique du Nord, n’entre pas dans son champ des possibles. L’unique possibilité est le Moyen-Orient : « I didn’t think to work in the countries like Hong Kong or Taiwan, or wherever else. I don’t want… Because I’m Muslim, I want to be in one Muslim country » (Entretien, février 2014). L’Arabie Saoudite, en tant que pays musulman, constitue une opportunité unique pour faire son pèlerinage (Hajj) à la Mecque. Lucide sur le fait que le salaire puisse être plus attractif dans d’autres pays, elle réfute toutefois l’idée de s’y rendre, arguant une crainte de ne pas être respectée dans ses pratiques religieuses par son employeur-euse. Travailler en Arabie Saoudite pour un-e employeur-euse musulman-e n’est pas seulement avoir l’opportunité de faire le Hajj, mais il s’agit également d’avoir la possibilité, selon Asma, de poursuivre certaines pratiques religieuses musulmanes, telles que prier cinq fois par jour (Salât), manger ḥalāl (licite), porter le hijab (une forme du voile islamique) et l’abaya (longue tunique) sans être stigmatisée, voire discriminée, comme cela peut être le cas aux Philippines et davantage en Europe ou en Amérique du Nord.

30Entre 2011 et 2013, lors de son premier séjour à l’étranger, elle se rend plusieurs fois à la Mecque avec ses employ-eur-euse-s. En 2013, une fois son contrat terminé, elle décide, comme convenu avec son mari, de rentrer à Mindanao retrouver sa famille et de s’en occuper. Elle raconte que ses ami-e-s et les membres de sa famille sont devenu-e-s plus respectueux envers elle depuis qu’elle est devenue une hâjjî : « Here in the Philippines, when they hear that you have done Hajj, they are proud of you, that you were able to go to the holy place, it’s not a place that can be gone to, normally » (entretien, février 2014). Quelques mois après son retour, sa mère contracte une grave maladie respiratoire. Une nouvelle fois, face aux « aléas » de la vie, la migration représente pour Asma une solution « rapide et efficace » pour économiser de l’argent et subvenir aux besoins économiques de sa famille. Elle décide donc de partir à nouveau en Arabie Saoudite, reprendre « un métier qu’elle connaît », comme elle le précise, c’est-à-dire travailleuse domestique.

31Ce récit met en avant comment le religieux peut se trouver inexorablement lié aux migrations économiques. On comprend ainsi au regard de l’origine sociale d’Asma, de sa confession religieuse, de ses précédentes expériences professionnelles et migratoires, la place que tient le religieux dans son projet migratoire. Au vu du parcours de vie d’Asma qui se réalise comme musulmane à travers la migration, on comprend comment cette dernière peut renforcer les logiques de piété et inversement. Migrer devient ici un acte de foi. Un moyen d’acquérir un capital symbolique et de nouvelles formes de reconnaissance sociale inaccessible dans le contexte national. Le parcours d’Asma rend ainsi compte des enjeux religieux ignorés dans les migrations du fait que la catégorie travailleuse domestique philippine soit souvent pensée dans la littérature dans son versant catholique. Ce cas de figure met par ailleurs en évidence les formes d’agency (capacité d’agir) qui se construisent dans la continuité des pratiques de piété dans le cas des femmes musulmanes comme évoquées dans le champ de recherche « genre et islam » (voir par exemple les écrits de Saba Mahmood [2009] ou d’Eva Marzi [2013]).

32Ces quatre récits de vie, en mettant avant comment divers événements biographiques s’imbriquent dans la construction des carrières migratoires, permettent tout d’abord de rendre compte de la diversité des enjeux migratoires et des identités dissimulés derrière la catégorie filipina. En mettant en perspective ces événements biographiques, on comprend que la migration ne s’inscrit pas dans le synchronique mais plutôt dans une dynamique processuelle où la succession d’événements biographiques guide les actrices vers une carrière migratoire. J’ai par ailleurs pu constater à travers ces quatre récits de vie que ces carrières migratoires étaient fortement hétérogènes et dépendaient de l’origine sociale des actrices, mais également d’enjeux d’identité professionnelle convergents comme dans le cas de Malou ou divergent dans le cas de Josy et Gloria avec l’identité de travailleuse domestique. J’ai également vu que ces carrières étaient liées comme dans le cas d’Asma à une quête religieuse. La mise en perceptive de ces parcours a par conséquent permis de mettre en avant les multiples usages sociaux du travail domestique et de rendre compte de la complexité des trajectoires biographiques souvent masquée par la catégorie travailleuse domestique.

Conclusion

  • 16 Dans son enquête sur les migrantes philippines à Paris (2013), Asuncion Fresnoza-Flot analyse égal (...)

33Cet article s’est penché sur les enjeux de catégorisation qui se logent derrière la notion de travailleuse domestique migrante dans le contexte philippin afin d’interroger les effets d’homogénéisation produits par ce type de catégorie. Sur la base du concept de « carrière migratoire » et de l’approche des récits de vie, j’ai tenté de montrer la nécessité de penser la migration dans des termes processuels. En proposant une analyse processuelle de l’engagement migratoire, cet article a ainsi mis en lumière le fait que ces travailleuses domestiques étaient une catégorie très hétérogène et que ces femmes étaient avant tout des candidates à l’émigration dans l’économie mondialisée du travail domestique. L’approche des récits de vie couplée au concept de carrière migratoire donne en effet à voir les migrations en termes de processus et éclaire comment une succession d’étapes biographiques découlant de transformations macro-méso, mais surtout microsociologiques structure la migration. Cette approche opère un décentrement analytique pour penser la construction des catégories sociales comme celle de travailleuse domestique migrante dans des termes processuels afin de voir comment concrètement la migration se joue à travers les parcours de vie, l’origine sociale, l’expérience professionnelle, les réseaux, les institutions ou encore le religieux. Outre le fait de comprendre comment se construisait ces carrières migratoires, l’analyse de ces carrières a rendu compte de l’hétérogénéité que recoupait la catégorie travailleuse domestique philippine migrante et des enjeux spécifiques imbriqués à la migration selon les profils sociologiques des actrices. Des profils sociologiques qui impliquent ainsi des motivations migratoires différentes16. Ce cadrage d’analyse sociologique sur la dimension processuelle des trajectoires biographiques a permis de montrer que la catégorie sociale travailleuse domestique migrante n’était pas complètement opératoire pour comprendre la diversité des carrières migratoires dont les finalités et les rationalités demeurent multiples. Ce décentrement analytique a dès lors permis de prendre en considération les multiples identités négociées par les individus afin de dépasser les écueils de l’ontologie des catégories.

34Au regard de cette analyse, il semble nécessaire de développer une compréhension dans des termes processuels des parcours migratoires des femmes philippines migrantes dans l’économie mondialisée du travail domestique pour dépasser les représentations sociales associées à la figure de la travailleuse domestique migrante philippine mais également afin de repenser la pertinence de nos catégories d’analyse et la construction des représentations d’un métier fortement dévalorisé socialement et économiquement. C’est en cherchant à déceler la multiplicité des identités et la dimension processuelle des trajectoires biographiques que l’on peut au final aller au-delà de la fixité des catégories.

Haut de page

Bibliographie

ASIS, Maruja M.B., 2006, « The Philippines’ Culture of Migration », The online Journal of the migration policy institute, En ligne : http://www.migrationpolicy.org/article/philippines-culture-migration, consulté le 2 juin 2015.

APPADURAI, Arjun, 2001, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot.

AGUILAR, Filomeno, 2003, « Global Migrations, Old Forms of Labor, and New Transborder Class Relations », Southeast Asian Studies, 41, 2 : 137-161.

AGUILAR, Filomeno, 2013, « Brother’s Keeper ? Siblingship, Overseas Migration, and Centripetal Ethnography in a Philippine Village », Ethnography, 14, 3 : 346-368.

BECKER, Howard, [1963] 1985, Outsiders, Paris : Éditions Métailié.

BERTAUX, Daniel, 1980, « L’approche biographique » : sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69 : 197-225.

BERTAUX, Daniel, 1997, Les récits de vie : perspective ethnosociologique, Paris : Nathan.

BERTAUX, Daniel, 2005, L’enquête et ses méthodes : Le récit de vie, Paris : Armand Colin.

BERTAUX, Daniel, 2010, L’enquête et ses méthodes : Le récit de vie, 3e édition, Paris : Armand Colin.

BRET, Julien, 2011, « Travail global et production d’un individu servile. Activités économiques et migrations de travailleurs non arabes au Liban », thèse de doctorat en sociologie, université Lumière Lyon 2.

BOURDIEU, Pierre, 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, 1 : 69-72.

CHANFRAULT-DUCHET, Marie-Françoise, 1987, « Le récit de vie : donnée ou texte ? », Cahiers de recherche sociologique, 5, 2 :11-28.

DEBONNEVILLE, Julien, 2013, « De la lutte contre la vulnérabilité aux transferts d’argent. La migration des travailleuses domestiques au prisme du dispositif migratoire philippin », Autrepart, 67-68, 4 : 69-85.

DEBONNEVILLE, Julien, 2014, « Les écoles du care aux Philippines : Le devenir travailleuse domestique au prisme de l’altérité », Revue Tiers Monde, 217, 1 : 61-78.

DELCROIX, Catherine, 1995, « Des Récits De Vie Croisés Aux Histoires De Famille », Current Sociology, 43, 2 : 61-67.

FERRAROTTI, Franco, 1983, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris : Méridiens Klincksieck, coll. « Sociologies au quotidien ».

FILLIEULE, Olivier, 2001, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel : Post scriptum », Revue française de science politique, 51, 1 : 199-215.

FILLIEULE, Olivier, 2009, « Carrière militante », in Dictionnaire des mouvements sociaux, Olivier Fillieule, Lilian Mathieu & Cécile Péchu, Paris : Presses de Sciences Po, coll. « Références ».

FRESNOZA-FLOT, Asuncion, 2013, Mères migrantes sans frontières. La dimension invisible de l’immigration philippine en France, Paris : L’Harmattan.

FOUCAULT, Michel, 2001, Dits et écrits, 1954-1988, Paris : Gallimard.

GUEVARRA, Anna, 2009, Marketing Dreams, Manufacturing Heroes : The Transnational Labor Brokering of Filipino Workers, New Brunswick : Rutgers University Press.

HEINRITZ, Charlotte & Angela RAMMSTEDT, 1991, « L’approche biographique en France », Cahiers Internationaux de Sociologie, 91 : 331-370.

HUGHES, Everett, 1937, « Institutional Office and the Person », American Journal of Sociology, XLIII : 404-413.

JABER, Hana, 2005, « Manille-Amman, une filière de l’emploi domestique : parcours, dispositifs et relais de recrutement », in Mondes en mouvement, Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du xxie siècle, H. Jaber & F. Métral, éd., Amman : IFPO : 195-220.

MAHMOOD, Saba, 2009, Politique de la piété Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris : la Découverte.

MARTINIELLO, Marco & Andrea REA, 2011, « Des flux migratoires aux carrières migratoires », SociologieS [En ligne], Dossiers, Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines, URL : http://sociologies.revues.org/3694.

MARZI, Eva, 2013, « Citoyennes et musulmanes. Le partage du religieux et du politique dans l’horizon de reconnaissance d’une association musulmane à Genève », in La Suisse des mosquées. Derrière le voile de l’unité musulmane, Christophe Monnot, Genève : Labor et Fides, p. 173-195.

MASSEY, Douglas, 1999, « Why Does Immigration Occur ? A Theoretical Synthesis », in The Handbook of International Migration : The American Experience, Charles Hirschman, Philip Kasinitz & Josh DeWind, New York : Russell Sage Foundation, p. 4-52.

MOZÈRE, Liane, 2004, « Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité défini en termes de genre », Journal des Anthropologues, 97-98 : 291-319.

PARREÑAS, Rhacel Salazar, 2007, « The Gender Ideological Clash in Globalization : Women, Migration, and the Modernization Bulding Project of the Philippines », Social Thought & Research, 28 : 37-56.

PÉCOUD, Antoine, 2004, « Réseaux, ethnicité et institutions dans les économies immigrées », Hommes et Migrations, 1250 : 13-23.

PRUVOST, Geneviève, 2011, « Récit de vie », Sociologie [En Ligne], http://sociologie.revues.org/671?lang=en.

RODRIGUEZ, Robyn, 2010, Migrants for Export : How the Philippine State Brokers Labor to the World, Minneapolis : University of Minnesota Press.

ROSENFELD, Rachel, 1992, « Job Mobility and Career Processes », Annual Review of Sociology, 18 : 39-61.

ROULLEAU-BERGER, Laurence, 2010, Migrer au féminin, Paris : Presses universitaires de France.

SAYRES, Nicole, 2007, An Analysis of the Situation of Filipino Domestic Workers, Genève : International Labour Organization (ILO).

SIMON, Gildas, 2006, « Migrations, la spatialisation du regard », Revue européenne des migrations internationales, 22, 2 : 9-21.

Haut de page

Note de fin

1 Si l’utilisation des guillemets permet de mettre en évidence les effets de catégorisation et les enjeux d’assignation identitaire, il convient toutefois de ne pas alourdir le texte. Ainsi les différents termes faisant références à cette catégorie seront par la suite utilisés sans cette précaution.

2 En écho au titre de la journée d’études « Figures banales et exceptionnelles du migrant asiatique ».

3 Voir par exemple l’édition 2005 du dictionnaire américain Merriam-Webster.

4 Bien qu’il ne soit pas exclu qu’il puisse y avoir une continuité dans certains cas spécifiques (voir Fresnoza-Flot 2013).

5 Pour d’autres exemples de problématisation des récits de vie dans les migrations, voir par exemple le numéro « Les migrations au regard des récits de vie » de la revue Migrations Sociétés (n° 145, vol. 25).

6 Prénoms d’emprunt, comme l’ensemble des noms utilisés dans cet article.

7 Au regard du nombre résiduel d’hommes migrant dans ce domaine (moins de 1% selon les statistiques gouvernementales auxquelles j’ai eu accès qui inclut en outre les chauffeurs), le féminin neutre sera utilisé pour les termes d’« actrice », « migrante », « candidate », « travailleuse domestique ».

8 Précisons que cette question de l’interprétation des récits de vie est sujet à débat dans la littérature (voir par exemple Heinritz & Rammstedt 1991).

9 On pourrait également ajouter ici les imaginaires migratoires (Appadurai 2001 ; Simon 2006).

10 Les conversions ont été arrondies et sont datée du 12 avril 2015.

11 Même si cette question n’est pas l’objet de cet article, l’enquête a permis de montrer que cette réification de la « culture de la migration » (Asis 2006) est fortement liée au dispositif migratoire.

12 Beaucoup d’emplois sont disponibles dans le travail domestique et peu de conditions sont requises avant le départ (avoir plus de 23 ans et avoir terminé l’école secondaire obligatoire), notamment vers le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est.

13 Plusieurs départs très espacés dans le temps pour des durées de 2-4 ans à chaque fois.

14 Il n’existe pas de statistiques concernant la proportion de femmes musulmanes migrantes parmi les travailleuses domestique. Au regard de mes observations et des discussions avec les institutrices, cette proportion se situerait entre environ 10 et 30 %. Ce pourcentage variant cependant selon les pays de destination.

15 « Aujourd’hui » renvoi à l’année 2014, au moment de l’enquête de terrain.

16 Dans son enquête sur les migrantes philippines à Paris (2013), Asuncion Fresnoza-Flot analyse également les motivations variées à quitter le pays et les enjeux que cela implique pour les familles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Debonneville, « Regards croisés sur les récits de vie des femmes philippines dans l’économie mondialisée du travail domestique. Pour une analyse processuelle des carrières migratoire », Moussons, 26 | 2015, 93-111.

Référence électronique

Julien Debonneville, « Regards croisés sur les récits de vie des femmes philippines dans l’économie mondialisée du travail domestique. Pour une analyse processuelle des carrières migratoire », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/3382 ; DOI : 10.4000/moussons.3382

Haut de page

Auteur

Julien Debonneville

Julien Debonneville est assistant-doctorant à l’Institut des Études genre de l’université de Genève. Sociologue de formation, il rédige actuellement une thèse de doctorat intitulée « Les écoles de la servitude aux Philippines et le devenir travailleuse domestique au prisme de l’altérité. Vers une approche sociologique des études postcoloniales » qui abordent les thèmes de genre et de migrations, de la division sexuée et internationale du travail, de la colonialité du pouvoir et de la construction de l’altérité.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page