Navigation – Plan du site
Articles

Échec migratoire d’un milliardaire chinois en Europe : une courte fenêtre d’opportunité politico-économique en Chine

Migration Failure of a Chinese Billionaire in Europe : A Brief Chinese Window of Socio-Political Opportunity
Valérie Anglès
p. 113-132

Résumés

Cet article présente certains pans de la vie de Li, ancien éleveur de crevettes dans la banlieue paysanne de Shanghai. Devenu milliardaire ou multimillionnaire, il a cherché à s’installer en France notamment ; déchu, il est retourné se protéger auprès de ses relations chinoises quelques années plus tard. Cette histoire est retracée aux travers d’observations menées entre 1997 et 2002, à Paris, Marseille, Monaco, Pékin, Hong Kong et Boston. Les rencontres et les discours qui font l’objet de ces observations sont replacés dans le contexte économico-politique de la fin des années 1990 et du début des années 2000 en Chine. Cela permet d’avancer que le contexte national chinois de cette époque a permis une ascension sociale fulgurante de toute une classe de Chinois qui pouvaient venir de milieux très humbles comme Li et qui ont pu s’installer à l’étranger, où ils étaient même poussés à investir. Cependant, contrairement à de nombreux Chinois d’outre-mer qui ont fait l’objet d’une littérature abondante, Li n’avait pas tous les leviers pour couper les ponts depuis l’Occident et pour échapper à la réforme qui l’a obligé à rendre des comptes en Chine tout en y trouvant une protection, dès le début des années 2000.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 2000, les journalistes et les chercheurs s’intéressent aux entrepreneurs chinois, notamment ceux qui ont bâti des empires en Asie et ceux qui sont devenus milliardaires, mais peu ont porté un intérêt à les suivre au quotidien pendant plusieurs années, et à essayer de comprendre les ressorts de leurs succès et surtout de leurs échecs à l’étranger. Pour la plupart de ces émigrés la Chine a permis la croissance ou le maintien de la prospérité de leurs entreprises étrangères. Certes, l’ouverture de la Chine, l’importance et le dynamisme du marché chinois expliquent leur constant intérêt pour le pays d’origine, cependant le retour définitif dans le giron de la patrie d’origine, n’est guère envisagé. C’est ce qui rend l’histoire de Li originale. Milliardaire ou multimillionnaire d’un moment, inconnu des médias, attiré d’une curiosité discrète et opportuniste par les Occidentaux et par l’Occident, il s’est installé en France et aux USA et a cherché à investir, avant de rentrer définitivement en Chine. Pour comprendre cet échec à l’étranger, il faut replacer ce parcours dans son contexte : il s’agissait d’une période tumultueuse où la Chine, semble-t-il, se cherchait. Voulant se faire une place parmi les grandes puissances mondiales, elle a favorisé quelque temps ces investissements à l’étranger sans véritable contrôle, en permettant à des personnes d’origine modeste de s’enrichir et de sortir cet argent de la Chine. Il est donc probable que bien d’autres Chinois aient été tentés de suivre le chemin de Li. Pourtant, les infrastructures légales, fiscales et financières étaient encore très mal organisées, dignes des pays en développement, sur un immense territoire très décentralisé et en grande partie encore très pauvre, où les jeux de pouvoirs ne facilitaient pas les choses. Il est donc aussi probable que le durcissement des contrôles, la structuration par à-coups de ces infrastructures et l’absence d’accueil organisé à l’étranger aient finalement stoppé certaines ambitions d’expatriation ou d’internationalisation, voire même entraîné la chute et le retour d’investisseurs peu avertis comme Li.

2L’intérêt de retracer certaines étapes de la vie de Li, lorsque nos pas se sont croisés, entre 1997 et 2002, à Paris, Marseille, Monaco, Pékin, Hong Kong et Boston est de donner un point de vue plus intimiste et longitudinal du parcours que ne peuvent le faire des interviews. Ces pans de vie, mis en perspective avec le contexte particulier de la Chine de l’époque, permettent de mettre au jour l’évolution rapide d’un pays encore fermé et protectionniste, malgré l’ouverture prônée alors depuis presque 20 ans par Deng Xiao Ping et qui va devenir en quelques années un membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette juxtaposition du parcours de Li avec le contexte chinois ouvre une fenêtre de quelques années seulement sur l’expatriation et l’investissement à l’étranger pour tout Chinois qui était prêt au bon moment et au bon endroit, avec quelques relations locales nécessaires, mais quelles qu’aient été ses origines et ses capacités financières de départ. Ensuite, les réformes se sont accélérées et les opportunités ont été plus ténues, réservées semble-t-il aux proches relations de hauts fonctionnaires de l’État ou bien à des entrepreneurs déjà particulièrement chanceux, établis et performants en Chine. Ce moment unique, à notre connaissance, où tout était possible, dans l’histoire de la Chine n’a pas empêché Li d’échouer à l’étranger et de rentrer en Chine où il a été à la fois déchu mais protégé lorsque la fenêtre d’opportunité s’est refermée.

3D’autre part, l’histoire de Li permet de mieux comprendre de l’intérieur l’apparition fulgurante des milliardaires chinois qui ont fait l’objet d’études récentes et émerveillent tant les Occidentaux : ils sont souvent d’origine paysanne comme Li, leur fortune a aussi très fréquemment pris racines à la fin des années 1990, certains ont aussi été sanctionnés comme Li (De Charette & Zipfel 2013). Enfin, le recul que nous avons sur ces années permet de mieux expliquer le contexte politico-économique de l’époque car les études scientifiques publiées en anglais sur l’évolution complexe du système bancaire chinois de ces années-là sont relativement récentes (entre 2008 et 2012). L’opacité de cette période de réformes au moment où elles se faisaient ne permettait probablement pas une analyse si précise et argumentée.

Mes rencontres avec Li

4Li est un pseudonyme destiné à préserver l’anonymat du personnage dont je retrace une partie de la biographie et qui a toujours voulu rester discret ; je n’ai par exemple aucune photographie de lui car il a toujours refusé que quiconque de son entourage ne le photographie. Le récit de mes rencontres avec lui est bâti à partir de la méthode de l’observation participante puisque je faisais partie de l’entourage ponctuel et temporaire de Li, par l’intermédiaire de deux de ses chauffeurs/gardes du corps à Paris, Marseille, Pékin, Hong Kong, Boston et Monaco. De ces rencontres, j’ai retranscrit six observations à Paris en 1997, une à Boston en 1997, soixante-douze à Pékin en 1998, une à Marseille en 2000 et trois à Pékin en 2001 et 2002. Ces observations incluent des discussions avec l’entourage proche de Li. Certaines informations ainsi obtenues n’ont pas pu être vérifiées et sont retranscrites au conditionnel.

5Il est important de noter que lors de toutes ces rencontres j’avais l’impression de faire de la figuration, de faire partie du décor, personne ne s’adressait à moi, pensant sans doute que mon chinois n’était pas suffisant ou que je n’avais rien à voir avec leurs préoccupations. De plus, comme je faisais partie de l’aéropage de Li, je ne présentais pas de danger, je faisais office de décoration. Une femme étrangère qui n’est là ni pour servir ni pour donner son opinion, mais qui sert de faire-valoir, pour montrer l’aura de Li, l’importance de son réseau de relations mondiales, sa facilité à mettre en œuvre des réseaux improbables et préserver des mystères. D’autre part, je ne me suis jamais trouvée seule avec lui et si nous nous sommes parlé brièvement, c’est moi qui lui ai adressé la parole. Je l’observais ainsi que son entourage, mais c’était comme si, pour eux je n’étais pas là, personne ne me regardait. D’autres chercheurs étrangers en Chine se sont sentis dans cette situation, mais peu d’entre eux ont décrit cet état de fait qui crée une situation particulièrement favorable à l’observation scientifique, où le sentiment est que le chercheur a peu d’influence sur les faits observés eux-mêmes, alors qu’il en a nécessairement sur le terrain et le contexte de ses observations. Cependant, Marion Zipfel et Laure de Charrette montrent en filigrane dans leur livre sur les milliardaires chinois que curieusement il est facile de les approcher, d’obtenir un rendez-vous, de se joindre à un repas aux invités hétéroclites (De Charette & Zipfel 2013). Il semble que cela peut s’expliquer par la grande curiosité de ces Chinois et Chinoises, surtout vis-à-vis des Occidentaux et des femmes occidentales, car ils ont peu l’occasion d’en rencontrer. Cette curiosité est pourtant discrète, comme l’expliquent les auteures, car ils s’entourent parfois de personnes dont ils ne comprennent pas la langue, et eux-mêmes ne posent pas de questions. Enfin et surtout, ils ont un besoin permanent de donner une bonne image auprès de personnes qu’ils considèrent comme de rang élevé. Les journalistes et chercheurs, notamment occidentaux, qui ont une certaine influence dans leurs milieux sont surtout des personnes très éduquées, ce qui n’est pas le cas des Chinois auxquels nous nous intéressons. En les accueillant simplement, ceux-ci se montrent à leur niveau et font d’une pierre deux coups, puisque, ce qui est tout aussi important, ils se font valoir auprès des autres Chinois de leur entourage.

  • 1 Ces articles conservés depuis presque 20 ans ont malheureusement été mal classifiés. Les archives (...)

6Enfin, pendant cette période de grands bouleversements sociaux en Chine, j’ai collecté un grand nombre de coupures de journaux sur le contexte socio politique en Chine, notamment de journaux français, ce de manière aléatoire1 et dans le cadre de ma recherche afin de mettre en perspective mes nombreuses observations de terrains, avec l’analyse faite par les journalistes étrangers. Ces articles ainsi qu’une littérature plus récente et scientifique peuvent expliquer maintenant de façon précise mes observations des années 1990 et laissent penser que Li n’était pas un cas isolé. Il a su notamment, comme sans doute beaucoup d’autres en Chine, saisir les opportunités politico-économiques qui se présentaient. Enfin, la littérature relate le succès d’un grand nombre de Chinois d’outre-mer, ainsi que la déchéance de certains proches des hautes sphères politiques chinoises. Cela me permet d’émettre des hypothèses sur les raisons de l’échec de Li et son repli en Chine.

Li milliardaire déchu

La fin des années 1990 : Li zǒng le nouveau riche

  • 2 Le but est de distinguer les individus dans une hiérarchie sociale, les inférieurs utilisant un pr (...)

7Li est appelé Li zǒng. Zǒng est un titre honorifique une contraction de lǎo zǒng, Président-directeur général2.

8Li est de grande taille pour un Chinois du sud. Il a un peu d’embonpoint, suffisamment pour passer pour quelqu’un qui ne manque de rien. Il présente une figure ronde et rieuse. Parfois, il soulève la tête et fronce les sourcils de manière un peu supérieure ou dédaigneuse. Il porte soit un tee-shirt de marque de type Polo Lacoste, soit une chemise et une veste de costume, avec des chaussures de marque en cuir de style classique. Il est assez maladroit dans ses gestes et mange bruyamment. À Paris, il adore les brasseries qui servent des fruits de mer, cela lui rappelle les origines de sa fortune : les crevettes que sa famille aurait élevées dans la banlieue de Shanghai. Il ne peut pas manger de crabe sans faire gicler sur ses voisins les jus des pinces qu’il casse et commande toujours la bouteille de vin la plus chère de la carte. Il commande ce qu’il aime manger sans demander à ceux qui l’accompagnent ce qu’ils désirent ; il commande beaucoup. Quand il a fini, il rote et demande l’addition, sort sa carte bleue et paye. Tout le monde est bienvenu à sa table, les amis de son entourage peuvent toujours profiter d’un bon repas, ou tout au moins d’un repas dont la note en Europe ou aux États-Unis, en fonction de la disponibilité des bouteilles de vin les plus chères de la carte, peut s’élever facilement à plus de 1 000 francs français de l’époque, l’équivalent d’environ 170 euros par tête. Lorsque Li boit du vin, il devient rapidement rouge, les yeux brillants et boursouflés.

9À Paris ou Boston, Li est toujours entouré de Chinois d’outre-mer qui parlent français ou anglais ou de Françaises ou de Français qui parlent chinois. Il n’est jamais seul, il ne connaît aucune autre langue que le chinois, qu’il parle avec un fort accent paysan de la campagne Shanghaienne et teinté de Zanhe-ëwo, le dialecte local. Il est toujours dépendant de quelqu’un qui veuille bien jouer le rôle d’interprète.

10Li passe beaucoup de temps à faire du shopping accompagné au minimum de son chauffeur qu’on appelle « le garde du corps » bǎo biāo qui sert d’interprète et d’homme à tout faire. En France il s’agit de Fu, qui a toute latitude pour se faire accompagner de ses amis ou amies français ou chinois vivant à Paris, telle une jeune prostituée chinoise, une tout juste diplômée de l’école de commerce du Havre mariée à un Chinois, une amie qui vient du sud de la France mener des interviews à Paris, etc. Ainsi, cet aréopage cosmopolite et contrasté profite des largesses de Li zǒng lors des repas et lors des achats vestimentaires. Li achète beaucoup de vêtements puisque d’après le garde-du-corps, toutes les chemises, tee-shirts et sous-vêtements ainsi que les chaussettes qui n’ont servi qu’une fois sont jetés à la fin de la journée. Les costumes sont achetés aussi par dizaines, utilisés quelques fois et donnés aux personnes de cet entourage. De même que les lunettes et les sacs, les costumes sont en général de marque italienne ou française et sont achetés soit dans les boutiques de la marque, soit dans des grands magasins comme les Galeries Lafayette. L’avantage, dans les deux cas, est de recevoir une facture détaillée avec la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) que Li peut se faire rembourser grâce à son passeport chinois quand il passe la douane française. À chaque passage, les remboursements s’élèvent à plusieurs milliers de francs. L’achat des voitures utilisées en France échappe cependant à cette règle. Li aurait acheté comptant avec sa carte bleue deux Mercedes, l’une à Paris, l’autre à Monaco, soit environ 200 000 francs, l’équivalent d’environ 30 000 euros, à la stupéfaction des vendeurs.

  • 3 En 1997, on obtenait 8,28 RMB [voir note 12] pour un dollar américain, soit environ 6 francs franç (...)
  • 4 Une bouteille de máo tái peut coûter plus de 200 000 yuans.

11À Pékin, lorsque Li sort le soir, c’est en général des dîners où non seulement les amis étrangers et Chinois d’outre-mer sont invités, mais également ses relations locales. Ces grands chefs ne sont pas présentés aux autres, mais on peut comprendre qu’ils appartiennent à des banques, à la police ou à un ministère ou une grande société publique. Les repas se passent alors dans des restaurants au luxe grandiose et toujours dans des salles privées réservées pour Li, qui peuvent faire plus de 50 m2, où en plus d’une salle de restaurant comprenant une grande table ronde qui peut accueillir une dizaine de convives se trouvent attenant, un salon confortable, des toilettes et un karaoké. Lors du repas, les mets les plus chers de la carte sont servis, telles des abalones grosses comme une côte d’agneau coûtant plusieurs centaines de yuans l’unité3, des soupes de petites tortues, des ailerons de requin… le tout étant censé avoir des propriétés permettant de se maintenir en bonne santé. Les plats sont arrosés de différents alcools servis chacun dans un des nombreux verres disposés devant chaque convive, bière, vin, máo tái, ou autres alcools de riz parfois très coûteux4. Vers la fin du repas, des filles viennent accompagner les hommes au karaoké, leur servir de l’alcool. Plusieurs bouteilles de cognac de grand prix sont ainsi consommées chaque soir. Parfois, ces filles sont aussi des prostituées et emmènent une des personnalités avec elles. C’est Li qui donne sa carte bleue à la fin des festivités et qui est ramené la plupart du temps, chancelant et ivre chez lui, par un de ses gardes du corps. Un soir, le 31 janvier 1998, un grand chef de la police semble-t-il, et son acolyte ont été invités à ce genre de sauterie dans la banlieue de Pékin où, en plus des filles, Li a fourni une explosion de pétards de toutes sortes, ce que les Chinois adorent faire lors du jour de l’an mais qui est interdit à Pékin.

12À Paris, Li possède un grand appartement de 200 m2 dans un immeuble du Boulevard Montparnasse dans le 6e arrondissement. Ce grand appartement comprend 4 chambres, meublées de rares meubles disparates et modernes, essentiellement un grand canapé et des lits, une grande télévision éclairée en permanence en fond sonore, et quelques équipements électriques modernes et flambant neufs comme un aérateur purificateur d’air, un frigo à l’américaine, un four multitâche qui sert surtout pour réchauffer les plats achetés chez le traiteur en bas de la rue par le garde-du-corps. Son appartement, dans une maison à deux étages à Monaco, est plus petit et situé sur la route de l’hôpital. Celui de Boston est aussi grand que celui de Paris. Celui de Hong Kong est situé dans le quartier résidentiel où se trouve l’ancienne maison de Bruce Lee à Kowlong Tong, près de l’ancien aéroport qui s’est arrêté de fonctionner en juillet 1998. Des fenêtres de cet appartement, on voyait s’approcher les avions comme s’ils allaient se poser sur le toit. À Pékin il s’agit d’un grand appartement de plus de 100 m2 dans un immeuble rose, flambant neuf, bâti en 1995, entouré de hautes grilles et d’un jardin rapidement créé à partir d’arbres en pot, appelé Luó mǎ huā yuán, le jardin de Rome. Tous meublés d’une façon aussi disparate, moderne et minimaliste, ces appartements sont entretenus par une personne qui y a sa chambre : si c’est un homme, il est aussi « garde du corps » et chauffeur, si c’est une femme, elle est une bonne souvent âgée, comme à Hong Kong ou à Pékin. Li aurait aussi d’autres maisons dans plusieurs villes comme Macao ou Shanghai. Il explique cette boulimie immobilière par le fait qu’elle est aussi à l’origine de sa fortune, il a commencé à Shanghai, par un appartement puis deux, puis un immeuble dans les années 1990.

13Dans l’appartement de Pékin, la bonne est aussi la nounou d’une petite fille, Ling Ling, de 8 ou 9 ans, adoptée par Li. Il en aurait adopté dix autres en Chine et les aurait mises chacune dans une maison avec une bonne. Cette petite fille, sauvage d’aspect, va à l’école privée internationale5 qui se trouve dans le même quartier, fondée en 1994 par une école singapourienne où de nombreux Chinois d’outre-mer mettent leurs enfants. Elle ne l’appelle pas papa quand Li le lui demande devant d’autres personnes, mais seulement quand elle veut obtenir quelque chose. Elle a les yeux malins et la bonne semble lui passer tous ses caprices, Li aussi. Li se désole de ne pas avoir d’enfants à lui. Selon lui, aucune femme ne veut de lui car il est stérile à la suite d’une maladie qui aurait été mal soignée dans son enfance, à la campagne.

14Li, lorsqu’il voyage à Marseille ou à Cannes, descend toujours dans l’hôtel de la ville le plus étoilé. Dans les années 1997-1999, Li cherche à investir, il rencontre dans ces villes des organismes chargés d’attirer les investisseurs étrangers. Les projets potentiels à Cannes ou à Marseille semblent trop petits et n’intéressent pas Li qui est beaucoup plus attiré par Monaco et sa fiscalité. Il y rencontre fréquemment un avocat qui le conseille. Li se vante de posséder trois parcs de loisirs à Boston, Macao et en Chine. Cependant, il ne semble pas chercher à investir seulement dans ces domaines. Il n’a pas l’air d’avoir d’idée précise de ce qu’il veut faire et les affaires qu’il aurait déjà montées ne semblent pas occuper beaucoup de son temps.

2002, la prison dorée de Li

15En 2000 et 2001, Li sort moins souvent, il se fait souvent inviter à la fin du repas, car soit il est trop ivre pour se servir de sa carte bancaire, soit il l’a oubliée. Une fois, à Marseille, où il est descendu à l’hôtel le plus étoilé du bord de mer, il fait connaître un besoin urgent de 100 000 francs et demande qu’on les lui avance juste quelques jours. Les membres de son entourage semblent se précipiter pour racler les fonds de leurs comptes en banque, avant qu’à force de coups de fils qu’il passe en shanghaïen, il déclare finalement qu’il a trouvé une solution.

  • 6 Ce quartier sous haute surveillance est le nerf de la guerre de la politique chinoise et de ses ré (...)

16Mars 2002, Li se trouve à L’hôpital de l’armée de libération 305, derrière Zhòng Nán Hǎi, le quartier du gouvernement et des leaders politiques chinois6. Li est amaigri, il ne sourit plus et a le teint gris, il explique qu’il a pu rentrer dans cet hôpital car il est membre du PCC (Parti communiste chinois). Il déclare qu’il y est assigné à résidence car il ne peut plus rembourser l’État et qu’il est malade, il a un problème au cœur. C’est une « prison dorée » car il a une chambre de 20 m2 qui donne sur les arbres.

17En France, les Mercedes de Li auraient été revendues par Fu. Ce dernier aurait ainsi pu se payer sur les deux dernières années où il n’aurait reçu aucune rémunération pour son travail de gardiennage, si ce n’est la mise à disposition de logements gratuits à Paris et Monaco. Grâce à cet argent, il a pu semble-t-il, monter sa propre affaire à Pékin dans le domaine du sport. Les maisons auraient été saisies et vendues aux enchères. Li a aussi vendu ces trois Mercedes de Pékin pour rembourser quelques dettes qu’il avait auprès de ses amis et il a probablement vendu aussi certains de ses biens immobiliers. Li peut sortir de temps en temps de l’hôpital et se fait inviter à dîner dans des restaurants modestes par les quelques amis qui lui restent, dont les deux Chinois d’outre-mer qui espèrent profiter d’un retour de fortune et lui restent fidèles.

Éclairages historiques

18Li est-il un cas à part ? Li n’a pas fait d’étude et ne semblait pas bénéficier d’une intelligence exceptionnelle, est-ce le contexte socio-économique et politique qui explique sa fortune dans les années 1990 ? Est-ce que ce contexte a donné naissance vers la fin des années 1990 à une classe de nouveaux riches, millionnaires, voire milliardaires, en Chine ? Dans quelle mesure ces nouveaux riches ont, comme lui, été attirés et capables d’investir ou de faire des affaires en dehors de la Chine ? Pourquoi certains, contrairement à Li, se sont finalement installés à l’étranger et y ont réussi ?

La naissance des nouveaux riches dans le contexte chinois de la fin des années 1990

L’immobilier, coup de pouce et source de richesse personnelle

19D’après une étude détaillée de Zheng (1993), Deng Xiao Ping, après sa visite à Shenzhen, élargit en mai 1992 la réforme immobilière qui était limitée aux premières zones économiques spéciales créées en 1981, zones vers lesquelles les gouvernements locaux essayent d’attirer les sociétés étrangères. Selon cette réforme, on pouvait après avoir payé un droit d’exploitation unique et un droit d’utilisation annuel symbolique du terrain faire construire à bas prix des bâtiments de logements et de bureaux et les revendre, le terrain étant concédé par l’État pour 70 ans. La réforme s’étend donc aux zones de développement. Hainan et Shanghai zone de Putong sont les toutes premières à en bénéficier. Les sociétés immobilières et les banques s’engouffrent dans ce grand bond en avant de l’économie chinoise, les sociétés étrangères qui viennent s’implanter en Chine créant un besoin sans précédent. Les prix de l’immobilier s’envolent, la moyenne nationale de croissance est de 30 %, alors que l’investissement immobilier croît de 50 %. D’après l’agence Xinhua , on a construit à Shanghai entre 1990 et 2005 plus de gratte-ciel qu’il y en avait à New York. Les investisseurs étrangers et l’armée s’engouffrent aussi sur ce marché par l’intermédiaire des joint-ventures, entreprises à capital mixtes. L’immobilier s’ouvre ainsi à la spéculation, et ceux qui y participent ne sont pas de riches entrepreneurs mais des acteurs très divers. Il suffit de connaître le fonctionnement de la bureaucratie locale pour devenir promoteur immobilier à titre individuel. Tout cela est facilité par l’expansion de la bourse, il n’est donc plus nécessaire d’emprunter à la banque, on peut collecter des fonds via la bourse en vendant des actions. De plus, le marché des changes devenant libre, on peut acheter à l’étranger les matériaux pour la construction qui manquent en Chine . Li était donc là au bon moment. Avec ses maigres profits d’éleveur de crevettes dans la banlieue de Shanghai et quelques connaissances auprès des autorités locales, il a rapidement investi dans l’immobilier, à l’instar de Maître Song. Song, comme Li ancien paysan, a quitté ses terres pour se lancer dans la promotion immobilière à Pudong en 1996. Il est devenu millionnaire en yuan, sa fortune atteint, en 2005, 330 millions d’euros d’après F. Lenglet (2006) qui rappelle que les prix de l’immobilier à Shanghai ont crû de 20 à 25 % par an avant de s’assagir en 2006. Selon cet auteur, les quartiers traditionnels ont été rasés pour être reconstruits avec 50 mètres de hauteur supplémentaire ; les gens dormaient dehors pour faire la queue dès qu’un nouveau projet immobilier voyait le jour afin d’y investir. D’après la société de consultants Nord Sud Export (2000), même si la cadence des constructions en Chine se ralentit en 1998, les experts estimaient que le secteur faisait l’objet d’un surinvestissement. Cependant, le gouvernement désireux de se débarrasser de son parc d’habitation donnait une prime au mètre carré à chaque fonctionnaire désireux de devenir propriétaire de son logement, prime qui couvrait le prix de la construction, versée sur le salaire. J’ai en effet pu observer que dans les grandes villes de nombreux fonctionnaires étaient devenus propriétaires en 2000. Ils avaient revendu à bon prix l’appartement plus ou moins insalubre dans lequel ils étaient logés précédemment (appelé familièrement leur dortoir, sù shè), cédé par l’État pour une somme très modique, pour acquérir un appartement moderne dans un immeuble flambant neuf. Certains couples ont même divorcé pour acquérir chacun un appartement et s’enrichir.

20Li n’a pas seulement spéculé sur l’immobilier, il a aussi emprunté des sommes importantes qu’il n’arrivait plus à rembourser par la suite. En effet, fin des années 1990, notamment à Shanghai, il était devenu facile d’emprunter.

La possibilité d’emprunter facilement, particulièrement à Shanghai

  • 7 Perkins s’appuie ici sur les travaux de Xiao (2000) et de Jingming, Yunyue & Jie (2000).

21T. Perkins (2014) a fait une recherche considérable sur le système bancaire chinois des années 1990, s’appuyant sur de nombreux auteurs chinois. Elle confirme notamment en citant les travaux de He & Fan (2002) qu’entre 1997 et 1999 les banques étaient très libres de donner des crédits et d’établir leurs propres règles. Cela s’explique notamment par le fait que les banques étant jusqu’en 2000 obligées de prêter de grosses sommes à des sociétés d’État en faillite ou à des gouvernements locaux, les banquiers n’hésitent pas à prêter à des individus des sommes bien moindres en volume et en valeur, qui paraissent donc marginales (Martin 2012 : 29 ; Perkins 2014 : 2197). Il est en effet tentant pour un banquier de prêter l’argent de l’État à son entourage afin de se constituer un grand réseau d’amis qui se montrent ensuite généreux, comme Li.

  • 8 Perkins cite Chen (1998) et Feng (2001).

22T. Perkins (2014 : 226), citant de nombreux travaux chinois8, explique aussi que Shanghai a été précurseur dans l’émission des cartes de crédit qui ont été lancées à titre expérimental dans les années 1990, ainsi que dans onze autres villes. Les banques shanghaiennes et leurs succursales ont accordé 680 000 prêts, pour la seule année 1999, notamment par l’intermédiaire des cartes de crédit. En 2000, ces banques ont été forcées de constituer à Shanghai une base de données, étant donné l’ampleur de l’utilisation qui concernait 1,18 millions détenteurs de cartes de crédit. Avant que des mesures soient prises par la suite, le marché était totalement incontrôlé et déréglementé.

23Il est ainsi facile de formuler l’hypothèse selon laquelle ceux qui, comme Li, ont acquis si facilement cet argent ont préféré l’investir au moins pour partie à l’étranger, pour le protéger des sursauts de la politique chinoise. Or, il se trouve que la Chine elle-même a favorisé l’envoi de ces capitaux à l’étranger.

La Chine encourage les investissements à l’étranger

  • 9 Le MOFTEC est devenu MOFCOM (Ministry of Commerce) en 2003.

24Selon l’étude très complète de W. Huang et A. Wilkes (2011 : 1) sur les politiques chinoises d’encouragement à l’investissement à l’étranger, si le véritable départ de la promotion des investissements à l’étranger a été donné en 2000 par la politique du zǒu chū qù [« sortir »], elle prend appui sur une multitude de politiques chinoises depuis 1979. Il ressort notamment de cette étude que des investisseurs privés ont pu bénéficier de ces politiques d’incitation dès 1985. De plus, si les investissements étaient de moins d’un million de dollars, ils bénéficiaient depuis 1995 d’exemption de taxe et les autorisations de les investir à l’étranger pouvaient émaner de nombreux organismes émettant chacun leurs propres règles, dont le MOFTEC (Ministry of Foreign Trade and Economic Co-operation9) ou le SAFE (State Authority Foreign Exchange). Cela donnait une grande flexibilité aux petits investisseurs profitant d’une procédure d’autorisation très souple et locale. En effet, Les gouvernements provinciaux pouvaient approuver des investissements inférieurs à un million de dollars jusqu’en 1998, d’après la directive du Conseil d’État de 1991. De plus, toujours d’après cette étude, si la même année il a été prévu que le bureau national des statistiques doivent faire des rapports réguliers au Conseil d’État sur les investissements chinois faits à l’étranger, aucun rapport n’a été émis entre 1991 et 2001 ! En revanche, les politiques d’encouragement durant cette période étaient plutôt restrictives pour les gros investissements par les sociétés d’État. Depuis 2000, l’encouragement est plus fort mais mieux contrôlé, les sociétés investissant à l’étranger étant plus fortement responsabilisées. Cette étude de 2011 insiste malgré tout, en conclusion, sur le fait qu’on ne sait toujours pas quels sont véritablement les résultats de ces investissements à l’étranger, même si depuis 2000 il est prévu un meilleur contrôle des sociétés qui y subissent des échecs.

25F. Lemoine (1994 : 98) confirme que, dès 1992, on enregistre une fuite des capitaux non négligeable : d’après la balance des paiements, les dépôts en devises à l’étranger ont été multipliés par presque trois entre 1992 et 1993. Les causes de cette fuite seraient le non-rapatriement des revenus de l’exportation ainsi que la corruption et la faiblesse des contrôles étatiques. De plus, depuis 1992, la Chine est devenue le premier investisseur étranger à Hong Kong où elle a un réseau de banques qui accueillent les dépôts en devise des Chinois, sans compter les participations que les sociétés chinoises ont prises dans des sociétés Hong Kongaises dès les années 1980.

  • 10 L’office notarial offre d’ailleurs toutes les facilités pour ouvrir une société à responsabilité l (...)

26Il existe une autre possibilité offerte à Li : celle de pouvoir utiliser ses capitaux chinois depuis Hong Kong ou des succursales de banques chinoises à Hong Kong. D’après un fax reçu à Marseille par un des gardes du corps de Li, le 4 avril 1996, l’office notarial Barlow Lyde & Gilbert à Hong Kong confirme au demandeur qu’à partir du moment où la personne respecte les lois de son pays d’origine concernant la réglementation des changes et la sortie de devises, un non-résident venant de RPC (République populaire de Chine) peut investir à Hong Kong10. En plus de pouvoir mettre à l’abri l’argent acquis en Chine, il y avait un avantage à détenir une société Hong Kongaise : l’impôt sur les bénéfices était de 16 % à Hong Kong, alors qu’il était en Chine de 33 % pour les sociétés chinoises et de 24 %, dans les ZES (Zones Économiques Spéciales) (Halkyard & Ren 2008).

27Or, ces investisseurs chinois qui souhaitaient mettre à l’abri l’argent acquis par la spéculation immobilière ou par des emprunts en Chine devaient encore s’assurer de leur convertibilité pour pouvoir l’envoyer à l’étranger.

La convertibilité de la monnaie chinoise en devises étrangères

28D’après le site11 de l’Union européenne, visité en novembre 1999, fournissant une base de données sectorielle pour faciliter la politique chinoise du zǒu chū qù [« sortir »], la politique des changes s’était considérablement assouplie en Chine, depuis 1994, où le taux de change avait été unifié et les quotas avaient pris fin. Les opérations étaient dorénavant entièrement effectuées par le système bancaire intérieur chinois qui avait son propre marché de devises ; la Banque Populaire de Chine publiait le cours à l’achat et à la vente du RMB12, rén mín bì, chaque jour. Fin 1996, alors qu’elle était initialement prévue pour 2000, la convertibilité était complète. Lemoine (1994 : 40) précise que le taux de change était unifié sur celui de Shanghai en 1994 et que seuls les particuliers et les sociétés à capitaux étrangers pouvaient avoir des comptes en devises. Les sociétés Hong Kongaises étant considérées comme étrangères pouvaient avoir des comptes en devises en Chine. Selon le site de l’Union européenne, en 1998 de nouvelles mesures avaient été introduites pour retrouver un contrôle sur les opérations nommées « forex » : l’État avait voulu reprendre le contrôle des paiements en devises des importations et des sorties de devises.

29Par conséquent, il y a eu une fenêtre ouverte pour s’enrichir, emprunter, investir et sortir des devises de Chine entre 1996 et 1998, ce qui correspond aux dates de mes observations. Cela explique l’engouement des journaux locaux et étrangers pour toutes ces fortunes aussi extraordinaires que rapides en Chine.

D’autres exemples de nouveaux riches comme Li qui ont fait la une de la presse

30Allan Liu (2000), dans un journal gratuit en anglais distribué à Pékin, explique que, en Chine, le nombre de millionnaires serait passé de 500 en 1993 à 5 000 en 1994, et de 1 million à 3 millions, selon les sources, en 1995. D’après l’article, dans les années 1980, la richesse s’accumulait lentement en achetant bon marché et en vendant cher (le mythe du grand-père commerçant « trading grand father »), ensuite en 1990, c’est grâce aux informations, aux propriétés et aux actions que certains sont devenus riches, enfin en 2000 ce sont les intellectuels qui peuvent faire fortune.

31Jean Leclerc du sablon (1993) raconte comment des fonctionnaires préfèrent prendre le risque de « sauter dans la mer » [xià hǎi], selon l’expression chinoise qui désigne les membres du gouvernement qui se sont lancés dans les affaires alors qu’ils bénéficiaient d’un bol de riz en fer, avec un emploi assuré. L’auteur raconte l’arrivée du métier de « garde du corps » pour protéger ces nouveaux riches et même la création d’un institut de gardes du corps féminin à Wuhan pour « ajouter le charme à la sécurité ».

32Quelques années plus tard, le China Daily (anonyme 2003) raconte l’histoire de Mou Qizhong, l’homme d’affaires qui se proclamait le plus riche de Chine et devint en 1997 l’escroc Numéro Un, son passeport lui ayant été confisqué. Il aurait bâti sa fortune et sa défense sur son credo « du vide de la main », vide inspiré d’une prise de kung-fu qui signifie « faire quelque chose sans dépenser son propre argent ». Il a été arrêté en 1999, inculpé en 2002 et finalement sanctionné par la prison à vie pour fraude sur le change de devises : il a fait de faux documents d’importation pour continuer à emprunter 75 millions de dollars à la Banque de Chine à la suite d’un resserrement de la politique monétaire en 1995, afin que la banque ait des justificatifs et ne soit plus en fraude ! L’article signale trois autres millionnaires, tous arrêtés à la même époque, pour emprunts illégaux, fausses factures ou pratiques comptables frauduleuses, projets d’investissement frauduleux, corruption ou occupation illégale de terrain agricole : M. Zhou Zhengyi à Shanghai, M. Yang Bin à Shenyang et Mlle Liu Xiaoqing, une star de cinéma. Selon l’article, il y a un nombre important de scandales qui ne sont pas connus. Ils ont pour point commun non seulement le montant de la fortune des intéressés mais aussi la rapidité avec laquelle ceux-ci se sont enrichis en moins de dix ans, dans les années 1990. Une telle accumulation de fortune aurait pris cent ans dans les pays capitalistes pendant les années de croissance.

33L’article cherche à savoir comment ils ont fait. Apparemment, la richesse a attiré la richesse et le fait d’être classés dans l’hebdomadaire Forbes les y a aidés, notamment pour développer leurs activités à l’étranger. En interne, cela s’explique seulement par la présence d’un système économique tordu avec des réformes du marché et un secteur privé en croissance. Le fait que ceux qui trichent et n’ont pas de compétences en management s’enrichissent très vite sans être punis incite d’autres personnes à faire de même. L’opinion publique pense que l’enrichissement est obtenu grâce à des pratiques illégales. Ceux qui ne peuvent plus s’arrêter se font attraper. Ces « super-riches » n’ont en effet pas peur de prendre des risques, d’outrepasser les règles : en général, ils ont de grands rêves et un ego énorme, ils ne sont pas familiers avec le fait de calculer les risques, ils ne sont pas éduqués et n’ont pas de morale, ils n’hésitent pas à corrompre banquiers et officiels et croient leur fortune protégée à jamais ; ils exportent même leur système à Hong Kong où il est pourtant beaucoup plus difficile de tricher.

34À ce sujet, J. Leclerc du sablon (1998) nous éclaire sur un aspect des observations faites avec Li. Il rappelle que les cadres du parti profitent de leurs positions pour avoir de belles voitures, pour bien manger mais aussi pour s’offrir de « petites poulettes » qui leur sont envoyées de Hangzhou et de Suzhou où les filles sont réputées pour leur beauté. Pourtant, en décembre 1989, la commission du Parti a émis une directive sur la « moralité des camarades du Parti », ceux qui « commettent des erreurs comme le concubinage doivent être sanctionnés, voire exclus ». On peut imaginer l’intérêt que représentent les nouveaux riches pour les cadres du Parti à qui ils fournissent les choses interdites, les prostituées tout comme les pétards. A contrario, les nouveaux riches détiennent un pouvoir sur eux, car ils sont non seulement pourvoyeurs mais également témoins de ces contournements. Li, s’il parlait, pourrait nuire à la carrière de ceux qui l’ont aidé par des moyens tout aussi en marge de la légalité que ceux qu’il a utilisés pour bâtir son réseau de relations.

35Les auteurs de ce riche article du China Daily sur les milliardaires chinois (anonyme 2003) ne cachent pas une certaine admiration pour le sang-froid et le succès de ces derniers, mais leur prévoit des temps difficiles dus non seulement à leur manque de compétence mais aussi aux nécessaires réformes anti-corruption chinoises.

36En effet, on observe que si nombre de ces nouveaux riches passent à travers les mailles et ne tombent pas dans l’illégalité, certains, se font arrêtés dès les années 1990. Qu’est-ce qui a accéléré les disgrâces dès le début des années 2000, au moment où Li va entrer dans sa prison dorée ?

2000 ou la fermeture des fenêtres d’opportunités

La crise asiatique et l’entrée prévue à l’OMC tirent la sonnette d’alarme concernant la nécessité des réformes bancaires

37En 1998, d’après Huchet, les experts internationaux craignent que la Chine entre dans la crise qui se propage depuis mi-1997 dans le Sud-Est de l’Asie où les pays ont été obligés de dévaluer fortement leur monnaie. Ils pensent que Zhu Rongji, le Premier ministre chinois qui vient d’être nommé, ne peut plus ajourner les réformes bancaires notamment. Le chiffre de 25 % de créances douteuses auprès des quatre grandes banques d’État admis officieusement serait sous-évalué et se situerait plutôt autour de 50 % (Huchet 1998).

38Un autre accélérateur de ces réformes est, comme le prédit Hauter en 1999 et comme le constate le MOCI en 2002, l’entrée de la Chine dans l’OMC. Les effets de ces réformes dues à l’entrée dans l’OMC tels qu’analysés par Occis (2001 : 980) vont se faire sentir sur ceux qu’il appelle les « perdants », identifiés comme ceux du secteur de l’économie jusque-là protégés, notamment les anciens fonctionnaires des entreprises publiques qui vont se retrouver au chômage et ceux qui avaient emprunté au-delà de leur capacité. Les créances douteuses représentent alors plus de 20 % du PNB, soit depuis vingt ans 1 600 milliards de créances douteuses (Nord Sud Export 2000). Les consultants de Nord Sud Export prônent des réformes graduelles pour éviter des tensions sociales et politiques trop fortes. Cependant, il y a des luttes de pouvoir au sein même du gouvernement et des intérêts à protéger. Ainsi, Zhu Rongji aurait été nommé Premier ministre par Jiang Ziming le 17 mars 1998 pour faire le grand ménage, Jiang Ziming devant laisser la place nette en 2002, avant l’arrivée de son succésseur à la Présidence. Fort de son premier succès qui est la signature accélérée de l’entrée de la Chine dans l’OMC et malgré une coalition des adversaires de la réforme dont faisait partie Li Peng, Zhu Jongji annonce en 1999 une accélération de la réforme en trois ans au lieu de dix, et commence une modernisation du système financier chinois en s’appuyant sur quatre hauts fonctionnaires technocrates. Cependant, Jiang Ziming, qui veut être seul maître à bord et souffle le chaud et le froid, le freine dans ses ambitions. Tout en refusant par deux fois sa démission, il le réhabilite à condition qu’il ne lui fasse pas de l’ombre (Hauter 1999). Par conséquent, les réformes et leurs conséquences se produisent par à-coups et finalement, en 2002, à la veille du départ de Jiang Ziming, elles ne sont pas achevées puisque Jiang Ziming lui-même, lors du Congrès du Parti communiste chinois de novembre 2002 dont le rapport est publié en anglais par Beijing Review, déclare qu’il faut approfondir les réformes fiscales et bancaires. Dans le même journal, Zhu Rongji est représenté avec l’index inquisiteur de l’Oncle Sam pour exhorter les élèves des instituts de comptabilité à ne pas tricher et à ne pas se laisser influencer ou soumettre à des pressions qui les amèneraient à falsifier des comptes, et cela pour l’avenir de la Chine (anonyme 2002) !

Les perdants de la réforme

  • 13 La SAFE a été citée plus haut comme faisant partie des organismes qui éditaient leurs propres règl (...)

39Grâce à ces à-coups et à ces hésitations sur la question de la rapidité et de la profondeur des réformes, de nombreux Chinois qui ont profité du laxisme législatif et politique des années 1990 ont sans doute encore pu bénéficier d’une certaine tranquillité pendant quelques années et de temps pour se mettre aux normes. D’autres, comme Li, ont dû recevoir des avertissements sans être vraiment inculpés. Cela semble être le cas d’un proche de Zhu Rongji, Li Fuxiang, ancien dirigeant de la SAFE qui avait été entendu par le comité de discipline de l’État, avant d’être soigné dans un hôpital militaire, comme Li, pour diabète ou dépression. Il s’est défenestré de cet hôpital en mai 2000, laissant le gouvernement dans l’embarras. La SAFE13 avait dû se plier à des contrôles des changes encore plus draconiens en avril 2000, ainsi que les banques qu’elle contrôlait, à la suite de l’assainissement bancaire lancé par Zhu Rongji (Hauter 2000).

40D’autre part, M. Zhu Xiao Hua serait le premier directeur d’une entreprise publique à avoir été véritablement traduit en justice pour crime contre la nation depuis le début de l’économie socialiste de marché en 1980. Président de China Everbright Bank, une des six plus grandes banques chinoises, il a été soudainement renvoyé en juillet 1999 pour corruption et manquements qui ont causé des pertes graves à l’État et à la banque. En dehors d’une évasion fiscale permise par une fusion avec une plus petite banque, la banque Everbright souffrait de créances douteuses émises en violation des normes de prudence en matière de prêts et qui n’avaient pas été remboursées en Chine continentale et à Hong Kong. Zhu avait en effet développé ses activités à Hong Kong, en approuvant personnellement des crédits de centaines de millions de dollars Hong Kongais. Le problème d’Everbright mis au jour en 2000 par la presse n’est que le dernier d’une série de scandales sur les prêts bancaires qui avaient peu de chance d’être remboursés. Le président de la China Construction Bank, M. Wang Xuebing, a été renvoyé le 11 janvier 2000, il aurait été responsable de ce type d’abus alors qu’il était président de la Bank of China entre 1993 et 1999 et lorsqu’il était à la tête du bureau de New York pour cette même banque début 1990, la moitié des prêts octroyés étant en retard sérieux ou en défaut de paiement.

  • 14 Perkins cite ici les travaux de Xiao (2000) et Jingming, Yunyue & Jie (2000).

41Si ce sont donc les hauts responsables qui sont d’abord inquiétés, les emprunteurs, par ricochet, sont touchés par les réformes. En effet, alors que les experts chinois soutiennent que les créances douteuses des banques proviennent de prêts accordés au niveau national et régional aux entreprises d’État qui perdent de l’argent pour soutenir l’emploi, le ministère des finances pousse pourtant les banques à nettoyer leurs comptes et leur réputation pour pouvoir vendre des actions sur le marché international (Bradsher 2002). Ainsi, tous les emprunteurs comme Li sont touchés par des mesures de contrôle grandissant. Perkins (2014 : 238)14 explique qu’à Shanghai en particulier, en raison de l’importance et de l’ancienneté des activités de crédit, les banques ont dû créer dès juin 1999 le premier credit bureau destiné à évaluer la solvabilité personnelle des emprunteurs et à créer une base de données qui concernait 1,18 millions de détenteurs de cartes de crédit en 2000. Les banques shanghaiennes ont aussi reçu l’ordre de donner toutes les informations concernant les crédits à la consommation et les informations sur leurs clients depuis 1998 à la Banque populaire de Chine. Ceci pourrait expliquer que Li, comme sans doute de nombreux gros emprunteurs insolvables, a été amené à rendre des comptes et a peut-être même été réprimandé, mis sous surveillance, et assigné à résidence pour qu’il ne disparaisse pas à l’étranger (la simple confiscation du passeport suffisait).

Pourquoi Li n’a pas réussi à l’étranger alors que les Chinois d’outre-mer multiplient les succès économiques

42Dans les années 1990, de nombreuses études ont été publiées sur les Chinois d’outre-mer et leur succès économique notamment en Asie.

L’Asie et les secteurs industriels, première destination des investisseurs chinois

43Encore aujourd’hui, même si les investissements chinois se sont diversifiés, les Chinois investissent surtout en Asie et en Afrique pour l’accès aux ressources naturelles et industrielles. Les Chinois ont en effet très tôt émigré en Asie, notamment pendant l’occupation japonaise et la prise de pouvoir par les communistes ; ils ont fui un pays dévasté où le risque d’être tué, arrêté ou torturé quelles que soient leurs convictions était élevé et imprévisible. Ces Chinois, en général de pauvres marchands, ont établi des commerces sous forme d’entreprises familiales, devenues de véritables conglomérats asiatiques qui possèdent aussi des entreprises aux États-Unis et en Europe et sont devenus les plus gros investisseurs en Chine (Weidenbaum & Hugues 1996 : 7).

  • 15 Notamment à la suite des manifestations de Tian’anmen qui se sont terminées le 4 juin 1989, dans u (...)

44Ce n’est que depuis 2004 que les Chinois investissent dans les services et depuis 2006 dans le secteur financier mais toujours essentiellement en Asie. Les investissements en Europe, limités jusqu’en 1980 aux activités de restauration et de blanchisserie et secondairement de confection, maroquinerie et autre artisanat, dans un cadre familial, se sont tournés, grâce à l’ouverture de la Chine et à l’afflux de capitaux, vers l’activité bancaire et la spéculation immobilière, notamment motivés par la crainte provoquée par la rétrocession de Hong Kong et de Macao à la Chine (Trolliet 1994 : 64-69). Plus récemment, les investissements en Europe permettent aux entreprises chinoises de se rapprocher de leurs marchés (Rossi & Burghart 2009 : 16-17). D’ailleurs, en 1995, la moitié des Chinois qui vivent hors de la Chine continentale se trouvent à Taiwan, Hong Kong et Singapour où ils sont majoritaires dans la population et bénéficient d’un certain pouvoir politique. Partout ailleurs, y compris en Asie du Sud-Est et en Occident, ils sont des minorités parsemées, mal acceptées et souvent persécutées (Rohwer 1995 : 228-241). Ceci expliquera les pogroms antichinois dans les années 1990 en Indonésie notamment, lors de la crise asiatique. Il se peut donc aussi que certains pays d’Asie dans ces années-là représentent pour les Chinois une certaine sécurité politique en plus d’être économique15.

45Par conséquent, Li ne s’est orienté ni vers des destinations, ni vers des secteurs habituels pour les investisseurs chinois. Plutôt attiré par les parcs d’attractions en Europe et aux États-Unis. Il avait une stratégie originale et marginale. De plus, étant orphelin, il ne bénéficiait pas d’un réseau familial à l’étranger.

Les réseaux familiaux ou les compétences managériales

46En effet, si la réussite des investisseurs chinois vient du fait qu’une enfance malheureuse les a poussés à s’en sortir avec un acharnement certain, les réseaux familiaux sont reconnus comme étant un levier économique indispensable à un bon départ à l’étranger (Huang & Wilkes 2011 : 22).

  • 16 Je reprends ici le nom tel qu’orthographié par l’auteur, il vient du Pīnyīn 拼音 (transcription phon (...)

47Les conglomérats asiatiques ou empires commerciaux mondiaux, ainsi que les Chinatowns américaines ou asiatiques, seraient fondés sur le modèle traditionnel chinois du Kongsi16 qui n’a aucun équivalent occidental et qui se définit comme un partenariat basé sur une propriété collective, le consensus, la loyauté et l’absence de bureaucratie. Les exemples modernes de ces sociétés « fraternelles » se fondent sur des liens familiaux forts où chacun détient une part des actifs (Wang 1994 : 6). Les conglomérats asiatiques se sont en effet formés à partir d’entités appartenant à des membres de la famille des Chinois émigrés et fonctionnant en cercles fermés avec les autres membres de la diaspora et les Chinois restés en Chine. C’est à la fois la structure d’entreprise familiale à l’étranger, les réseaux locaux et le commerce avec le pays d’origine qui ont fait leur force (Weidenbaum & Hugues 1996 : 8-12).

48En effet, dans les années 1990, la plupart des Chinois d’outre-mer en Asie ont parié sur la Chine et non sur l’Europe ou les États-Unis. Il est vrai que ceux-ci étaient les plus à même, grâce à leurs réseaux, de profiter de la croissance beaucoup plus forte de la Chine dans les années 1990 par rapport aux pays occidentaux. D’après Rohwer, les experts se demandaient alors si ces sociétés de type familial asiatique pouvaient se moderniser et devenir vraiment internationales en dehors de l’Asie : à part Li Kashing (Hutchison Whampoa) qui a fait une excursion dans le pétrole au Canada dans les années 1980 et dans les télécommunications en 1990 en Angleterre, et la société taiwanaise ACER, devenue un des leaders mondiaux dans le domaine des ordinateurs, les succès chinois en Occident sont rares (Rohwer 1995 : 238). Ce manque de modernité des entreprises chinoises peut se décrire comme un style de management autocratique et paternaliste où le pouvoir est concentré entre les mains du père fondateur et où l’accumulation du capital se fait par la recherche des taux d’imposition et des taux d’intérêt les plus bas en opérant sur des marchés informels et en se méfiant des gouvernements et des lois. Cela implique que les structures de ces entreprises sont obligatoirement petites, cantonnées aux secteurs industriels à fort taux de main-d’œuvre et qu’elles ne sont pas adaptées à des secteurs demandant des organisations complexes, un management professionnel, des technologies et un marketing de marque. Est-ce que les méthodes des entreprises familiales peuvent être acceptées et adaptées aux pays occidentaux ? Il semble que, conscients de la limite des vieilles méthodes familiales, les Chinois d’outre-mer ont envoyés leurs rejetons faire leurs études et acquérir des méthodes de management plus systématiques et modernes dans des MBA américains. C’est le cas d’un des fils de Li Kashing qui a monté un réseau satellite Star TV, en dehors des activités traditionnelles de la société familiale, avant de revendre sa société moyennant 425 millions de dollars de bénéfices, en 1993, à Rupert Murdock (Rohwer 1995 : 239).

49Li n’avait donc pas le soutien d’une famille pour bénéficier d’une structure entrepreneuriale souple et informelle, ni les compétences managériales pour faire face à un environnement institutionnel plus policé et organisé comme l’est le monde des affaires américain ou européen, et qui sont nécessaires dans des secteurs d’activité nécessitant une organisation complexe et un marketing poussé comme celui des parcs de loisirs.

Conclusion

50À la lecture des notes prises lors des rencontres avec Li dans les années 1990, il est visible que Li devait avoir une fortune considérable, même si l’existence de ses parcs de loisirs à Boston, Hong Kong et Macao n’a pas pu être vérifiée, la façon dont il dépensait son argent et dont il voyageait facilement d’un pays à l’autre laisse à penser qu’il avait des garanties solides. De plus, il cherchait visiblement à investir en Europe. Est-ce que Li était le seul dans cas et comment expliquer cette richesse qui lui venait de la Chine et qu’il pouvait dépenser à l’étranger aisément ? Comment enfin expliquer le brusque revers de fortune et son repli sur Pékin, alors que tant de Chinois moins riches avaient réussi à l’étranger ?

51Afin d’essayer de répondre à ces questions, j’ai tout d’abord dépouillé la presse de ces années où j’ai fréquemment rencontré Li. Or, ces articles, collectés dans les journaux français essentiellement, montrent un intérêt pour ces nouveaux riches qui font la une de la presse chinoise. Une recherche plus récente et plus approfondie permet de comprendre comment ces fortunes se sont formées et comment elles ont pu s’exporter malgré le relatif ostracisme de la Chine de cette époque. Il semble que la fragilité du cadre législatif présentant des fenêtres d’opportunités permette de mettre à l’abri à l’étranger l’argent trouvé à la frontière de la légalité qui peut devenir celle de l’illégalité lors des soubresauts politiques.

52On peut se désoler des sommes qui étaient ainsi prêtes à être investies en Europe ou aux États-Unis et qui ont finalement fait l’effet d’un coup d’épée dans l’eau, faute de pouvoir les canaliser car les institutions locales n’y étaient pas préparées, et parce que les investisseurs n’avaient pas un réseau, notamment familial et local, suffisamment établi. Ce type de réseau a d’ailleurs été identifié par de nombreux auteurs comme un critère de réussite des Chinois d’outre-mer. Or, Li manquait totalement de connaissance proche et familiale à l’étranger. En cherchant à décrypter plus précisément sa façon de vivre à Pékin, on voit que ses réseaux les plus forts se trouvaient en Chine, probablement des proches du pouvoir qu’il a su rendre redevables grâce à une bonne utilisation de sa fortune et qui lui ont permis de ne pas être emprisonné ou même, comme d’autres, condamné ou poussé à la mort. Enfin, si la Chine, qui l’a protégé, a été la source de sa fortune, il n’a pas su en faire la source de ses revenus, contrairement à la plupart des Chinois d’outre-mer. Or, aujourd’hui encore, les investissements chinois à l’étranger les plus réussis – comme Lenovo qui a racheté la partie hardware d’IBM – sont tournés vers le marché chinois et asiatique. D’une marque peu connue en Chine Lenovo, ex-Legend, est devenue, après l’acquisition, le premier fournisseur d’ordinateurs en Chine qui est devenu le premier marché mondial de PC (Lenovo 2012, Liu 2005). De la même façon, les riches Chinois achètent aujourd’hui nos vignobles Bordelais, pour revendre des vins de moindre qualité, seize fois plus cher en Chine, tout en se payant le luxe de posséder un château historique en France, où ils ne viennent que ponctuellement, pour le prix d’un appartement de trois pièces à Hong Kong (Abend 2014 : 39).

Haut de page

Bibliographie

ABEND, Lisa, 2014, « Wealthy Chinese Have Fallen in Love with France’s Most Treasured National Product. Why Aren’t the French Happier about That ? », Time : 36, 39, voir aussi en ligne http://time.com/3429990/red-wine-china/.

ANONYME, 2000, « Chine 14, perspectives générales », Nord-Sud Export, II, 394.

ANONYME, 2002, « Report of the 16th National Congress of the Communist Party of China », Beijing Review.

ANONYME, 2003, « Rich and (in) Famous », China Daily.

BRADSHER, Keith, 2002, « China Prosecutes a Banker as Loan Scandals cContinue », New york Times, voir l’article en ligne http://www.nytimes.com/2002/08/16/world/china-prosecutes-a-banker-as-loan-scandals-continue.html.

CHEN, Yao Dong, 1998, « Payment System Developments in the People’s Republic of China », in Managing Change in Payment Systems, Policy Papers No. 4, edited by Monetary and Economic Development Department, Basel, Switzerland: Bank for International Settlements, p. 28-34.

FENG, Minfei, 2001, Yong daikuan xiangshou jinsheng: hua mingtian de qian xiangshou jintian de fu [Using Loans to Enjoy Life: Spend Tomorrow’s Money for Enjoyment Today], Beijing : Jingji ribao chubanshe (Economic Daily Publishing House).

DE CHARETTE, Laure & Marion ZIPFEL, 2013, Les nouveaux milliardaires rouges, Montréal, Canada : l’Archipel.

HALKYARD, Andrew & Ren LINGHUI, 2008, « China’s Tax Incentive Regimes for Foreign Direct Investment : An Eassonian Analysis », Draft : 26.

HAUTER, François, 1999, « L’adhésion de Pékin va doper les importations chinoises », Le Figaro.

HUANG, Wenbin & Andreas WILKES, 2011, « Analysis of China Overseas Investment Policies », Working paper Center For International Forestry Research Bogor, Indonesia, 79 : 32.

HUCHET, Jean-François, 1998, « Et si la crise asiatique n’était pas si grave pour l’économie chinoise », Le Monde, 7 avril.

JINGMING, Yu, Lin YUNYUE & Sun JIE, 2000, « Guojia xinyong guanli tixi [The national credit management system], » Beijing [Pékin] : Shehui kexue wenxian chubanshe [Social science documents publishing house].

LECLERC DU SABLON, Jean, 1993, « Special Chine », l’Express.

LECLERC DU SABLON, Jean, 1998, « L’ex-maire de Pékin échappe à la peine de mort », Le Figaro.

LEMOINE, Françoise, 1994, La nouvelle économie de la Chine, Paris : Éditions La découverte.

LENGLET, François, 2006, « Sha nghai au rythme de l’hypercroissance », Enjeux Les Echos : http://archives.lesechos.fr/archives/2006/Enjeux/00225-053-ENJ.htm

HE, Liping & Gang FAN, 2002, « Consumer Finance in China : Recent Development Trends », China & World Economy, 6.

LIU, Allan, 2000, « Are We Rich or Not ? », metro-zine BJ, 1, 8.

MARTIN, Michael F., 2012, « China’s Banking System : Issues for Congress », Congress Research Service, Vol. Prepared for members and Committees of Congress : 47.

MOCI, 2002, « Chine. L’entrée dans l’OMC va contribuer à accélérer les réformes », Le Moniteur du Commerce International MOCI, 1529.

NORD SUD EXPORT, 2000, « Chine 14, perspectives générales », Nord Sud Export, 394, II.

OCCIS, Nicolas, 2001, « Les enjeux de l’adhésion de la Chine à l’OMC », Politique étrangère, 66, 4 : 973-986, voir en ligne http://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_2001_num_66_4_5135.

PERKINS, Tamara, 2014, « The Credit Card Market in Mainland China : Billion Dollar Gamble or 1.3 Billion Person Bonanza ? », in unpublished undated manuscript cited in Plastic Money : Constructing markets for Credit Cards in Eight Postcommunist Countries, Alya Guseva & Akos Rona-Tas, Standford : University Press, 344.

ROHWER, Jim, 1995, Asia Rising. Why America Will Prosper as Asia’s Economies Boom, NY : Simon & Schuster.

ROSSI, Vanessa & Nora BURGHART, 2009, « China Invests Abroad », China Business Review : 16-17.

TROLLIET, Pierre, 1994, La diaspora chinoise, Paris, PUF.

WANG, Tai Peng, 1994, The Origins of Chinese Kongsi, Petaling Jaya, Selangor, Malaysia : Pelanduk Publications.

WEIDENBAUM, Murray & Samuel HUGUES, 1996, The Bamboo Network. How Expatriate Chinese Entrepreneurs Are Creating a New Economic Superpower in Asia, New York : Free Press.

XIAO, Chenghua, 2000, « Xin shiji geren zixin pinggu [Individual credit evaluation in the new era] », Beijing [Pékin] : Zhonghua gongshang lianhe chubanshe [China industrial and commercial publishing house].

XINHUA, 2005, « Shanghai housing boom turning to burst », http://news.xinhuanet.com/english/2005-12/15/content_3923719.htm.

ZHENG, Kang, 1993, « Le boom de l’immobilier en Chine », Revue d’économie financière, Hors-Série : La crise financière de l’immobilier : Réfléxions sur un phénomène mondial, numéro suivi des actes du séminaire « Institutional Investment in Real Estate » : 337-342.

Haut de page

Note de fin

1 Ces articles conservés depuis presque 20 ans ont malheureusement été mal classifiés. Les archives de ces journaux n’étant pas toujours disponibles, je ne suis pas toujours en mesure de donner la totalité des références bibliographiques.

2 Le but est de distinguer les individus dans une hiérarchie sociale, les inférieurs utilisant un préfixe ou un suffixe honorifique pour qualifier les personnes qu’ils situent au-dessus d’eux. Dans les années 1990, l’âge est un critère de supériorité, comme le degré d’influence auprès des autorités et le niveau de richesse qui est souvent équivalent au degré d’influence.

3 En 1997, on obtenait 8,28 RMB [voir note 12] pour un dollar américain, soit environ 6 francs français, http://www.chinability.com/Rmb.htm.

4 Une bouteille de máo tái peut coûter plus de 200 000 yuans.

5 Pour plus d’information sur cette école : http://www.biss.com.cn/Curriculum/11.html.

6 Ce quartier sous haute surveillance est le nerf de la guerre de la politique chinoise et de ses réseaux d’influence.

7 Perkins s’appuie ici sur les travaux de Xiao (2000) et de Jingming, Yunyue & Jie (2000).

8 Perkins cite Chen (1998) et Feng (2001).

9 Le MOFTEC est devenu MOFCOM (Ministry of Commerce) en 2003.

10 L’office notarial offre d’ailleurs toutes les facilités pour ouvrir une société à responsabilité limitée, « préconstituée » ou « off-shore ». Il propose des « coquilles vides » pour des montages financiers qui sont généralement destinés à éviter le paiement des impôts dans les pays où ces sociétés exercent véritablement leur activité.

11 http://mkaccdb.eu.int/mkdb/mkdbcom.pl?COUNTRY=720 sectoral and trade barriers database, visité en novembre 1999.

12 Le RMB ou rén mín bì est le nom de la monnaie chinoise, dont le yuán (元) est l’unité de base, divisée en 10 jiǎo (角) qui sont eux-mêmes subdivisés en 10 fēn (分). Si bien que le code international pour la monnaie chinoise est le CNY Chinese Yuan.

13 La SAFE a été citée plus haut comme faisant partie des organismes qui éditaient leurs propres règles concernant les investissements et les flux financiers avec l’étranger.

14 Perkins cite ici les travaux de Xiao (2000) et Jingming, Yunyue & Jie (2000).

15 Notamment à la suite des manifestations de Tian’anmen qui se sont terminées le 4 juin 1989, dans un bain de sang, un grand nombre de Chinois ont essayé ou réussi à fuir la Chine continentale.

16 Je reprends ici le nom tel qu’orthographié par l’auteur, il vient du Pīnyīn 拼音 (transcription phonétique officielle) gōng sī, 公司, société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Anglès, « Échec migratoire d’un milliardaire chinois en Europe : une courte fenêtre d’opportunité politico-économique en Chine », Moussons, 26 | 2015, 113-132.

Référence électronique

Valérie Anglès, « Échec migratoire d’un milliardaire chinois en Europe : une courte fenêtre d’opportunité politico-économique en Chine », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3390 ; DOI : 10.4000/moussons.3390

Haut de page

Auteur

Valérie Anglès

Valérie Anglès est professeure associée à Kedge Business School à Marseille. Docteure en management, elle est aussi diplômée en ethnologie et en sociologie du travail. Elle s’est spécialisée sur le management en Chine depuis 2007. Son expertise se base d’une part, sur une expérience professionnelle de 15 ans dans le commerce international dont 5 ans en tant que directrice Europe d’une entreprise chinoise et, d’autre part, sur sa recherche qui a porté successivement sur le relationnel dans les affaires en Chine, le transfert d’outils de management dans les filiales chinoises des firmes européennes et actuellement sur l’aspect psychosociologique des transferts de technologie entre la France et la Chine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page