Navigation – Plan du site
Articles

Dynamiques diasporadiques des Chinois de Marseille d’après leurs récits de vie

Dynamic of Chinese Diaspora in Marseille from their Life’s Narratives
Justine Romolacci
p. 133-153

Résumés

Cet article présente des récits de vie de différents Chinois de Marseille. Ces récits ont été récoltés lors de plusieurs entretiens effectués dans le cadre de ses recherches de doctorat. À travers les récits de vie proposés dans son article, elle montre l’évolution de la communauté chinoise de la ville. Cet article offre un regard actuel sur la communauté chinoise de Marseille qui a très peu été étudiée dans le passé. Cette communauté connaît une évolution notable depuis le début des années 2000. Si jusqu’alors, les Chinois originaires d’Asie du Sud-est, de Madagascar, de la Réunion, de Hong Kong et de certaines grandes villes de Chine étaient majoritaires, aujourd’hui, les Chinois du Zhejiang sont les plus nombreux et occupent une place prépondérante en centre-ville.

Haut de page

Texte intégral

1Marseille est une ville exceptionnellement riche en diversité culturelle. Dès le xe siècle, des populations de tout horizon débarquent sur le port de Marseille et viennent contraster le paysage urbain.

2Cette ville cosmopolite s’est enrichie au cours de son histoire de divers flux migratoires : grecs, italiens, espagnols, maghrébins, et est longtemps considérée comme la « Porte de l’Orient ». Une ville portuaire ouverte sur la Méditerranée, qui est pendant de nombreuses années le point d’arrivée de bateau du monde entier. Un journaliste marseillais affirmait au milieu du siècle dernier : « L’Afrique est son faubourg, l’Inde sa banlieue, l’Amérique sa voisine. » (Joutard 1984).

3Aujourd’hui, si différentes communautés coexistent à Marseille, une communauté semble plus visible et plus active que d’autres : la communauté chinoise. Les Chinois, présents depuis le début du xxe siècle, forment aujourd’hui une diaspora importante et active dans le milieu urbain marseillais.

4Le nombre de Chinois installés dans la ville ne cesse d’augmenter depuis le début des années 2000. Jusqu’alors, cette population, en petit nombre et dispersée dans la ville, suscite très peu l’attention des chercheurs. Toutefois, entre la fin des années 1980 et le début des années 2000, cette communauté est le terrain de recherche de quelques étudiants en maîtrise et en master : Marie-Agnès Gainon (1987), Barbara Baille (1991), Marjory Gauvin (2004) et Camille Béduchaud (2006). Leurs travaux de recherches sont les seules traces de l’évolution de cette communauté à cette période.

5Je me suis appuyée sur ces travaux afin de retracer un historique des différentes vagues migratoires chinoises à Marseille. J’ai ensuite réalisé des entretiens avec des Chinois de Marseille arrivés à des époques diverses. Pour ce travail, j’ai choisi de privilégier plus particulièrement les récits de vie de quatre Chinois de Marseille originaires de Chine continentale. Ces Chinois sont arrivés à Marseille à des dates différentes et ont eu recours à des filières migratoires variées. Leurs motivations à quitter la Chine semblent similaires, ils entretiennent l’espoir d’une vie meilleure. Ces Chinois me paraissent représentatifs des membres de la communauté chinoise de Marseille, que j’étudie depuis plusieurs années.

6Bien entendu, cette communauté n’est pas seulement composée de Chinois originaires de Chine continentale ; bien au contraire, elle présente une grande hétérogénéité.

7Lors des différents entretiens, j’ai pu constater que la communauté chinoise de Marseille était composée de plusieurs groupes de dimensions modestes. Il semble y avoir autant de groupes qu’il y a d’origine géographique, et, en conséquence, de vagues (et de parcours migratoires) différents. La communauté est aujourd’hui aussi bien composée de Chinois originaires des provinces du Sud-Est de la Chine, à forte tradition migratoire, que de migrants en provenance de mégapoles telles que Pékin, Shanghai, ou de plus petites villes telles que Kunming. Récemment, certains arrivent de la région du Dongbei – au nord-est de la Chine. Les Chinois d’Asie du Sud-Est, de Madagascar, de la Réunion, de Hong Kong et de Taiwan, aujourd’hui moins nombreux, mais installés à Marseille depuis de nombreuses années, font figure de précurseurs et sont toujours une composante de cette communauté.

8Dans le cadre des études sur les migrations chinoises à Marseille, il s’agira de voir dans quelle mesure le recours au récit de vie d’une personne, d’un migrant, peut rendre compte d’une dynamique migratoire collective.

Le début de l’immigration chinoise et les premiers Chinois à Marseille

9Marseille accueille en 1871 un diplomate chinois, Zhang De Yi. Il semble être le premier Chinois à séjourner dans la cité phocéenne.

10Les Chinois suivants à « découvrir » Marseille sont des étudiants envoyés dans les années 1920 en France dans le cadre du mouvement des Études et Travail, initié par Li Shizeng. Deng Xiaoping fait partie du voyage. Il arrive à Marseille par bateau le 19 octobre 1920 accompagné d’autres jeunes Chinois. Leur passage, bien que furtif, marque les esprits. Un quotidien régional de l’époque, Le Petit Marseillais, décrit, dans son numéro du jour, l’arrivée de ces cent jeunes Chinois, âgés de 15 à 25 ans, très heureux de voir la France (Dulioust & Barman 1998).

11Pendant l’entre-deux-guerres, certains des travailleurs chinois recrutés pour aider la France à faire face au manque de main-d’œuvre (Li 2012) restent et se dispersent sur le territoire français, certains dans la région. En 1934, on recense ainsi 131 Chinois à Marseille (Temime & Attard 1990 : 28).

Les premières vagues migratoires chinoises dans la ville

12La première vague migratoire chinoise importante est celle des Chinois originaires d’Asie du Sud-Est. Cette vague s’amorce au début des années 1970 et son flux sera continu pendant une dizaine d’années. Ces Chinois, originaires du Sud-Est de la Chine, s’établissent en Asie du Sud-Est avant de fuir les répressions politiques pour finalement s’installer en France. Beaucoup d’entre eux arrivent directement à Marseille sans transiter par Paris (Baille 1995).

13Cette population est aujourd’hui très bien intégrée dans la société marseillaise. Dès leur arrivée, ces Chinois investissent le secteur du commerce alimentaire.

14À cette même période, d’autres Chinois arrivent également à Marseille et viennent développer une communauté solidaire naissante. Ces Chinois sont originaires, entre autres, de Hong Kong, Taiwan, Madagascar et la Réunion. Ils sont migrants économiques, étudiants envoyés dans le cadre d’accords bilatéraux, ou bien chercheurs sous contrat avec des entreprises locales (Baille 1995).

Wen : restaurateur depuis 1976

  • 1 Entretien réalisé à Marseille le lundi 22 septembre 2014.

15Monsieur Wen est un de ces Chinois arrivés à Marseille à la fin des années 1960. J’ai pu m’entretenir avec ce restaurateur installé dans la ville depuis plus de quarante ans. Wen est l’un des seuls Chinois de sa génération à avoir créé un commerce qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Il commence d’ailleurs notre entretien en soulignant qu’ « aujourd’hui les vrais restaurants chinois à Marseille sont très rares1 ».

16Le parcours de Wen est assez banal et semblable à celui d’autres Chinois de sa génération ayant émigré en même temps que lui. L’exceptionnalité réside donc, d’une part, dans la narration de son parcours et, d’autre part, dans le fait que son restaurant existe encore à ce jour.

17Wen est né au sein d’une famille pauvre, dans la campagne proche de la ville Wuhan dans le Hubei. Il quitte sa province natale en 1954, à l’âge de 5 ans, pour s’installer avec sa famille à Hong Kong. Après quelques années passées à Hongkong, les difficultés à trouver un emploi l’incitent à quitter la ville. Son départ se concrétise grâce à un voisin avec lequel ses parents avaient de bons rapports. Ce voisin, originaire de la ville de Wenzhou (dans la province du Zhejiang) travaille depuis quelques années dans l’import-export d’ivoire avec la France. Il met alors Wen en relation avec un autre Chinois, Monsieur Liu, déjà installé à Marseille. Liu s’occupe de lui fournir tous les documents nécessaires pour qu’il puisse venir en France. Une fois les papiers reçus et le visa obtenu, Wen quitte Hong Kong pour Marseille, en août 1969. Après un long voyage de quarante et un jours en bateau, Wen, âgé de vingt ans, arrive à Marseille, où il est rejoint quelque temps plus tard par sa mère, son frère et sa sœur.

18Pour son premier dîner à Marseille, Wen, sans repère, décide d’aller manger dans l’un des rares restaurants chinois de la ville. Il y fait la connaissance du propriétaire, Monsieur Feng avec qui il devient très vite ami. Comme Wen doit très rapidement trouver un travail, Feng lui présente alors un autre Chinois, Monsieur Ao, le propriétaire du premier restaurant chinois de Marseille. Ces rencontres avec Feng et Ao marquent la suite du parcours de Wen en France. Monsieur Ao engage Wen comme serveur dans son restaurant. Puis, voyant que Wen est un homme de confiance, celui-ci lui propose de travailler pour lui à Paris, dans un autre de ses restaurants. Wen accepte ; ainsi, il vit à Paris pendant six ans avant de revenir à Marseille. Wen me confie que sa vie dans la capitale est assez éprouvante. Il travaille sans relâche tous les jours de la semaine, il n’a aucune distraction. Il loge dans un appartement en colocation avec d’autres Chinois qui travaillent avec lui au restaurant. Pendant son séjour à Paris, il doit régulièrement, tous les trois mois, renouveler ses papiers en banlieue parisienne. Il précise :

Je me rappelle une fois tous les trois mois, je devais me lever à 5 h du matin pour aller en banlieue parisienne. Je faisais la queue toute la matinée pour avoir mes papiers. Mais une fois que je les avais, j’étais soulagé ! Je repartais travailler. (Entretien du 22 septembre 2014).

19Afin de faciliter le renouvellement de ces papiers, il commence à apprendre le français. Il me confie que jusqu’alors il n’avait nullement ressenti le besoin ou la nécessité de savoir parler français :

Vous savez, je ne restais qu’avec des Chinois toute la journée. Mon patron était chinois, mes amis étaient aussi chinois et en plus je travaillais dans un restaurant chinois où la clientèle était principalement chinoise. Alors, pourquoi apprendre le français ? (Entretien du 22 septembre 2014).

20Pour ce faire, il suit des cours d’une heure à deux heures cinq fois par semaine à l’Alliance française. À cette même période la femme de Ao qui vit à Marseille avec ses enfants, tombe gravement malade. Il cherche donc une dame chinoise pour prendre soin d’elle. Wen lui propose alors de le mettre en relation avec sa mère. Ao l’apprécie très vite, et met alors tout en œuvre pour la faire venir. En 1972, la mère de Wen arrive par avion avec un contrat de travail de deux ans. Elle est accompagnée de sa fille âgée de sept ans. Wen et sa mère travaillent pendant plusieurs années pour cette famille. Wen est garçon de salle à Paris et sa mère nourrice à Marseille. Quelques années après, le frère de Wen, Ming, âgé de quatorze ans, le rejoint à Paris. Dès son arrivée, il est engagé dans le même restaurant que Wen, où il commence son apprentissage en cuisine. Trois mois plus tard, les deux frères décident de quitter Paris. Forts de leurs expériences en salle et en cuisine, ils envisagent alors d’ouvrir leur propre restaurant. Marseille est aussitôt leur premier choix. D’une part, parce qu’ils souhaitent rejoindre leur mère et leur sœur installées dans la cité phocéenne et, d’autre part, parce que la concurrence chinoise y est à cette époque moins importante. Une fois arrivés à Marseille, ils se rendent très vite compte qu’ils n’ont pas suffisamment d’argent pour acheter un local et y ouvrir un restaurant. La femme de Ao connaissait un Chinois originaire de Wenzhou, Monsieur Lu, installé à Marseille depuis de nombreuses années. D’abord, vendeur à la sauvette, il ouvre ensuite une boutique dans le quartier de Belsunce grâce à ses économies. Il croit au projet des deux frères, leur apporte une aide financière et les aide à trouver un local.

21L’obtention des documents nécessaires à la création du restaurant est cependant laborieuse. Dans un premier temps, la préfecture refuse aux deux frères le permis de travail. Monsieur Lu, grâce à ses connaissances, arrange les choses et leur obtient les papiers. Le restaurant est créé à la fin du mois de décembre 1975, soit pratiquement sept ans après que Wen est arrivé en France. Le restaurant démarre peu à peu. Au début, la clientèle n’est pas nombreuse. À partir de 1979, le restaurant commence vraiment à avoir du succès. Il reçoit beaucoup de louanges et fait l’objet de plusieurs articles dans les journaux locaux. Au fil du temps, Ming se fait sa propre expérience en cuisine. Ainsi, le restaurant propose des plats de différentes régions de Chine, mais aussi une cuisine adaptée en fonction de la clientèle : chinoise ou française.

22Grâce à son restaurant, Wen fait une autre rencontre importante dans sa vie : Marc, un de ses tout premiers clients, un Français né à Tianjin et qui a vécu une grande partie de sa vie en Chine. Lors de son retour en France, Marc recherche un restaurant chinois authentique afin de retrouver les vraies saveurs de la Chine. Après son premier repas dans le restaurant, Marc devient un client fidèle. Wen et Marc deviennent amis. Au restaurant Marc organise régulièrement des repas d’affaires et amène aussi souvent que possible une clientèle nouvelle. Au mois de mars 1976, Wen et sa femme – qu’il a connue à Hong Kong et épousée à Paris – ont un fils. Ils forment alors une famille composée de trois nationalités différentes : chinoise, britannique et française. Grâce à des relations auprès de la préfecture, un mois et demi après la naissance de leur fils, Wen et sa femme obtiennent la nationalité française.

23Très pris par le restaurant, ce n’est qu’à partir de 1981 que Wen retourne – chaque année – en Chine, dans son village natal qu’il a quitté en 1954.

24Comme le fils de Wen ne prendra pas la succession, ce restaurant de toute une vie de labeur et de sacrifice est voué à s’éteindre avec son propriétaire.

25Le parcours en « ricochets » (Baille 1995) de Wen est très représentatif des Chinois de France de l’époque. Il arrive à Marseille par bateau – qui est le principal moyen de transport depuis la Chine en ce temps-là – et travaille dès son arrivée au sein même de la petite communauté déjà en place dans la ville. Les membres de cette communauté sont alors peu nombreux et occupent différents secteurs d’activité tels que la restauration, la vente en gros, la vente de meubles, etc. Grâce à l’esprit ouvert et soudé de la population chinoise de l’époque, Wen fraîchement arrivé d’Hong Kong bénéficie d’une aide non négligeable de la part des autres Chinois.

  • 2 Les enfants de Wen ont été élevés pendant une dizaine d’années environ par un couple d’amis françai (...)
  • 3 Entretien avec le fils de Wen, le 3 juin 2014 à Marseille.

26Wen est aujourd’hui très reconnaissant de toute l’aide que ces amis chinois lui ont apportée et ceux-ci sont devenus aujourd’hui très proches. Ses amis français, rencontrés dans son restaurant, ont fortement contribué à la qualité de vie qu’il a aujourd’hui et d’une certaine façon à l’éducation à la française de ses enfants2. Cette famille se sent aujourd’hui française « avant tout3 ». Le fils de Wen, quant à lui ne sent pas du tout Chinois et dit même ne pas comprendre la mentalité de certains Chinois de Marseille. Par « certains Chinois », il fait référence aux Chinois de Wenzhou installés dans le quartier de Belsunce. Wen et son fils m’expliquent ne pas être proches de cette communauté installée depuis une quinzaine d’années dans ce quartier.

27La France est la destination privilégiée des migrants chinois originaires de Wenzhou, dans le Zhejiang, et du Nord-Est de la Chine. De nombreux travaux menés par Chloé Cattelain, Véronique Poisson, Marylène Lieber, Florence Lévy et Gao Yun font état des différents modes migratoires des Chinois en France en fonction de leurs régions d’origines.

28La première migration en provenance du Zhejiang arrive en France avec l’arrivée des travailleurs chinois sous contrat de la Première Guerre mondiale (Ma Mung 2002).

29Si, dans les années 1940, des émigrés économiques arrivent en faible nombre de Chine continentale, ce n’est qu’à la fin des années 1980 que le flux migratoire en provenance du Sud-Est de la Chine devient de plus en plus important. Les migrants arrivent majoritairement des provinces de Canton, du Fujian, du Jiangsu, du Zhejiang et notamment des villes de Qingtian et Wenzhou.

30Il y aurait aujourd’hui plus de 2 millions de Chinois de Wenzhou installé dans des pays étrangers, la France étant située au premier rang (Beraha s.d.).

  • 4 Confection, maroquinerie, bazar, restauration, vente de gros et demi-gros.

31Les migrants, majoritairement des hommes âgés de 15 à 25 ans, quittent leur ville natale pour « tenter l’aventure de l’exil » (Beraha s.d.). Car beaucoup sont issus de la campagne, avec un niveau scolaire très faible, ne dépassant pas l’école primaire. Une fois en France, à force de travail acharné dans les secteurs d’activités traditionnels4 et d’entraide communautaire, ces migrants arrivent à créer leur propre commerce.

  • 5 « Les gens de Wenzhou » ou Wenzhounais.
  • 6 La « face » miànzi est étroitement liée au statut de l’individu dans le groupe. Plus l’individu a d (...)

32L’immigration dans la tradition des Chinois de Wenzhou – wēnzhōu rén 5 – est « un symbole d’ascension et de réussite sociale » et un moyen de « gagner de la face6 » (Cattelain et al. 2002). Ces migrations en provenance de Wenzhou sont collectives et familiales (ibid.). Car ces migrants viennent en France pour rejoindre de la famille ou une connaissance issue de la même province, voire du même village. Richard Beraha explique dans son article sur les enfants du Zhejiang qu’« il s’agit d’une migration en chaine, qui a sans cesse besoin de nouveaux apports pour se maintenir, ce qui facilite l’ascension sociale de ceux qui sont déjà sur place » (Beraha s.d.).

33Les Wenzhou de Paris et ceux de Marseille ont le même mode migratoire ainsi que les mêmes activités économiques dans leur secteur de prédilection : la vente de gros et demi-gros. Mais ceux de Marseille, contrairement à ceux de Paris, arrivent dans la ville en nombre important au début des années 2000. Les raisons de leur arrivée dans la cité phocéenne sont liées à des opportunités de travail sur le marché ethnique : la concurrence devenant de plus en plus forte à Paris, certains préfèrent s’installer dans des villes secondaires où la concurrence est moindre.

La vague wenzhou arrive à Marseille

34Aujourd’hui, les Chinois de Wenzhou forment une diaspora très présente et particulièrement active en centre-ville, et plus précisément dans le quartier de Belsunce où ils ont investi le secteur économique de la vente en gros et demi-gros. Ils évoluent au sein de cette diaspora avec les autres Chinois d’origines différentes, issus d’autres vagues migratoires.

35Ces Wenzhou du centre-ville de Marseille forment une communauté à part, presque impénétrable, et incomprise par les Chinois non wenzhou. Ce que souligne Wen :

Les Chinois Wenzhou d’aujourd’hui sont très spéciaux. Moi [Wen] je ne les fréquente pas du tout, je me tiens très éloigné d’eux. Je pense que beaucoup de leurs activités sont illégales. De toute façon ils sont très fermés, il faut venir de Wenzhou pour pouvoir intégrer leur cercle. (Entretien du 22 septembre 2014.)

36Les Wenzhou établis dans les grandes villes de France, en premier lieu Paris, mais aussi Marseille, forment de fait une communauté très hiérarchisée. La « communauté wenzhou » repose sur un sentiment d’appartenance lié à une langue, des origines géographiques et des traditions communes. Comme l’explique Richard Beraha dans « Les enfants du Zhejiang et leur communauté éducative en France » : « cette communauté repose sur un système hiérarchique à plusieurs niveaux : la famille nucléaire, la famille élargie, élargie aux affiliés, les voisins, les personnes ayant le même patronyme, les amis et les relations professionnelles » (Beraha s.d.).

  • 7 Entretien d’un commerçant maghrébin de Belsunce le 1er septembre 2014.

37Dans la ville, ils sont nombreux à posséder des commerces de vente de textile, de maroquinerie et de bijoux fantaisie en gros et demi-gros. En étudiant les différents registres de commerce, j’ai constaté que les premiers grossistes sont arrivés en 2001 et ont progressivement racheté les commerces des principales rues du quartier, notamment ceux de la rue Tapis Vert, communément connue aujourd’hui comme étant la « rue wenzhou » de Marseille (mǎsài wēnzhōu jiē 马赛温州街). Ce développement wenzhou à Belsunce n’est pas bien accueilli par certains commerçants du quartier qui estiment avoir été « envahis »7. Ce qu’un commerçant maghrébin du quartier exprime en ces termes : « Les Chinois, ils sont arrivés dans le quartier, ils ont tout racheté, ils nous ont envahis ! Ici maintenant c’est chinois, ils sont partout ! » (Entretien du 1er septembre 2014).

  • 8 Beaucoup de restaurants japonais, bars à sushi, ouverts au cours de ces cinq dernières années, sont (...)

38Cette communauté s’agrandit un peu plus chaque année. Les Wenzhou sont présents dans différents secteurs économiques. Si, au début des années 2000, ils sont presque exclusivement présents dans le secteur de la vente en gros, aujourd’hui ils occupent également le secteur de la restauration8, du commerce alimentaire et de la vente de prêt-à-porter au détail. Ils « sortent » du quartier de Belsunce, et sont ainsi présents dans la rue de Rome et à la périphérie de Marseille, dans la zone commerciale de Plan de campagne.

39À Belsunce, j’ai rencontré deux Chinois de Wenzhou qui m’ont décrit leur parcours migratoire à partir de Wenzhou, en passant par l’Italie, puis de Paris à Marseille.

Li et Meng, destination finale : Marseille

40Monsieur Li, patron d’un commerce à Belsunce, est originaire de la ville de Wenzhou. Il est arrivé en France il y a environ dix ans. Il quitte la Chine accompagné de son beau-frère, Monsieur Meng. Tous deux, munis de visas de tourisme russes, acquis sur le marché noir, quittent leur province natale pour la Russie. Leur séjour en Russie se passe plutôt bien, ils ne redoutent aucun contrôle et peuvent vivre en « toute liberté » et « tranquillité ». La suite de leur parcours est un peu moins calme. Ils quittent la Russie en camion pour se rendre à la frontière turque où ils sont ensuite pris en charge par une nouvelle personne qui s’occupe de leur faire passer la frontière avant de les laisser entre les mains d’un autre passeur.

41À chaque étape de leur périple, ils sont mis entre les mains de différentes personnes, des passeurs locaux qui s’occupent de mettre en place l’étape suivante de leur parcours. Comme dit M. Li : « À chaque étape, nous ne sommes au courant de rien. Nous ne connaissons pas les personnes qui nous prennent en charge. Tout est tenu secret. » (Entretien du 12 novembre 2013).

  • 9 Páshān se traduit par « escalader les montagnes ». L’expression est employée dans le sens de se pro (...)

42À de nombreuses reprises, ils doivent se cacher et rester en stand-by pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, dans des entrepôts, appelés yāzi lóu. Pendant cette période, ils souffrent du froid et de la faim. Après un certain temps – la notion du temps pour cette période est assez confuse pour ces migrants –, ils repartent. Ils franchissent à pied les frontières de différents pays et « marchent sur des chemins dangereux et traversent des rivières gelées ». Ce mode migratoire est appelé le páshān9.

43Selon les propos de Monsieur Li :

Le páshān est très dangereux. On a dû traverser des rivières. Beaucoup de personnes sont tombées à l’eau et sont devenues très gravement malades. Les passeurs se foutent de nous, si on tombe, ils ne nous attendent pas, si on ne sait pas nager et qu’il faut nager, ils s’en foutent, ils ne vont pas changer de chemin. Si des personnes se noient, ça leur est égal. (Entretien du 12 novembre 2013 à Marseille, traduit du chinois par l’auteur.)

44Une fois en Turquie, ils embarquent dans un bateau pour rejoindre l’Italie où ils sont reçus par des Chinois. « Pendant notre traversée en bateau, raconte M. Li, on a eu un contrôle des gardes côtiers. Des gens se sont enfuis, ils ont sauté à l’eau. On ne sait pas ce qu’ils sont devenus. Ils se sont certainement noyés. » (Entretien du 12 novembre 2013, traduit du chinois par l’auteur).

45La durée totale du voyage dépend généralement des difficultés rencontrées liées au moyen de transport et des contrôles de police ou douanes.

46Après être parvenus à quitter le territoire turque, ils séjournent tous les deux une dizaine de jours en Italie. Mais, face à une trop grande concurrence sur le marché du travail communautaire, ils décident de partir pour la France. M. Li explique : « On va en Italie, car il est plus facile là-bas d’obtenir un visa italien nous permettant de circuler dans tout l’espace Schengen. Mais comme en Italie, il y a trop de Chinois et en plus les salaires sont bas, on vient en France. » (Entretien du 12 novembre 2013).

47En Italie, leurs chemins se séparent. Li se rend en France en train avec un titre de séjour italien. Il s’installe à Paris pendant quelques mois où il travaille avec sa femme déjà fixée à Paris depuis quelques années, avec un visa Schengen délivré en Italie. Il travaille « au noir » en tant que vendeur ambulant dans la rue, ce qui lui « permet de gagner de l’argent sans payer de taxe » (entretien du 12 novembre 2013). Il décide ensuite de quitter Paris, accompagné de sa femme, pour ouvrir un magasin à Marseille. Meng, quant à lui, après avoir travaillé sept ans en Italie, rejoint Li directement à Marseille avec un titre de séjour italien. Il est aujourd’hui encore en possession d’un titre de séjour italien, car « selon la loi française je ne peux pas obtenir un visa français » explique-t-il (entretien du 12 novembre 2013). Li, de son côté, a aujourd’hui obtenu ses papiers français. Il possède deux magasins à Belsunce. Il s’occupe du magasin de vente en gros de vêtements et sa femme de la vente de bijoux fantaisie. Il précise toutefois qu’à l’époque concernée :

Ayant un titre de séjour italien, la loi française ne me permet pas de posséder mon propre magasin. J’ai donc demandé à une étudiante chinoise d’ouvrir le magasin à ma place, elle m’a prêté son nom et je lui ai donné de l’argent en échange. (Entretien du 12 novembre 2013.)

  • 10 Ce Chinois de Wenzhou a travaillé dans un restaurant en Hongrie pendant un an avant de venir à Mars (...)

48Sa femme emploie Meng – son frère – ainsi que deux autres Chinois, un étudiant originaire du Dongbei et un Chinois originaire de Wenzhou10. Meng vit désormais à Marseille avec sa femme et son fils de quinze ans, arrivé en France en 2011, et avec sa fille de huit ans. Son fils vit à Marseille sans titre de séjour. Il est scolarisé dans un lycée à Marseille et est « doué en mathématiques et en italien », même s’il ne parle pas très bien français. En revanche, sa fille née, en Italie, possède un titre de séjour italien ; elle est également scolarisée et parle très bien français.

49Ces deux récits sont très représentatifs du processus migratoire des Chinois de Wenzhou arrivés dans les années 2000 à Marseille. La majorité d’entre eux a eu recours à une filière migratoire assez similaire.

Le parcours migratoire des Wenzhou de Marseille

50Les migrants en provenance du Sud-Est de la Chine – principalement du Zhejiang – tout comme ceux en provenance du Nord et du Nord-Est ont eu recours à des « intermédiaires de la migration » (Cattelain et al. 2002). Les migrants en provenance du Sud-Est de la Chine ont recours à des passeurs ou recruteurs appelés shétóu (ibid.). Ces passeurs sont généralement présentés au candidat par un ami ou un membre de la famille. Les réseaux des passeurs sont très bien organisés, ils sont composés de recruteurs (en Chine), de logeurs (dans les pays de transit) et d’accompagnateurs (Gao & Poisson 2005b). Le passeur se charge d’établir le parcours du migrant en fonction de son réseau et de lui procurer les papiers nécessaires. La migration peut coûter entre 30 000 et 80 000 yuans – soit entre 3 000 et 8 000 euros – et le paiement s’effectue avant le départ (Cattelain, et al. 2002).

  • 11 La voie aérienne est aussi appelée la « voie parachute ». Le migrant quitte la Chine avec un vrai p (...)

51Du début à la fin de son parcours, le migrant est pris en charge et demeure entre les mains d’un ou de différents passeurs dans les pays de transit, ces passeurs sont appelés des dàitóu (Gao & Poisson 2005b). Le trajet et les voies empruntées – maritime shuǐlù, terrestre páshān,aérienne fēilù11, – sont définis à l’avance par le passeur et peuvent être modifiés en cours de route en fonction des opportunités (politiques d’obtention de visa, intermédiaires, politiques de régularisations) (Cattelain et al. 2002). Le migrant, lui, ne sait pratiquement jamais par quel pays il va passer et comment il va s’y rendre.

52L’étude de 2002 de Cattelain, Lieber et Poisson met en avant les diversités des modes d’entrée de ces migrants du Zhejiang. On constate une multiplicité des origines et types de visas, des documents d’identité – vrai ou faux passeport avec une vraie ou fausse identité. Une logistique importante est mise en place dans les pays de transit pour accueillir les migrants.

53Il est important de noter que ces réseaux de passeurs sont très étendus telle une « toile d’araignée » et sont souvent associés à des membres de triades (Gao & Poisson 2005b : 32). Ces organisations mafieuses sont très hiérarchisées et structurées, où les « têtes de serpent » peuvent gérer, sans faille, à distance, tout un réseau (ibid.).

54Thierry Crétin, spécialiste du crime organisé, explique que « l’immigration clandestine est une spécialité chinoise » (2002) et chaque parcours migratoire dépend de la triade qui gère la migration (Gao & Poisson 2005b : 32). Les mafias chinoises basées en Europe sont en contact avec des mafias albanaise et italienne qui leur permettent d’introduire les migrants en passant par leurs pays respectifs (ibid.).

55On constate depuis 2001 des arrivées importantes de jeunes originaires de Wenzhou par le biais de voyages touristiques (Cattelain et al. 2002). Des adolescents de Wenzhou arrivent à Marseille depuis l’Espagne ou l’Italie. Mes recherches ne m’ont pour l’instant pas permis d’établir le ou les intermédiaires en charge de cette « seconde » migration.

56L’interpolarité des relations des Wenzhou de Marseille semble considérable. Ils entretiennent des liens plus ou moins étroits avec les Chinois établis dans un autre « espace d’installation » notamment à Prato en Italie. Si depuis ces dix dernières années beaucoup de Wenzhou passent par l’Italie avant de venir s’installer – de façon définitive ou temporaire – à Marseille et bénéficient ainsi en Italie de liens forts avec une communauté bien établie dans le paysage italien, d’autres, grâce au réseau communautaire, sont en contact régulier avec des fournisseurs chinois établis dans la ville de Prato. Les grossistes de Belsunce font des allers-retours réguliers, le plus souvent grâce à des covoiturages, pour se réapprovisionner chez leurs compatriotes. Ils bénéficient ainsi de prix avantageux et de produits estampillés « made in Italie » beaucoup plus vendeurs. Certains grossistes ont laissé leur famille en Italie avant de venir s’installer à Marseille. Ils rentrent ainsi « chez eux » tous les week-ends.

57À Marseille, la communauté wenzhou a réussi en une quinze d’année à s’implanter dans un quartier et à s’imposer dans un secteur d’activité bien précis. Aujourd’hui, elle tend à élargir ses activités professionnelles et peut-être même sa présence dans la ville. Elle détient le monopole du secteur de la vente en gros et a des relations complexes avec les autres communautés chinoises.

58Des Chinois originaires d’autres régions de Chine, dont le nombre est plus restreint et l’arrivée plus récente, essaient de vivre au milieu de cette importante – et imposante – population.

Nouvelle vague migratoire en provenance d’une région sans tradition migratoire : le Dongbei

59À Marseille, les Chinois du Nord-Est de la Chine, bien qu’ils soient arrivés à peu près en même temps que leurs compatriotes de Wenzhou, sont moins nombreux et plus « discrets », moins « visibles » que les Wenzhou. En effet, contrairement aux Wenzhou, ces derniers n’occupent pas un secteur d’activité défini.

60Ils sont généralement employés par des Wenzhou pour travailler dans leurs magasins, travaillent dans la restauration en tant que serveur, cuisinier, ou bien encore dans des associations chinoises de la ville où ils enseignent le mandarin aux autochtones et quelquefois aussi aux enfants des Wenzhou.

Mei Li : une ville de départ, Shenyang, une ville d’arrivée, Marseille

61Mei Li est originaire de la ville de Shenyang, dans la province du Liaoning. Elle arrive en France de façon légale en 2004. En novembre 2003, Mei fait une demande de visa étudiant auprès de son bureau provincial. La politique de l’époque, alors moins stricte, lui permet d’obtenir assez rapidement ce visa. Son niveau scolaire correspondant au secondaire, elle a donc dû acheter un diplôme équivalent à la licence pour pouvoir être acceptée dans une université française. Avant de partir, elle apprend le français dans un institut à raison de deux jours par semaine, trois heures par jour. En janvier 2004, à 28 ans, le visa en poche, elle quitte la Chine et se rend en France par avion. Une fois arrivée, avant de pouvoir officialiser son inscription à l’université, elle suit pendant six mois des cours de français dans un centre spécialisé.

62Elle donne quelques détails :

Ce centre se trouvait à Perpignan, les élèves étaient majoritairement des Chinois. Je n’aimais pas du tout cette école. Elle était très éloignée du centre-ville, ce n’était pas pratique pour faire les courses ou pour sortir le week-end. On restait entre nous et on n’avait pas de contact avec les Français. Du coup, on pratiquait peu le français en dehors des cours. On ne progressait pas beaucoup. (Entretien 12 octobre 2013 à Marseille, traduit du chiois par l’auteur.)

63Six mois après, elle quitte le centre et Perpignan pour Paris où elle continue d’apprendre le français. À Paris, elle travaille pendant trois mois dans un atelier de confection comme couturière. Puis, elle trouve un poste de nourrice pour une famille franco-hongkongaise. Elle confie :

Mon patron était français et ma patronne venait de Hong Kong. Je vivais chez eux, mais j’étais peu payée, car ma patronne me logeait et me nourrissait. Je devais parler chinois aux enfants pour qu’ils puissent pratiquer leur chinois. (Entretien 12 octobre 2013.)

64Très vite, elle se marie avec un ami français de son patron. Ils vivent à Paris pendant environ huit mois. Pendant cette période, elle change de travail et devient masseuse. En septembre 2005, ils quittent Paris pour Marseille. Mei Li obtient la nationalité française. Mei Li et son mari ont deux enfants, en 2006 et en 2008. Aujourd’hui, elle songe à ouvrir un commerce à Marseille.

65Le parcours de Mei Li est assez représentatif de cette vague migratoire, fortement féminine, assez récente des Dongbei. En effet, la majorité des migrants en provenance de cette région est composée de femmes âgées d’une quarantaine d’années qui occupaient en Chine des fonctions de cadres moyens dans des entreprises d’État (Lévy 2005).

66C’est au début des années 2000 que les Chinois du Dongbei arrivent en masse à Paris. En 2004, selon les statistiques du ministère français de l’Emploi et de la Solidarité, 26 % des Chinois de France sont originaires de cette région de Chine (Gao & Poisson 2005b). Le Dongbei – regroupant les provinces de Jilin, du Liaoning et du Heilongjiang – est une région fortement industrialisée, mais, après la politique de réforme mise en place dans les années 1990, de nombreuses usines ont dû fermer et des millions de citadins se sont retrouvés sans emploi. Au début des années 1990, entre 50 et 80 millions d’ouvriers des villes sont licenciés (ibid.) dont environ 2,3 millions dans la province du Liaoning (Kernen & Rocca 1998). Ainsi, beaucoup d’hommes et surtout de femmes, les plus touchées par cette crise, se voient contraints de quitter leur région natale, jusqu’alors sans tradition migratoire, et beaucoup d’entre eux choisissent la France.

67Cette migration est moins importante et moins structurée que la migration en provenance du Zhejiang (Gao & Poisson 2005b). Les modes migratoires, les raisons qui poussent les migrants au départ et les caractéristiques socio-économiques des migrants semblent complètement différentes de celles des migrants wenzhou.

  • 12 Il faut garder en tête que ces migrants(es) qui témoignent veulent faire bonne impression, et ne pa (...)
  • 13 Chinois du Dongbei.

68Le chômage est le principal facteur poussant à la migration évoqué par les Chinois du Dongbei (Gao & Poisson 2005b). Or, comme l’explique Florence Lévy (2005), on ne peut pas entièrement qualifier cette migration de migration économique, car ces migrants appartenant à une catégorie socioprofessionnelle moyenne, voire supérieure, ne semblent pas être en situation d’extrême pauvreté et d’exclusion sociale avant le départ12. De plus, la migration a un coût, il faut pouvoir la financer. Une migration pour la France en provenance de ces provinces du Nord de la Chine nécessiterait entre 40 000 et 70 000 yuans – soit 4 000 à 7 000 euros (Gao & Poisson 2005b). Les Dongbei ren13 financent intégralement ce voyage et paient l’intégralité de la somme avant le départ.

69D’autre part, les femmes qui décident d’émigrer jouissaient d’une bonne situation professionnelle en Chine, la plupart étant des « cols blancs » (Pina-Guerassimoff & Wang 2002) ou de petites entrepreneuses privées possédant un capital important (Lévy 2005).

  • 14 Guanxi veut dire réseau. Les guanxi sont les relations interpersonnelles entre deux individus. Plus (...)

70Les raisons du départ évoquées par beaucoup de ces femmes semblent liées à des problèmes dans les relations de couples (divorces), d’autres difficultés familiales, à la pression sociale, suivie d’obstacles sur le plan professionnel. Le divorce semble souvent être l’élément déclencheur de la migration. Le fait de partir permettrait à ces femmes de mieux appréhender la séparation – et notamment l’éducation monoparentale des enfants – et la question de la « face ». D’autres se considèrent en position de faiblesse dans leur secteur professionnel à cause du système des guānxi14. Beaucoup d’entre elles, face à une perte potentielle de leur emploi et si leur réseau n’est pas assez étendu, préfèrent quitter la Chine et recommencer à l’étranger où elles pourront mettre à profit tout leur potentiel professionnel (Lévy 2005). Pour d’autres, ce sont des préoccupations purement financières ; elles sont à la recherche d’un meilleur salaire afin de pouvoir faire face aux dépenses liées à la santé, s’assurer une retraite, etc. Et pour elles, immigrer en France signifie gagner plus d’argent qu’en Chine et leur permettre de se constituer une épargne plus importante (ibid.).

71Quant au mode migratoire de cette vague, il diffère complètement de celui des vagues précédentes. Les Chinois du Nord-Est de la Chine – tout comme ceux du Nord de la Chine –n’ont pas recours à des passeurs shétóu, mais à des sociétés intermédiaires zhōngjié ou « sociétés d’émigrations » (Cattelain et al. 2005).

72Ces sociétés, qui jouent entre le légal et l’illégal, ont pignon sur rue, produisent des sites Internet, et des affichettes collées sur des cabines téléphoniques (Gao & Poisson 2005b). Les candidats aux départs s’adressent à elles soit par le biais de démarcheurs croisés dans la rue (Cattelain et al. 2005) soit par une connaissance.

73Ainsi s’exprime Monsieur Tang un ancien employé d’une société intermédiaire de Shenyang, qui vit aujourd’hui à Marseille, dans un entretien réalisé à Marseille, le 10 avril 2013 (traduit du chinois par l’auteur) :

J’ai travaillé pendant cinq ans dans une société intermédiaire à Shenyang. Beaucoup de nos clients étaient des gens du Dongbei, les autres étaient des Chinois du nord de la Chine. Nos clients s’adressaient à nous généralement sur les conseils d’une relation qui connaissait la société ou parce que la société a déjà permis à un proche de partir ou encore parce qu’il est rémunéré par la société pour démarcher des clients. On ne s’adresse pas à une société par hasard sans avoir de relation.

74Ces sociétés s’occupent de l’élaboration du parcours : modalités d’entrées dans le pays de destination, l’obtention des documents administratifs. Elles sont officiellement des agences de voyages, des agences d’échanges linguistiques ou bien des entreprises d’import-export.

75Toujours selon Monsieur Tang :

Il existe différents types de sociétés intermédiaires. Elles peuvent être enregistrées légalement comme des agences de voyages, d’échanges linguistiques, ou des entreprises voulant faire de l’import-export. Moi, je travaillais dans une entreprise de meuble. Mais en réalité on n’avait rien à voir avec la vente de meubles !

76Les employés de ces sociétés sont formés afin d’obtenir les papiers nécessaires pour leurs clients. Ils doivent suivre des procédures précises.

77Il ajoute :

Nous sommes formés sur la façon dont on peut obtenir les papiers. Nous sommes obligés de suivre des procédures très précises. En Chine, les procédures sont à chaque fois les mêmes pour obtenir les papiers. En revanche, il y a quelques variantes en fonction du pays cible.

78Elles ont un réseau très étendu avec les administrations locales, nationales et avec l’étranger. Par leur intermédiaire, et contre rétribution, le migrant peut ainsi bénéficier de leur réseau sans lequel leur migration serait impossible. En effet, passer par une de ces sociétés, c’est, pour le migrant, s’assurer un départ certain vers l’étranger. Depuis 2000, le migrant, muni d’une lettre d’invitation et de la pièce d’identité de l’accueillant à l’étranger ou d’une offre d’emploi, peut faire la demande d’un passeport (Cattelain et al. 2005). Le dossier de demande de passeport du migrant est correctement constitué par la société intermédiaire, celle-ci s’occupe également de fournir un visa et d’acheter le billet d’avion.

79Monsieur Tang précise :

Mon travail consistait à obtenir tous les papiers nécessaires pour le départ de mon client : passeport, visa, lettre d’invitation. Les papiers sont établis grâce à notre réseau, mais ils sont légaux. […] Une fois que le client nous a indiqué le pays dans lequel il souhaitait se rendre, nous mettons en marche la procédure. Elle débute toujours par le « démarchage ». Cela constitue à établir un contact avec une entreprise qui serait potentiellement intéressé par nos produits – ici des meubles. Une fois le contact établi, nous demandons alors à l’entreprise étrangère de nous envoyer leur brochure ainsi que leur grille tarifaire dans le cadre d’une première collaboration. Ensuite, nous expliquons à l’entreprise que nous voudrions importer certains de leurs produits pour les présenter dans une « Show-room » en Chine. Généralement, à ce stade de la démarche, les entreprises se montrent très enthousiastes. La prochaine étape consistera alors à nous procurer une lettre d’invitation de la part cette entreprise nécessaire pour l’obtention du visa. Nous leur expliquons que nous désirons nous rendre dans leur usine pour voir comment ils travaillent. (Entretien du 10 avril 2013.)

80Ces zhongjie fournissent également des informations sur le pays d’accueil, préparent le migrant au passage, et peuvent l’accueillir à l’arrivée (Cattelain et al. 2005) :

Dans un deuxième temps, nous préparons notre client au départ. On lui dit ce qu’il devra répondre aux questions qui lui seront posées par l’ambassade pour obtenir le visa. Puis, comment il devra se comporter dans l’avion et à l’aéroport, et ce qu’il devra dire en cas de contrôle. (Monsieur Tang, entretien du 10 avril 2013.)

81Les Dongbei arrivent pour la plupart munis d’un visa valide pour l’espace Schengen ou pour la France ; les sociétés fournissent les visas qui sont les plus faciles à obtenir, le choix du pays de destination important peu. Ils arrivent à Paris par avion, munis de visas d’affaires allemands, belges ou français (Cattelain et al. 2005). Dans son entretien, Monsieur Tang confirme : « La particularité des migrants du Dongbei, c’est qu’ils arrivent en France avec un visa légal, généralement d’affaire ou de tourisme. »

82Une fois en France, les Dongbei sont fortement isolés. Cet isolement est d’abord dû au caractère assez récent de cette vague. Ces migrants n’ont presque pas de contact dans la société d’accueil et ne bénéficient pas des avantages qu’un réseau pourrait leur apporter (Lévy 2005). En outre, ils sont situés en bas de l’échelle communautaire, et sont très rapidement victimes de discrimination de la part des Chinois wenzhou (Gao & Poisson 2005a). De plus, leur statut de migrants illégaux – une fois le visa expiré – les rend encore plus vulnérables (Cattelain et al. 2005).

83Les Wenzhou déjà bien établis avec un réseau très important exploitent ces nouveaux arrivants. Les femmes sont employées comme nourrices pour les enfants, ou bien comme prostitués. Il y a là une forte inversion de statut social. En effet, ces Dongbei, pour la majorité, des femmes au statut social assez élevé en Chine, sont engagés par des paysans wenzhou, d’un niveau scolaire souvent très bas, n’ayant jamais exercé de poste à responsabilité.

84Depuis une dizaine d’années environ, on peut remarquer la présence discrète des Dongbei à Marseille. Selon les entretiens réalisés, ils sont encore peu nombreux dans la ville, et pour la majorité originaires de petites villes proches de Shenyang, dans la province du Liaoning. Discrets, ils travaillent pour la majorité dans les commerces des Chinois de Wenzhou du quartier de Belsunce.

85J’ai rencontré deux de ces Chinois originaires de Shenyang dans le Liaoning. Ils ont eu affaire aux services d’une société intermédiaire qui s’est occupée de leur « voyage ». Ils sont arrivés en France par avion muni d’un passeport et d’un visa short term. L’un d’eux, M. Xiao Zhang originaire du Liaoning, raconte :

  • 15 Environ 9 000 euros.

Je suis arrivé en France par avion, avec un faux passeport. En Chine, j’ai sollicité les services d’une société intermédiaire de Tianjin. Cette société s’est occupée de tout, elle m’a fourni tous les papiers dont j’avais besoin. J’ai payé environ 80 000 yuans15. (Monsieur Xiao Zhang, entretien du 20 mai 2013.)

86Une fois arrivés en France, en 2008, ces deux Chinois travaillent d’abord à Paris, puis en 2010, à Marseille, comme chauffeurs livreurs xièhòu pour un Chinois wenzhou. Ils vivent en colocation dans un appartement loué par leur patron près du quartier de la Joliette.

  • 16 Des salons de massage proposaient les services de prostituées originaires de la ville de Chongqing, (...)
  • 17 Les propriétaires, toutes des femmes, de trois salons de massage de la ville, dont deux avaient l’i (...)

87Bien qu’un réseau chinois de prostitution16 ait été démantelé en 2012 à Marseille17 (Luongo 2012), mes recherches de terrain n’ont pour l’instant pas révélé la présence de prostitués du Dongbei dans cette ville.

88En revanche, un « appartement-ravioli », un des seuls, semble-t-il, pour l’instant, est tenu par une famille chinoise du Dongbei. Cette famille travaille principalement pour les commerçants wenzhou de Belsunce qu’elle livre aux heures de repas.

89Ces Dongbei, moins nombreux, récemment arrivés à Marseille ne semblent pas former une réelle communauté dongbei, à l’instar des wenzhou, qui puisse être identifiable dans un lieu et/ou dans un secteur économique précis. En effet, ces Chinois semblent rejeter l’idée de groupe formé par des personnes de même origine géographique et semblent, au contraire, revendiquer le caractère individuel de leur action (Lévy 2005). Si les Dongbei se réunissent dans la société d’accueil – comme c’est le cas des prostituées de Belleville – c’est seulement par obligation (ibid.).

90Ces migrants, Wenzhou et Dongbei, quittent la Chine pour un pays dont ils ne connaissent rien. Ils n’ont pas forcément conscience des conditions de vie qui les attendent une fois arrivés en France : du travail acharné, voire de l’exploitation. Beaucoup vivent à plusieurs dans une même pièce, dans un appartement surchargé. Ils doivent, avant de pouvoir « faire fortune », rembourser la dette de leur voyage. Beaucoup de commerçants chinois de France qui ont réussi « proposent » une aide financière ponctuelle à leur ville ou village natal. C’est un gain de « face » important pour celui qui est parti sans rien et revient « riche ». Le premier épisode de la très célèbre série Wēnzhōu yījiārén illustre bien cela, le retour au pays d’un commerçant de la diaspora qui a réussi.

91Dans les faits, il ne faut pas oublier que parmi l’ensemble des Chinois de la diaspora, il y en a certains qui échouent. Beaucoup de Chinois ont du mal à supporter leurs conditions de vie en France et ne parviennent pas à rembourser leur dette. Mais, pour une question de « face », très peu se plaignent et ne peuvent envisager un retour en Chine.

92Fanny Tondre dans l’ouvrage Retour à Wenzhou raconte le parcours migratoire d’un couple originaire de Wenzhou : Monsieur et Madame Zhang qui – chose assez exceptionnelle – décident de rentrer au pays ne supportant plus leur situation en France.

Et les autres…

  • 18 Il faut garder en tête que beaucoup de sociétés intermédiaires sont des agences qui proposent des v (...)
  • 19 Entretien du 2 décembre 2011 avec une étudiante chinoise qui prépare son échange universitaire avec (...)
  • 20 Entretien du 2 décembre 2011 avec la même étudiante.

93Le flux migratoire d’étudiants chinois est important à Marseille. Au départ, les motivations de ces étudiants sont complètement différentes de celles des autres migrants chinois18. Ils partent à l’étranger pour se former dans un domaine précis, pour apprendre une langue étrangère et s’ouvrir l’esprit19. De même, les parents incitent fortement leurs enfants à faire leurs études à l’étranger, car avoir un enfant qui étudie à l’étranger est un important « gain de face20 ».

  • 21 L’expression hai gui désigne les étudiants chinois qui reviennent de l’étranger. Gui1 归 qui signifi (...)

94Beaucoup d’entre eux arrivent à Marseille avec le statut d’étudiant et certains décident de rester en France après leur parcours universitaire. Ils travaillent dans la traduction, l’enseignement, dans le secteur bancaire ou bien encore dans l’informatique. Quelques-uns ouvrent un ou plusieurs restaurants. D’autres, avec leur étiquette de hǎiguī21 préfèrent rentrer en Chine où ils pourront trouver un poste à haute responsabilité. Ces haigui qui ont bénéficié d’une formation à l’occidentale parlent une voire plusieurs langues étrangères, et sont de véritables atouts pour les entreprises chinoises.

95La France est la destination privilégiée de nouveaux migrants chinois, les Wenzhou et, pour un nombre plus restreint, les Chinois du Nord-Est de la Chine.

96L’immigration chinoise à Marseille, depuis la fin des années 1970, est de plus en plus régulière et alimentée par ces nouveaux migrants. Ces arrivants viennent, pour la plupart, à Marseille rejoindre de la famille, des amis ou un contact déjà installés dans la ville. Ils profitent ainsi des avantages que leur offre leur réseau : accueil, logement, emploi, etc. En 2001, Abiboulaye Sow explique qu’on ne peut pas faire référence à un lieu précis (Chinatown) où serait implantée la communauté chinoise de Marseille et, qu’au contraire, celle-ci serait inscrite de manière diffuse dans la ville. En effet, avant l’arrivée des Chinois de Wenzhou à la fin des années 1990, la communauté chinoise – principalement composée de Chinois d’Asie du Sud-Est – est difficilement identifiable dans un espace urbain défini. Mais leur présence est manifeste à travers leurs activités professionnelles : restaurations et commerces alimentaires. Avec l’arrivée progressive de ceux de Wenzhou, on peut alors constater que ces Chinois sont majoritairement présents à Belsunce, mais sans pour autant que l’on puisse parler de quartier chinois. Dans son édition du 29 novembre 2014, le quotidien La Provence a certes surnommé récemment Belsunce le « quartier chinois de Marseille », mais, à mon sens, Belsunce ne peut pas être considéré comme une « enclave ethnique », où la population chinoise y serait installée de façon exclusive, étant donné qu’il y a, encore aujourd’hui, dans le quartier, une présence de commerçants maghrébins et juifs.

97Ces formes migratoires récentes semblent former une nouvelle diaspora qui se distingue des autres diasporas chinoises en France. La migration ne serait plus uniquement salvatrice d’une situation précaire en Chine, l’installation des migrants serait facilitée par un réseau déjà bien ancré dans la ville d’accueil, et les secteurs d’activité occupés se diversifieraient de façon considérable.

98Les Chinois issus des premières vagues migratoires sont arrivés en France dans le cadre d’accords passés entre les deux pays – c’est le cas pour les Chinois de la Première Guerre mondiale – ou bien pour échapper à des répressions politiques, à savoir les boat people fuyant les répressions politiques en Asie du Sud-Est. Alors que la Chine connaît un décollage économique sans précédent, les premiers migrants wenzhou – dans les années 1990 – et certains migrants dongbei – dans les années 2000 – fuient la Chine pour diverses raisons : économiques, problèmes familiaux (divorce) et/ou dans le but de faire fortune. Beaucoup de Chinois rencontrés lors de l’enquête du Bureau international du Travail (Gao & Poisson 2005b) utilisent ainsi l’expression de « trois tao » pour expliquer leur départ de Chine : táozhài (fuir la dette), táohūn (partir après le divorce), táojīn (faire fortune). Si l’Europe, et plus particulièrement la France et l’Italie, continue d’attirer des migrants chinois issus de ces deux zones opposées géographiquement, le Zhejiang et la région du Dongbei, il semblerait qu’aujourd’hui le táojīn (faire fortune) soit le facteur numéro un du départ.

99Ma Mung (2009) explique qu’au cours des années 2000, une nouvelle migration de commerçant chinois a pris de plus en plus d’importance.

100Cette nouvelle migration de commerçants est révélatrice des changements qu’a connus la Chine ces dernières années. La Chine est devenue le premier pays exportateur de biens de consommation et le nombre de petits entrepreneurs chinois ne fait qu’augmenter. Beaucoup de ces petits entrepreneurs font le choix de l’émigration afin de redistribuer les productions chinoises. Ainsi, on voit apparaître des flux migratoires de commerçants ayant déjà les fonds nécessaires pour la création de leur commerce. Ils n’ont plus besoin, comme leurs prédécesseurs, de réunir des capitaux à partir de leurs économies personnelles ou bien d’avoir recours au système des tontines. Ces nouveaux patrons ne se contentent pas d’investir des commerces de vente de gros, mais ils ouvrent plutôt des centres de distribution en gros pour l’approvisionnement des détaillants chinois et français.

  • 22 Troisième communauté chinoise d’Europe.

101À Marseille, comme il l’a été précisé plus haut, on peut constater la présence quasi exclusive des Wenzhou dans le secteur de la vente de gros et demi-gros. Ils bénéficient, dans ce secteur d’activité, de réseaux commerciaux considérables en Italie et notamment à Prato, près de Florence, où la communauté wenzhou est installée depuis le début des années 199022. Les Chinois wenzhou de Prato ont créé dès leur arrivée le concept du « fast fashion » (Dunglas 2010). Ainsi, grâce, d’une part, aux liens, et, d’autre part, à la proximité géographique entre ces deux communautés, les patrons chinois de Belsunce bénéficient, en travaillant avec leurs compatriotes, d’une fabrication et d’une livraison rapide et de prix défiant toute concurrence. Ils deviennent alors très compétitifs sur le marché marseillais et développent très facilement leurs activités. On peut noter la présence dans le 14e arrondissement de Marseille d’entrepôts chinois qui redistribuent des marchandises arrivées d’Italie ou de Chine aux détaillants chinois ainsi qu’aux autochtones. Ces entrepôts sont peut-être les prémisses d’un développement à Marseille de « comptoirs commerciaux » (Ma Mung 2009) – tel Aubervilliers. Les produits fabriqués en Italie par les Chinois de Wenzhou transiteront dans ces entrepôts et seront redistribués dans le reste de la France voire dans des pays du bassin méditerranéen : Espagne et pays du Maghreb, faisant ainsi de ce quartier de Marseille une plateforme commerciale importante pour tout le bassin méditerranéen.

102Cette communauté wenzhou de Marseille ne cesse donc de se développer. La création en centre-ville d’associations et le nombre croissant de commerces tenus par ces Chinois semblent attester d’une présence définitive des membres de cette communauté. Marseille ne serait alors plus considérée comme une simple étape, mais bien comme une destination stratégiquement bien située.

103L’objectif de ce travail a été de montrer que le recours au récit de vie de migrants dans l’étude des migrations ne rend pas seulement compte d’un parcours individuel, mais, au contraire, d’une dynamique migratoire collective.

104Les histoires de vie de ces quatre migrants chinois ordinaires ont permis de cerner des dynamiques migratoires propres à des groupes de personnes aux origines géographiques différentes. Ces récits ont également mis en avant la place prépondérante de l’environnement et du réseau – famille, amis, connaissance – du migrant dans sa migration et dans son insertion dans la société d’accueil. L’individu n’est pas seul à décider, mais dépend très fortement de son réseau.

105Ainsi, on trouve des similitudes dans le parcours migratoire et l’installation des migrants de Wenzhou à Paris et à Marseille. Un même schéma propre à ce groupe se distingue des autres immigrés chinois.

106En ce qui concerne les migrations des Chinois originaires du Nord-Est, il est encore difficile de faire une comparaison entre ceux installés à Paris et à Marseille, leur nombre dans la cité phocéenne restant encore trop faible.

Haut de page

Bibliographie

BAILLE, Barbara, 1991, « La communauté chinoise de Marseille : Diversité, émigration Post-1949 », mémoire de maîtrise en ethnologie.

BAILLE, Barbara, 1995, « Chinois de Marseille », Revue européenne des migrations internationales, 11, 1 : 115-124.

BEDUCHAUD, Camille, 2006 « L’organisation socio-économique de la diaspora chinoise du centre-ville de Marseille : Particularisme communautaire et corrélation avec le milieu d’accueil », mémoire de master I en sciences géographiques.

BERAHA, Richard, s.d., « Les enfants chinois du Zhejiang et leur communauté éducative »,http://www.huiji.org/Documents_divers/Pole_recherche/Articles_Richard_Behara/Les_enfants_chinois_du_Zhejiang.pdf.

CATTELAIN, Chloé, Marylène LIEBER & Véronique POISSON, 2002, « Synthèse de travaux sur l’immigration et la présence étrangère en France. Modalités d’entrée des ressortissants Chinois en France », Migrations, 108, http://lachineaparis.fr/articles/Exterieurs/migrations-etudes.pdf, consulté le 2 février 2015.

CATTELAIN, Chloé, Marylène LIEBER, Claire SAILLARD & Sébastien NGUYEN, 2005, « Les déclassés du Nord : Une nouvelle forme migratoire chinoise en France », Revue Européenne des Migrations Internationales, 21, 3 : 27-52, consultable en ligne : https://remi.revues.org/2521.

CRETIN, Thierry, 2002, Mafia du monde : organisations criminelles transnationales : actualité et perspectives, Paris : Presses universitaires de France.

CROZEL, Jean-Luc, 2014, « Quand Marseille parle chinois ; La communauté Wenzhou prospère en centre-ville, faisant de Belsunce et de la rue de Rome de véritables “Chinatown” », La Provence, 29 novembre 2014.

DULIOUST, Nicole & Geneviève BARMAN, 1998, « Les années françaises de Deng Xiaoping », Persée, 20 : 17-34.

DUNGLAS, Dominique, 2010, « “Made in Italy” à la chinoise », Le Point, 1992, novembre 2010 : 78-82.

GAINON, Marie-Agnès, 1987, « Les Chinois d’outre-mer, une destination la France, une ville Marseille », mémoire d’ethnologie, Université Aix-Marseille.

GAO, Yun & Véronique POISSON, 2005a, « Nouvelles formes d’esclavage parmi les Chinois récemment arrivés en France », Hommes et migrations, « Chinois de France », 1254 : 29-44.

GAO, Yun & Véronique POISSON, 2005b, Le trafic et l’exploitation des immigrations chinois en France, Genève : Bureau international du Travail (BIT).

GAUVIN, Marjory, 2004, « Les Chinois de Belsunce. Modalités d’articulation entre un micro-lieu et un macro-réseau », mémoire de maîtrise en géographie, Université Aix-Marseille.

JOUTARD, Philippe, 1984, « Marseille, porte de l’Orient », L’Histoire. Le temps des colonies, 69.

KERNEN, Antoine & Jean-Louis ROCCA, 1998, « La réforme des entreprises publiques en Chine et sa gestion sociale », Les études du CERI, 37 : 2-37 http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude37.pdf, consulté le 13 janvier 2015.

LÉVY, Florence, 2005, « Les migrations des femmes du Nord de la Chine : l’exil, alternative à une situation de déclin ? », http://www.mmsh.univ-aix.fr/lames/Papers/Levy.pdf.

LI, Ma, 2012, Les travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale, Paris : CNRS Éditions.

LUONGO, Romain, 2012, « Marseille : relaxation et plus si affinités dans les salons chinois », La Provence, 18 décembre 2012.

MA MUNG, Emmanuel, 2002, La diaspora chinoise géographie d’une migration, Paris : Géophys.

MA MUNG, Emmanuel, 2009, « La nouvelle géographie de la diaspora chinoise », Accueillir, 249-250 : 33-35.

PINA-GUERASSIMOFF, Carine, Eric GUERASSIMOFF, Nora WANG, 2002, La circulation des nouveaux migrants économiques chinois en France et en Europe, Paris : Ministère de l’emploi et de la solidarité, DRESS/MIRE.

SOW, Abiboulaye, 2001, « Africain et Asiatiques dans l’économie informelle à Marseille », Hommes et Migrations, 1233 : 58-71.

TEMIME, Emile & Farid ATTAR, 1990, Migrance: histoire des migrations à Marseille. Tome 3, Le cosmopolitisme de l’entre-deux guerres (1919-1945), Aix-en-Provence : Edisud.

TONDRE, Fanny & Olivier JOBARD, 2013, Retour à Wenzhou, Paris : Neus.

WANG, Cangbai, Siu-Lun WONG & Wenbin SUN, 2006, « Haigui : A New Area in China’s Policy toward the Chinese Diaspora ? », Journal of Chinese Overseas 2.2 : 294-309.

Haut de page

Note de fin

1 Entretien réalisé à Marseille le lundi 22 septembre 2014.

2 Les enfants de Wen ont été élevés pendant une dizaine d’années environ par un couple d’amis français. Ce couple vivait à côté d’une école privée et avait alors proposé à Wen et sa femme de les inscrire dans cet établissement et de s’occuper des enfants pendant la semaine.

3 Entretien avec le fils de Wen, le 3 juin 2014 à Marseille.

4 Confection, maroquinerie, bazar, restauration, vente de gros et demi-gros.

5 « Les gens de Wenzhou » ou Wenzhounais.

6 La « face » miànzi est étroitement liée au statut de l’individu dans le groupe. Plus l’individu a de la face – grâce notamment à son réseau et ses biens matériaux – plus il est une personne importante au sein de son groupe. En revanche, un engagement non tenu par un individu, par exemple, peut entraîner une perte de face, et donc un déclin du statut social de l’individu.

7 Entretien d’un commerçant maghrébin de Belsunce le 1er septembre 2014.

8 Beaucoup de restaurants japonais, bars à sushi, ouverts au cours de ces cinq dernières années, sont tenus par des Chinois de Wenzhou.

9 Páshān se traduit par « escalader les montagnes ». L’expression est employée dans le sens de se promener en montagne. Dans le cas d’une migration, il revêt son sens premier d’escalader afin de rendre compte de la pénibilité du parcours.

10 Ce Chinois de Wenzhou a travaillé dans un restaurant en Hongrie pendant un an avant de venir à Marseille. Il a été présenté à Li par l’intermédiaire d’une de ses connaissances.

11 La voie aérienne est aussi appelée la « voie parachute ». Le migrant quitte la Chine avec un vrai passeport et un visa pour l’espace Schengen. Ce mode migratoire est assez onéreux (Gao & Poisson 2005b).

12 Il faut garder en tête que ces migrants(es) qui témoignent veulent faire bonne impression, et ne pas « perdre la face » en décrivant des conditions de vie en Chine assez difficiles (Lévy 2005).

13 Chinois du Dongbei.

14 Guanxi veut dire réseau. Les guanxi sont les relations interpersonnelles entre deux individus. Plus le réseau d’une personne est étendu plus cette personne est importante au sein de la communauté.

15 Environ 9 000 euros.

16 Des salons de massage proposaient les services de prostituées originaires de la ville de Chongqing, des provinces du Hunan et du Zhejiang.

17 Les propriétaires, toutes des femmes, de trois salons de massage de la ville, dont deux avaient l’intention de développer leur affaire à Aix-en-Provence et à Fréjus (Var), ont été arrêtées et mises en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée ».

18 Il faut garder en tête que beaucoup de sociétés intermédiaires sont des agences qui proposent des visas étudiants. Par conséquent, il y a une part non négligeable de « faux étudiants » qui arrivent en France – et à Marseille – et qui ne suivront aucun cursus universitaire.

19 Entretien du 2 décembre 2011 avec une étudiante chinoise qui prépare son échange universitaire avec la France-Changchun.

20 Entretien du 2 décembre 2011 avec la même étudiante.

21 L’expression hai gui désigne les étudiants chinois qui reviennent de l’étranger. Gui1 归 qui signifie « retour » à la même prononciation que le mot « tortue » (龟 gui1). On appelle ainsi ces étudiants qui rentrent au pays, les « tortues » (Wang, Wong & Sun 2006).

22 Troisième communauté chinoise d’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Romolacci, « Dynamiques diasporadiques des Chinois de Marseille d’après leurs récits de vie », Moussons, 26 | 2015, 133-153.

Référence électronique

Justine Romolacci, « Dynamiques diasporadiques des Chinois de Marseille d’après leurs récits de vie », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3399 ; DOI : 10.4000/moussons.3399

Haut de page

Auteur

Justine Romolacci

Doctorante en sociologie à l’Institut de recherches asiatiques à Marseille, également chargée de cours à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de mes recherches de doctorat, je m’intéresse aux diasporas chinoises et plus particulièrement à la communauté chinoise de Marseille. Mon travail consiste à définir la structuration en devenir d’un éventuel quartier chinois à Marseille, son développement humain et géographique jusqu’à aujourd’hui à travers les différentes vagues migratoires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page