Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’offensive chinoise en Europe, Philippe Le Corre et Alain Sepulchre

Paris, Fayard, 2015, 200 p.
Valérie Anglès
Référence(s) :

Philippe Le Corre et Alain Sepulchre, L’offensive chinoise en Europe, Paris, Fayard, 2015, 200 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose de passer en revue chapitre par chapitre les investissements chinois en Europe, à savoir les secteurs concernés, les groupes les plus influents, les financements, les enjeux interculturels, les liens avec la politique et l’obstacle de la mauvaise image de la Chine.

2Pour les auteurs, le point de départ historique de ses investissements est la politique chinoise du « Go West ». Or, le fait d’utiliser le terme Go West est, d’un point de vue chinois, tout à fait étrange : que dire des investissements conséquents et plus anciens de la Chine vers l’est, les USA, ou au sud, vers les pays de l’ASEAN ? De plus, le terme est habituellement employé depuis les années 2010 pour désigner la politique de développement interne de la Chine vers les provinces de l’Ouest. La politique du zǒu chū qù « sortir », que l’on peut effectivement situer à la fin des années 1990 – départ véritable des politiques chinoises d’encouragement à l’investissement étranger – s’appuyait déjà depuis 1979 sur une multitude de politiques d’incitation (Huang & Wilkes 2011) ; cependant, les auteurs ne s’intéressent pas à une mise en perspective historique qui aurait pu, à notre avis, éclairer les parties suivantes.

3Le premier chapitre allèche le lecteur avec une comparaison entre les USA et l’Europe qui serait plus accueillante envers la Chine, mais le lecteur n’y trouvera qu’une comparaison de l’attractivité des différents pays européens pour les Chinois, après avoir sous-entendu que le résultat des efforts fournis par l’Europe pour se rapprocher de la Chine est plutôt mitigé. On ne saura pas, par conséquent, si les investissements en Europe sont plus récents, plus importants, plus contrôlés, plus réussis qu’aux USA. En revanche, on y apprend que la France serait plutôt attractive pour son secteur agroalimentaire. L’Allemagne serait la priorité de la Chine, mais les auteurs apportent plus de chiffres et de faits qui tendent à montrer que c’est la Chine qui est une priorité pour les Allemands en termes d’export et d’investissements, malgré les revers rencontrés. Concernant l’Italie, la Grèce, le Portugal, l’Espagne et par extension le continent sud-américain, les auteurs égrainent de nombreuses anecdotes d’investissements chinois qu’il est difficile de comparer en termes de succès, de taille et d’impact. Le Royaume Uni s’avère une « passion » pour les Chinois qui en font la destination préférée de leurs investissements, mais quid de l’Allemagne dans ce cas ? Les auteurs nous donnent une clef de compréhension : c’est l’appât du gain sans scrupule qui domine au Royaume Uni !

4Le chapitre deux ouvre sur les différents secteurs qui attirent les investisseurs chinois avec le soutien de l’État chinois. Après avoir comparé l’Europe à un musée qui attire de nombreux touristes chinois qui achètent en moyenne 1 000 euros de cadeaux et dépensent 2 000 pour l’hébergement et le repas (nous ignorons quelles sont les sources de ces chiffres précis), les auteurs nous apprennent que certains Chinois investissent dans l’hôtellerie, mais sns spécifier ce qu’ils représentent. C’est ensuite le secteur immobilier qui est passé en revue : là encore les auteurs citent des exemples de réussites et d’échecs qui laissent perplexes. Ils semblent souffler le chaud et le froid, ainsi les investissements en Europe de l’Ouest sont annoncés comme véritablement « gagnant-gagnant », mais juste après, les auteurs décrivent l’émergence de « projets controversés et inquiétants ». On ne voit pas dans cette partie sur l’immobilier et le génie civil ce que viennent faire la construction de plusieurs centrales nucléaires en Angleterre en collaboration avec EDF, et surtout ce que l’on doit penser de la question qu’ils posent sur la possibilité d’imaginer une centrale européenne gérée par des opérateurs chinois. Que sous-entendent les auteurs dans cette question : probablement que c’est inimaginable, mais dans l’esprit de qui ? D’autre part, la construction d’une centrale et sa gestion sont deux choses bien distinctes, et sont généralement confiées aux entités distinctes.

5Puis les auteurs mettent l’accent sur le transfert de technologie qui serait sous-jacent ou parfois une condition explicite à l’investissement en Europe et qui apparaît plus ou moins réussis en fonction des différents exemples cités, sans aucune référence. Ces exemples sont-ils tirés des expériences des auteurs en tant que consultants ? Est-ce que c’est parce que ce sont des clients que les auteurs restent flous sur la réalité de ces transferts et insistent sur les obstacles culturels ?

6Vient ensuite le secteur de l’automobile qui intéresse particulièrement les Chinois, après General Motors (américain) et Volvo, PSA vient de faire l’objet de la convoitise chinoise tout en y voyant son salut. Les auteurs invitent le lecteur à s’inquiéter de l’arrivée des automobiles chinoises en Europe, en citant tout d’abord Hyundai (on se demande pourquoi puisque ce constructeur est coréen) et plus particulièrement Qoros (entreprise israélienne et chinoise à 50 %) qui serait une menace, sur la simple base des objectifs de ventes de la société de 15 000 véhicules en Slovénie en 2015. Pour donner un ordre d’idée (ce qui manque cruellement dans les analyses des auteurs), d’après le Comité des Constructeurs français d’Automobiles, il s’est vendu dix fois plus de voitures particulières en France sur le seul mois de mai 20151. En ce qui concerne le secteur du luxe, les auteurs ont le mérite ici de relativiser la présence chinoise, notamment dans le secteur du vin si cher aux Français, sans toutes fois mentionner leurs sources. Enfin, la cinquantaine de parcs industriels chinois érigés en Europe ne semble pas non plus très dynamique.

7Le chapitre 3 s’intéresse aux grands groupes chinois à l’origine de ces investissements et annonce un type d’organisation multinationale nouveau. Les questions qui se posent au début du chapitre sont en effet tout à fait intéressantes et portent sur les modèles de développement à l’international en Occident et en Chine. Les modèles chinois de développement sont résumés dans un tableau et tirés de nombreuses études qui ne sont pas citées, et sont décrits selon deux critères : la stratégie et le mode opératoire d’internationalisation d’une part, la spécificité chinoise d’autre part. Malheureusement, le tableau prometteur est peu explicite et explicité. La stratégie de l’orientalisme notamment, qui serait celle de Shangri-La, reste assez obscure ; elle se baserait sur des savoir-faire ancestraux orientaux qui resteront mystérieux au lecteur qui comprend bien l’avantage d’une main-d’œuvre bon marché en Chine pour ces sociétés de services, mais ne voit pas comment cela est transposable à Paris par exemple. Un deuxième tableau révèle les 15 attributs propres au développement international de toute entreprise, accolés à la réalité chinoise, ou asiatique, par le biais d’un nombre d’étoiles variable. Ce tableau, qui mentionne le copyright d’un des auteurs, est prometteur mais reste abscons ; il pose tant de questions qui restent sans réponse, notamment sur la méthode et les critères d’évaluation du nombre d’étoiles attribué à la multinationale occidentale ou chinoise, qu’il en perd tout intérêt. Plus concret, le paragraphe suivant s’intéresse aux patrons de ces grands groupes chinois que les auteurs ont apparemment côtoyés. Malheureusement, hormis les détails vestimentaires de ces messieurs et leurs déclarations sans surprise, le lecteur ne trouvera pas de révélation particulière sur leur mode de fonctionnement, sur leurs vraies motivations ou sur leurs compétences. Enfin, les auteurs tentent de comprendre les forces et les faiblesses de ces grands groupes. Le marché domestique chinois est leur principale force ainsi que le soutien des autorités locales. Mais c’est aussi leur faiblesse car le marché intérieur reste prioritaire. De plus, le style de management chinois familial, basé sur le népotisme, ne change pas lors de l’internationalisation. Le manque d’innovation, que l’on comprend par sous-entendu, ainsi que les caractéristiques chinoises habituelles, telles que les relations et la face, seraient aussi des points faibles à l’international car à cause d’elles, ces patrons rendent des décisions que les auteurs qualifient d’irrationnelles. Les auteurs identifient ainsi trois défis à relever pour ces grands groupes : le manque de produits innovants, le déficit de marque, le manque de présence vraiment internationale, et deux risques : le management sino-chinois, un manque de réelle stratégie de croissance et de concentration sur des secteurs particuliers. À ce stade, nous nous demandons si les auteurs n’ont pas trop une vision ethnocentrique du développement international souvent motivé en Occident par une saturation du marché d’origine. La question suivante permettrait peut-être de comprendre cette apparente irrationalité : la présence en Europe, notamment, n’aurait-elle pas pour but essentiel d’accroître et de maintenir leur présence sur le marché national chinois ? Dans ce cas, les points faibles et les risques n’en sont peut-être plus.

  • 2 Sun Zi, général chinois du vie siècle avant J.C. est connu pour son ouvrage sur l’Art de la Guerre, (...)

8Le chapitre 4, qui ne donne pratiquement aucune source, a pour objectif de nous éclairer sur le mode de financement de ces investissements. L’ensemble des anecdotes présentées comme exemplaires de l’opacité et de l’irrationalité du management chinois montre que ces entreprises financent la majorité de leurs investissements européens par l’endettement. Selon nous, cette méthode fait surtout porter le risque sur les banques occidentales, ce qui peut être surprenant mais en définitive assez malin. Une des anecdotes a retenu notre attention, parce qu’elle montre au contraire semble-t-il toute la subtilité de la stratégie chinoise digne de l’art de la guerre de Sun Zi (Sun Zi bing fa2) qui allie patience et vision à long terme, connaissance du contexte et réactivité, celle de l’achat de Cifa par Zoomlion, qui est bien détaillée mais dont on ne connaît pas les sources.

9Le chapitre 5 annonce les problèmes culturels comme des freins aux investissements chinois en Europe. Après avoir rappelé les surprises traditionnelles rencontrées par les étrangers en Chine, les auteurs constatent la présence d’informations sur les marchés européens en Chine, sans en évaluer la pertinence, ni la dissémination. Ils ne remettent pas en question le stéréotype de la compétence chinoise en matière de négociation, basée sur les spécificités chinoises de réseaux et de face. Pourtant, ils relèvent un plus grand recours à des experts extérieurs. Malgré tout, les négociations sont longues et laborieuses. Les auteurs expliquent ces difficultés par les différences de langues, de notion du temps et de priorités, notamment en se basant sur une enquête mondiale menée par les conseillers du Commerce extérieur français. Les auteurs expliquent bien que le fait d’imposer des administrateurs chinois et une centralisation des décisions, de lésiner sur la communication interne, de fonctionner à l’instinct et d’être hyperréactif sont des fonctionnements incompris qui expliquent les réticences des managers et employés européens que les entreprises chinoises ont du mal à intégrer.

10Le chapitre 6 s’intéresse au lien ancien entre les affaires et la politique en Chine qui ne touche pas que les entreprises publiques, qui n’est pas étranger à la corruption et qui fait que les plus hauts dirigeants chinois développent des fortunes familiales et placent leurs rejetons dans des institutions financières étrangères. Les auteurs développent particulièrement cette partie qui concerne la Chine en Chine. Ils laissent entendre que cette capacité à développer des relations au plus haut niveau est apparemment aussi un atout en Europe, mais malheureusement ne vont pas plus loin dans la démonstration que quelques anecdotes dont on ne sait que penser.

11Enfin, le chapitre 7 développe la partie qui nous semble la plus intéressante et qui à trait à l’image de la Chine, au son softpower en Europe et qui semble effectivement l’enjeu le plus important à relever pour les investisseurs chinois. Les auteurs reprennent diverses études qui confirment le chemin qu’il reste à parcourir malgré les efforts déployés et la rigidité du système chinois sur de nombreux sujets politiques. Cela pourrait dédramatiser l’impact de « l’offensive chinoise en Europe » qui est un terme guerrier, agressif, titre de l’ouvrage. La conclusion, plus pacifique, laisse entrevoir à l’Europe et aux Européens l’importance de prendre en main leur coopération avec les Chinois de manière intelligente. Elle est aussi optimiste puisqu’elle compte sur les générations à venir de Chinois qui étudient en Europe et d’Européens qui étudient en Chine pour que les barrières d’incompréhension se lèvent petit à petit.

12Les commentaires précédents sur les différents chapitres mettent en évidence, sans exagérer, l’incohérence frappante de certains propos, le manque de références, le style journalistique qui se caractérise à la fois par des jugements à l’emporte-pièce, l’absence de mise en perspective et l’entretien de l’idée du péril jaune, par des mises en garde mal argumentées. La conclusion est beaucoup plus prometteuse car elle ouvre sur la réalité de demain qui devrait petit à petit se détourner de la vision ethnocentrique que les auteurs ont eu du mal à quitter.

Haut de page

Bibliographie

HUANG W. & A. WILKES, 2011, « Analysis of China Overseas Investment Policies »,Working paper Center For International Forestry Research Bogor, Indonesia, vol. 79 : 32.

Haut de page

Note de fin

1 http://www.ccfa.fr/Marche-automobile-mai-2015.

2 Sun Zi, général chinois du vie siècle avant J.C. est connu pour son ouvrage sur l’Art de la Guerre, dont l’idée directrice est de vaincre l’ennemi en l’amenant à abandonner la lutte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Anglès, « L’offensive chinoise en Europe, Philippe Le Corre et Alain Sepulchre », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 23 mai 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3418

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page