Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les nouveaux milliardaires rouges, Laure de Charrette & Marion Zipfel

Montreal, Canada, l’Archipel, 2013, 320 p.
Valérie Anglès
p. 164-168
Référence(s) :

Laure de Charrette & Marion Zipfel, Les nouveaux milliardaires rouges, Montreal, Canada, l’Archipel, 2013, 320 p.

Texte intégral

1Laure de Charrette, journaliste depuis 2005, a vécu à Singapour entre 2010 et 2014. Marion Zipfel est diplômée en politique chinoise de la Chinese University of Hong Kong et vit à Singapour où elle travaille pour plusieurs médias spécialisés sur la Chine. Ces deux auteures proposent une enquête approfondie sur les milliardaires chinois.

2Le livre commence comme un roman, à Hainan, lors du salon du luxe auquel participent quelque 300 très riches Chinois, quelques milliardaires inconnus qui préservent leur anonymat en se gardant d’être répertoriés par Forbes ou son équivalent chinois Hurun, d’autres qui souhaitent rester discrets et qui envoient leurs représentants, enfants, ou femmes principalement… Lors de ce salon, on vend des bijoux, des yachts, des jets privés, etc. L’île de Hainan offre aussi une sorte de Riviera confidentielle, loin des regards dans une Chine où il est de moins en moins bien vu de s’exposer avec des signes extérieurs de richesse. En plein développement, la région offre hôtels de luxe, golfs grandioses et villas privées de grand standing, où les riches Chinois s’offrent quelques loisirs tout en travaillant ou en soignant leurs relations d’affaires.

3Après ce prologue alléchant, le premier chapitre rentre dans l’analyse approfondie des caractéristiques de ces milliardaires chinois. On apprend l’importance, l’ancienneté et la croissance lors des dix dernières années des clubs d’affaires, notamment dans la capitale de Pékin, dans lesquels ils se rencontrent et font affaires. Ils sont entre une centaine et presque 300 suivant les registres, la plupart sont des entrepreneurs d’origine très modeste et ayant beaucoup souffert de la faim sous Mao, plutôt jeunes par rapports aux milliardaires occidentaux. Ils ont fait fortune ces 10 ou 20 dernières années et certains ont déjà disparu, faits faillites, ont été emprisonnés ou condamnés à mort, car nombre d’entre eux utilisent des moyens plus ou moins légaux, évitent de payer des impôts et sont familiers de la corruption. La plupart d’entre eux, très opportunistes, se diversifient dans un grand nombre de secteurs, travaillent énormément, s’entourent de leur famille et rêvent de s’internationaliser. Un certain nombre sont des femmes très puissantes, bien qu’elles soient relativement moins riches que les hommes.

4Le deuxième chapitre s’intéresse aux goûts de luxe de ses milliardaires. Concernant leurs habitations, ils ont pratiquement tous des châteaux ou villas de luxe dont l’architecture et la décoration s’inspirent des modèles européens, regroupés en résidence hyper surveillée. Leurs moyens de locomotion et leurs montres sont aussi de marques occidentales dont le prix exorbitant est négocié avec acharnement, la livraison même d’un jet privé n’étant jamais assez rapide. La plupart de ces objets de grandes valeurs sont acquis pour le prestige plus que par véritable goût ou comme placement, tout comme les objets d’art, qui eux sont souvent chinois, que ce soit des antiquités ou de l’art moderne. Le vin est inclus dans ces signes de richesse et doit remplir les caves qui font partie de l’équipement normal des villas de luxe. Il n’y a qu’un pas vers l’acquisition des vignobles français qui ont le vent en poupe. Les auteures relativisent cependant l’ampleur de ce qui est perçu comme une attaque du patrimoine français, et insistent sur l’intérêt de cet apport d’argent frais sur des propriétés parfois vieillissantes. Il est intéressant aussi de constater que l’intérêt des acquéreurs est financier, politique ou relatif à leur image, ce qui permet de mieux comprendre les motivations de ces curieux investisseurs, qui n’attendent pas forcément des bénéfices à la manière occidentale. De telle sorte que le secteur du luxe se porte bien. Cependant, la demande évolue, devient plus sophistiquée et sensible à des valeurs, chinoises notamment.

5Le troisième chapitre fait l’historique de la montée en puissance de ces milliardaires. Ce n’est qu’après la mort de Mao, en 1978, que les entreprises privées deviennent possibles en Chine, alors très en retard d’un point de vue économique et du commerce mondial. Grâce aux réformes de Deng Xiao Ping, l’esprit entrepreneur des chinois peut à nouveau s’épanouir, tout d’abord à la campagne, entre 1978 et 1984, avec la décollectivisation des terres et le marché privé des produits agricoles. En 1989, 70 % des entreprises privées se trouvaient encore dans les campagnes. Après les manifestations de Tian’anmen, le secteur privé est à nouveau réprimé jusqu’en 1992 où Deng Xiao Ping pousse les Chinois à s’enrichir et à une politique d’ouverture. À cet endroit, les auteures font une erreur puisqu’elles font référence à l’année 1980 alors qu’il s’agit bien de la première date annoncée, plus précisément le 18 janvier 1992, lors de la fameuse visite à Shenzhen. Le 14e congrès du Parti communiste a aussi lieu en 1992 (et non en 1980 comme indiqué) où Deng impose son « économie socialiste de marché » comme nouvelle politique. Même les fonctionnaires vont « se jeter à la mer » et participer au développement exponentiel du secteur privé. La diaspora chinoise participe au développement, notamment en provenance de Hong Kong, et peut enfin investir comme toute entreprise étrangère (ce que les auteures ne disent pas, à partir de 1992) dans toutes les villes provinciales, fluviales et frontalières et non plus seulement dans les zone économiques spéciales côtières. L’immobilier en particulier va permettre à de nombreux chinois de s’enrichir, secteur sous contrôle ces dernières années pour éviter l’éclatement de la bulle spéculative. Désormais Internet, l’e-commerce et la téléphonie mobile sont les secteurs qui permettent des fortunes, tout comme la bourse qui depuis les années 1990 permet de s’enrichir rapidement. Le secteur privé, sous la pression d’une concurrence acharnée, manque encore d’encadrement clair et de possibilités légales de financement, ce qui pousse les entrepreneurs à l’illégalité, et parfois à leur perte.

6Le chapitre 4 insiste sur la nécessité pour réussir d’être proche du pouvoir ou de savoir se mettre les hauts fonctionnaires dans la poche. C’est Jiang Zi Ming, en 2002, qui a permis pour la première fois aux entrepreneurs privés de rentrer au parti communiste, et par la suite à de nombreux riches d’avoir des positions politiques importantes et d’être en mesure d’influencer le pouvoir chinois en leur faveur. Les mésaventures de Danone qui a subi des revers en Chine en faveur de son ex-partenaire Wahaha dont le patron bénéficiait de soutien politique ou le succès de Geely qui a pu financer le rachat de Volvo sont la preuve de l’intérêt d’avoir de bonnes guanxi. Les auteures racontent comment plusieurs membres influents du Parti communiste chinois ont permis à leur entourage d’amasser des fortunes ,y compris les membres du gouvernement actuel et le Président. Elles ont la finesse de mettre ces scandales en perspective avec les faiblesses de nos propres gouvernements européens, qui eux n’ont pourtant pas le désavantage de la prééminence du secteur publique dans leurs économies nationales.

7Le chapitre 5 se concentre sur ces crimes économiques. Où est la limite entre cadeau et corruption ? Les auteures nous font comprendre que pour beaucoup de condamnés cela n’est pas évident ; de plus, pourquoi ne pas condamner ceux qui reçoivent les dessous-de-table ? Il apparaît plus clairement que dans ce contexte chinois la corruption peut sembler finalement légitime pour des entrepreneurs qui l’ont toujours connue, qui ne connaissent pas bien les lois et qui rencontrent de nombreux obstacles avec des bureaucrates et des fonctionnaires qui gagnent mal leur vie. Il y a des crimes encore plus graves, des meurtres, du blanchiment d’argent, des trafics mafieux. Le sexe fait partie de ce tableau noir, car les maîtresses officiellement interdites, notamment aux membres du PCC, sont aussi un symbole de prestige et profitent de la situation pour acquérir pouvoir et fortune, quitte à trahir ou soudoyer leurs riches amants. Pour l’instant, les autorités chinoises, qui ont tendance à serrer la vis, ne sont pas très impartiales dans les condamnations qui semblent se cantonner aux riches les plus gênants. Le couperet pouvant tomber à tout moment, cela favorise la fuite des capitaux, légaux ou illégaux, par le biais de Hong Kong ou de Macao souvent vers les paradis fiscaux, le Canada ou l’Australie qui octroient des papiers en règle aux gros investisseurs. Les auteures ont raison de pointer que c’est un grand danger économique pour la Chine.

8Le chapitre 6 s’intéresse à l’image des riches en Chine et confirment la nécessité pour les plus riches de prévoir une porte de sortie pour eux ou leur famille. Souvent méprisés et accusés des pires crimes, ils se sentent en danger, d’où l’usage pléthorique de gardes du corps et de société privées de sécurité, pourtant interdites en Chine. Cette inimitié s’explique par l’accentuation de l’inégalité sociale en Chine. Conscient de ce problème, l’État prend des mesures qui peuvent paraître bien étranges aux Occidentaux et bien vaines, comme celle de censurer le mot Ferrari !

9Le chapitre 7 est intéressant car il analyse sans porter de jugement la place de la philanthropie en Chine. Si les milliardaires chinois n’ont pas répondu présents à l’invitation de Warren Buffet et de Bill Gates pour une cérémonie qui devait les amener à faire des promesses de dons, notamment parce qu’ils n’aiment pas recevoir de leçon des Américains et qu’ils n’ont pas confiance dans les fondations et autres organismes qui, notamment en Chine, détournent souvent les fonds, certains milliardaires sont pourtant très généreux. D’autres n’hésitent pas à déshériter leurs enfants pour leur rendre service en les obligeant à se battre dans la vie. D’autres encore donnent pour avoir une bonne image ; certains se spécialisent dans l’amélioration de l’environnement, l’aide des familles touchées par des catastrophes naturelles, des pauvres de Taiwan, etc. Nous apprenons surtout que les Chinois de tous les milieux ont une tradition d’organisation informelle et efficace de la charité. Cela peut s’expliquer par l’influence du bouddhisme et du confucianisme qui ont poussé depuis longtemps les Chinois à organiser des secours, en cas de famine, sous l’occupation japonaise, pour entretenir les temples et les écoles. Les communistes s’étant octroyé ce rôle sous Mao, la charité a refait surface, à Hong Kong, à Taiwan, et dans la Chine moderne où la population et les entreprises se sont extrêmement mobilisées lors du séisme du Sichuan, mais aussi du tsunami au Japon ! En Chine, le secteur privé de la charité étant légalement restreint, les organismes de collectes ont eu tendance à manquer de transparence et de professionnalisme, et certains ont détourné des fonds, d’où la méfiance des riches Chinois qui préfèrent souvent organiser eux-mêmes les actions de bienfaisance, notamment envers leurs employés et l’environnement. Malheureusement, ils peuvent être à la fois philanthropes et escrocs criminels, lorsque pour augmenter leurs profits ils n’hésitent pas à fermer les yeux sur des entorses à la réglementation en matière de sécurité et de qualité des produits.

10Les auteures concluent par un épilogue qui s’intéresse à l’avenir de ces fortunes, de ces milliardaires et de leurs successeurs, les héritiers n’étant pas forcément compétents mais les seuls en qui on ait confiance. Ainsi des agences se créent et s’enrichissent pour essayer de répondre à ces inquiétudes.

11Toutes les informations sont documentées ou proviennent directement des interviews conduites par les auteures qui ont trouvé facile de rencontrer certains milliardaires qui les ont reçues très simplement. Elles ont été pour cela accompagnées d’un interprète, l’une d’entre elle maîtrisant d’ailleurs au moins les bases du chinois, d’où des proverbes et autres explications linguistes tout à fait pertinents. Il me semble qu’un arbre généalogique ou un tableau récapitulatif des différents milliardaires et de leurs entreprises respectives aurait pu faciliter la lecture, aurait limité les répétitions et aurait permis de mieux catégoriser la multitude de données collectées. Cependant, les informations sont constamment mises en perspective historique et géographique, ce qui permet de relativiser et de donner une analyse contrastée sans jugement manichéen. Cela fait de cet essai un élément pertinent dans une revue de littérature pour toute recherche scientifique sur la société chinoise moderne. Il couvre de très nombreux sujets brûlants, avec objectivité et méthode. Il apporte des connaissances sur un sujet peu publié, en constante évolution mais dont la maîtrise est nécessaire à tous ceux qui s’intéressent à la Chine d’aujourd’hui, sa culture et son économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Anglès, « Les nouveaux milliardaires rouges, Laure de Charrette & Marion Zipfel », Moussons, 26 | 2015, 164-168.

Référence électronique

Valérie Anglès, « Les nouveaux milliardaires rouges, Laure de Charrette & Marion Zipfel », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3421

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page