Navigation – Plan du site
Comptes rendus

A History of the Thai-Chinese, Jeffery Sng & Pimpraphai Bisalputra

Singapour, éditions Didier Millet, glossaires, bibliographie, index, 2015, 447 p.
Jean Baffie
p. 168-170
Référence(s) :

Jeffery Sng & Pimpraphai Bisalputra, A History of the Thai-Chinese, Singapour, éditions Didier Millet, glossaires, bibliographie, index, 2015, 447 p.

Texte intégral

1Voici un livre qui sera très certainement de toutes les bibliographies des articles et ouvrages sur les Chinois de Thaïlande. S’il y a eu de nombreux ouvrages collectifs sur la question ces dernières décennies, celui-ci se présente en effet comme une synthèse de l’ensemble de l’histoire des Chinois de ce pays.

  • 1 M. Surat Osathanugrah (1920-2008) fut un grand industriel sino-thaï, mais également un homme politi (...)

2Or, ce qui surprend tout d’abord est que les deux auteurs ne sont pas très connus. Jeffery Sng est natif de Singapour où il a obtenu une licence en philosophie et littérature puis a étudié à Cornell. Pendant trente années de séjour en Thaïlande, il est indiqué qu’il a beaucoup écrit (vraisemblablement en anglais) sur la diaspora chinoise, la communauté sino-thaïe des affaires, le Quartier chinois et l’artisanat chinois. Aucune de ses publications n’est toutefois mentionnée dans la bibliographie. Son seul ouvrage connu traite de la collection de céramiques thaïes et chinoises de la collection Surat Osathanugrah1.

  • 2 Mais il faut également noter qu’ils obtinrent également des titres honoraires de la part de la Chin (...)

3Après l’école Mater Dei de Bangkok, Pimpraphai Bisalputra, épouse du précédent, a été diplômée de Londres puis également de Cornell. Elle enseigna à NIDA (National Institute of Development Administration) avant de passer dans le secteur privé. Elle est présentée comme experte de l’histoire des Chinois de Thaïlande et quatre ouvrages de langue thaïe sont mentionnés dans la bibliographie dont Samphao Sayam. Tamnan chek Bangkok. Sur la vie des Chinois au Siam depuis le règne du roi Taksin (1767-1782) à celui de Rama III (1824-1851) (Bisalputra 2001). Son père, Thanit Bisalputra, fut président de la banque Krungthep Phanit. L’ancêtre, Koh Chun (1815-1862), était né au Siam sous le roi Rama II de parents qui avaient servi le roi Taksin (1767-1782). Il devint fermier de l’opium en 1855-1856, puis du sel pour la province de Phetchaburi en 1857-1858, puis du bois de Santal (Sappanwood) et des poissons en 1859-1860, enfin des taxes à l’exportation en 1866-1868. Il en gagna les grade et titre de phraya Phisan-Supaphol. En 1863, son fils, Koh Chin Sóó, fut également anobli sous le nom de luang Phisan-Polpanich ; il fut promu phra en 1880, puis phraya en 1887 (p. 159-160, 184-185)2.

4On attendait une suite à la très bonne histoire des Chinois de Thaïlande donnée par l’anthropologue Skinner en 1957 – il y a donc deux générations –, or c’est la partie la moins traitée. Seulement 56 pages de ce gros ouvrage couvrent la période 1945-2015 et pour l’essentiel il s’agit de notices biographiques d’entrepreneurs et autres personnalités marquantes.

5En réalité, contrairement à ce qu’a écrit un recenseur pour le quotidien de Bangkok The Nation (Dorsey 2015), il s’agit davantage de vulgarisation que d’un véritable travail scientifique. La bibliographie, essentiellement en anglais et en thaï, est relativement abondante mais aurait pu l’être bien davantage vu le nombre de publications sur le sujet depuis deux décennies. Aucun des nombreux travaux de Supang Chantavanich ni de Piyanat Bunnag, par exemple, n’est mentionné.

6Les 416 années de l’époque d’Ayutthaya sont traitées en une quarantaine de pages (p. 13-53). Les auteurs, ne lisant ni le français, ni le hollandais ni le chinois, font appel à des sources de seconde main, surtout Skinner et Dhiravat na Pombejra. Les sources de langue thaïe sont, elles, quasiment absente pour ce chapitre.

  • 3 Des renvois sont faits à des Nidhi (Bangkok 1993) et Nithi (Bangkok 2012) mais cela ne correspond à (...)

7Le chapitre sur le roi Taksin (p. 54-117) est spécialement développé puisque les quinze années de règne sont traitées en 61 pages. Ici également le spécialiste aurait pu s’attendre à davantage de références que les livres de Wyatt, de Terwiel, de Cushman et l’article de Chen Chingho de 1977. La meilleure étude de langue thaïe, par Nidhi Eouwsrivongse est mentionnée en bibliographie mais pas dans le texte3. Sans parler évidemment de la thèse de Jacqueline de Fels que des auteurs sérieux auraient dû consulter (Fels 1976).

  • 4 J’ai donné dans Moussons et Aséanie quelques comptes rendus d’ouvrages qui auraient pu être utilisé (...)

8Les derniers chapitres sont les plus décevants car ils vont à la facilité. Au lieu de reprendre l’histoire des Chinois de Thaïlande là où Skinner l’avait laissée, à savoir la fin des années 1950, les deux auteurs se contentent de donner une série de portraits des personnalités marquantes de la communauté chinoise. Certes, le lecteur qui n’a pas accès aux sources de langue thaïe trouvera cela fort utile, comme le Thaïlandais qui n’aura pas le temps ni la volonté de se référer aux textes thaïs originaux, mais l’historien sérieux s’attendait à tout autre chose. D’autant que des sources en langue thaïe pour une histoire récente des Chinois de Thaïlande ne manquent pas4.

  • 5 Le 1er juillet 1975, à Pékin, Kukrit Pramoj, le Premier ministre et Chatichai Choonhavan, le minist (...)
  • 6 Il s’agit d’une origine chinoise par les femmes. Anand écrivait ainsi en 1999 qu’il était d’origine (...)
  • 7 Le bâtiment date de 1908. Les vidéos disponibles semblent montrer que le lancement de l’ouvrage fut (...)
  • 8 Selon le site Amazon l’ouvrage a été publié le 15 juin 2015 (http://www.amazon.com/A-History-Thai-C (...)

9L’impression pourrait être que les auteurs – pressés par l’éditeur (?) – se sont laissé aller à la facilité pour terminer ce livre. Mais il semble plutôt que le projet était de produire une sorte d’histoire officielle des Chinois de Thaïlande en gommant la plupart des aspérités qui auraient pu être mal perçues au moment où l’on célèbre avec des nombreuses manifestations les 40 ans des relations diplomatiques entre la Thaïlande et la République populaire de Chine5. L’ouvrage fut présenté officiellement le lundi 30 mars 2015 par un ancien Premier ministre, Anand Panyarachun, lui-même d’origine chinoise6 à la branche de Talat Noi, dans le Quartier chinois, de la Banque Thai Phanich7. Très vite des articles élogieux ont été publiés dans la presse (Pichitmarn 2015 : 1, Dorsey 2015) et, dès le 24 juin 2015, une conférence a été organisée par le Foreign Correspondants’ Club of Thailand dans la présentation de laquelle l’ouvrage était présenté comme ayant été « acclamé par la critique » (Nitti 2015)8. Le 3 septembre 2015, les deux auteurs ont même donné une conférence à la Siam Society de Bangkok, sur la rue Asoke.

10En définitive, plus que le contenu du livre lui-même, ce sont les commentaires, les réactions et les comptes rendus qui sont d’un grand intérêt. Ainsi, l’intellectuel sino-thaïlandais Sulak Sivaraksa, un des invités pour le lancement de l’ouvrage, a donné un assez long avis sur son site Facebook. Il complète l’ouvrage en mentionnant quelques moines bouddhistes importants d’origines chinoises, puis de grands intellectuels et idéologues dont luang Wichitwathakan (Kimliang Wathanaprida), grand inspirateur de mesures… antichinoises dans les décennies 1930 et 1940 (Sivaraksa 2015).

11L’ouvrage avec sa couverture cartonnée est luxueux mais comporte des imperfections difficilement acceptables. Ainsi les chapitres ne sont pas numérotés sauf dans les notes de fin d’ouvrage et donc la première chose à faire est de rajouter les numéros dans la table des matières ainsi qu’en tête de chapitre. Des références ne sont pas identifiées dans la bibliographie comme (Wyatt 1994).

12La princesse Sirindhorn, véritable patronne, il est vrai, des Chinois de Thaïlande depuis 1981, a droit à un encart de deux pages qui sert de conclusion, comme si la communauté chinoise avait fait son choix pour la succession au trône après le roi Bhumibol Adulyadej.

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, 1998, Compte rendu de Phanni Bualek, Chakkrawatniyom yipun kap thunniyom thai rawang songkhram lok khrang thi 1-2 (ph.s. 2457-2484) (l’impérialisme japonais et le développement du capitalisme en Thaïlande de la 1e guerre mondiale à la seconde, 1914-1941), Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est , 1 : 194-198.

BAFFIE, Jean, 1999, Compte rendu de Phanni Bualek, Kuli lak rot kap prawattisat raeng-ngan thai (les conducteurs de pousse-pousse et l’histoire du travail en Thaïlande), Moussons. Recherches en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 99 : 37-139.

BAFFIE, Jean, 2013, Compte-rendu de Sitthithep Eaksittipong, Kabot chin chon bon thanon phlapphlachai (révolte des Chinois pauvres dans la rue Phlapphlachai), Bangkok, Sinlapa-Watthanatham, Moussons. Recherche en science humaine sur l’Asie du Sud-Est, 21 : 153-156.

BISALPUTRA, Pimpraphai, 2001, Samphao Sayam. Tamnan chek Bangkok. (Sampans du Siam. Histoire des chinetoques de Bangkok) Bangkok. Nanmi Buk.

DORSEY, Paul, 2015, « The lukchin who built Siam », The Nation (2 août).

FELS, Jacqueline de, 1976, « Somdet Phra Chao Taksin Maharat, le roi de Thonburi” Paris, Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III.

NITTI, Sofia, 2015 « Débat : Chine et Thaïlande, une relation spéciale » http://www.lepetitjournal.com/lesbonsplans/details.php?city=1&type=A&id=38013.

PICHITMARN, Parisa, 2015, « Tied to a Sino past », The Bangkok Post (4 mai), section « Life ».

SIVARAKSA, Sulak, 2015, A History of the Thai Chinese, 5 avril, compte rendu https://th-th.facebook.com/sulak.sivaraksa/posts/10152954064922798:0 (en thaï).

SNG, Jefferey, 2011, Bencharong and Chinaware in the Court of Siam (The Surat Osathanugrah Collection), Bangkok : Chawpipoe Osathanugrah.

Haut de page

Note de fin

1 M. Surat Osathanugrah (1920-2008) fut un grand industriel sino-thaï, mais également un homme politique. Il fut député, ministre des Communications en 1975, puis ministre du Commerce en 1986.

2 Mais il faut également noter qu’ils obtinrent également des titres honoraires de la part de la Chine (p. 242).

3 Des renvois sont faits à des Nidhi (Bangkok 1993) et Nithi (Bangkok 2012) mais cela ne correspond à rien dans la bibliographie.

4 J’ai donné dans Moussons et Aséanie quelques comptes rendus d’ouvrages qui auraient pu être utilisés (Baffie 1998, 1999, 2013).

5 Le 1er juillet 1975, à Pékin, Kukrit Pramoj, le Premier ministre et Chatichai Choonhavan, le ministre thaïlandais des Affaires étrangères rencontrèrent le président Mao Ze-dong, puis Chou En-lai pour mettre au point la déclaration commune qui rétablit officiellement les relations diplomatique entre la République populaire de Chine et la Thaïlande. La Thaïlande fut le 101e État à reconnaître la Chine communiste, mais le 3e de l’ASEAN.

6 Il s’agit d’une origine chinoise par les femmes. Anand écrivait ainsi en 1999 qu’il était d’origine hakka par sa mère et que de côté-là il pouvait être considéré comme un Chinois de la quatrième génération. Sa mère était de la famille Chotikasathian et il estime que c’était son grand-père maternel qui était « un Chinois de la rue Songwat » où il collectait les impôts. Anand estime ailleurs qu’il est une troisième génération de Chinois mais s’empresse de souligner qu’il ne parle pas chinois, que même sa mère ne parlait pas chinois.

7 Le bâtiment date de 1908. Les vidéos disponibles semblent montrer que le lancement de l’ouvrage fut surtout l’occasion de promouvoir la culture chinoise.

8 Selon le site Amazon l’ouvrage a été publié le 15 juin 2015 (http://www.amazon.com/A-History-Thai-Chinese-Pimpraphai-Bisalputra/dp/9814385778).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « A History of the Thai-Chinese, Jeffery Sng & Pimpraphai Bisalputra », Moussons, 26 | 2015, 168-170.

Référence électronique

Jean Baffie, « A History of the Thai-Chinese, Jeffery Sng & Pimpraphai Bisalputra », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3424

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherches CNRS, IRASEC, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page