Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Born out of Place. Migrants Mothers and the Politics of International Labour, Nicole Constable

Berkeley : University of California Press, 2014, 259 p.
Laurence Husson
p. 171-172
Référence(s) :

Nicole Constable, Born out of Place. Migrants Mothers and the Politics of International Labour, Berkeley : University of California Press, 2014, 259 p.

Texte intégral

1Nicole Constable, anthropologue dans le champ social et culturel travaille depuis une vingtaine d’années autour de plusieurs thématiques dont la migration, le transnationalisme, le genre, les questions de pouvoir, la sexualité, les mariages transfrontaliers, les luttes des travailleuses migrantes, la construction de l’identité des Chinois Hakka catholiques. Ses aires géographiques de spécialisation sont la Chine, Hong Kong, Les Philippines et l’Indonésie. Elle est actuellement directrice du département d’études asiatiques de la Dietrich School of Arts and Sciences où elle enseigne l’anthropologie. Elle est également professeur-chercheur à l’University Center for International Studies de l’université de Pittsburgh.

2Après deux ethnographies sur les domestiques philippines de Hongkong : « Mail Order » Marriage and Maid to order in Hongkong : Stories of Migrant Workers et Romance on a Global Stage : Pen Pals, Virtual Ethnography, elle poursuit ses enquêtes de terrain et sa réflexion en se concentrant sur un cas un peu particulier : les migrantes qui deviennent mère durant leur migration. Situation niée qui ne devrait en théorie jamais advenir, puisque ces travailleuses migrantes embauchées comme employées de maison sont censées vivre chez leur employeur et n’avoir quasiment pas de vie privée et encore moins de sexualité. Or, ces cas certes un peu isolés existent – quelques centaines de grossesses par an pas toutes menées à leur terme sur le sol hongkongais puisque certaines femmes choisissent d’avorter, de rentrer accoucher au pays ou de faire adopter leur enfant – et Nicole Constable en relate une douzaine, plus poignants les uns que les autres. Elle démontre que ces jeunes mères étrangères vivent à Hong Kong dans la clandestinité et l’illégalité et que ce sont les modalités d’embauche et la législation du travail relative aux migrants qui favorisent ces entrées en illégalité. Il arrive en effet qu’à la fin de leur contrat de deux ans, un certain nombre de migrantes n’aient pas assez d’économies pour rembourser les frais d’agence, ni pour en payer de nouveaux pour l’éventuel contrat suivant. Par ailleurs, la two-week rule qui oblige la migrante à retrouver un contrat dans un délai de deux semaines ou de rentrer dans son pays fait qu’un certain nombre (chiffre non disponible) de migrantes tombent dans l’illégalité du overstay (séjour à Hong Kong après expiration des permis de séjour et de travail). Un autre cas de figure est celui de la migrante enceinte congédiée pour ce motif et qui ne sait que décider par rapport à sa grossesse. Pour avoir une chance de retrouver un travail et ne surtout pas retourner dans son pays, elle verse alors dans l’illégalité. Cet ouvrage explore donc, de façon ethnographique, le statut précaire et ambigu des employées de maison étrangères et de leur enfant né hors mariage ou non sur le territoire hongkongais ainsi que les relations parfois très difficiles de ces femmes migrantes avec leur famille – parents et enfants –, leurs employeurs, leur mari ou leur amant. Cette étude milite aussi très clairement pour la reconnaissance des droits de la personne : les travailleurs migrants, hommes et femmes, ne sont pas que de la main-d’œuvre désincarnée, des robots ou une simple force de travail, ils sont aussi des personnes. Le fait que les migrants soient avant tout des êtres humains dont les droits élémentaires devraient être davantage respectés, semble être une évidence bonne à rappeler selon Nicole Constable qui essaye tout du long de son ouvrage de dénoncer ce qu’elle considère comme une grande injustice. Les lois ne doivent pas contribuer à créer deux types de personnes : d’une part, les Hongkongais qui jouissent de tous les droits et avantages et d’autre part, les travailleuses migrantes qui ont un statut particulier, différent de celui des autres travailleurs, étrangers ou non, et ne sont là que pour les servir. Ainsi, alors que n’importe quel étranger ayant travaillé sept ans d’affilée à Hong Kong peut devenir résident permanent hongkongais, des employées de maison étrangères qui travaillent à Hong Kong depuis plus de vingt ans se sont vu refuser ce droit.

3L’empathie de l’auteur avec son sujet est patente. Il en résulte une écriture fluide, vibrante, beaucoup d’humanité ainsi qu’une façon très appréciable de retranscrire sans trahir les mots, les peines, les joies, les combats de ses informatrices.

4L’ouvrage se compose de huit chapitres. Les plus informatifs et originaux sont résolument les chapitres 2, 4, 5 et 8. Dans le chapitre 2 l’auteur décrit avec honnêteté et sincérité son approche ethnographique, sa méthodologie, l’importance des récits et ses liens avec ces femmes migrantes et leur enfant ainsi que sa démarche qu’elle qualifie de « micro-feminist-ethnographer-activism », signifiant ainsi clairement son engagement de femme et de chercheur. Le chapitre 4 est consacré aux hommes de différentes nationalités avec lesquels se lient les aides ménagères étrangères. Le chapitre 5 envisage les trois principales raisons – solitude, liberté, désir – qui poussent les migrantes à avoir des relations sexuelles malgré l’interdit et l’opprobre qui entourent cette question et ce qu’il advient quand elles tombent malencontreusement enceintes. Le chapitre 8, qui clôt l’ouvrage, est à nos yeux, le plus intéressant pour tous ceux qui travaillent sur les migrations. Elle y formule une notion tout à fait originale mais qu’elle ne développe pas assez et qui mériterait d’être étayée par de plus amples recherches, à savoir ce qu’elle appelle « the migratory cycle of atonement » – le cycle migratoire de la réparation ou de l’expiation. Elle formule ainsi l’idée que la migration devient la seule voie possible pour remédier aux ennuis créés par le départ initial en migration, créant ainsi un cycle sans fin. Elle reprend également le titre de l’essai de Lauren Berlant (2011), Cruel Optimism, en montrant que la migration en elle-même peut devenir une entrave pour atteindre les bénéfices migratoires escomptés, en particulier pour les migrantes qui sont mères de famille. Celles-ci, en effet, risquent de devenir d’éternelles migrantes, victimes d’une précarité qui perdure, pour pouvoir subvenir aux besoins croissants de leurs enfants et de la famille restée au pays.

5Le lecteur ressort alors convaincu que la question des enfants de migrantes nés là où ils n’auraient pas dû (born out the place) met en lumière bien des problèmes inhérents aux migrations temporaires de travail dans le monde en soulevant des questions morales et éthiques sur lesquelles les législateurs se devraient se pencher.

Haut de page

Bibliographie

BERLANT, Lauren, 2011, Cruel Optimism, Durham : Duke University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Born out of Place. Migrants Mothers and the Politics of International Labour, Nicole Constable », Moussons, 26 | 2015, 171-172.

Référence électronique

Laurence Husson, « Born out of Place. Migrants Mothers and the Politics of International Labour, Nicole Constable », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/3427

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page