Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Transnational Migration and Asia, The Question of Return, Michel Baas, éd.

Laurence Husson
p. 172-173
Référence(s) :

Michel Baas, éd., Transnational Migration and Asia, The Question of Return, Amsterdam University Press, IIAS Publications, coll. « Global Asia », n° 4, Amsterdam, 2015, 201 p.

Texte intégral

1Toute migration se compose d’un départ, d’un séjour plus ou moins long à l’étranger et d’un retour ou non au pays. Pour les migrants eux-mêmes comme pour les chercheurs qui s’intéressent à eux, il va donc sans dire que cette question du retour chez soi, au pays, dans sa patrie d’origine est essentielle.

2Ces dernières années ont vu une intensification des migrations de retour en Asie. C’est ainsi que Biao Xian, Brenda Yeoh et Mika Toyota ont publié en 2013, un ouvrage collectif sur ce thème en traitant des thèmes comme le retour des Brésilians d’origine japonnaise au Japon à la fin du xxe siècle, le retour de Sino-Indonésiens dans la Chine de Mao, le retour désiré d’ingénieurs indiens en Inde, le retour de réfugiés cambodgiens et de personnes victimes de trafic humain, ect. (Xian, Yeoh & Toyota 2013).

3Après l’introduction de Michiel Baas, le volume débute par l’article de Sarah LeBaron von Bayer (Neither Necessity nor Nostalgia) qui concerne les Nikkei-Brazilians et s’interroge sur le sens que prend le retour pour eux. Pour ce faire elle s’est intéressée à trois générations de migrants transnationaux entre le Brésil et le Japon et montre que le retour n’est pas perçu comme le point final de leur trajectoire de vie mais comme le désir de pouvoir circuler librement entre les pays, dans un monde globalisé. Dans le second article, Michiel Baas (The Fluidity of Return) fait un peu le même constat auprès de migrants Indiens venus étudier en Australie. Si le nombre de demande de résidence permanente en Australie, après l’obtention du diplôme, est relativement élevé, il constate que ses informateurs indiens ne visent pas l’Australie comme destination finale mais pensent plutôt que ce statut de résident permanent est un moyen d’accéder à une plus grande mobilité transnationale. Amy Bhatt dans le troisième article du volume (Resident « Non-resident » Indians) s’intéresse aussi à une migration de travailleurs hautement qualifiés, celles des ingénieurs de Bangalore qui travaillent dans les technologies de l’information à Seattle et montre que la question du retour n’a pas le même impact sur les hommes que sur les femmes qui les accompagnent. La question du retour a une incidence sur les rôles des hommes et des femmes dans la société indienne et sur les relations sociales. Dans l’article suivant, Diane Nititham (It’s Still Home Home) se base sur deux étudiantes philippines en Irlande pour se questionner sur la notion de retour et de celle de « chez soi, de pays ». Dans le cinquième article, Helen Kaibara (Looking Back while Moving Forward) traite de la migration de Nippons aux États-Unis au début du xxe siècle et montre que l’Association japonaise d’Amérique prônait l’assimilation culturelle et l’installation définitive pour améliorer l’image de la communauté et sa prospérité. La question donc du non-retour au Japon était donc vue comme une manière détournée de rendre hommage à sa patrie d’origine.

4Les deux articles 7 et 8 suivants, il est question du Vietnam. Priscilla Koh (Return of the Lost Generation ?) s’intéresse au désir de retour de la deuxième génération de Viet Kieu (Vietnamiens de l’étranger), pour des motivations personnelles et professionnelles très diverses – quête d’identité, revanche, opportunités économiques, retour sur la terre des parents et des ancêtres, ect.). Il démontre, là encore, que ce retour n’est pas nécessairement un point final dans le cycle migratoire, et que les membres de cette diaspora ont des liens et des réseaux dans différents pays et que leur histoire migratoire n’est pas achevée mais en perpétuel devenir. La notion de « chez soi, de pays » est au cœur de l’article de Cindy Nguyen (A Xu/Sou for the Students) qui traite de la migration d’étudiants vietnamiens entre les années 1900 et 1930, venus se former dans la patrie de leurs colonisateurs. Elle prête une attention particulière aux expériences émotionnelles et physiques ainsi qu’aux représentations de ce groupe tant en France qu’au Vietnam.

5Dans le dernier article du volume, Nausheen Anwar (The Bengali Can Return to His Desh but the Burmi Can’t Because He Has No Desh) envisage la question du retour plus ou moins forcé dans un pays qui n’est plus forcément perçu comme étant son pays, de deux communautés résidant à Karachi et ayant des caractéristiques culturelles communes, celle des Rohingyas de Birmanie et celle des immigrants du Bangladesh.

Haut de page

Bibliographie

XIAN, Biao, Brenda S.A. YEOH & Mika TOYOTA, éd., 2013, Return Nationalizing, Transnational Mobility in Asia, Durham : Duke University Press Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Transnational Migration and Asia, The Question of Return, Michel Baas, éd. », Moussons, 26 | 2015, 172-173.

Référence électronique

Laurence Husson, « Transnational Migration and Asia, The Question of Return, Michel Baas, éd. », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/3429

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherches CNRS, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page