Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Voyage aux Indes orientales hollandaises, Un jeune aventurier allemand à Java au xviiie siècle, Georg Bernhardt Schwarz, récit traduit, présenté et annoté par Marc Delpech

Besançon, Éditions La lanterne magique, 2015, 191 p.
Laurence Husson
p. 177-178
Référence(s) :

Georg Bernhardt Schwarz, Voyage aux Indes orientales hollandaises, Un jeune aventurier allemand à Java au xviiie siècle, récit traduit, présenté et annoté par Marc Delpech, Besançon, Éditions La lanterne magique, 2015, 191 p.

Texte intégral

1Ce texte savoureux est la traduction en langue française du récit original de voyage d’un jeune aventurier allemand, Georg Bernhardt Schwarz, entré au service de la Compagnie des Indes orientales, de Middelburg à Batavia, en 1735, qu’il publia en 1748, sept ans après son retour de Java. Temps qui lui a été nécessaire pour se documenter sur d’autres récits de voyage similaires et se familiariser avec l’art du récit et de l’écriture. Ce récit de voyage et de vie à Batavia en plein siècle d’or de la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie – Compagnie des Indes orientales) fondée en 1602, qui est une compagnie marchande et commerciale à charte, aussi puissante qu’un État, qui par un système de monopole sur le commerce, contrôle le commerce des Provinces-Unies avec l’Asie, a fait l’objet de plusieurs publications. L’une date de 1751, parue à Heilbronn, suivie d’une seconde édition, corrigée et augmentée du vivant de l’auteur, qui prend alors le nom de Georg Leonhardt Schwarz, parue à Leipzig en 1774.

2Le contenu du récit est révélé dans le titre original de l’ouvrage : Voyage aux Indes orientales de Georg Bernardt Schwarz de Beutelspach dans le Duché de Wurtemberg, maître tonnelier princier à Münster près Canstadt. Dans lequel sont décrites de manière honnête et circonstanciée diverses choses remarquables, particulièrement la rébellion des Chinois qui s’est déroulée en l’année 1740 en sa présence à Batavia et le grand massacre qui s’en suivit.

3C’est à ce titre que ce texte jusqu’alors en langue allemande était connu de certains historiens, dont, entre autres, Denys Lombard et Claudine Salmon qui le citent pour la description détaillée du terrible « pogrom » des Chinois d’octobre 1740. Cette date de 1740 de par les conséquences de ce drame constitue un tournant dans l’histoire de la colonisation néerlandaise et de la VOC qui perdra sa suprématie et fera faillite en 1799. Ce massacre improvisé et spontané plus qu’organisé et prémédité et qui a tourné à l’extermination de près de 10 000 personnes s’explique en tout premier lieu par le statut très privilégié accordé aux Chinois par les Néerlandais dès la fondation de Batavia et le ressentiment nourri pendant un demi-siècle par les Javanais à leur encontre. L’auteur, témoin oculaire, a également pris part au massacre. C’est en tant qu’acteur qu’il narre comment, passé le traumatisme de son premier assassinat, il est gagné par la folie collective et fini par tuer sans état d’âme.

4Le foourmillement d’anecdotes et de descriptions aussi savoureuses que parfois très datées sur la faune, la flore, les mœurs et la culture des populations autochtones, la bigarrure ethnique de Batavia rend le récit distrayant et plaisant à lire. Il renseigne également sur le train de vie des Néerlandais, de l’esprit qui régnait parmi les employés de la VOC, de l’avidité des élites, de la plus ou moins bonne fortune de tous ces aventuriers, de la maladie et de la mort qui déciment les Occidentaux tant à bord des bateaux lors de la traversée qu’une fois sur place dans une Batavia devenue insalubre du fait de ses canaux.

5La longue présentation détaillée et les annotations de Marc Delpech enrichissent véritablement l’ouvrage, informent les non-spécialistes et rappellent aux indonésianistes le contexte et les chiffres indispensables à la bonne compréhension du récit de Schwarz. L’ouvrage se clôt sur une exhaustive bibliographie qui montre le sérieux travail de recherche du traducteur sur cette riche expansion coloniale européenne et principalement néerlandaise au xviie siècle vers l’Insulinde et ses précieuses épices. Bref, ce livre qui s’adresse à tous les amateurs de récits de voyage et aux historiens mérite sa place dans toute bonne bibliothèque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Voyage aux Indes orientales hollandaises, Un jeune aventurier allemand à Java au xviiie siècle, Georg Bernhardt Schwarz, récit traduit, présenté et annoté par Marc Delpech », Moussons, 26 | 2015, 177-178.

Référence électronique

Laurence Husson, « Voyage aux Indes orientales hollandaises, Un jeune aventurier allemand à Java au xviiie siècle, Georg Bernhardt Schwarz, récit traduit, présenté et annoté par Marc Delpech », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/3436

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherches CNRS, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page