Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Les avatars du don dans le Laos contemporain. Essai d’anthropologie politique, Léo Mariani

Paris, Connaissances et savoirs, coll. « Sources d’Asie », 2012, 222 p.
Isabelle Wilhelm
Référence(s) :

Léo Mariani, Les avatars du don dans le Laos contemporain. Essai d’anthropologie politique, Paris, Connaissances et savoirs, coll. « Sources d’Asie », 2012, 222 p.

Texte intégral

1Léo Mariani, chercheur pour le Fonds national de la recherche scientifique belge à l’université de Liège, présente et reformule à travers son premier ouvrage, les principales conclusions de sa thèse soutenue en 2008. Fruit d’un séjour de quatre ans au Laos, il traite des transformations de la société urbaine de Vientiane.

2Cette publication est la bienvenue alors que les recherches sur le Laos sont relativement rares, en raison, notamment, de la fermeture du pays après la prise de pouvoir par le parti communiste en 1975. Jusqu’à la réouverture des frontières à la fin des années 1980, seuls de très rares ethnologues purent y effectuer des recherches, tout en subissant des restrictions qui en ont inévitablement limité l’étendue.

3Mais l’intérêt de cet ouvrage ne réside pas uniquement dans le pays qu’il étudie. Son originalité naît du choix de son sujet et de la manière dont il est traité. L’auteur appuie sa recherche sur deux grands changements subis par le pays durant les dernières décennies. D’abord, à la suite de la révolution de 1975, l’élite, dont la légitimité du statut reposait sur des critères religieux et héréditaires, fut remplacée par une élite communiste auto-constituée. Mais face à l’échec du régime, les membres du parti se réapproprièrent les normes comportementales et symboliques propres à l’ancienne élite ; normes qu’ils avaient, dans un premier temps, rejetées. Ensuite, l’appauvrissement du pays dû à une politique autoritaire et isolationniste contraignit le régime à renoncer à une partie de ses réformes et à promouvoir une économie de marché.

4Ces éléments de contexte, présentés par Richard Pottier dans la préface, puis par l’auteur dans son introduction, sont rappelés et reformulés au cours du texte. Cela facilite la compréhension de passages parfois complexes, de même que les synthèses régulières en cours de chapitre. En outre, la densité et la clarté des transitions par lesquelles l’auteur annonce les étapes de sa démonstration, dès l’introduction puis tout au long de l’ouvrage, accentuent le sentiment de cohérence de l’ensemble du texte.

5Le propos de Léo Mariani s’appuie sur les conséquences sociales et politiques provoquées par le « renversement libéral », concept qu’il emprunte à Marcel Gauchet. En 1975, la disparition de la source religieuse et mythique du pouvoir provoqua la séparation du religieux et du politique et mena la société à chercher du sens, là où les règles étaient jusqu’alors établies par une source extérieure à elle.

6L’auteur note que, dans la société vientianaise contemporaine, les comportements n’ont pas fondamentalement changé mais que les individus, à la recherche de sens, tendent de plus en plus souvent à interpréter négativement les intentions des membres de l’élite, alors même que ces derniers adoptent les attitudes de l’ancienne élite. Il analyse les rapports entre les hommes de pouvoir et la population de Vientiane en observant les cérémonies de mariages, lieux d’expression des enjeux symboliques. Puis il montre, à travers les notions de don et de générosité, comment le malaise engendré par « le renversement libéral » s’insinue dans la société et l’affecte tout entière.

7À partir de la description d’un mariage prestigieux, le premier chapitre tend à montrer que les cérémonies de mariage sont à la fois des lieux de légitimation des statuts et des occasions de sortir de la norme. Elles permettent alors d’observer l’articulation des choix personnels et des contraintes sociales. Les cérémonies dont il est question ne constituent pas le rituel traditionnel du mariage mais de grandes fêtes qui se déroulent le soir, une fois l’alliance officialisée. Elles firent leur apparition dans les années 1950. Interdites par les communistes en 1975, elles réapparurent à la fin des années 1980 mais sous des formes différentes, intégrant des éléments considérés comme plus modernes par les Laotiens. L’auteur montre la manière dont les statuts se créent et se renforcent au cours de ces cérémonies en s’appuyant, notamment, sur la notion de kiet, « catégorie complexe et qui relève à la fois du prestige et de l’honorabilité, et dont la possession implique nécessairement qu’autrui ait confiance en la capacité d’ego à agir conformément aux valeurs admises » (p. 55). L’attribution du kiet à une personne lui confère un statut dans un ordre social fondé sur des obligations réciproques. Les grandes cérémonies de mariage, par le nombre de personnes qu’elles rassemblent, permettent d’augmenter son kiet en augmentant sa visibilité et en affichant ses relations avec des personnes importantes. Afin de renforcer leur légitimité et leur statut social, les nouvelles élites multiplient leurs apparitions à de tels événements.

8Dans un second chapitre intitulé « intermède méthodologique », l’auteur défend la méthodologie utilisée dans son enquête. Il analyse également en détail des extraits d’entretiens menés auprès du couple marié lors de la cérémonie présentée dans le chapitre précédent. À travers les propos des époux et en particulier de la jeune mariée, il examine la place de l’individu et de sa subjectivité dans les cérémonies de mariage. On peut reprocher à l’auteur de n’avoir pas suffisamment pris en compte le séjour de trois ans de cette jeune femme aux États-Unis, élément qui influence nécessairement son point de vue. Nonobstant, en choisissant de s’attacher davantage à l’imaginaire de ses interlocuteurs qu’à la description des faits, il perçoit chez la mariée une volonté de se distinguer, étouffée dans les faits par la contrainte de se plier aux normes sociales.

9Dans le troisième chapitre, afin de mieux appréhender les mutations provoquées par ce changement de paradigme, Léo Mariani propose une description de la structure traditionnelle du pouvoir et de l’organisation sociale dans le Laos rural d’autrefois. En s’appuyant sur des sources historiques, il montre que la légitimité des hommes de pouvoir reposait non seulement sur leur héritage mythique, mais aussi sur leur rapport à l’esprit tutélaire du territoire et l’adéquation de ces idéologies avec la loi bouddhique du karma. La relation verticale ainsi créée entre les hommes de pouvoir et le reste de la société se conjuguait à une relation horizontale des villageois entre eux, dont l’âge et le sexe étaient les seuls éléments de statut immuables. En outre, bien que la recherche de prestige ait été au cœur de la vie communautaire, la pagode en contrôlait les excès en jouant le rôle de récepteur des dons (source de mérites et d’acquisition de prestige) et de redistributeur aux villageois. Elle empêchait ainsi la transformation du prestige en pouvoir.

10La présence coloniale française enclencha un processus de laïcisation de l’administration, de libéralisation des rapports sociaux et de décloisonnement du prestige et du pouvoir. La révolution communiste vint mettre un terme définitif au droit héréditaire dans l’accession au pouvoir. Les relations verticale et horizontale qui caractérisaient l’organisation de la société furent ainsi fusionnées. De la disparition des critères traditionnels de légitimité naît alors la possibilité pour tous, en principe, d’accéder au pouvoir et l’individualisation des comportements. « L’individu devient l’auteur discrétionnaire et donc imprévisible de ses actes » (p. 132). Ce constat se trouve au cœur de l’étude de Léo Mariani. Il observe que les comportements de générosité adoptés par les hommes de pouvoir provoquent de la méfiance, car cette nouvelle élite n’a pas la légitimité héréditaire qui lui imposerait ces comportements. Leurs motivations sont, de ce fait, perçues comme intéressées alors qu’ils agissent de la même façon que l’ancienne élite. L’auteur s’attache alors, dans le dernier chapitre, à analyser les conséquences de l’individualisation des comportements dans le domaine de la générosité et du don.

11Léo Mariani s’intéresse tout particulièrement au point de vue du receveur du don, à sa perception de la générosité. À travers l’analyse des discours recueillis durant son enquête, il observe une méfiance généralisée à tous les échanges. Cette méfiance qui affecte désormais les relations sociales mène les individus à interroger l’intentionnalité à l’origine du don et à ressentir une perte de spontanéité dans la générosité. Cette suspicion est renforcée par l’urbanisation croissante des villes, génératrice d’anonymat. Finalement l’auteur conclut en observant que « la société de Vientiane n’est pas plus individualiste qu’avant mais est marquée par la possibilité de l’être, ce qui facilite la possibilité qu’elle le devienne » (p. 199).

12En interrogeant le processus de transformation de la société lao urbaine, cet essai d’anthropologie politique ouvre un champ de réflexion qui pourra également enrichir les études de la société rurale encore majoritaire dans le Laos d’aujourd’hui. L’ouverture des frontières a accru l’influence des pays étrangers sur les villageois, en raison, notamment, de l’accès aux médias internationaux, de migrations d’individus à la recherche d’emploi, du retour durable ou temporaire de réfugiés et de l’augmentation du nombre de touristes. L’avènement de l’économie de marché a mené à la multiplication des investissements étrangers et au développement d’usines, génératrices d’emplois bien souvent occupés par les jeunes. Ils prennent ainsi une nouvelle place au sein de l’unité familiale qui dépend de ce salaire. Ces différents paramètres (dont il serait impossible de dresser ici une liste exhaustive) offrent de nouveaux modèles aux villageois dans un contexte de globalisation et modulent la place et le rôle des individus dans la société. L’étude de la reconfiguration des rapports sociaux ainsi engendrés pourrait trouver de précieuses pistes de réflexion dans l’ouvrage de Léo Mariani.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Wilhelm, « Les avatars du don dans le Laos contemporain. Essai d’anthropologie politique, Léo Mariani », Moussons [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/3603

Haut de page

Auteur

Isabelle Wilhelm

Institut d’ethnologie de l’université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page