Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Journal, Memorials and Letters of Cornelis Matelieff de Jonge — Security, Diplomacy and Commerce in 17 th-century Southeast Asia, Peter Borschberg, éd.

Singapour, NUS Press, 2015, 658 p. + XXXV
Jean-Louis Margolin
p. 194-196
Référence(s) :

Peter Borschberg, éd., Journal, Memorials and Letters of Cornelis Matelieff de Jonge — Security, Diplomacy and Commerce in 17 th-century Southeast Asia, Singapour, NUS Press, 2015, 658 p. + XXXV.

Texte intégral

1On a là un ouvrage, ou plutôt un ensemble documentaire, propre à nous faire rentrer dans l’intimité de la puissante compagnie hollandaise des Indes (connue sous son sigle VOC), et à travers elle dans celle de l’Asie du Sud-Est des premières années du xviie siècle. L’amiral Matelieff, à la tête d’une des plus puissantes flottes jamais lancées d’Europe vers cette partie lointaine du monde, passa trois ans en mer (mai 1605-septembre 1608), cabota auprès des Philippines, de la Chine du sud, du Champa, et surtout de l’actuelle Indonésie ainsi que de la Malaisie, assiégeant en particulier la portugaise Melaka (Malacca) en juillet-août 1606, la place ne devant cependant tomber aux mains de la VOC qu’en 1641.

2Sur ce moment charnière de la pénétration européenne en Asie (de la première expédition hollandaise vers l’Asie en 1595-97 à la transformation violente de la javanaise Jayakerta en la néerlandaise Batavia, en 1619), un discours à plusieurs voix nous est présenté. La principale est celle de Matelieff lui-même (240 pages au total), sous la forme d’un large extrait (90 p.) de son journal, mais aussi de ce que son employeur (la VOC, et indirectement les États Généraux des Provinces Unies) attendait : deux « rapports d’étape » rédigés pendant l’expédition (dont la rituelle « Lettre à mon successeur »), cinq discours, commentaires et lettre écrits dans les mois suivant son retour au pays (90 p. au total), enfin cinq lettres au célèbre juriste Grotius, son ami, également homme politique de premier plan, et conseiller de la VOC. La seconde voix est celle de la direction de la VOC (les fameux XVII Messieurs), dont deux séries d’instructions fort détaillées à ses agents en Asie sont reproduites. La troisième provient d’Angleterre, alors mi-partenaire, mi-concurrente de la VOC : extrait d’un ouvrage sur le voyage de Matelieff publié à Londres presque immédiatement après son retour (l’information au sein de l’Europe circulait parfois aussi vite qu’aujourd’hui…), évaluation de la situation par le chef d’escale de Banten (Java) de l’East India Company. La quatrième est malaise : deux lettres des princes du sultanat de Johor à la VOC, textes précieux parce que rares, et qui donnent un aperçu de leur acrimonie à l’encontre des Hollandais – non prise en compte de l’hostilité de Patani, malgré le traité d’alliance signé, et surtout inconstance de l’attitude de la VOC, au gré de la rapide succession des amiraux en tournée en Asie ; la Trêve de Douze ans avec le Portugal, conclue par les Pays-Bas en avril 1609, est ressentie comme un véritable reniement, la VOC ayant fait miroiter le retour de Melaka à Johor. Trois traités hollando-malais (avec Aceh, Ternate et Sambas), assez similaires, permettent d’entrevoir les préoccupations des lointains partenaires, par exemple la remise à l’autre des déserteurs et fuyards, ou la commune répression du blasphème religieux, ce qui a une étrange résonnance contemporaine. Last but not least, la cinquième voix est contemporaine, celle de Borschberg lui-même, qui fournit inter alia une remarquable introduction (140 pages !), présentant de manière très complète les premiers temps de l’incursion néerlandaise en Asie, ainsi que les matériaux qui composent l’ouvrage. L’éditeur de ceux-ci a aussi inclus une vaste bibliographie, un index de 49 pages, ainsi qu’un glossaire assez inouï : pas moins de 130 pages, dont 60 portent sur les termes géographiques (sous leurs formes anciennes et contemporaines). Les notices, très riches et détaillées, montrent à elles seules l’ampleur d’un travail qui s’impose d’emblée comme une référence de premier ordre. Elle est encore améliorée par l’inclusion de plusieurs dizaines de documents iconographiques contemporains de Matelieff : fac-similés de manuscrits, cartes, portraits, vues urbaines, etc.

3Il serait vain de prétendre présenter en quelques lignes un contenu qui part dans de nombreuses directions, et peut intéresser non seulement l’historien, mais aussi le juriste, l’anthropologue (les habitus tant des Hollandais que des autochtones font l’objet de nombreuses notations) et le géographe (la spatialité intervient constamment). On insistera cependant sur quelques apports particulièrement significatifs. À l’encontre d’une vision irénique et/ou économiciste des compagnies de commerce dites des Indes, Matelieff (et à travers lui la VOC, aux demandes impérieuses et contraignantes) paraissent raisonner davantage en Hollandais, et en guerriers, qu’en commerçants cosmopolites. La préoccupation en tout point principale est la guerre contre la monarchie ibérique unifiée (et concrètement sa composante lusitanienne), dussent les échanges en pâtir – ce dont notre amiral est parfaitement conscient. Il se heurte à de nombreuses difficultés : manque de volonté de combattre des équipages, qui n’avaient pas été recrutés pour cela, et à qui on doit du coup concéder un large droit de pillage ; fiabilité plus que douteuse de l’allié malais (Johor), qui ne remplit jamais la moindre de ses promesses, mobilise trop peu, et dont les dignitaires se divisent ; manigances des Anglais et Français, qui ne cherchent qu’à profiter des différends des autres ; enfin puissance préservée des Portugais, alors que la Vulgate historique a tendance à les présenter alors comme déclinant. Matelieff échoue devant Melaka, devant Macao, devant l’espagnole Manille… Le « modèle portugais » est d’ailleurs proposé par lui à ses chefs : création d’une « capitale » à la Goa (il la dénomme rendezvous) permettant de stabiliser les activités et de se rendre crédible aux alliés autochtones – il propose Jayakerta plutôt que Johor ou Melaka, trop soumis aux vents saisonniers, ou Banten, trop puissante et hostile aux Hollandais ; constitution d’un peuplement néerlandais en Asie (tels les casados lusitaniens), au travers d’une libéralisation des activités commerciales. Sur ce point, il ne sera pas suivi.

4Par contre, Matelieff n’a aucune volonté expansionniste à l’encontre des Asiatiques. L’idée ne paraît même pas l’effleurer. Il s’agit de trouver des alliés contre les ennemis européens, et de négocier avec les princes locaux la concession de quelques points d’appui, entrepôts et forts. De Melaka même ne serait conservée que la « ville portugaise » (minuscule : 3000 habitants), la cour de Johor y restaurant sa capitale. Ce n’est pas que notre amiral soit admiratif des populations malaises. Il stigmatise sans cesse leur indolence, leur fourberie (ils volent même les armes des Hollandais), leur avidité, leur pleutrerie, et l’ivrognerie de leurs dirigeants, ainsi que, plus rarement, leur foi mahométane, qui ferait des alliés d’un moment des adversaires potentiels. Ce n’est pas davantage un nationaliste batave, même s’il se veut « patriote », alors que l’indépendance n’est pas encore reconnue par Madrid. Ses propres équipages, à l’en croire, passent leur temps à boire et (à l’occasion) à forniquer, et sont des combattants bien indisciplinés. Il note que les Hollandais, qui prétendent délivrer les autochtones du joug des Portugais, se comportent parfois plus mal que ces derniers.

5Sur un plan plus ethnologique, le droit de la guerre du temps est précisé. On fait des prisonniers, pour obtenir une rançon (les officiers), ou procéder à des échanges. La mise à mort en cas de non-paiement est moralement peu défendable, mais sert de menace. Il est scandaleux de mutiler un cadavre ennemi : Matelieff fait pendre un prisonnier, car le responsable portugais du forfait n’a pas été livré, avec des excuses. On peut dans certains cas torturer pour extirper des renseignements. Le pillage est licite mais (en principe) très réglementé. Les Malais sont plus respectueux de la vie des civils adverses que les Hollandais – non par humanisme, mais par désir de s’en faire des esclaves. Plus généralement l’esclavage – horresco referens – semble adoucir les moeurs. Les chefs malais sont plus ménagers de la vie de leurs soldats que les Hollandais, car ce sont très majoritairement des esclaves, donc un capital précieux – leur seul bien souvent, à en croire Matelieff. Dans le même ordre d’idée, ils traitent moins mal leurs prisonniers.

6Au total, on est frappé de la grande connaissance acquise par Matelieff des hommes, des biens et des espaces de l’Asie méridionale, alors que la présence hollandaise (et même occidentale) y est si récente, et si discontinue. Pas une ressource commerciale, pas un contentieux politique, pas un recoin de côte ne paraît échapper à son regard acéré. Ajoutons que sa plume est souvent caustique, ses idées personnelles et originales : le lecteur trouvera là bien des attraits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Margolin, « Journal, Memorials and Letters of Cornelis Matelieff de Jonge — Security, Diplomacy and Commerce in 17 th-century Southeast Asia, Peter Borschberg, éd. », Moussons, 27 | 2016, 194-196.

Référence électronique

Jean-Louis Margolin, « Journal, Memorials and Letters of Cornelis Matelieff de Jonge — Security, Diplomacy and Commerce in 17 th-century Southeast Asia, Peter Borschberg, éd. », Moussons [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/3609

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Margolin

Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page