Navigation – Plan du site
In memoriam

Denise Bernot (1922-2016)

Bénédicte Brac de la Perrière
p. 5-7

Denise Bernot aux Burma Studies 2010 à Marseille

Image

Crédits photo : Rosemarie Cano.

Denise Bernot nous a quittés dans sa quatre-vingt-quatorzième année, le 12 mai 2016. Pour tous ceux qui ont reçu son enseignement, de 1960 à 1989, à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), elle restera la grande dame des études birmanes en France. Pendant toute cette période, ceux qui ont voulu s’engager dans un périple en birmanologie, au plus ou moins long cours, sont tous passés par la case Antony et par la maison nichée dans son jardin de banlieue qui abritait la longue bibliothèque constituée au fil du temps. Tout à fait au fond, disparaissant derrière les piles, Denise Bernot officiait, généreuse de son temps et de ses ressources documentaires, tête déjà blanchie au chignon vite noué, petite mais à la forte présence. Au bout d’autres couloirs, ceux de l’université de Dauphine où les cours de birman se tenaient alors, les nouveaux venus se retrouvaient aussi pour l’écouter. Voyages parisiens qui préfiguraient celui, plus radical, auquel elle initiait, de la Birmanie.

Sans aucun doute, la Birmanie promise était singulière, autant dans son identité intrinsèque que dans la vision de celle qui nous la faisait découvrir. Haute en couleur mais dépourvue de tout mysticisme. Familière, fourmillant de détails de la vie quotidienne, pris sur le vif, et distanciée à la fois. Infatigablement, avec son enthousiasme et son empathie que n’arrivait pas à occulter sa légendaire ironie, Denise Bernot introduisait au pays, à ses gens, à leurs histoires, à leurs manières d’être et de faire, attisant toujours plus notre curiosité au fil des cours. Jamais elle ne s’est contentée d’en enseigner la langue.

Tous ceux qui sont passés par cet apprentissage en ont été durablement impressionnés. Pour ma part, j’ai une conscience aiguë de l’importance qu’ont eue ces introductions à la Birmanie dans ma découverte de ce pays, dans ma perception de sa culture, dans ma compréhension de sa société. Denise Bernot a été pour les cohortes de découvreurs en devenir qui ont fait le détour par Antony et Dauphine, une passeuse de Birmanie. Et sa vision a forgé le socle d’une birmanologie « à la française » dont on perçoit encore les contours, des travaux de François Robinne à ceux de Gilles Garrachon, de ceux de Jacques Leider à ceux d’Alexandra de Mersan, de ceux de Catherine Raymond à ceux de Christophe Munier, de ceux d’Alice Vittrant à ceux de San San Hnin Thun, de ceux de Sylvie Pasquet à ceux de Louise Pichard…

Une vision singulière, à l’image du parcours de celle qui la projetait. Denise Bernot, diplômée de l’École nationale des Chartes en 1946, devait partir pour les Chittagong Hill Tracts, en 1951, avec son mari, Lucien Bernot, un ethnographe que Claude Lévi-Strauss envoyait en mission pour étudier une question de parenté chez les Marma. Cette population vivait alors dans une région isolée de l’est du Pakistan Oriental et parlait un dialecte archaïque du birman. Dans le couple d’explorateurs, Denise Bernot avait la charge d’apprendre et de documenter la langue dont elle ne connaissait encore rien. À son retour, fin 1952, elle en poursuivit l’étude au CNRS, où elle venait d’entrer. Autant dire que Denise Bernot apprit le birman seule, par ses propres moyens, à partir d’un dialecte périphérique, et qu’elle n’en découvrit la version centrale et moderne qu’en 1958, lors de sa première mission en Birmanie. Quand on a soi-même éprouvé les difficultés de cette langue, le parcours impose le respect. De son approche par la marge, Denise Bernot devait élaborer une compréhension originale des logiques de l’évolution linguistique du birman. Sous la direction de François Martini, elle se lança alors dans une thèse de linguistique, sur « Le prédicat birman », qu’elle soutint en 1973 à l’École pratique des hautes études (IVe section).

Denise Bernot commence à enseigner le birman à l’École des langues orientales en 1960 et crée la chaire en 1966. Dans la foulée, elle entreprend de constituer systématiquement les outils de la birmanologie, la Bibliographie birmane 1950-1960 et 1960-1970, le Dictionnaire birman-français en 15 volumes de 1978-1990, le Manuel de birman en 1990, cela tout en poursuivant ses recherches sur la langue birmane et sa littérature.

Pendant toutes ces années, la longue bibliothèque d’Antony se transformait en atelier où nous tous, ses étudiants, nous succédions à la fabrique de ces ouvrages monumentaux, sous sa direction. Bien souvent, nous nous retrouvions à deux ou à trois derrière les bureaux en enfilade, à taper sur la machine à caractères birmans, à compiler et à coller les entrées du dictionnaire, longues sessions studieuses entrecoupées des repas pris à la table familiale, dans la salle à manger rustique et chaleureuse, marquée par les images du Ventoux où les Bernot avaient leur maison de vacances et par les objets du quotidien ramenés de leurs expéditions en Asie. Lucien Bernot, dont certains d’entre nous suivaient aussi les cours de formation à l’ethnographie et le séminaire d’ethnologie à l’École des hautes études en sciences sociales puis au Collège de France, nous rejoignait et les conversations se nouaient, en fonction des intérêts des uns et des autres, sur les détails de la vie matérielle qui occupaient l’ethnographe, sur les bizarreries des langues asiatiques ou sur des anecdotes de terrain, se prolongeant dans ce bonheur de la curiosité partagée jusqu’à ce que Lucien Bernot sonne le retour aux tables de travail d’un « À la produc ! » vigoureux. Il avait été typographe et était fidèle à une éthique ouvrière.

C’est aussi à Antony que se tenaient les longues séances de discussion des thèses des étudiants que Denise Bernot ne tarda pas à diriger. Elle a suivi les travaux de ses élèves pas à pas, passant aisément de la linguistique la plus pointue à l’histoire de l’art ou aux analyses sociologiques, pourvu que le terrain soit birman, ne ménageant jamais son temps quelle que soit la charge de travail. C’est à ses côtés, sous son regard aiguisé et exigeant, utilisant l’ironie à des fins didactiques tout en respectant nos personnalités et nos intérêts particuliers, que nous sommes devenus birmanologues. Denise Bernot nous a tous profondément impressionnés, mais elle était tout sauf une enseignante distante.

Non seulement elle nous initia à la Birmanie et suivit nos progrès pas à pas, mais elle nous ouvrit aussi, concrètement, les portes de la Birmanie, pays qui dès 1962 et le coup d’État de Ne Win, fermait ses frontières n’accordant de visas que pour vingt-quatre heures, jusqu’en 1978, puis pour une semaine jusqu’en 1991. Dans ces conditions, l’accès au terrain tant attendu se révélait une gageure. Dans les histoires birmanes dont nous étions abreuvés, l’attente des autorisations de recherche occupait une place de choix. Là encore, c’est grâce à Denise Bernot, à sa ténacité, aux échanges qu’elle a entretenus avec l’université de Rangoun, échanges de livres notamment, dans des conditions souvent adverses, qu’elle a obtenu pour ses étudiants le sésame des autorités birmanes, sous la forme d’une bourse annuelle dont nombre de ses étudiants ont bénéficié. C’est ainsi qu’au début de 1981 j’arrivai dans un foyer du campus de Rangoun pour mon premier terrain birman.

Denise Bernot a continué à être active, longtemps après son départ à la retraite en 1989. Longtemps après nos soutenances de thèse, aussi, nous avons continué à prendre le RER pour Antony, pour discuter avec elle de nos travaux, dans sa longue bibliothèque ou dans le jardin champêtre qu’elle et son mari avaient réussi à préserver de l’urbanisation galopante, au milieu des chats et des enfants et petits-enfants. Denise Bernot, que nous avons tous fini par appeler Boudou, comme ces derniers, écrivait encore des articles il n’y a pas si longtemps, avant que la maladie ne la force à quitter sa maison d’Antony. Boudou nous a quittés, mais elle restera, pour tous ses disciples, la grande dame des études birmanes en France.