Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Siege of the Spirits. Community and Polity in Bangkok, Michael Herzfeld

Chicago, The University of Chicago Press, 1 carte, 9 photos, bibliographie, index, 267 p.
Jean Baffie
p. 271-273
Référence(s) :

Michael Herzfeld, Siege of the Spirits. Community and Polity in Bangkok, Chicago, The University of Chicago Press, 1 carte, 9 photos, bibliographie, index, 267 p.

Texte intégral

1M. Herzfeld enseigne l’anthropologie à l’université de Harvard depuis 1991 et a mené des recherches sur plusieurs terrains européens. Sur les dix-sept références à ses publications que compte la bibliographie de l’ouvrage, certaines concernent la Grèce (Rhodes et la Crête principalement), d’autres l’Italie. Sa première contribution universitaire sur la Thaïlande date de 2009, mais dès 2003 il publiait un article de 18 pages sur le thème du livre recensé ici dans le Thailand Human Rights Journal (Herzfeld 2003).

  • 1 Dans deux articles qu’il publia en 2010, M. Herzfeld adoptait des systèmes de transcription – diffé (...)

2Dans sa préface, il nous explique ses difficultés d’apprentissage du thaï, qu’il semble avoir fini par parler couramment selon son C.V. officiel, et de l’aide apportée par ses deux assistants de recherche. Malheureusement, aucun ne lui a conseillé d’utiliser le mode de transcription de l’Institut royal (ratchabandit sathan), le plus utilisé chez les chercheurs, ce qui donne des orthographes passablement étranges comme ae ahd, Krunghthaep, moeang, bahn, soeksah plutôt que ae-at, Krungthep, mueang, ban et sueksa. L’objectif annoncé de faciliter la prononciation pour les anglophones pourrait se comprendre dans le cas d’un ouvrage grand public mais est malvenu pour un ouvrage de spécialiste comme celui-ci. Le lecteur habitué à la transcription courante de la langue thaïe sera continuellement perturbé par ce système nouveau et finalement peu rigoureux1.

  • 2 Il leur fut proposé de s’installer dans le district de Minburi à 40 km au nord-est de Bangkok.
  • 3 J’ai traduit en français les citations de l’ouvrage recensé.

3L’ouvrage parle en effet de la lutte des habitants de la « communauté du Fort Mahakan » (chumchon pom Mahakan) au fil des années contre leur expulsion programmée par le gouvernorat de Bangkok2. Dans un développement intitulé « Small Place, Large Issues » (lieu étroit mais grands enjeux), l’auteur explique pourquoi il était intéressant de mener cette étude : « […] le fort de Mahakan concentre de nombreuses dynamiques dans un espace limité : l’utilisation tactique de l’histoire par des résidents pauvres et des fonctionnaires confortablement établis, la politique et l’éthique de l’éviction, les concepts et les conséquences de l’attachement à un endroit et au passé, la politique de la culture au travers des classes et des origines – autant d’enjeux qui incitent à des comparaisons avec les expériences d’autres communautés pauvres à travers le monde3 » (p. 2).

  • 4 Les murs d’enceinte de cette première ville étaient longs de 7,1 km, hauts de 3,6 m et épais de 2,7 (...)
  • 5 Dans un de ses articles de 2010, l’auteur parle précisément de 282 personnes (Herzfeld 2010b, 261). (...)
  • 6 Dans sa conclusion toutefois il est nettement moins affirmatif (p. 203).
  • 7 Le like est un théâtre chanté très populaire dans la population rurale.

4Ce Fort Mahakan, situé dans la partie ancienne de Bangkok face au monastère Ratchanat Daram, près du pont Phanfa Lilat, est l’une des quatorze citadelles que le premier roi de la dynastie actuelle, Phraphutthayotfa Chulalok (1782-1809), fit élever pour assurer la protection de Bangkok4. Entre les murailles se trouvait assez d’espace pour loger une population de 98 familles en 19955. Il semble que peu de familles soient vraiment très anciennes. Herzfeld parle de « microcosme de la culture thaïe » car l’endroit abrita dans le passé un camp de boxe thaïe, des massages traditionnels, un atelier de production de figurines en terre cuite, des éleveurs de coqs de combat, un fabricant de cages de tourterelles. Une famille s’employait même à extraire de l’or à partir des scories des nombreux orfèvres du quartier chinois de Yaowarat (p. 38)6. Les partisans de l’expulsion ajoutent que le quartier abritait également des prostituées et des trafiquants de drogue. Mais M. Herzfeld n’est guère intéressé par l’histoire du quartier. Ainsi, alors que l’on sait par ailleurs que les premiers like7furent créés dans le secteur par le phraya Phet Pani (Tri) en 1897 (Sakda 2557, 10-21) et que cela est un élément important pour la reconnaissance du Fort comme lieu chargé d’histoire, M. Herzfeld le mentionne rapidement sans développer (p. 134, 156).

  • 8 D’autant que M. Herzfeld semble être francophone. Il mentionne quelques titres français dans sa bib (...)

5Le mot community peut poser problème car le terme rendu par communauté, chumchon, n’est en fait que l’abréviation de chumchon ae-at (littéralement communauté dense) qui a remplacé laeng sueam som (lieu dégradé) pour désigner un slum en langue thaïe. Pour l’administration thaïe il s’agit d’une catégorie statistique – n’impliquant pas automatiquement une réalité sociologique forte avec cohésion et sentiment d’appartenance. Ainsi en 2001, Bangkok comptait 365 572 familles (khropkhrua), 287 366 maisonnées (langharuean) et 1 604 « communautés » (chumchon) (Samnanak… 2545 : 83). Le district (khet) de Phra Nakhon comptait alors 21 « communautés » dont celle du Fort Mahakan. Dans son atlas des slums de Bangkok, publié en 1985, Sopon Pornchokchai lui avait donné le numéro 11 (sur les 24 que comptait alors le district) ; il l’estimait ancien de soixante ans et composé de deux cents maisonnées (Pornchokchai 1985 : 13). M. Herzfeld a tenté d’analyser le mot chumchon (community) mais vraisemblablement ses lacunes linguistiques ne lui ont pas permis d’aller bien loin. Son propos aurait gagné à lire la note de recherche publiée en 2011 par Sunida Vongrattanatoh dans le numéro 18 de Moussons. Elle donne les étapes entre 1980 et 1982 de l’officialisation de l’expression chumchon ae-at pour désigner un slum (cf. Vongrattanatoh 2011)8.

  • 9 Ce slum, aujourd’hui disparu, se trouvait seulement à quelques centaines de mètres au nord de Fort (...)

6M. R. Akin Rabibhadana, le pionnier des études de slums et de l’anthropologie urbaine en Thaïlande aurait mérité de plus nombreuses références. Dans une des rares allusions à son œuvre (p. 115), la référence est suspecte puisque dans le seul ouvrage mentionné en bibliographie, Akin n’est qu’un des contributeurs alors que sa principale étude sur les relations de pouvoir dans le slum de Wat Yuan-Saphan Khao à Bangkok9 n’est pas mentionnée (voir Rabibhadana 1975, Baffie et Pichard-Bertaux 2011 : 13, Vongrattanatoh 2011 : 143, 145n8). M. Herzfeld mentionne à deux reprises (p. 161, 185) la communauté de Ban Khrua, que j’ai beaucoup étudiée et qui est sortie vainqueur d’un conflit du même type (Baffie 2003), mais sa connaissance de l’affaire est restée trop sommaire pour une comparaison éclairante. Surtout, plus qu’à une comparaison avec les autres cas d’éviction de slums (ou les aspects patrimoniaux et de gentrification qui intéressent tout particulièrement l’auteur) c’est l’expulsion du peuple du quartier historique de l’îlot Rattanakosin qui aurait dû retenir son attention. Les exemples sont nombreux (université Thammasat, esplanade de Sanam Luang, marché de Tha Tien, marché aux fleurs de Pak Khlong Talat, Fort Phra Sumen, etc.). Et il s’agit bien moins de présenter un passé glorieux aux touristes – ce qui est systématiquement avancé par les autorités – que de resacraliser ce cœur historique de Bangkok pour le rendre à la monarchie, principalement en vue des crémations royales à venir dont l’objectif premier sera la déification du couple royal, mais surtout du roi Bhumibol.

  • 10 Transcrits en moeang et prathaet par l’auteur.

7Nous avons affaire ici à un ouvrage d’anthropologie urbaine de type particulier. L’aspect monographique sur la communauté du Fort Mahakan n’est pas particulièrement approfondi, mais l’auteur s’intéresse davantage aux relations entre cette communauté, la ville de Bangkok et l’ensemble du pays. M. Herzfeld propose quelques pistes nouvelles comme l’opposition entre le mueang traditionnel et le prathet moderne10, ainsi que des développements sur la segmentarité. Il estime ainsi que « la population du Pom Mahakan a préservé quelque chose de l’ancien substrat dans son organisation sociale » (p. 47).

  • 11 Réélu en 2013, ce dernier a été suspendu sous la junte militaire le 25 août 2016.

8Il est cependant assez regrettable de traiter d’une affaire – surtout dans le cadre d’un ouvrage universitaire de près de trois cents pages – lorsqu’elle n’est pas encore terminée. C’est bien le cas ici. Si Herzfeld rappelle que la confrontation durait depuis plus de deux décennies, au moment où il rédige son livre, elle était encore inaboutie. Finalement, il est surtout question (dans les chapitres quatre et cinq principalement) de la lutte sous deux gouverneurs, à savoir le très royaliste Samak Sundaravej (gouverneur de Bangkok de juillet 2000 à août 2004) et le candidat du Parti Démocrate, Apirak Kosayothin, gouverneur d’août 2004 à novembre 2008. Il est très peu question de Bhichit Rattakul, gouverneur de juin 1996 à juillet 2000 ni même du « nouveau » gouverneur, M.R. Sukhumbhand Paribatra, qui devint gouverneur en janvier 200911. Il s’agit donc d’une tranche – essentielle mais peut-être pas décisive – de la lutte des habitants de cette « communauté » singulière de Bangkok. Dans sa conclusion, M. Herzfeld ne paraît d’ailleurs guère optimiste sur l’avenir des habitants du Fort Mahakan. Pourtant, deux ans plus tard, l’affaire n’est pas terminée. Un article récent du Bangkok Post a pour titre « Mahakan Locals Still Fighting to Stay On ». Plus précis, le sous-titre est : « en dépit de la décision du gouvernorat de Bangkok de faire venir les bulldozers, les résidents ont d’autres plans » (Wancharoen 2016). Le mois suivant (7 septembre 2016), un article du même quotidien parlait d’un « possible compromis » alors que les derniers mots du dernier paragraphe étaient que les évictions devraient se poursuivre (Atthakor & Wancharoen 2016).

9M. Herzfeld révèle que sa première visite en Thaïlande date de 1997 et que l’ouvrage recensé ici est le résultat de nombreux voyages (journeys). Il donne cependant peu de détails sur ses terrains – presque toujours réalisés en compagnie de son épouse (qui semble avoir appris le thaï avec lui) (p. x). Les Herzfeld fréquentèrent la communauté de Mahakan entre 2003 et 2014, mais il ne leur a sans doute pas été possible d’habiter le quartier. M. Herzfeld a voulu toutefois proposer une sorte d’autoethnographie. Il est devenu un acteur notable du conflit du Fort Mahakan et écrit souvent à la première personne du singulier. Il a notamment écrit une (ou deux, dont l’une à travers le quotidien Bangkok Post [Herzfeld 2013 : 11]) lettre au dernier gouverneur – M.R. Sukhumbhand Paraibatra – pour protester contre sa politique d’expulsion. Celui-ci n’y répondit pas mais la lettre fut largement diffusée (p. 149, 196).

  • 12 Étrangement les noms des institutions et organismes à l’origine des publications, eux, sont traduit (...)

10L’ouvrage n’inclut qu’un seul plan général du district de Phra Nakhon avec une vue aérienne quasi microscopique du quartier du Fort Mahakan et seulement sept photographies noir et blanc de piètre qualité et sans mention de date ni d’origine, même si l’on devine aisément que M. Herzfeld ou son épouse en sont les auteurs. Cela est infiniment regrettable pour l’ouvrage d’un anthropologue, même si l’on est loin d’un travail ethnographique. Une table des illustrations aurait été utile. Dans un ouvrage publié par les presses de l’université de Chicago ces insuffisances sont difficilement admissibles. Les erreurs sont rares. Le nom de famille Ketudhat est parfois rendu en Kedudhat (p. 112, 147, 226) ; dans la bibliographie, Nivat n’est pas le prénom du prince Dhani Nivat (1885-1974), puisqu’il s’agit ici d’un titre. Il faut en revanche noter que la bibliographie inclut d’assez nombreuses références de langue thaïe, même si une traduction des titres aurait pu être donnée entre parenthèses pour le lecteur non thaïsant12.

11Les ouvrages universitaires sur Bangkok – notamment en langue anglaise – étant encore très peu nombreux, le livre de M. Herzfeld restera fort utile, tout particulièrement pour les chercheurs étudiant les conflits et les mouvements sociaux urbains. Et il est infiniment appréciable qu’un anthropologue de renom se soit engagé dès le départ et aussi nettement dans le soutien d’une population si combative et décidée à résister à l’administration thaïlandaise et à livrer son témoignage et des analyses originales.

Haut de page

Bibliographie

ATTHAKOR, Ploenpote & Supoj WANCHAROEN, 2016, « Compromise Mahakan Plan “Possible” », The Bangkok Post, 7 septembre.

BAFFIE, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute », in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’Ecole française d’Extrême-Orient, Po Dharma & Mak Phoeun, éd., Kuala Lumpur : ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Malaisie/École française d’Extrême-Orient, p. 15-73.

BAFFIE, Jean & Louise PICHARD-BERTAUX, 2011, « Étudier les villes thaïes », Moussons, 18 :139-148.

BURKE, Andrew & Austin BUSH, 2008, Bangkok City Guide, Footscray : Lonely Planet.

HERZFELD, Michael, 2003, « Pom Mahakan : Humanity and order in the historic center of Bangkok », Thailand Human Rights Journal, 1 : 101-119.

Herzfeld, Michael, 2010a, « The Conceptual Allure of the West : Dilemnas and Ambiguities of Crypto-Colonialism in Thailand », in The Ambiguous Allure of the West. Traces of the Colonial in Thailand, Rachael V. Harrison et Peter A. Jackson, éd., Hong Kong/Ithaca : Hong Kong University Press/Cornell University, p. 174-186.

HERZFELD, Michael, 2010b, « Engagement, Gentrification, and the Beoliberal Hijacking of History », Current Anthropology, 51, 2 : 259-267.

HERZFELD, Michael, 2013, « Pom Mahakan Eviction Would Be a Calamitous Loss », The Bangkok Post, 27 septembre.

KETKOSON, Raphiphat et al., 100 mummong mai krungthep [cent points de vue nouveaux à Bangkok], Bangkok : Samnak Palat Krungthep Mahanakhon.

PORNCHOKCHAI, Sopon, 1985, 1020 Bangkok Slums. Evidence, Analysis, Critics, Bangkok : School of Urban Community Research and Actions.

RABIBHADANA, Akin, 1975, « Bangkok Slum : Aspects of Social Organization », thèse de doctorat, université de Cornell.

SAKDA, Pharadon, 2557 [2014], Chumchon 100 pi nai krungrattanakosin [communautés centenaires de Bangkok], Bangkok : Saengdao.

Samnak nayobai lae phaen krungthep mahanakhon [bureau de la politique et du pan de Bangkok], 2002, Sathiti 2545 krungthep mahanakhon [statistique de Bangkok pour 2002].

VONGRATTANATOH, Sunida, 2011, « Comment les Thaïs traduisent l’idée de slum, taudis et bidonville », Moussons, 18 : 139-148.

WANGCHAROEN, Supoj, 2016, « Mahakan Locals Still Fighting to Stay On » The Bangkok Post, 6 août.

Haut de page

Note de fin

1 Dans deux articles qu’il publia en 2010, M. Herzfeld adoptait des systèmes de transcription – différents pour les deux articles – mais nettement plus proches de celui de l’Institut royal (Herzfeld 2010a, 2010b).

2 Il leur fut proposé de s’installer dans le district de Minburi à 40 km au nord-est de Bangkok.

3 J’ai traduit en français les citations de l’ouvrage recensé.

4 Les murs d’enceinte de cette première ville étaient longs de 7,1 km, hauts de 3,6 m et épais de 2,7 m. Ils étaient percés de 63 portes, dont 16 de grandes dimensions. Chacun des 14 forts était distant du suivant de 400 m (Ketkoson et al. s.d. : 19).

5 Dans un de ses articles de 2010, l’auteur parle précisément de 282 personnes (Herzfeld 2010b, 261). Dans un ouvrage de langue thaïe de 2014, il est question de 55 maisonnées et de 315 habitants (Sakda 2557 : 13).

6 Dans sa conclusion toutefois il est nettement moins affirmatif (p. 203).

7 Le like est un théâtre chanté très populaire dans la population rurale.

8 D’autant que M. Herzfeld semble être francophone. Il mentionne quelques titres français dans sa bibliographie, il a enseigné à l’Ehess et à Nanterre et est membre du comité scientifique de la revue Ethnologie française.

9 Ce slum, aujourd’hui disparu, se trouvait seulement à quelques centaines de mètres au nord de Fort Mahakan.

10 Transcrits en moeang et prathaet par l’auteur.

11 Réélu en 2013, ce dernier a été suspendu sous la junte militaire le 25 août 2016.

12 Étrangement les noms des institutions et organismes à l’origine des publications, eux, sont traduits en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Siege of the Spirits. Community and Polity in Bangkok, Michael Herzfeld », Moussons, 28 | -1, 271-273.

Référence électronique

Jean Baffie, « Siege of the Spirits. Community and Polity in Bangkok, Michael Herzfeld », Moussons [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/3735

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chercheur associé à Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page