Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Modern Tibetan Literature and Social Change, Lauran R. Hartley & Patricia Schiaffini-Vedani (éds)

Durham & Londres : Duke University Press, 2008, 382 p.
Julie Humeau
p. 219-221
Référence(s) :

Lauran R. Hartley & Patricia Schiaffini-Vedani (éds), Modern Tibetan Literature and Social Change, Durham & Londres : Duke University Press, 2008, 382 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage dresse un panorama détaillé et systématique de la littérature moderne tibétaine qui s’est particulièrement multipliée ces trente dernières années. Il se découpe en deux grandes parties, chacune divisée en sept articles d’universitaires dont certains auteurs tibétains ont un rôle actif dans la littérature tibétaine aujourd’hui. Les contributeurs explorent le développement à la fois chronologique et stylistique de la littérature moderne mais analysent aussi des formes littéraires plus classiques. Ils considèrent non seulement la poésie, les histoires courtes, les nouvelles mais aussi les autres formes de production culturelles telles que les magazines littéraires, les films et les sites Internet. En dépit d’un régime politique où la censure et les restrictions demeurent, ces dernières offrent la possibilité de faire découvrir la production littéraire tibétaine à un public plus large.

2La première partie intitulée « Engaging Traditions », examine les écrits tibétains du xxe siècle en tant que prémices des pratiques littéraires prémodernes et resitue ces travaux dans le contexte politique chinois. Le premier article, de Lauran Hartley, retrace le parcours de trois écrivains tibétains dont les travaux littéraires ont marqué une rupture avec les conventions classiques antérieures. La seconde partie de l’article examine les travaux tibétains durant la période 1949-1976 indéniablement influencés par le régime politique chinois. Outre l’apparition dans les écrits d’une démonstration d’allégeance au système communiste, les écrivains tibétains entreprennent de grandes traductions d’ouvrages tibétains en chinois. Le deuxième article rédigé par Yangdon Dhondup explore les circonstances historiques des années 1930 qui ont fait émerger un nouveau corpus littéraire en langue chinoise. L’auteur traite ensuite de la deuxième génération de poètes, dans les années 1980, qui diffère en ce qu’elle reflète un changement politique survenu en Chine. La relative autonomie culturelle au Tibet durant cette période engendre l’émergence de travaux littéraires basés sur une construction imaginaire de la terre natale des Tibétains sinophones. L’auteur souligne également l’émergence de l’individualisme dans les poèmes et note que ces autoportraits sont généralement associés à une montée du nationalisme tibétain. Le troisième article écrit par Tsering Shakya décrit le pouvoir politique et idéologique des colonisateurs chinois introduit au Tibet durant les années 1950 afin de démontrer à la fois l’impact qu’il a eu sur la langue tibétaine mais aussi sur la dislocation de l’identité et de l’épistémologie traditionnelle. Un nouvel ensemble sémantique a été créé pour traduire l’idéologie marxiste, remplaçant de facto le système socio-idéologique tibétain. L’auteur étudie ensuite l’évolution des différents magazines, journaux et maisons d’éditions tibétains qui font face aux pressions et aux discriminations des autorités chinoises. Nancy Lin examine, dans le quatrième article, les travaux de Döndrup Gyel, célèbre pour ses études du sanskrit et des modèles classiques bouddhiques et indiens, mais aussi considéré comme un héros national pour avoir combattu l’oppression chinoise. L’auteure suppose que le projet ambitieux de revisiter l’épopée indienne du Ramayana participait de la volonté de faire revivre la littérature tibétaine dans le contexte de la révolution culturelle chinoise. Le cinquième article reprend dans son intégralité l’article du tibétain Pema Bhum publié en 1991. Cet exposé présenté lors d’une conférence en Italie fut l’objet d’un débat parmi les Tibétains de la diaspora. Il montre que la poésie tibétaine contemporaine qu’il nomme « free verse poetry » connaît une telle abondance qu’elle ne peut plus être reléguée au second plan par rapport à la poésie classique, considérée elle, comme « l’authentique » poésie tibétaine. Les directrices de publication ont demandé à l’auteur tibétain de revisiter son article, dans la sixième partie, pour le resituer dans un contexte plus récent. Dans le septième article, Françoise Robin explore les différentes représentations religieuses présentes dans les fictions tibétaines. Elle identifie trois styles littéraires distincts : alors que « la critique radicale » rejette en bloc les superstitions populaires et les croyances bouddhiques, le « rationalisme sélectif » différencie ce qui est perçu comme des pratiques religieuses « authentiques » et ce qui doit être condamné comme les divinations. « L’évaluation neutre ou positive » reconsidère les croyances populaires et la religion bouddhique en tant qu’outil pour négocier l’auto-perception du Tibet par les Tibétains face aux colons chinois.

3La seconde partie de l’ouvrage intitulée « Negotiating Modernities » donne à voir des travaux plus récents, autour de questions plus modernes telles que le développement, l’urbanisation, mais rend compte également de thèmes comme l’identité ou le transnationalisme. L’article 8, de Lara Maconi, explore les implications historiques et sociopolitiques de la diglossie tibétaine et ses significations pour les écrivains tibétains. La langue chinoise imposée par le gouvernement central comme langue officielle transforme aussi le tibétain afin de mieux servir les intérêts chinois. Les articles 9 et 10, rédigés par Patricia Schiaffini et Howard Choy, étudient plus précisément des textes d’auteurs tibéto-chinois et reconsidèrent l’identité hybride culturelle et ethnique de ces auteurs. C’est à travers l’usage du style nommé « magical realism » (description d’éléments naturels merveilleux) que ses écrivains dépeignent les provinces tibétaines. Les contributeurs visent à faire ressortir – notamment à travers l’usage de cette forme littéraire – toutes les ambiguïtés idéologiques et identitaires ancrées dans l’esprit de ces auteurs sino-tibétains. Riika Virtanen, dans l’article 11, questionne à la fois la volonté de conserver laculture traditionnelle et la modernisation apparue au Tibet depuis l’annexion chinoise et analyse la retranscription de cette opposition dans la littérature tibétaine. L’article 12, rédigé par Sangye Gyatso, un poète tibétain reconnu, analyse le développement de groupes littéraires modernes de la région Nord-Est de l’Amdo qui ne trouve aucun équivalent littéraire chez les intellectuels de Lhassa. Il examine également le développement littéraire tibétain en situation d’exil et déplore la préférence des Tibétains à écrire en anglais. Malgré tout, plusieurs magazines ont fait leur apparition dans la diaspora depuis 1990, manifestant la volonté d’un retour à l’écriture en tibétain. Hortsang Jigme explique, dans l’article 13, les raisons pour lesquelles la littérature tibétaine a été reléguée derrière la nécessité première de survivre et de reconstruire des infrastructures en situation d’exil. C’est seulement après les années 1970, avec la seconde génération installée en exil, que l’on a vu apparaître une première vague de production littéraire et que l’on a ressenti cette nouvelle liberté d’expression alors inconnue en Chine. Dans le dernier article, Steven Venturino examine, parmi d’autres productions modernes, le roman de Jamyang Norbu, Le Mandala de Sherlock Holmes. L’auteur prend pour point de départ l’enquête sur le meurtre d’un peuple et d’une culture et le vol d’une histoire et d’une identité pour examiner quelques limites théoriques du postmodernisme et du postcolonialisme dans la compréhension de la littérature tibétaine moderne.

4Au final, l’ouvrage clarifie, grâce à une analyse sociale, culturelle et politique, les circonstances complexes auxquelles font face les écrivains tibétains en République populaire de Chine et en situation d’exil. La richesse d’informations sur le parcours des auteurs tibétains en Chine et à l’étranger, les contextes sociaux et politiques dans lesquels ils écrivent et la qualité littéraire de leurs œuvres apportent un point de vue inédit sur la production littéraire tibétaine. On peut cependant regretter une certaine redondance des propos qui associent pour la majorité le changement social à la colonisation chinoise. Un intérêt plus marqué pour le transnationalisme dans lequel évoluent les nouvelles générations tibétaines aurait permis de mettre en relief ces analyses, du moins pour les travaux les plus récents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Humeau, « Modern Tibetan Literature and Social Change, Lauran R. Hartley & Patricia Schiaffini-Vedani (éds) », Moussons, 15 | 2010, 219-221.

Référence électronique

Julie Humeau, « Modern Tibetan Literature and Social Change, Lauran R. Hartley & Patricia Schiaffini-Vedani (éds) », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/421

Haut de page

Auteur

Julie Humeau

Docteur en anthropologie, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page