Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Breeds of Empire. The « Invention » of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950, Greg Bankoff & Sandra Swart (éds)

Miami : NIA Press, 2007, 263 p.
Damien Onillon
p. 221-223
Référence(s) :

Greg Bankoff & Sandra Swart (éds), Breeds of Empire. The « Invention » of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950, Miami : NIA Press, 2007, 263 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Greg Bankoff et Sandra Swart regroupe neuf contributions, divisées en deux parties, d’historiens spécialisés en histoire environnementale, économique ou sociale et d’une anthropologue. Chacune de ces contributions s’intéresse à l’introduction et à « l’invention » de nouvelles espèces de chevaux en Asie du Sud-Est en général, et particulièrement en Thaïlande, en Indonésie et aux Philippines, mais aussi en Afrique du Sud. Cette introduction s’effectue dans le contexte de la colonisation et du développement impérial européen (du xvie au xxe siècle), mais aussi du commerce maritime colonial dans l’océan Indien entre l’Afrique et l’Asie du Sud-Est. Processus qui explique que les chevaux de Thaïlande, des Philippines, mais aussi le Cheval du Cap en Afrique du Sud et le poney Basotho du Royaume du Lesotho partagent un même patrimoine génétique que les chevaux indonésiens. La création et le développement d’une espèce sont autant le résultat de l’influence de l’environnement et des capacités d’adaptation de l’animal à celui-ci que des interventions humaines. Ces trois facteurs combinés ont permis l’émergence de variétés de chevaux possédant leurs propres caractéristiques physiologiques. Le cheval fut ainsi inventé aussi bien sur le plan symbolique des représentations que par intervention humaine sur la morphologie même de l’animal. Une espèce constitue ainsi des animaux qui, par la sélection et la reproduction, développent des caractéristiques particulières qui se transmettent à travers les générations. Les manipulations étaient effectuées en vue de développer des caractéristiques spécifiques pour un usage particulier de l’animal. Ainsi, les colonisateurs ont apporté en plus des hommes et des marchandises, des chevaux venant aussi bien d’Europe, d’Arabie, des Amériques que de la Chine et du Japon, dans un environnement dont ils n’étaient pas autochtones.

2Chacune des contributions tend à montrer que les répercussions de la colonisation dépassent l’impact sur la population locale et l’environnement, car elle concerne également la population animale. En outre, le cheval fut un instrument pour conquérir la terre et les hommes. Ces textes s’intéressent à l’adaptation des chevaux à leur nouvel environnement et à leur changement de rôle dans la société coloniale, montrant ainsi l’importance du rôle de l’introduction et de l’élevage d’une espèce animal dans une perspective historique. Mais, si le rôle que les chevaux ont pu jouer dans les sociétés humaines n’est pas une nouveauté, le placer dans le contexte du colonialisme est plutôt rare. Les auteurs veulent ainsi mettre en évidence l’importance des recherches centrées sur les animaux ; ils revendiquent le développement d’une histoire centrée sur les espèces et notamment une histoire du cheval, se détournant ainsi de l’approche anthropocentrique traditionnelle. Malgré tout, dans chacune des contributions, on constate l’importance des sources anthropocentriques car c’est principalement à travers les activités et les initiatives humaines que l’on a accès à une histoire animale.

3Les chapitres constituant la première partie de l’ouvrage s’intéressent particulièrement aux liens commerciaux et impériaux entre les éleveurs et la cour royale et les marchands et les acheteurs. La première partie concerne l’origine royale et l’évolution de l’élevage des chevaux dans l’archipel indonésien, montrant ainsi les connexions entre l’Asie du Sud-Est et l’Afrique du Sud ou bien le commerce régional entre la VOC (Compagnie des Indes Orientales) et la cour du roi du Siam. Puis elle dévoile les routes commerciales maritimes des Européens concernant les chevaux à travers l’océan Indien. William Gervase Clarence-Smith fait un compte rendu du commerce des chevaux dans l’océan Indien, entre 1800 et 1914, en mettant l’accent sur la relation entre les chevaux et la production de ressources coloniales, telles que les mines en Afrique du Sud et les plantations de la Réunion ou d’Asie du Sud-Est. Les deux chapitres suivants abordent la question de l’élevage des chevaux dans l’archipel indonésien et son évolution liée au rôle de la cour royale. Bernice de Jong Boers présente le cheval de l’île de Sumbawa et montre la relation entre environnement naturel, occupation humaine et élevage de chevaux afin d’évaluer les conséquences écologiques de cette activité. La première partie se clôt sur un chapitre concernant un récit sur le cheval javanais à la cour Ayutthaya du Siam. En effet, le cheval n’était pas utilisé comme un animal de trait, mais à des fins militaires ou cérémonielles. La possession d’un cheval était liée au statut social, ce qui explique son rôle symbolique parmi l’élite. Lors des processions royales, seuls les officiels (des « grandes » personnes) pouvaient monter les chevaux. Le roi, quant à lui, montait une espèce de cheval particulière que l’on nommait le cheval sacré ou bien le cheval d’empire. Selon un manuel d’état, seul un cheval au corps blanc et à la tête noire convenait à un roi. L’auteur Dhiravat na Pombejra montre que le commerce des chevaux était plus un facteur de relations inter-État qu’une transaction commerciale. De plus, il fait apparaître le rôle principal émergeant de l’État colonial pour stimuler la demande par l’intermédiaire de la VOC qui s’efforçait d’y satisfaire.

4La seconde partie, quant à elle, se tourne vers le gouvernement colonial espagnol qui diffusa les chevaux aux Philippines. Puis vers l’Afrique du Sud, où le cheval est associé à l’identité nationale et à la formation de l’État. Les deux premiers chapitres nous emmènent aux Philippines, territoire où le cheval n’avait jamais existé avant son introduction par les Espagnols. Greg Bankoff décrit comment le cheval fut forcé de s’adapter à son nouvel environnement et son intégration à la société coloniale. Dans la société espagnole, le cheval fut un engin de guerre et un symbole de noblesse. Le mot espagnol pour dire gentleman est caballero qui signifie cavalier ou éleveur de chevaux. Avoir des chevaux permettait de montrer publiquement sa richesse et son statut. Par son physique, le cheval n’était pas adapté aux travaux dans les rizières, par contre, il était indispensable pour le transport. L’animal modifie son environnement, mais l’environnement le transforme également. Plus le nombre de chevaux augmentait, plus leur taille diminuait, les rendant impropres à un usage militaire. Cela, en partie à cause de l’environnement local, où il y avait un manque de pâturage. L’État marqua sa volonté d’inverser la tendance en introduisant des espèces étrangères de chevaux de grande taille et par l’émasculation des étalons locaux pour les empêcher de se reproduire. Les Espagnols pensèrent que la vie sous les tropiques altérait les hommes et les animaux et que la science pouvait y remédier. Il fallait une intervention humaine, telle que le contrôle de la population locale par une puissance coloniale pour échapper à la sauvagerie.

5Les chapitres qui clôturent cet ouvrage nous font voyager jusqu’en Afrique du Sud. Au Cap, les poneys furent importés par les Néerlandais depuis leur colonie d’Asie du Sud-Est, ils jouèrent un rôle dans le processus de colonisation sociopolitique. Le cheval fut utilisé comme animal de trait pour modifier l’environnement et fut aussi utilisé par les autorités pour montrer leur différence, particulièrement entre les colons blancs et la population locale. Depuis 1797, deux cultures du cheval s’opposent. L’une qui suit le modèle de l’industrie de la course de l’Empire britannique, et l’autre qui adopte une posture plus utilitaire de l’animal. Ainsi, à une mode métropolitaine s’oppose un usage colonial indigène. Cette opposition entraîna des différences phénotypiques bien distinctes entre les espèces de chevaux. Sandra Swart montre les effets de ces transformations sur les chevaux du Lesotho : le poney Basotho originaire d’Asie du Sud-Est devint une espèce à part entière suite à la manipulation humaine durant l’élevage colonial. Ce cheval devint un symbole de l’identité mâle nationale.

6Ces contributions mettent l’accent sur la manière dont l’élevage des chevaux peut être vu comme un facteur de changement au niveau historique par son influence sur la culture de la population locale et son adaptation à son nouvel environnement. Ainsi, on peut se demander si des groupes d’hommes ont occupé des territoires car ils étaient plus favorables à l’élevage des chevaux. Si le cheval est le personnage principal de ces récits, ses actions sont majoritairement soumises à celles des hommes. Les auteurs veulent mettre en avant une histoire des espèces et particulièrement centrée sur les chevaux. Ainsi l’historiographie découvre que des animaux tels que les chevaux peuvent avoir une histoire, qui serait indépendante de leur simple rôle utilitaire et d’accessoire dans les affaires humaines, à travers leurs rôles passif et actif dans la culture humaine. Les « animal studies » sont devenues un champ académique en plein développement concernant de nombreuses disciplines, notamment grâce à l’émergence de l’histoire environnementale. Il s’agit de s’interroger sur l’espace qu’occupent les animaux dans la société humaine et la manière dont les animaux et les hommes interagissent, particulièrement sur le rôle que jouent les animaux, notamment sur la manière dont un groupe d’individus peut les utiliser dans un but de construction identitaire. En effet, le cheval fut un agent impérial qui a même constitué une part du « portemanteau biota » selon l’expression d’Alfred Crosby qui suivit la colonisation européenne à travers le monde depuis le xve siècle. Ainsi les gènes des chevaux furent disséminés le long des voies de commerce et de diplomatie impériale, mais aussi par la volonté de gouvernements coloniaux d’introduire et d’améliorer les chevaux à des fins militaires, d’infrastructure ou agricoles.

7Dans ces essais, nous voyons la variété des moyens par lesquels les chevaux furent utilisés et conçus pour les intérêts de l’Empire. Ainsi, si les chevaux ont eu un impact sur la société locale et l’environnement, la société et l’environnement ont réciproquement eu un effet sur l’animal. Les chevaux n’ont pas seulement fourni du pouvoir et un moyen de transport aux colonisateurs et à la population locale, ils ont aussi altéré leur nouvel environnement. Les colons blancs en Afrique du Sud voulurent transformer l’environnement en important des chevaux. Ceux-ci furent les premiers « objets » issus de leur pays d’origine qu’ils amenèrent avec eux. Les chevaux firent ainsi partie intégrante de leur identité en tant qu’Européens. Les chevaux étaient utilisés sur le plan symbolique autant que matériel pour affirmer leur différence de la population locale. La première milice armée fut initiée par la VOC, puis le premier Kommando établi en 1670 initia l’utilisation militaire du cheval qui n’était jusqu’à lors confiné qu’au rôle de transporteur. Malgré tout, les colons blancs n’arrivèrent pas à s’assurer l’exclusivité de l’usage des chevaux. Les colons créèrent de nouvelles espèces de chevaux pour répondre à leurs besoins. Ces chevaux des colons blancs étaient considérés comme différents et surtout supérieurs. Dans ce contexte, le cheval n’était pas symbole du sauvage, mais de la nature domestiquée, de la civilisation, de la colonisation blanche. Les scientifiques européens commencèrent à percevoir l’influence des sols et des climats sur la distribution des espèces et à spéculer sur les effets sur les organismes de ces interactions de végétaux et d’animaux. La propagation des animaux et leur acclimatation montraient la possibilité d’une colonisation humaine dans des territoires aux conditions différentes du pays d’origine.

8Cet ouvrage aux contributions variées et riches en informations historiques, géographiques et socio-économiques dans des contextes différents (Afrique du Sud, Philippines) couvrant une large période est d’un grand intérêt. De plus, il reste accessible, s’adressant ainsi aussi bien à un large public intéressé par les chevaux qu’à un public spécialisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Onillon, « Breeds of Empire. The « Invention » of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950, Greg Bankoff & Sandra Swart (éds) », Moussons, 15 | 2010, 221-223.

Référence électronique

Damien Onillon, « Breeds of Empire. The « Invention » of the Horse in Southeast Asia and Southern Africa 1500-1950, Greg Bankoff & Sandra Swart (éds) », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/425

Haut de page

Auteur

Damien Onillon

Doctorant en anthropologie, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page