Navigation – Plan du site
Comptes rendus

De palmes et d’épines. Tome 3 : Vers le port d’attache. Phuket, Sud de la Thaïlande (1975-2007), Jean Boulbet

Paris : Sevenorients, coll. « Nature humaine », série « Ethnologie de l’Asie du Sud-Est » dirigée par Pierre Le Roux, 2009, 214 p., 98 figures (cartes, photos, dessins), cahier de 16 pages de photographies, bibliographie des travaux de J. Boulbet
Jean Baffie
p. 224-225
Référence(s) :

Jean Boulbet, De palmes et d’épines. Tome 3 : Vers le port d’attache. Phuket, Sud de la Thaïlande (1975-2007), Paris: Sevenorients, coll. « Nature humaine », série « Ethnologie de l’Asie du Sud-Est » dirigée par Pierre Le Roux, 2009, 214 p., 98 figures (cartes, photos, dessins), cahier de 16 pages de photographies, bibliographie des travaux de J. Boulbet.

Texte intégral

1Après un premier ouvrage sur sa vie au Sud-Viêt Nam en pays cau maa’ qui couvrait la période 1947-1963 et un deuxième ouvrage sur son séjour au Cambodge de 1963-1975, Jean Boulbet, qui fut membre de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), nous livre la dernière partie de sa biographie qui se déroula essentiellement en Thaïlande, dans l’île de Phuket, de 1975 à 2007, année de son décès à l’âge de 81 ans.

2Toute une première partie du livre (chapitres II et III, p. 31-94) rappelle les découvertes de dessins, peintures rupestres et de statues d’argile faites par Boulbet dans les provinces de Phang Nga et de Krabi à partir de 1982. Boulbet se contente le plus souvent de donner le récit de ses découvertes; même s’il évoque – pour les dessins pariétaux – la présence de Mokens (chao le), il laisse à d’autres le soin de réaliser des études archéologiques plus savantes. D’autres peintures datent plus vraisemblablement des xviie-xviiie siècles puisqu’on y voit des vaisseaux et des officiers européens de cette époque. D’une manière générale, les très nombreuses photos ainsi que les dessins, de la main même de Jean Boulbet, font de ces chapitres un vrai document de travail pour les archéologues. Il est cocasse de noter combien, à cette époque, Boulbet, le forestier des Pyrénées, des Hauts Plateaux du Sud Viêt Nam et le gardien du périmètre d’Angkor, était devenu lui-même un homme de la mer Andaman, puisque ces découvertes ont surtout été faites par voie maritime.

3L’ouvrage intéressera particulièrement ceux qui veulent en savoir davantage sur Phuket et le Sud de la Thaïlande d’avant le grand développement touristique des années 1980-1990. Installé à Patong dès juillet 1977, une époque où il était encore impossible de se rendre à Phuket en avion, Boulbet fut le témoin du développement spectaculaire de cette station balnéaire, la plus populaire de l’île, et, aujourd’hui, sans doute la plus déjantée. Trois décennies durant, Jean Boulbet fut l’Européen le plus connu de Patong. Dans un chapitre sur « Patong, paradis pour qui ? », un guide de voyage consacre un encadré au « Tabe des gens de Patong » (Sudara 2000 : 124-125). L’article prend fin par ses mots de Boulbet : « Patong est dans ma tête, dans mon cœur et dans mes veines ».

4Les réflexions de Boulbet sur les musulmans de Phuket (36 % de la population pour officiellement 42 mosquées) ne sont pas sans intérêt. Au cours de ses premières années à Patong, il ne fait ainsi aucune différence entre jeunes filles bouddhistes et jeunes filles musulmanes pour ce qui est de la liberté des mœurs. Il est pourtant notable qu’il se lie d’amitié avec des imams, mais n’ose jamais franchir le seuil de la mosquée.

5Encore plus que les précédents, cet ouvrage est un hymne à l’amitié. Au fil des pages et des photographies, on croise des amis de toujours comme Michel Brunet, François Bizot, André Limon, Bruno Dagens, Hervé Manac’h, Claude Jacques, Georges Condominas. Sans jamais avoir été un intime de Boulbet, j’ai eu l’occasion de le rencontrer à diverses reprises au cours de la décennie 1980 et surtout au cours de l’année 1990, lorsque, avec François Bizot, nous avons travaillé pour un bureau d’étude parisien, Score International, à la préparation d’un projet visant à présenter un plan de développement du tourisme dans la région Nord-Est de la Thaïlande. C’est à cette occasion que j’ai pu constater l’étendue de la connaissance de Boulbet en botanique et foresterie. Il pouvait ainsi nous donner le détail de la couverture végétale que l’on pouvait rencontrer sur la route menant à Ubon Ratchathani, alors que nous étions confortablement installés dans notre bureau de Bangkok. C’était tout simplement prodigieux.

6Il était bien entendu illusoire de croire que Boulbet allait changer avec l’âge. De fait, un des mots qui revient le plus souvent dans ce troisième volume (comme dans les précédents) est « fille », souvent dans « jeune fille ». Il se marie ainsi en 1977 avec – semble-t-il – une très jeune Thaïlandaise, alors qu’il est âgé de 51 ans. Mais, Boulbet a un réel problème avec l’âge. Il paraît hésiter à reconnaître que le surnom que lui donnèrent les habitants de Phuket, « Tabe », signifie « grand-père » (ta) Boulbet.

7Comme les deux précédents, cet ouvrage est une belle réussite matérielle, depuis la couverture jusqu’à l’utilisation des photos. Notons que les photographies du cahier central ont cette fois des légendes très détaillées. Certaines pourtant, qui concernent l’épisode cambodgien de la vie de Boulbet, auraient toutefois été plus à leur place dans le volume précédent. Il est toutefois dommage que les noms de départements ministériels thaïlandais soient donnés en français (et éventuellement en thaï transcrit) plutôt qu’en anglais (Royal Forest Department, Fine Arts Department).

8La rédaction de ce récit autobiographique s’arrête fin 2004 ou début 2005. Les toutes dernières années de la vie de Jean Boulbet furent bien plus tristes que l’ouvrage ne le laisse entrevoir. Malade et abandonné de la plupart, Boulbet ne pouvait plus guère profiter de Patong.

9Ces trois volumes retracent un parcours exceptionnel. C’est sans doute la première fois qu’un chercheur (ethnologue, archéologue, géographe) raconte sa vie avec autant de détails et de sincérité. En règle générale, les ethnologues ne révèlent de leur vie privée que ce qui les valorise aux yeux des collègues et des étudiants. N’oublions pas que les fameux carnets de Malinowski et les lettres de Margaret Mead n’étaient pas destinés à la publication. Pour la plupart, le terrain est sacré ; c’est un rite de passage obligé pour l’apprenti-ethnologue. Bien entendu, il ne manque pas d’histoires sur les « épouses » que beaucoup d’ethnologues – parmi les plus renommés – avaient dans les villages étudiés, d’autres se contentant d’amours tarifées lorsqu’ils se rendaient à la capitale ou à la ville la plus proche. Mais celles-ci restaient des sujets de conversation de repas bien arrosés et étaient parfois colportées avec horreur par les bonnes dames françaises des services des ambassades.

10Soulignons pour terminer combien ces trois volumes sont avant tout l’hommage d’un élève à un maître – même si Jean Boulbet n’a jamais donné d’enseignement –, car Pierre Le Roux, qui a porté ce projet du début à la fin, avait développé au fil des années une profonde admiration pour « le maître de Patong ». Et ce troisième et dernier volume, publié deux ans après la mort de l’auteur, est une sorte de livre de crémation, selon la coutume encore très répandue en Thaïlande.

Haut de page

Bibliographie

Sudara Sutchachaya, 2000, Phuket, Bangkok, Sarakadee Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « De palmes et d’épines. Tome 3 : Vers le port d’attache. Phuket, Sud de la Thaïlande (1975-2007), Jean Boulbet », Moussons, 15 | 2010, 224-225.

Référence électronique

Jean Baffie, « De palmes et d’épines. Tome 3 : Vers le port d’attache. Phuket, Sud de la Thaïlande (1975-2007), Jean Boulbet », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/431

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page