Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The Sociology of Southeast Asia. Transformations in a Developing Region, Victor T. King

NIAS Reference Library, 2008, 352 p., illustrations
Jean Baffie
p. 225-227
Référence(s) :

Victor T. King, The Sociology of Southeast Asia. Transformations in a Developing Region, NIAS Reference Library, 2008, 352 p., illustrations.

Texte intégral

  • 1 Rappelons que, il n’y a pas si longtemps, l’anthropologie était désignée par l’expression de « soci (...)

1Victor T. King est un anthropologue britannique ayant mené des recherches sur la Malaysia péninsulaire et les parties malaises (Sarawak) et indonésienne (Kalimantan) de Bornéo ainsi que sur le sultanat de Brunei (King 1992 : 32-33). Après avoir été associé, pendant plus de trois décennies, à l’université de Hull, il a rejoint, en 2005, l’université de Leeds. Il ne semble toutefois pas faire beaucoup de différences entre sociologie et anthropologie1; il est en fait spécialiste de l’aire culturelle « Asie du Sud-Est ».

2Victor King avait déjà proposé de courts bilans de la sociologie de l’Asie du Sud-Est sous forme d’article ou de chapitre d’ouvrage (1994, 1996). Même s’il avait un contenu trop historique, son article de 1996 était très utile et permettait d’espérer un excellent ouvrage sur la question.

3D’autres livres avaient déjà été publiés sur la sociologie de l’Asie du Sud-Est, mais aucun auteur n’avait encore osé signer seul un manuel. Il s’agissait jusque-là de collections d’articles déjà publiés (Evers & Hassan 1974 ; Evers 1980) ou d’ouvrages de plusieurs auteurs (Taylor & Turton 1988). Même si le titre ne l’indiquait pas, l’ouvrage qu’avait signé, seul, John Taylor en 1979 concernait bien l’Asie du Sud-Est, mais l’auteur se limitait à quelques aspects seulement de la sociologie : modernisation, sous-développement et dépendance (Taylor 1979).

4Après une introduction en deux chapitres, l’une sur la région sud-est asiatique, l’autre sur les causes du sous-développement de la sociologie de cette région, King a choisi de développer huit thèmes majeurs : modernisation, sous-développement, classes sociales, ethnicité, relations patrons-clients et corruption, valeurs asiatiques, questions de genres, mondes urbains. Le plan type de chaque chapitre consiste en une introduction théorique suivie de trois études de cas. Mais ce plan n’est suivi que pour les chapitres sur la modernisation, les valeurs asiatiques et les études de genres. De plus, ces études de cas sont de longueurs bien différentes: moins d’une page pour Djakarta contre deux pages pour Kuala Lumpur et Penang et quatre et demie pour Singapour dans le chapitre sur l’urbanisation, neuf pages pour la Malaysia, six pages pour la Birmanie et quatre pages pour Singapour dans le chapitre sur l’ethnicité. Bien entendu, les exemples sont souvent pris sur les terrains de King, l’Indonésie, la Malaysia et Singapour, mais la Birmanie, la Thaïlande et les Philippines ne sont pas oubliées. Il est difficile d’en dire autant du Cambodge, du Laos et du Viêt Nam.

5Ce plan est assez proche de celui de The Modern Anthropology of Southeast Asia. An Introduction que King a publié en 2003 avec William D. Wilder, un autre spécialiste de la Malaysia. On y trouvait aussi un chapitre introductif sur la notion d’Asie du Sud-Est ainsi que des chapitres sur l’ethnicité, sur les genres et sur la vie urbaine (King & Wilder 2003). La plupart de ces chapitres consistaient en de brèves introductions suivies d’études de cas parfois très développées.

  • 2 Et six des onze premiers ministres à avoir été en poste entre 1932 et 1973 étaient d’origine chinoi (...)

6Même si Victor King ne prétend pas être spécialiste de la Thaïlande, il est inévitable que celui qui est plus particulièrement intéressé par ce pays note d’abord les erreurs ou les maladresses le concernant. Le premier ministre Phibun Songkhram ne portait plus son titre de luang après la Seconde Guerre mondiale (p. 122) ; Sarit était déjà maréchal depuis 3 ans en 1957 quand il prit le pouvoir (p. 122) ; Thanin n’était pas général mais un civil (p. 123); mort en 1963, Sarit n’a pas pu être renversé en 1972; son successeur, le maréchal Thanom l’a été en 1973 (p. 124) ; en 1988, Chatichai Choonhavan est devenu premier ministre parce que le général Prem a choisi de refuser le poste (p. 125). King semble ignorer que, dès les années 1960, des Thaïlandais d’origine chinoise occupaient des postes élevés dans l’administration et que, dès les législatives de 1969, de très nombreux Sino-Thaïs se firent élire députés2. Même avec une bibliographie de près de 47 pages, King n’utilise pour chaque étude de cas qu’un nombre très réduit de sources. Ainsi, pour le système patron-client et la corruption en Thaïlande, il ne cite au total pas moins de douze fois en deux pages (p. 124-125) deux articles de Kevin Hewison, un politiste australien aujourd’hui en poste à l’université de Caroline du Nord. Il est, en revanche, assez maladroit de commencer une phrase par « en vérité, un nombre considérable d’études sur la prostitution, etc. » et de ne citer qu’une seule référence à un ouvrage ne traitant pas spécifiquement de la question (p. 215). Prises séparément ces erreurs ne sont pas bien graves, mais leur accumulation laisse perplexe, même si l’on peut raisonnablement penser qu’elles doivent être moins nombreuses pour les pays mieux connus de l’auteur.

  • 3 Il est vrai que King a promis d’aborder dans un prochain ouvrage plusieurs des thèmes privilégiés d (...)

7Bien entendu, il s’agit de la sociologie « de » l’Asie du Sud-Est et non de la sociologie « en » Asie du Sud-Est. Pourtant, je fais partie de ceux qui auraient apprécié de courtes synthèses sur le développement de l’enseignement de la sociologie dans des pays comme la Malaysia, l’Indonésie, les Philippines. Dans ces pays, comme en Thaïlande, on doit pouvoir écrire des histoires de la sociologie depuis plus d’un demi-siècle avec des figures et des œuvres marquantes. Cela aurait au moins permis à King de faire une plus grande place aux sociologues originaires de la région. À cet égard, il aurait pu mentionner le livre très utile publié en 2005, en l’honneur du sociologue malaysien Syed Hussein Alatas, Local and Global Social Transformation in Southeast Asia (Hassan 2005) qui regroupe notamment des contributions d’une douzaine de sociologues asiatiques3.

8Il est bien difficile de ne pas comparer The Sociology of Southeast Asia avec The Modern Anthropology of South-East Asia qui l’a précédé de trois ans. Ma préférence va au premier qui est nettement plus didactique avec de belles cartes, un glossaire, une longue partie (chapitres 2, 3 et 4) sur l’histoire de l’anthropologie en Asie du Sud-Est, et surtout une présentation très utile des grandes théories développées par les grands anthropologues ayant fait des recherches sur le terrain sud-est asiatique (Leach, Sharp, Hanks, Geetz, Nash, Spiro, Provencher, Lehman, Tambiah, Josselin de Jong). Sans être sans intérêt, les photographies auraient gagné à plus de précision: le wat Thalat de la page 257 se trouve ainsi au village numéro 6 du sous-district de Chiangpheng du district de Patiw de la province de Yasothon.

9Le manuel proposé par King constitue une première par un auteur unique. Et même si la réussite n’est pas totale, il convient de saluer l’effort accompli. Dans sa conclusion, King annonce une suite, un second manuel qui traitera des domaines qu’il a trop négligés dans ce premier volume : la religion, les arts, la littérature, les médias, le consumérisme, les styles de vie, la jeunesse, l’éducation. À faire cette énumération, on peut toutefois se demander s’il ne serait pas plus sage de revenir à un ouvrage collectif et de demander à un spécialiste de chacune de ces sous-disciplines de rédiger le chapitre correspondant.

Haut de page

Bibliographie

Evans, Grant (éd.), 1993, Asia’s Cultural Mosaic. An Anthropological Introduction, New York : Prenctice-Hall.

Evers, Hans-Dieter (éd.), 1980, Sociology of South-East Asia. Readings on Social Change and Development, Kuala Lumpur : Oxford in Asia.

Evers, Hans-Dieter & Hassan Riaz, 1974, Studies on Social Stratification in Southeast Asia, Singapour : University of Singapore, Department of Sociology, Working Papers n° 34.

King, Victor T., 1993, A Register of Current United Kingdom Research on Maritime South-East Asia : Malaysia, Singapore, Indonesia and Brunei Darussalam, Hull : The Association of South-East Asian Studies in the United Kingdom.

King, Victor T., 1994, « The sociology of Southeast Asia. A critical review of some concepts and issues », Bijdragen tot de Taal-, Land- en Vokenkunde, 150 : 171-206.

King, Victor T., 1996, « Sociology », in An Introduction to Southeast Asian Studies, Mohammed Halib & Tim Huxley (éds), Londres/Singapour: Tauris Academic Studies/ISEAS, p. 148-188.

King, Victor T., 2001, « South-East Asia: an anthropological field of study? », Moussons, Recherche en Science Sociale sur l’Asie du Sud-Est, 3 : 3-31.

King, Victor T. & William D. Wilder, 2003, The Modern Anthropology of South-East Asia. An Introduction, Londres : Routledge-Curzon.

Taylor, John, 1979, From Modernization to Modes of Production. A Critique of the Sociologies of Development and Underdevelopment, Atlantic Highlands (New Jersey) : Humanities Press.

Taylor, John & Andrew Turton, 1988, Sociology of « Developing Societies » : Southeast Asia, Houndmills : Macmillan Press.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que, il n’y a pas si longtemps, l’anthropologie était désignée par l’expression de « sociologie comparative ».

2 Et six des onze premiers ministres à avoir été en poste entre 1932 et 1973 étaient d’origine chinoise.

3 Il est vrai que King a promis d’aborder dans un prochain ouvrage plusieurs des thèmes privilégiés dans ce recueil : sociologie des intellectuels et sociologie de la religion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « The Sociology of Southeast Asia. Transformations in a Developing Region, Victor T. King », Moussons, 15 | 2010, 225-227.

Référence électronique

Jean Baffie, « The Sociology of Southeast Asia. Transformations in a Developing Region, Victor T. King », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 12 décembre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/434

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page