Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tourism in Southeast Asia. Challenges and New Directions, Michael Hitchcock, Victor T. King & Michael Parnwell (eds)

NIAS Press, 2009, tableaux, figures, bibliographie, index, 360 p.
Jean Baffie
p. 228-229
Référence(s) :

Michael Hitchcock, Victor T. King & Michael Parnwell (eds), Tourism in Southeast Asia. Challenges and New Directions, NIAS Press, 2009, tableaux, figures, bibliographie, index, 360 p.

Texte intégral

  • 1 On notera le passage de l’anglais South-East Asia à l’américain (international ?) Southeast Asia.

1Seize ans après Tourism in South-East Asia, les trois mêmes spécialistes anglais de l’Asie du Sud-Est proposent un deuxième ouvrage collectif sur le tourisme dans cette région1. Sur les dix-sept contributeurs, six avaient d’ailleurs déjà écrit pour le volume précédent. Si l’on exclut la longue (41 pages) introduction des trois responsables et leur brève (4 pages et demie) conclusion, les pays couverts sont assez peu nombreux. En se basant sur les pages marquées en gras dans l’index – extrêmement soigné – on trouve que 66 pages sont consacrées à Bali et à ses habitants, 64 à l’Indonésie, 39 pages au Viêt Nam, 28 pages au Laos, 9 à Hué, 6 pages à Yogyakarta, 6 à Ho Chi Minh-Ville, 5 pages à la Thaïlande, 5 pages à Sabah, 3 à Bangkok, 2 au Cambodge, 2 pages à Singapour. Il s’agit donc largement d’un ouvrage sur le tourisme en Indonésie, au Viêt Nam et au Laos.

2Michael Parnwell, un des trois éditeurs, et dont on attendait un article sur la Thaïlande ou la Birmanie, signe ici le chapitre inévitable aujourd’hui (on n’en parlait guère seize ans plus tôt), mais sans grande surprise, sur le tourisme durable (équitable). Il conclut toutefois que le progrès réalisé l’a surtout été « sur le papier », c’est-à-dire lors des grandes réunions et conférences, plutôt que sur le terrain (p. 252). Les trois articles suivant (p. 254-308), rédigés par Janet Cochrane, Henning Borchers et Mark et Joanna Hampton, traitent du cas indonésien, avec une approche globale pour le premier, en proposant une étude spécifique du cas du parc national de Komodo pour le deuxième, et avec une étude – malheureusement un peu ancienne (1996-1997) – des îlots Gili Trawangan, à Lombok, alors fréquentés par des routards.

3Bien entendu, quelques articles, plus théoriques, couvrent l’ensemble de l’aire sud-est asiatique ou, au moins, illustrent leurs propos par des exemples venant de plusieurs pays. C’est ainsi le cas du court (p. 132-145) article de Linda Richter sur les politiques touristiques en Asie du Sud-Est. Mais, à vouloir parler de tout et pour de nombreux pays, l’auteur ne peut jamais approfondir. Elle ne peut ainsi analyser les divers plans de développement touristiques adoptés par les pays d’Asie du Sud-Est. Spécialiste du tourisme aux Philippines, Richter avait pourtant l’occasion d’écrire un article bien documenté sur un des pays totalement négligé dans cet ouvrage.

4L’autre article généraliste, rédigé par Victor King, est plus ambitieux, comme son titre l’indique « Anthropology and tourism in Southeast Asia ». King note que les études sur le tourisme sont encore peu nombreuses en anthropologie (qu’il ne sépare pas pour l’occasion de la sociologie). Son développement à propos des « questions cruciales » (key issues) est particulièrement intéressant puisqu’il montre clairement l’évolution de cette discipline. Après un usage immodéré d’approches et de notions telles que « impact », « authenticité », « effets destructeurs » qui relevaient d’une sorte d’anthropologie appliquée bien déconsidérée, les chercheurs ont commencé à employer des concepts tels que « hydridité », « invention de la tradition », « stratégies culturelles » (p. 47). Les trois études de cas que propose ensuite King (Indonésie, Thaïlande et Malaysia/Singapour) sont beaucoup trop rapides, même comme simples illustrations.

5Les deux articles sur des pays encore peu traités, le Viêt Nam, par Jonathan Bennett (p. 146-164) et le Laos, par David Harrison et Steven Schipani (p. 165-188) sont plus l’œuvre de consultants que de chercheurs professionnels, mais seront sans aucun doute très utiles pour de futures recherches de terrain.

6Les deux articles rédigés par des auteurs asiatiques sont pour moi parmi les plus intéressants. La contribution de Shinji Yamashita fait un point précieux – mais bien trop rapide (p. 189-205) – sur les recherches en langue japonaise, les siennes tout spécialement, sur les touristes et résidents japonais en Asie du Sud-Est, et surtout à Bali, à Sabah et à Bangkok. L’autre article, de Yuk Wah Chan, également trop bref (p. 206-221) traite de la prostitution transfrontalière au nord du Viêt Nam. Le lecteur réalise ici que la notion de open-ended prostitution, développée par Cohen pour la Thaïlande, peut être utile pour comprendre les relations entre les prostituées vietnamiennes et les clients chinois.

7En dehors des deux articles que je viens de mentionner, une autre contribution, de l’anthropologue hollandaise Heidi Dahles, aborde le thème du tourisme sexuel (p. 222-235). L’intérêt majeur réside dans l’étude des relations entre gigolos balinais et « clientes » européennes. Dahles a également le mérite – en conclusion – de signaler l’absence de recherche sur le tourisme sexuel des gays et des lesbiennes (p. 235).

  • 2 Signalons que E. Cohen, aujourd’hui à la retraite et installé dans le nord de Bangkok, continue de (...)

8Cet ouvrage était-il nécessaire ? Dès la première phrase les auteurs argumentent que depuis le précédent (en 1993) « il y a eu un intérêt académique et populaire croissant pour les activités et le développement touristiques en Asie du Sud-Est » (p. 1). De fait, cette introduction (surtout les pages 12 à 28) et le premier article, écrit par Victor King (surtout des pages 43 à 54), tentent des états des lieux. Mais les travaux sur le tourisme sont de nature trop disparate pour que l’on puisse en quelques pages les résumer. En conséquence, divers auteurs continuent de commenter les travaux anciens de valeurs sûres comme le sociologue israélien Erik Cohen2. Grâce à Cohen, qui ne signe pas, ici, d’article, la Thaïlande est finalement très présente dans ce recueil, même si on attendait un traitement plus spécifique qu’un pays mentionné par un des auteurs comme étant « sans doute le pays d’Asie du Sud-Est ayant rencontré le plus grand succès en matière de développement touristique » (Yamashita : 198).

9King conclut sa contribution principale en affirmant que les études sur le tourisme ont aujourd’hui acquis leur légitimité en anthropologie (p. 67). Pour certains chercheurs peu consciencieux, il n’est pas exclu que ce type d’études soit avant tout l’assurance de bénéficier de terrains agréables (stations balnéaires, sites uniques, hôtels) et d’approches aisées (l’anglais étant partout la langue du secteur touristique). King, avec quelques autres, a d’ailleurs noté des similarités entre les anthropologues et les touristes (p. 55).

  • 3 C’est bien entendu également le reproche que l’on peut faire aux études sur la prostitution en Asie (...)

10Le défaut majeur de l’ouvrage – mais n’est-ce pas la faiblesse des études sur le tourisme en Asie du Sud-Est – reste que, à l’exception des deux courtes contributions sur les touristes japonais et les clients chinois des prostituées vietnamiennes, il étudie presque essentiellement les touristes occidentaux. Surtout, comme cela est souligné par divers contributeurs, le tourisme intérieur est totalement négligé3.

  • 4 De cet auteur citons une référence de langue anglaise : « Tourism and development in a socio-cultur (...)

11Dans la déjà longue bibliographie (p. 314-350) se trouvent surtout des références en anglais (et quelques-unes en indonésien, japonais, vietnamien) ; ne sont mentionnés que les chercheurs francophones qui ont publié en anglais. Et encore, bien incomplètement, puisque les références à deux travaux de Jean-Luc Maurer (p. 45) ont été oubliées dans la bibliographie4.

  • 5 D’autant que la photographie est déjà utilisée – à deux reprises, dont une fois en quatrième de cou (...)

12Notons enfin l’attrait particulier de la couverture (un moine – birman ? – prenant une photo), mais qu’il aurait été préférable de garder pour un autre ouvrage puisque, comme le montre l’index, l’islam, l’hindouisme et même le christianisme sont infiniment plus présents dans cet ouvrage que le bouddhisme5 !

Haut de page

Notes

1 On notera le passage de l’anglais South-East Asia à l’américain (international ?) Southeast Asia.

2 Signalons que E. Cohen, aujourd’hui à la retraite et installé dans le nord de Bangkok, continue de publier sur la question.

3 C’est bien entendu également le reproche que l’on peut faire aux études sur la prostitution en Asie du Sud-Est.

4 De cet auteur citons une référence de langue anglaise : « Tourism and development in a socio-cultural perspective. Indonesia as a case study », Genève, Institut Universitaire d’Études du Développement, Itinéraires, Notes et Travaux, 2, 3e édition, septembre 1981.

5 D’autant que la photographie est déjà utilisée – à deux reprises, dont une fois en quatrième de couverture – dans un autre ouvrage de Victor T. King, The Sociology of Southeast Asia. Transformation in a Developing Region, Copenhague, Nias Press, paru en 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Tourism in Southeast Asia. Challenges and New Directions, Michael Hitchcock, Victor T. King & Michael Parnwell (eds) », Moussons, 15 | 2010, 228-229.

Référence électronique

Jean Baffie, « Tourism in Southeast Asia. Challenges and New Directions, Michael Hitchcock, Victor T. King & Michael Parnwell (eds) », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 12 décembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://moussons.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page