Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Anne Yvonne Guillou

Paris : Les Indes savantes, 2009, 207 p.
Laurence Husson
p. 230-231
Référence(s) :

Anne Yvonne Guillou, Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Paris : Les Indes savantes, 2009, 207 p.

Texte intégral

1La lecture de cet ouvrage consistant et condensé qui jette un éclairage totalement original sur la société cambodgienne donne immédiatement envie de tirer son chapeau à l’auteure, Anne Yvonne Guillou, anthropologue et chargée de recherche au CNRS, par ailleurs lauréate 2008 du prix d’excellence en sciences sociales (domaine Santé/Société) de la Fondation Mattei-Dogan. Et ce, pour diverses raisons : il s’agit d’un sujet neuf, qui dans les faits signifie qu’Anne Guillou, en pionnière, aborde un pan inconnu du savoir sans l’aide d’une littérature existante ; les difficultés des enquêtes de terrain menées de 1990 à 1994 dans un pays convalescent et troublé ; la rigueur de la pensée et de l’expression.

2Ce livre découle d’un doctorat d’anthropologie sociale et d’ethnologie intitulé : « Entre élite sociale traditionnelle et groupe professionnel moderne sous influence étrangère » et traite de la place qu’occupent les biomédecins dans l’offre thérapeutique au Cambodge, aux côtés des moines, médiums et autres soignants traditionnels (kru khmaer).

3L’auteure raconte qu’« aux prémisses de cette recherche, il y a le Cambodge de 1990, l’odeur de la souffrance dans les salles délabrées des hôpitaux, les infirmeries vides et surchauffées où viennent attendre pendant des heures des malades incertains, des médecins distants et hautains qui sont aussi épiciers ou patrons de discothèques pour joindre les deux bouts, des humanitaires occidentaux séduits par le pays mais découragés et critiques ». Elle ajoute que « les premières questions de cette recherche ont surgi de cette incompréhension exprimée par des humanitaires qui cherchaient dans la culture cambodgienne les clés de leurs difficultés à plier médecins et hôpitaux cambodgiens à leurs normes professionnelles ». Il faut préciser qu’Anne Guillou a été consultante auprès de l’Unicef, de la FAO et de l’Health international au Cambodge de 1993 à 1999.

4Les informations qui ont alimenté cette thèse et ce livre ont été recueillies, pour l’essentiel, lors d’un séjour ininterrompu de quatre ans au Cambodge, de septembre 1990 à septembre 1994, dans un pays encore fermé à l’Occident et en proie à la guérilla khmère rouge qui ne s’est éteinte définitivement qu’en 1998. Elles reposent sur des entretiens avec des médecins, des observations participant de la vie hospitalière dans plusieurs hôpitaux et dispensaires du Cambodge et des camps de réfugiés de Thaïlande, sur des enquêtes auprès des autres thérapeutes et soignants et enfin sur le dépouillement d’archives coloniales et sur des documents post-coloniaux.

5Ce livre cherche à comprendre comment la médecine scientifique occidentale, tout à la fois représentation du monde, savoir, pratique et éthique à prétention universaliste, s’intègre et prend sens dans un contexte social autre que celui où elle est née, la société cambodgienne. Pour ce faire, l’auteure a observé le processus de « production » de ces nouveaux acteurs sociaux que sont les médecins cambodgiens. Elle défend l’idée que « le statut social des médecins de formation scientifique trouve ses racines dans la société globale, structurée par les rapports entre les trois grands groupes sociaux que sont les fonctionnaires, les commerçants et les paysans. Les médecins de formation scientifique ont dû inventer une identité qui, comme toutes les identités, se forme dans le double mouvement d’une construction interne au groupe et d’une assignation extérieure, dans laquelle les patients et leurs représentations collectives jouent un rôle de premier plan, par le choix de leur recours, leurs attentes particulières à l’égard des biomédecins, et les représentations qu’ils en ont ». Elle souligne aussi que « la place qu’occupent les médecins de formation scientifique dans l’offre thérapeutique et sanitaire globale au Cambodge, aux côtés d’autres praticiens locaux, moines, médiums… contribue également à définir leur statut et leur identité car ils participent d’univers socio-économiques, symboliques, techniques plus ou moins proches et se définissent ou sont définis les uns par rapport aux autres ».

6Un des intérêts du livre est de tenir fortement compte de l’histoire du Cambodge – pour le moins mouvementée – et d’envisager de façon diachronique le développement de la pratique médicale scientifique. L’auteure résume ainsi son recours à l’histoire et à une présentation diachronique : « un dernier acteur fondamental du développement des médecins au Cambodge est l’État, omniprésent dans la formation du corps médical depuis le Protectorat français (1863), malgré une pratique médicale privée parallèle plus ou moins tolérée selon les époques. De plus, des ruptures brutales, dont la plus sanglante a été l’œuvre du régime totalitaire « khmer rouge » (1975-1979), ont balayé plusieurs fois cet État, les gouvernements et les individus, aboutissant à des recompositions sociales partielles et à des reconstructions de systèmes de santé sur des modèles idéologiques variés. D’autant que ces bouleversements politiques et sociaux ont été associés à des actions et à des pressions étrangères intenses. Le Cambodge, petit pays entouré de ses puissants voisins thaïlandais et vietnamien, eux-mêmes relayés par des puissances plus grandes encore – Chine, États-Unis, URSS, France selon les époques, se trouve pris depuis des siècles dans la dialectique acceptation-rejet-aménagement de ces influences culturelles (au sens large), dont la plus récente est l’aide « humanitaire » internationale ». Ainsi, à chaque moment de son histoire, la médecine – ses pratiques sociales et ses praticiens – constitue un instrument d’analyse qui dépasse le seul cadre de la sphère médicale et procure un éclairage sur les différentiations sociales, sur la gestion du bien-être collectif, sur les rapports de la société cambodgienne avec la modernité et l’Occident.

7L’ouvrage est composé de trois chapitres. Dans le premier, il est question de l’invention de la profession médicale cambodgienne à travers une histoire mouvementée et des statuts et des identités des médecins qui ont eu des difficultés à se définir et à se positionner socialement et professionnellement. Le second chapitre traite de la médecine à l’hôpital, terrain hiérarchisé, de confrontation entre des humanitaires étrangers et le personnel médical khmer. Le troisième et dernier chapitre est consacré aux thérapeutes traditionnels (la médecine traditionnelle ayant été intégrée au système de santé publique) et à une vaste offre de soins proposés aux patients partagés entre pragmatisme et méfiance, selon les termes de l’auteure.

8Il faut donc saluer cet ouvrage qui contribue à la reprise de la recherche anthropologique au Cambodge après une interruption de près de 25 ans et qui a ouvert la voie à de nombreuses autres études, en cours ou achevées, depuis que le pays est confronté à une sévère épidémie de VIH/sida. Notre seul petit bémol – mais en est-ce vraiment un ? – tient à la concision, au condensé du texte, qui a pour corollaire une certaine technicité. Cet ouvrage, à mon sens, s’adresse, et c’est certainement le choix délibéré de l’auteure, à un lectorat très ciblé, principalement celui des professionnels de la santé, des anthropologues de la santé, des humanitaires, sans omettre, cela va de soi, les spécialistes éclairés du Cambodge. Signalons la publication quasi concomitante d’un ouvrage frère : Cambodians and their doctors. A Medical Anthropology of Colonial and Post-Colonial Cambodia, de Jan Ovesen & Ing-Britt Trankell, publié à Copenhague, chez Nias Press, en 2010 et qui embrasse 100 ans de pratique de la médecine dans le pays du sourire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Anne Yvonne Guillou », Moussons, 15 | 2010, 230-231.

Référence électronique

Laurence Husson, « Cambodge : soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Anne Yvonne Guillou », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/439

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherche, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page