Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférence

9th International Conference on Burma Studies. Burma in the Era of Globalization

Université de Provence, Campus Saint-Charles, Marseille, 6-9 juillet 2010
Jean Baffie
p. 165-166

Texte intégral

1Une idée reçue est que, si la Birmanie fait fréquemment la une des médias pour son actualité politique, sociale, ou des événements liés aux excès de la nature, elle est un pays difficile d’accès pour les chercheurs étrangers dans de nombreuses spécialités et produit peu de chercheurs locaux pour avoir longtemps limité le développement de l’enseignement supérieur. Cependant, la réalité est que neuf conférences internationales sur les études birmanes ont été tenues depuis 1988. Depuis cette date, en effet, tous les deux ans, une réunion de ce type est organisée par le Center for Burma Studies de l’université de l’Illinois du Nord, à De Kalb (États-Unis) ou à l’extérieur des États-Unis, en partenariat avec une université étrangère. Ce fut ainsi à Göteborg (Suède) en 2002, à Singapour en 2006. La dernière en date s’est tenue à l’université de Provence, à Marseille, en juillet 2010.

2Organisée par une équipe de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (IRSEA), autour de son directeur, François Robinne, lui-même anthropologue spécialiste de la Birmanie, mais avec l’aide du Centre Asie du Sud-Est (CASE), de l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO), de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et bien entendu du Center for Burma Studies de l’université de l’Illinois du Nord, cette conférence a réuni 180 participants, 27 % originaires de France, 14,5 % des États-Unis, 11 % de Grande-Bretagne, 7,8 % du Japon, 7,8 % de Thaïlande, 5,5 % d’Allemagne. Seulement dix participants (5,5 %) sont venus de Birmanie, mais les intervenants d’origine birmane étaient nettement plus nombreux puisque certains sont venus de Thaïlande, d’autres de Hong Kong, de Malaisie, des États-Unis, d’Australie, du Japon, de Grande Bretagne, de Suède, de Suisse, et même de France.

3Parmi les thèmes abordés, la littérature fut à l’honneur. En invitant la romancière Daw Ju, c’est non seulement la place qu’occupe dans la société birmane la littérature au sens large – des œuvres littéraires aux traités d’astrologie, des commentaires bouddhiques aux revues généralistes disponibles à tout un chacun via le réseau des bouquinistes de quartier – qui a été mise en avant ; à travers cette écrivaine, c’est aussi la place de la femme birmane à tous les niveaux de la vie politique et sociale de Birmanie qu’un hommage appuyé fut très expressément rendu.

4Furent également invités d’honneur trois fondateurs des études birmanes auxquels est redevable l’exceptionnelle dynamique de cette discipline : Denise Bernot grâce à qui les études birmanes ont vu le jour en France, et qui, du monumental Dictionnaire birman-français au Rire de la terre, continue de nous entraîner dans les différents arcanes de la langue birmane ; F.K. Lehman (kha) U Chit Hlaing dont The Structure of the Chin Society suivi de l’œuvre que l’on sait a contribué et contribue toujours au renouvellement des études en anthropologie sociale ; Pierre Pichard dont l’Inventaire des monuments de Pagan fut achevé avant que la politique de « restauration » vienne brouiller les pistes et le porte vers d’autres temples : de Thaïlande, du Viêt Nam ou du Laos, du Bhoutan ou du sud de l’Inde.

5Et à travers les chercheurs, enseignants ou étudiants venus de Birmanie, ou Birmans issus de la diaspora, c’est bien sûr à l’ensemble des Birmans confrontés aux difficultés que l’on sait que s’est tournée la pensée des organisateurs et des intervenants.

6Inaugurée le mardi 6juillet par le vice-président pour l’International de l’université de Provence, cette 9e Conférence Internationale sur les Études Birmanes consistait en vingt et un ateliers couvrant la plupart des domaines de la recherche, de la préhistoire à l’économie, de la linguistique au bouddhisme, de l’art aux relations internationale. Quelques ateliers étaient plus spécialisés. Celui sur les weikza, des figures spécifiques au bouddhisme birman, proposé par Bénédicte Brac de la Perrière et Guillaume Rozenberg, a réuni huit communications. Celui sur les « Wa Studies », présidé par Justin Watkins, a réuni huit interventions et pourrait faire l’objet d’une publication indépendante. L’atelier « the Moving Frontiers of Burma » présidé par Maxime Boutry a réuni onze communications dont une sélection sera publiée dans un numéro spécial de la revue Moussons. Nul doute que bon nombre d’autres communications de qualité donneront des articles pour le Journal of Burma Studies la revue que publie le Center for Burma Studies depuis 1997.

7Cette conférence a été conçue comme un espace de rencontre, de réflexion et de création. Création scientifique et création artistique s’entremêlèrent. Plusieurs événements culturels jalonnèrent ainsi les quatre jours de cette conférence avec l’ambition de dresser une passerelle entre les dimensions sociale, politique et scientifique dont les modes d’expression artistiques constituent le prolongement. Qu’il s’agisse des expositions de peintures d’artistes birmans nous invitant à porter « un autre regard », de photos interprétées comme « les battements d’ailes de papillons birmans », de vidéo-projections à travers l’œil de photographes birmans, ou encore de la représentation théâtrale par des acteurs birmans, ces espaces de création sont fondamentalement birmans en ce qu’ils sont conçus comme autant d’espaces de liberté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « 9th International Conference on Burma Studies. Burma in the Era of Globalization », Moussons, 17 | 2011, 165-166.

Référence électronique

Jean Baffie, « 9th International Conference on Burma Studies. Burma in the Era of Globalization », Moussons [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/625

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche CNRS, IrAsia, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page