Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées : les « fiancées » vietnamiennes en Chine, Caroline Grillot

Paris/Bangkok : Connaissances et Savoirs/IRASEC, 2010, bibl., cartes, tableaux, 407 p.
Jean Baffie
p. 174-175
Référence(s) :

Caroline Grillot, Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées : les « fiancées » vietnamiennes en Chine, Paris/Bangkok Connaissances et Savoirs/IRASEC, 2010, bibl., cartes, tableaux, 407 p.

Texte intégral

1L’anthropologie des frontières occupe une place de plus en plus éminente dans la discipline. Caroline Grillot y apporte ici une contribution d’un excellent niveau qui devrait intéresser bien plus que les seuls spécialistes de la Chine et du Viêt Nam.

2Ethnologue et sinologue (Nanterre et INALCO), C.Grillot a passé dix ans en Chine et termine un Ph.D. en anthropologie en cotutelle de l’université Macquarie de Sydney et de l’université libre d’Amsterdam.

3Dans son introduction particulièrement élogieuse, Pierre Le Roux parle de son enquête comme d’une sorte d’exploit. Mener une enquête approfondie des deux côtés de la frontière de pays en relations souvent délicates n’est certes pas une mince affaire, surtout quand il s’agit d’un sujet aussi délicat que la mixité des couples. C.Griot précise elle-même que son étude est « le fruit de mois de rencontres continues lors de plusieurs longs séjours […] dans quatre bourgades de la frontière sino-vietnamienne » (p. 360). Elle a voulu d’une part replacer le phénomène des couples transfrontaliers dans un « continuum historique », mais surtout « approfondir l’analyse de la pertinence de ces unions » (hommes chinois/femmes vietnamiennes) dans le contexte socio-économique contemporain des régions frontalières sino-vietnamiennes.

4C. Grillot, qui parle couramment le chinois et a, semble-t-il, des connaissances en vietnamien (même si, au Viêt Nam, elle devait être accompagnée d’une interprète), est ethnologue et utilise le concept d’espace social tel que le définit Georges Condominas, même si elle n’en fait pas un usage systématique. Le lecteur sent, en revanche, surtout dans les quatre derniers chapitres, un excellent travail d’ethnographie. Même si cela ne joue pas toujours dans le sens de la fluidité du texte, le lecteur appréciera les longs extraits des nombreux entretiens menés sur le terrain par C. Grillot. L’anthropologue se présente précisément dès l’introduction et annonce très directement les points qui ont pu faciliter sa recherche femme étudiant la situation d’autres femmes, épouse d’un Chinois comme elles, maîtrisant la langue chinoise (p. 29-30).

5La structure de l’ouvrage se compose de huit chapitres de longueur parfois très inégale. Ainsi le premier chapitre « Question de vocabulaire », long de quatre pages (!), aurait pu être intégré à l’introduction. Le deuxième chapitre (48 p.) présente le terrain et donne des éléments théoriques sur la notion de frontière et sur l’approche choisie. Le troisième chapitre (56 p.) donne de précieux éléments sur les sociétés chinoise et vietnamienne, leurs conceptions du mariage, et leurs problèmes démographiques. Avec le chapitre quatre (52 p.) l’enquête de terrain s’impose davantage puisqu’il s’agit des « facteurs de rencontre ». Le chapitre cinquième (50 p.) aborde directement le propos principal du mariage transnational ; le paragraphe qui commence en page 239 le résume par cette accumulation de termes « épouse, fiancée, maîtresse, mère ». Le chapitre suivant (46 p.) traite des représentations sociales et donne des informations très intéressantes sur les images des épouses vietnamiennes chez les Chinois et des maris chinois chez les Vietnamiennes. Le chapitre sept, essentiellement rédigé à partir des notes de terrain, mais malheureusement un peu court (24 p.), s’intitule « mixités culturelles et vie domestique » et parle des difficultés de la vie quotidienne des couples mixtes. Le huitième et dernier chapitre (36 p.) parle du retour au Viêt Nam des épouses pour lesquelles le « mariage » s’est soldé par un échec ou celles qui avaient fait l’objet d’enlèvements et de trafics. En conclusion, C. Grillot rappelle que ces mariages mixtes de la région frontalière sino-vietnamienne concernent des milliers de femmes et qu’elle a voulu contribuer comme ethnographe et ethnologue à un phénomène jusque-là surtout traité par des démographes ou des experts pressés. Son objectif est très largement atteint.

6Les points améliorables ne sont pas absents cependant. Il aurait ainsi été préférable d’éviter les trop longues citations – parfois d’une page entière comme aux pages 55, 107, 119, 123, 132, 133, 209; certes, elles apportent des informations parfois difficiles à trouver en France, mais cela alourdit considérablement le style et donc la lisibilité. Diversifier les références aurait également été une bonne chose pour le premier chapitre sur les frontières qui paraît surtout reposer sur l’ouvrage – certes fondamental – dirigé par P.-B. Lafont sur le sujet en 1989 ; les cartes sont nombreuses mais souvent bien peu lisibles et leur origine n’est le plus souvent pas mentionnée ; les tableaux – généralement très utiles – auraient pu être numérotés, enfin, reproche habituel pour un ouvrage de plus de 400 pages, l’absence d’un index rendra la consultation moins aisée pour le chercheur pressé en quête d’une référence précise, même si la table des matières détaillée (4 pages) compense pour une part ce manque.

7Ces réserves, qui tiennent vraisemblablement pour une large part à un certain manque de confiance bien compréhensible chez une doctorante, enlèvent peu au grand intérêt que l’on prend à la lecture du livre de Caroline Grillot. Sur un sujet où il n’existe quasiment rien en langue française, il sera la référence indispensable. Le lecteur anglophone attendra l’ouvrage final qui sera certainement publié en anglais et qui sera issu de la thèse de Ph.D. que C. Grillot s’apprête à soutenir en Australie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées : les « fiancées » vietnamiennes en Chine, Caroline Grillot », Moussons, 17 | 2011, 174-175.

Référence électronique

Jean Baffie, « Volées, envolées, convolées… Vendues, en fuite ou re-socialisées : les « fiancées » vietnamiennes en Chine, Caroline Grillot », Moussons [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/637

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche CNRS, IRSEA, université de Provence, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page