Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Headhunting and Colonialism. Anthropology and the Circulation of Human Skulls in the Portuguese Empire, 1870-1930, Ricardo Roque

Basingstoke : Palgrave-MacMillan, Cambridge Imperial and Post-Colonial Studies, 2010, 342 p.
Frédéric Durand 
p. 175-177
Référence(s) :

Ricardo Roque, Headhunting and Colonialism. Anthropology and the Circulation of Human Skulls in the Portuguese Empire, 1870-1930, Basingstoke : Palgrave-MacMillan, Cambridge Imperial and Post-Colonial Studies, 2010, 342 p.

Texte intégral

1Le livre de Ricardo Roque sur la chasse aux têtes et le colonialisme dans l’empire portugais est tiré d’une thèse de doctorat soutenue à l’université de Cambridge en 2007. Bien que son titre laisse envisager une aire d’extension large, son propos se limite en réalité essentiellement à des éléments et événements liés à la colonisation de la partie orientale de l’île de Timor, située entre l’Indonésie et l’Australie. Les Portugais y ont mené des activités commerciales et religieuses à partir des années 1520 (notamment à travers l’exportation de bois de santal), avant de se lancer dans une réelle colonisation au xixe siècle. Cette dernière s’est achevée en décembre 1975, après la révolution des Œillets, lorsque le Portugal n’est pas parvenu à mener à bien le processus de décolonisation et que l’armée indonésienne a envahi le territoire, pour l’occuper pendant près de vingt-cinq ans.

2L’ouvrage traite de deux sujets interconnectés : la chasse aux têtes pendant les guerres coloniales et les enjeux suscités par les collections de crânes humains pour les musées européens entre les années 1870 et 1930, particulièrement à travers une collection controversée du musée de Coimbra. En étudiant ces deux aspects de l’anthropologie de l’époque, l’auteur cherche à montrer qu’après une première approche coloniale initiale de l’autre sur la base d’une opposition binaire : civilisé/barbare, puis une approche plus moderne en termes d’« hybridation culturelle » entre le colonisateur et le colonisé, il pourrait être plus porteur de raisonner en mobilisant un troisième paradigme, celui de « parasitisme mutuel ». Pour Ricardo Roque, ce concept est plus opératoire, dans la mesure où il montre non seulement les influences, mais aussi les compromissions et les dérives occasionnées par la colonisation, à la fois chez les populations locales et chez les administrateurs coloniaux.

3Pour les nombreux royaumes est-timorais la présence portugaise aurait amené la transformation de rituels relativement limités de décapitation à caractère sacré, en une pratique guerrière de grande ampleur, pouvant même devenir dévastatrice. Par le passé cette activité aurait été strictement encadrée dans le temps et en nombre. Elle aurait avant tout visé à muer quelques têtes en objets de médiation entre le monde des esprits et celui des vivants, les deux jouant un rôle majeur pour les sociétés timoraises. Avec la montée en puissance des Portugais, les guerriers locaux auraient profité de l’autorité « indiscutable » du gouverneur, représentant du roi du Portugal, et de la légitimité fournie par des campagnes militaires d’une importance croissante, pour déborder le cadre religieux et couper massivement des têtes à des fins de pillage ou d’accroissement démesuré du prestige lié à la bravoure personnelle.

4De leur côté, les autorités portugaises se seraient compromises dans une symbiose qui les aurait obligées à entériner cérémonies et rituels liés aux têtes coupées, et pendant longtemps à y participer directement, même si c’était de manière relativement symbolique. De fait, les Portugais n’ont jamais disposé d’une force militaire numériquement importante à Timor, rarement plus de quelques centaines d’hommes. Ce n’est donc qu’en s’alliant à des royaumes locaux, qui leur fournissaient des milliers de combattants, que les gouverneurs portugais ont pu mener les campagnes contre les souverains refusant de reconnaître leur primauté.

5Les informations sur la transformation des mentalités timoraises sont assez limitées, notamment du fait qu’il n’existe pas d’études sur leurs cultures avant le milieu du xixe siècle. L’auteur est donc souvent obligé de palier ce manque en ayant recours à des mythes ou des récits tirés de l’ethnologie contemporaine. En revanche, il montre bien comment, par nécessité pragmatique, les Portugais se sont sentis obligés de s’intégrer dans les pratiques et de respecter les rites même les plus sanglants. La légitimation qu’ils y ont apportée, afin d’asseoir un pouvoir souvent bien fragile, a mis à mal les discours officiels ou théoriques sur la « mission civilisatrice » censée justifier la présence coloniale. La question a été longtemps pudiquement éludée par l’administration portugaise, y compris jusqu’aux années 1860 avec le gouverneur Affonso de Castro, qui conseillait la passivité et la non-interférence, tout en cautionnant les actions des chefs timorais, même celles qualifiées de « cruelles et sanguinaires ».

6Cette attitude a commencé à poser problème avec le gouverneur Celestino da Silva qui, contrairement à ses souvent éphémères prédécesseurs, est resté en poste pendant seize ans, de 1894 à 1908. En lançant plus de vingt campagnes dévastatrices pour « pacifier » le territoire, il a implicitement poussé à son paroxysme la pratique de la chasse aux têtes. Toutefois, après avoir proposé au début de son mandat de continuer à rendre la justice « en harmonie avec les coutumes et pratiques timoraises », Celestino da Silva a rapidement demandé à ses hommes de ne plus cautionner la « fête des têtes » succédant aux opérations militaires. Cette coutume était d’autant plus gênante que des officiers devaient y œuvrer et que le roi du Portugal lui-même était invoqué dans les chants accompagnant ces cérémonies qualifiées « d’horribles et barbares ». À partir de 1896, les Portugais se sont efforcés de limiter leur implication, voire de montrer leur désapprobation, même si la « fête des têtes » a apparemment encore été cautionnée par les successeurs de Celestino da Silva jusqu’en 1912, année marquant la fin de la dernière grande guerre coloniale à Timor-Est.

  • 1 Voir à ce propos l’excellent article de Geoffrey C. Gunn, 2009, « Timor-Leste, from colonial anthro (...)

7Parallèlement à cette analyse du malaise des officiers portugais obligés d’entrer dans une symbiose heurtant leur éducation chrétienne et leur idée des pratiques « civilisées », Ricardo Roque aborde également la question du trafic de crânes vers la métropole, qui a alimenté la recherche à l’époque surtout anthropomorphique. Le lien se fait assez logiquement à partir de l’histoire d’une controverse autour d’une collection de crânes timorais qui a secoué les milieux savants portugais des années 1890 jusqu’aux années 1950, avec même des rebondissements polémiques à la fin du xxe siècle. L’histoire s’avère assez emblématique de la confusion pouvant régner alors. Des anthropologues se sont ainsi vainement efforcés de classer, sur la base de leur seule forme, une trentaine de crânes ayant perdus leurs notices explicatives. Certains y ont vu des populations malaises d’autres des Papous, pendant que d’autres encore pensaient y reconnaître la forme de têtes européennes ou africaines de non-timorais morts au combat. L’incapacité des techniciens de l’anthropomorphologie à trancher cette question prouve une nouvelle fois l’inanité et l’absurdité de l’anthropologie physique. Des générations de chercheurs obnubilés par l’idée qu’il aurait fallu identifier des « races humaines » s’y sont pourtant perdues, avant que l’anthropologie sociale ne parvienne à s’imposer en montrant que l’essentiel était à chercher dans les cultures au sens large, et non dans les caractéristiques physiques. Le cas portugais est à ce titre révélateur car le pays a continué à publier des articles sur la morphologie physique des Timorais jusqu’aux années 1970, même si quelques recherches linguistiques ou sociales ont été menées à partir des années 19501.

8Si l’ensemble de l’ouvrage est bien documenté et son argumentaire généralement convainquant, on pourra cependant regretter que la structure et l’organisation des idées soient parfois un peu pesantes ou sinueuses. Le premier travers gênant se traduit par une tendance à annoncer de manière souvent très détaillée ce dont va parler le chapitre à venir. En lui-même, le principe est pertinent quand l’annonce est brève. Mais lire un résumé sur plusieurs pages de ce qui va être ensuite abordé de manière plus longue donne à de nombreuses reprises une impression de « déjà lu ». Un deuxième travers apparaît dans le traitement de la controverse relative à la collection de crânes non-identifiés du musée de Coimbra. La présentation se déroule un peu à la manière d’une enquête policière, en ménageant des rebondissements au fil des pages et des chapitres. Ce n’est pas forcément désagréable à lire, mais cela oblige le lecteur à suivre l’auteur en aveugle, et à attendre la fin du livre pour découvrir la vérité sur cette collection. Cette option de présentation est en outre rendue d’autant plus complexe que la question est traitée en alternance avec celle du « parasitisme mutuel » à Timor. Pour la clarté du propos, il aurait sans doute été plus judicieux de donner la solution dès le départ, sans chercher à ménager un suspens, et d’expliquer ensuite comment et pourquoi le problème avait évolué ainsi.

9Le lecteur peut aussi à l’occasion rencontrer une troisième frustration, que renforce l’impression laissée par certaines longueurs. L’auteur a en effet visiblement eu accès à des sources privées rares et riches, notamment provenant des familles d’officiers ayant servi à Timor. Il est ainsi à de nombreuses reprises fait mention de courriers ou de rapports comprenant manifestement des informations précises et dont on entrevoit la vraisemblable importance, mais sans que le contenu ne soit bien détaillé. Cela n’enlève toutefois pas l’intérêt de l’ouvrage dans son ensemble, et on peut gager que ces données fourniront la matière à des publications ultérieures que l’on attendra avec grand intérêt.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos l’excellent article de Geoffrey C. Gunn, 2009, « Timor-Leste, from colonial anthropology to an anthropology of coloniasm », The Review of Fernand Braudel Center, vol. XXXII, 3 : 289-337.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Durand , « Headhunting and Colonialism. Anthropology and the Circulation of Human Skulls in the Portuguese Empire, 1870-1930, Ricardo Roque », Moussons, 17 | 2011, 175-177.

Référence électronique

Frédéric Durand , « Headhunting and Colonialism. Anthropology and the Circulation of Human Skulls in the Portuguese Empire, 1870-1930, Ricardo Roque », Moussons [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/639

Haut de page

Auteur

Frédéric Durand 

Maître de conférences, université de Toulouse 2 le Mirail, IRSEA, Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page