Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Policing America’s Empire. The United States, the Philippines and the Rise of the Surveillance State, Alfred McCoy

Madison : The University of Wisconsin Press, 2009, 659 p.
William Guéraiche
p. 181-183
Référence(s) :

Alfred McCoy, Policing America’s Empire. The United States, the Philippines and the Rise of the Surveillance State, Madison : The University of Wisconsin Press, 2009, 659 p.

Texte intégral

1Alfred McCoy pourrait être le personnage d’un roman de Jim Harrison ou de Rick Bass, un chasseur qui à force de battre la forêt ou la montagne du Grand Nord en a acquis une connaissance intime, presque instinctive. Sa quête n’est pas celle du gibier à sensation ou de la leçon de morale mais celle de la connaissance, pour le pur plaisir de l’érudition et la réflexion. Son domaine s’étend sur les deux rives du Pacifique, aux Philippines et aux États-Unis voire au-delà comme sur les théâtres d’opération de l’armée américaine. La période coloniale est son territoire privilégié bien qu’il ose s’aventurer dans les clairières du très contemporain.

  • 1 Dont on peut avoir une bonne synthèse dans un autre livre que McCoy a coédité  (McCoy & Scarano 200 (...)

2L’auteur a largement contribué aux renouvellements historiographiques récents sur la colonisation américaine, phénomène au total mal connu si on la compare à ses homologues européens de la même période1. C’est donc sans grande surprise qu’il donne toute la mesure de son talent sur des thèmes qu’il a explorés auparavant comme l’affaire Conley qui avait défrayé la chronique manillaise au début des années 1920. Le chapitre sur cette affaire (p. 268-292) est illustratif de ce livre foisonnant car il ne réduit pas la narration des événements à une affaire somme toute banale de policier(s) corrompu(s) et de politiciens opportunistes. McCoy évalue la société coloniale à l’aune de ce scandale qu’il interprète comme l’ultime tentative de l’arrière-garde républicaine pour freiner la marche des Philippins vers l’indépendance comme l’annonce la loi Jones de 1916 (p. 269). L’affaire Conley questionne aussi les relations colonisés/colonisateurs. Les pratiques quotidiennes des policiers américains dans le Manille colonial défient la morale. L’administration américaine cautionne le deux poids, deux mesures et à cet égard, le gouverneur général incarne l’hypocrisie coloniale écrit l’auteur (p. 285). Les Filipinos sont sévèrement punis pour de simples jeux de hasard alors que des Américains, débauchés, corrompus, agissent en toute impunité. La raison en est facile à comprendre : les colonisés forment une race inférieure, thème qui d’ailleurs traverse le livre. Les Américains sont racistes, tout comme leurs homologues européens à la même période. La conscience de race explique la brutalité de la conquête et la pacification ; elle ne disparaît jamais puisqu’elle favorise la paranoïa qui saisit le territoire métropolitain au moment de l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale.

3La période coloniale pourrait constituer un livre à part entière, avec sa propre dynamique, servie par les travaux précédents mais surtout l’utilisation des sources. Le travail dans les archives coloniales, tant américaines que philippines, représente des années de recherche. Les documents sur les opérations militaires et l’édification d’un État policier contredisent les discours officiels sur l’assimilation volontaire. Pour la période de l’indépendance (après 1946), les archives se font plus rares, tout au moins aux Philippines, en raison de l’absence de politique de conservation systématique. McCoy contourne ce problème d’une part en menant des interviews et d’autre part par l’usage de la presse. Il est surprenant de constater que des articles de presse ont une charge explosive comparable à des rapports confidentiels avant la guerre. Des articles de presse incriminent nommément des policiers dans des affaires de corruption, d’atteintes aux droits de l’homme, etc. L’auteur expliquerait sans doute qu’il s’agit là d’un affaissement de la conscience civique du pays (p. 532). Si l’on sent un changement presque imperceptible dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’unité est néanmoins maintenue par le talent de conteur de l’auteur qui continue à peindre son étonnante galerie de portraits.

4Trois figures pourraient illustrer les profils de ces hommes qui ont agi efficacement dans les coulisses de l’histoire. Si des dignitaires comme Leonard Wood ont déjà accédé au panthéon des administrateurs qui ont écrit l’histoire coloniale avec le sang des colonisés, à un échelon inférieur, des aventuriers n’ont pas moins contribué à placer les Philippines sur le même plan que l’Afrique équatoriale française (AEF) ou de la colonisation néerlandaise en Indonésie par exemple. Dean Worcester est le type d’homme qui a façonné l’État colonial du début du siècle. Brutal, cynique, cupide, il représente cette caste de républicains de la première heure qui s’est taillé une fortune à la force du poignet. Il n’hésite pas à employer la force pour déloger son compatriote Barton et maintenir son contrôle sur Bukidnon (p. 214-215). Chef du bureau des Tribus non Chrétiennes, El Renacimiento le décrit comme un oiseau de proie. La cour coloniale condamne le journal à payer une amende tellement élevée qu’elle provoque sa faillite. Avec son sens avéré de la revanche, il se rend à la vente aux enchères pour acquérir les droits sur le nom du journal (p. 226). Le deuxième personnage est considéré comme le père du renseignement américain. Modeste officier au début de sa carrière, le colonel Ralph Van Deman se passionne pour la collecte de renseignements individuels lors de son passage aux Philippines et devient le chef du renseignement militaire en France pendant la Grande Guerre. Alors que l’État démocratique américain résiste au fichage de ses citoyens dans les années 1930, Van Deman a l’intuition que la menace de la guerre et du communisme nécessite un système de renseignement moderne et efficace. Bien que mis à la retraite en 1952, il collecte 250 000 fiches individuelles (p. 320). En dépit de l’hystérie collective qui s’abat sur les États-Unis après mars 1947, Van Deman est un froid calculateur. Le dernier personnage est au contraire haut en couleurs, à son aise dans les milieux interlopes. « Ping » Lacson avait déjà attiré l’attention de McCoy dans son livre sur l’armée ([1999] 2001). Après un parcours en eaux nauséabondes de l’armée sous Marcos, Lacson est nommé chef de la police sous Ramos. Ce « super-flic » est un officier brillant tout autant que paradigme de brutalité et de malhonnêteté qui n’hésite pas à faire massacrer les trafiquants de drogue non sans les avoir torturés pour leur faire vider leurs comptes en banque. Il est fascinant de suivre ses péripéties sous trois présidents (de Ramos à Macagapal 1992-2010) et son immense habileté à se mouvoir en politique. Ces hommes montrent à l’envi que la police et le renseignement sont bien le monde de l’envers que les historiens ont du mal à appréhender (p. 51).

5Policing est le portrait de Dorian Gray d’une Amérique sympathique et généreuse – ce qui ne veut pas dire qu’elle ne l’est pas d’ailleurs. Elle l’est parfois quand ses intérêts ne sont pas menacés. Quelque chose a pourri au royaume des fondateurs de la plus vieille démocratie au monde. Les miasmes de l’impérialisme ont contaminé un corps sain. Après les massacres de la pacification perpétrés à Samar, Batangas ou Mindanao, lointain écho de Birni-N’Konni et autres massacres des Hereros, les nouveaux maîtres du pays posent les jalons d’un État policier. Les Philippines ont servi de laboratoire à la métropole. Les techniques les plus avancées de fichage y sont expérimentées avant de traverser le Pacifique (p. 21-27). Elles se combinent avec d’autres méthodes peu glorieuses mais terriblement efficaces de contre-espionnage ou la manipulation des élites par l’usage de scandales. Le chapitre introductif qui satisfera des lecteurs pressés (p. 15-56) montre la continuité entre la guerre coloniale de la fin du xixe siècle et l’invasion en Irak, un siècle plus tard. Entre 1898 et 1901, l’impérialisme n’est pas encore assumé et la conquête fait déjà le lit des opérations spéciales, du fichage ou de l’intrusion dans la vie privée. Les méthodes de surveillance policière ou d’apaisement des tensions sociales sont peaufinées et se banalisent. Des hommes font le lien entre la colonie et la métropole. Le général Harry Bandholtz par exemple, chef de la gendarmerie philippine, a ainsi mis son expérience de désamorçage des conflits sociaux au profit de la métropole à la fin des années 1910 (p. 316-318).

6McCoy montre donc bien comment des hommes ont véhiculé des idées et des techniques de la périphérie vers le centre, et ensuite du territoire américain au reste du monde. Les techniques policières ont en effet pris une dimension planétaire au moment de la guerre froide. Le bureau pour la sécurité publique (Office of Public Safety ou OPS) semble être à l’origine une structure de coopération entre des services de police américains et des pays du Sud. Or, c’est aussi l’OPS qui par-delà la circulation routière enseigne des techniques de contre-guérilla (p. 384 et sq.). Les tortionnaires de Marcos ont ainsi bénéficié des conseils américains. Ces relations sont troublantes tout comme les conclusions auxquelles l’auteur arrive.

7Par une curieuse ironie de l’histoire, les Américains soucieux de leur sécurité ont affaibli de jeunes États démocratiques (p. 539). Les guérillas contre-révolutionnaires ont été expérimentées dans l’archipel, les dernières en date au moment de la War on Terror de l’administration Bush. Les résultats sont en demi-teintes du point de vue de la sécurité. Or, comme le souligne l’auteur, à chaque fois que les troupes américaines interviennent, les espoirs d’une paix négociée (avec les communistes ou les musulmans) semblent s’éloigner. Sur l’ensemble de la période, le principal rendez-vous manqué est celui des Huks (p. 374 et sq.). Cette révolte paysanne, avatar de la question agraire de l’avant-guerre, aurait dû déboucher sur une réforme agraire. Les Américains, soutenant une élite terrienne qui a voulu conserver ses privilèges, ont sacrifié la justice sociale sur l’autel de l’anticommunisme. Belle illustration de la hiérarchie des intérêts et des valeurs portées par l’oncle Sam.

8Sur la période très contemporaine, McCoy remplit un vide sur des questions qui n’avaient jamais été précédemment étudiées, et pour cause, elles demandaient une immersion dans l’univers de la police, ce qu’aucun chercheur n’avait jamais fait auparavant. La méthamphétamine ravage le pays depuis la fin de la guerre mais elle est devenue un fléau social avec la restauration de la démocratie en 1986. Comme pour les enlèvements, principalement de Chinois, des mafias ont tenté de contrôler le marché mais tous ont dû composer, peu ou prou, avec la police. On peut regretter que la prostitution n’ait pas fait l’objet d’un développement particulier mais on devine entre les lignes qu’elle s’inscrit dans les mêmes réseaux que ceux des stupéfiants.

9Comme à son habitude, l’auteur profite d’un thème particulier pour explorer les arcanes de la société philippine. Les philippinistes trouveront matière à réflexion sur les patronages, le mandat de Gloria Macapagal ou l’avenir du pays. Policing se lit comme un roman. Malgré ses 650 pages, le principal regret est que l’éditeur ait été contraint de couper le manuscrit tant l’analyse des événements est stimulante sur le sens de la colonisation, la genèse de l’impérialisme américain, l’échec de la démocratie philippine. C’est le type de livre qui infuse longtemps après qu’on l’ait terminé et avec lequel on continue d’entretenir un dialogue.

Haut de page

Bibliographie

McCoy, Alfred, [1999] 2001, Closer than Brothers. Manhood at the Philippine Military Academy, Manille  : ANVIL Publishing Inc.

McCoy, Alfred & Francisco A. Scarano (éds.), 2009, Crucible Empire : Empire in the Making of the Modern American State, Madison: The University of Wisconsin Press.

Haut de page

Notes

1 Dont on peut avoir une bonne synthèse dans un autre livre que McCoy a coédité  (McCoy & Scarano 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Guéraiche, « Policing America’s Empire. The United States, the Philippines and the Rise of the Surveillance State, Alfred McCoy », Moussons, 17 | 2011, 181-183.

Référence électronique

William Guéraiche, « Policing America’s Empire. The United States, the Philippines and the Rise of the Surveillance State, Alfred McCoy », Moussons [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/645

Haut de page

Auteur

William Guéraiche

Professeur assistant, Université Américaine de Dubai.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page