Navigation – Plan du site
In memoriam

Georges Condominas (1921-2011)

La passion de l’ethnologie
Jean Baffie
p. 5-10

Notes de l’auteur

Marie-Annick Morisson, du musée du Quai Branly, a compilé une bibliographie extrêmement complète de Georges Condominas ; accompagnée d’une biographie de Condo par Jean Baffie et de deux textes inédits en langue française, celle-ci sera proposée aux Presses universitaires de Provence (Aix-Marseille).

Texte intégral

1Georges Condominas s’est toujours considéré comme un ethnologue plutôt que comme un anthropologue. Au cours de son séminaire ou dans ses conférences, il manquait rarement de rappeler qu’ethnographie, ethnologie et anthropologie constituaient pour lui trois moments bien précis. Si l’ethnographie était le travail de terrain, essentiellement descriptif, la restitution des faits observés, l’ethnologie était la réflexion à partir des matériaux recueillis par l’ethnographe et les premières synthèses. Quant à l’anthropologie, elle était une réflexion plus théorisante à partir de matériaux d’origines diverses, parfois même proche d’une certaine philosophie. Selon ces acceptions, Condo, comme l’appelaient tous ceux qui le côtoyaient, fut clairement parfois anthropologue, mais plus souvent ethnographe et ethnologue. Ajoutons que Condo, qui avait à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) la chaire d’ethnologie et de sociologie de l’Asie du Sud-Est, expliquait volontiers qu’il n’y avait pas de différences fondamentales entre sociologie et ethnologie.

Une jeunesse indochinoise

2En 1988, Georges Condominas fit publier La Chasse et autres essais de Louis Condominas, son père. Édité avec le concours du ministère des Affaires étrangères, cet ouvrage comprend un portrait de Louis Condominas par son fils aîné, Condo, « La chasse », un portrait de Lipiou, le grand-père maternel de Condo, et un article plus savant sur les « Moïs du Haut Sông Tranh (1934-1937) ». Sous-officier dans la Garde indigène, Louis était un ethnologue amateur comme d’autres militaires de son époque durant leurs séjours dans les colonies. La mère de Condo était, elle, de père portugais et de mère vietnamienne, mais avait encore du sang anglais, irlandais et chinois. Condo souffrait un peu d’une origine relativement modeste, d’où sans doute son attrait pour les grands noms et les princes. L’hommage de 1988 rendu à son père était quelque chose de très fort et il reçut très mal les critiques de certains de ses collègues sur cet ouvrage qu’ils eurent vraisemblablement des difficultés à comprendre.

Une nouvelle forme d’ethnographie

3Ayant fait un long terrain sur le groupe des Mnong Gar des Hauts Plateaux du Viêt Nam central entre 1948 et 1950, principalement dans le village de Sar Luk, Georges Condominas a illustré un type d’ethnographie, qui témoigne d’une intimité rarement rencontrée auparavant, surtout en France où les ethnologues de l’époque coloniale avaient tendance à sous-traiter le travail de terrain auprès des enseignants, des militaires ou des fonctionnaires locaux. Si on retrouva dans Tristes Tropiques le style de Chateaubriand, Lévi-Strauss lui-même compara le style de Nous avons mangé la forêt… à celui de Marcel Proust. Ce que Condo ne manquait jamais de rappeler avec une fierté non dissimulée. Mais, contrairement au grand maître de l’anthropologie structurale, Condo n’avait pas voulu écrire un roman en écrivant ce premier livre. Si Lévi-Strauss fut un ethnologue – ou plutôt un ethnographe – improvisé faisant ses terrains amazoniens pendant ses vacances à l’université de São Paulo, Condo avait suivi les seuls enseignements de la discipline proposés à Paris après la Seconde Guerre mondiale, au Musée de l’Homme et à l’Institut d’ethnologie.

Le CeDRASEMI et les études sur l’Asie du Sud-Est en France

4En germe dès 1957, quand un groupe de travail se réunit autour de Georges Condominas pour faire l’inventaire des connaissances sur l’Asie du Sud-Est, le CeDRASEMI fut effectivement créé en 1962, deux ans après que Condo eut obtenu la chaire de l’ethnologie et de la sociologie de l’Asie du Sud-Est à la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE). Parmi les premiers compagnons de route, on comptait Lucien Bernot, Denise Bernot, Pierre Sylvain Doré, Jacques Lemoine, Marie Alexandrine Martin, Jacqueline Matras-Troubetzkoy, Christian Pelras, Richard Pottier, Pierre Simon, Ida Simon-Barouh, Christian Taillard. Pendant plus de deux décennies, le CeDRASEMI devint un lieu de formation et d’échanges, notamment pour les ethnologues, les sociologues, les géographes, les linguistes et les urbanistes. Sa bibliothèque, aujourd’hui partagée entre la Maison Asie-Pacifique de Marseille et l’université de Nice, n’avait pas d’équivalent en France pour la plupart des disciplines concernées.

Le séminaire du mardi matin

5Le séminaire des mardis matins rue de Tournon, puis rue de la Tour, puis enfin boulevard Raspail, était devenu une institution incontournable pour les spécialistes de la recherche française sur l’Asie du Sud-Est. Le plus souvent, Condo en était plus l’animateur que l’intervenant principal, qui pouvait être un chercheur de retour de mission, un étudiant venant de soutenir son doctorat ou un éminent spécialiste étranger de passage à Paris. Mais Condo parlait beaucoup. Il présentait les ouvrages qu’il avait reçus la semaine précédente. Sur chaque auteur et sur chaque sujet, il donnait tant d’éléments supplémentaires que chacun prenait un intérêt tout particulier. En vérité, il était fréquent que Condo ait été le préfacier de nombre de ces ouvrages et que les auteurs aient été ses étudiants ou ses collègues. Condo reprenait la parole à la fin de l’intervention de l’invité et lançait le débat. Combien de fois, grâce à lui, une intervention qui n’avait rien pour susciter l’intérêt de la majorité débouchait subitement sur un débat des plus intéressants. Entre 1978 et 1992, résidant en Thaïlande, je n’eus guère l’occasion de suivre le séminaire du mardi matin. Mais, à chaque passage de Condo, j’avais des nouvelles du séminaire, et notamment des interventions sur l’esclavage, qui fournirent la substance d’un ouvrage qui fut publié en 1998 par l’EHESS (Condominas 1998).

L’espace social

6L’importance et l’influence de Condo furent grandes. Institutionnellement, il fut longtemps incontournable et joua un rôle décisif dans la carrière de jeunes ethnologues (mais pas seulement) en leur permettant d’intégrer le CNRS, l’université ou l’école française d’Extrême Orient (EFEO). Par ses directions de thèse, son séminaire et ses interventions à des colloques, il contribua de manière significative à la formation d’une génération d’enseignants et de chercheurs, qui, à leur tour, n’ont pas manqué de transmettre les principes fondamentaux : importance de la maîtrise des langues, choix du terrain, pluridisciplinarité ou au moins des connaissances avancées dans deux disciplines, une certaine méfiance envers de grandes théories mal assimilées.

7Mais son apport théorique majeur restera le concept d’espace social, développé au cours des années 1970 lors de séminaires, puis publié dans des ouvrages au cours des années 1980. Il s’agissait de proposer un concept plus opératoire et moins controversé que ceux de culture et d’ethnie, et surtout d’inclure une dimension dynamique et historique. L’espace social, compris comme « l’espace déterminé par l’ensemble des systèmes de relations, caractéristique du groupe considéré » répondait à ce souci.

La dimension internationale

8Condo fut un des rares ethnologues français à être très connus à l’étranger. Tout d'abord en Europe, bien entendu. En introduction de L’Espace social, à propos de l’Asie du Sud-Est, il explique que c’est un éditeur italien, Ruggiero Romano, qui lui demanda de regrouper quelques articles en un volume pour les éditions Einaudi. À son séminaire du mardi, les intervenants étaient des chercheurs anglais comme Andrew Turton, John Kleinen ou Janice Stargardt, des chercheurs hollandais comme Niels Mulder ou B. J. Terwiel, des chercheurs scandinaves, etc. Mais Condo était aussi très connu aux États-Unis et au Canada, au Japon et en Australie, autres pays où les ethnologues sont nombreux et dynamiques. Au Viêt Nam, au Laos et au Cambodge, pays dans lesquels il a travaillé, Condo est un maître reconnu. En Thaïlande, où j’ai suivi Condo à chacun de ses séjours à partir de 1982, il avait des étudiants ou amis dans les principales universités (Chulalongkorn, Silpakorn, Mahidol, Ramkhamhaeng, etc.). Il avait su tisser des liens avec les responsables de la Siam Society comme avec les hauts fonctionnaires du Conseil de la Recherche (Sapha Wichai). La veille de son départ de Thaïlande, Condo réunissait tous ceux qu’il avait rencontrés au cours de son séjour, et bien évidemment d’abord ses doctorants et ses anciens étudiants.

Le projet Mahidol (1982-1988), Condo et la Thaïlande

9Grâce à khunying Suriya Ratanakul, linguiste et ancienne élève d’Haudricourt, Condo fit la connaissance du recteur de l’université Mahidol, M. Natth Bhamarapravati, une personne d’une grande valeur et bénéficiant d’une reconnaissance internationale, qui tomba rapidement sous le charme de Condo. C’est de la relation entre ces deux hommes d’envergure que naquit le projet Mahidol qui visait à former des ethnologues thaïlandais « à la française ». Pour être tout à fait juste, c’est Christian Taillard qui trouva les financements lorsque, après l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, il fut décidé de revoir les projets de coopération entre la France et les pays émergents.

10Condo ne souhaitait pas seulement susciter la création d’une école thaïlandaise d’ethnologie selon le modèle de l’ethnologie française en insistant plus sur la pratique des langues et la qualité du contact avec le terrain que sur la théorisation. En plus du volet formation qui allait voir cinq étudiants de l’université Mahidol partir préparer des doctorats à Paris sous la direction de Condo, le projet comprenait un important volet muséographique. Sur son campus de Salaya, l’université Mahidol s’engageait en effet à construire un musée d’ethnographie. En septembre 1984, une exposition sur « les habitations des populations d’ethnies thaïes », préparée sous la direction de Pierre Clément, Sophie Clément-Charpentier et Anne Fournier, lança cette partie muséographie du projet Mahidol. Le musée lui-même prit finalement la forme d’une vaste résidence de style thaïe.

L’IRSEA et Georges Condominas

11Dès la création de l’IRSEA à Aix-en-Provence le 3 mai 1993, il était clair que ce laboratoire était le successeur du CeDRASEMI dont la délocalisation de Paris à Valbonne (Sophia Antipolis) avait été l’événement marquant de la décennie précédente pour les sud-est asiatisants. Même si Charles Macdonald, le premier directeur de l’IRSEA, se présentait plutôt comme un disciple de Lucien Bernot, un des deux autres animateurs du CeDRASEMI, Condo fut associé à toutes les phases officielles de l’installation de l’IRSEA, puis de la Maison Asie-Pacifique (MAP), à partir de 1999. Condo revint ensuite régulièrement à Marseille, soit parce qu’il était invité à ouvrir le séminaire de l’IRSEA, soit parce que nous l’avions invité pour commencer les entretiens qu’il présentera par la suite comme son autobiographie.

12Bien évidemment, Condo ne pouvait qu’être partagé entre les deux (ou trois) laboratoires de recherche issus du CeDRASEMI, à savoir le LASEMA, l’IRSEA et Archipel, même si ce dernier avait quitté le CeDRASEMI très tôt et concernait essentiellement la partie insulaire de l’Asie du Sud-Est.

Les hommages

13À l’occasion de son soixantième anniversaire, deux ouvrages d’hommages furent publiés pour Condo, en novembre 1981 (Cheminements, écrits offerts à Georges Condominas) et en février 1982 (Orients, pour Georges Condominas). Dans Orients, on trouve des contributions de certains de ses étudiants, mais surtout d’éminents collègues et amis comme Claude Lévi-Strauss, Georges Perec, André Leroi-Gourhan, Pierre Gourou, Raymond Eches, Bernard-Philippe Groslier, Karl Gustav Izikowitz, P.E. de Josselon de Jong, Solange Thierry, Viviane Alleton, Henri Lavondès, Nguyen Khac Vien, Jacques Barrau, Jean Pouillon, ainsi que son épouse Claire Merleau-Ponty. Mais tant d’autres collègues et anciens étudiants voulurent apporter leurs contributions qu’il fut décidé que ceux-ci constitueraient le volume quadruple de la revue ASEMI pour l’année 1980. Parmi les contributeurs les plus connus ou les plus proches de Condo, il faut citer Paul Ottino, Marie-Alexandrine Martin, Annick Lévy, Michel Bruneau, Pierre et Sophie Clément, Christian Taillard, Charles Goldblum, Michel Ferlus, Catherine Choron-Baix, Josiane Massard, Christian Pelras, Annie Hubert, Jacqueline Matras-Troubetzkoy, Nelly Krowolsky et Nguyen Tung, Denys Lombard, Denise Bernot et Lieu Mignot. Ce fut certainement l’ouvrage qui réunit le plus grand nombre de membres du CeDRASEMI. Condo expliqua toutefois par la suite que le premier de ces livres d’hommages – dont il n’avait bien entendu pas la responsabilité – fut sans doute à l’origine de relations moins amicales avec Claude Lévi-Strauss. Ce dernier aurait pris comme une critique déguisée une des contributions qui donnait à l’ethnographie de Condo une dimension plus théorique qu’il ne paraissait de prime abord.

Les dernières années

14Condo vivait assez mal la relégation que le système français impose à ses grands chercheurs une fois qu’ils ont atteint 65 ou 70 ans et n’ont plus le droit, par exemple, de prendre de nouveaux doctorants. À 80 ans, en 2001, Condo paraissait encore tellement apte à diriger des thèses qu’il était choquant de réaliser que notre mode de fonctionnement l’en empêchait. Pour quelqu’un qui avait connu des positions de pouvoir et même de quasi toute puissance, une mise à l’écart, même très relative, ne pouvait qu’être mal vécue. À la fin de sa vie, Condo avait encore tellement d’objectifs qu’il ne pouvait évidemment pas tous les atteindre. Un de ses attachements les plus émouvants avec l’IRSEA concernait ainsi le roman autobiographique qu’il souhaitait dicter à Sabine Partouche, alors responsable éditoriale de notre unité. J’imaginais mal comment ce projet pourrait aboutir mais ni Condo ni Sabine ne semblaient prêts à y renoncer. Lorsque fin 2010, je prévenais Sabine de l’état de santé inquiétant de Condo et des fortes probabilités que le projet de roman ne puisse aboutir, son chagrin n’était pas feint : c’était un de ses plus grands regrets.

15Les dernières rencontres avec Condo, à l’hôpital Cochin de Paris, puis à la Cité des Fleurs, une maison de repos médicalisée à Courbevoie, furent assez éprouvantes. Certes, au mois de mai 2010, je l’avais vu bien amaigri ; il avait évoqué les chutes des semaines précédentes et se déplaçait à l’aide d’une canne ; mais, lors de la séance de travail, il avait montré que son esprit pouvait être aussi clair qu’à l’accoutumée. Il est décédé à Paris, le 16 juillet 2011.

16Condo avait été élève des Beaux-Arts puis avait suivi des études juridiques à Hanoi où il fut l’élève de Robert Lingat; aurait-il pu embrasser une carrière de juriste ? Il hésita également à devenir peintre tant il se savait l’âme d’un artiste. Il aurait aussi adoré faire une carrière d’écrivain, de romancier sans doute. Mais être ethnologue, c’était déjà tout cela, mais aussi historien, linguiste, botaniste. Il encouragea toujours ces élèves à franchir les frontières, à dépasser les cloisonnements, à condition d’avoir des bases solides puisées pour lui dans le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Collectif, 1977, « Espace social et analyse des sociétés en Asie du Sud-Est », Asie du Sud-Est et Monde Insulindien, Bulletin du Centre de Documentation et de Recherche (CeDRASEMI), VIII, 2.

CONDOMINAS, Georges, 1965, « L’Ethnologie asiatique », Revue de l’enseignement supérieur, 3 : 69-78.

CONDOMINAS, Georges, 1990, L’Espace social/Raya thang sangkhom, Bangkok : Éditions des Cahiers de France.

CONDOMINAS, Georges, (éd.), 1998, Formes extrêmes de dépendance. Contributions à l’étude de l’esclavage en Asie du Sud-Est, Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

CONDOMINAS, Georges, 2006, L’Espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Les Indes Savantes (1re édition : 1980).

CONDOMINAS, Louis, 1988, La Chasse et autres essais, Paris : L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Georges Condominas (1921-2011) », Moussons, 18 | 2011, 5-10.

Référence électronique

Jean Baffie, « Georges Condominas (1921-2011) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/662 ; DOI : 10.4000/moussons.662

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page