Navigation – Plan du site

Étudier les villes thaïes

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux
p. 11-27

Texte intégral

1Lucien Fournereau (1846-1906) visita Bangkok en 1892 et écrivit un des premiers articles sur cette ville (1894, 1999). Ce fut loin d’être un coup de foudre. Il écrit « [… ] pour être sincère, il faut avouer que rien de ce qu’il a sous les yeux n’est encore digne d’émerveiller le voyageur qui connaît déjà un peu l’Extrême-Orient, […] d’enchantement, point » (1894 : 6). Il parle ensuite de « ville étrange » aux « rues sales et répugnantes » (1894 : 7). Bangkok et les villes thaïes ne se laissent pas aimer d’emblée, mais celui qui y passe quelque temps (et nous y avons vécu des décennies) a bien des difficultés à vivre loin d’elles.

  • 1 Bangkok comptait 527 000 habitants en 1919, 740 000 en 1929, 1,8 million en 1957, 3 millions en 196 (...)

2L’urbanisation fut longtemps peu développée en Thaïlande. Au début des années 1960, il n’y avait qu’une seule vraie ville en Thaïlande, Bangkok, qui comptait un peu plus de 2 millions d’habitants1. Même Chiang Mai, la seconde ville, avec une centaine de milliers d’habitants ne ressemblait qu’à un gros bourg, qui, à la saison la plus chaude, servait de station de villégiature à la bourgeoisie bangkokienne. Ensuite, les campagnes furent rapidement considérées comme des menaces, puisque la politique des insurgés communistes était, selon le modèle maoïste, d’être basé dans les zones rurales et d’encercler les villes avant de s’en emparer. Les Khmers rouges ont de fait poussé cette logique jusqu’à son extrême puisqu’une fois envahie, Phnom Penh a été quasiment vidée de ses habitants. Pour les autorités thaïlandaises des années 1960 et 1970 et leurs alliés américains il était urgent de mieux connaître les villages et les minorités des montagnes ; l’étude des villes pouvait bien attendre.

3Une des très rares exceptions fut l’enquête de Robert B. Textor sur les ruraux migrant à Bangkok pour exercer la profession de conducteur de tricycles, les samlo. Textor était rattaché au centre de recherche créé à Bangkok par l’université Cornell, mais expliquait dans sa préface que c’était l’Unesco qui l’enjoignit d’étudier cette question de la migration. La recherche fut publiée en avril 1955 sous la forme d’un court rapport de 80 pages, dont 30 réservées à la version anglaise du questionnaire (Textor 1961). À peu près au même moment, pendant dix jours, en août 1956, l’Unesco organisa à Bangkok un « stage d’études » sur les problèmes de l’urbanisation en Asie. C’est le Premier ministre thaïlandais de l’époque, le maréchal Phibul Songkhram, également ministre de l’Intérieur, qui prononça l’allocution d’ouverture (Hauser 1956 : v).

4En langue thaïe, les travaux universitaires sur les villes ont mis du temps à se développer. Pendant longtemps, le chercheur intéressé devait surtout consulter quelques revues officielles comme Khao chak thetsaban nakhon krungthep (nouvelles de la municipalité de Bangkok), lancée en 1961, et surtout Khaosan samnak phangmueang (revue du bureau de la planification urbaine), lancée en 1960, Warasan krungthep mahanakhon (magazine de Bangkok), lancée en 1973 et Asa, la revue de l’association des architectes du Siam, depuis 1970, et dont le premier éditeur fut Sumet Jumsai Na Ayutthaya, célèbre architecte et chercheur francophone, fils du célèbre libraire et auteur prolifique M.L. Manich Jumsai. Ceux qui devaient écrire sur Bangkok (et lisaient le thaï) se devaient de consulter quelques ouvrages non universitaires comme ceux de Sa-nga Kanchanakphan (khun Wichitmatra), Sombat Phlainoi ou Thepchu Thapthong.

5En langue anglaise, le fait marquant fut d’abord la production du Greater Bangkok Plan 2533 en avril 1960, après plus de deux années de travaux par une équipe de planificateurs, architectes et ingénieurs américains. Trente ans plus tard (2533 = 1990), le plan était pour l’essentiel resté inappliqué, mais il demeurait une somme essentielle pour les historiens des villes thaïes.

6D’autres spécialistes étrangers travaillant à Bangkok contribuèrent à la connaissance de Bangkok et des villes de Thaïlande. Ce fut d’abord le cas du géographe australien Larry Sternstein, employé par la mairie de Bangkok, qui publia toute une série d’articles incontournables dans le Journal of the Siam Society ainsi que du démographe américain Sidney Goldstein qui fut conseiller de l’Institut des études sur la population de l’université Chulalongkorn au début des années 1970 (Goldstein 1971, 1973).

7À la fin de 1972, une étude particulièrement ambitieuse fut lancée sur l’urbanisation de la région de Bangkok sous la direction de Vinyu Vichit-Vadhakan avec des chercheurs de renom comme Akin Rabibhadana, Chai-anan Samudavanija et Chirayu Israngkun. Les travaux furent publiés en thaï et en anglais en 1975-1976 et devinrent la référence pour la décennie qui suivit (Vichit Vadhakan 1976). Comme Bangkok rencontrait les problèmes des métropoles de sa taille, des études furent commandées à des cabinets spécialisés et des colloques furent organisés. Ainsi, en novembre 1977, la faculté de Sciences politiques de l’université Ramkhamhaeng réunissait une douzaine de spécialistes qui présentèrent des communications sur l’alimentation en eau des habitations, le traitement des eaux usagées, la pollution de l’air, les bidonvilles, etc. (Khana… 2520). D’autres organismes de recherche des universités Chulalongkorn, Thammasat et Mahidol menèrent des enquêtes et des études sur la démographie de Bangkok, les migrations vers la capitale, la question des slums, mais les rapports produits furent généralement peu diffusés.

Le bicentenaire de Ratanakosin

8Lors des célébrations, en 1982, du bicentenaire de Ratanakosin (terme alors adopté pour désigner la période où Bangkok est capitale du royaume depuis les débuts de la dynastie Chakkri), il y eut un assez grand nombre de publications en thaï et en anglais suscitées par les organismes officiels, mais peu furent d’un intérêt majeur pour le chercheur. Il faut tout de même signaler la série d’ouvrages publiés en thaï, en juin 1982, par des historiens et des architectes de l’université de Chulalongkorn sur les palais, les pagodes, les maisons, les marchés et les canaux de Bangkok, ainsi que le volume Portrait of Bangkok distribué par le gouvernorat de Bangkok en avril 1982 et qui rassemblait pour l’essentiel des articles écrit par Larry Sternstein (le géographe australien déjà mentionné qui avait conseillé la municipalité pendant plus d’une décennie), dont quelques inédits. Une recherche mal diffusée (et donc rarement citée) est la volumineuse enquête statistique de l’université Chulalongkorn sur la situation économique, sociale et démographique de Bangkok (Kiranon et al. 2525). On y apprenait par exemple que seules 3,3 % des maisonnées se trouvaient dans des maisons construites avec des matériaux de récupération (tbl. ko.4), qu’il y avait six femmes pour quatre hommes à Bangkok (tbl. ko.7), que la profession la plus représentée chez les chefs de maisonnées était celle de commerçant (24,2 %) (tbl. ko.10), que 34,5 % des chefs de maisonnées ainsi que des conjoints du centre de Bangkok étaient de « race » (chueachat) chinoise (tbl. ko.22, 23), que plus de la moitié des chefs de maisonnées étaient nés hors de Bangkok (tbl. ko.25).

9Depuis cette époque, les mémoires de maîtrise d’étudiants sont nombreux mais sont rarement utilisés – surtout par les chercheurs étrangers – puisqu’ils sont en langue thaïe et ont très rarement fait l’objet de publication. Les répertoires diffusés permettent toutefois – quand ils sont bien faits – d’en connaître le contenu (cf. anonyme 2535, 2545).

Les études des slums et de la pauvreté urbaine

10Le pionnier de l’anthropologie urbaine, M.R. Akin Rabibhadana (né en 1932), enseignant à l’université Thammasat, commença une thèse sur Trok Thai, un slum de Bang-kok, dans les années 1960, mais ne la soutint à Cornell aux États-Unis qu’en 1975 sous le titre « Bangkok slum : aspects of social organisation ». Pour Akin, il importait relativement peu qu’il s’agisse d’un slum. Il souhaitait étudier les relations de pouvoir, de clientélisme, dans une communauté thaïe traditionnelle. Il est toutefois intéressant de constater que cette « thaïté » se trouvait dans un lieu considéré comme un slum. Akin est dès lors devenu le grand spécialiste des études de slum en Thaïlande. Encore, en 1999, alors à la retraite, il a publié (en collaboration) une synthèse sur les slums de Thaïlande dans laquelle il est question certes de Bangkok, mais aussi – et de manière approfondie – de Chiang Mai, de Khon Kaen et de Songkhla. En 1978, T.E. Johnson, un sociologue, soutint une thèse à l’université d’Hawaï intitulée « Urban social structure : a case study of slums in Bangkok » qui ne fut jamais publiée. Il avait utilisé diverses enquêtes disponibles sur les slums de Kingphet et Khlong Toei, et avait mené lui-même des enquêtes complémentaires avec l’aide d’assistants thaïs.

11Les publications sur la pauvreté urbaine et les slums en Asie sont considérables. Pour la Thaïlande, dont la capitale ne comptait que 39 slums rassemblant 150 000 personnes en 1966-1969 (Kumragse 1969 : 71 ; Yamklinfung 1973 : 4), deux institutions ont joué un rôle majeur : l’Asian Institute of Technology (AIT) avec son Human Settlement Development Program et l’Office national du logement (kankheha haeng chat/National Housing Authority). L’une des productions communes majeures fut le colloque tenu à Bangkok en janvier 1982 et l’ouvrage publié l’année suivante sous le titre Land for Housing the Poor (Angel, Archer, Tanphiphat & Wegelin). Étudiant à l’AIT en 1983-1984, Sopon Pornchokchai a fondé une ONG, la School of Urban Community Research and Actions, dans le cadre de laquelle il a produit de nombreuses études dont en 1985 un rapport dénombrant 1020 slums à Bangkok, dont plus de 500 jusque-là non répertoriés (Pornchokchai 2528, 1992). D’autres Thaïlandais, moins médiatisés, ont écrit des thèses sur cette thématique ; ce fut ainsi le cas en 1983 de M. Chawalit Nitaya pour un doctorat en anthropologie avec une dissertation sur le self-help housing dans une communauté de la rue Lat Phrao au nord de Bangkok (Nitaya 1983).

12En 1987, année choisie comme « l’année internationale pour loger les sans-abri », une série de textes a été publiée – en thaï et en anglais – par la munlanithi phuea kanphatthana thi yu-asai (fondation pour le développement du logement) sur la question des pauvres urbains et des évictions des habitants de slum.

Étudier un quartier

13En dehors des slums, quelques autres quartiers de Bangkok ont fait l’objet d’études universitaires. En 1978, Richard O’Connor soutint à Cornell une thèse intitulée « Urbanism and Religion » qui était, pour une large part, l’étude d’un quartier de Bangkok, celui de Banglamphu, juste au nord de la ville ancienne. Pendant, les douze années suivantes, il en tira toute une série d’ouvrages et d’articles essentiels pour comprendre la ville thaïe.

14Un historien japonais fit un terrain à Bangkok en 1992-1993 et recueillit de nombreux entretiens avec des habitants de l’îlot Rattanakosin, le centre historique de Bangkok. À l’aide, notamment, de sources d’archives, il publia en 1993 un ouvrage très bien informé sur la mémoire du vieux Bangkok (Tomosugi 1993).

15L’étude des quartiers de prostitution pour touristes a intéressé quelques sociologues et anthropologues comme Erik Cohen, Marc Askew, Cleo Odzer et Sébastien Roux. C’est surtout le quartier des bars de Patpong, le plus ancien, qui a été étudié, ou du moins a fait l’objet de thèses publiées. Plus récemment, c’est le quartier chinois de Bangkok qui a suscité l’intérêt des chercheurs. Un ouvrage collectif a été publié en 2006 sous la direction de Supang Chantavanich, de l’université Chulalongkorn (Chantavanich 2549). L’année suivante, c’est Edward Van Roy, un historien, chercheur invité à l’université Chulalongkorn, qui publia un ouvrage sur cette Chinatown de Bangkok (Van Roy 2007).

16Il existe aujourd’hui, surtout en langue thaïe, de nombreuses monographies ou collections d’articles sur des rues de Bangkok, des quartiers ethniques ou d’artisans, les canaux (khlong), les ponts, les cinémas, etc. Même si peu d’entre eux sont rédigés de façon très académique, tous sont des sources qu’il serait regrettable d’écarter pour l’étudiant ou le chercheur confirmé.

17Rares sont en réalité les facettes de Bangkok et de la vie urbaine qui n’ont pas encore été étudiées par les chercheurs thaïlandais ou étrangers. Le politologue dispose ainsi d’une brève mais pertinente étude de géographie électorale de Bangkok qu’il conviendrait d’actualiser (Chalothorn 1986), Susanne Thorbek, une sociologue danoise d’inspiration marxiste a publié un ouvrage très intéressant sur les femmes à Bangkok, principalement dans le slum de Khlong Toei et Gisèle Yasmeen a tiré de sa thèse à l’université de la Colombie-Britannique sur les restaurants de Bangkok un très bon ouvrage salué par Terry McGee comme une « contribution unique et brillante à la littérature grandissante sur l’urbanisation en Asie du Sud-Est » (Yasmeen 2006).

Les synthèses sur Bangkok

18Pour le titre « Bangkok » le catalogue en ligne de la library of Congress propose – au 20 juillet 2011 – pas moins de 310 références. Si l’on écarte les plans de la ville, les guides et les introductions générales destinées aux voyageurs, la liste se réduit toutefois à quelques titres. Lorsqu’une collection sur les grandes villes du monde veut inclure un titre sur Bangkok, il est généralement fait appel à un résident ou à un romancier de passage. Les résultats sont très divers. Si John Blofeld, éminent sinologue installé à Bangkok, a produit un ouvrage très utile (1979), ceux écrits par James Kirkup (1968), Frederick King Poole (1970), Alec Waugh (1970), Philip Ward (1974) ou William Warren (2002) sont d’un intérêt beaucoup plus discutable.

19Parmi les travaux de qualité, outre ceux signalés dans d’autres endroits de cette introduction, il est important de mentionner les ouvrages de l’anthropologue Marc Askew (2002), de l’architecte Davisi Boontharm (2005) et de l’historienne de l’art Maryvelma O’Neil (2008). Askew avait beaucoup travaillé sur Bangkok au cours de la décennie 1990, mais avait surtout produit de la littérature grise. L’ouvrage sur Bangkok qu’il a publié en 2002 propose une synthèse de grande qualité qu’il faut aujourd’hui recommander à tous les étudiants et les chercheurs intéressés par cette ville (cf. le compte rendu rédigé par Jean Baffie pour le volume 9-10 de Moussons). Boontharm a soutenu en mai 2001 une thèse remarquable sur « Les Lieux du commerce et l’évolution urbaine de Bangkok, 1782-2000 » à l’École d’Architecture de Paris-Belleville sous la direction de Charles Goldblum et de Pierre Clément. Ce travail est devenu un ouvrage qui reste à ce jour le plus complet et le plus abordable en langue française sur la ville de Bangkok. Le livre de O’Neil, qui s’inscrit dans une collection baptisée « Cities of the Imagination », est moins universitaire que les deux précédents mais combine de manière très adroite les illustrations, les témoignages anciens et surtout les textes littéraires. Il est aussi un des livres les plus récents sur Bangkok avec celui de Ross King, Reading Bangkok (2011).

Les villes de province

20La Thaïlande fut longtemps le pays d’une seule grande ville, sa capitale, qui était le premier exemple de primacy venant à l’esprit des chercheurs. Les recherches sur d’autres villes étaient surtout des travaux d’historiens sur les capitales anciennes (Sternstein 1965). Les études de villes de province n’étaient pas absentes, mais presque dues au hasard. L’autre grand spécialiste thaïlandais d’anthropologie urbaine, contemporain d’Akin Rabibhadana, est Suthep Soonthorpasuch, qui avait obtenu une maîtrise de l’université de Londres en 1963, puis devint enseignant à l’université de Chiang Mai. En 1972, il commença à préparer un doctorat d’anthropologie à Berkeley avec une recherche sur les communautés musulmanes pakistanaise et yunnanaise de la ville de Chiang Mai (février 1974-mars 1976) qu’il soutint en 1977. Peu d’autres recherches en anthropologie urbaine ont été menées par des Thaïlandais, en dehors de travaux d’étudiants.

21Entre  1969 et  1974 une équipe de chercheurs scandinaves étudia la province septentrionale de Lampang, dont la ville, mais sans produire de recherches très approfondies (Egerod & Sorensen 1977). Amara Pongsapich, de l’université Chulalongkorn, étudia la ville particulièrement chinoise de Chonburi, sur le golfe de Thaïlande au début des années 1970 (Pongsapich 1976). L’Asian Institute of Technology organisa en décembre 1982 une conférence internationale sur les petites villes dans les pays en développement (Kammeier et Swan 1984). Quatre contributions concernaient la Thaïlande, mais aucune ville n’était étudiée en profondeur. Au début des années 1980, le sociologue israélien Erik Cohen, spécialisé sur le tourisme, étudia la petite ville de Nathon, le chef-lieu de l’île de Samui dans le golfe de Thaïlande (Cohen 1983).

22D’assez nombreux travaux d’anthropologues, de sociologues et d’historiens japonais sur Bangkok et les villes thaïes sont aujourd’hui disponibles. En dehors du livre de Takashi Tomosugi, relativement peu sont disponibles en langue anglaise ou thaïe, mais jusqu’en 1996 ils sont au moins répertoriés avec précision (cf. Kitahara & Akagi 1996).

23Un sociologue allemand, Hans-Dieter Evers, a publié quelques contributions importantes sur les villes d’Asie du Sud-Est, de Thaïlande notamment, à partir des années 1960 (Evers 1966, 1975, 1984). Surtout, il a beaucoup contribué à former une génération de chercheurs allemands qui a mené des recherches et continue d’étudier Bangkok et les villes d’Asie du Sud-Est. C’est ainsi le cas du sociologue Rüdiger Korff qui prépara une thèse sous la direction d’Evers, tout en étant très influencé par La Question Urbaine de Manuel Castells et son approche marxiste ; mais le travail de Korff est loin de n’être que théorique, il passa près d’une année à faire un terrain dans le slum de Khlong Toei à Bangkok (Korff 1986,1989 ; voir également Rüland 1992).

La contribution française

24En 2011, Ross King – un universitaire australien qui semble lire le français – remarque l’absence de travaux scientifiques importants en langue française concernant les villes thaïes (King 2011 : 167-168). Il est significatif que, lorsque, en 1982, à l’initiative de la princesse Galayani Vadhana, sœur aînée du roi et enseignante de français, il fut demandé aux chercheurs et universitaires francophones présents en Thaïlande de proposer des articles pour une publication commémorative du bicentenaire de Ratanakosin, aucun ne put produire une contribution sur la ville de Bangkok (collectif 1982).

25Géographe au CNRS (CEGET, Bordeaux), Alain Durand-Lasserve a étudié le foncier, la croissance urbaine et l’exclusion des pauvres à Bangkok, tout particulièrement au cours des décennies 1970 et 1980. Il y a consacré une thèse, de nombreux rapports, des articles ou des contributions à des ouvrages collectifs. Ainsi, dans un numéro d’Hérodote qu’il coordonna en 1983 sur « l’Implosion urbaine », il signa un article très documenté et encore souvent cité sur « Bangkok : l’exclusion des pauvres » (Durand-Lasserve 1983 : 122-147) puis un livre sur l’accès au sol et au logement dans 30 villes du tiers-monde, dans lequel Bangkok occupe une place importante (Durand-Lasserve 1986).

26Un urbaniste et sociologue, Charles Goldblum, au départ spécialiste de Singapour, sujet de sa thèse, a beaucoup travaillé sur le logement et les programmes de développement à Bangkok. L’ouvrage qu’il publia en 1987, Métropoles de l’Asie du Sud-Est. Stratégies urbaines et politiques du logement, traite également de Kuala Lumpur, Djakarta et Manille. Près de 25 ans plus tard, il reste une référence incontournable.

27Des ethno-architectes, Pierre Clément et Sophie Clément-Charpentier, auteurs d’une thèse sur les maisons lao, ont ensuite beaucoup travaillé sur les maisons et les villes thaïes. Sophie Clément-Charpentier a ainsi étudié Chiang Mai et Bangkok. Signalons que Taillard, Goldblum et Clément viennent de coordonner un ambitieux ouvrage sur Vientiane, désormais l’œuvre majeure sur la capitale laotienne, longtemps oubliée des chercheurs (2011). La coopération dans les domaines de l’architecture et l’urbanisme date des années 1980. Trois accords de coopération furent signés entre l’École d’Architecture de Paris-Villemin et l’université Chulalongkorn entre  1983 et  1999. Dans un rapport rédigé en juin 1997 (mais trop peu diffusé) lorsqu’il était en charge de cette question à l’ambassade de France à Bangkok, Éric Bogdan liste les coopérations et les noms des architectes thaïlandais formés en France (Bogdan 1997).

28Dans le cadre du projet de coopération visant à former des anthropologues thaïlandais qui, entre  1983 et  1998, réunit des chercheurs de l’université Mahidol et du CeDRASEMI de Georges Condominas (1921-2011), un socio-anthropologue, Jean Baffie, a étudié et publié sur Ban Khrua, le quartier cham de Bangkok, casernement de marins à l’origine, puis centre de tissage de la soie, après la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui officiellement enregistré comme un slum, avec Anne Fournier, architecte et des partenaires thaïlandais, Chatchada Chulya, politiste, Charuwan Lowira, anthropologue, Bundit Chulasai, architecte. Baffie a continué à suivre l’évolution du quartier la décennie suivante lorsque les habitants se mobilisèrent pour lutter contre un projet de construction d’une sortie d’autoroute dont la réalisation aurait signifié la disparition de ce quartier deux fois centenaire (Baffie 2003).

29Contrairement à d’autres villes d’Asie du Sud-Est, Bangkok et les villes thaïes n’ont guère suscité d’intérêt de la part des historiens français. Au cours de l’année 1985, l’unité de recherche « La Péninsule indochinoise d’hier et d’aujourd’hui, peuples et États » alors dirigée par Pierre-Bernard Lafont tint des journées d’étude sur le thème « Univers villageois et monde urbain en Asie du Sud-Est ». Six ans plus tard, furent publiées chez l’Harmattan les contributions concernant les villes. Pour la Thaïlande, Michel Jacq-Hergoualc’h donnait un article sur Ayutthaya au xviie siècle d’après les récits des Européens. Il s’agit d’une simple compilation surtout d’ouvrages bien connus, mais l’ensemble reste utile. Le second article par Guy Lubeigt, géographe du CNRS, surtout spécialisé sur la Birmanie, traitait de Chiang Mai. Si la partie historique aurait gagné à utiliser les nombreuses sources de langue thaïe, le propos sur les développements récents, notamment sur le tourisme et l’artisanat, est plus original et montre un réel travail de terrain. Dans un numéro spécial de la revue Archipel consacré à l’histoire des villes sud-est asiatiques, Sophie Clément-Charpentier et Kunwadee Jontavorn ont proposé un excellent article sur l’histoire de la ville de Chiang Mai (Sophie-Charpentier & Jontavorn 1989). Dans un autre recueil de qualité, publié en 1994, Clément-Charpentier proposa – seule, cette fois – un article sur les « Tissus et tracés urbains à Bangkok et Chiangmai » dans lequel elle utilise au mieux une partie des plans disponibles de ces deux villes pour en montrer la spécificité (Clément-Charpentier 1994).

30Éric Charmes, élève de Goldblum, a soutenu en 2000 une thèse originale sur les soi de Bangkok et a écrit quelques articles et chapitres d’ouvrages collectifs sur la capitale thaïlandaise (Charmes 2006). Malheureusement, il ne semble pas avoir souhaité se spécialiser davantage sur les études urbaines thaïes.

31Par le biais des études sur les communautés urbaines – chinoises, tout particulièrement – des chercheurs américains et français ont apporté une profusion de données sur les villes thaïes. Ce fut vrai pour Bangkok avec Skinner et Coughlin, mais dans une moindre mesure également pour Chon Buri, Ayutthaya, Hat Yai et Khon Kaen. En français, il faut mentionner la thèse de géographie de Philippe Courtine, soutenue en 1992, sur le quartier sino-indien de Bangkok. Il s’agit surtout d’une cartographie très complète des institutions et des activités de la partie centrale du quartier chinois de Yaowarat. Le travail le plus fouillé reste toutefois l’ouvrage d’un anthropologue, Bernard Formoso, sur une petite ville de la province de Khon Kaen, non identifiée, mais que retrouveront aisément les lecteurs familiers des écrits précédents de l’auteur.

32Il existe très peu de travaux sur l’image de la ville thaïe. En langue anglaise, il existe au moins deux articles sur l’image de Bangkok, par un géographe, Larry Sternstein (1971), et par un anthropologue, Richard O’Connor (1990). En français, Baffie a publié un article sur la ville dans les bandes-dessinées bon marché (1995), mais c’est principalement Louise Pichard-Bertaux qui a exploré cet aspect des études urbaines avec sa thèse sur l’image de la ville thaïe dans les nouvelles contemporaines, l’ouvrage qui a suivi en 2010 et de nombreux articles publiés au cours des années 2000. Reading Bangkok, l’ouvrage très récent du professeur d’urbanisme australien, Ross King, aborde étrangement peu cet aspect de la ville, son principal intérêt étant l’utilisation – mentionnée comme telle – des travaux de ses nombreux thésards thaïlandais (2011) (cf. le compte rendu par Jean Baffie dans ce numéro de Moussons).

33Enfin, il faudrait pouvoir mentionner de nombreuses publications non universitaires mais présentant tout de même un intérêt pour le chercheur. Signalons seulement le numéro spécial que le mensuel publié à Bangkok Gavroche a consacré à Bangkok en mai 2003 auquel les deux responsables de ce numéro de Moussons ont contribué.

34Les études urbaines ont longtemps été dévalorisées parce que dans l’imaginaire du chercheur orientaliste seules les études villageoises permettaient d’appréhender une culture en profondeur. La ville, c’était la modernité où le chercheur – toujours un peu soupçonné de dilettantisme – pouvait travailler en anglais, loger dans un hôtel et disposer de tout le confort moderne. Ce bref rappel a pour objectif de signaler la richesse de travaux de qualité par des chercheurs thaïlandais et étrangers – mais souvent thaïsants – pas toujours très connus mais qui permettent d’espérer un prochain épanouissement des études universitaires sur les villes thaïes et dont ce numéro thématique de Moussons est une étape.

Le présent volume de Moussons

35Le numéro thématique que nous présentons ici a été voulu interdisciplinaire et multi-approches. Construit autour de trois verbes, nommer, décrire et représenter, il rassemble deux sociologues, une géographe, un anthropologue, deux architectes et une littéraire. La ville est ici examinée sous plusieurs angles qui parfois divergent et parfois se rejoignent mais toujours ajoutent un sens à l’étude du milieu urbain thaï. Le bâti, les pratiques urbaines, les dynamiques citadines sont autant de pistes explorées et analysées par les auteurs des cinq articles et deux notes de recherche rassemblés dans ce recueil. Nous avons choisi d’ouvrir ce numéro par les différents mots thaïs qui traduisent le mot ville avant de commencer notre itinéraire urbain par les villes frontalières de la Région du Grand Mékong. Après une incursion dans les bourgades du sud du pays, Bangkok est au centre des travaux présentés : une première analyse s’attache à décrypter les plans et cartes de la capitale puis le développement urbain est abordé par le biais de l’habitat spontané. Deux notes de recherche viennent compléter ces articles : l’une portant sur les mots thaïs qui désignent les bidonvilles, l’autre s’attardant sur les contrastes de la ville à partir d’une iconographie récente et de la littérature contemporaine. La présentation ci-dessous regroupe article et notes sous les trois axes choisis : terminologie, dynamiques et représentations.

Terminologie

36En bons anciens de l’Inalco, nous ne pouvions faire l’économie d’un travail sur la langue thaïe et, notamment, sur la façon de nommer la ville. Jean Baffie, sociologue et chargé de recherche au CNRS (IRSEA/Marseille) parcourt depuis plus de trente ans la capitale thaïlandaise. Ses travaux sur le quartier de Ban Khrua font référence. Passionné par la langue, il s’intéresse ici aux noms désignant la ville. Huit substantifs (krung, mueang, nakhon, thani, buri, chiang, wiang et nikhom) sont ainsi passés au crible : étymologie et usage sont répertoriés et analysés.

37La note de recherche de Sunida Vongrattanatoh, chercheuse thaïlandaise qui a soutenu une thèse de sociologie à Paris, participe également de ce travail sur la langue en se concentrant sur la traduction du mot slum ou bidonville en thaï. Aujourd’hui, le terme officiel est chumchon ae-at mais il n’est guère utilisé que par l’administration, le mot anglais thaïsé salam restant la forme la plus courante. Comme souvent dans la construction de néologismes à partir de l’anglais, il est parfois couplé à un mot thaï (laeng salam) ce qui, aux yeux des thaïs, le rend tout à fait local.

38Au-delà d’un simple intérêt linguistique, ces travaux montrent combien la ville est présente dans la société thaïe contemporaine : la diversité du langage reflète assez bien la complexité du milieu urbain.

Dynamiques

39Elsa Lainé, doctorante en géographie à l’Inalco, nous livre ici un très intéressant travail sur les villes frontalières. Traversée par trois principaux corridors économiques la Région du Grand Mékong est étudiée à partir des villes périphériques et de leur développement. Neuf villes sont ainsi analysées : Aryanaprathet, Mae Sot, Mae Sai, Chiang Khong, Chiang Saen, Mukdahan, Ubon Ratchathani, Nakhon Phanom et Nong Khai. L’auteur s’attache également à montrer les relations nouées avec les villes doublets de l’autre côté des frontières.

40Bien plus au sud, Pierre Le Roux nous offre le regard d’un anthropologue sur quelques villes de la région. L’auteur s’intéresse notamment au fait que ces villes sont construites pour des nécessités commerciales et politiques. Pattani, Narathiwat, Yala, Nakhon Si Thammarat, Songkhla, autant de centres urbains où monde malais et société thaïe se partagent, parfois non sans heurts, commerce et pouvoir.

41Fanny Gerbeaud, architecte et doctorante à l’université de Bordeaux, montre comment l’habitat spontané bouleverse et impulse les dynamiques de l’espace urbain bangkokien. Le cliché du bidonville synonyme de sous-développement est ici revisité et l’auteur souligne le rôle prépondérant des slums dans le développement de la ville.

Représentations

42Les représentations graphiques de la capitale sont au cœur de l’article de Sophie Clément-Charpentier. Architecte, ingénieur de recherche à l’EHESS (AUSSER, Paris) elle travaille depuis plus de trente ans sur les villes d’Asie du Sud-Est. Ses travaux sur Chiang Mai ont largement contribué à la connaissance du milieu urbain en Thaïlande. L’auteur interroge les différences entre les plans tracés par les Occidentaux et ceux dessinés par les Thaïs. Le tissu urbain et son développement sont ainsi analysés à partir de documents du xixe et xxe siècles.

43La note de recherche qui conclut ce numéro thématique est, elle, construite sur la base de nouvelles contemporaines de cinq auteurs thaïs ainsi que sur des photos récentes de Bangkok. Louise Pichard-Bertaux montre à partir de ces deux matériaux comment les pratiques urbaines permettent à la capitale d’être un lieu cohérent en donnant un sens aux disparités et contrastes de tout ordre rencontrés dans la ville.

44Dans notre appel à contribution, nous engagions les chercheurs de tous horizons travaillant sur la ville en Thaïlande à participer à ce numéro en insistant sur les thèmes des pratiques et des représentations. Le pari semble réussi, puisque les trois axes (terminologie, dynamiques et représentations) rejoignent ces thèmes et l’interdisciplinarité enrichit les aspects étudiés. Nous espérons ainsi que ce numéro de Moussons apportera sa contribution à l’étude des villes thaïes et que les lecteurs y trouveront autant de plaisir que nous avons eu à le construire.

Haut de page

Bibliographie

ANGEL, Shlomo, Raymon W. ARCHER, Sidhijai TANPHIPHAT & Emiel A. WEGELIN (éds), 1983, Land for Housing the Poor, Singapour : Select Books.

Anonyme, 2535 [1992], Ruambotkhatyo witthayaniphon prawattisat ph.s. 2488-2534 (résumés des mémoires d’histoire entre 1945 et 1991), Bangkok : université Chulalongkorn.

Anonyme, 2545 [2002], Ruambotkhatyo witthayaniphon prawattisat ph.s. 2535-2544 (résumés des mémoires d’histoire entre 1992 et 2001), Bangkok : université Chulalongkorn.

ANGKHANARAK, Winyu et al., 2516 [1973], Krungthep Mahanakhon (Bangkok), Bangkok : ministère de l’Intérieur.

ASKEW, Marc, 2002, Bangkok : Place, Practice and Representation, Londres : Routledge.

ASKEW, Marc, William S. LOGAN & Colin LONG, 2007, Vientiane : Transformations of a Lao Land-scape, Londres : Routledge.

BAFFIE, Jean, 1980, « Les Transformations de la société urbaine thaïlandaise. Essai de sociogenèse des villes thaïes », thèse de 3e cycle, université Paris 7-Denis Diderot.

BAFFIE, Jean, 1995, « Le dragon dévoreur de villes (mangkon kluen mueang). Figures de la grande ville dans les bandes dessinées populaires de Thaïlande », Le Journal des Anthropo-logues, numéro spécial sur « L’Imaginaire de la Ville », textes réunis par C. Choron-Baix, 61-62 (Automne) : 21-40.

BAFFIE, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute », in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’École française d’Extrême-Orient, textes réunis par Po Dharma et Mak Phoeun, Kuala Lumpur, Ministry of Culture, Arts and Tourism, Malaysia/École française d’Extrême-Orient, p. 15-73.

BAFFIE, Jean, 2006, compte rendu de Bangkok. Place, Practice and Representation de Marc Askew, Moussons, Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 9-10 : 367-370.

BAFFIE, Jean et al., 1987, « Les slums de Bangkok, dynamismes et précarité », Cahiers des Sciences Humaines, 23, 1 : 15-34.

BAFFIE, Jean & Anne FOURNIER, 1992, « Espace et société à Ban Khrua Nua, un des plus anciens quartiers de Bangkok », in Habitations et habitat d’Asie du Sud-Est continentale. Pratiques et représentations de l’espace, Jacqueline Mastras-Guin & Christian Taillard (éds), Paris : L’Harmattan, p. 199-230.

BLOFELD, John, 1979, Bangkok, Amsterdam : Time-Life Books « The Great Cities ».

BOGDAN, Éric, 1997, Architecture et urbanisme en Thaïlande, rapport, Bangkok : Ambassade de France.

BOONTHARM, Davisi, 2005, Bangkok. Formes du commerce et évolution urbaine, Paris : éditions Recherches/Iprauss « Archithèses ».

BUNNAG, Aurapin, 1974, Bibliography on Urban Development in Thailand, Bangkok : Chulalongkorn University. Institute of Population Studies.

CHALOTHORN, Supannee, 1986, Greater Bangkok. An Analysis in Electoral Geography, 1957-1976, Bangkok : The Social Science Association of Thailand.

CHANTHAVANICH, Supang, 2549 [2006], Sampheng. Prawattisat chumchon chao chin nai krungthep (Sampheng, histoire de la communauté des Chinois de Bangkok), Bangkok : université Chulalongkorn.

CHARMES, Éric, 2000, « Impasses et voies traversantes. Formation et transformations de l’espace viaire en périphérie de Bangkok », thèse de doctorat, École nationale des Ponts et Chaussées.

CHARMES, Éric, 2003, « Flux internationaux de capitaux et bulles spéculatives métropolitaines. Le cas de Bangkok et de la Thaïlande », in Villes et citadins dans la mondialisation, Annik Osmont & Charles Goldblum (éds), Paris : Kerthala/GEMDEV, p. 91-105.

CHARMES, Éric, 2006, Atlas de Thaïlande. Structures spatiales et développement, Doryane Kermel-Torres (éd.), Paris : CNRS-Libergéo-La Documentation française-IRD, p. 150-159.

CHAROENMUANG, Duangchan, 2535 [1992], Botbat mueang khanat klang nai kanphatthana phummiphak/The Role of intermediate cities in regional development : acase study of Chiang Rai, Chiang Mai : Satthaban wichai sangkhom, université de Chiang Mai.

CHAROENMUANG, Tanet (éd.), 2535 [1992], Wikhro khrongkan wang phaenphatthana mueang Chiang Mai/Analysis of the Chiang Mai Planning Project, Chiang Mai : Samakhom sangkhomsat haeng prathet thai/Sunsueksa panha mueang.

CHATTRAPHUT, Thanathip, 2547 [2004], Tamnan rongnang (histoire des salles de cinéma) Bangkok : Weladi.

CHUCHAIYA, Kanokwali, 2544 [2001], Photchananukrom wisaman nam thai : wat, wang, thanon, saphan, pom (dictionnaire des pagodes, palais, rues, ponts et forts), Bangkok : Rachabandit Sathan.

Chulalongkorn (université), 2526 [1983], Krungthep 2545/Bangkok 2002, actes de colloque.

CHULASAI, Bundit, 1983, L’Évolution des logements urbains à Bangkok. Thaïlande, Paris : Étude. Unité pédagogique d’architecture ,n° 1.

CHUTAMAS SUMALI, Kannikar, 2541 [1998], Yawa-Chawa nai Bangkok/The Javanese in Bangkok, Bangkok : Munlanithi khrongkan tamra samkhomsat lae manutsayasat.

Clément-Charpentier, Sophie, 1994, « Tissus et tracés urbains à Bangkok et Chiangmai », Cahiers de la Recherche Architecturale, « Cités d’Asie », Pierre Clément, Sophie Clément-Charpentier & Charles Goldblum (éds), 35-36 : 107-120.

Clément-Charpentier, Sophie & Kunwadee JONTAVORN, 1989, « Chiengmai, sept siècles de tradition urbaine », Archipel, « Villes d’Insulinde II », 37 : 219-246.

Clément-Charpentier, Sophie, Pierre CLÉMENT, Charles GOLDBLUM, Bouleuan SISOULATH & Christian TAILLARD (éds), 2011, Vientiane. Architectures d’une capitale. Traces, formes, structures, projets, Cahiers de l’IPRAUSS, n° 7.

COHEN, Erik, 1983, « The “Energy Transition” in a market township and its environs on an Isaland in Southern Thailand », The Journal of the Siam Society, 71 : 10-24.

Collectif, 1982, Bicentenaire de Bangkok, Bangkok : Imprimerie de l’Assomption.

Collectif, 2523-2525 [1980-1982], « Krung Rattanakosin 200 pi » (le bicentenaire de Ratanakosin) Warasan mahawitthayalai Sinlapakon, 4-5 (décembre 1980-décembre 2982).

Collectif, 2529 [1986], Kamphaeng mueang Chiang Mai (les murs de la ville de Chiang Mai) Chiang Mai, Province de Chiang Mai.

Collectif, 2003, « Bangkok, hier et aujourd’hui. Portraits de la Cité des Anges », Gavroche. Le Magazine des Pays du Sourire : Thaïlande, Laos, Cambodge, 108 (mai), numéro spécial.

COURTINE, Philippe, 1991, « L’habitat du quartier sino-indien de Bangkok : un héritage résidentiel conservé », Inter-Mondes. Revue de l’université Ramkhamhaeng, 2, 1.

COURTINE, Philippe, « Les Quartiers chinois et indiens de Bangkok. Essai de géographie urbaine et culturelle (Analyse de l’espace socio-économique sino-indien de Bangkok) », thèse de doctorat de géographie, université Paris IV.

COURTINE, Philippe, 2001, « La restructuration d’un espace urbain du Sud-Est asiatique : la Chinatown de Bangkok-Thaïlande », Les Cahiers d’Outre-Mer, 54, 214 : 137-156

DURAND-LASSERVE, Alain, 1972, « Les Facteurs et les mécanismes de la croissance de Bangkok à l’époque contemporaine. Un exemple : La formation et l’organisation de l’espace urbain dans la partie Est de l’agglomération », thèse de géographie, université Paris IV.

DURAND-LASSERVE, Alain, 1983, « Bangkok : l’exclusion des pauvres », Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 31 (4e trimestre) : 122-147.

DURAND-LASSERVE, Alain, 1986, L’Exclusion des pauvres dans les villes du Tiers-Monde, Paris : L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises ».

EGEROD, Soren & Per SORENSEN, 1976, Lampang Reports. A Scandinavian Research Center in Thailand, 1969-1974, Copenhague : The Scandinavian Institute of Asian Studies.

EVERS, Hans-Dieter, 1966, « The formation of a social class structure : Urbanization, bureaucratization and social mobility in Thailand », American Sociological Review, 31, 4 (août) : 480-488.

EVERS, Hans-Dieter, 1975, « Urbanization and urban conflict in Southeast Asia », Asian Survey,15, 9
(septembre) : 775-785.

EVERS, Hans-Dieter, 1984, « Cities as a “field of anthropological studies” in South-East Asia », in Unity in Diversity. Indonesia as a Field of Anthropological Study, P.E. Josselin De Jong (éd.), p. 143-151.

FORMOSO, Bernard, 1999, Identités en regard. Destins chinois en milieu bouddhiste thaï, Paris : « Les Chemins de l’ethnologie ».

FOURNEREAU, Lucien, 1894, « Bangkok », Le Tour du Monde. Nouveau Journal des Voyages, LXVIII, p. 1-64, publié en anglais en 1999 par White Lotus à Bangkok.

GOLDBLUM, Charles, 1987, Métropoles de l’Asie du Sud-Est. Stratégies urbaines et politiques du logement, Paris : L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises ».

GOLDSTEIN, Sidney, 1971, « Urbanization in Thailand, 1947-1967 », Demography, 8, 2, mai : 205-223, repris dans Changing South-East Asian Cities : Readings on Urbanization, Y. M. Yeung et C. P. Lo (éds), Singapour : Oxford University Press, p. 100-114.

GOLDSTEIN, Sidney, 1973, « The Demography of Bangkok : The Case of a Primate City », in Population, Politics and the Future of Southern Asia, W. Howard Wriggins & James F. Guyot (éds), New York : Columbia University Press, p. 81-119.

HAUSER, Philip M. (éd.), 1959, Le Phénomène de l’urbanisation en Asie et en Extrême-Orient, Calcutta : Unesco.

JOHNSON, Thomas Éric, 1978, « Urban social structure : A case study of slums in Bangkok, Thailand », thèse de doctorat, University of Hawaii.

KAMMEIER, H. Detlef & Peter J. SWAN (éds), 1984, Equity with Growth ? Planning Perspectives for Small Towns in Developing Countries, Bangkok : Asian Institute of Technology.

« Kanchanakphan » (Sa-nga KANCHANAKPHAN ou khun Wichitmatra), 2520 (1977), krungthep muea 70 pi kon (le Bangkok d’il y a 70 ans), Bangkok : Krung Sayam kanphim, plusieurs rééditions.

Khana ratthasat (faculté de science politique), université Ramkhamhaeng, 2521 [1978], Panha khong krungthep mahanakhon (les problèmes de Bangkok), Bangkok.

Khana manutsayasat (faculté des humanités), université de Chiang Mai, 2535 [1992], Chiang Mai : bannanukrom lae sarasangkhep/Chiang Mai : Bibliography and Abstract.

Khana satthapatthayakamsat (faculté d’architecture), Chulalongkon Mahawitthayalai. s.d. Dictionary of Roads in Bangkok, Bangkok.

Khana setthasat (faculté d’économie), université Thammasat, 2526 [1983, Prathet thai khue krungthep ? (est-ce que la Thaïlande c’est Bangkok ?), Bangkok.

KING, Ross, 2011, Reading Bangkok, Singapour : NUS Press.

KIRANAN, Thianchai, 2525 [1982], Saphawa thangsetthakit sangkhom lae prachakon khong krungthepmahanakhon (situation économique, sociale et démographique de Bangkok), Bangkok : université Chulalongkorn, 2 vols.

KIRKUP, James, 1968, Cities of the World : Bangkok, New York : A.S. Barnes.

KITAHARA, Atsusi & Osamu AKAGI, 1996, State of Thai Studies in Japan, Kobe : The Thai Seminar of Japan.

KLAMSAM, Prani, 2549 [2006], Yan kao nai krungthep (quartiers anciens de Bangkok), Bangkok : Mueang Boran.

KORFF, Rüdiger, 1986, Bangkok : Urban System and Everyday Life, Fort Lauderdale/Saarbrücken : Breitenbach.

KORFF, Rüdiger, 1989, Bangkok and Modernity, Bangkok : université Chulalongkorn, CUSRI.

KRANNICH, Ronald L., 1978, Mayors and Managers in Thailand. The Struggle for Political Life in Administrative Settings, Athènes, Ohio : Ohio University Center for International Affairs.

Krasuang mahatthai, Samnak phangmueang (bureau de la planification urbaine), 2513 [1970], Phangmueang phra nakhon si ayutthaya 2533 changwat phra nakhon (planification de la ville d’Ayutthaya pour l’an 1990), Bangkok.

KUMRAGSE, Kanchit, 1969, « Boom Time in Bangkok », Bangkok World Annual Review 1969 : 68-73.

LAFONT, Pierre-Bernard (éd.), 1991, Péninsule Indochinoise. Études Urbaines, Paris : L’Harmattan, collection « Recherches asiatiques ».

LIECHFIELD, WHITING, BOWNE and Associates, 1960, Greater Bangkok Plan, Bangkok : Thira Panich.

LOMBARD, Denys, 1970, « Pour une histoire des villes du Sud-Est asiatique », Annales. E. S. C., 4 (juillet-août) : 842-856.

LOMBARD, Denys, 1994, « À propos de l’histoire des villes d’Asie du Sud-Est », Les Cahiers de la Recherche Architecturale, numéro spécial « Cités d’Asie », Pierre Clément, Sophie Clément-Charpentier & Charles Goldblum (éds), 35-36 : 99-106.

LONDON, Bruce, 1980, Metropolis and Nation in Thailand. The Political Economy of Uneven Development, Boulder : Westview Press.

LOWIRA, Charuwan, 1988, « La Migration des population du Nord-Est de la Thaïlande vers Bangkok. Recherche sur un quartier d’accueil : Ban Khrua Nua », thèse de doctorat, EHESS.

McGEE, T. G., 1967, The Southeast Asian City. A Social Geography of the Primate Cities of Southeast Asia, New York : Fredererick A. Praeger.

MITARAPHIBUL TUMWIMOL, Vipakorn, 2007, « Le Jardin en Thaïlande : typologie du jardin à Rattanakosin du xviiie au xixe siècle », thèse en histoire de l’art, université de Paris IV.

NORANITIPADUNGKARN, Chakrit, 1973, Modernizing Chiengmai. A Study of community elites in urban development, Bangkok National Institute of Development Administration.

NITAYA, Chawalit, 1983, « Social cohesion and building quality in self-help housing », thèse de doctorat en architecture, université du Michigan.

O’CONNOR, Richard, 1978, « Urbanism and religion. Community, hierarchy and sanctity in urban Thai Buddhist temples », thèse de doctorat, Cornell University.

O’CONNOR, Richard, 1983, A Theory of Indegenous Southeast Asian Urbanism, Singapour : ISEAS, Research Notes and Discussions, Paper No. 38.

O’CONNOR, Richard, 1990, « Place, power and discourse in the Thai image of Bangkok », Journal of the Siam Society, 78, 2 : 61-73.

O’NEIL, Mary Velma, 2008, Bangkok. A Cultural and Literary History, Oxford : Signal Books.

PHONGPHAICHIT, Pasuk, 1982, From Peasant Girls to Bangkok Masseuses, Genève : International Labour Office.

PICHARD-BERTAUX, Louise, 2000, « Les Rues de la littérature : quelques aspects de Bangkok dans les nouvelles thaïes contemporaines », Aséanie, 6 : 105-124.

PICHARD-BERTAUX, Louise, 2004a, « Fiction, ville et société : le milieu urbain dans les nouvelles thaïes contemporaines », thèse de doctorat, Paris : Inalco.

PICHARD-BERTAUX, Louise, 2004b, « The City in Thai literature and its impact on the human world », Tenggara, 47-48 : 119-133.

PICHARD-BERTAUX, Louise, 2010, Écrire Bangkok. La Ville dans la nouvelle contemporaine en Thaïlande, Paris : Connaissances et Savoirs.

PONGSAPICH, Amara, 1976, « Social Processes and social structure in Chonburi, Thailand », The Journal of the Siam Society, 64, 1 (janvier) : 207-236.

PONGSAPICH, Amara, James HAFNER, Suriya VEERAVONGS & Napas SIRISUMBHAND, 1979, Institutional and Human Resources Development in The Chonburi Region, Bangkok : Chulalongkorn University Social Research Institute.

POOLE, Frederick King, 1970, Bangkok !, Singapour : Donald Moore for Asia Pacific Press.

PORNCHOKCHAI, Sophon, 2528 [1985], 1020, Bangkok : Sun asa samak yipun nai prathet thai.

PORNCHOKCHAI, Sophon, 1992, Bangkok Slums. Review and Recommandations, Bangkok : Agency for Real Estate Affairs.

« Prathumphon » (pseud.), 2547 [2004], Ton phra-athit khuen thi thanon silom (quand le soleil se lève sur la rue Silom), Bangkok : Phraeo.

« Prathumphon » (pseud.), 2550 [2007], Ton su krungthep mueang kao (Bangkok, ville ancienne), Bangkok : Phraeo.

ROMM, Jeff, [1971], Urbanization in Thailand, an international urbanization survey report to the Ford Foundation.

ROUX, Sébastien, 2011, No Money, No Honey. économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris : La Découverte, textes à l’appui, « genre et sexualité ».

RÜLAND, Jürgen, 1992, Urban development in Southeast Asia : regional cities and local government, Boulder : Westview Press.

RÜLAND, Jürgen & M.L. Bhansoon LADAVALYA, 1993, Local Administration and Municipal Government in Thailand, Freiburg : Arnold Bergstraesser Institut.

SATTAYAWATTHANA, Chonthira (éd.), 2004, Sitthi chumchon thongthin Ban Khrua korani kansang thangduan thap chumchon (le droit des communautés locales : Ban Khrua), Bangkok : Nititham.

SITTHITHANYAKIJ, Paladisai, 2551 [2008], Krungthepsueksa/Bangkok Study, Bangkok : Banthuek Sayam.

SOONTHORNPASUCH, Suthep, 1977, « Islamic identity in Chiengmai city : A historical and structural comparison of two communities », thèse de doctorat, Université de Californie.

STERNSTEIN, Larry, 1965, « “Krung Kao” : The old capital of Ayutthaya », The Journal of the Siam Society, 53, 1 (janvier) : 83-121.

STERNSTEIN, Larry, 1966, « Bangkok at the turn of the century : Mongkut and Chulalongkorn entertain the West », The Journal of the Siam Society, 54, 1 (janvier) : 55-71.

STERNSTEIN, Larry, 1971, « The Image of Bangkok », Pacific Viewpoint, 12, 1 : 68-74, repris dans, Changing South-East Asian Cities : Readings on Urbanization, Y. M. YEUNG & C. P. LO (éds), Singapour, New York : Oxford University Press, p. 185-190.

STERNSTEIN, Larry, 1979 « Krung Thep at the hundred : Scape and grid », The Journal of the Siam Society, 67, 2 :1-20.

STERNSTEIN, Larry, 1982, Portrait of Bangkok Bangkok, Bangkok Metropolitan Administration.

TERWIEL, B. J., 1978, « The Origin and Meaning of the Thai ‘City Pillar’ », The Journal of the Siam Society, 66, 2 : 59-171.

TEXTOR, R. B., 1961, From Peasant to Pedicab Driver. A Social Study of Northeastern Thai Farmers who periodically migrated to Bangkok and became Pedicab Drivers, New Haven : Yales University, Cultural Report Series, 9 (1ère edition : 1955).

THAPTHONG, Thepchu, 2518 [1975], Krungthep nai adit (Bangkok dans le passé), Bang-kok : Akson Bandit.

THAPTHONG, Thepchu, 2519 [1976], Krungthep samai khun pu (le Bangkok de nos grands-pères), Bangkok : Sahamit Utsahakam Kanphim.

THAPTHONG, Thepchu, n.d., Krungthep haeng khwamlang (Bangkok d’autrefois), Bangkok : Akson Bandit.

THEPPANYA, Phonchai, Suchitra THANANAN & Pradit KHUNSANONG, 2524 [1981], Borihan Nakhon Luang (l’administration des métropoles), Bangkok : université Ramkhamhaeng.

THORBEK, Susanne, 1987, Voices from the City. Women of Bangkok, Londres : Zed Books.

THUMWIMOL, Pornthum, « L’île de Rattanakosin. Métamorphose urbaine et permanence paysagère. Les aventures de la patrimonialisation », thèse de doctorat, École d’Architecture de Paris-Belleville.

TOMOSUGI, Takashi, 1993, Reminiscences of Old Bangkok. Memory and the Identification of a Changing Society, Tokyo : The Institute of Oriental Culture, University of Tokyo.

VALLIPODAMA, Srisakdi & Sujit VONGTES, 2525 [1982], Krungthep machak nai Bangkok, Sinlapa-watthanatham.

VAN ROY, Edward, 2007, Sampheng. Bangkok’s Chinatown inside Out, Bangkok : université Chulalongkorn.

VICHIT-VADAKAN, Vichit (éd.), 1976, Urbanization in the Bangkok Central Region Bangkok, Thai University Research Associates, The Social Science Association of Thailand.

WARD, Philip, 1974, Bangkok : Portrait of a City, Cambridge : Oleander Press.

WARREN, William, 2002, Bangkok, Singapour :Talisman.

WATTHANAKUN, Thanaphon, 2550 [2007], Kanmueang rueang phuenthiphonlawat thangsangkhom khong chumchon korani sueksa : chumchon Pom Mahakan (politique locale : la communauté du fort Maha Kan), Bangkok : Munlanithi satthaban wichakan 14 tula.

WAUGH, Alec, 1970, Bangkok – The Story of a City, Londres : W. H. Allen.

WILSON, Constance M., 1989, « Bangkok in 1883, an economic and social profile », The Journal of the Siam Society, 77, 2 : 49-58.

YAMKLINFUNG, Prasert, 1973, A Study of the Needs and Problems of Children and Youth in Four Slums in Bangkok, Bangkok : UNICEF/CUSSRI.

YAP, Kioe Sheng (éd.), 1972, Low-Income Housing in Bangkok. A Review of some Housing Sub-Markets, Bangkok : Division of Human Settlements. Asian Institute of Technology.

YAP, Kioe Sheng, 1995, Low-Income Housing in a Rapidly Expanding Urban Economy : Bangkok 1985-1994, Bangkok : HSD Working Papers, Asian Institute of Technology.

YASMEEN, Gisèle, 2006, Bangkok’s Foodscape. Public Eating, Gender Relations, and Urban Change, Bangkok : White Lotus.

YUENYONG-ANAN, Kueakun, 2520 [1977], Kanphatthana kankhommanakhom thangbok nai ratchasamai phrabat somdet phra Chulachomklao chaoyuhua (le développement des communications terrestres sous Rama V), Bangkok : Département du perfectionnement des enseignants.

Haut de page

Notes

1 Bangkok comptait 527 000 habitants en 1919, 740 000 en 1929, 1,8 million en 1957, 3 millions en 1966, 4 millions en 1973, 5 millions en 1980. Entre 1957 et 1967, la croissance démographique de Bangkok s’éleva en moyenne à plus de 7 % par an (Chulalongkorn 2526 : 1.6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux, « Étudier les villes thaïes », Moussons, 18 | 2011, 11-27.

Référence électronique

Jean Baffie et Louise Pichard-Bertaux, « Étudier les villes thaïes », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/663

Haut de page

Auteurs

Jean Baffie

Directeur de la Maison Asie-Pacifique, après avoir été directeur de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS-Université de Provence), Jean Baffie a soutenu une thèse en 1981 sur la sociogenèse des villes thaïes. Il est aujourd’hui chercheur au CNRS et co-responsable de cours sur « Patrimoine et villes asiatiques » et « Diasporas chinoises et mondialisation » à l’université de Provence. Ayant vécu et travaillé à Bangkok à temps plein ou à mi-temps pendant plus de trente ans, il a écrit de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur les villes de Thaïlande et a notamment animé des projets de recherche sur Ban Khrua, le village urbain des Chams de Bangkok (avec l’université Mahidol), et sur les rues de Bangkok (avec l’université Chulalongkorn). Mais ses thèmes de recherche sont plus variés. Il a co-dirigé un ouvrage sur le trafic des personnes en Asie du Sud-Est en 2010 (Bangkok, White Lotus), un Dictionnaire insolite de la Thaïlande en 2011 (Paris, Cosmopole) et rédigé le long chapitre sur l’évolution de la politique thaïe dans Thaïlande contemporaine, paru également en 2011 (Paris, Les Indes Savantes).

Articles du même auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieur de recherche au CNRS, Louise Pichard-Bertaux travaille depuis plusieurs années sur le milieu urbain en Thaïlande à partir de la littérature contemporaine. Docteur en études siamoises de l’INALCO, elle a publié en 2010 un ouvrage intitulé Écrire Bangkok : la ville dans la nouvelle thaïe contemporaine aux éditions Connaissances et Savoirs. Chercheur associée à l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS/université de Provence) et à l’équipe Littératures d’Extrême-Orienttextes et traductions (université de Provence), Louise Pichard-Bertaux intervient dans des séminaires et colloques nationaux et internationaux et publie régulièrement articles et traductions de littérature thaïe. Elle enseigne le thaï à l’université de Provence depuis 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page