Navigation – Plan du site
Articles

เมือง, กรุง, นคร, ธานี ๆ. Mueang, Krung, Nakhon, Thani et les autres

À propos des noms désignant la ville en langue thaïe
Mueang, Krung, Nakhon, Thani and so on. The Words Naming a Town in Thai
Jean Baffie
p. 29-50

Résumés

Les mots désignant les villes en langue thaïe sont beaucoup plus nombreux que ceux dont disposent les langues européennes ou mêmes les langues des pays voisins de la Thaïlande. Bien entendu, chaque terme a son histoire et un emploi bien spécifique, même si les confusions et les doublets ne sont pas rares. Les effets de mode ne sont pas non plus complètement absents. Cet article aborde principalement les cas de mueang, krung, nakhon, thani, buri, wiang, chiang et nikhom. Quelques traits sont à retenir : l’opposition entre la ville du roi et celle du commerçant ; ensuite l’importance de l’élément aquatique, qu’illustre particulièrement bien le cas de krung qui désigna d’abord le fleuve, puis le roi, enfin la capitale.

Haut de page

Texte intégral

1Comment traduire ville en thaï ? Dans son anglais approximatif, Abha Bhamorabutr écrit qu’il y a « en langue thaïe de nombreux mots ayant le sens de ville » (Bhamorabutr 1981 : 5). Il énumère : Muang, nakhon, maha-nakhon, buri, thani, vieng, chieng, en oubliant quelques-uns au passage, mais il les traduit simplement par city ou town et ne nous apprend guère sur chacun des mots thaïs.

2Walter A. Graham, au début du siècle, avait une position radicalement opposée lorsqu’il estimait qu’il n’y avait pas « en siamois de mot équivalent exactement au mot anglais town ». Il donne cependant la liste des mots « utilisés pour nommer des établissements qui, à l’évidence, sont plus importants que de simples villages, soit en raison de leur taille, soit pour d’autres raisons » (Graham 1924 : 21). Il note : Hoa Muang ou brièvement Muang, Nakon, Wieng, Krung. Il précise qu’à l’exception de Krung, les autres termes peuvent désigner des lieux fort réduits et même insignifiants.

  • 1 Notons que tous ces mots sont – ou ont été – utilisés comme prénoms. Ils sont loin, cependant, d’êt (...)

3Pas plus Graham que Bhamorabutr ne donnent toutefois une énumération très complète ni très documentée. Sans prétendre moi-même à l’exhaustivité, je donnerai quelques indications sur au moins huit noms pouvant être traduits par ville en français : krung, mueang, nakhon, thani, buri, chiang, wiang, et nikhom1.

Les noms de Bangkok (บางกอก) et de Thon Buri (ธนบุรี)

4Ayutthaya, capitale du royaume du même nom, connu des Européens sous le nom de Siam, avait pour nom complet Krungthep mahanakhon bawonthawarawadi si ayutthaya mahadilok phopnoppharatana ratchathani burirom. Ce nom était rarement mentionné dans sa forme complète ; le plus souvent Ayutthaya était appelé Krungthep mahanakhon ou Phra Nakhon, c’est-à-dire « la capitale », comme Bangkok par la suite.

5Lorsque le roi Phraphutthayotfa Chulalok ou Rama I eut décidé en 1782 de faire de Bangkok sa capitale, il lui donna pour nom Krung rattanakosin in ayotthaya. Son petit-fils, le roi Phra Nang Klao Chaoyuhua ou Rama III (1828-1851) en modifia le nom en Krungthep mahanakhon bawonrattanakosin mahintthayutthaya. Enfin le roi Phra Chom Klao Chaoyuhua ou Rama IV (Mongkut : 1851-1868) lui donna sa forme et sa longueur actuelle, qui lui vaut une place dans le Guinness Book of Records.

6Le nom officiel de Bangkok est en effet Krungthep mahanakhon amonrattanakosin mahintharayutthaya mahadilokkaphop noppharattana ratchathani burirom udom ratchaniwet mahasathan amonphiman owatan sathit sakkathattiyawitsanu kamprasit. Il existe une traduction anglaise officielle par Dr Witaya Sivasriyananda. Elle me paraît très médiocre, mais il faut tout de même la mentionner :

  • 2 Journal of the Royal Institute, 8, 3 (janvier-mars 1983) et The Bangkok Post, 15  avril 1983, p.  4

City of Angels, Great City of Immortals, Magnificent City of the Nine Gems, Seat of the King, City of the Royal Palaces, Home of the Gods Incarnate, Erected by Visvakarman at Indra’s Behest2.

7Le Guinness Book of Records – car c’est le nom de ville le plus long du monde – donne une traduction relativement différente :

City of Angels, great city of immortals, magnificent jewelled city of the god Indra, seat of the King of Ayutthaya, city of gleaming temples, city of the King’s most excellent Palace and Dominions, home of Vishnu and all the gods.

8Pour donner un troisième et dernier exemple de traduction anglaise, en voici une qui fut publiée, en 1982, dans le magazine de la compagnie d’aviation Thai International lors du bicentenaire du choix de Bangkok pour capitale (Devoss 1982 : 2) :

The city of Gods, the great city, the residence of the Emerald Buddha, the impregnable city of God Indra, the grand capital of the world endowed with nine precious gems, the happy city, abounding in enormous royal palaces which resemble the heavenly abode where reigns the reincarnated God, a city given by Indra and built by Vishnukarm.

9C’est en réalité un exercice assez difficile et un peu gratuit de donner de ce nom une traduction fidèle, car même en thaï, le sens de certains mots est ouvert à interprétation. Je me contenterai ici d’expliquer chacune des formules qui le composent.

10krungthep mahanakhon : Capitale des dieux, grande cité
amonrattanakosin : lieu qui abrite l’image du bouddha d’émeraude
mahintharayutthaya : invincible capitale
mahadilokkaphop : belle, sûre et prospère
noppharattanaratchathani burirom : capitale royale aux neuf pierres précieuses particulièrement admirables
udom ratchaniwet maha sathan : contenant de nombreux et imposants palais royaux
amon phiman owatan sathit : demeure divine, résidence des avatars
sakkathattiya witsanu kamprasit : construite par le dieu Vishnou à la demande du dieu Indra

  • 3 Il s’agit de Atsani et Wasan Chotikun, la cassette intitulée fakthong, Bangkok, MGA Marketing.

11J’ai souligné les quatre mots ayant le sens de ville dans le nom complet et officiel de Bangkok. Il y a encore vingt ans, la quasi-totalité des Thaïlandais ignoraient le nom complet de leur capitale. Mais depuis, deux musiciens ont eu l’idée de composer une chanson à partir de ce nom3, et – contre toute attente – la chanson a connu un énorme succès, si bien qu’aujourd’hui il est certain que le nom complet de Bangkok est beaucoup plus connu. En tout cas, c’est ainsi que l’auteur de ces quelques pages a réussi à le mémoriser.

12Notons que le dieu Indra est le patron de Bangkok. Un article publié en 1990 dans le mensuel Sinlapa-watthanatham précise même : « le mot krungthep mahanakhon amon rattanakosin… veut dire : la ville des divinités dont Indra est le chef » (anonyme 2533 : 55).

  • 4 Mgr  Pallegoix dans sa Grammatica Lingae Thai (reed. 2007  : 167) et M. Smith A Physician at the Co (...)
  • 5 «  Makok  » dichan n°  259, 15  décembre 1987, p.  318-19.

13Il est nécessaire enfin de préciser que le mot Bangkok lui-même est bien thaï, contrairement à ce que prétendent, par exemple, certains guides de voyage et même si de nombreux Thaïs s’efforcent aujourd’hui de prononcer « bèngkok » à l’anglaise lorsqu’ils s’expriment dans cette langue. Certes, il n’y a pas de consensus total quant à la signification du terme. La plupart des auteurs cependant suivent Mgr Pallegoix et Malcolm Smith et écrivent que Bangkok est un condensé de bang makok qu’ils traduisent par « village des oliviers sauvages4 ». Le ton makok (ต้น มะกอก) évoque pour les Thaïs des plantes assez diverses appartenant au moins à trois familles. Les plus connues sont de la famille des Anacardiaceae, il s’agit des makok thai (Spondias pinnata Kurz) et des makok farang (Spondias cytherea Sonn). Les Thaïs mangent les fruits des premiers avec de la pâte de crevette, de la sauce de poisson, etc. Il n’en reste plus beaucoup dans la région de Bangkok, mais on en trouve encore en quantité sur l’île de Si Chang, au large de Chonburi5.

14Le mot kok (กอก) se trouve également dans les dictionnaires pour désigner une variété de Spondias le Spondias mangifera. Le grand temple de Thon Buri, le wat Arun Rachawararam, s’appelait autrefois « wat Makok » et le nom de la ville aurait pu venir de là. Il existe également encore aujourd’hui, à Thon Buri, les deux canaux de Bangkok Noi (le petit Bangkok) et de Bangkok Yai (le grand Bangkok). Il est sans doute vain de se demander qui a reçu le nom le premier.

15Le fait que l’on ait Bangkok plutôt que Bangmakok pourrait indiquer que les premiers habitants ou ceux qui ont donné son nom définitif à ce lieu étaient originaires du nord ou du nord-est du pays, puisque la langue de ces régions élimine le ma caractéristique des plantes (ou lui préfère la forme mak). De fait, on trouve plusieurs sous-districts nommés Bankok dans des provinces du Nord et du Nord-Est (Sichum 2543 : 16).

16Le mot bang (บาง) ne pose en principe pas de problème. Comme adjectif, il a le sens de « étroit », « éparse » ou « peu nombreux » et pourrait désigner un lieu « peu peuplé ». Mais le bang de Bangkok semble avoir une étymologie différente. Il aurait d’abord désigné un cours d’eau avant de prendre celui de « village » ou « commune au bord de l’eau ». Dans la région de Bangkok on trouve de nombreux noms composés à partir de ce mot : Bang Kapi, Bang Khrua, Bang Khun Thian, Bang Khen, Bang Nam Priao, Bang Rak, Bang Pakong, etc. D’une manière générale, cependant, il ne semble pas que les mots suivant bang (lorsque leur sens est clair) soient empruntés au vocabulaire botanique ; « bangkok » serait donc une exception.

  • 6 Signalons qu’à la différence des autres noms présentés ici, Bangkok n’est pas encore devenu un prén (...)

17L’historien de Bangkok, Sombat Phlainoi, rapporte une étymologie selon laquelle kok aurait le sens d’« eau se solidifiant », sans doute un terrain marécageux en cours d’assèchement. Lui-même n’est pas convaincu par cette explication qu’il attribue à l’Abbé de Choisy. Plus sérieusement, Phlainoi a également suggéré un rapprochement avec le mot malais bèngkok qui a le sens de « courbé » en expliquant que ce serait l’endroit où le fleuve Chao Phraya fait une courbe (Phlainoi 1961 : 46). L’idée est intéressante, d’autant que la présence de communautés malaises à Bangkok semble ancienne. Mais cette explication revient à séparer l’étymologie de Bangkok de celle des autres noms en bang, ce qui ne paraît guère logique6.

18Monsieur Montri Sibutsara, de Chanthaburi, envoya un courrier au mensuel Sinlapa-watthanatham en 1993 pour expliquer que, d’après un bonze thaï ayant séjourné au Cambodge, Bangkok était formé de deux mots khmers et pouvait être traduit par « village très peuplé » (Sibutsara 2536 : 196).

19Dans un ouvrage de linguistique populaire publié en 2003, M.Sangkhit Chanthanapho explique que « bang-kok » est une déformation due à la langue anglaise, mais que le nom d’origine devait plutôt être « bang-ko? » (บางเกาะ), c’est-à-dire le village composé de plusieurs îles (ko?). Il distingue au moins ko? yai (la grande île) qui serait ko? Rattanakosin (du côté du Bangkok d’aujourd’hui) de ko? noi (la petite île), centrée autour de ce qui est aujourd’hui l’hôpital Sirirat, du côté Thonburi (Chanthanapho 2546 : 145, 147). L’hypothèse est assez séduisante, mais l’auteur ne citant aucune espèce de référence, on ne peut que la mentionner parmi les autres. Il faudra encore pousser la recherche étymologique plus loin.

20Rappelons que Bangkok a longtemps désigné les deux côtés du fleuve Chao Phraya, c’est-à-dire ce que l’on a désigné par la suite par les deux noms de Bangkok et de Thon Buri. En 1685, par exemple, l’Abbé de Choisy écrivait : « Il y a à Banko deux forteresses des deux côtés de la rivière » (Choisy 1741 : 302). Aucun auteur européen du xviie siècle ne semble avoir connu le nom de Thon Buri. Depuis 1971, krungthep mahanakhon, la capitale de la Thaïlande, c’est-à-dire Bangkok pour les étrangers, inclut à nouveau Thon Buri.

  • 7 Il serait même plus correct de prononcer thonaburi, mais les linguistes se rangent du côté des locu (...)

21En 1877, le géographe Vivien de St Martin écrivait qu’au Siam toutes les localités importantes avaient deux noms, le nom vulgaire et une dénomination religieuse tirée du pali et empruntée à la nomenclature de l’Inde. Il paraissait suggérer que la capitale siamoise avait Bangkok pour nom vulgaire et Thon Buri pour nom savant (St Martin 1877 : I, 331). L’hypothèse est assez séduisante. Il faut toutefois noter que Thon Buri n’apparaît pas dans le nom complet de la capitale siamoise. Par ailleurs, l’étymologie de Thon Buri-Thanaburi – cité de richesses, ville de l’argent – ne renvoie pas à la religion mais bien à la vie matérielle. Une autre hypothèse serait que ce soit les Européens des xvie-xviie siècles qui aient donné le nom de Bangkok à la ville baptisée officiellement Thon Buri (ou Thanaburi, les deux prononciations étant admises7). Mais ce n’est que très tard que les Européens ont adopté le nom de Thon Buri pour désigner la partie de la ville située sur la rive droite du Chao Phraya. Encore vers 1935, P.-Louis Rivière (qui avait séjourné deux ans au Siam) écrivait :

[…] Pya Tak établissait sa capitale plus au sud, toujours sur les bords de la Mè-Nam, à l’emplacement de l’actuel Bangkok : Bangkok, la Ville des Olives, mais dont le nom complet est « Kroung Thep Maha Nakon », ce qui veut dire : la Grande Cité des Anges. (Rivière circ. 1935 : 9.)

22Le nom complet de Thon Buri dans certains textes anciens est Thon Buri Si Maha Samut. Une traduction littérale de Si Maha Samut serait « glorieuse grande mer » ou plutôt « glorieux océan ». Cela manque évidemment de cohérence et les auteurs se sont bien gardé de traduire l’expression ou d’expliquer son sens. Notons d’abord cette première référence à l’élément aquatique.

23En fait, il existe au moins une autre ville qui est également dite Si Maha Samut, mais il s’agit de Chon Buri (ชลบุรี) qui, elle, se trouve bien sur le golfe de Thaïlande. La région de Chon Buri où les Chinois teochiu sont depuis longtemps très nombreux avait servi de refuge au futur roi Taksin en 1767 avant qu’il ne s’établisse à Bangkok-Thon Buri et il n’est pas complètement exclu qu’il y ait eu, à un moment donné, une confusion entre Thon Buri (ธนบุรี) et Chon Buri (ชลบุรี), même s’il faut préciser au lecteur non thaïsant qu’en langue thaïe les premières parties des noms – Thon (ธน) et Chon (ชล) – n’ont aucune de leurs deux lettres commune. Il s’agit de tho thong (ธอ ธง) et no nu (นอ หนู) pour le premier et de cho chang (ชอ ช้าง) et de lo ling (ลอ ลิง) pour le second.

Krung (กรุง), le fleuve, le roi, la capitale et le royaume

  • 8 Les deux exemples cités ne sont toutefois pas sans intérêt : «  thi pen chao krung  » dans le sens (...)

24Le dictionnaire thaï-français le plus récent – et qui devrait être un monument, au moins par le volume – est assez décevant pour le mot krung puisqu’il donne à peu près uniquement « capitale, cité » (Boonyapaluk 2003 : 96)8.

  • 9 La faculté des Arts de l’université Chulalongkorn l’a choisi pour un exercice de traduction. En 198 (...)

25Pour krung, Mgr J.-B. Pallegoix – dans le premier dictionnaire de langue thaïe jamais publié – ne donne pas seulement le sens de capitale mais aussi celui de ville dans des expressions aujourd’hui tombées en désuétude comme krungkrai (ville très puissante) ou krungsi (très belle ville) (Pallegoix 1896 : 433). Le sens actuel est pourtant bien celui de capitale, mais surtout quand le mot est suivi du nom propre d’une capitale étrangère : krung Parit, krung Paking, krung Rom, etc. On trouve aussi très fréquemment chao krung et surtout maintenant khon krung pour désigner les habitants d’une capitale, Bangkok en particulier. Il faut noter cependant la présence de termes concurrents pour « capitale ». Il est ainsi significatif que l’écrivain Wanich Jarunggidanan ait choisi d’intituler sa nouvelle la plus célèbre Mueang luang (เมืองหลวง-la capitale)9.

  • 10 Bangkok Kalendoe (Bangkok Calendar), 1871, p. 87.
  • 11 Phanmetha (1988  : vol. 1, 31).
  • 12 Franklin E. Huffman & Im Proun (1981  : 12).
  • 13 Un dictionnaire khmer-thaï donne aussi à krung le sens de «  recouvrir  » et de «  protéger  », cf. (...)

26Le roi Rama IV a écrit que le mot môn krung avait à l’origine le sens de fleuve (แม่น้ำ-maenam), et expliquait que celui qui contrôlait le fleuve était le chao krung (seigneur du fleuve) et que l’endroit où il était installé finit par prendre également le nom de krung10. Rama IV savait la langue mône, qu’il avait apprise lorsqu’il était moine bouddhiste, et ce mot krung (ou kroeng) avait bien autrefois en môn le sens de « fleuve-rivière « et a encore aujourd’hui celui de canal11. Le mot krung (kurung ou krong) existe également en khmer avec le sens actuel de ville, capitale ou royaume, mais avec un sens plus ancien ou littéraire de « roi, prince12 ». Le grand dictionnaire cambodgien-français du missionnaire Sindulphe Tandart, qui date de 1935, donne pour Krong la série d’équivalents suivant : « protéger », « soigner », « régir », « roi », « capitale », « royaume » (Tandart 1935 : I, 437)13. Notons aussi qu’en cham, langue austronésienne, proche du malais, et pas môn-khmère, le mot fleuve/rivière se dit également krong/kro’n (Aymonier-Cabaton 1906 : 84 ; Moussay 1971 : 152).

27M. Sumet Jumsai, dont on connaît la thèse sur l’origine aquatique de la culture siamoise, a été un des premiers à insister sur l’origine du mot krung. Il rapproche ce mot de deux autres mots môns kroeng (avec une voyelle longue) et krang qui ont respectivement le sens de « grand » et de « bateau » (Jumsai 1982 : 282 ; 1988 : 161 ; 1989 : 415). Pour Vadhana Purakasikara, le mot môn écrit krung mais prononcé kroeng a le sens de « canal » ou « voie fluviale » (khlong, thang nam) (Purakasikara 2541 : 193).

28Gérard Diffloth, qui a beaucoup étudié les dialectes môns, fournit quelques données très utiles (Diffloth 1984 : 132-133). Il avance que chez les Môns de Thaïlande krong a le sens de « canal », ce qui fait songer au mot thaï khlong (คลอง) mais également au nom de Mékong, prononcé mae nam khong en thaï, Diffloth nous expliquant que kr peut devenir kh.

  • 14 L’usage de kiang-chiang serait réservé au sud de la Chine, le terme ho servant à désigner les fleuv (...)

29L’érudit môn Nai Pan Hla va plus loin. Il soutient que le kiang de Yantze Kiang, l’équivalent du mot chinois chiang qui signifie « rivière », se prononçait autrefois *krawng et serait apparenté au terme môn-khmer ayant le même sens. Il en conclut que le bassin du Yantze fut le berceau des populations mônes-khmères (Pan Hla 1991 : 1314). Signalons également que les deux mots pour rivière et fleuve en vietnamien, sông et giang, pourraient être apparentés à krung, krœng, kiang

30Une note ajoutée à la présentation de la réimpression sur Internet d’un article de Jean Boisselier confirme et apporte quelques autres éléments, si bien qu’elle mérite une citation in extenso. L’auteur note que « la sémantique est […] révélatrice de ce que peut être l’urbanité en contexte khmer » et ajoute que « le mot cambodgien pour “ville” signifie en son sens premier “capitale royale” puisqu’il s’agit étymologiquement du “lieu ou réside le roi” ». La note numéro 9 est alors la suivante :

À partir d’une racine vieux khmer au sens encore plus prosaïque de « roi », cf. POU, Saveros, Dictionnaire Vieux-Khmer – Français – Anglais, Paris, Cedoreck, 1992 : 105. À noter l’étymologie concurrente proposée dans KEIGHTLEY, N. David (ed.) The Origins of Chinese Civilization, University of California Press, Berkeley, Los Angesles, London, 1983, p. 438-439 : il y aurait eut (sic) un mot *krang/« rivière » austro-asiatique, emprunté par les Chinois (Chiang) et présent de nos jours sur toute l’aire ethnolinguistique péninsulaire (vieux mon = « krung »/Bahnar et Sedang = « Krong »/ viet = « Sông »/ thaï = « Klong » étant alors un emprunt au mon-khmer/ tibétain = « Klung » / birman = « khyaung ». Termes empruntés par ailleurs par les austronésiens de la péninsule : cham = « kraung »/malay = « Krong »). La présence d’un fleuve traversant les cités royales est évidemment un élément fondamental des cosmologies sud-est asiatiques, mais cette étymologie n’a pas, jusqu’à plus ample informé, reçu de confirmation. (G M-G s.d. : 3.)

  • 15 Dans le dictionnaire, rendu uniquement en alphabet thaï, un point souscrit signale que le groupe fi (...)

Il existe peut-être une autre piste pour le sens originel de krung. En effet, dans un dictionnaire pâli-thaï, dont le première édition date de 1963, j’ai trouvé le mot kuru(ngk)15 qui a le sens de « vaste » et qui pourrait caractériser une ville plus étendu que les autres (Sonthirak 2532 : 88).

  • 16 Par contre l’index du Code des Trois Sceaux montre que le mot était très répandu aux époques suivan (...)

31Il faut cependant noter que le mot est sans doute d’un usage assez récent dans la langue thaïe puisqu’il n’apparaît pas dans les inscriptions de Sukhothai (xiiie-xve siècles)16. L’usage de krung, dans diverses combinaisons, est par contre assez fréquent dans le Code des Trois Sceaux, révisé à la fin du xviiisiècle (Ishii 1990 : I, 107-110). De manière assez surprenante, le mot krung ne semble avoir alors que le sens de « capitale » alors qu’aujourd’hui des expressions comme krung Sayam, krung Si Ayutthaya, krung Rattanakosin sont traduites par « le royaume de Siam », « le royaume d’Ayutthaya » et « le royaume de Bangkok ». Dans certains cas le doute est autorisé : le titre d’ouvrages célèbres comme Sam krung ou Sang krung doit-il être traduit par « les trois royaumes « et « bâtir le royaume » ou « les trois capitales » et « bâtir la capitale ». À moins que l’ambiguïté ait été recherchée.

32Prenons encore l’expression Krungthep Mahanakhon qui a aujourd’hui le sens évident de Bangkok, parfois notée simplement Krungthep suivi d’un signe bien connu des thaïsants indiquant que l’on ne donne pas le nom complet.

33Il existe des cas plutôt ambigus. Ainsi, le nom du traité connu en français comme « Traité d’amitié, de commerce et de navigation entre la France et le royaume de Siam », conclu le 15 août 1856 est en thaï « Nangsue sanya krungthep mahanakhon kap krung farangset pen thang maitri khakhai kan » (Sapphud 2003 : 148). Littéralement, avec le sens que l’on donne aujourd’hui à Krungthep Mahanakhon, il faudrait traduire « Traité entre Bangkok et la France », ce qui ne serait guère correct. Dans le texte lui-même on trouve Bangkok une première fois sous la forme « Krungthep mahanakhon amon rattanakosin mahintharayutthaya » qui reprend donc la première ligne du nom complet de la ville (ainsi qu’à la page 160 dans la reproduction en fac-similé donnée par un étudiant thaïlandais de l’université de Provence pour indiquer de manière très officielle que le document a été fait à Bangkok), puis au moins trois autres fois sous la forme de Krungthep Mahanakhon (Sapphud 2003 : 152, 160, 161). Quant au Siam et à la partie siamoise, ils sont désignés par les expressions de « Prathet Sayam » (pays siamois) et « fai thai » (le coté thaï) (ibid. : 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155, etc.).

34On peut simplement en conclure qu’à cette époque l’usage était très souple et que la langue thaïe n’était pas totalement fixée. Il est certain que l’enseignement du thaï était très peu développé et que les manuels étaient quasi inexistants. On peut aussi avancer l’hypothèse que le passage de ville-capitale à pays ou État était aisé. Krung pouvant désigner le roi (souvenir du khmer), la capitale et le pays, il y avait une sorte d’emboîtement et finalement d’équivalence.

  • 17 Il est encore tentant pour un journaliste asiatique mais catholique, comme Max V. Soliven du quotid (...)

35En 1873, Bradley indique dans son dictionnaire que mueang krung est le nom donné à l’ancienne capitale d’Ayutthaya (connue encore aujourd’hui comme Krung kao, « l’ancienne capitale »), Krungthep désignant la nouvelle capitale, Bangkok. Depuis que quelques missionnaires (Pallegoix en premier lieu) ont traduit krungthep par « ville des anges » ou « cité des anges », de nombreux auteurs de guide et journalistes ont cru pouvoir s’afficher étymologistes en herbe17. Comme souvent, il se trouve actuellement des Thaïs pour les suivre alors qu’ils ignorent généralement ce que sont les anges. Tellement que ceux qui écrivent l’anglais écrivent quelquefois angles au lieu de angels. « La cité des angles » ? Pourquoi pas après tout ; les condominiums comme les nouvelles avenues ne manquent pas d’angles droits.

36Le thep de krungthep désigne les thevada, des divinités mineures, ou même les dieux de la mythologie hindoue, en particulier les deux mentionnés dans le nom complet de Bangkok, à savoir Vishnou et surtout Indra, qui est la divinité de la ville. Quelques articles de vulgarisation sont plus corrects que la quasi-totalité des guides et même d’articles se voulant scientifiques : « Grung-Tep, (City of Devas or Gods) […] » peut-on ainsi lire dans un numéro du magazine Holiday Time in Thailand (anonyme 1965 : 27).

  • 18 Thon Buri a son horoscope propre.

37Comme krung qui indique une capitale quelconque (krung Parit, krung Tokio, etc.), krungthep est un terme générique, il désigne la capitale de la Thaïlande quelle qu’elle soit. Actuellement, Bangkok (auquel depuis 1971 il faut ajouter Thon Buri) est le nom propre de krungthep. Il est ainsi significatif que lorsque les astrologues veulent calculer l’horoscope de Bangkok, ils parlent bien de duang mueang Bangkok (« étoile de la ville de Bangkok »), même s’ils semblent vouloir fixer sa naissance au dimanche 21 avril 1782, 06h54 du matin, lorsque la ville a été officiellement promue capitale18.

Mueang (เมือง), de la principauté thaïe à la ville ou inversement

  • 19 Encore aujourd’hui, les Thaïlandais semblent hésiter sur le mot pays, puisque, si les timbres poste (...)
  • 20 Ainsi, encore en janvier 1934, le ministère de l’Intérieur avait pour nom complet officiel krasuang (...)

38Les lexiques et les dictionnaires sont de grands simplificateurs. Ainsi le sap ratthasat (lexique anglais-thaï de science politique), publié en 1986 par l’Académie Royale et complété en 1993, traduit town par mueang et city par nakhon (Ratchabandit sathan 1993 : 27, 181). En réalité, le mot mueang pose problème. Ancien, mais toujours très utilisé en Thaïlande et chez les Thaïs des pays voisins, son origine reste obscure. Son champ sémantique est particulièrement vaste puisque le mot a été traduit par « ville », « région », « principauté », « province », « pays19 », « royaume », même si dans le sens de ville mueang n’est peut-être qu’une forme raccourcie de hua mueang, mot à mot « tête de la principauté » ou « centre de la province »20.

39Les chercheurs français qui ont surtout travaillé au Laos sont d’avis que le mot mueang a d’abord désigné une « principauté » avant de prendre le sens plus restreint de « ville ». C’est sans doute le seul mot présenté dans cet article que l’on retrouve dans toutes les langues de la famille thaïe. Mais si, en langue ahom par exemple, le mot müng a bien le sens de « pays », « royaume », « monde », il n’a apparemment pas celui de « ville » (Na Nakhon 1991). Et, en phuan, il existe un mong que l’on traduit simplement par « lieu », « endroit » (Saemlamchiak 1994 : 264). Dans sa thèse d’État sur la culture de Luang Prabang – soutenue en 1987 – Amphay Doré suggère un rapprochement avec le mot ramang utilisé par les Wa – une ethnie du groupe môn-khmer et non thaï – pour désigner une « fédération de village » (Doré 1987 : 163, 295). La conviction de l’auteur mise à part, aucun argument n’est avancé en dehors de « la consonance proche de ramang et de mueang ». La référence que fait l’auteur à Jacques Lemoine est elle-même ambiguë puisque selon celui-ci le ramang est plutôt « celui qui dirige une confédération de plusieurs villages » (Lemoine 1978 : 872 ; Micollier 1988 : 50).

40Ce sont les mueang (ou muong) qui ont inspiré à Georges Condominas l’idée de « système d’autorité par emboîtement » :

Pour prendre la hiérarchie dans l’ordre ascendant, on est bien obligé de recourir au champ sémantique du mot müöng. Celui-ci désigne d’une part à la fois le chef-lieu et la principauté, mais d’autre part et surtout, des circonscriptions de tailles différentes dont les plus larges englobent les plus petites ; car au niveau du vocabulaire, on ne distingue pas, comme cela se fait dans les langues occidentales ou en chinois, par exemple, entre des territoires de statuts différents. Le mot müöng pourra aussi bien désigner un État puissant comme la Thaïlande qu’une principauté sur laquelle cet État exerce son autorité. (Condominas 1980 : 267.)

  • 21 Sans doute trouve-t-on souvent des variantes dans la forme puisque en langue thai yai, par exemple, (...)

41M. Tawee Swangpanyangkoon écrit que les mots mueang, wiang, chiang et ban se retrouvent chez les Thai Dam et les Thai Khao du Viêt Nam21 (Swangpanyangkoon 1991 : 36). Le mot mueang serait l’équivalent du mot vietnamien chu ou chao qui a le sens de amphoe c’est-à-dire « district ». L’ethnologue vietnamien Dang Nghiem Van apporte quelques précisions, dans son article sur les Thaïs du Viêt Nam :

Plusieurs agglomérations forment un Muong, dont le siège est souvent le plus grand des hameaux appelé Chiêng. C’est là que réside le seigneur local, que se réunissent sous l’égide de ce dernier les patriarches et les notables du Muong. On y trouve également le Viêng, ou citadelle, et des Che, ou postes de garde. […] la plupart de ces citadelles n’abritent derrière ses (sic) murailles, souvent en pisé, qu’une faible aristocratie rurale et un nombre restreint de paysans attachés au service de cette dernière. (Dang 197 : 182.)

42Dans un article récent publié dans Aséanie, Olivier Evrard, qui étudie le nord du Laos, rappelle dans une note que le terme désigne officiellement au Laos d’aujourd’hui des districts qu’il compare aux départements français, mais qu’il est également utilisé – comme en Thaïlande – dans un sens politique et culturel avec le sens de pays ou de région (Evrard 2003 : 47, note 12).

43Mlle Ranee Lertleumsai obtint en 2004 un doctorat de linguistique à l’université Mahidol avec une thèse sur le concept de mueang chez les Shans. Selon elle, le mueang désignait au départ le bassin d’un cours d’eau, puis une unité de coopération socio-économique regroupant tous les villages d’un même bassin (Lertleumsai 2007 : 94). Il est intéressant de noter, comme pour krung, cette référence à l’eau.

44Le mot mueang est sans doute le plus ancien des termes présentés dans cet article ; il apparaît 57 fois dans les inscriptions de Sukhothai (xiiie-xve siècles) mais surtout dans l’inscription n° 1 (22 fois), l’inscription n° 3 et l’inscription n° 18 (11 fois chacune) (Ishii 1990 : 159-60) mais dans de nombreux cas, le sens évident est celui de « pays » ou de « nation » plutôt que celui de « ville ».

45Dans la seconde partie du xixe siècle – peut-être pour éviter l’ambiguïté – on utilisait officiellement l’expression hua mueang (tête-mueang) pour désigner les chefs lieux de province et celle de ban mueang (maison ou village-mueang) pour désigner le pays ou le royaume (Pallegoix 1896 : 546-47). Dans son Lexique Français-Laocien de 1904, Mgr J. Cuaz donnait également ban ou ban mueang pour « pays », mueang pour « ville » et maha nakhon pour « grande ville » (Cuaz 1904 : 319, 482). C’était bien évidemment une simplification, car dans la hiérarchie administrative ancienne on distinguait plutôt des mueang ek (villes de première classe) comme Phitsanulok, des mueang tho (villes de deuxième classe) comme Phetchaburi, des mueang tri (villes de troisième classe) comme Samut Prakan et des mueang chattawa (ville de quatrième classe). Comme exemple de mueang chattawa Bradley donne Nakhon Khuean Khan, qui porte donc le nom de nakhon.

46Les habitants du Lanna, c’est-à-dire des provinces situées le plus au nord de la Thaïlande, s’appellent khon mueang, leur langue est appelée kham mueang et leur alphabet est dit tua mueang. La prononciation serait parfois différente de celle de Bangkok pour devenir miang plutôt que mueang. En 1988, M. Ua Manirat, un lecteur du mensuel Sinlapa-watthanatham estimait que ce mueang-là n’avait pas le sens de « ville », mais devait être tenu pour un ethnonyme propre et suggérait un rapprochement avec la ville de Kunming au Yunnan (Manirat 2531 : 11).

  • 22 «  Mueang is a colloquial term for irrigation canal constructed for diverting water from the source (...)

47Pour mueang je ne peux éviter de faire allusion à un presque homonyme que l’on transcrit également mueang avec le système de l’Institut royal, mais qui se prononce avec le cinquième ton au lieu du premier puisque la première lettre est un ho hip. Le mot est traduit par « marais » dans le dictionnaire de Mgr Pallegoix de 1854 (1854 : 453). Surtout dans le nord de la Thaïlande, il a également le sens de canal d’irrigation22, de puits et, par suite, de mine à ciel ouvert, comme la mine d’étain. Rien ne permet, à ma connaissance, de soutenir que ce mueang-canal ait pu conduire au mueang-ville. Cependant, il y a le précédent de soi qui était utilisé pour désigner un petit canal d’irrigation et désigne aujourd’hui les ruelles des villes (au départ en cul-de-sac) qui – au moins dans certains cas – ont recouvert ces canaux. Dans le vocabulaire de l’irrigation, mueang-soi et khlong-soi sont équivalents (Krom Chonlaprathan 2497 : 9).

48La recherche – devenue classique – de Abha Sirivongs Na Ayudhaya, A Comparative Study of Traditional Irrigation Systems in Two Communities of Northern Thailand, montre, en particulier, l’importance des opérations consistant – vers le mois de juin – à draguer, nettoyer et remettre en état les canaux d’irrigation afin de faciliter l’écoulement de l’eau. Une communauté organisée était nécessaire pour mener à bien cette tâche vitale. Un leader des canaux était désigné et les participants s’engageaient par contrat à coopérer (Sirivongs 1983 : 47-56).

49Comme pour krung et nakhon, le cas de mueang est si intéressant qu’il mériterait un traitement séparé dans un long article voire un opuscule.

Nakhon (นคร), la grande ville

50Bangkok a donc aujourd’hui pour nom officiel krungthep mahanakhon. Lorsque Bangkok était administrativement une province (jusqu’au début des années 1970), c’était le changwat (province) de Phra Nakhon. Notons que la province d’Ayutthaya conserve officiellement le nom de Phra Nakhon Si Ayutthaya. Phra nakhon ou ville sacrée est donc un synonyme de krung et a le sens de « capitale ». On rencontre aussi nakhon luang dans le sens de « ville royale ». Une nakhon, c’est en principe une grande ville, même si l’on rencontre des superlatifs. Ainsi, dans des textes de la fin des années 1950, on traduisait métropole par nakhon yai to, yai et to ayant le même sens de « grand ». Remarquons qu’en langue lao nakhon – d’après un dictionnaire de 1906 (Cheminaud 1906 : 31) – a le sens de capitale.

51Actuellement, en dehors de Bangkok, 25 villes de Thaïlande portent ce nom de nakhon dont seulement huit capitales de province (Phra Nakhon Si Ayutthaya, Nakhon Sawan, Nakhon Ratchasima, Nakhon Phanom, Sakon Nakhon, Nakhon Pathom, Nakhon Nayok, Nakhon Si Thammarat). Ces 25 villes se trouvent plutôt dans le Centre (9) et dans le moyen Nord (8) que dans le Nord-Est (5) et le Sud (3).

  • 23 Le mot concurrent pour désigner la ville semble être emprunté au persan et au poshtou (pashto) shah (...)

52Pour le mot nakhon, M. Sumet Jumsai semble opter pour une parenté directe avec le mot nak, le naga ou serpent de la mythologie, symbole aquatique bien connu. C’est une hypothèse à retenir – et qui va tout à fait dans le sens de la thèse de l’auteur – mais sur laquelle on ne connaît pas l’avis des sanskritistes. Car un mot apparenté est utilisé pour traduire ville dans de nombreuses langues de l’Asie du Sud : nagar en assamais, hindi, kashmiri, népali, nagara en newari, oriya, nagaraga en singhalais, nagaram en tamoul, nagaramu en télougou, negar en tsigane (Malherbe 199523).

53Le mot était encore peu répandu aux xiiie-xve siècles puisqu’il n’est présent que dans six inscriptions de Sukhothai. Et ce n’est que dans l’inscription n° 2 que l’on trouve le mot isolé avec le sens de « ville » ou « capitale ». Pourtant, il faut noter que depuis toujours les Thaïs appellent Angkor-Vat « Nakhon Wat », la ville-temple. Le mot khmer équivalent nokor a les deux sens de « royaume » et de « capitale » (Tandart 1935 : I, 1224-5).

54Comme mueang, nagara pouvait avoir le sens de pays, État ; c’est apparemment le seul sens que les mots négara et negeri aient aujourd’hui en malais et en indonésien, la ville étant désignée par le mot kota, dont le premier sens est forteresse. Dans un dictionnaire malais-thaï Négeri Thai a bien le sens de mueang thai, mueang ayant dans ce cas le sens de « pays » (Sinlapakamphiset 1986 : 65). Cependant, les dictionnaires indiquent que les deux expressions de ibu kota et de ibu negeri sont traduites par « capitale » – ibu ayant le sens de « mère » – ; cela semble manquer de cohérence, mais c’est aux spécialistes des langues malaises et indonésiennes de pousser plus loin l’analyse.

  • 24 Le mot nakhon a, le plus souvent, disparu aujourd’hui, et prostituée se dit officiellement sopheni.

55En thaï, nakhon avec une voyelle a longue indiquée (า au lieu de ะ) a le sens de « citadins », « habitants de la ville ». Mais même sans voyelle écrite on trouve l’étonnante expression nakhon sopheni ou nakhon sophini dans le sens de « prostituées24 ». Signalons enfin que le mot nakhonban était autrefois employé pour traduire « municipalité ». Il fut remplacé par thetsaban dont l’étymologie est moins évidente.

  • 25 Notons que lakon est aussi un verbe malais ayant le sens de «  jouer  » (pelakon signifiant «  acte (...)

56Signalons aussi que les liens entre les mots nakhon et lakhon ont été discutés, mais restent obscurs. Le mot lakhon signifie « théâtre25 », lequel serait, en Thaïlande, originaire de la ville méridionale de Nakhon Si Thammarat, une très ancienne cité, autrefois très influencée par l’hindouisme, qui est quelquefois appelée « Lakhon » ou « Ligor »… (Pallegoix 1850 : 170 ; Thongprasert 1976 : 29-32). Mgr Pallegoix mentionne également un Lakhon dans le nord de la Thaïlande, que son traducteur thaï, M. San Th. Kamonbut, a identifié comme étant la ville de Lampang (Panlekua 2520 : 41-42). Nakhon Thai, un district de la province de Phitsanulok dans le nord du pays est également connue sous le nom de Lakhon Thai et j’ai trouvé un Lakhon pour désigner Nakhon Phanom dans le Bulletin de la Société des Missions Étrangères de Paris de décembre1948 (360, 364). Ici, l’influence mône doit être considérée. Mlle Vadhana Purakasikara signale l’existence d’un terme môn s’écrivant lakhon, mais se prononçant plutôt liakon ayant le sens de ville (nakhon, mueang) et entrant dans la composition de certains titres (Purakasikara 2541 : 181).

57Enfin, on peut mentionner la forme mueang nakhon qui semble être un doublet ou une tournure relevant du pléonasme puisque les deux mots accolés ont chacun le sens de ville. En fait, il s’agit d’une abréviation pour désigner une ville dont le nom commence par nakhon, en particulier Nakhon Si Thammarat, lorsque le contexte enlève toute ambiguïté (cf. « Phloi Thapthim » 2522 : 47 ; Chuaibamrung 2534 : 26-27).

Thani (ธานี), ville royale

58Ce mot d’origine pâlie (il existe des variantes comme thanit, thanin, etc.) semble d’usage récent dans la langue thaïe puisqu’il est absent des inscriptions de Sukhothai. De même, à Ayutthaya il était extrêmement peu répandu puisqu’il apparaît une fois sous la forme thani et une autre sous la forme rachathani (ville royale, capitale) dans le Code des Trois Sceaux (kotmai tra sam duang).

59Le mot apparaît certes dans le nom complet de Bangkok mais seulement dans sa version définitive fixée par le roi Rama IV (1851-1868). Il est probable que c’est le roi Rama VI qui a définitivement popularisé ce mot lorsqu’en 1918 il fit construire Dusit Thani, une ville miniature modèle dans son palais de Dusit. Dans son dictionnaire thaï de 1873, Bradley ne lui consacre qu’une ligne et lui donne un sens très précis : « capitale [mueang luang] qui est forte de quatre armées » (Bradley 1873 : 314).

60L’encyclopédie géographique de Thaïlande ne contient que 9 noms de lieux comportant le mot thani, dont 5 noms de capitales provinciales : Pathum Thani, Uthai Thani, Surat Thani, Udon Thani et Ubon Ratchathani. Le mot thani semble le plus souvent avoir le sens de « ville royale », auquel cas l’expression ratcha thani devrait être considérée comme un pléonasme. Mais doublets et pléonasmes sont communs en Thaïlande ; il est courant de lire Mueang Dusit Thani, Mueang Uthai Thani.

61Les promoteurs d’aujourd’hui relancent à leur tour ce terme et commencent même à en faire un usage important. Un projet immobilier a pour nom « Mueang Thong Thani » (situé près de Bangkok), un autre « Thep Thani Complex » (à Ubon Ratchathani) ; seules, semble-t-il, de véritables villes nouvelles peuvent s’approprier ce nom jusque-là réservé aux villes royales.

62Le mot est mentionné dans les dictionnaires lao comme synonyme de mueang, aucune explication n’étant fournie. Il pourrait n’être, dans ce cas, qu’un simple emprunt récent au thaï.

63Par-delà le pâli, thani pourrait avoir pour origine le mot sanskrit dhá-na qui a le sens d’« abondance », « richesse », « trésor », etc. C’est ce mot que l’on retrouve dans Thon Buri, ce qui ferait de ce nom un nouvel exemple de doublet. La ville appelée thani serait alors considérée comme le lieu où sont rassemblées et conservées les richesses.

64Signalons que le dictionnaire thaï-vietnamien traduit thani par thành-phô, thành-thi (Watcharaprapa 1986), thành étant le nom désignant d’abord un mur, des remparts, une citadelle, avant de devenir le mot courant pour « ville » (Dang 1990).

65En thaï, thani est un mot très courant – un prénom particulièrement répandu – mais reste peu utilisé dans le sens de « ville ». Il ne semble pas non plus avoir beaucoup inspiré les linguistes. Il est fort possible qu’il ait été – avec buri – le terme préféré du roi Rama VI (1910-1925), le premier roi parfaitement anglophone parce qu’éduqué en Angleterre, car il pouvait fonctionner comme un suffixe à peu près comme les mots -town, -burgh, ou même -ville, par exemple dans Kingstown, Helensburgh, Cliftonville (Room 1983 : xxxiv-v, 25, 51, 61).

Buri (บุรี), le bourg

  • 26 Pour les toponymes du Royaume Uni, John Field fait état de «  l’ancien mot anglais burh  » qui dési (...)

66Dans son dictionnaire français-siamois de 1904, E. Lunet de Lajonquière traduit le mot cité d’abord par buri, puis par nakhon (Lunet de Lajonquière 1904 : 86). Dans le mot buri – que les Thaïs ont emprunté au sanskrit et au pali – se retrouverait une racine indo-européenne qui serait présente aussi bien dans le mot grec polis que dans les mots bourg, burg, burgh, borough, boro, bury26, etc. En sanskrit les mots púr, pura ont le sens de « château », « ville fortifiée », « citadelle », « ville » (Macdonell 1924 : 164). Sans doute sous cette influence, on retrouve ainsi dans les Annales Thai Yai (Phongsawadan Thai Yai) mention d’une ville (mueang) nommée Mani-pura (Narathip Praphanphon 2505, 2 : 2).

67Jaipur en Inde, Lopburi en Thaïlande, Indianapolis aux États-Unis et Beaubourg à Paris seraient donc construits sur le même principe (Thongprasert 1981 : 142).

68Actuellement le mot buri fonctionne comme un suffixe ayant le sens de ville dans les noms d’au moins 36 capitales de provinces et autres localités de Thaïlande comme Thon Buri, Suphan Buri, Min Buri, Wichian Buri, etc. On ne trouve guère que Buriram, ville et province du Nord-Est méridional, et l’expression Burirom, partie du nom officiel de Bangkok, qui ont le mot buri comme préfixe. Si l’on en croit le dictionnaire de Mgr J.-B. Pallegoix, ce n’était pas le cas au xixe siècle puisque sont attestées des expressions comme buriraat (cité royale), burisi (cité magnifique) et burirat (cité opulente) (Pallegoix 1896 : 71).

  • 27 En 1850, il cite Thonburi, Nonthaburi, Lopburi, Saraburi, Singhaburi (Singburi), Sanburi, Suphanbur (...)

69Ce même Mgr Pallegoix nous pose problème quand, dans la liste des noms de ville qu’il donne dans sa Grammatica Lingae Thai, il écrit en thaï systématiquement buri avec un yo yak final surmonté d’un karan le rendant imprononçable (Pallegoix 2007 : 167-170)27.

  • 28 En note P.-Louis Rivière remercie notamment Edmond Lorgeou, ancien consul de France au Siam, auteur (...)

70P.-L. Rivière, un juriste qui vécut deux années au Siam au début du xxe siècle, explique que « la désinence “bouri” est synonyme de village ou de bourg […] » et qu’« elle est remplacée, pour les villes proprement dites, par le vocable “nakhon” ex : Nakhon Sawan » (Rivière circ. 1935 : 9 n. 928).

71Le nom terminé en buri est souvent considéré comme nom officiel et à côté il peut exister une forme populaire construite avec mueang. Ainsi Minburi peut devenir Mueang Min, Chanthaburi est plutôt appelée par ses habitants Mueang Chan et Thanburi se transformer en Mueang Thanya. Dans le langage le plus familier, il peut même arriver que le mot ayant le sens de ville disparaisse complètement et Suphanburi, par exemple, devient simplement Suphan.

Les Chiang (เชียง) et Wiang (เวียง) de la Thaïlande du Nord

  • 29 Il existe certainement des variantes. Ainsi, selon Banchop Phanmetha, chez les Thai Yai, wiang se r (...)

72Pranee Kullavanijja, une linguiste de l’université Chulalongkorn, qui a étudié les noms de lieu de Thaïlande, explique que – avec celui de mueang – les termes chiang et wiang sont particulièrement répandus dans le nord du pays29 (Kullavanijja 2535 : 56). Le dénombrement précis d’après l’Encyclopédie Géographique de Thaïlande nous fournit cependant quelques précisions importantes. Car, si sur 30 wiang 21 se trouvent effectivement dans la région Nord (4 au Nord-Est, 3 au Centre et 2 dans le Sud), il y a autant de chiang dans le Nord-Est que dans le Nord (14 dans chacune des deux régions contre 3 dans le Centre et aucun dans le Sud).

  • 30 M. Tawee Swangpanyagkoon parle de quatre poteaux de taille réduite (5-6 pouces) enfoncés dans le so (...)

73Les Thai Dam connaissent les deux mots mais prononcent tchiang au lieu de chiang. Chez eux le chiang est le chef-lieu du mueang. Le chiang est le centre administratif, culturel mais aussi économique. Les jours de marché sont essentiels et portent des noms particuliers. C’est aussi le centre rituel où se trouvent les lak mueang, poteaux fondateurs30. Les chiang de quelque importance sont divisés en khong, quartiers. On trouve généralement trois quartiers, celui où réside la famille du leader porte le nom de khong chao, mais on distingue également un khong chang, qui abrite les artisans, et un khong kaew, où se trouvent les étrangers, Vietnamiens et Chinois en particulier.

74Pour Mgr Pallegoix les mots wiang et chiang (xieng) sont « laotiens », ce qui au xixe siècle renvoyait aussi bien au Nord de la Thaïlande qu’au Nord-Est et au Laos proprement dit (Pallegoix 1896 : 1114, 1149). Si pour xieng il est simplement proposé « ville capitale de province », wiang est donné pour synonyme de « ville » et « royaume », mais aussi de « palais ». L’expression wiangwang est donnée, ce qui pourrait équivaloir à un pléonasme puisque wang a également le sens de « palais » ; mais pour wiangwang, McFarland précise « a walled palace ». Précisons que pour Dang Nghiêm Van, qui a étudié les Thaïs du Viêt Nam, le chiêng est le siège du muong, l’endroit où réside le seigneur local tandis que le viêng est la citadelle (Dang 1971 : 182). Pour Vadhana Purakasikara, c’est en cambodgien que wiang a un sens équivalent au mot thaï (et môn) wang, que l’on traduit habituellement par « palais » (Purakasikara 2541 : 198).

  • 31 D’autres mots chinois seront aujourd’hui choisis pour désigner une ville. Tôu a par exemple le sens (...)

75L’idée d’une parenté avec le mot chinois chéng semble s’imposer. Chéng a eu un premier sens de « rempart » et de « muraille » avant de prendre – par un procédé métonymique bien connu – celui de « ville murée », « enceinte fortifiée ». Le mot composé chéngshì (shì ayant le sens de place du marché, marché, commerce, foire, quartier commerçant) désigne la ville par opposition à la campagne31.

Nikhom (นิคม), du marché à la zone industrielle

76L’encyclopédie géographique recense 15 noms de villes ou villages comprenant le mot nikhom, lequel peut être placé avant l’autre mot comme dans Nikhom Lamnarai (province de Lopburi) ou après comme dans Phanat Nikhom (province de Chon Buri).

77Dans le dictionnaire thaï-anglais de référence pour la langue ancienne le terme est traduit par « town, country, region, place, district » (MacFarland 1944). Le dictionnaire siamois-anglais de Dansuputra (1936) traduisait le mot par « large village, town » tandis que le dictionnaire thaï français-anglais de 1938 le traduisait en français par « grand village, district ». Dans son Standard Thai-English Dictionary de 1957, Witt Siwasariyanon donnait « town » comme premier équivalent, alors que Thiangburanatham, en 1986, donnait comme liste d’équivalents : « community, district, place, town ». M. Somchine Pierre Nginn, une autorité en matière de langue lao traduisait en 1975 – dans la 2e édition de son Dictionnaire Français-Lao – « cité » par nakhon et nikhom (Nginn 1975 : 157). Dans son dictionnaire de 1873, le Dr Bradley expliquait qu’un nikhom était un « grand village d’où les gens entraient et sortaient » (1873 : 319). Mgr Pallegoix, en 1850, n’hésite pas et traduit Phanat Nikhom en latin par civitas in sylvis (la ville dans la forêt) (Pallegoix 1850 : 169).

  • 32 Est d’abord donné le sens de tambon (ตำบล), mot thaï que l’on rend habituellement en français par « (...)

78Le mot a plutôt actuellement le sens plus restreint de « colonie, établissement » (Haas 1964 ; Sethaputra 1965). Il a été choisi pour désigner les « nouveaux villages – nikhom sang ton eng (villages que l’on bâtit soi-même), self-help settlement en anglais – dans lesquels, par exemple, on a relogé les conducteurs de samlo de Bang-kok, après qu’en 1960 ce type de tricyle a été interdit dans les rues de la capitale (Manitcharoen 1976). Actuellement, c’est cependant l’expression nikhom utsahakam que l’on rencontre le plus fréquemment, il s’agit de l’équivalent thaï de « zone industrielle ». Alors qu’autrefois – comme en pali-sanskrit – le mot avait le sens de « ville-marché », « centre » ou « quartier commerçant » (Sonthirak 2532 : 163) 32, il semble aujourd’hui irrémédiablement associé au monde de l’industrie. Ainsi, un dictionnaire cite l’expression nikhom mai khong kammakon (la nouvelle résidence des ouvriers) (Iamworamate 1989).

79Le nikhom était une sorte de gros village présentant déjà certaines caractéristiques d’une ville comme un marché ; il était un village en mouvement, ou même une petite ville spécialisée dans le commerce. Dans les villes ou en périphérie, il est devenu une partie spécialisée dans l’industrie.

80On pourrait trouver quelques autres termes traduits par « ville » dans certains dictionnaires de langue thaïe. Ils sont très rarement utilisés, ou dans des contextes bien particuliers, appartiennent au langage poétique ou religieux, ou n’ont ce sens de « ville » que dans des cas bien particuliers, par extrapolation. Je pense à des noms comme monthon (มณฑล), sathan (สถาน), niwet (นิเวศ). Il existe également un Kota Baru (โกตา บารู) dans la province de Yala, kota (โกตา) étant le terme malais pour « ville ». Enfin, il faut mentionner le mot phara (ภารา) que tous les dictionnaires traduisent par « ville ». Il s’agit, en fait, d’une allusion à la ville sacrée de Pharanasi en Inde, dont parlent les textes bouddhiques anciens et qui n’est autre que Bénarès. Le terme est d’usage fort limité. Le cas de talat (ตลาด) est un peu particulier et doit être rapproché de nikhom. C’est le mot qui désigne d’ordinaire le marché, mais en contexte rural, comme le talat est le cœur du mueang (ainsi à Chanthaburi, par exemple, le tambon [sous-district] talat Chanthaburi se trouve au centre de l’amphœ mueang) les deux sont souvent confondus surtout dans le thaï parlé. Il faut noter que dans son dictionnaire de 1903, Mgr Cuaz traduit ville par mueang et talat et gens de la ville par xao mueang, xao talat (ชาว เมือง, ชาว ตลาด) (Cuaz 1903 : 995).

La ville du roi et la ville des marchands

81L’usage des mots désignant la ville s’est fixé en un temps où le personnage royal et ses palais constituaient les éléments essentiels de la cité thaïe. Reste à éclaircir ce lien entre le roi et l’élément aquatique que semblent contenir les mots krung, nakhon et peut-être même Bangkok et mueang. L’autre pôle qui se dessine, mais reste bien en deçà, c’est la ville de l’argent, des richesses, la ville des commerçants, que semblent annoncer des termes tels que thana, nikhom, talat ainsi que le nom de la ville de Thon Buri.

82Mais la présente note ne peut avoir qu’une valeur exploratoire ; une réflexion plus large incluant en particulier les domaines de l’histoire, de l’archéologie, des mythes et des traditions populaires, du commerce et de l’irrigation ancienne, devrait nous permettre d’aller plus loin.

83Retenons seulement que pour le mot ville ou cité (town, city) on trouve en langue thaïe toute une série de termes, ce qui traduit d’une part une plus grande richesse lexicale, mais peut aussi indiquer une certaine hésitation voire une confusion. La ville comme nous l’entendons en Occident existe-t-(existait)-elle chez les Thaïs ?

84Cette multiplicité de termes entraîne souvent des pléonasmes lorsque le mot ville apparaît plusieurs fois dans le même nom comme dans Mueang Thong Thani ou Mueang Nakhon Nayok. Mgr Pallegoix, au milieu du xixe siècle, ne commettait jamais l’erreur. Il écrivait Lakhon, Uthai Thani, Mueang Phrae, Chiang Saen, Lopburi, Phanat Nikhom, Nakhon Chaisi, etc. (Pallegoix 1850 : 167-171).

  • 33 Présenté comme un projet de khunying Phochaman Shinawatra, l’épouse du Premier ministre de l’époque (...)

85Il est permis de terminer par une référence à la modernité. Car il est loin d’être exclu que le lexique s’enrichisse de nouveaux termes désignant la ville, et notamment la ville moderne qui s’éloigne fort des modèles qu’ont pu constituer les krung, les mueang ou les nakhon. Ainsi, on peut noter qu’alors que ces dernières décennies les « villes nouvelles » avaient pour noms « Nawa Nakhon » ou « Mueang Thong Thani », le projet dont toute la presse parlait à la fin de l’année 2003 s’appellait « Chinnicha Ville33 ». Le mot « ville » – parfois écrit « wil » (วิลล์) et prononcé « win » – est-il sur le point de devenir une neuvième façon de traduire la notion de ville en langue thaïe ?

Haut de page

Bibliographie

N.B. : La bibliographie étant donnée en transcription (et non en alphabet thaï), je suis le système français qui classe les auteurs par leur nom de famille.

Anonyme, 2482 [1939], Thetsaphiban, 38, 2 : 432.

Anonyme, 1965, « Bangkok, city of Angels », Holiday Time in Thailand (juin), p. 25-29.

Anonyme, 2533 [1990], « Krungthep mahanakhon (K. Th. M) mueang thewadan tok sawan » (Bangkok, cité des dieux tombée du paradis céleste), Sinlapa-watthanatham, 11, 3 (janvier) : 54-60.

AYMONIER, Etienne & Antoine CABATON, 1906, Dictionnaire Cam-Français, Paris : PEFEO, vol. VII, Imprimerie nationale.

BHAMORABUTR, Abha, 1981, Ancient Cities in Thailand, Bangkok.

BOONYAPALUK, Praewpayom, 2546 [2003], Photchananukrom thai-farangset-Dictionnaire thaï-français, vol. 1 (k-n), Bangkok : université Chulalongkorn.

BRADLEY, B.  (Dr), 1873, Dictionary of the Siamese Language Bangkok, réimpression en fac-similé en 1971 par Khurusapha.

CHANTHANAPHO, Sangkhit, 2546 [2003], Phasa chai. Khwamru nok tamra (langue du cœur : connaissance non livresque), Bangkok : Nechan buk (Nation Books).

CHEMINAUD, Guy, 1906, Nouveau dictionnaire français-laotien, Tulle : Imprimerie J. Crauffon.

CHOISY, Abbé (de), 1741, Journal du Voyage de Siam, Trévoux, nouvelle édition augmentée d’une table des matières, réimprimé en 1985 par Chalermnit.

CHUAIBAMRUNG, Chalo, 2534 [1991], « Mueang nakhon, nakhon arai ? » (quelle ville appelle-t-on « mueang Nakhon » ?), Sinlapa-watthanatam, 12, 9 (juillet) : 26-27.

CONDOMINAS, Georges, 1980, L’Espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion.

COUVREUR, Séraphin, 1930, Dictionnaire classique de la langue chinoise, Sien-Hsien.

CUAZ, J. (Mgr), 1903, Essai de dictionnaire français-siamois, Bangkok : Mission catholique.

CUAZ, J. (Mgr), 1904, Lexique Français-Laocien, réimprimé en fac-similé à Bangkok par Chalermnit, s.d. (fin des années 1970 ?).

DANG, Chân Liêu & LÊ Kha Kê, 1990, Tù Diên Viêt-Anh-Vietnamese-English Dictionary, Hanoi : Nhà Xuât Ban Khoa Hoc Xa Hôi.

DANG, Nghiêm Van, 1971, « Aperçu sur les Thai », Études Vietnamiennes, 32 : 163-225.

DANSUPATRA, C., 1936, Scholars’ Siamese-English Dictionary, Bangkok : The Amnuay Silpa School, 454 p., 1re édition : 1932.

DEVOSS, G., 1982, « Bangkok », Sawasdee (april) : 2-6.

DIFFLOTH, Gérard, 1984, The Dvaravati Old Mon Language and Nyah Kur, Bangkok : Chulalongkorn University Printing House.

DORE, Amphay, 1987, « Aux sources de la civilisation lao. Contribution ethno-historique à la connaissance de la culture louang-phrabanaise », thèse de doctorat, tome I, université René Descartes-Sorbonne, Paris.

EVRARD, Olivier, 2003, « Solidarités intra-ethniques et relations interethniques. Sens et actualité des “sous-groupes” khmou (tmoï) au Nord-Laos », Aséanie. Sciences Humaines en Asie du Sud-Est, 11 : 39-72.

FIELD, John, 1976, Discorvering Place-Names. Their Prigins and Meanings, Haverfordwest : Shire Publications.

GRAHAM, W. A., 1924, Siam, Londres : Alexander Moring.

G M-G, présentation éditoriale de « Les anciennes capitales du Cambodge » de Jean Boisselier (1re édition, janvier 1953), http://aefek.free/Lecture.htm

HAAS, Mary R., 1964, Thai-English Student’s Dictionary, Stanford : Stanford University Press.

HUFFMAN, Franklin E. & IM Proum, 1977, Cambodian-English Glossary, New Haven : Yale University Press.

IAMWORAMATE, Tianchai, 1989, A New Thai-English Dictionary, Bangkok : Ruamsan.

ISHII, Yoneo, 1990, danchani khonkham nai kotmai tra sam duang/The Computer Concordance to the Law of the Three Seals, Bangkok : Amarin Press, 5 vols.

JARUNGGIDANAN, Wanich, 1985, The Capital. Mueang Luang. La Capitale…, Bangkok : Chulalongkorn Translation Center, Faculty of Arts.

JUMSAI, Manich M.L., 1959, Dictionnaire Thai-Français, Bangkok, Chalermnit.

JUMSAI, Sumet, 1982, « Nam (l’eau) », in Laksana thai (caractéristiques des Thaïs), Bangkok : Thai Wathana Panich.

JUMSAI, Sumet, 1988, Naga : Cutlurual origins in Siam and the West Pacific, Singapour : Oxford University Press.

JUMSAI, Sumet, 1989, « Comments and discussion on human settlements », in Culture and Environment in Thailand. A Symposium of the Siam Society, Bangkok, The Siam Society, p. 415-418.

Krom Chonlaprathan (département de l’Irrigation), 2497 [1954], Khrongkan watthanatham prachasongkhro (projet culturel d’aide publique), Bangkok : Rong phim kansatsana.

KULLAVANIJJA, Pranee, 2535 [1992], Chue muban nai monthon kwangsi lae phak tawan ok chiang nuea khong prathet thai-Villages Names in Guangxi Province and the Northeastern Part of Thailand, Bangkok : Chulalongkorn University.

LEMOINE, Jacques, 1978, « Les ethnies non han de la Chine », in Ethnologie régionale II, Asie, Amérique, Mascareignes, Jean Poirier (éd.), Paris : Gallimard, Encyclopédie de la Pléiade, p. 731-922.

LISEC, Albert, 1994, « Chiangtung : Important place names and terms », in Rueang Mueang Chiang Tung (la ville de Chiang Tung), Arunrat Wichiankhiao & Narumon Ruangrangsi (éds), Chiang Mai : Suriwong Book Center, p. 95-102.

Laos, Département de la Littérature, 1957, Watchananukrom lao akson t-th-th-n-b (dictionnaire lao, lettres t, th, n, b), Vientiane.

Laos, ministère de l’Éducation, 1962, watchananukom phasa lao (dictionnaire de langue lao), Vientiane.

LERTLEUMSAI, Ranee, 2007, « Muang as a socio-political unit in Shan Concept », Journal of Thai-Tai Studies, « Thai-Tai Literature », 3, 1 (janvier-juin) : 93-109.

LUNET DE LAJONQUIERE,  E., 1904, Dictionnaire Français-Siamois, précédé de quelques notes sur la langue et la grammaire siamoises, Paris : Imprimerie nationale.

McFARLAND, George Bradley, 1944, Thai-English Dictionary, Stanford : Stanford University Press (compilé entre 1926 et 1937).

MACDONNELL, A.A., 1924, Sanskrit Dictionary, Oxford : The Muston Company.

MALHERBE, Michel, 1995, Les Langages de l’humanité. Une encyclopédie des 3 000 langues parlées dans le monde, Paris : Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

MANITCHARŒN, Manit, 1976, photchananukrom thai sombun-thansamai thi sut (dictionnaire thaï le plus complet et le plus moderne), Bangkok, Ruamsan, 1re édition : 1961.

MANIRAT, Ua, 2531 [1988], « Khon mueang, “mueang” nai ? » (Khon mueang, quel mueang ?), Lettre à la rédaction, Sinlapa-watthanatham, 9 : 12 (octobre) : 11.

MICOLLIER, Evelyne, 1988, « Une population du monde chinois : les Wa du Yunnan », mémoire de maîtrise de chinois, université de Provence, Aix-en-Provence.

MOUSSAY, Gérard, 1971, Dictionnaire Cam-Vietnamien-Français, Phanrang : Centre culturel Cam.

NAKHASAKUN, Kanchana, 1983, Photchananukrom thai-khamen (dictionnaire thaï-khmer), Bangkok : université Chulalongkorn.

NA NAKHON, Prasert (traducteur), 1991, Photchananukrom thai ahom – thai (dictionnaire thaï-ahom-thaï), Bangkok : université Silpakon.

NARATHIP PRAPHANPHON (Phra chao Baromawong Thoe), 2505 [1962], Phongsawadan Thai Yai, vol. 2, Bangkok : Khurusapha.

NGINN, Somchine Pierre, 1975, atchanunukom farangset-lao/Dictionnaire Français-Lao, Vientiane : Librairie Vantuong, 2e édition revue et complétée.

PALLEGOIX, Jean-Baptiste (Mgr), 1854, Sappha phtachana phasa thai/Dictionarium linguae thai sive siamensis interpretatione latina, gallica et anglica, Paris, réédition en fac-similé à Bangkok en 1999.

PALLEGOIX, Jean-Baptiste (Mgr), 1896, siphot-phasa thai – Dictionnaire Siamois-Français-Anglais, Bangkok : Imprimerie de la Mission Catholique, revu par J.L. VEY.

PALLEGOIX, Jean-Baptiste (Mgr), 2550 [2007], Grammatica Linguae Thai, Bangkok : université Chulalongkorn (1re édition, Bangkok : 1850).

PANLEKUA (Monseyoe) [Mgr PALLEGOIX], 2520 [1977], Lao rueang krung sayam (Histoires du Siam), Bangkok : Kaona. Traduction de Description du Royaume Thaï ou Siam par San Th. Kamonbut (édition originale française : 1854).

PAN HLA, Nai, 1991, « The major role of the Mons in Southeast Asia », Journal of the Siam Society, 79, 1 : 13-21.

PHANMETHA, Banchop, 2515 [1972], « Laksana phasa thai yai thiapkap phasa thai krungthep » (comparaison entre le thai yai et le thai de Bangkok), Phromdaen haeng khwamru. Rwuambotkhwam khong sityanusit khong Phraya Anuman Rajadhon, Bangkok : Samakhom sangkhomsat haeng prathet thai, p. 236-287.

PHANMETHA, Banchop et al., 1974, photcananukrom khamen – thai chabap thun phraya Anuman Rachathon (dictionnaire khmer-thaï du Fonds phraya Anuman Rajadhon), Bangkok, vol. 1.

PHANMETHA, Banchop et al., 2531 [1988], photcananukrom mon – thai chabap thun phraya Anuman Rachathon (dictionnaire môn-thaï du Fonds phraya Anuman Rajadhon), Bangkok, vol. 1.

PHLAINOI, Sombat, 1961, « chue ban nam Mueang : Bangkok », watthanatham thai, 1, 2 (avril) : 29-30, 46.

« Phloi Thapthim » (pseud.), 2522 [1979], « Manop Thanomsi nakkhian “chao salam” phut wa rangwan yotyiam chak chiwit su khong “sopheni” » (Manop Thanomsi, écrivain et résident d’un slum parle du prix obtenu avec la vie d’une prostituée), Chiwit Tong Su, 1, 12 (23 novembre) : 6-7, 47.

photchananukrom chabap sahabandit (dictionnaire de synthèse), 1977, Bangkok : Udomsuksa, compilation des dictionnaires de la langue thaïe des différentes régions de Thaïlande.

PURAKASIKARA, Vadhana, 2541 [1998], Laksana kham thai thi machak phasa mon (les mots thaïs d’origine mône), Bangkok : Sathaban Thai Khadi Sueksa, université Thammasat.

Ratchabandit sathan (Académie royale), 2546 [1993], Sap ratthasat (lexique anglais-thaï de science politique), Bangkok.

RIVIERE, P.-Louis, (circ. 1935), « Siam », Paris : J. Peyronnet & Cie, coll. « Outre-Mer ».

ROOM, Adrian, 1983, A Concise Dictionary of Modern Place-Names in Great Britain and Ireland, Oxford : Oxford University Press.

SAINT MARTIN, Vivien (de), 1877, article « Bangkok », in Nouveau dictionnaire de géographie universelle, vol. 1., p. 331.

SÆMLAMCHIAK, Phot, 1994, tamnan thai phuan (histoire des Thaïs Phuan), Bangkok : Samakkhisan (Dokya).

SAPPHUD, Samit, 2003, « Les relations commerciales entre la France, le Siam et le Cambodge (1867-1907) », mémoire de maîtrise en histoire contemporaine, université de Provence, Aix-Marseille I.

SATHAWETHIN, Chuea, 2507 [1964], Photchananukrom samnuan thai (dictionnaire des expressions thaïes), Bangkok : Sammit.

SETHAPUTRA, So, 1965, New Model Thai-English Dictionary, Bangkok : Thai Watana Panich, 2 vols (6e édition : 1987).

SIBUTSARA, Montri, 2536 [1993], « Bangkok plae wa arai ? » (Que signifie Bangkok ?), Sinlapa-watthanatam, 14, 11 (septembre) : 195-196 (lettre à l’éditeur).

SICHUM, Sin, 2543 [2000], « Lettre au rédacteur en chef de Sinlapa-Watthanatham », 21, 8 (juin) : 16-17.

SINLAPAKAMPHISET, Plæk, 1986, photchananukrom khamphong thai-malayu (dictionnaire des termes identiques en thaï et en malais), Bangkok : Ratchabandittayasathan.

SIRIVONGS NA AYUDHAYA, Abha, 1983, A Comparative Study of Traditional Irrigation Systems in Two Communities of Northern Thailand, Bangkok : Chulalongkorn
University Social Research Institute.

SIWASARIYANON, Witt, 1957, The Standard Thai-English Dictionary, Bangkok : Khurusapha.

SONTHIRAK, Plæk, 2532 [1989], photchananukrom bali-thai (dictionnaire pali-thaï), Bangkok : Amarin Printing Group (1re édition 1963).

SWANGPANYAGKOON, Thawi, 2534 [1991], « Mueang Chiantung adit lae patchuban » (la principauté de Chiang Tung, autrefois et aujourd’hui), Mueang Boran, 17, 2 (avril) : 30-39.

TANDART, Sindulphe, 1935, Dictionnaire cambodgien-français, Phnom-Penh, Albert Portail, 2 vols.

THONGPRASERT, Chamnong, 1976-1981, Phasa khong rao (notre langue), Bangkok : Phræ Phitthaya, 8 vols.

VIAL, Éric, 1983, Les Noms de villes et de villages, Paris : Belin, coll. « Le français retrouvé ».

WATCHARAPRAPA, Banjong, 1986, photchananukrom thai – vietnam/Tu’-Diên Thai – Viêt (Thai – Vietnamese Dictionary), Bangkok.

Haut de page

Notes

1 Notons que tous ces mots sont – ou ont été – utilisés comme prénoms. Ils sont loin, cependant, d’être également répandus : ainsi dans l’annuaire téléphonique (dans lequel le classement se fait par les prénoms), on trouve – pour l’année 1993 par exemple – 4 Krung, plus de cent Nakhon, 16 Mueang, plus de 200 Thani, et plus de 300 Nikhom. On trouve encore 17 Chiang, lesquels semblent presque tous appartenir à des Chinois et 20 Wiang.

2 Journal of the Royal Institute, 8, 3 (janvier-mars 1983) et The Bangkok Post, 15  avril 1983, p.  4.

3 Il s’agit de Atsani et Wasan Chotikun, la cassette intitulée fakthong, Bangkok, MGA Marketing.

4 Mgr  Pallegoix dans sa Grammatica Lingae Thai (reed. 2007  : 167) et M. Smith A Physician at the Court of Siam, 1946.

5 «  Makok  » dichan n°  259, 15  décembre 1987, p.  318-19.

6 Signalons qu’à la différence des autres noms présentés ici, Bangkok n’est pas encore devenu un prénom répandu chez les Thaïlandais. Un romancier a cependant pris pour pseudonyme «  Phan Bangkok  ». Il s’agit de M. Somphan Panathuk, un fonctionnaire du département des Forêts, dont un des romans, roipa, qui raconte sa vie de forestier, fut un grand succès au début des années 1980.

7 Il serait même plus correct de prononcer thonaburi, mais les linguistes se rangent du côté des locuteurs plutôt que de celui des règles de prononciation (Satawethin 1964  : 10).

8 Les deux exemples cités ne sont toutefois pas sans intérêt : «  thi pen chao krung  » dans le sens figuré de «  urbain  » et «  bannok khao krung  » dans le sens de «  (avoir) un air provincial  » (Boonyapaluk 2003  : 96).

9 La faculté des Arts de l’université Chulalongkorn l’a choisi pour un exercice de traduction. En 1985, a été publié un livre de poche de 192 pages qui comprend 9 versions de cette nouvelle. Outre l’original thaï, on trouve des traductions en anglais, français, allemand, espagnol, italien, chinois, japonais et malais (Jarunggidanan 1985).

10 Bangkok Kalendoe (Bangkok Calendar), 1871, p. 87.

11 Phanmetha (1988  : vol. 1, 31).

12 Franklin E. Huffman & Im Proun (1981  : 12).

13 Un dictionnaire khmer-thaï donne aussi à krung le sens de «  recouvrir  » et de «  protéger  », cf. Phanmetha (1974  : livre I, 31).

14 L’usage de kiang-chiang serait réservé au sud de la Chine, le terme ho servant à désigner les fleuves dans le nord. Le passage de k à ch semble assez fréquent ; ainsi la ville de Chiangtung est aussi très connue sous son ancien nom de Kengtung (Lisec 1994  : 97).

15 Dans le dictionnaire, rendu uniquement en alphabet thaï, un point souscrit signale que le groupe final ne doit pas être prononcé.

16 Par contre l’index du Code des Trois Sceaux montre que le mot était très répandu aux époques suivantes à la fois sous la forme krung et dans des noms composés comme krungkao, krungthep, krungthep phra mahanakhon, krung si ayutthaya, etc. (Ishii 1990  : 197-110).

17 Il est encore tentant pour un journaliste asiatique mais catholique, comme Max V. Soliven du quotidien de Manille The Philippine Star de voir des anges déchus parmi les demoiselles de Patpong et de Sukhumvit (8 novembre 1988 : 38).

18 Thon Buri a son horoscope propre.

19 Encore aujourd’hui, les Thaïlandais semblent hésiter sur le mot pays, puisque, si les timbres postes utilisent le mot prathet, le département de l’Immigration a pour nom officiel krom khon khao mueang, littéralement «  département des gens qui entre dans le pays  », une forme déjà ancienne puisqu’elle existait en 1938 (anonyme 2482, 38, 2 : 432)

20 Ainsi, encore en janvier 1934, le ministère de l’Intérieur avait pour nom complet officiel krasuang mahatthai lae hua mueang (cf. Thaïlande 2476).

21 Sans doute trouve-t-on souvent des variantes dans la forme puisque en langue thai yai, par exemple, mueang devient moeng (Phanmetha 2515  : 260).

22 «  Mueang is a colloquial term for irrigation canal constructed for diverting water from the source to the area for cultivation  » (Sirivongs 1983  : 21).

23 Le mot concurrent pour désigner la ville semble être emprunté au persan et au poshtou (pashto) shahr (Malherbe 1995  : 1323, 1353). Ainsi, les deux équivalents népali pour ville seraient shahar et nagar (Malherbe 1995  : 1254).

24 Le mot nakhon a, le plus souvent, disparu aujourd’hui, et prostituée se dit officiellement sopheni.

25 Notons que lakon est aussi un verbe malais ayant le sens de «  jouer  » (pelakon signifiant «  acteur  » et lakonan «  pièce de théatre  ».

26 Pour les toponymes du Royaume Uni, John Field fait état de «  l’ancien mot anglais burh  » qui désigne les terrassements et campements préhistoriques, les camps militaires romains et les établissements défensifs anglo-saxons (Field 1976  : 16). En ce qui concerne la langue française, Éric Vial étudie le mot «  Burg  », donné comme étant d’origine allemande et ayant le sens de place forte et ville (Vial 1983  : 194-195).

27 En 1850, il cite Thonburi, Nonthaburi, Lopburi, Saraburi, Singhaburi (Singburi), Sanburi, Suphanburi, Kanchanaburi, Ratchaburi, Sakhonburi (Samut Sakhon), Chalaburi (Chonburi), Chanthaburi et Phetchaburi.

28 En note P.-Louis Rivière remercie notamment Edmond Lorgeou, ancien consul de France au Siam, auteur d’une grammaire siamoise, publiée en 1902, qui fit longtemps autorité (Rivière circ. 1935  : XV).

29 Il existe certainement des variantes. Ainsi, selon Banchop Phanmetha, chez les Thai Yai, wiang se retrouve sous la forme de weng (Phanmetha 2515  : 260).

30 M. Tawee Swangpanyagkoon parle de quatre poteaux de taille réduite (5-6 pouces) enfoncés dans le sol de sorte que personne ne peut les voir (Swangpanyangkoon 1991  : 38).

31 D’autres mots chinois seront aujourd’hui choisis pour désigner une ville. Tôu a par exemple le sens de «  ville capitale d’un empire ou d’une principauté  ». Le Dictionnaire classique de la langue chinoise de Séraphin Couvreur explique même «  on appelle tou une ville qui possède les tablettes des princes défunts et les salles qui leur sont attribuées  » (p. 941). Le mot a une clé qui dérive de celle d’enceinte ; il a le sens de ville et sert à son tour à composer des mots comme lìn (voisin) ou (résidence). À partir de shì (marché) a été construit le mot dùshì qui a également le sens de «  capitale  ». Je remercie Barbara Baille, sinologue et ethnologue, à laquelle je dois ces informations.

32 Est d’abord donné le sens de tambon (ตำบล), mot thaï que l’on rend habituellement en français par «  canton  », «  commune  » ou «  sous-district  », puisqu’il s’agit de la subdivision administrative comprise entre la muban (หมู่บ้าน, village) et l’amphoe (อำเภอ, district).

33 Présenté comme un projet de khunying Phochaman Shinawatra, l’épouse du Premier ministre de l’époque, Chinnicha Ville devait être un ensemble de 188 résidences de luxe, puisque leur coût sera compris entre 15 et 60  millions de bahts (300 000 euros à 1,2 million d’euros) situé sur la rue Chaengwatthana, dans la banlieue nord de Bangkok (Matichon Raiwan, 27 novembre 2003 : 9, 35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « เมือง, กรุง, นคร, ธานี ๆ. Mueang, Krung, Nakhon, Thani et les autres », Moussons, 18 | 2011, 29-50.

Référence électronique

Jean Baffie, « เมือง, กรุง, นคร, ธานี ๆ. Mueang, Krung, Nakhon, Thani et les autres », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/666 ; DOI : 10.4000/moussons.666

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Directeur de la Maison Asie-Pacifique, après avoir été directeur de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS-Université de Provence), Jean Baffie a soutenu une thèse en 1981 sur la sociogenèse des villes thaïes. Il est aujourd’hui chercheur au CNRS et co-responsable de cours sur « Patrimoine et villes asiatiques » et « Diasporas chinoises et mondialisation » à l’université de Provence. Ayant vécu et travaillé à Bangkok à temps plein ou à mi-temps pendant plus de trente ans, il a écrit de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur les villes de Thaïlande et a notamment animé des projets de recherche sur Ban Khrua, le village urbain des Chams de Bangkok (avec l’université Mahidol), et sur les rues de Bangkok (avec l’université Chulalongkorn). Mais ses thèmes de recherche sont plus variés. Il a co-dirigé un ouvrage sur le trafic des personnes en Asie du Sud-Est en 2010 (Bangkok, White Lotus), un Dictionnaire insolite de la Thaïlande en 2011 (Paris, Cosmopole) et rédigé le long chapitre sur l’évolution de la politique thaïe dans Thaïlande contemporaine, paru également en 2011 (Paris, Les Indes Savantes).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page