Navigation – Plan du site
Articles

Les « boutiques ». Regard sur quelques bourgades du sud de la Thaïlande

The “Shops”. A Glance at some Southern Thailand Towns
Pierre Le Roux
p. 77-96

Résumés

à travers une visite informelle du sud de la Thaïlande, à la population majoritairement jawi, malaise et musulmane mêlée de courants siamois, chinois et môn, et de reliquats proto-malais, par une rapide description de quelques-unes de ses villes et bourgades, marquées par l'histoire particulière de ce terroir et des formes urbaines et architecturales qui y dominent pour des raisons culturelles, religieuses, économiques ou politiques, on découvre un véritable carrefour de civilisations et de cultures. Celles-ci, assemblées de façon originale, façonnent une région caractéristique qui est à la fois la plus riche du royaume de Thaïlande et la plus éprouvée par une situation politique et militaire, instable depuis des décennies.

Haut de page

Texte intégral

Photo 1

Photo 1

Concours international de chants de tourterelle dans le parc municipal de la ville-province de Yala.

©PLR, 2004

  • 1 Sur la région Sud, voir Jean Boulbet (1995) et L’Encyclopédie culturelle de Thaïlande du Sud (Anony (...)

1Le sud de la Thaïlande, c’est-à-dire la partie péninsulaire du royaume, n’est culturellement pas siamois. Outre que diverses influences s’y retrouvent et s’y conjuguent : siamoise, chinoise, indienne, arabe, européenne, le fonds de sa population est surtout malais métissé de quelques groupes ethniques minoritaires, ainsi que môn, thaï et chinois. Cela se retrouve nettement dans l’architecture au sein des maisons, des villages et des bourgades, mais aussi dans l’urbanisme1.

2La masse de la population du Sud se répartit entre quatre groupes. Les deux premiers, les plus importants en nombre, sont d’une part les Jawi musulmans et les autres Malais moins nombreux et que l’on trouve sur la côte occidentale de la Thaïlande péninsulaire, et d’autre part les Thaïs du Sud, essentiellement bouddhistes dont l’origine est le plus souvent môn. Le troisième groupe, moins grand mais très cohérent, est celui des Chinois d’origine, outre quelques Indiens ou Pakistanais d’origine établis dans les villes et s’adonnant essentiellement au commerce, surtout de l’habillement. Dans le Sud, les Chinois venus à l’origine de Singapour et de Malaisie étaient surtout des Hokkien et, dans une moindre mesure, des Hakka (nommés Khae en thaï sudiste). Depuis une cinquantaine d’années, la migration principale est teochiu, depuis Bangkok et le nord du pays. Aujourd’hui, les Teo Chiu sont en effet les plus nombreux dans la région Sud et dans l’ensemble du royaume. Le dernier groupe, qui compte le plus faible nombre d’individus, est constitué de sociétés autochtones minoritaires. En dehors des Négritos nommés Sakai par les autorités thaïes, chasseurs-cueilleurs forestiers, ce groupe est constitué principalement de pêcheurs-cueilleurs nomades marins. Leur peuplement initial devait être sans doute assez lâche, essentiellement littoral ou fixé sur les premières îles jouxtant rivage et estuaires.

Carte 1. Situation de la Thaïlande en Asie du Sud-Est continentale

Carte 1. Situation de la Thaïlande en Asie du Sud-Est continentale

Source : La Documentation française

Carte 2. La Thaïlande du Sud

Carte 2. La Thaïlande du Sud

Carte de l’auteur

3Parmi ces populations on compte les Samsam de Trang, Satun et Pattani qui ont migré au début du xxe siècle vers Phuket, Yao et Phiphi, mais aussi les Urak Lawoy de Phuket et des îles Lanta, les Moklen Kala’et Bahen des îles Phra Thong et du littoral de Thai Muang à Takuapa (Phang Nga), les Moken de l’archipel de Surin (Phang Nga), Phuket et Ranong, ou encore les Sakai (ou Orang Asli, en malais, « hommes des origines ») c’est-à-dire les Pygmées de Yala et de Satun. Toutes ces populations nomades relèvent de ce que le géographe Pierre Gourou a appelé « les civilisations du végétal et de l’oralité » et non de celles du bâti et de l’écriture. Elles n’ont pas marqué physiquement, matériellement, la forme et le style des villes du Sud, sinon dans l’emplacement de certains lieux de cultes religieux, bouddhistes siamois, hindous ou chinois, qui sont le plus souvent confondus avec les lieux consacrés des sociétés autochtones minoritaires, chronologiquement premiers habitants, marqués par l’existence d’un petit autel animiste fait de bois et de palmes et contenant de menues offrandes.

Photo 2

Photo 2

Village moklen bahen près de Thai Muang.

©PLR, 1986

Photo 3

Photo 3

Autel aux esprits moken bâti sur un îlot à l’entré du port de Ranong.

©PLR, 1985

Photo 4

Photo 4

Village moken de Rawai à Phuket.

©PLR, 1985

4C’est le cas par exemple de la très célèbre et impressionnante pagode chinoise rouge et or de Patong sur l’île de Phuket devant laquelle chaque automobiliste ou motard klaxonne trois fois de suite pour s’attirer de bons augures. Dite centenaire, elle a été en réalité bâtie morceau par morceau, au fil des donations, à partir des années 1980, au sommet de la crête menant à la ville balnéaire de Patong, à l’emplacement exact d’un autel aux esprits moken.

Photo 5

Photo 5

Pagode chinoise de Lim Ko Niao à Pattani.

©PLR, 2004

  • 2 Sur l’histoire de Lim Ko Niao, voir Pierre Le Roux (1998a).

5L’implantation chinoise est très ancienne dans le sud de la Thaïlande, concentrée dans les villes portuaires marchandes, le plus souvent dans un quartier à la fois commerçant et chinois… Les parties anciennes restées intactes, devenues rares, de cités marchandes présentent ainsi une architecture typiquement sino-portugaise, avec ses arcades et ses toits de tuiles caractéristiques, à l’instar de Malacca ou de Georgetown sur l’île malaise de Pinang. C’est le cas de Songhkla, de Phuket-ville, de Takuapa, de Ranong, et même de l’actuelle ville de Pattani malgré sa destruction à la fin du xviiie siècle par les Siamois lors de la conquête du sultanat et sa reconstruction à près de sept kilomètres de là, à son emplacement actuel. Dans la pagode chinoise de Pattani se trouve la statue d’une très célèbre bienheureuse chinoise, Chao Mae Lim Ko Niao, que de nombreux Chinois des diasporas d’Asie du Sud-Est viennent célébrer chaque année au moment du nouvel an chinois2.

Photo 6

Photo 6

Tombe chinoise à Khura Buri (province de PhangNga).

©PLR, 1985

6Les centres « chinois » anciens que sont Phuket ou Takuapa mis à part, on ressent aujourd’hui l’influence chinoise dominante dans toutes les villes modernes, notamment au plan de l’architecture, de l’urbanisme et du mobilier, surtout en leur cœur, dans les quartiers commerçants, en raison de la mainmise des Sino-Thaïs sur le négoce et l’entreprise, à plus de 90 %, plus particulièrement dans les villes relativement nouvelles comme Surat Thani ou Trang. L’influence chinoise est également forte dans les villes considérées par la population comme plus spécifiquement « chinoises », c’est-à-dire surtout peuplées d’habitants d’origine et culture chinoise. C’est le cas de Hat Yai, capitale économique du Sud et seconde ville de Thaïlande, vue par les habitants du Sud comme une ville « chinoise ». C’est aussi le cas de Betong, enclave de population chinoise à l’extrémité méridionale de la province de Yala, à la frontière malaise.

Photo 7

Photo 7

Vue générale au crépuscule sur Hat Yai (province de Songkhla).

©Richard Manin, 2006

7L’enclave « chinoise » de Betong date de la venue depuis la Malaisie de travailleurs chinois à la fin du xixe et au début du xxe siècle pour la construction du chemin de fer Bangkok-Singapour, de la route A2 Vientiane-Singapour, pour l’exploitation des mines d’étain nombreuses dans toute la Péninsule, aussi bien à Pattani, Phang Nga, Yala que Phuket, ainsi que pour celle des plantations d’hévéas très nombreuses au sud, surtout dans la province de Trang et dans celle, autrefois forestière, de Yala (Le Roux, Bamroongrugsa et al. 1991). Cette enclave de Betong est remarquable à trois titres. Tout d’abord, sans compter les très nombreuses prostituées qui y officient, sa population est presque exclusivement chinoise ou d’origine chinoise. Betong est réputée être une ville où « l’on ne meurt jamais ». Elle a de fait longtemps été une porte d’entrée illégale assez aisée à franchir par une main-d’œuvre économique venue de Chine car désireuse de s’implanter en Thaïlande. Ensuite, grâce aux revenus de ses plantations d’hévéas, l’enclave de Betong a nourri et entretenu pendant des années dans les montagnes de Yala couvertes de forêt dense et de plantations de seedlings (premiers hévéas non clonés, issus de grenaisons, de plus grande taille mais moins productifs que les arbres clonés et plantés de façon plus anarchique), une guérilla pro-communiste, essentiellement chinoise (c’est-à-dire que la plupart de ses membres l’étaient), aidée et entraînée au début par quelques officiers ou soldats nippons ayant refusé de déposer les armes en 1945. Les deux derniers soldats japonais se sont rendus en septembre1989, très âgés, en même temps que les ultimes rebelles communistes. Aujourd’hui, ceux-ci font visiter leurs anciens souterrains secrets aux rares touristes qui s’y aventurent. Depuis l’année 2003, il est en effet passablement dangereux de traverser la région Sud, les provinces de Pattani et Yala, pour atteindre Betong.

8Enfin, Betong fait partie de cette série d’étranges villes-bordels établies à la frontière malaise, peuplées d’une multitude de jeunes femmes prostituées, essentiellement venues de Thaïlande du Nord et du Nord-Est, mais aussi de Chine, du Vietnam, de Birmanie, etc., et dont une part signifiante est trafiquée, à l’intention exclusive d’une clientèle masculine venue de Malaisie et de Singapour. Si Betong reçoit cette clientèle malaisienne ou singapourienne, elle attire plus spécialement celle d’origine chinoise, à la différence de Sungai Kolok dans la province de Narathiwat, ou bien de Dannok et Padang Besar dans la province de Songkhla (Le Roux 2010 ; Le Roux & Dialma 2007), autres entités frontalières surgies non loin du no man’s land entre les deux frontières, à quelque distance des trois villes mentionnées proprement dites qui se réservent, elles, plutôt les clients ethniquement malais.

Photo 8

Photo 8

Près du poste frontalier dans la ville-champignon/ville-bordel de Dannok, province de Songkhla.

©PLR, 2004

Photo 9

Photo 9

Karaoke-bordel dans la ville frontalière de Dannok, province de Songkhla.

©PLR, 2004

Photo 10

Photo 10

Plan de la bourgade chinoise de Charopatai dans le canton de Tanoh Meroh, Betong, dessiné par un habitant dans le cadre d’une enquête socio-économique franco-thaïlandaise sur les systèmes de saignée des plantations d’hévéas de Thaïlande du Sud.

©PLR, 1989

9Le gros de la population du sud de la Thaïlande est cependant formé des Jawi musulmans ainsi que des Thaïs bouddhistes du Sud, les Phak Tai. Ces derniers sont en grande part d’une origine môn mêlée de courants malais et siamois. On trouve dans les dialectes thaï sudistes de très nombreux termes môn (Hemmet 1994).

10Les Jawi sont eux de langue et d’origine malaise et parlent une langue malaise, le jawi, nommé phasa yawi en thaï. Cette langue se divise en deux groupes correspondant à deux types de population, types que l’on retrouve dans les mœurs, croyances, rites, l’implantation humaine et même l’architecture voire l’urbanisme. Le premier groupe est celui de la langue d’aval ou du Nord, baso ilé « langue d’aval » en jawi (encore appelée baso pata, « langue du littoral ») très influencée par le malais et assez proche du malais dialectal de Kelantan. On la parle dans les villes, les zones frontalières et le littoral où les échanges avec la Malaisie sont constants. C’est aussi la langue en usage dans les capitales de province de langue jawi : Pattani, Yala, Narathiwat. L’aspect des villes et bourgs concernés sur les plans architectural et urbanistique est plutôt « moderne », c’est-à-dire thaïlandais, sans doute inspiré en grande part des modèles chinois et occidentaux (anglais et surtout américain), et est similaire à ce que l’on trouve dans la plupart des villes moyennes de Thaïlande, qu’il s’agisse de Pattani et Satun au sud, Nakhon Sawan au centre, Phitsanulok au nord, Nakhon Rachasima (Khorat) ou Udon Thani au nord-est. La ressemblance d’aspect entre toutes ces villes est si marquée qu’il est difficile à un voyageur de se sentir véritablement dépaysé passant d’une ville à l’autre.

Photo 11

Photo 11

Premier plan, bateau traditionnel kolè’ à proue bifide dans le port de la ville de Pattani.

©PLR, 1989

11En quoi consiste ce style ? D’abord en l’existence d’un pilier symbolique de la ville ou sao lak muang (เสาหลักเมือง), de facture purement siamoise, qui en est considéré comme le cœur. À Pattani, le monument situé sur la rive gauche de la rivière Patani, sur le terrain de l’école Banchama Rachutit, a été inauguré un 13avril, c’est-à-dire lors du nouvel an siamois, en 1951, sous l’autorité de Phraya Rattana Phakdi, gouverneur de Pattani de l’époque. Ensuite, ce style consiste en un tracé assez géométrique propre aux villes ou aux quartiers commerçants et d’affaires les plus récents. Puis, en l’existence d’une place pas forcément centrale, mais considérée comme telle, avec rond-point et monument en forme d’obélisque, de style différant légèrement selon le lieu et la spécialité locale, portant à son sommet une horloge géante et silencieuse. Ce monument est partout appelé nalika, c’est-à-dire « l’horloge ». Les avenues, de même que les ronds-points, sont presque toujours soulignées de trottoirs à bord bicolore, noir et blanc, assez mal conçus, généralement percés selon une progression régulière car la plupart des plaques d’égout sont absentes ou si rouillées qu’elles tombent d’elles-mêmes. Cela devient un véritable danger, on s’en doute, en cas d’inondation, phénomène récurrent au sud, surtout en juillet-août et en octobre-novembre, en particulier à Pattani, Hat Yai, et Surat Thani. L’avenue principale de chaque ville, ou presque, qui passe devant la gouvernance de province ou de district (amphoe), devant le poste de police, le palais de justice, et la résidence du gouverneur ou du chef d’amphoe, est généralement plantée d’une variété d’arbre malingre, vaguement en forme de sapin – mais un sapin atteint de mélancolie –, poussant droit, au port régulier, étroit et colonnaire, n’offrant de ce fait aucune ombre, tout droit importé d’Inde où, apprécié des Hindous, il est souvent présent dans leurs temples. Il s’agit de Polyalthia longifolia ou « arbre à mâture » à feuilles persistantes légèrement gaufrées ressemblant aux feuilles de saule. Cette essence ornementale est également présente au Cambodge comme arbre d’alignement le long des avenues ainsi que dans les haies de propriétés privées (Ratanak, Tricaud & Huybrechts 2005). En dehors de ces tristes arbrisseaux, les arbres sont très généralement assez absents des villes nouvelles et des quartiers nouveaux, et plus souvent, lorsqu’ils existent, ils sont la marque témoin d’une ancienne et légère influence étrangère, anglo-saxonne, française ou portugaise.

Photo 12

Photo 12

La place de l’horloge (nalika) de Pattani en 2006 avec ses bordures noir et blanc, son horloge de style vaguement mauresque (à droite) en hommage à la religion musulmane prédominante dans la région, et, bien visible sur le rond-point, au premier plan, le portrait du roi régnant Rama IX.

©PLR, 2006

12Au sud, étant donné la guérilla et ses soubresauts sporadiques et réguliers, pour des raisons de sécurité la largeur très inhabituelle, voire excessive, des avenues et des rues engendre une autre caractéristique régionale. Ces larges voies sont en effet aptes à laisser passer, en cas de troubles, des véhicules blindés militaires, sans parler des nouvelles routes à quatre voies ou à deux voies très larges construites à partir du début des années 1990 à la place des chemins et des pistes existants, dans le cadre du plan de développement antiguérilla du Sud Harapan Baru (« nouvel espoir » en malais), lancé par le général commandant la 4e région militaire d’alors, Chavalit Yongchaiyudh, qui devint Premier ministre en novembre 1996, de façon éphémère. On peut noter que le nom de ce plan d’aménagement comprenant la remise d’au moins un poste de télévision à chaque village dans l’espoir de « siamiser » les populations à l’aide de feuilletons à l’eau de rose thaïs appréciés de toutes les couches sociales et de toutes les composantes ethniques, a été donné officiellement ni en thaï ni en jawi, mais en malais de Kuala Lumpur, langue ici relativement étrangère et que la majorité des Jawi n’entend pas ou très mal, au lieu de la nommer en jawi, langue locale, ou en thaï, même sudiste. Cela montre le mauvais entendement des autorités militaires par rapport à une composante importante de la population nationale à qui elles s’adressent à l’aide de termes d’une langue relativement étrangère, au lexique assez différent, comme l’italien par rapport au corse.

Photo 13

Photo 13

Grandes inondations d’août 1988 dans la ville de Pattani au niveau de l’avenue centrale plantée de ces fameux arbres importés d’Inde. On retrouve cette quasi même avenue à peu près dans toutes les villes de Thaïlande, le sarong (usuellement porté par les hommes jawi musulmans) des passants en moins. Au second plan, on aperçoit l’entrée grillagée des magasins tenus par des Sino-Thaïs, rez-de-chaussée des très étroits et très profonds compartiments chinois de trois étages maximum, serrés les uns contre les autres et qui forment l’ossature des quartiers et rues des grandes cités du Sud, et plus généralement des villes moyennes de Thaïlande.

©PLR, 1988

Photo 14

Photo 14

Grandes inondations d’août 1988 dans la ville de Pattani à la hauteur de la grande mosquée centrale de Pattani (มัสยิดกลาง ปาตตานี) bâtie dans les années 1970-1980 sur le modèle du Taj Mahal indien avec des fonds privés et gouvernementaux.

©PLR, 1988

13Avant ce colossal plan d’aménagement réalisé à des fins essentiellement politiques, non sans succès d’ailleurs, la plupart des villages jawi étaient difficilement accessibles, surtout en saison des pluies, uniquement par des pistes très mal carrossées et très boueuses dès la mousson venue, abîmées du passage répété des poids lourds, et coupées à chaque instant d’un arroyo débordant, d’un cours d’eau devenu torrent, d’un ruisseau devenu rivière. Ces obstacles ne se pouvaient franchir, jusqu’au début des années 1990, que par quelques mauvais et antédiluviens ponts branlants renforcés de quelques planches, ou bien par de simples rondins jetés par deux en travers : une paire par roue de véhicule. Il me souvient en avoir franchi souvent, la nuit tombée parfois, les roues presque au même niveau que la rivière, de l’eau aux chevilles dans le véhicule, sans visibilité d’aucune sorte : il fallait viser juste au départ et espérer marcher droit et d’une allure régulière. Le mieux était de ne pas regarder…

Photo 15

Photo 15

Début de la route nationale de Pattani à Hat Yai. Après quelques kilomètres, il s’agissait d’une piste, quasiment jusqu’à Hat Yai. À la fin des années 1990, une quatre voies a été achevée.

©PLR, 1988

Photo 16

Photo 16

Avant le plan d’aménagement Harapan Baru, la plupart des villages jawi n’étaient accessibles que par des pistes et les ponts étaient rares, généralement de bois. Celui-ci est un très joli pont… d’autres étaient bien moins pratiques.

©PLR, Pattani, amphoe Ruso, 1988

Photo 17

Photo 17

Ancien pont principal, de fer et de planches, sur la route de Yala à Betong en 1988.

©PLR, 1988

14Depuis le plan d’aménagement, presque tous les villages, même les plus reculés, sont désormais desservis par des routes bitumées ou cimentées, ce qui offre un réel confort aux habitants, en leur évitant la boue et la poussière notamment, et par de solides ponts de béton, pas très élégants mais pratiques.

Photo 18

Photo 18

Rue principale de la ville de Yaha, cité hévéicole et chef-lieu d’amphoe (province de Yala) en 1988.

©PLR, 1988

  • 3 La langue jawi utilise deux sortes de « r ». Le plus commun est la consonne fricative vélaire sonor (...)
  • 4 Sur la difficile question des toponymes chez les Jawi, voir Pierre Le Roux (à paraître).
  • 5 Sur l’architecture à Patani, voir Eric Bogdan (1995) et Pierre Le Roux (1998b, 2000).

15Le deuxième ensemble dialectal de la langue jawi correspond à un autre univers, plus forestier, où le paysan exploite moins de rizières que d’hévéas. C’est celui dit de la langue d’amont ou du « Sud », baso daγa’3. C’est pour les Jawi, tant du pays ilé que du pays daγa’, la langue et la culture des origines, les plus préservées, les plus authentiques. À Patani (avec un seul t), c’est-à-dire le territoire de l’ancien sultanat représenté par les actuelles provinces thaïlandaises de Pattani (avec deux t), Yala et Narathiwat, chaque toponyme, chaque ville, chaque bourgade, chaque village a deux noms : l’un, officiel et guindé, en thaï ; l’autre, officieux et usuel, en jawi. Pattani se dit Ttaning en jawi (simple abréviation), Yala est appelée Nibong (« palmier de marais Oncosperma tigillaria ») et Narathiwat est nommée Naγo (abréviation sans signification particulière). C’est à ce pays daγa’, sans distinction de provinces, qu’appartiennent la bourgade de Sai Buri dans la province de Pattani, nommée Telubè (sans signification particulière) en jawi, celle de Ruso nommée Yaba’(« pubis ») ou celle de Rangae nommée Tanyong Mah (« cap aurifère ») dans la province de Narathiwat, celle de Raman nommée Kabu (« chaux ») dans la province de Yala 4… Ces quelques villes du pays d’amont diffèrent des relativement grandes villes du Sud que sont Pattani, Yala, Narathiwat, Satun, Songkhla ou Nakhon Sri Thammarat, entre autres, par leur aspect de bourgade endormie, alors qu’elles sont pourtant des chefs-lieux de district. Bâties le plus souvent en bois, elles ne disposent que de quelques rues, assez étroites, parfois de simples pistes, bordées au centre de quelques « compartiments chinois » encore appelés « maisons biscottes » que l’on retrouve aujourd’hui partout en Asie du Sud-Est, en bois également et aux toits de tuiles traditionnelles, parfois et depuis peu en béton, parpaings de ciment et toitures de plaques de tôle ondulée ou d’évérite amiantée. Mises à part les maisons des notables et des riches, de style colonial européen, le style général de toutes les bâtisses en bois est celui des maisons jawi (et malaises du Nord) et thaïes du Sud5.

Photo 19

Photo 19

Grande rue de la ville de Raman, chef-lieu d’amphoe (province de Yala). Au premier plan une échoppe chinoise et sa maison d’habitation inspirée des maisons jawi, ici avec un double-toit à simple double pente du style très ancien et classique bujè ttilé « la veuve aux aguets ».

©PLR, 1988

16Du fait de la relative violence de la région où tous les gens sont armés, portant en permanence sur eux des armes à feu – je ne parle ici ni des policiers ni des militaires, mais bien des gens de la rue, des villageois et citadins normaux –, et de la prédominance du bois dans la construction, dans la décennie 1980, ces villes avaient l’apparence des villes-western plus ou moins réalistes qu’on voit dans les films hollywoodiens. Depuis la moitié des années 1990, ces bourgades elles-mêmes ont changé, se modernisant, avec l’arrivée de satellites sur les toits et la transformation de l’habitat où le béton, le ciment et l’évérite dominent largement désormais.

Photo 20

Photo 20

Rue de la ville de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (Pattani) décorée de cages à tourterelles.

©Richard Manin, 1991

Photo 21

Photo 21

Rue principale de la bourgade de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (province de Pattani).

©PLR, 1989

  • 6 La photo du site de l’ancienne fonderie royale est présentée dans mon article « Bedé kaba… » publié (...)

17C’est sans compter, en pays jawi, avec, sinon la volonté gouvernementale de détruire, plutôt sa mauvaise volonté à valoriser et ne serait-ce qu’entretenir les sites et bâtiments historiquement importants des Jawi et des anciennes principautés môn comme celles de Songkhla ou Nakhon Sri Thammarat. C’est par exemple le cas dans la province de Pattani avec les ruines de la vieille mosquée du village de Kru Se – lieu-dit nommé Küsé’ en jawi et Kerisik en malais, c’est-à-dire le « palais royal » –, situées dans l’amphoe muang, c’est-à-dire le district municipal de la province, à Ban Krue Se, non loin des ruines du palais de l’ancien sultan situé, lui, à Ban Tanyong Lulo, et de l’ancienne capitale du sultanat de Patani avant sa destruction vers 1785 par les troupes siamoises de Rama Ier (Bougas 1990). Le site de l’ancien palais du sultan lui-même n’a pas été préservé par les autorités thaïlandaises. En 1995, j’en montrais l’emplacement exact au représentant de l’École française d’Extrême-Orient envoyé par Denys Lombard en réponse à l’appel du projet de coopération Grand Sud de contribuer à des fouilles envisagées à Pattani par le Fine Art Department thaïlandais à l’aide d’un soutien français proposé via le Projet Grand Sud. À cette époque, il y subsistait, par larges fractions, des douves surmontées d’un talus formant jadis l’immense rectangle où était bâti le palais, avec, toujours visibles par endroits sur la butte, des touffes de bambous persistantes formant des pans d’une sorte de muraille végétale, vestiges probables des anciennes palissades. Presque en face du palais royal, on voyait encore, témoin de la grande époque, la terre calcinée des anciennes fonderies de canons du sultanat 6. Depuis lors, les deux terrains ont été abandonnés par les autorités à des promoteurs qui ont pratiquement détruit les sites pour construire des lotissements.

18L’amphoe Sai Buri, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Pattani, formait autrefois une principauté puissante, parfois vassale, du sultanat de Patani, parfois en conflit avec lui. Les ruines du palais de son ancien souverain dont le dernier descendant migra à Kelantan au début des années 1930, fait de bois (disparu) et de briques, sont aujourd’hui abandonnées à leur sort par les autorités qui lui accordent cependant un respect minimum car les habitants du cru leur font croire qu’il s’agit des ruines, non d’un palais royal mais d’un édifice religieux. D’après la mémoire locale, il s’agit bien du palais du rajah de Selinong Bayu (ancien nom local de Sai Buri/Telubè) et non pas d’une mosquée.

Photo 22

Photo 22

Ancien palais royal de Selinong Bayu et soi-disant ancienne mosquée de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (province de Pattani).

©PLR, 1988

Photo 23

Photo 23

Ancienne maison princière à Yaring (Jamu en jawi, chef-lieu d’amphoe, province de Pattani).

©PLR, 1988

19Les villes modernes thaïlandaises, par volonté politique et surtout par mimétisme administratif – nulle part une administration ne se pose de question mais elle reproduit à l’infini par notes de services interposées et en imposant son choix des styles et des matériaux – se ressemblent étrangement, à mes yeux en tout cas, à de très rares exceptions près, comme Chiang Mai avec les vestiges de ses antiques murailles de briques. En outre, les cités de Thaïlande étaient naguère encore des villes « horizontales » c’est-à-dire peu élevées en hauteur. Le changement a débuté à partir de la moitié de la décennie 1980 par la construction à Bangkok d’un premier gratte-ciel, de taille encore modeste, celui de la Bangkok Bank à Silom Road, bientôt suivi de multiples autres, dans la décennie 1990, y compris en certaines villes balnéaires fréquentées par les classes aisées et les touristes étrangers : Hua Hin et Pattaya. Au Sud, les tours ont également poussé, verticalisant la capitale économique de la Thaïlande, Hat Yai (province de Songkhla) et la nouvelle ville balnéaire sortie des limbes : Patong sur l’île-province de Phuket désormais hérissée de gratte-ciel au bord de l’eau… Ces changements urbains et architecturaux ont été provoqués par la forte croissance économique de ces années-là, non sans responsabilité dans la crise économique de 1997 en raison de la spéculation qu’ils entraînèrent. Aux frontières, et particulièrement en région Sud, ils se sont additionnés à la volonté gouvernementale de marquer, plus exactement de borner dans le paysage les extrémités du royaume, explicitement siamois et bouddhiste, face à des revendications autonomistes, indépendantistes ou religieuses (Baffie 1993 ; Le Roux 1993, 1998c). C’est ainsi qu’on trouve, juste à la sortie de la bourgade de Rangae dans la province de Narathiwat, une immense effigie d’un bouddha doré dans la cinquante-troisième attitude hiératique dite « du Bouddha donnant l’enseignement au yakṣa Āḷavaka » bâtie sur une colline proche de la sortie de la ville, sur la route allant à Narathiwat. On peut y voir clairement une allusion autant qu’un souhait politique : dans l’histoire bouddhique, cet ogre anthropophage aux immenses pouvoirs terrorisait toute la ville d’Āḷavi, dévorant un homme par jour. Le Bienheureux eut connaissance de son existence après que le fils du roi d’Āḷavi eût été sa victime. L’ayant dompté à plusieurs reprises, le Bienheureux le convertit enfin par l’enseignement de la Loi (Khaisri Sri-Aroon 1996 : 36 et 244).

Photo 24

Photo 24

Le bouddha d’or sur la colline à la sortie de Rangae, chef-lieu d’amphoe, province de Narathiwat.

©PLR, 1988

Photo 25

Photo 25

L’antique mosquée de bois et de tuiles dites « de Patani » de Talo’ Manoh, province de Narathiwat.

©PLR, 1988

Photo 26

Photo 26

Marché à Sai Buri (Pattani).

©PLR, 1988

20Dans la même province, un peu plus au nord, au cœur du Pays daγa’ existe, au village de Ban Taloh Manoh (Talo’Manoh « l’anse précieuse » en jawi) dans l’amphoe Bacho (Pè’Bung en jawi), l’une des plus anciennes maisons de prière en bois (suγa en jawi) – plus de 400 ans – de toute l’Asie du Sud-Est musulmane. Son architecture a été bouleversée, en 1994, lors d’un orage, puis saccagée par une restauration approximative faite par les villageois, avec du béton et des parpaings de ciment sans que les autorités ne s’intéressent à les aider. Il faut noter que cette mosquée est construite au pied de la montagne buké’Budô, haut lieu des maquis depuis le début des insurrections, quelles qu’elles soient. Ce sommet est considéré comme le plus haut de la région comprise entre Sai Buri et la frontière malaise et, sans descendre de ses lignes de crêtes, couvertes de forêts denses et difficilement accessibles, il permet de rejoindre l’État de Kelantan et même celui de Perak en Malaysia ; cela explique son attrait stratégique.

Photo 27

Photo 27

Sources chaudes de Ranong.

©PLR, 2004

  • 7 Sur la notion de muang dans les systèmes politiques thaïs traditionnels, voir Georges Condominas (1 (...)

21Les villes et les bourgades de Thaïlande du Sud, anciennes ou nouvelles, n’existent qu’en raison des nécessités du commerce et du pouvoir. C’est pour cette raison qu’en thaï, et notamment en thaï sudiste, on nomme la ville muang, au sens propre « principauté, royaume, pays 7 », alors qu’en jawi on la nomme keda, c’est-à-dire « boutique » (kedai en malais ou en indonésien).

Peï neï ? « où vas-tu ? » (en thaï sudiste).

Peï muang ! « Je vais en ville ! », ou bien : peï lat (talat en thaï de Bangkok) « je vais au « marché » (sous-entendu « en ville »).

Gé kkano ? « où vas-tu ? » (en jawi).

Gé keda ! « Je vais en ville ! » ou bien gé na ’« je vais au « marché » (sous-entendu « en ville »).

22Les Thaïs détiennent le pouvoir politique lors qu’aux Jawi restent les attraits commerciaux de la cité. D’ailleurs, pour les citoyens, les villageois, les habitants jawi musulmans ou thaï bouddhistes, à dominante rurale, qu’est-ce que la ville ? Comme pour la majorité des autres paysans du monde, la ville signifie l’existence d’un marché, de magasins, de boutiques, de restaurants et de lieux de plaisirs : salons de thé, salons de massage, hôtels de luxe et leur boîte de nuit – sauf à Pattani où les boîtes de nuit sont interdites en raison des risques très réels de rixes sanglantes d’après-boire –, dancings, cafés-concerts, bordels. Elle représente aussi le lieu du pouvoir incontournable, rassemblant en un seul endroit les bureaux et administrations de la province, du district ou de la municipalité, la police, les pompiers, les hôpitaux et cliniques, les cabinets médicaux et paramédicaux, les pharmacies, la poste centrale et son centre de télex, téléphone et télégrammes (avant l’époque d’Internet). Elle se présente enfin haut lieu religieux comme à Pattani avec le culte de Chao Mae Lim Ko Niao, ou bien à Yala avec sa grande mosquée très achalandée, renommée dans tout le Sud ; la ville de Yala a d’ailleurs détrôné Pattani comme « capitale » informelle des Jawi musulmans.

23Quelques rares villes de Thaïlande, et plus spécifiquement du Sud, offrent un cachet particulier : Pattani et Narathiwat à cause de leur port bigarré… ; Nakhon Sri Thammarat (jadis nommée Ligor) avec ses multiples pagodes et son héritage môn, de même que Songkhla (autrefois appelée Singgora) avec son majestueux port en eaux profondes, siège de la marine royale thaïlandaise, et ses quais maçonnés ressemblant à ceux de Londres ou Brest, formidables de granit, et son architecture marquée du style sino-portugais dont l’un des plus beaux exemples est le musée municipal ; Phang Nga et Krabi par leurs falaises calcaires et leur végétation profuse, jusqu’au cœur de la ville ; Ranong par son caractère frontalier marqué par l’influence birmane et indienne en ville, ainsi que par ses fameuses sources thermales chaudes, une curiosité visitée de loin…

Photo 28

Photo 28

Port pêcheur de Narathiwat.

©PLR, 1988

Photo 29

Photo 29

Une rue de la ville de Songkhla (province de Songkhla).

©PLR, 1988

24Dans l’ensemble, cependant, nous l’avons dit, les villes thaïlandaises, y compris dans la région Sud, ne marquent guère d’originalité entre elles. Ceci est dû sans doute d’une part aux politiques gouvernementales en matière d’urbanisme, de sécurité policière, militaire et routière, mais aussi à la très nette domination des commerçants et entrepreneurs sino-thaïs qui ont tendance à considérer l’avenir au détriment du passé, à préférer une maison de béton climatisée à une bâtisse de bois naturellement ventilée. Cela se traduit par un dédain certain montré aux vieilles bâtisses, aux vieux quartiers dont le charme désuet laisse de marbre bien des décideurs au profit de bâtiments neufs, souvent hideux mais probablement plus fonctionnels, quoique, sans aucun doute, moins préparés à la lutte contre la chaleur… Nous sommes ici en climat sub-équatorial très humide, avec près de huit mois de pluies par an à Pattani, par exemple. Signalons quand même que si nombre de bâtisses anciennes sont volontairement laissées à l’abandon, voire détruites, c’est d’abord et surtout en raison de la croyance universelle en Thaïlande du Sud en l’existence potentielle de fantômes dangereux au sein de toute maison ancienne.

25Quoi qu’il en soit, on peut constater à travers cette simple déambulation en quelques bourgades du sud de la Thaïlande combien nombreux et variés y sont et demeurent les courants culturels et historiques.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1986, Saranukrom Watthanatham Phak Tai [Encyclopédie culturelle de Thaïlande du Sud], Koh Yo, Songkhla, Sathaban Thaksin Kadi Sueksa [Centre pour les études thaïes du Sud], Mahawitthayalai Sri Nakharin Wirot [Université Prince Wirot], avec le concours de Mulnanithi Toyota [Fondation Toyota], année 2529 de l’ère bouddhique [1986], 10 vol., 4305 p. [en thaï].

Baffie, Jean, 1993, « Des musulmans dans la cité bouddhique. L’exemple de la Thaïlande », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, « état, nation et nationalisme dans le monde musulman », 68-69, 2-3 189-200.

Bogdan, Éric, 1995, Aspects de l’architecture à Patani, Paris, École d’Architecture de Paris-Villemin (mémoire de travail de fin d’études en Architecture), 277 p., cartes, plans, photos, dessins, multigr.

Bougas, Wayne, 1990, « Patani in the beginning of the xviith Century », Archipel, 39 : 113-138.

Boulbet, Jean, 1995, Vers un sens de la Terre. Recul des lisières de la forêt dense en Thaïlande méridionale durant les deux dernières décennies/Towards a Sense of the Earth. The Retreat of the Dense Forest in Southern Thailand during the last two Decades, traduction par Howard Solverson, Pattani, Prince of Songkla University/École française d’Extrême-Orient (« Grand Sud », 5), 138 p., cartes, photos.

Condominas, Georges, 1976, « Essai sur l’évolution des systèmes politiques thaïs », Ethnos, 41 7-67 (réédité p. 259-316 in L’Espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Georges Condominas, Paris, Flammarion, 539 p.).

Hemmet, Christine, 1994, « Les Pak Tai », Péninsule. Études interdisciplinaires sur l’Asie du Sud-Est péninsulaire, 29, 2, 99-129.

Le Roux, Pierre, 1992, « Patani. Thaïlande », Grands Reportages, hors série « Terres oubliées », photographies de Richard Manin : 48-57.

Le Roux, Pierre, 1993, « Les “Têtes nouvelles”. Intrusion d’une forme rigoriste de l’islam chez les Jawi, Malais de Thaïlande », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, « état, nation et nationalisme dans le monde musulman », 68-69, 2-3 : 201-212.

Le Roux, Pierre, 1995, Actes des ateliers linguistiques sur la phonologie de la langue des Jawi « Work-shop (6th January) and Second Work-shop (10th July) on the Phonology of Patani Malay. Ateliers animés par Christopher Court, Pattani, Prince of Songkla University (« Grand Sud. Série Documents »), 37 p.

Le Roux, Pierre, 1998a, « Bedé kaba ’ ou les derniers canons de Patani. Une coutume commémorative des Jawi (Malais de Thaïlande du Sud) », Bulletin de l’école française d’Extrême-Orient, 85 : 125-162.

Le Roux, Pierre, 1998b, « Coudée magique, eau lustrale et bâton enchanté. Rites et croyances dans la construction de l’habitat traditionnel chez les Jawi de Thaïlande », Journal of the Siam Society, 86, 1-2 : 63-87.

Le Roux, Pierre, 1998c, « To be or not to be. The cultural identity of the Jawi (Thailand) », Asian Foklore Studies (Nagoya), LVII, 2 : 223-255.

Le Roux, Pierre, 2000, « “Ce-bois-au-dessus”. Porte-berceau, exorciste et marqueur identitaire. Un exemple de technologie symbolique chez les Jawi à propos d’architecture traditionnelle (Thaïlande) », Aséanie. Sciences humaines en Asie du Sud-Est, 5 : 95-120

Le Roux, Pierre, 2010, « A Lethal Funnel. Prostitution and trafficking in women for sexual exploitation in Southeast Asia (Thailand, Malaysia, Singapore) », p. 111-150 in The Trade in Human Beings for Sex in Southeast Asia. A General Statement of Prostitution and Trafficked Women and Children, Pierre Le Roux, Jean Baffie & Gilles Beullier (éds), Bangkok White Lotus, avec le concours de l’IRASEC et de la Fondation ANESVAD, 512 p.

Le Roux, Pierre, à paraître, L’éléphant Blanc aux Défenses Noires. Les Jawi de Thaïlande du Sud (histoire politique et identité ethnique), Paris, SevenOrients

Le Roux, Pierre, Noparat Bamroongrugsa et al., 1991, The Golden Forests. Report of an Anthropological, Socio-Economic and Technical Survey of Rubber Plantations in Southern Thailand, Pattani, Prince of Songkla University/Institut de recherche sur le Caoutchouc/CIRAD-Cultures pérennes/CNRS, tome 1, General Report, 152 p., tomes 2-3, Results of the Technical Survey, 537 p. (689 p.).

Le Roux, Pierre Noparat Bamroongrugsa & Emmanuel Dialma, 2007, « The Chinese diaspora and prostitution at the Thai-Malay frontier (Hat Yai, Sadao-Dannok, Betong and Sungai Kolok) », p. 91-114, in Investigating the Grey Areas of the Chinese Communities in Southeast Asia, Arnaud Leveau (éd.), Bangkok, IRASEC (« Occasional paper », 1), 168 p.

Ratanak, Teav, Pierre-Marie Tricaud & Eric Huybrechts, 2005, Paysages et plantations de Phnom Penh, préfaces d’Yvon Roé d’Albert (ambassadeur de France) et de Kep Chuk Téma (gouverneur de Phnom Penh), Phnom Penh, Municipalité de Phnom Penh (bureau des Affaires urbaines) et ambassade de France au Cambodge (service de Coopération et d’action culturelle), 80 p., photos.

Haut de page

Notes

1 Sur la région Sud, voir Jean Boulbet (1995) et L’Encyclopédie culturelle de Thaïlande du Sud (Anonyme 1986). Sur le secteur de Patani, voir Pierre Le Roux (1992).

2 Sur l’histoire de Lim Ko Niao, voir Pierre Le Roux (1998a).

3 La langue jawi utilise deux sortes de « r ». Le plus commun est la consonne fricative vélaire sonore [γ], notée /γ/, qui se prononce entre [g] et [r], l’un des principaux marqueurs identitaires des Jawi, exprimant leur « monde antérieur et intérieur ». Le second, assez rare, est la consonne vibrante dentale et alvéolaire [r], notée /r/, similaire au « r » malais ou français et qu’on ne trouve que dans les mots étrangers, d’origine arabe, thaïe, malaisienne ou européenne. Il indique systématiquement un emprunt récent au monde extérieur. Conséquence d’une monosyllabisation et d’une tonalisation en cours sous l’influence séculaire du thaï, le jawi, malais dialectal relevant de la famille austronésienne, au lexique vieilli car figé par la fusion forcée de l’ancien sultanat de Patani dans l’espace politique siamo-thaïlandais à la fin du xviiie siècle, possède treize phonèmes vocaliques dont cinq voyelles nasales. Par aphérèse, la langue jawi a engendré des consonnes longues en position initiale, phonématiques, qui lui évitent un évident appauvrissement lexical. Ces consonnes longues, culturellement caractéristiques, sont notées doubles dans le système de transcription adopté (Le Roux 1995).

4 Sur la difficile question des toponymes chez les Jawi, voir Pierre Le Roux (à paraître).

5 Sur l’architecture à Patani, voir Eric Bogdan (1995) et Pierre Le Roux (1998b, 2000).

6 La photo du site de l’ancienne fonderie royale est présentée dans mon article « Bedé kaba… » publié dans le BEFEO (1998a).

7 Sur la notion de muang dans les systèmes politiques thaïs traditionnels, voir Georges Condominas (1976, rééd. 1980).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Concours international de chants de tourterelle dans le parc municipal de la ville-province de Yala.
Crédits ©PLR, 2004
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-1.png
Fichier image/png, 293k
Titre Carte 1. Situation de la Thaïlande en Asie du Sud-Est continentale
Crédits Source : La Documentation française
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Carte 2. La Thaïlande du Sud
Crédits Carte de l’auteur
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Photo 2
Légende Village moklen bahen près de Thai Muang.
Crédits ©PLR, 1986
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-4.png
Fichier image/png, 146k
Titre Photo 3
Légende Autel aux esprits moken bâti sur un îlot à l’entré du port de Ranong.
Crédits ©PLR, 1985
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-5.png
Fichier image/png, 168k
Titre Photo 4
Légende Village moken de Rawai à Phuket.
Crédits ©PLR, 1985
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-6.png
Fichier image/png, 270k
Titre Photo 5
Légende Pagode chinoise de Lim Ko Niao à Pattani.
Crédits ©PLR, 2004
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-7.png
Fichier image/png, 167k
Titre Photo 6
Légende Tombe chinoise à Khura Buri (province de PhangNga).
Crédits ©PLR, 1985
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-8.png
Fichier image/png, 120k
Titre Photo 7
Légende Vue générale au crépuscule sur Hat Yai (province de Songkhla).
Crédits ©Richard Manin, 2006
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-9.png
Fichier image/png, 188k
Titre Photo 8
Légende Près du poste frontalier dans la ville-champignon/ville-bordel de Dannok, province de Songkhla.
Crédits ©PLR, 2004
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-10.png
Fichier image/png, 121k
Titre Photo 9
Légende Karaoke-bordel dans la ville frontalière de Dannok, province de Songkhla.
Crédits ©PLR, 2004
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-11.png
Fichier image/png, 180k
Titre Photo 10
Légende Plan de la bourgade chinoise de Charopatai dans le canton de Tanoh Meroh, Betong, dessiné par un habitant dans le cadre d’une enquête socio-économique franco-thaïlandaise sur les systèmes de saignée des plantations d’hévéas de Thaïlande du Sud.
Crédits ©PLR, 1989
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-12.png
Fichier image/png, 259k
Titre Photo 11
Légende Premier plan, bateau traditionnel kolè’ à proue bifide dans le port de la ville de Pattani.
Crédits ©PLR, 1989
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-13.png
Fichier image/png, 134k
Titre Photo 12
Légende La place de l’horloge (nalika) de Pattani en 2006 avec ses bordures noir et blanc, son horloge de style vaguement mauresque (à droite) en hommage à la religion musulmane prédominante dans la région, et, bien visible sur le rond-point, au premier plan, le portrait du roi régnant Rama IX.
Crédits ©PLR, 2006
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-14.png
Fichier image/png, 161k
Titre Photo 13
Légende Grandes inondations d’août 1988 dans la ville de Pattani au niveau de l’avenue centrale plantée de ces fameux arbres importés d’Inde. On retrouve cette quasi même avenue à peu près dans toutes les villes de Thaïlande, le sarong (usuellement porté par les hommes jawi musulmans) des passants en moins. Au second plan, on aperçoit l’entrée grillagée des magasins tenus par des Sino-Thaïs, rez-de-chaussée des très étroits et très profonds compartiments chinois de trois étages maximum, serrés les uns contre les autres et qui forment l’ossature des quartiers et rues des grandes cités du Sud, et plus généralement des villes moyennes de Thaïlande.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-15.png
Fichier image/png, 126k
Titre Photo 14
Légende Grandes inondations d’août 1988 dans la ville de Pattani à la hauteur de la grande mosquée centrale de Pattani (มัสยิดกลาง ปาตตานี) bâtie dans les années 1970-1980 sur le modèle du Taj Mahal indien avec des fonds privés et gouvernementaux.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-16.png
Fichier image/png, 103k
Titre Photo 15
Légende Début de la route nationale de Pattani à Hat Yai. Après quelques kilomètres, il s’agissait d’une piste, quasiment jusqu’à Hat Yai. À la fin des années 1990, une quatre voies a été achevée.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-17.png
Fichier image/png, 110k
Titre Photo 16
Légende Avant le plan d’aménagement Harapan Baru, la plupart des villages jawi n’étaient accessibles que par des pistes et les ponts étaient rares, généralement de bois. Celui-ci est un très joli pont… d’autres étaient bien moins pratiques.
Crédits ©PLR, Pattani, amphoe Ruso, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-18.png
Fichier image/png, 108k
Titre Photo 17
Légende Ancien pont principal, de fer et de planches, sur la route de Yala à Betong en 1988.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-19.png
Fichier image/png, 126k
Titre Photo 18
Légende Rue principale de la ville de Yaha, cité hévéicole et chef-lieu d’amphoe (province de Yala) en 1988.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-20.png
Fichier image/png, 147k
Titre Photo 19
Légende Grande rue de la ville de Raman, chef-lieu d’amphoe (province de Yala). Au premier plan une échoppe chinoise et sa maison d’habitation inspirée des maisons jawi, ici avec un double-toit à simple double pente du style très ancien et classique bujè ttilé « la veuve aux aguets ».
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-21.png
Fichier image/png, 96k
Titre Photo 20
Légende Rue de la ville de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (Pattani) décorée de cages à tourterelles.
Crédits ©Richard Manin, 1991
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-22.png
Fichier image/png, 124k
Titre Photo 21
Légende Rue principale de la bourgade de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (province de Pattani).
Crédits ©PLR, 1989
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-23.png
Fichier image/png, 144k
Titre Photo 22
Légende Ancien palais royal de Selinong Bayu et soi-disant ancienne mosquée de Sai Buri, chef-lieu d’amphoe (province de Pattani).
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-24.png
Fichier image/png, 138k
Titre Photo 23
Légende Ancienne maison princière à Yaring (Jamu en jawi, chef-lieu d’amphoe, province de Pattani).
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-25.png
Fichier image/png, 139k
Titre Photo 24
Légende Le bouddha d’or sur la colline à la sortie de Rangae, chef-lieu d’amphoe, province de Narathiwat.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-26.png
Fichier image/png, 130k
Titre Photo 25
Légende L’antique mosquée de bois et de tuiles dites « de Patani » de Talo’ Manoh, province de Narathiwat.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-27.png
Fichier image/png, 111k
Titre Photo 26
Légende Marché à Sai Buri (Pattani).
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-28.png
Fichier image/png, 179k
Titre Photo 27
Légende Sources chaudes de Ranong.
Crédits ©PLR, 2004
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-29.png
Fichier image/png, 165k
Titre Photo 28
Légende Port pêcheur de Narathiwat.
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-30.png
Fichier image/png, 155k
Titre Photo 29
Légende Une rue de la ville de Songkhla (province de Songkhla).
Crédits ©PLR, 1988
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/695/img-31.png
Fichier image/png, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux, « Les « boutiques ». Regard sur quelques bourgades du sud de la Thaïlande », Moussons, 18 | 2011, 77-96.

Référence électronique

Pierre Le Roux, « Les « boutiques ». Regard sur quelques bourgades du sud de la Thaïlande », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/695 ; DOI : 10.4000/moussons.695

Haut de page

Auteur

Pierre Le Roux

Ethnologue, ronin, docteur de l’École des Hautes études en sciences sociales en anthropologie sociale, diplômé des Langues’O, qualifié maître de conférences des universités, est spécialiste de l’Asie du Sud-Est, notamment des Jawi musulmans de Thaïlande du Sud, région où il a effectué ses recherches principales pendant près de quinze ans, de 1988 à 2007.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page