Navigation – Plan du site
Articles

Bangkok, la ville à partir de ses représentations

Bangkok, the City through its Representations
Sophie Clément-Charpentier
p. 97-120

Résumés

Il s’agit ici d’étudier l’image de Bangkok, les représentations de cette très grande ville, à travers, d’une part une série de sept plans ou cartes, certains très anciens, d’autres récents, certains destinés à un public d’experts et de hauts fonctionnaires, d’autres aux voyageurs étrangers, voire aux touristes sexuels, d’autre part une nouvelle particulièrement significative par un romancier également architecte et enseignant. Le résultat est un ensemble d’images très contrastées, mais qui montrent un Bangkok indissociable des territoires qui l’entourent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions pour son aide le centre de documentation de l’IPRAUS, école d’architecture Paris-Be (...)

1Les représentations peuvent être mentales ou matérielles, sous forme de textes, de photos, de dessins ou de plans. Sera examinée ici cette catégorie particulière de représentations que constituent les représentations graphiques, en l’occurrence les plans de la ville. Cet article n’a pas bien sûr de prétention d’exhaustivité, mais je voudrais essayer de décrypter les informations que véhiculent certains plans spécifiques, très différents les uns des autres1. Par ce biais, on peut aussi suivre le développement de la ville à partir des images qui ont participé à sa représentation. Pour comprendre la finalité de chaque plan, il faudrait savoir qui sont les commanditaires et les destinataires, et les thèmes qui ont été privilégiés dans la représentation iconographique. Pour les plans de la ville réalisés au xixsiècle (Sternstein 1982), par des Occidentaux pour les plus anciens, on voit des différences entre ceux réalisés par les Britanniques, les Français ou les Hollandais, et les plans un peu plus tardifs dressés par des Thaïs. Les enjeux n’étaient pas les mêmes pour les deux catégories d’émetteurs, et les informations véhiculées non plus. Les plans de ville réalisés par les services techniques de l’urbanisme donnent une image de la ville qui a du corps, de la densité ; même s’ils ne sont pas très détaillés, le tissu urbain est présent, il est souvent cartographié. Certains documents s’apparentent à un cadastre urbain, étant à la fois une représentation cartographique et une matrice apportant la connaissance en détail de chaque rue, de chaque bâtiment. Les plans pour touristes, thaïs ou étrangers, sont plus schématiques, on voit parfois seulement la voirie, ou bien on privilégie d’autres sujets, comme les lignes de métro, les commerces qui intéressent les touristes, ou les lieux de la vie nocturne dans le quartier de Patpong. Enfin une représentation de Bangkok de nature très différente, littéraire celle-là, sera livrée à travers une nouvelle contemporaine thaïe.

2Bangkok, capitale de la Thaïlande, est située dans la région méridionale qui présente une large façade sur la mer. La Thaïlande a pour originalité d’être le seul pays d’Asie du Sud-Est continentale à n’avoir, au cours de son histoire, jamais été colonisé. En revanche, le pays a connu une forte immigration venant de Chine depuis le xixe siècle, et Bangkok compte une importante proportion de population d’origine chinoise, qui joue un rôle essentiel dans l’économie du pays.

3Bangkok est actuellement une métropole de 11,5 millions d’habitants, ou de 18 millions si l’on tient compte des zones périphériques et de leurs habitants qui viennent y travailler tous les jours. Avec une croissance importante (7,8 % en 2010), le pays fait partie des « cinq dragons », qui ont connu un boom économique jusqu’en 1997, après quoi la croissance s’est un peu ralentie. C’est une ville très étendue, qui a connu un développement rapide surtout depuis les années 1980. La superficie du territoire administratif (Krungthep Mahanakon, ko.tho.mo. ; Bangkok Metropolitan Administration, BMA) est d'environ 1 500 km2.

4Depuis le xixsiècle, Bangkok est de loin la ville la plus importante de la Thaïlande. Comme Paris pour la France, et peut-être encore plus que Paris, elle est le symbole de l’urbanité. Bangkok est 22 fois plus grande que la deuxième ville de Thaïlande. Elle concentre de façon disproportionnée tout ce qu’il y a d’urbain dans le pays, des quartiers avec des immeubles de grande hauteur, à l’architecture spectaculaire, des voies express surélevées, un métro aérien et un autre souterrain, ainsi que deux aéroports. Bangkok est une ville hétérogène, où les gratte-ciel des quartiers d’affaires côtoient des quartiers résidentiels ou des bidonvilles, avec des classes sociales et des modes de vie très diversifiés.

5On ne peut pas dire qu’elle a un seul centre, mais plusieurs centres qui ont correspondu à des étapes successives de son développement. Pour les Occidentaux, ce n’est pas une ville avec une organisation rationnelle, avec un schéma d’ensemble basé sur de grands axes orthogonaux. Les axes importants ont repris la direction des anciens canaux, disposés en éventail puisqu’ils étaient perpendiculaires à la rive de forme concave de la Chao Phraya.

6Bangkok est située sur le fleuve Chao Phraya, à une trentaine de kilomètres environ du delta, ce qui la rendait accessible depuis la mer. C’est une ville construite sur l’eau, car dans le delta de la maenam Chao Phraya, la terre et l’eau se mélangent. L’eau affleure au niveau du sol, et actuellement, après des siècles de remblaiements, elle est maintenue à un pied sous le sol. La nappe phréatique est seulement à 1,50 m du sol. La ville s’enfonce, elle est régulièrement victime d’inondations pendant plusieurs semaines par an, autour du mois d’octobre. Dans ce pays au climat tropical humide, 90 % des pluies tombent pendant la saison humide, entre juin et octobre.

7La circulation automobile a tenu depuis longtemps une place importante, accentuée encore par l’extension de la ville. Beaucoup de citoyens vivent en périphérie, et passent plusieurs heures par jour matin et soir en voiture pour se rendre à leur travail. La ville, qui a toujours été chaude (avec une température moyenne de 27°, qui peut monter jusqu’à 40°) est devenue bruyante, polluée, malodorante, à cause des embouteillages. La Venise de l’Orient avec ses canaux et ses espaces verts s’est transformée en une ville où règne le béton et où les habitants consacrent une partie de leur journée au transport dans des bus surpeuplés ou, selon leurs revenus, dans des voitures climatisées, mais de toute façon les uns et les autres immobilisés dans des bouchons. Bangkok est aussi la ville du capitalisme le plus effréné, où la spéculation foncière ne connaît aucun frein venant des pouvoirs publics. Elle est aussi connue pour la corruption qui règne à tous les niveaux. Krung Thep, le nom officiel de Bangkok, que l’on peut traduire par cité des Anges, se transforme souvent en cité des démons.

8Comme le remarque Marcel Roncayolo, « La ville assure, avec la meilleure efficacité, par son existence et sa localisation, la rencontre et l’échange entre les hommes » (2002 : 21). Bangkok est, peut-être plus que d’autres, une ville d’échanges. Elle est depuis longtemps le point de rencontre de communautés différentes grâce au dynamisme qu’elle a toujours manifesté dans sa fonction de centre de commerce et de lieu d'échange, échanges entre citadins et paysans producteurs, ou entre citadins et artisans de villages spécialisés situés à l’extérieur ou à l’intérieur des limites de la ville. L’immigration de populations chinoises à partir du milieu du xixsiècle a accentué ce phénomène. C’est depuis longtemps par Bangkok, située sur le fleuve, qu’entrent à l’intérieur du pays les voyageurs et les marchandises. Denrées locales venant de l’amont, du nord du pays, ou marchandises étrangères arrivées par la mer, venant de l’aval. Ce qui venait d’ailleurs arrivait par l’eau, par le courant, et Bangkok va servir de relais entre cet ailleurs et le reste du pays. C’est une ville cosmopolite où se sont toujours rencontrées des populations différentes, Thaïs, Chinois, Asiatiques d’Extrême-Orient ou Occidentaux, c’est aussi une ville de tourisme et d’affaires internationales. Elle sert de point de contact entre ruraux et urbains, l’attrait de la capitale ayant engendré depuis longtemps une grande mobilité des habitants des diverses régions vers la ville.

9Ces villes qui sont à la charnière de plusieurs mondes ont généré une multitude de représentations et d’images, car elles ne sont pas perçues de la même façon par les différentes populations qui y résident. Ce statut un peu spécial de la ville a été la source de représentations variées, qui peuvent être vues comme des moyens pour faire passer des informations. Ces représentations font partie d’un système de communication et permettent d’accéder à quelque chose d’autre, que le récepteur ne connaît pas. Un plan par exemple est une forme de représentation qui nous transmet des informations, et qui nous permet d’appréhender une réalité multiforme.

10Que représenter, dans quel but et pour qui ? Les représentations dépendent des catégories d’émetteurs de messages, et aussi de ceux qui les reçoivent. Les types de discours varient avec les époques, à partir d’une même réalité on peut donner des visions très différentes. On peut avoir affaire à des messages adressés par des étrangers à d’autres étrangers à propos de Bangkok, par des Thaïs à des étrangers, par des étrangers à des Thaïs, ou par des Thaïs à d’autres Thaïs. Les auteurs des premières représentations qui nous sont parvenues étaient des Occidentaux, observateurs sachant transmettre leur vision de la ville ou spécialistes, comme des cartographes, puis très rapidement des Thaïs, agents des administrations qui font réaliser des plans de la ville, des acteurs de l’économie marchande tournés vers l’étranger comme les voyagistes, les hôteliers et les spécialistes du tourisme, des artistes créateurs, auteurs de romans, de bandes dessinées, de films. Chaque catégorie d’auteur véhicule son acquis, son expérience.

11On aura ainsi des représentations urbaines très différentes, car elles relèvent du bagage mental de leurs émetteurs, et s’adressent à des publics différents. Certaines traduisent la ville pratiquée, d’autres la ville imaginée. Les écrits récents, soit d’étrangers, soit de Thaïs pour les Thaïs proposent une représentation des pratiques socioculturelles de l’espace de la ville, ils participent à la diffusion de l’imaginaire urbain. Le discours des habitants sur la ville, destiné à d’autres Thaïs, est certainement le plus révélateur sur les images mentales qu’ils se font de la métropole.

12Les supports de ces représentations sont de nature très différente : on aura pour les plus anciennes des gravures, des plans, des textes, puis avec les outils plus récents des photos, des dessins, des films. Ainsi pour les plans on dispose de formes très diverses suivant les catégories d’usagers : l’administration, les spécialistes de l’aménagement, les habitants de Bangkok ou les touristes. Des plans à des échelles différentes, allant du schéma d’aménagement de la région de Bangkok au plan très détaillé d’un quartier. Il est toujours intéressant de savoir, si c’est possible, par qui et pourquoi ils ont été réalisés, et selon quelle ligne directrice. Qu’est-ce qu’on privilégie dans ces images, l’esthétique, la lisibilité ? Quels aspects de la réalité veut-on mettre envaleur ? Les plans évoluent suivant l’époque où ils ont été réalisés, parce que les techniques de relevé et de dessin s’améliorent, mais aussi parce que la ville change.

13Puisque l’on traite ici de ville et de forme bâtie, on peut aussi s’interroger sur le rôle des représentations dans la fabrication de la ville, et dans la production des formes architecturales. Essayer de comprendre dans quelle mesure les représentations entrent en ligne de compte au moment de la conception d’une ville, d’un quartier ou d’un bâtiment. Les représentations se rapprochent alors de la notion de modèle, elles sont présentes dans l’imaginaire des concepteurs, et les influencent. On peut dire aussi que c’est par le biais des représentations que passent les influences.

14Un des exemples les plus frappants est celui de la construction du premier noyau de la ville de Bangkok, pour lequel les aménageurs avaient visiblement en tête des représentations d’Ayutthaya, l’ancienne capitale détruite et saccagée par les Birmans en 1767. Des Thaïs menés par phraya Taksin se replièrent dans la région de Bangkok, moins exposée aux attaques birmanes. Ils s’installèrent à Thonburi, sur la rive droite de la maenam. En 1782, Rama I (1782-1809) établit sa capitale sur la rive opposée, fondant alors ce qui deviendra la cité de Bangkok. La ville a été conçue dès le début à grande échelle, dans la partie convexe d’un coude de la maenam Chao Phraya. La ville était formée au début par un premier noyau cerné par un canal, contenant deux palais principaux et une série de palais secondaires et de pagodes, les constructions étant élevées sur des terrains remblayés. Deux autres canaux délimitèrent ensuite deux zones concentriques, recoupées elles-mêmes par d’autres canaux. Le fondateur de la ville était le premier souverain d’une nouvelle dynastie, les Chakkri, qui règnent encore actuellement. Malgré ce changement de dynastie, les planificateurs ont repris le modèle de l’ancienne capitale Ayutthaya, avec les palais près du fleuve, les pagodes, les canaux à l’intérieur de la ville, jusqu’aux établissements étrangers relégués en périphérie, en aval de la ville le plus souvent. L’influence d’Ayutthaya est souvent évoquée, Larry Sternstein note que 75 ans après la fondation de la nouvelle capitale, on remarquait que « The general outlines of the old city (Ayutthaya) so closely resemble those of Bangkok, that the map of the one might easily be mistaken for the representation of the other » (1982 : 11).

15Qu’était la ville de Bangkok autrefois ? Essentiellement un complexe de palais et de pagodes entouré par des enceintes successives. En Asie du Sud-Est, la capitale d’un État était la ville où résidait le souverain. La muraille était en elle-même la représentation du pouvoir et de la ville pour les Thaïs. Tous ceux qui connaissent un tant soit peu Bangkok ont l’image du palais dans la tête. Ratanakosin, le quartier du palais, est relié dans l’imaginaire au passé, à la religion et au pouvoir de la dynastie Chakkri. Chez les Thaïs, la hiérarchie a toujours été très importante, et cela se traduisait dans l’organisation de leur capitale, avec le palais et les principales pagodes au centre. Les murailles donnaient une impression d’exclusion, séparant ceux qui vivaient à l’intérieur du palais ou de la ville – des courtisans ou des religieux – des autres, ceux qui étaient cantonnés à l’extérieur. Il y avait une distinction entre les espaces dévolus à la cour, les quartiers résidentiels et les espaces des marchés qui étaient très proches, le tout étant organisé hiérarchiquement. De même l’opposition était nette entre le faste et la lenteur de la cour et le mouvement, la dynamique de la vie active dans les zones commerciales. Sur les plans anciens, les villages construits sur des terrains marécageux n’étaient pas toujours représentés, ils étaient pourtant bien présents et abritaient souvent des communautés spécifiques, comme des Môns, des Chams ou des Lao.

16L’habitat des Thaïs était étroitement associé à l’eau et aux canaux. On ne se déplaçait qu’en bateau, ce n’était pas rapide car il fallait suivre les méandres des cours d’eau. Les habitants construisaient leurs maisons le long des canaux, et la plupart vivaient sur l’eau, dans des habitations flottantes. Vivre sur la terre ferme était un privilège réservé aux nobles et aux moines des wat, car pour aménager un habitat dans ces zones, il fallait composer avec les étendues d’eau et remblayer. Les amorces de chemins s’arrêtaient vite quand il y avait des marécages. La solution de la passerelle permettait de franchir l’obstacle que représentait un canal, d’aller plus vite, de couper court. En terrain humide c’est une planche ou un tronc d’arbre pour franchir un cours d’eau. Les passerelles permettent aussi d’accéder à des espaces de nature différente, elles étaient omniprésentes dans ce pays où l’on passait sans arrêt de l’eau à la terre et réciproquement.

17Les principaux monuments étaient construits au bord de l’eau, du fleuve ou des canaux, car les matériaux étaient transportés uniquement sur l’eau. Les voies les plus anciennes furent aménagées sur des terrains remblayés. Le roi créa la première rue à la demande des Occidentaux qui voulaient un espace de promenade, à pied ou à cheval, c’est ainsi que naquit New Road en 1862. Ces premières rues furent très vite bordées de bâtiments commerciaux, construits en bois pour les plus anciens. Ils furent remplacés, à l’initiative du souverain, par des compartiments construits en maçonnerie, sur le modèle de ceux qui existaient déjà dans d’autres villes commerçantes d’Asie du Sud-Est.

18À partir d’une certaine époque, les aménagements de Bangkok furent réalisés dans l’optique d’une recherche de la modernité. L’essor de cette notion de modernité a correspondu à un changement de point de vue des Thaïs sur le monde. Dans la seconde moitié du xixe siècle, de grands changements se produisirent dans la ville, car les acteurs de son développement avaient dorénavant une vision d’un monde global, universaliste. Les souverains ayant voyagé en Occident revinrent avec des représentations de villes construites en maçonnerie. On édifia en maçonnerie de grands bâtiments pour l’administration, pour des institutions nouvelles la plupart du temps inspirées par l’Occident. La Thaïlande n’a pas été colonisée, mais elle fut à cette époque largement influencée par l’Occident grâce à la présence d’experts étrangers, tandis que l’élite thaïe était envoyée se former en Europe.

19C’est par l’intermédiaire des représentations que furent construits des édifices identiques à ceux que l’on pouvait voir dans les villes d’Occident et des colonies européennes d’Asie à cette époque. L’architecture peut être considérée comme une représentation du pouvoir, à ce moment-là l’influence occidentale de ses modèles conforte l’institutionnalisation du politique. Les représentations du pouvoir pour les Thaïs s’identifiaient alors aux monuments de style occidental. On vit ainsi fleurir des ministères ou des bâtiments de l’administration royale de style classique, renaissance ou baroque. Les espaces publics devaient mettre en valeur la monumentalité urbaine. Les ponts, ouvrages essentiels pour pouvoir créer des voies dans la ville encore emplie de canaux, furent souvent réalisés sur des modèles européens, le roi avait décidé d’en construire un par an pour son anniversaire.

L’introduction de la cartographie et les premiers plans

  • 2 Voir notamment Sternstein (1982).

20D’intéressantes représentations anciennes de Bangkok, textuelles ou iconographiques, ont été rassemblées dans de récentes publications en langues occidentales2. Les plus anciennes représentations graphiques, comme la « carte stratégique du roi Rama Ier » dressée pour guider les cheminements militaires, ne nous sont pas parvenues ; en revanche on dispose de nombreux témoignages d’Européens amenés à séjourner dans la capitale, militaires, diplomates, missionnaires ou commerçants. Dès le xviie siècle, les échanges de la France avec le Siam furent assez importants pour justifier l’envoi de missions diplomatiques entre ces deux pays. Les premières cartes de la région dressées par des Occidentaux au xviie siècle montrent l’importance stratégique des forts de Bangkok pour le contrôle du fleuve jusqu’à la capitale d’alors, Ayutthaya, située plus en amont sur le cours de la maenam Chao Phraya. Bangkok était alors un village, à côté duquel un fort avait été construit sur chaque rive du fleuve (Sternstein 1982 : 4, 5, 7, 8, 10). Une carte anglaise plus tardive, publiée en 1797, offre l’intérêt de représenter Bangkok après sa fondation officielle en 1782. Le fleuve est représenté d’une façon assez schématique, mais comme la carte a été dressée par des hydrographes de la marine, des indications sont données sur ses conditions de navigabilité et sur l’accès à son estuaire (Sternstein 1982 : 10). La ville figure comme une île de forme ovale, traversée par deux canaux perpendiculaires, entourée par la maenam à l’ouest et par le premier canal qui la contourne à l’est ; rien ne figure autour.

21Les premières notions sur les relevés et les techniques cartographiques furent introduites au Siam par M. Alabaster, ancien chargé d’affaires britannique. Une mission cartographique expérimentale fut mise sur pied en 1875 par le roi. Celle-ci réalisa des relevés dans la ville pour pouvoir planifier les premières rues. Les Britanniques avaient travaillé sur la triangulation de la région depuis la Birmanie. En 1880, ils demandèrent l’autorisation de continuer ce travail à l’intérieur du Siam. C’est ainsi qu’arriva James McCarthy, le fondateur de la cartographie à l’occidentale au Siam, qui entra au service du roi comme cartographe attaché au ministère de la Défense. Par un décret royal de Rama V, fut fondé en 1885 le Royal Survey Department dont McCarthy fut le premier directeur pendant 16 années (Khamasandara 1984).

22Une carte du Siam dressée par McCarthy et imprimée en 1888 en Angleterre est reproduite dans Maps of Bangkok A. D. 1888-1931. Dans la partie supérieure sont insérés trois plans de villes, dont celui de Bangkok nous intéresse particulièrement, puisqu’il offre une représentation assez synthétique de la ville, légendée en anglais, avec le fleuve et les canaux représentés en bleu (Khamasandara 1984). Par cette distinction de couleur, ce plan faisait nettement apparaître les canaux, encore très nombreux dans la ville à cette date (fig. 1). Quelques rues étaient présentes dans le centre délimité par la deuxième enceinte et le canal Banglamphu, et au-delà jusqu’au canal Padung Krung Kasem. Après ce dernier canal, elles étaient moins nombreuses, ce sont trois rues principales partant vers l’est et le sud, Sapatam (Sapathum) Road vers l’est et un peu plus au sud New Road, qui après le quartier chinois Sampheng se divisait en deux voies. L’une, la future rue Rama IV, était longée par une ligne de chemin de fer vers Paknam, l’autre, Charoen Krung, suivait les berges de la maenam vers le sud. Elle était parcourue par un tramway. Une autre ligne de chemin de fer partait vers le nord en direction de Khorat. Son point de départ, à la jonction entre les rues Krung Kasem et Rama IV, deviendra par la suite la gare centrale de Bangkok Hualamphong.

23Dans le centre ancien sont signalés les lieux qui pouvaient avoir de l’intérêt pour les étrangers : les deux palais principaux, les institutions royales et gouvernementales, quelques wats, deux hôpitaux et surtout de nombreuses résidences de princes. Au sud, les futures rues Silom et Sathon figurent principalement à l’état de canaux. Le plan détaille les établissements installés en aval entre Charoen Krung et la berge, dont beaucoup étaient étrangers. Des consulats (autrichien, britannique, américain, allemand, danois, norvégien, suédois), de nombreuses compagnies de messageries fluviales, la douane, une poste, des entrepôts, des rizeries, des églises, des temples, et des missions protestantes, formaient un paysage en train de s’urbaniser, avec une occupation discontinue, typique des villes portuaires asiatiques en cours de développement en ces années de la fin du xixsiècle, comme Shanghai par exemple.

24Ce plan constitue une des premières images de la ville réalisée avec des moyens modernes de relevés et de cartographie. Elle prend largement en compte la partie aval, intéressante pour les Occidentaux, car de nombreuses légations, missions ou compagnies étaient installées là, à l’image d’ailleurs d’Ayutthaya où les étrangers étaient relégués à l’extérieur de la ville en aval. Plusieurs plans de cette époque, l’un antérieur à 1888, les autres postérieurs, reprendront ces représentations des quartiers situés en aval (Sternstein 1982), manifestant l’intérêt pour ces zones où se concentraient alors les activités économiques et de production, ainsi que les échanges entre Thaïs et étrangers.

Fig. 1. Plan de Bangkok de 1888, dressé par McCarthy

Fig. 1. Plan de Bangkok de 1888, dressé par McCarthy

Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.

Le plan de 1896

  • 3 Dans la version de Portrait of Bangkok, le cartouche est placé en bas et à gauche de la feuille, il (...)

25Sur ce plan de grande dimension (72 cm x 102 cm), tout ce qui est écrit est en thaï (fig. 2). Son échelle est de 1/11 880e, ou de 1 inch pour 330 yards. Imprimé localement, il représente la ville et de larges zones périphériques. Plusieurs versions de ce plan sont en circulation, datant de la fin des années 1890. Dans celle présentée dans Maps of Bangkok, la partie en haut et à droite est laissée blanche pour pouvoir mettre le cartouche3. Celui-ci donne, sous le sigle du Royal Survey Department, le titre, les échelles, les symboles graphiques et quelques explications sur les circonstances de la production du plan. Les trois échelles graphiques sont : en sen pour le système thaï, en mile et furlong (220 yards) pour le système anglais et en kilomètre pour le système métrique. Les symboles graphiques utilisés représentent les constructions le long des routes, les canaux, les jardins potagers, les rizières, les chemins de fer, les tramways le long de la route Charoen Krung et les plantations de fruits, de taros et d’ignames. Il est dit ensuite que par une commande royale, le Prince Damrong Rajanubhab demanda en 1887 à des dessinateurs de réaliser un plan, qui fut plus tard révisé et complété par le Royal Survey Department, et enfin dessiné par Nai Won et Nai Son, à la date du 18 décembre 1896 (Khamasundara 1984).

Fig. 2. Plan de Bangkok de 1896 du Royal Survey Department

Fig. 2. Plan de Bangkok de 1896 du Royal Survey Department

Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.

26Ce qui frappe au premier regard avec ce plan, c’est qu’il représente la ville de Bangkok au milieu de la campagne environnante ; les territoires à vocation agricole qui figurent là sont largement plus étendus que les territoires urbains. La ville elle-même pourrait tenir sur un quart de la feuille, bien qu’elle ait tendance à s’allonger en aval. La ville à ce moment-là était constituée de trois ensembles : la partie centrale délimitée par le troisième canal Padung Krung Kasem ; la zone située en aval du centres’étendant le long de la rive orientale de la maenam ; les parties construites de Thonburi sur la rive occidentale, assez limitées puisqu’elles faisaient face au centre historique, et qu’elles s’étendaient très peu en profondeur. Tout le reste de la carte représente des terres agricoles. Les termes « plan » et « carte » sont parfois employés pour désigner les mêmes représentations graphiques, et l’utilisation de ces deux termes est souvent ambiguë. Nous choisissons ici d’employer le mot « plan » pour la représentation des villes, réservant le mot « carte » à celle de territoires plus vastes. Ici on pourrait parler de carte, tant la surface prise en compte dépasse largement les limites de la ville.

27La représentation de Bangkok véhiculée par ce plan est celle d’une vaste région agricole traversée par la maenam, dans un coude de laquelle s’est établie la ville royale. Pour ce document, il y a donc eu une volonté délibérée de représenter la ville avec un territoire élargi aux zones périphériques. Le cours de la maenam avec ses méandres occupe une bande verticale au centre de la carte, tout le reste est dévolu aux zones agricoles. Ce plan a été dressé sur ordre du roi, il y a eu une volonté politique de montrer la continuité entre la ville et la campagne qui l’entourait. Il ne faut pas oublier que dans la culture thaïe, le mueang désigne à la fois le centre et la périphérie. Économiquement, la ville et les zones périphériques formaient un seul ensemble, la capitale et les territoires agricoles qui l’entouraient dépendaient étroitement les uns des autres.

28Il y avait aussi une continuité dans le paysage entre les zones situées au-delà des limites de la ville, à l’est du troisième canal, et celles qui s’étendaient entre le deuxième et le troisième canal, jusqu’à New Road au sud ; l’observation du plan dans ces quartiers montre que de nombreuses zones de jardins subsistaient à cette date. La juxtaposition harmonieuse des espaces urbanisés et des zones à caractère villageois a été soulignée par Askew :

Inthe past, Bangkok was a place where the « great » and « little » traditions of urban life existed in harmony, reflected spatially in the co-existence of the royal citadel and its surrounding yan, or urban villages. (2002b : 229.)

29Le graphisme de la carte indiquant des jardins potagers, des rizières et des canaux, remplit tout le territoire pris en compte et en donne une image détaillée. Notamment le dessin des canaux semble très précis, par exemple sur la rive ouest de la maenam, où l’on voit la succession de canaux secondaires s’étirant perpendiculairement au cours d’eau principal, ici la maenam, là le khlong Bangkok Noi ou encore le khlong Bangkok Yai. Ces cours d’eau font des méandres et changent sans arrêt de direction, aussi il est intéressant de voir comment l’homme a résolu le problème de l’entrelacement des réseaux de canaux secondaires disposés en éventail et qui finissent par se rejoindre dans un découpage subtil et harmonieux, divisant, avec de nombreux changements de direction, le territoire en bandes de largeur à peu près égales. Entre les canaux, le terrain est lui aussi découpé en bandes parallèles longues et étroites, recoupées par des divisions perpendiculaires qui semblent matérialiser les parcelles de vergers ou de rizières. On a l’impression de voir la succession des parcelles, en fait c’est une illusion, car il était impossible de reproduire à cette échelle la réalité du découpage agricole, mais ce qui compte ici c’est la représentation, l’image, et celles-ci sont très parlantes.

  • 4 In Sternstein (1982 : 88).

30Grâce à des graphismes différents, on voit nettement la répartition entre zones de rizières et zones de jardins. Les parcelles de rizières sont représentées vides, tandis que dans celles de jardins, quelques traits figurent la végétation, à côté d’un ou plusieurs symboles verticaux représentant des arbres. Toute la zone à l’ouest de la maenam est occupée par des jardins, tandis que les zones de rizières se trouvent seulement dans la partie à l’est du fleuve. En aval de la ville, ces dernières sont rejetées loin du fleuve, limitées par de grandes zones de jardins qui bordent la maenam. Dans la partie nord-est, les rizières arrivent presque aux portes de la ville, jusqu’au troisième canal et au canal Mahanak coulant d’est en ouest. Sur la version du plan où toute la partie nord-est est représentée4, les rizières s’étendaient jusqu’au fleuve.

31La lecture des zones périphériques sur la carte indique des occupations humaines différentes sur la rive est et sur la rive ouest. Sur la rive est, une zone d’urbanisation discontinue s’étend assez loin en aval le long de la berge du fleuve, en une mince bande limitée par une route. Dans les zones de jardins potagers encore plus en aval, quelques wats éloignés les uns des autres indiquent une occupation disséminée, tandis que les berges sont très peu occupées. Tout le reste, dans les zones de rizières notamment, semble pratiquement vide. Sur la rive ouest, du côté de Thonburi, on sent une occupation plus ancienne et plus dense, surtout le long du fleuve en face de la capitale. Des zones d’habitat s’allongent le long des canaux principaux khlong Bangkok Noi et khlong Bangkok Yai, et par endroits on remarque de l’habitat plus dispersé le long de canaux secondaires. Même les wats au milieu des zones de jardins sont plus nombreux que sur la rive est.

32L’occupation du sol à l’intérieur de la ville elle-même est lisible à l’aide des éléments graphiques reproduits : constructions, voirie, canaux, murs d’enceinte mais aussi lignes de chemin de fer. À l’intérieur de Ratanakosin, le palais du premier roi est séparé du palais du second roi par le wat Mahathat et par une esplanade qui deviendra plus tard Sanam Luang. Autour se répartissent les principales pagodes et les différents services qui accompagnent le palais : le Trésor, les Affaires étrangères, la Cour de justice, mais aussi les gardes et la cavalerie. Après le premier canal sont situées plusieurs résidences princières, des écoles et des hôpitaux. La densité des constructions diminue dans les zones nord et est, où subsistent de larges zones au paysage rural. En revanche les quartiers compris entre New Road et le fleuve sont déjà densément occupés. Le contraste est grand entre les représentations de la ville thaïe au nord, avec ses jardins et ses canaux au cours irrégulier, et celles de la ville chinoise au sud, avec ses rues marchandes, ses entrepôts et son bâti plus dense. La ville continue en aval avec des rizeries et des légations étrangères, comme nous l’avons vu dans le plan précédent.

Le plan de 1931

33Plusieurs plans ont suivi, en 1901, 1905, 1910. Le dernier plan de ceux rassemblés dans l’atlas Maps of Bangkok date de 1931, et il est intéressant à plus d’un titre (fig. 3). Réalisé par le Royal Survey Department, c’est une révision d’une carte du district de Bangkok datant de 1920, complétée de détails venant du relevé de 1921 du quartier d’affaires central de Bangkok. Il a été réalisé avec des techniques cartographiques qui avaient beaucoup évolué depuis 1896. Il présente la ville avec sa périphérie qui était encore très peu urbanisée. C’est un plan en couleur, accompagné de deux cartouches. L’un en bas à droite donne une image de la ville avec le nom de ses principales artères. L’autre en bas à gauche donne l’explication des 121 numéros qui figurent sur le plan : les wats, palais, consulats, hôpitaux, prisons, etc. Les voies sont indiquées en rouge, tandis que le bâti est représenté en rouge et en noir. Le noir est utilisé pour les bâtiments en bois, le rouge pour les bâtiments en maçonnerie. Les terres arables sont indiquées en jaune, les rizières et les vergers en bleu ciel, les cours d’eau en bleu plus soutenu.

Fig. 3. Le plan de 1931 du Royal Survey Department

Fig. 3. Le plan de 1931 du Royal Survey Department

Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.

34Les légendes étant en anglais et l’échelle en mètres, cette carte réalisée par une administration thaïe était sans doute prévue pour avoir une diffusion plus large que celle de la seule administration locale. Elle montre les tout débuts de l’urbanisation des quartiers périphériques, dont la couleur bleu clair indique qu’il y avait encore beaucoup de zones de jardins, et où l’on peut remarquer que de nombreux bâtiments sont construits en bois. Au nord un quartier se développe autour du palais Dusit, tandis que des parcs et des jardins organisés sur de grandes superficies sont précédés par le champ de course du club hippique royal. Dans le quartier est, au nord de Sukhumvit, de nombreux canaux subsistent, structurant un territoire qui est encore en grande partie consacré aux jardins. Là aussi un grand stade est dédié au club sportif royal de Bangkok, à côté du parc Lumphini. Dans la partie sud on remarque le développement des rues Suriwong, Silom et Sathon, avec des édifices assez importants le long des voies, mais beaucoup de zones vertes entre les rues. Comparativement, l’extrémité de la rue Charoen Krung en aval le long de la maenam après Sathon, à occupation pourtant plus ancienne, n’a pas connu un développement aussi marqué. L’urbanisation du côté de Thonburi est encore très limitée, il n’y a toujours pas de pont entre les deux rives.

35Cette carte présente aussi l’intérêt de montrer la ville au milieu de la région qui l’entoure. Les canaux sont bien indiqués, ainsi que l’habitat dispersé établi le long des canaux. La volonté ici est de représenter une ville en train de se faire, de se développer, dont le centre se densifie et dont l’urbanisation gagne petit à petit sur les zones agricoles environnantes. Des légations étrangères – belge, britannique et hollandaise – se sont établies dans les franges orientales de la ville. On remarque aussi des éléments de modernité, une grande station de radio près du parc Lumphini, et de nouvelles gares en périphérie sur des lignes de chemin de fer qui existaient déjà.

Le plan d’un district urbain

  • 5 Bureau du Cadastre et de l’Urbanisme, secrétariat général de la ville de Bangkok.

36Après avoir vu des plans d’ensemble de la ville, on s’intéressera maintenant aux représentations de Bangkok véhiculées par des plans très différents, ici ce sont des plans des divers districts de la ville, où apparaît le bâti. Ils ont été rassemblés dans un atlas, intitulé Plan d’occupation des sols de la ville de Bangkok, réalisé par les services de la municipalité5. Des données chiffrées, relevées en 1986, sont livrées en tableaux dans les deux premières pages. Elles concernent la superficie des districts, le nombre d’habitants, la densité, la longueur des voies réparties en trois catégories, et le nombre de bâtiments. Un autre tableau donne par district les permis de construire accordés en 1984, classés en : logement, commerce, construction mixte logement-commerce, bureau, hôtel, service, parking, industrie, écoles. La ville et la périphérie sont divisées en 24 districts de taille très inégale, le premier plan figure la répartition de ces districts dans toute la région concernée. Ensuite viennent les plans de chaque district et comme ils remplissent chacun une page, l’échelle n’est pas la même pour chaque plan. Le nord est indiqué en haut de chaque feuille.

37Chaque couleur représente un type de bâti : le jaune les zones résidentielles ; le rouge les zones commerciales ; le bleu foncé l’administration, les ministères, la police ; le vert foncé le secteur éducatif, écoles, universités ; le vert bleuté l’emprise des bâtiments religieux, temples, églises ; le violet les zones industrielles ; le rose foncé les entrepôts ; le vert clair les espaces publics, les parcs, les zones de loisirs ; le gris les services publics ; le vert moyen les zones agricoles ; le blanc les zones non urbanisées. Le premier district est celui du centre limité par le deuxième canal khlong Banglamphu ainsi que la partie qui lui est adjacente au nord, bordée par le troisième canal et l’avenue Ratchadamnoen. Le second district Pomprap, que nous présentons ici, est celui qui est limitrophe du premier à l’est, limité au nord et à l’est par le troisième canal khlong Padung Krung Kasem et au sud par la rue Charoen Krung (fig. 4).

Fig. 4. Plan du 2e district de la ville de Bangkok

Fig. 4. Plan du 2e district de la ville de Bangkok

D’après l’atlas Plan d'occupation des sols de la ville de Bangkok.

38La voirie, espace public, est indiquée en gris. Le district est coupé, dans son tiers supérieur environ, par le canal Mahanak, représenté de couleur bleu clair. L’occupation des sols n’est pas homogène dans tout le district, elle va en se densifiant quand on descend vers le sud. Au nord subsistaient à cette date des zones résidentielles d’habitat individuel, à l’intérieur des grands îlots ; il y en a beaucoup moins dans la partie centrale, elles ont été remplacées par des zones d’habitat en bande, très nombreuses dans toute la moitié sud du district. De même les longues bandes de bâti commercial, en rouge, présentes le long des voies dans la partie nord, se densifient en allant vers le sud et se retrouvent même à l’intérieur des îlots. Au sud presque tous les terrains sont occupés, il n’y a pratiquement plus d’espace libre.

39Près des limites du district sont représentées des pagodes aux emprises très vastes, deux le long de l’ancien canal Padung Krung Kasem, l’autre, le Wat Saket, à l’ouest à côté du deuxième canal Ong Ang, avec sa montagne sacrée et son vaste quartier où résident des religieux. Le long de Ratchadamnoen est situé le ministère des Communications, plus à l’est les Travaux publics, deux hôpitaux ainsi que l’hôpital central. L’occupation des sols est très dense, excepté dans les grandes emprises des administrations ou des temples. Les autres districts ne sont pas aussi densément occupés. Sur une grande majorité d’entre eux, les plus excentriques et les plus vastes, figurent des territoires agricoles.

40Ce plan, réalisé par la municipalité, constitue un document utile pour l’administration et pour les services de l’urbanisme. Grâce à la représentation exacte des bâtiments et à la différenciation des fonctions par la couleur, les personnels intéressés peuvent avoir une vue immédiate du bâti à n’importe quel endroit de la ville. Ce plan ne donne pas les mêmes informations qu’un cadastre, mais il est beaucoup plus parlant sur la nature des constructions.

Un plan de la voirie

41Venons-en maintenant à des plans plus récents et accessibles dans le commerce. Le premier de ceux que nous présentons ici est un plan pour se repérer dans la ville. Il est intitulé Greater Bangkok, et ne représente que la ville (fig. 5). Le fond de plan est bleu, les voies d’eau bleu plus foncé, les grandes artères sont facilement repérables, puisqu’elles sont indiquées en jaune, les soi sont en blanc. Le nom des grandes artères est indiqué très clairement, ainsi que ceux des soi principaux. Ce plan a clairement été fait pour aider les usagers à se déplacer, qu’ils soient thaïs ou étrangers, visiteurs, touristes ou hommes d’affaires. Il est utile pour les automobilistes, et pour les autres aussi car les numéros des autobus qui parcourent les voies sont indiqués, ainsi que les stations de bus ou de train. Les lignes de bus avec climatisation sont signalées séparément, ainsi que le trajet et les arrêts des bateaux réguliers qui circulent sur la maenam.

Fig. 5. Le plan Greater Bangkok destiné aux touristes

Fig. 5. Le plan Greater Bangkok destiné aux touristes

42Les ponts sur la maenam sont au nombre de six, et seule la première branche de la voie express est représentée, partant du nord près du monument de la victoire vers le sud et vers le port. Le plan n’est pas daté, mais l’absence des grandes infrastructures plus récentes laisse à penser qu’il date des années 1990. Avec la couleur des voies contrastant fortement avec celle du tissu urbain, l’apparent désordre dans la direction des voies de Bangkok est très lisible. Nous avons vu plus haut que celles-ci n’entrent pas dans un schéma orthogonal régulier, car elles suivent la direction des anciens canaux qui étaient perpendiculaires à la maenam dont le cours fait plusieurs coudes successifs. Sur le plan sont indiqués les wats, les hôtels, les théâtres, les banques, les ambassades, les postes de police, les hôpitaux, les musées, les universités, les parcs et les stades, les principales administrations et les différents organismes ainsi que les statues monumentales qui servent de repères pour les visiteurs ne connaissant pas bien la ville.

43Le développement de la ville en périphérie est très lisible sur ce plan, dans les quatre directions autour de Bangkok, avec un processus d’urbanisation assez homogène. À la base, sur des territoires qui jusque-là avaient une vocation agricole, sont tracées de grandes artères autour desquelles se développe tout un réseau de soi, voies secondaires la plupart du temps parallèles entre elles, assez rapprochées les unes des autres, se terminant en impasses et disposées « en peigne », qui servent d’infrastructure à de nouveaux quartiers. La disposition de ces artères, qui s’enfoncent loin dans le territoire périphérique pour trouver du foncier accessible, l’accent mis dans ce plan sur l’accès aux lignes d’autobus, traduisent les besoins d’usagers qui, n’ayant pas de véhicule privé, sont parfois obligés de parcourir de très longues distances dans cette ville à la croissance tentaculaire.

Représentations et nouveaux repères dans la ville pour les habitants de Bangkok

44O’Connor a remarqué que les représentations de leur ville par les habitants de Bangkok ne correspondent pas à un quadrillage de rues mais à un patchwork de lieux qui ont un nom et qui sont définis par des activités, des communautés ou des événements historiques. Pour lui, il n’existe pas de plan de Bangkok, mais seulement des plans de rues de Bangkok. Si ceux-ci figurent une image authentique de la ville pour des personnes éduquées, comme des chercheurs en sciences sociales, des touristes étrangers ou des fonctionnaires du gouvernement, O’Connor note que les gens ordinaires n’utilisent jamais de plan de rues. Ils vont par exemple de Banglamphu à Thewet ou à Si Yan. Quand on leur demande une direction, ils citent une série d’endroits, pas de rues, ou bien ils vous conseillent une ligne de bus. Les bus aussi vont d’un endroit à un autre, pas d’une rue à une autre (O’Connor 1990 : 61). Ces remarques confirment que ce dernier type de plan est conçu, édité et commercialisé pour des visiteurs occasionnels, alors que les habitants de Bangkok utilisent d’autres repères pour circuler en ville. Autrefois c’était les wats ou certains bâtiments administratifs qui jouaient ce rôle, en indiquant les quartiers. Puis ont pris le relais les théâtres, les grands hôtels, ou les bâtiments les plus hauts, les plus voyants, comme les sièges des banques ou des sociétés. Depuis quelques années, ce sont les centres commerciaux qui servent de repères.

45Dans le centre, les espaces publics sont menacés, les grandes artères sont devenues des lieux de passage pour les voitures. C’est seulement dans les soi, voies étroites que l’on rencontre dans les faubourgs ou au cœur des grands îlots, que l’on retrouve les qualités des anciens espaces publics, où l’on peut se promener et discuter avec les gens du voisinage. On ne peut plus le faire dans les rues, trop polluées et bruyantes, et on ne peut pas se tenir sur les grandes places sans ombre. Les nouveaux espaces publics sont les passerelles couvertes qui permettent d’aller d’un espace clos à un autre, les centres commerciaux qui recréent de nouveaux espaces semi-publics, le métro aérien, la plupart de ces espaces étant maintenant climatisés. Mais ces nouvelles passerelles sont des espaces de flux, on ne s’y arrête pas. Elles sont dans le centre, quartiers de gens actifs, pressés. Le rythme de la ville est très différent suivant les secteurs. Dans certains quartiers, la ville prend tout son sens la nuit, elle est constamment éclairée.

46Il y a une nouvelle ségrégation dans cette ville, celle des espaces climatisés et les autres. De même il y a les espaces accessibles en voiture et les autres, et cette distinction est particulièrement significative pour les commerces. L’accessibilité en voiture et l’air climatisé entrent dans les représentations que les consommateurs ont des centres commerciaux. Par exemple, les parkings ont fait le succès d’un des premiers centres commerciaux, celui de Siam Square. Pour les nouveaux centres commerciaux situés dans le centre, c’est l’accessibilité depuis le métro aérien qui compte.

47Des lieux qui ont toujours été associés à des représentations collectives pour les Thaïs, comme les autels pour les phi (esprits), que l’on rencontre en certains points importants dans la ville, changent maintenant de localisation. Les cultes rendus aux esprits devant ces autels, petits édifices situés dans des espaces publics très fréquentés, souvent à des carrefours de circulation, sont encore très vivants. Il y en a un très connu depuis longtemps à côté de l’hôtel Erawan, mais les endroits de référence changent. Maintenant, il y en a un près de la passerelle qui mène du métro aérien au centre commercial Mah Boon Krong.

La ville à travers les plans destinés aux étrangers : consommateurs ou touristes sexuels

48Une des représentations fameuses de Bangkok est celle de la ville du tourisme, ainsi que celle de la vie nocturne, des bars, des massages, des hôtels de passe. Le tourisme a connu un essor très rapide après la création de l’aéroport international de Don Mueang, à la fin des années 1950. Les années 1960 ont été marquées par un afflux de touristes étrangers, principalement occidentaux à cette époque. Il faut savoir que pour transporter leurs troupes au Viêt Nam durant la guerre, les Américains ne disposaient pas d’avions de transport militaires. Ils affrétèrent des avions charter qui petit à petit se convertirent dans le transport de touristes à des prix abordables, ce qui n’était pas le cas auparavant. Bangkok devint une direction privilégiée, car les militaires américains au Viêt Nam venaient s’y reposer, et leurs familles les y rejoignaient. Petit à petit toute une infrastructure touristique se mit en place pendant les années 1960 et 1970, favorisée par des prix relativement bon marché comparés aux budgets occidentaux. Des chaînes d’hôtels, des restaurants, des agences de voyage se créèrent, générant des emplois et des chiffres d’affaires importants.

49Les représentations de Bangkok liées à ce secteur d’activités laissent deviner une ville pleine d’attraits, appréciée pour l’exotisme de ses temples et de ses marchés, ainsi que pour la gentillesse et l’accueil de ses habitants.

The TAT promoted the country as « Exotic Thailand », a place of traditional culture, gracious people and, increasingly, a place of pageantry connected with Thai royalty (Askew 2002a : 80).

  • 6 Comme Achille Clarac, ancien ambassadeur de France, qui a écrit un guide de Bangkok.

50Les années 1960 virent aussi l’arrivée de résidents étrangers un peu différents des expatriés habituels, des journalistes, des hommes d’affaires ou d’anciens diplomates6. Ceux-ci diffusèrent des représentations de la ville qui attirèrent de nouvelles vagues d’étrangers. Un peu plus tard, en 1973, fut tourné le film Emmanuelle de Just Jaeckin, mettant en scène une créature de rêve dans un décor qui ne l’était pas moins.

51Toutes sortes de représentations furent diffusées par les professionnels du tourisme pour attirer les clients, il était difficile d’échapper aux photos d’hôtels dans des cadres enchanteurs, entourés de végétation et construits au bord de grandes piscines. Les promenades, les cheminements dans des cadres exotiques furent mis en valeur. On ne pouvait pas manquer d’aller se promener en pirogue sur la Chao Phraya, sur les canaux à l’aspect rural de Thonburi sur la rive droite, et d’aller voir les fameux marchés flottants. En ville, il fallait aller vagabonder dans les bazars, et expérimenter les mystères de la ville chinoise. Tous ces lieux faisaient partie des représentations que les Occidentaux avaient de la Thaïlande, ils étaient connus des touristes avant même qu’ils n’arrivent dans le pays.

Fig. 6. Plan indiquant les lieux intéressants pour les touristes à Sampheng par N. Chandler (1988)

Fig. 6. Plan indiquant les lieux intéressants pour les touristes à Sampheng par N. Chandler (1988)

©Nancy Chandler Graphics from Nancy Chandler's, Map of Bangkok, http://www.nancychandler.net

52Le plan du quartier chinois situé au sud de Charoen Krung, autour des rues Sampheng et Yaowarat, donne une idée de représentation d’une partie de la ville destinée à un public ciblé, avec un but précis. Il s’agit de localiser tout ce qui peut attirer les touristes, les commerces, les restaurants, en indiquant les spécialités dans les domaines de la nourriture ou des produits manufacturés. Le plan, datant de 1988 et signé Nancy Chandler, est accompagné de nombreuses légendes en anglais, la langue des touristes (fig. 6). Il localise les différents marchés, Nakhon Kasem, un marché aux voleurs, Pahurat, un marché de vêtements, ainsi qu’un talat mai et un talat kao (marché nouveau, marché ancien). Le long des rues est indiquée la nature des objets commercialisés, antiquités, instruments de musique, livres, papeterie, objets d’art, joaillerie, hi-fi, etc., avec des remarques sur la qualité ou les prix des marchandises proposées. Les commerçants, qui ont dû participer à l’élaboration du plan, sont ainsi satisfaits par la publicité donnée à leur commerce. Les touristes le sont aussi, car ils savent tout de suite où aller s’ils veulent faire des achats de telle ou telle chose. Le côté pratique n’est pas oublié puisque les parkings du quartier sont indiqués, ni le volet culturel puisque les wats et les temples chinois sont représentés. Inutile de dire que ce type de plan n’est valable qu’un cours laps de temps, puisque les commerces changent très vite à Bangkok.

53Le tourisme sexuel est depuis les années 1960 une des spécialités de Bangkok. La prostitution s’est développée avec la présence des GI’s américains, et a pris encore de l’ampleur avec la croissance du tourisme. Dans l’imaginaire des gens, Bangkok est la ville des filles faciles, des massages à tous les coins de rue, des bars avec hôtesses, les go-go bars (Askew 2002a : 251-283). Curieusement, dans cette ville qui est perçue comme un centre international de la prostitution, les autorités affirmaient qu’il n’y avait pas de prostitution en Thaïlande parce que c’était illégal, et cela jusqu’à la fin des années 1980, où l’épidémie de sida rendit cette position intenable.

54Un plan du quartier de Patpong figure comme un agrandissement dans le plan plus général du Bangkok by night, édité en 2002 par Groovy Mao Co., Ltd. Ce plan d’un quartier de taille réduite donne, au milieu de quelques hôtels et hôpitaux, les noms et la localisation des principaux bars et établissements nocturnes : Dick’s Cafe, Freeman, Sphinx, Balcony, Telephone, Lucifer, etc. (fig. 7). Les massages thaïs, les bars à sushi et les bars à hôtesses ne sont pas oubliés, ni les restaurants : Le Bouchon, MacDonald’s, Eat Me, etc. Là aussi, la finalité du plan est claire, il s’agit de faciliter l’accès aux hauts lieux de la vie nocturne pour les usagers.

Fig. 7. Plan des lieux de la vie nocturne dans le quartier de Patpong par Groovy Map Co. (2002)

Fig. 7. Plan des lieux de la vie nocturne dans le quartier de Patpong par Groovy Map Co. (2002)

©Groovy Map Co.

55Bangkok est aussi, comme beaucoup d’autres grandes villes, un centre d’affaires, avec de nombreuses banques et des compagnies thaïes et étrangères. Le développement des cinq dragons en Asie a généré une intense activité commerciale et financière. C’est une ville où d’immenses fortunes se sont créées à partir de l’activité de la construction et de la promotion, entraînant ainsi une spéculation foncière effrénée. Bangkok a toujours donné l’impression d’être un chantier permanent. C’est aussi une ville où règne la corruption à tous les niveaux.

56Après la Seconde Guerre mondiale, le fossé s’accrut entre les revenus des paysans et ceux des citadins. Beaucoup de ruraux partirent pour Bangkok, où ils cherchaient du travail et s’établissaient dans les bidonvilles, les slums surpeuplés. Dans les années 1960, la moitié de la croissance démographique de la ville était générée par l’immigration de la campagne vers la ville. Des groupes se reformaient suivant leur région d’origine, ainsi les Lao venant de la région de l’Isan, le nord-est de la Thaïlande, avaient tendance à vivre entre eux. Beaucoup de ceux-là avaient de petits métiers comme vendeurs ambulants ou conducteurs de samlo, des tricycles taxi, et après l’interdiction de ceux-ci à la fin des années 1950, de tuk-tuk, des tricycles motorisés. Ces nouveaux migrants avaient tendance à se fixer dans des zones très denses à l’intérieur de la ville, tandis que les résidents plus anciens partaient vers les zones périphériques. Les nouveaux bidonvilles de migrants de la campagne étaient parfois très grands, à Khlong Toei habitaient plus de 25 000 personnes (Askew 2002a : 59).

Le mal-être dans la ville exprimé par une nouvelle contemporaine

  • 7 Sous le pseudonyme Parinya Trinoisai.
  • 8 Pour ce résumé et sa traduction en français, nous sommes redevable à Pimpa Jayangkura et Wijane Nor (...)

57L’attrait de la ville pour des populations d’origines très diverses est bien analysé par Askew : « Bangkok became the centre of consumption for a growing Thai and Sino-Thai middle stratum and the focus of social mobility and status acquisition » (Askew 2002a : 58). Ces couches moyennes peuvent espérer accéder à un meilleur statut par l’éducation et par la recherche d’un travail dans le secteur privé. Ils partent vivre dans la périphérie de Bangkok, s’enfermant pour des raisons de sécurité dans des enclos bien gardés. Ou bien ils choisissent de vivre dans des condominiums, immeubles d’appartements en copropriété qui fournissent des services communs ou des espaces de sport et de loisirs. Mais là non plus la vie n’est pas toujours facile, une image assez désabusée nous en est donnée dans une nouvelle écrite pour un public thaï par un architecte habitant de Bangkok, Bundit Chulasai7, qui a publié des récits dans le journal Matichon. Les articles ont été repris dans un recueil intitulé Non khonkrit (le mal au cœur du béton), édité en 1998. Parmi ces nouvelles, il y en a une qui s’appelle « Le condominium de l’Arc-en-ciel », et qui traduit, comme les autres, les peurs diffuses des citadins générées par le gigantisme de la ville et par un environnement incontrôlable. En voici le résumé8 :

Assis dans sa voiture, Ronnachai regardait le paysage en face de lui. Le condominium de 30 étages s’élevait parmi les grands arbres au bord d’un fleuve, se réfléchissant sur l’eau. C’était une tour d’habitation équipée de paraboles satellitaires et d’antennes de communication. Plus loin, se trouvait une centrale électrique avec des cheminées.
Ronnachai se souvenait de la campagne publicitaire de cette résidence quand elle était en projet. « Arc-en-ciel, logement paradisiaque parmi les étoiles pour vous et votre famille ». La campagne retenait aussi l’image de la centrale électrique éclairée avec de petites ampoules comme des bougies dans la nuit d’une fête religieuse. En trois mois tous les appartements furent vendus, tout s’est passé comme prévu.
Un sourire apparut sur son visage lorsque les souvenirs lui revinrent. Pour un jeune architecte, il avait vraiment eu de la chance d’avoir réalisé un si grand projet. Pendant trois mois de travail intensif, il avait sacrifié sa vie personnelle pour mener à bien ce projet. Après cela, il a eu tout ce qu’il voulait : travail, argent, appartement, voiture, prestige, famille. Tout le monde appréciait le bâtiment qu’il avait réalisé.
Lorsque le souvenir de la conversation avec sa voisine lui revint, son sourire peu à peu disparut. L’enfant de sa voisine était malade, il avait une allergie à la pollution ; le médecin lui avait conseillé de déménager. Ronnachai réfléchissait, ainsi que sa femme qui était malade de temps en temps depuis qu’elle habitait ici. Mais il croyait que la cause en était son travail dans un laboratoire chimique. Il lui avait demandé d’arrêter de travailler et de rester à la maison pour s’occuper de leur enfant unique qui n’était pas non plus en pleine forme.
Les jours passaient, les habitants de ce condominium se sentaient malades. Certains disaient que le bâtiment n’avait pas été implanté conformément aux règles du feng shui. Les six derniers mois, il y avait eu de nombreux déménagements, beaucoup d’habitants avaient quitté le condominium. Ronnachai se rappelait un jour où il faisait mauvais et où l’on sentait une odeur forte venant de la centrale électrique voisine. Il croyait qu’à cette hauteur-là, on aurait échappé à la pollution de la centrale électrique. Malheureusement ce ne fut pas le cas et tout le monde eut une allergie à la poussière. Le département de l’Environnement avait demandé à la centrale électrique d’installer un système de filtrage des fumées toxiques venant de la combustion de lignite. Faute de budget, rien n’avait été fait.
Ronnachai eut les larmes aux yeux quand il pensa au jour où sa vie bascula. C’était un lundi matin, il a emmené aux urgences le corps sans vie de son enfant. C’était trop tard, le médecin a annoncé que l’enfant était décédé trois heures auparavant à cause d’un problème respiratoire. Sa femme aussi avait le même problème de santé.
Il y a déjà 30 minutes qu’il s’est garé au pied d’un pont, dans une voiture allemande toute neuve, le dernier modèle. Il a laissé une note à sa secrétaire le matin pour expliquer qu’il avait un rendez-vous à l’extérieur et qu’il ne retournerait pas au bureau. Il a mis en marche sa voiture et a traversé le pont. Au milieu du pont, il a défoncé le parapet et s’est jeté dans le fleuve.

58On trouve ainsi dans cette nouvelle une représentation des sentiments ambigus qu’entretiennent les habitants de Bangkok vis-à-vis de leur ville. La capitale est le lieu où l’on peut changer de statut social rapidement grâce à son travail, l’eldorado où dans une certaine mesure tout est possible. Mais elle entretient aussi une impression de mal-être chez des urbains qui redoutent de ne plus pouvoir maîtriser ce qui les entoure. La ville et sa démesure finissent par faire peur.

59À travers ces diverses représentations émergent des images très contrastées de la ville de Bangkok. Ce qui frappe quand on considère cette série de plans, c’est l’importance de la dimension territoriale dans la représentation de la ville. Pour les Thaïs, la ville de Bangkok est indissociable des territoires qui l’entourent, il y a une réelle continuité entre la ville et les zones périphériques, par suite celles-ci doivent être représentées avec les mêmes techniques iconographiques que le centre, avec un fond de plan, une épaisseur des zones bâties ou agricoles. Ce n’est pas le cas pour d’autres plans du xixsiècle dressés par des Occidentaux. Certains ne s’intéressent qu’au centre de la ville ; d’autres, comme celui de McCarty, s’ils englobent les périphéries, n’en représentent que les voies ou les canaux.

60Ainsi les limites de la ville n’apparaissent pas clairement. Les zones de rizières ou de jardins, irriguées par les canaux, participent de l’ensemble de la ville au même titre que plus tard les zones agricoles où commencent à se dessiner les nouveaux réseaux de soi, qui souvent reprennent le tracé des canaux secondaires. Les limites se retrouvent à un autre niveau, celui des distances sociales, quand un quartier d’affaires ou de condominium longe un village urbain ou un slum, mais ces limites-là ne sont pas représentées sur les plans.

61En se penchant sur les plans anciens, on voit nettement les changements que la ville de Bangkok a dû réaliser pour passer d’un modèle de circulation basé sur les voies navigables à un modèle adapté aux automobiles, de transports sur l’eau à des transports sur terre. Les plans successifs renseignent aussi sur l’importance des repères spatiaux à une époque donnée, et sur leurs changements. D’abord les ponts et les wats, ce furent ensuite les édifices remarquables, les palais ou les ministères, puis les banques ou les hôtels, et maintenant les centres commerciaux. Ces repères varient aussi en fonction des catégories de récepteurs, thaïs ou étrangers, fonctionnaires municipaux, résidents, visiteurs ou touristes. Enfin, les plans récents permettent de comprendre, si l’on connaît un tant soit peu la ville, la disparition progressive des espaces publics ou leur remplacement par d’autres lieux d’une nature complètement différente.

Haut de page

Bibliographie

ASKEW, Marc, 2002a, Bangkok : Place, Practice and Representation, Londres : Routledge.

ASKEW, Marc, 2002b, « The challenge of co-existence : The meaning of urban heritage in contemporary Bangkok », in The Disappearing “Asian” City, W. S. Logan (éd.), Oxford, New York : Oxford University Press.

KHAMASUNDARA, Banlang (éd. et préface), แผนที่กรุงเทพฯ .. ๒๔๓๑-๒๔๗๔/Maps of Bangkok A.D. 1888-1931, ๒๕๒๗ [1984], Bangkok : Special Publication of Royal Thai Survey Department.

LYNCH, Kevin, 1960, The Image of the City, Cambridge : M.I.T. Press.

O’CONNOR, Richard A., 1990, « Place, power and discourse in the Thai image of Bang-kok », The Journal of the Siam Society, 78, 2 : 61-73.

« Parinya Trinoisai » ปริญญา ตรีน้อยใส (speud.) [บัณฑิต จุลาสัย, CHULASAI, Bundit], 1998, Le Mal au cœur du béton (หนอนคอนกรีต, non khonkrit), Bangkok : Phikkhanet.

Plan doccupation des sols de la ville de Bangkok, 1986, Service de la municipalité, Bureau du Cadastre et de l’Urbanisme, secrétariat général de la ville de Bangkok.

RONCAYOLO, Marcel, 2002, Lectures de villes, Formes et temps, Marseille : Éditions Parenthèses.

STERNSTEIN, Larry, 1971, « The image of Bangkok », Pacific Viewpoint, 12, 1 : 68-74.

STERNSTEIN, Larry, 19711982, Portrait of Bangkok, Bangkok : Bangkok Metropolitan Administration.

WINICHAKUL, Thongchai, 1994, Siam Mapped : A History of the Geo-Body of a Nation, Chiang Mai : Silkworm Books.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions pour son aide le centre de documentation de l’IPRAUS, école d’architecture Paris-Belleville.

2 Voir notamment Sternstein (1982).

3 Dans la version de Portrait of Bangkok, le cartouche est placé en bas et à gauche de la feuille, il est plus succinct (p. 88). En revanche, toute la partie au nord-est de la ville est représentée.

4 In Sternstein (1982 : 88).

5 Bureau du Cadastre et de l’Urbanisme, secrétariat général de la ville de Bangkok.

6 Comme Achille Clarac, ancien ambassadeur de France, qui a écrit un guide de Bangkok.

7 Sous le pseudonyme Parinya Trinoisai.

8 Pour ce résumé et sa traduction en français, nous sommes redevable à Pimpa Jayangkura et Wijane Noree.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de Bangkok de 1888, dressé par McCarthy
Crédits Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-1.png
Fichier image/png, 592k
Titre Fig. 2. Plan de Bangkok de 1896 du Royal Survey Department
Crédits Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-2.png
Fichier image/png, 342k
Titre Fig. 3. Le plan de 1931 du Royal Survey Department
Légende Source : Maps of Bangkok A. D. 1888-1931.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-3.png
Fichier image/png, 1011k
Titre Fig. 4. Plan du 2e district de la ville de Bangkok
Crédits D’après l’atlas Plan d'occupation des sols de la ville de Bangkok.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-4.png
Fichier image/png, 645k
Titre Fig. 5. Le plan Greater Bangkok destiné aux touristes
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 6. Plan indiquant les lieux intéressants pour les touristes à Sampheng par N. Chandler (1988)
Crédits ©Nancy Chandler Graphics from Nancy Chandler's, Map of Bangkok, http://www.nancychandler.net
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-6.png
Fichier image/png, 557k
Titre Fig. 7. Plan des lieux de la vie nocturne dans le quartier de Patpong par Groovy Map Co. (2002)
Crédits ©Groovy Map Co.
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/724/img-7.png
Fichier image/png, 911k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Clément-Charpentier, « Bangkok, la ville à partir de ses représentations », Moussons, 18 | 2011, 97-120.

Référence électronique

Sophie Clément-Charpentier, « Bangkok, la ville à partir de ses représentations », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/724 ; DOI : 10.4000/moussons.724

Haut de page

Auteur

Sophie Clément-Charpentier

Architecte DPLG, docteur en ethnologie, ingénieur de recherche à l’EHESS, Sophie Clément-Charpentier a beaucoup publié sur les maisons et les villes du Laos, du Cambodge et de Thaïlande. Le dernier livre qu’elle a coordonné avec d’autres chercheurs, et dans lequel elle a écrit, est Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, Formes, Structures, Projets, publié à Paris en 2010, dont un compte rendu est donné dans ce numéro de Moussons. Elle fut aussi pendant des années l’assistante du grand ethnologue Lucien Bernot, un des trois fondateurs du CeDRASEMI avec Georges Condominas et André-Georges Haudricourt.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page