Navigation – Plan du site
Articles

L’habitat spontané comme un outil de développement urbain. Le cas de Bangkok

Spontaneous Housing as a Tool for Urban Development, the Case of Bangkok
Fanny Gerbeaud
p. 121-138

Résumés

En Thaïlande, les ensembles d’habitat spontané s’étendent à toute la capitale, malgré des politiques publiques qui visent à les contrer. Ce sont aujourd’hui de véritables morceaux de ville qui dynamisent l’espace urbain, car étroitement liés à l’identité et à l’histoire de la ville. L’opposition entre habitat spontané et « logement formel », fréquente tant dans les productions scientifiques que dans les représentations, mérite donc d’être interrogée à Bangkok. À partir d’une analyse spatiale et architecturale, nous avons abordé l’habitat spontané comme une manière de fabriquer la ville centrée sur l’appropriation : au moins sous trois formes (habitat spontané pur, ancien, greffé), il assure par sa flexibilité la continuité du tissu urbain et s’y assimile progressivement. Si pour les autorités locales les communautés de bidonvilles demeurent un signe de sous-développement, certains architectes et acteurs y voient une source d’inspiration ainsi qu’un patrimoine populaire à préserver. Une métropolisation accrue et la mondialisation des échanges économiques, culturels, politiques, amènent de nouvelles modalités de négociation de l’espace urbain qui redéfinissent le statut de l’habitat spontané. Avec l’apparition de nouvelles professions (architecte des communautés) et orientations dans la manière de concevoir des projets urbains (processus participatif notamment), l’habitat spontané s’affirme peu à peu comme un outil de développement de la capitale.

Haut de page

Texte intégral

1En Thaïlande, comme dans nombre de pays émergents, les métropoles forment l’espace privilégié d’installations spontanées. L’exode rural et le manque de logements bon marché proches des emplois ont engendré les premières implantations. À la fois lieu de vie des urban poors et pôles de production de l’économie informelle, ces installations dynamisent l’espace urbain et participent de la compétitivité économique des métropoles. C’est particulièrement évident à Bangkok où les rues regorgent de biens et de services abordables. Les vendeurs ambulants attirent une clientèle thaïe et touristique internationale. Par ailleurs, les ensembles spontanés denses témoignent d’une croissance urbaine non maîtrisée et d’inégalités criantes. Foyers potentiels de problèmes démographiques, sanitaires, sociaux et économiques, ils constituent pour les autorités locales une menace à l’attractivité des métropoles. L’architecture spontanée est généralement synonyme d’insécurité et de pauvreté, une représentation stigmatisante associée à l’ignorance du phénomène dans les documents d’urbanisme. La dichotomie « formel-informel » guide largement l’analyse du phénomène spontané, dans les productions scientifiques comme dans les politiques urbaines, en Thaïlande comme ailleurs.

2D’un point de vue esthétique, les édifices spontanés contrastent fortement avec ceux du marché courant, encourageant une distinction entre secteurs réguliers et secteurs spontanés, soumis à des réglementations et mesures sociales spécifiques. Au Brésil, les constructions des favelas à Rio de Janeiro, bien que régies sur le modèle du marché immobilier déclaré, sont perçues comme une production de la ville « à part », justifiant des politiques propres. Licia Valladares (2006 : 156-183) dénonce la représentation d’une favela uniforme, représentation non vérifiée qu’elle appelle dogme.

3Les mêmes décalages entre espace perçu et espace vécu existent à Bangkok et il est pertinent d’interroger le rapport de l’habitat spontané avec son environnement dans la métropole thaïlandaise, ceci afin de cerner les enjeux de son développement urbain. Nous avons mené un travail d’observation sur site pendant quatre ans où, en parallèle d’entretiens d’acteurs, nous avons suivi l’évolution d’ensembles spontanés à Bangkok. Ce travail s’appuie sur une interprétation morphologique du cadre bâti et de ses représentations. Dans le contexte culturel et urbain de la capitale, nous mettons en perspective les changements de perception du spontané dans la métropole. Nous formons l’hypothèse que l’habitat spontané à Bangkok est indissociable du tissu urbain régulier et, plus encore, qu’il participe du dynamisme de la capitale, stimulant les conditions et orientations de l’urbanisation.

Un phénomène répandu, toléré et conflictuel

  • 1 Le NHA, Kankheha haeng chat, est un organe gouvernemental fondé en 1973 et chargé des politiques de (...)
  • 2 Extrait d’entretien avec Chawanad Luansang, 2 février 2009. Chawanad Luansang est architecte et anc (...)

4Nous parlons d’architecture spontanée, plutôt qu’informelle ou irrégulière, afin de l’appréhender dans son processus constructif et non à partir de son statut qui évolue rapidement. En Thaïlande, les constructions spontanées sont répertoriées sous plusieurs appellations. chumchon, ou communauté, est un terme fréquemment utilisé par les associations de développement comme les autorités locales ; ban (logement, maison) désigne toujours certains ensembles spontanés anciens. Les termes slum (bidonville, prononcé salam en thaï) ou slum community restent les plus courants dans la littérature. Ils renvoient à une image très péjorative, aussi le National Housing Authority (NHA1) nomme-t-il désormais chumchon ae-at les communautés denses. Chawanad Luansang définit la communauté par un « groupe d’individus réunis par des intérêts ou des activités communs, qui vivent ensemble, ont une histoire commune2 ». La notion de communauté, sans désigner une homogénéité sociale, culturelle ou spatiale présuppose une distinction physique, donc un effet de seuil avec l’environnement. Le terme communauté s’applique également à des logements groupés du marché privé, des résidences fermées (muban chatsan), des lotissements, mais notre acception suivra la définition du NHA : une communauté de bidonville doit correspondre à une densité minimale de 15 logements pour 1 600 m2 pour être prise en charge. Un recensement en 2000 faisait état de 796 communautés à Bangkok qui concentraient 19 % des habitants de la capitale (Pornchokchai 2003 : 6-11). Les logements dans des bidonvilles ne représentaient, en 2005, plus que 5 % de la capitale selon la Thai Appraisal Foundation. Il est admis officiellement que le nombre de communautés décroît progressivement.

5Pour Pornchokchai (1992 : 65-68) la communauté est caractérisée par la promiscuité, l’intimité limitée, la précarité des habitations et l’insalubrité du terrain. Cependant, les communautés spontanées n’abritent pas que les habitants pauvres de la capitale. La situation variable des foyers, tant dans leurs trajectoires résidentielles et professionnelles que dans la réalité physique du quartier et des logements, incite à reconsidérer les catégories d’analyse existantes.

Un habitat au développement protéiforme

6L’architecture spontanée dépasse le cadre des ensembles répertoriés et des pratiques existent en dehors de ces configurations. Nous identifions trois implantations : le long des canaux, le long des voies rapides ou de chemin de fer et en cœur d’îlot. L’urbanisation rapide enclave à présent les ensembles spontanés sur des terrains restreints et impropres à l’habitation, les seuls espaces laissés vacants par les investisseurs. En découle une densification extrême des communautés et des problèmes de raccordement aux réseaux d’eau, d’égouts et d’électricité qui, avec la dégradation du bâti, rendent les conditions de vie délicates.

7Les deux premières situations favorisent une construction linéaire des logements en bordure des voies de transport anciennes (canaux) et des vecteurs actuels de l’expansion urbaine (chemin de fer, voies rapides). Les pôles d’échanges se développaient aux croisements des canaux, emplacements stratégiques proches des rizières au nord de Bangkok. Ces communautés ont perdu leur monopole à mesure que le transport de marchandises et les entreprises se sont rapprochés des routes. Aujourd’hui paupérisées, elles se dégradent d’autant plus vite qu’elles sont en bois. Poussées par l’urbanisation des zones périphériques, les communautés bâtissent désormais sur l’eau, réduisant d’une part les circulations internes et contraignant par ailleurs les nouveaux arrivants à vivre dans l’illégalité. Le front bâti réduit les couloirs de navigation et la pollution des canaux pose des problèmes sanitaires croissants.

8Les installations en bordure de voies tirent parti des flux pour la vente itinérante mais les terrains au cœur des échangeurs routiers sont impropres à l’habitation. Ces communautés, les plus précaires et les plus vulnérables, n’ont aucun moyen d’obtenir de régulariser de leur statut.

9Les communautés de cœur d’îlot remontent parfois aux origines de Bangkok : les maisons anciennes éparpillées sont aujourd’hui mitoyennes de cabanes de tôles, subdivisées en appartements. D’autres communautés plus récentes louent sur le marché informel leur logement ou squattent un terrain laissé en attente. La culture bouddhique et l’opportunité de rentabiliser un terrain avant sa construction expliquent en partie que des propriétaires laissent des communautés se pérenniser sur leur parcelle. L’octroi de permis de résidence temporaires ainsi que la location de terrain aux occupants favorisent, selon Durand-Lasserve, la stabilisation des communautés humaines. Ces arrangements parfois non déclarés bénéficient aux deux partis : le propriétaire gagnant un subside pour le terrain autrement inabordable à des urbains pauvres (Durand-Lasserve et al., 2002). Le Crown Property Bureau (CPB) qui gère les propriétés du Roi de Thaïlande tolère ainsi l’occupation de certains terrains libres par des populations pauvres. Cette pratique illégale et risquée, comme l’ont prouvé les incendies criminels de bidonvilles, n’en demeure pas moins une manière de répondre ponctuellement à une demande plurifonctionnelle dans les vides urbains (commerces, logements, ateliers, etc.), rarement conciliable avec le prix du foncier.

D’une typologie architecturale à un mode constructif incrémentiel

10Les dynamiques urbaines modifient constamment le paysage de la capitale, à cet escient, il importe d’intégrer les transformations du bâti à l’échelle de l’habitat mais aussi à celle du quartier dans l’étude du phénomène spontané.

11L’analyse typologique fait apparaître des enjeux de développement étroitement liés à l’urbanisation incontrôlée de la métropole qui vise une reconnaissance internationale : un marché du logement peu accessible aux foyers à bas revenus, une gestion foncière délicate, des secteurs paupérisés à reconquérir pour harmoniser la croissance de la capitale. Cette approche élude en revanche l’évolutivité de l’architecture spontanée, une caractéristique primordiale pour comprendre le statut de cette production spatiale dans la métropole contemporaine.

  • 3 Forme architecturale largement répandue en Asie du Sud-Est, notamment à Bangkok etSingapour. Les co (...)

12Les extensions et transformations profondes d’immeubles non autorisées pullulent. Sur les compartiments chinois3, les toits-terrasses sont investis de nouveaux logements, parfois agrémentés de jardins suspendus. Ces opérations individuelles de viabilisation et d’adaptation des structures aux usages actuels s’expriment de surcroît en façade, redessinant la ligne d’horizon de Bangkok. Signes de l’appropriation du bâti, les pratiques spontanées créent une succession d’espaces entre sphère privée et sphère collective qui animent le paysage urbain. Elles poursuivent une pratique thaïe de l’espace évolutif et plurifonctionnel liant activités professionnelles, commerciales et résidentielles. Davisi Boontharm (2005 : 11), architecte thaïe, montre au sujet des métropoles du Sud-Est asiatique qu’elles « se caractérisent principalement par l’importance, la diversité et la flexibilité de leurs dispositifs, physiques et spatiaux, attachés à l’économie et au commerce ». Jusque dans l’habitat régulier, les ajouts ou modifications spontanées rendent caduque l’opposition régulier-spontané. D’une nécessité pour les plus pauvres, le spontané devient l’expression d’un règlement peu respecté et difficilement appliqué (Askew 2002 : 139-168 ; Charmes 2002). C’est une pratique tolérée tant qu’elle n’entrave pas la valorisation immobilière, ni les projets urbains. L’appréciation d’une situation par les autorités demeure arbitraire et le plus souvent subjective ; les immeubles déclarés mais « améliorés » ou agrandis ne font pas partie du spontané alors que les communautés encourent bien souvent le risque de l’expulsion.

13L’architecture spontanée à Bangkok n’est donc ni une pratique marginale (Baffie et al. 1987), ni un type architectural, mais un processus constructif incrémentiel issu de l’appropriation. Cette somme d’actions et de projections individuelles dans l’espace forme de véritables morceaux de ville, flexibles et réactifs aux évolutions de la demande. Nous nous attacherons aux ensembles spontanés plutôt qu’aux transformations de logements du marché courant, ces derniers relevant d’une urbanisation encadrée.

Un phénomène issu de l’histoire de Bangkok

14Non seulement les migrations n’expliquent plus la présence du spontané (Pornchokchai 1992), mais sa place et son statut dans la ville découlent de l’histoire de l’urbanisation. Bangkok est une capitale relativement récente où subsistent d’anciennes formes d’habitat au cœur des secteurs d’affaire et commerciaux actuels. La capitale constituée autrefois de villages autour des cultures rizicoles et des principaux canaux, comptait majoritairement des constructions en bois, sur pilotis. Pendant l’édification des canaux, certains ouvriers reçurent le droit de s’implanter sur les terrains attenants et de les cultiver. D’autres construisirent au pied du mur d’enceinte de Rattanakhosin. Les slums sont parfois d’anciens villages urbains, des communautés (religieuses, de migrants) consolidées en quartiers dans la capitale (Baffie et al., 1987 : 27-30). Le droit coutumier prévalant à l’époque, les habitants ont perdu leur légitimité et sont menacés d’expulsion par la Bangkok Metropolitan Administration (BMA). Les ensembles anciens des pôles attractifs (quartier de Siam, Sukhumvit) reflètent l’ambiguïté de la situation où deux systèmes juridiques incompatibles s’affrontent dans un marché immobilier libéral.

15Les communautés en bordure de canaux dissimulent, derrière leurs juxtapositions d’architectures éclectiques, de réelles interactions spatiales et économiques avec le quartier. Les constructions spontanées récentes s’insèrent dans les interstices urbains alors que les anciennes communautés participent de l’histoire et de la structuration économique du quartier. Dans le secteur de Manangkasila (voir fig. 1), communauté spontanée reconstruite depuis une trentaine d’années dans le secteur éponyme, l’activité commerciale informelle s’immisce dans le tissu spontané consolidé, pour créer des transitions et des appels visuels. Ces constructions remplissent l’îlot en s’adossant aux limites séparatives de la villa Manangkasila, en bordure de la voie Krung Kasem et des canaux.

Fig. 1. Tissu urbain mixte autour de la communauté Manangkasila

Fig. 1. Tissu urbain mixte autour de la communauté Manangkasila

©Fanny Gerbeaud (fond de carte : Google Earth 2010)

16Les commerces de rue consolidés marquent simultanément un seuil et un pôle attractif, effacent les ruptures d’urbanisation créées par les infrastructures de transport. Les vendeurs itinérants se sont fixés autour de la pérennisation de leurs commerces, accolant leurs logements en intérieur d’îlot à la communauté de Manangkasila. En façade, le spontané s’étire le long de la voie ferrée qui devient ainsi un couloir commercial à l’usage des piétons, entre deux zones résidentielles et en prolongement du marché Bobae.

17La ville de Bangkok est un palimpseste où se mêlent finement les pratiques commerciales, culturelles et sociales. L’habitat spontané s’inscrit intrinsèquement dans un contexte auquel il demeure perméable. En cela il complète et constitue le liant d’un tissu urbain bâti sans véritable ligne directrice.

D’un palliatif à un concurrent du marché immobilier ?

18Bangkok est essentiellement construite par le marché privé au gré d’opportunités commerciales, laissant peu de place à la mixité sociale dans les secteurs les mieux desservis par les réseaux et les équipements (Charmes 2003, Askew 2002, cités par Goldblum 2010).

19Les secteurs spontanés rattrapent en partie ce déséquilibre en proposant leurs lieux de production, leurs logements et réseau d’intégration pour les primo arrivants. Les résidents vivent à Bangkok ou son agglomération depuis plusieurs générations, les mobilités résidentielles s’expliquant par le changement d’emploi, de statut familial, économique ou les déménagements forcés (expulsions, logement endommagé). Les constructions spontanées, autrefois synonymes de ruralité par les activités (la pêche, la riziculture), l’origine provinciale de leur population et leur architecture, pallient désormais un manque de logements. Ce sont désormais des secteurs résidentiels où seuls subsistent les commerces et cantines de proximité. Les habitants occupent des emplois dans les usines de la périphérie ou des postes de plus en plus qualifiés ne nécessitant plus d’espace de production au sein de l’habitat. L’espace doit cependant s’adapter aux usagers et aux nécessités selon les heures de la journée. À l’échelle de l’habitat, l’évolutivité est nécessaire et bénéfique, elle assure la durabilité des modes constructifs et, au-delà, de tout un écosystème. Chawanad Luansang comme plusieurs universitaires de l’université de Kasetsart (Saran Samantarat, Wandee Pinijvarasin, Ornsiri Panin) considèrent l’évolutivité de l’espace comme le trait d’union des architectures dans le temps :

  • 4 Extrait d’entretien avec Chawanad Luansang, 2 février 2009.

La maison est faite pour changer : elle subit les inondations, les tempêtes qui détruisent tout… mais on [le peuple thaïlandais] voit ça comme une aubaine. Les inondations apportent de l’eau pour les cultures, des poissons. La terrasse ou la maison entière devient alors un lieu de pêche ou de production aquacole4.

20Tirer partie des contraintes représente incontestablement le point fort de l’architecture spontanée. Parce que vulnérable aux événements et à l’évolution de la demande, l’architecture doit rester transformable : une économie de temps et de moyens qui explique la persistance de cette forme d’habitat au-delà des politiques du logement. Si la pression foncière influe sur le statut des communautés spontanées, l’augmentation des prix les rend attractives pour des classes moyennes qui ne parviennent plus à se loger. Le commerce informel s’affirme comme un garant de l’accessibilité des biens dans la capitale, de l’issue du spontané dépend également une part de l’attractivité commerciale de la capitale.

21La flexibilité spatiale mais aussi l’opportunité d’habiter une maison en cœur de ville, avec un jardin, sont des arguments intéressants dans la capitale de plus en plus minérale. Certaines enclaves spontanées concurrencent déjà le marché courant par leurs prestations et pour un prix modique. Les communautés intègrent d’ores et déjà le marché du logement autour de critères tels que le coût, la localisation, la surface habitable. Ignorer la place des ensembles spontanés dans la métropole contemporaine devient moins évident.

L’habitat spontané au croisement des enjeux de développement urbain

22La situation de l’habitat spontané à Bangkok oscille constamment entre un marché immobilier libéral et des critères internationaux (de bonne gouvernance, de droit au logement) qui amènent autant d’incertitudes que d’opportunités quant à sa légitimation.

23Pour saisir ce phénomène dans sa globalité et dans ses représentations, il importe de qualifier les fondements de sa présence dans le tissu urbain puis de mettre en évidence les étapes de sa consolidation et les leviers de négociation de son statut. Trois contextes cristallisent des défis de développement pour Bangkok : le spontané pur, le spontané ancien, le spontané greffé. À chacun correspondent des enjeux qui font débat et provoquent actuellement des conflits. Ils inspirent également des manières d’entrevoir l’évolution de la capitale ou encore de penser l’urbanisation à une plus large échelle.

La régularisation du spontané « pur » en préalable à son assimilation dans la ville

24Cette première catégorie regroupe tous les ensembles spontanés qui n’ont pas ou peu subi d’intervention de rénovation : réfection des voies, installation des réseaux (eau, électricité) par les autorités, des ONG ou des associations. Ils sont pour certains recensés, les plus récents n’apparaissant pas encore sur les plans cadastraux de leur district. Au départ abris précaires faits de matériaux de récupération, les logements sont consolidés et agrandis jusqu’à épouser les standards du marché courant en termes de dimensions, de confort et d’esthétique. La spéculation foncière rend attractifs certains ensembles spontanés plus abordables et spacieux, à l’exemple du secteur de Lumphini : la communauté Sanam Polo, en bordure est du parc de Lumphini et aujourd’hui entourée par de luxueux immeubles de bureaux et hôtels, loge une partie de leurs employés. Suite à un incendie, les habitants ont obtenu une aide publique pour reconstruire leurs logements et redessiner les voies. Le droit du sol est la première source de précarité : les résidents des secteurs spontanés investissent généralement peu dans leur logement tant qu’il n’est pas régularisé. L’obtention d’aides ou d’un titre de propriété peut décider les habitants à rénover en profondeur les constructions jusqu’à se fondre dans le tissu régulier. Alors que peu de citadins osent pénétrer dans les ensembles spontanés purs, sources d’insécurité par l’étroitesse des circulations, la pression foncière et l’homogénéisation du bâti après régularisation modifient profondément leur image. La phase d’assimilation des logements au marché courant marque la dernière étape d’évolution du spontané qui passe alors de la communauté au quartier résidentiel : logements monofonctionnels, claire délimitation des espaces privés et publics, réseaux d’eau et d’électricité normalisés. Les rues sont désormais accessibles aux voitures et l’esthétique des façades s’apparente aux pavillons de banlieue. Seule une vision aérienne trahit l’origine spontanée des constructions, proches des voies et laissant peu d’espaces libres (voir fig. 2).

Fig. 2 : Vue aérienne de la communauté Sanam Polo

Fig. 2 : Vue aérienne de la communauté Sanam Polo

©Fanny Gerbeaud

Sanam Polo s’ouvre désormais aux classes moyennes, témoignant des relations entre marché courant et production spontanée et d’une possible amorce de gentrification.

25La régularisation renforce la légitimité d’une installation autant que le statut de citadin. L’obtention d’un titre de propriété (la revendication du sol) représente un moyen d’accéder à la ville, d’obtenir un statut et de stabiliser une situation sur le plan spatial, économique et social. Le développement de réseaux de communautés à l’échelle nationale puis internationale, avec l’intervention d’ONG telles que l’Asian Coalition for Housing Rights (ACHR), pointe l’émergence d’une société civile. Les communautés sont aidées dans la négociation de l’espace urbain par des ONG, des groupes de pression mais aussi par des universitaires étrangers. L’habitat spontané soulève la question du mal logement, un défi pour le développement durable dans ses aspects sociaux, environnementaux et économiques. Certaines communautés vivant sur l’eau s’associent par exemple pour nettoyer les canaux dans l’espoir d’obtenir leur régularisation. Ces initiatives, relayées et diffusées par les organisations, déplacent les enjeux à une échelle internationale. La mondialisation rend visible les actions de la BMA comme celles des communautés, notamment au sujet de la participation. Alors que Bangkok tend à se positionner comme métropole mondiale, les autorités doivent tenir compte des avis extérieurs sous peine de nuire à son image. La BMA fait face à de nombreuses critiques pour sa vision du patrimoine et du développement touristique. Ainsi exposées, la politique de l’administration et ses méthodes de projet évoluent, intégrant la participation publique dans quelques projets.

Le spontané ancien, entre patrimoine populaire et menace pour le développement touristique

26Les ensembles anciens remontent à la création de Bangkok : les constructions, architecturalement riches, sont organisées rationnellement dans l’espace. Il s’agit principalement de communautés marchandes le long des canaux (proche des rizières), ou en cœur de ville, qui se sont développées avec les services et le commerce. Aux descendants des premiers constructeurs s’ajoutent des familles récemment installées ; les rapports sociaux se distendent alors que la communauté se diversifie socialement. Les architectures anciennes se dégradent avec la subdivision des espaces, la densification de la communauté et les nouveaux modes constructifs : la plupart des habitants idéalisent les constructions en bois mais construisent en briques et béton, matériaux durables, signes de modernité et de sécurité.

27Les ensembles spontanés anciens entretiennent le même rapport avec les associations et les réseaux de communautés que dans le cas du spontané pur, en raison de l’ambiguïté juridique de l’habitat. La question épineuse de la régularisation des constructions sur terrains publics soulève aussi la faible considération portée aux pratiques populaires et au patrimoine culturel des communautés.

28Le cas de Pom Mahakan, communauté présente depuis 150 ans environ derrière le Wat Saket (île de Rattanakosin) illustre la mise en tension des enjeux touristiques entre des partisans d’horizons pluriels et une opposition constante de la BMA. Le groupement de maisons est perçu comme non sécurisant et inesthétique par les autorités locales, par conséquent nuisible au développement touristique du centre historique.

29Dans le cadre de la mise en valeur de Rattanakosin, la BMA a déjà réalisé une partie du parc prévu à l’emplacement de Pom Mahakan, après le départ d’une partie des habitants. En parallèle, la communauté a fait l’objet d’un recensement du patrimoine bâti par la faculté d’architecture de Silpakorn, d’un projet de rénovation en 2003 (King Mongkut’s University) et de soutien (presse) en faveur de son maintien sur site. Michael Herzfeld (2005 : 11), anthropologue américain et fervent supporter de Pom Mahakan, parle de la fin d’un « rare ensemble d’architecture vernaculaire » avec le plan de démolition de la communauté de la BMA. Au contraire, il voit en Pom Mahakan un atout pour dynamiser le secteur :

La ville pourrait perdre une fantastique occasion de créer un morceau de la culture de Bangkok, attractive pour les touristes. Aucun touriste occidental ne serait intéressé par un parc engazonné, mais une communauté dans un parc serait parfaite comme attraction touristique. (Ibid.)

30Le soutien de personnalités du monde académique, associatif et de certains acteurs de l’urbain assure à la communauté une visibilité internationale décisive pour l’issue du conflit. Pattama Roonrakwit, fondatrice et présidente de l’agence d’architecture CASE, prédit l’expulsion de plusieurs dizaines de communautés anciennes si Pom Mahakan est rasée. À l’heure actuelle, seul le droit de propriété est véritablement discuté mais la notion de patrimoine architectural et culturel constitue, comme le nettoyage des canaux pour le spontané « pur », un outil pour l’obtention d’un statut. L’importance du tourisme en Thaïlande incite à clarifier les objets potentiellement attractifs pour optimiser leur mise en valeur, qu’ils soient culturels, architecturaux ou paysagers. Pour Yongtanit Pimonsathean (2007 : 357-370) la disparition du patrimoine thaï est à attribuer aux pressions du développement économique mais aussi au « manque d’une définition du patrimoine culturel d’aujourd’hui ». En Thaïlande, la conservation patrimoniale a longtemps concerné les constructions religieuses ou royales mais recense depuis peu des compartiments chinois et des constructions du mouvement moderne. L’élargissement à la sphère privée du patrimoine enregistré peut représenter une opportunité pour l’habitat spontané, le cas de Sam Chuk est en cela exemplaire. Le village est le chef-lieu du district de Sam Chuk, dans la province de Suphan Buri. Constituée de compartiments chinois en bois, la communauté s’est développée près de la rivière Tha Chin, à environ cent kilomètres de Bangkok. Face au risque d’expulsion, les habitants et commerçants, aidés par deux ONG (Chumchonthai et CASE), ont obtenu la régularisation de leur communauté et sa préservation, à la suite de la restauration du bâti encadrée par la municipalité. Avec son artisanat local, son patrimoine architectural et ses traditions, Sam Chuk est un réel succès touristique pour les citadins qui viennent s’y promener et y faire leurs achats le week-end.

31Cette solution « gagnant-gagnant » implique la reconnaissance de la valeur patrimoniale des communautés anciennes indépendamment du statut du sol ; une qualité évidente pour les occidentaux, chercheurs ou touristes de Pom Mahakan qui y trouvent un caractère authentiquement thaï et une forme urbaine originale. Le conflit né d’un usage du sol se déplace vers la valeur touristique du site dont les autorités et les habitants ont une acception et des représentations opposées. Ces derniers ont été sensibilisés à l’architecture de leur communauté par l’action de CASE et de diverses universités, mais fondent leur requête de régularisation sur leur richesse historique et culturelle. Lieu de naissance d’une tradition théâtrale thaïe et renommée pour ses pratiques culinaires et artisanales, la communauté attire aussi quelques touristes européens par son aspect atypique. La BMA reproche en revanche l’exiguïté problématique des circulations, tant pour l’accueil du public que pour la sécurité et l’accès aux véhicules de secours. L’administration ne souhaite pas conserver Pom Mahakan dont elle considère les habitants comme des squatteurs. La valeur patrimoniale demeure au second plan, d’autres communautés anciennes mais régulières seront mises en valeur comme réminiscence de l’habitat vernaculaire thaï sur l’île de Rattanakosin.

32L’ampleur du conflit trouve son corollaire dans le contexte de la métropolisation, c’est-à-dire l’exposition internationale des jeux d’acteurs et, au-delà, des enjeux de développement urbain qui doit être durable et équitable. La BMA a l’autorité pour faire de Pom Mahakan un exemple : les communautés sont soumises aux réglementations et encourent donc l’expulsion en cas de situation irrégulière. Le processus de participation dans les projets urbains doit légitimer les décisions de la BMA en garantissant une certaine transparence. L’administration affirme par la concrétisation du plan d’embellissement de Rattanakosin sa maîtrise du territoire et son rang de métropole affluente (toute ville mondiale a son plan de mise en valeur, effaçant les traces d’inégalités et d’appropriation irrégulière de l’espace dans les zones de tourisme international). En réponse, les ONG opposent le droit au logement et la préservation de la culture comme conditions de la ville durable. Le cas de Pom Mahakan est en cela représentatif de l’affrontement de valeurs globales à l’échelle locale.

Le spontané greffé : l’adaptation des logements sociaux aux usages

33Si les ajouts spontanés existent sur des immeubles issus du marché courant, ils trouvent leur expression la plus développée dans les ensembles de logements sociaux du NHA.

34Les autorités de Bangkok ont mis en place dès les années 1960 une série de mesures pour remédier au problème du mal logement par la construction de logements sociaux de masse, par des rénovations et régularisations d’ensembles spontanés. Les bidonvilles ont été effacés pour reloger leurs habitants dans des appartements loués au NHA (Goldblum 1988 : 119-124). Trente ans plus tard, des modifications plus ou moins lourdes sur les bâtiments, les espaces extérieurs, viabilisent les structures trop étroites et mal adaptées aux usages d’habitants qui vivent et travaillent simultanément dans leur appartement. Certains au rez-de-chaussée construisent d’ailleurs des extensions depuis leur balcon sur les espaces communs. Dans de grands ensembles sociaux régis par les principes de l’architecture moderne, les barres laissent de vastes espaces libres investis par des activités temporaires (stockage, terrains de jeux, stationnements abrités) puis permanentes (ateliers, micro-entreprises, logements subsidiaires, services).

35Sur Klong Toei Lock 1-10, un groupement de dix barres de logements, proche du port de Bangkok, a été construit face au bidonville de Klong Toei pour reloger certaines familles dont les maisons avaient été détruites par les flammes. Comme les premières expériences de logements sociaux, il se trouve dans une zone largement urbanisée, proche des emplois et des principaux services publics. Les greffes spontanées recréent un « couloir commercial » dans la rue principale (voir fig. 3), de l’entrée de Klong Toei au canal qui marque la limite de la parcelle du NHA et sur lequel un bidonville a grandi. À la rencontre de ces deux types de logement se trouve un marché couvert, un ring de boxe thaïe et des salles communes. Les greffes spontanées assurent la continuité avec la rue, atténuant la rupture d’échelle des logements sociaux avec le quartier.

Fig. 3 : Le « couloir commercial » de Klong Toey Lock 1-10 en cours de consolidation

Fig. 3 : Le « couloir commercial » de Klong Toey Lock 1-10 en cours de consolidation

©Fanny Gerbeaud

Les extensions comme les nouvelles structures ne font l’objet d’aucune autorisation préalable, mais sont tolérées puis encadrées par une taxe mensuelle d’emplacement pour les commerces. Par ce moyen, le NHA contrôle l’évolution et la densification de son parc immobilier en bénéficiant d’un apport financier qu’il réinjecte dans l’entretien des espaces verts et des immeubles.

Vers une reconsidération de l’urbanisation spontanée ?

36La situation des ensembles spontanés interroge les orientations actuelles du développement urbain, notamment la gestion foncière et le respect des règlements. Le poids grandissant d’organisations internationales telles que UN-Habitat, ACHR, imposent un changement de regard sur l’habitat spontané et une ouverture à d’autres perspectives comme la prise en charge du mal logement. Les médias et les réseaux de recherche (par le biais de colloques, de conférences internationales et d’ateliers intensifs) font pression sur les instances décisionnelles de l’urbain en fournissant un référentiel d’actions et d’études de cas mobilisables pour la situation thaïlandaise. Dans ce cadre, les tentatives pour juguler le phénomène spontané à Bangkok prennent valeur d’exemple pour certains pays d’Asie du Sud-Est. La question du spontané ne peut plus être envisagée à un niveau strictement national mais plutôt sous forme d’un réseau où les acteurs partagent des connaissances, des savoir-faire qui alimentent la réflexion et l’action sur site. Trois expériences reflètent ce mouvement qui incite à redéfinir la réflexion et l’action sur le mal logement.

La politique de souplesse et de dialogue du NHA

37Le NHA assure la construction de logements sociaux et gère une partie du plan quinquennal de logements lancé en 2003 par le gouvernement de Thaksin Shinawatra : Baan Eua Arthorn. Ce programme d’un million de logements visait pour 2008 la construction par le NHA de 600 000 unités, la Government Savings Bank (GSB) avait en charge le financement de 100 000 unités en parallèle, et CODI la rénovation des unités restantes. Les ensembles de logements sociaux sont cédés à des bailleurs privés après un à deux ans de fonctionnement. Klong Toei Lock 1-10 demeure cependant sous la tutelle du NHA et les modifications progressives des appartements et des espaces libres ont généré l’assouplissement des règlements ainsi que de nouvelles pratiques de gestion des espaces. Au départ monofonctionnel, l’ensemble complété par les greffes spontanées le long des voies assure dès l’entrée un confort pour les usagers qui ont au pied de leur immeuble des restaurants, des cybercafés et des coiffeurs. Non seulement ils attirent une clientèle extérieure – mixité sociale et mixité d’usage – mais leur configuration linéaire avec, à chaque escalier, un effet de sas, aide aussi au contrôle et donc à la sécurisation du quartier.

38D’un ensemble de logements très similaires aux grands ensembles français on obtient, par le remplissage des vides, un quartier participant à l’animation de son environnement bâti. Ces pratiques non envisagées par le NHA au moment de la conception, et peu maîtrisables une fois en place, ont requis une réflexion originale : tirer parti de ces greffes pour les contrôler et améliorer Klong Toey, plutôt que de les interdire, une décision qui serait vouée à l’échec par manque de moyens et de réactivité. En découle une adaptation du règlement qui, à l’échelle du district, peut inspirer une modification des documents d’urbanisme et mener à une assimilation des constructions spontanées au tissu urbain.

39La transformation des logements et plus largement des espaces non bâtis dans la capitale interrogent d’autant plus la gestion du territoire que les services de planification urbaine peinent à faire appliquer la réglementation et mettre à jour le cadastre. La capitale se développe sous l’impulsion d’un marché privé réactif qui, en l’absence d’un pouvoir suffisant de la BMA pour faire respecter le zonage, bâtit dans une logique de rentabilité du foncier plutôt que pour des objectifs collectifs. Cet exemple de construction et de gestion partagée de l’espace peut représenter une initiative intéressante pour répondre aux impératifs d’une métropole qui attire et reste dynamique en bénéficiant des pratiques spontanées. Pour atteindre, en France, les objectifs affichés de participation locale et de mixité en milieu urbain, les acteurs gagneraient à s’inspirer de cette approche qui laisse possible la transformation des espaces par leurs usagers.

Les rénovations participatives de CODI

40Le Community Organization Development Institute (CODI) est en charge de la deux-ième partie du plan quinquennal de logements (Boonyabancha 2005 : 24-27). Le programme, nommé Baan Mankong (secure housing) vise la rénovation de 300 000 logements spontanés existants, principalement pour les habitants en situation précaire. CODI aide, en parallèle de programmes d’éducation, à la régularisation et à la reconstruction des communautés spontanées structurées autour d’un projet. Les documents publiés par CODI sur son site internet rendent compte des apports matériels et sociaux dans les communautés rénovées (notamment : CODI 2006). Les actions, débutées par le nettoyage des canaux, ont prouvé l’intérêt d’employer la force de travail et de réflexion des habitants pour réduire les coûts en atteignant un résultat bien plus efficace en qualité et en durabilité. Elles ont aussi contribué à renforcer les liens entre communautés et à asseoir la reconnaissance de ces citadins oubliés de l’urbanisation. Nous évoquerons ici la rénovation sur site à Bang Bua (district de Banghken, au nord de Kasetsart University), un type de projet pour lequel les résidents travaillent conjointement avec les architectes de CODI, puis assurent le remboursement du prêt alloué pour les travaux.

41La communauté sur le canal Bang Bua est toujours en rénovation actuellement. Le projet en trois phases prévoit la reconstruction des logements initialement bâtis sur l’eau en réduisant l’emprise au sol des maisons restantes. Un nouveau cadastre détermine des lots dont certains serviront à la construction d’une salle commune, de terrains de jeux pour enfants et des voies de circulation accessibles aux secours. Le projet nécessite la mise au point d’outils de réflexion puis d’une implantation convenable dans un budget raisonnable. Les habitants apprennent à concevoir l’architecture par leurs usages et l’auto-construction, les architectes ajoutent leur expérience technique : ils assurent une mission de conseil, développant des compétences très spécifiques telles que la communication, la co-conception ou l’intervention dans des espaces urbains denses.

42En résultent des logements pérennes, évolutifs et adaptés à des fonctions professionnelles et commerciales. Bien que les logements soient plus étroits que les normes autorisées, la rénovation sur site respecte le règlement d’implantation sans réduire le potentiel de transformation et d’appropriation des bâtiments.

Fig. 4 : Façade en travaux de la communauté Bang Bua

Fig. 4 : Façade en travaux de la communauté Bang Bua

©Fanny Gerbeaud

Comme à Manangkasila, les fronts de maisons sont plantés, carrelés ou aménagés en cuisine extérieure ou en terrasse. Les habitants ont un titre de propriété et certains louent sur le marché courant des appartements construits dans le cadre de ce projet, preuve d’un changement de statut dans le district et d’une possible intégration de Bang Bua sur le long terme à la fabrique urbaine.

43Dresser un bilan serait précipité, en revanche la méthode de projet par la concertation et l’auto-construction enrichit les résidents comme les architectes qui vont utiliser cette expérience dans leurs projets.

CASE : l’expérience du spontané pour repenser le projet d’architecture

44L’habitat spontané, au-delà de la patrimonialisation et de la gestion du foncier, pose la question de la conception de l’espace, spécifiquement pour les citadins pauvres. Si l’architecture spontanée implique moins que par le passé l’auto-construction, elle représente en revanche l’antithèse de la production des architectes. Sans être absents du débat sur le mal logement, les architectes des communautés, peu nombreux, pratiquent leur activité sous une forme plus proche de l’activisme militant que d’une prestation de service. Le spontané est incrémentiel en réaction à de fortes contraintes, à l’opposé d’un projet d’architecture qui se dessine dans le détail, comme un objet fini. Travailler à CODI ou à CASE, agences thaïlandaises actives dans les communautés en Asie du Sud-Est, est peu rémunérateur et requiert un engagement important. L’enjeu du mal logement peut paraître flou pour les professionnels de l’espace mais la participation populaire s’impose dans l’énoncé des projets urbains, risquant de changer les modes de conception.

45Le projet TEN à Minburi (agglomération de Bangkok), conçu par la fondatrice de CASE et certains de ses architectes, reprend plusieurs enseignements des communautés. Les logements ont fait l’objet d’une co-conception sur une parcelle commune. Le terrain découpé en parcelles étroites imposait une densification de l’architecture, aussi les architectes ont-ils regroupé les habitants aux souhaits similaires pour mutualiser certains espaces : jardins, piscine, terrasses. Formellement, les maisons empruntent aux constructions spontanées l’hétérogénéité des matériaux en façade, les jeux de profondeurs, les imbrications d’espaces et des circulations. Pour réduire les dépenses énergétiques, les perméabilités entre intérieur et extérieur et les débords de toitures facilitent la ventilation. On notera les cuisines largement ouvertes sur le jardin, un impératif pour cuisiner que l’on retrouve dans l’architecture vernaculaire thaïe.

46Ce projet a fait l’objet de nombreuses publications dont récemment dans une revue diffusée en Europe. Il est autant visité par des étudiants en architecture que par les ONG lors de colloques de CODI, ce point de rencontre entre architecture « savante » et savoir hérité d’une architecture populaire représente un pivot dans la manière de faire le projet. Si TEN n’est pas présenté comme inspiré par les communautés, le discours de Pattama Roonrakwit rend la filiation claire. CASE s’adresse aujourd’hui à des clients de classes moyennes en parallèle des communautés, établissant des ponts entre les modes d’habiter, les méthodes conceptuelles et investissant les plus-values dans les rénovations de communautés spontanées. Cet échange entre l’action dans les communautés et les projets plus coûteux institue un équilibre stimulant pour le processus architectural.

Synthèse

47Les premières politiques du logement sont apparues après la Seconde Guerre mondiale, avec la Government Housing Bank en 1953, puis avec le NHA et l’UCDO (devenu CODI en 2000). Aux programmes de construction de logements sociaux et de rénovation légère de communautés, succède la régularisation croissante des ensembles spontanés, dénotant l’évolution des politiques urbaines et des représentations de la ville aujourd’hui. Les initiatives des autorités locales thaïlandaises comme d’agences d’architecture proposent des alternatives à l’expulsion et à la démolition des secteurs spontanés. Elles constituent par ailleurs un modèle pour de nombreux pays. L’originalité des solutions, la perfectibilité des documents d’urbanisme ou des méthodes de projet en régularisant des constructions illégales traduit une prise de recul des acteurs de l’urbain sur leur production : n’étant plus les seuls experts de l’espace, ils encadrent davantage qu’ils n’imposent une manière de faire la ville. En admettant l’urbanisation irrégulière comme un morceau de la ville contemporaine, les décideurs reconnaissent d’autres processus de développement urbain et s’exposent à des configurations spatiales et des usages atypiques. En parallèle, les habitants acquièrent le statut de citoyen et de concepteur de l’espace urbain.

48Ce qui s’apparente presque à un contre-pouvoir reste à ce jour à apprivoiser : la représentation négative des ensembles spontanés et, par extension, de leurs habitants perdure. Il est encore trop tôt pour envisager les conséquences de tels changements. En revanche, la société civile thaïlandaise s’élargit, davantage sensibilisée aux questions urbaines et impliquée dans les consultations en amont des projets. La forte médiatisation de communautés telles que Pom Mahakan, autour de leur rénovation ou de leur expulsion, va aussi dans le sens d’une gestion partagée de l’espace urbain, du moins en tant qu’objet conceptuel. Par les enjeux qu’il soulève, l’habitat spontané à Bangkok s’affirme comme un outil de questionnement sur la ville et, par nécessité sur le long terme, de développement urbain.

Haut de page

Bibliographie

Sites internet

– http://www.casestudio.info/2006/1projects/02ten/index.html

– http://www.codi.or.th/housing/Frontpage.html

– http://www.ghb.co.th

– http://www.nha.co.th/main.php?filename=index02

– http://www.thaiappraisal.org

ASKEW, Marc, 2002, Bangkok : Place, Practice and Representation, Londres : Routledge.

BAFFIE, Jean, Marie-Claire DROZ, Paule FARABOLLINI, Jean-Christophe SIMON & Catherine THEURILLAT, 1987, « Les Slums de Bangkok, dynamisme et précarité », Cahier des Sciences Humaines, 23, 1 : 15-34, consulté le 15 avril 2011, URL : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_4/sci_hum/23965.pdf.

BOONYABANCHA, Somsook, 2005, « Going to scale with “slum” and squatter upgrading in Thailand », Environment and Urbanization, 17, 1 : 21-46, consulté le 15 février 2007, URL : http://eau.sagepub.com/content/17/1/21.full.pdf+html.

BOONTHARM, Davisi, 2005, Bangkok, formes du commerce et évolution urbaine, Paris : Recherches/Ipraus, coll. « Archithèses ».

CHARMES, Éric, 2002, « La trame viaire périurbaine de Bangkok face aux théories dominantes de l’action collective », Autrepart (IRD), 21 : 17-26, dossier « Gérer la ville. Entre global et local », E. Dorier-Apprill & S. Jaglin (éds).

DURAND-LASSERVE, Alain, Edesio FERNANDES, Geoffrey PAYNE & Martim SMOLKA, 2002, « Secure tenure for the urban poor », CIVIS, Cities Alliance, 3, consulté le 20 mai 2011, URL : http://www.gpa.org.uk/Publications/Articles/ArticlePapers/CIVISoct02.pdf.

CODI, 2006, Bang Bua Canal Community Network in Bangkok : The redevelopment of 12 canal-side communities along Klong Bang Bua, Bangkok : CODI, consulté le 26 mars 2011, URL : http://www.codi.or.th/downloads/english/Baanmankong/Canal_side/Bang Bua% 20Story% 20March% 202006.pdf.

GOLDBLUM, Charles, 1988, Métropoles de l’Asie du Sud-Est, stratégies urbaines et politiques du logement, Paris : l’Harmattan.

GOLDBLUM, Charles, 2010, « Dynamique urbaine et métropolisation en Asie du Sud-Est : une perspective à partir de Bangkok et de Singapour », Annales de Géographie, 671-672 : 174-180, consulté le 14 mai 2010, URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=AG_671_0174.

HERZFELD, Michael, 2005, « Pom Mahakan : Humanity and order in the historic centre of Bangkok », in Forced evictions – Towards solutions ? First Report of the Advisory Group on Forced Evictions to the Executive Director of UN-HABITAT, Centre on Housing Rights and Evictions, United Nations Human Settlements Program, Advisory Group on Forced Evictions, UN-HABITAT.

NHA, CODI, 2009, Government Housing Bank, rapporteur : Chantana Chanond, 15 juin 2009, Pro-poor Housing Finance, Thailand Country Report, Bangkok : United Nations Economic and Social Commission for Asia and the Pacific, National Housing Bank of India, consulté le 20 mai 2011, URL : http://www.docstoc.com/docs/48555505/PRO-POOR-HOUSING-FINANCE-Thailand-Country-Report.

PIMONSATHEAN, Yongtanit, 2007, « Conservation education as a form of community service in Bangkok, Thailand », Built Environment, 33, 3 : 357-370.

PORNCHOKCHAI, Sopon, 1992, Bangkok Slums, Review and Recommendations, Bangkok : The Agency for Real Estate Affairs (School of urban community research and actions).

PORNCHOKCHAI, Sopon, 2003, Global Report on Human Settlements 2003, city report : Bangkok, consulté le 26 mars 2011, URL : http://www.thaiappraisal.org/pdfNew/HABITAT1new.pdf.

SATTERTHWAITE, David, Somsook BOONYABANCHA & CODI, 2004, CODI Update Issue No. 4 : The Community Organizations Development Institute (CODI) in Thailand, Bangkok : CODI, consulté le 26 mars 2011, URL : http://www.codi.or.th/downloads/english/Paper/CODI% 20in% 20thailand.pdf, 26 mars 2011.

VALLADARES, Licia do Prado, 2006, La Favela d’un siècle à l’autre, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 Le NHA, Kankheha haeng chat, est un organe gouvernemental fondé en 1973 et chargé des politiques de logements sociaux.

2 Extrait d’entretien avec Chawanad Luansang, 2 février 2009. Chawanad Luansang est architecte et ancien membre de l’agence d’architecture CASE. Il participe à de nombreux ateliers de projet sur les communautés au niveau international.

3 Forme architecturale largement répandue en Asie du Sud-Est, notamment à Bangkok etSingapour. Les compartiments sont des bâtiments étroits sur rue et profonds, s’élevant sur plusieurs étages. Traditionnellement, le rez-de-chaussée est affecté au commerce ou à une activité professionnelle, les étages à l’habitation.

4 Extrait d’entretien avec Chawanad Luansang, 2 février 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tissu urbain mixte autour de la communauté Manangkasila
Crédits ©Fanny Gerbeaud (fond de carte : Google Earth 2010)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/740/img-1.png
Fichier image/png, 555k
Titre Fig. 2 : Vue aérienne de la communauté Sanam Polo
Crédits ©Fanny Gerbeaud
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/740/img-2.png
Fichier image/png, 888k
Titre Fig. 3 : Le « couloir commercial » de Klong Toey Lock 1-10 en cours de consolidation
Crédits ©Fanny Gerbeaud
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/740/img-3.png
Fichier image/png, 822k
Titre Fig. 4 : Façade en travaux de la communauté Bang Bua
Crédits ©Fanny Gerbeaud
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/740/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Gerbeaud, « L’habitat spontané comme un outil de développement urbain. Le cas de Bangkok », Moussons, 18 | 2011, 121-138.

Référence électronique

Fanny Gerbeaud, « L’habitat spontané comme un outil de développement urbain. Le cas de Bangkok », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/740 ; DOI : 10.4000/moussons.740

Haut de page

Auteur

Fanny Gerbeaud

Architecte D.E. diplômée de l’ensap Bordeaux et doctorante au PAVE (Profession Architecture, Ville, Environnement), laboratoire associé au Centre Émile Durkheim (UMR 5116, CNRS, université Victor Segalen Bordeaux 2), Fanny Gerbeaud a collaboré à plusieurs programmes de recherche : « Développement durable territorial : une comparaison franco-thaïlandaise » (ministère de l’écologie-PUCA, 2008) ; « Enquête sur la culture architecturale des Français » (ministère de la Culture, 2011). Après un échange international d’un an à l’université Kasetsart de Bangkok, elle finalise sa thèse intitulée « L’habitat spontané : une architecture adaptée pour le développement des métropoles ? Le cas de Bangkok ». L’auteur tient à remercier, pour leurs corrections et conseils, Monsieur Guy Tapie et Monsieur Adrien Gonzalez.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page