Navigation – Plan du site
Notes

Comment les Thaïs traduisent l’idée de slum, taudis et bidonville

Sunida Vongrattanatoh
p. 139-148

Texte intégral

  • 1 Le mot français « bidonville » est très récent puisque il serait apparu par écrit pour la première (...)
  • 2 Le mot slum, lui, a d’abord désigné les taudis habités par les ouvriers des quartiers populaires de (...)
  • 3 Le mot français « taudis » (qui vient peut-être de l’ancien normand « tjald » : tente) désignait au (...)

1Les problèmes soulevés par la création et l’emploi de termes scientifiques – tout particulièrement dans les sciences humaines – intéressent encore très peu les universitaires de la plupart des pays de la région sud-est asiatique. Certains choisissent d’utiliser de manière systématique les mots étrangers (anglais dans leur immense majorité), d’autres préfèrent se servir des mots locaux les plus familiers, au risque de trop simplifier et même de déformer le propos. Au niveau officiel, lorsqu’il y a un effort pour créer des équivalents dans la langue nationale et en faire usage, il est bien rare que ceux-ci ne révèlent pas (souvent de manière assez grossière) l’idéologie du moment, quitte à imposer un autre terme lorsque celle-ci change. Dans ces quelques pages, je prendrai l’exemple des termes utilisés pour rendre en thaï « bidonville1 », slum2 et « taudis3 ».

Le slum de Bangkok entre politique et linguistique

2En Thaïlande, l’afflux de population à Bangkok (en provenance des provinces mais également de Chine) devint particulièrement important après la Seconde Guerre mondiale. Des zones d’habitat spontané et précaire se multiplièrent tandis que les villages englobés par la ville devenaient vite surpeuplés. Dans un article publié fin 1969 dans un supplément du quotidien anglais Bangkok World quelques lignes sont réservées au « problème des slums ». Il est dit qu’une enquête réalisée par le Conseil pour l’Aide Sociale a conclu en l’existence de 39 slums ayant une population de 150000 personnes, ce qui était peu pour une population estimée à 2796760 personnes. Dans le même article, il est dit assez clairement que l’objectif de la politique d’élimination des slums équivaut à débarrasser la ville des « anciennes habitations de bois » (Kumragse 1969 : 70-71).

3De nombreux mots et expressions furent utilisés pour désigner de tels endroits : des termes empruntés à l’anglais comme salam ou laeng salam, des expressions thaïes comme boriwen wibat (zone en ruine), boriwen sueam som (zone dégradée), laeng abayamuk (lieu en voie de délabrement, mais avec un autre sens – beaucoup plus moral – de « en route vers l’enfer »), laeng thrut som (lieu détérioré) et laeng sueam som (lieu dégradé), dont la création semble dater de 1958 (Phatthana 2508 : 3).

  • 4 Ainsi Dr Phaibun Changrian, dans son livre sur le « gouvernement des grandes villes » utilise dans (...)

4Le célèbre Greater Bangkok Plan 2533, publié en 1960 et qui planifiait la capitale thaïlandaise pour les trente années à venir proposait d’éliminer les slums où logeait une population d’environ 740000 personnes (Litchfield 2503 : 84). Aussi, la même année, la municipalité de Bangkok se dota-t-elle d’un Bureau central pour la suppression des slums, dont le nom thaï était un chef-d’œuvre d’hypocrisie, puisque, dans samnak-ngan klang prapprung laeng chumchon, prapprung avait d’abord le sens d’« améliorer » et laeng chumchon aurait dû être traduit seulement par « lieux communautaires4 ». Malgré tout, pendant quelque temps, l’expression laeng chumchon fut très répandue et acquit presque un caractère officiel. Toutefois, vers 1960, les responsables thaïlandais se mirent d’accord sur le mot leng sueam som comme traduction officielle de slum.

5Mais de nombreux articles publiés dans des revues officielles comme Thetsaphiban ou Thetsaban krungthep au cours des années 1960 utilisaient toujours les mots salam et chao salam (habitants des slums) ou laeng chumchon. En 1967, An Nimmanhaemind hésitait encore entre slum (qui apparaissait en anglais – entre parenthèses ou pas – dans le texte thaï) et laeng sueam som (Nimmanhaemind 2510). Quelques années plus tard, deux fonctionnaires attachés à la Division de la planification urbaine de la municipalité de Bangkok donnaient cette définition de laeng sueam som : « zone où les bâtiments ont été construits de manière trop serrée (at-ae) et qui connaît des conditions physiques, sociales et économiques généralement inférieures à la norme » (Wiraphalin 2521 : 1). Mais en vérité, l’expression retenue était particulièrement péjorative, les verbes sueam et som pouvant avoir le sens de « dégénérer », « tomber en décadence », « tomber en ruines », « pourrir ». En fait, peut-être par une forme de pudeur les auteurs semblèrent d’abord vouloir limiter l’emploi du terme. Ainsi dans l’ouvrage publié en 1962 par le ministère de l’Intérieur et la municipalité de Bangkok sur le réaménagement du quartier du slum situé devant le département des Routes nationales il était le plus souvent seulement question du terme plus neutre – mais très imprécis – de chumchon (communauté) bien que l’expression « laeng sueam som » ait été présentée dès le départ, mais entre guillemets comme « un mot nouveau » (2505 : 15). Et pendant longtemps le mot paraît surtout cité sous la forme « praprung laeng sueam som » pour traduire l’expression anglaise « slum clearance », comme si – par une sorte de logique induite par le mot lui-même – un laeng sueam som ne pouvait être bon qu’à être démoli.

6Un Office national du logement fut créé en février1973. Il avait en particulier la tâche de prendre en charge l’œuvre du Bureau pour la suppression des slums de la municipalité de Bangkok. Jusqu’à la fin des années 1970, il s’agissait d’abord de détruire les slums. L’Annual Report 1978 montrait encore des photos de démolition de slums avec cette légende explicite : « slums must be abolished prior to construction of flats for the people who used to live in slums ». La politique changea cependant principalement sous la pression de la Banque mondiale. La priorité n’était plus désormais de démolir pour loger les populations dans des immeubles mais d’améliorer, de réhabiliter les slums, c’est-à-dire de les pourvoir en équipements de base : électricité, eau courante, voies d’accès.

7La direction de l’Office national du logement (dirigé alors par M. Damrong Lathaphiphat) réalisa l’aspect trop péjoratif de l’expression laeng sueam som et, en 1981, décida de lui substituer une nouvelle expression, « chumchon ae-at », que l’on peut traduire par « communauté entassée, trop dense, surpeuplée ». Il s’agit en fait de la traduction de l’anglais « (over)crowded communities ». Les 27-29 juillet 1981, un séminaire était organisé par l’Office du logement à l’hôtel Asia de Bangkok (rue Phaya Thai, tout près du grand slum de Kingphet, plutôt connu aujourd’hui sous le nom de Ban Khrua) ; il avait pour titre « Kansamana kanprapprung chumchon ae-at » (séminaire sur l’amélioration des « communautés densifiées »). Dans son introduction, M.Damrong expliquait que jusqu’ici c’était l’expression de laeng sueam som qui était utilisée et que c’était encore la seule reconnue par les textes de loi, mais que l’Office trouvait préférable l’expression de chumchon ae-at empruntée au Conseil national des femmes de Thaïlande (Sapha sattri haeng chat) (Lathaphiphat 2524 : 5).

  • 5 Comme la quasi-totalité des candidats de son parti pour Bangkok, M. Damrong Lathaphiphat avait été (...)

8Le choix était judicieux car l’expression ae-at était peu connue et à peine fixée (la forme inversée at-ae est donnée dans certains dictionnaires). Sans doute évoque-t-elle un lieu « où l’on étouffe », « où l’on manque d’air » mais at peut également faire penser à quelque chose de plus agréable comme les nam at-lom, les boissons gazeuses si populaires. Ancien secrétaire général du parti Prachathipat (démocrate), M.Damrong Lathaphiphat songeait certainement à ménager pour son parti et lui-même une clientèle parmi les habitants des slums, lesquels avaient préféré voter pour les candidats du parti Prachakon Thai lors des élections législatives du 22avril 19795.

  • 6 Le cas de la recherche (publiée en 1990) du professeur Rattana Siriphanit, du département de psycho (...)

9C’est, semble-t-il, au cours de l’année 1980 que l’expression chumchon ae-at fit son apparition dans les publications de l’Office national du logement. Dans le numéro de juillet-septembre 1980 de Ban khong rao (notre maison), publié par le Bureau pour la réhabilitation des slums de l’Office du logement, le mot chumchon seul était employé. La seule utilisation de laeng sueam som qui était faite se trouvait dans le nom du bureau en question : « samnak-ngan prapprung laeng sueam som ». À la fin de la même année, l’expression chumchon ae-at était en usage puisqu’on la trouve, par exemple, en titre d’un article dans le numéro d’octobre-décembre 1980 du magazine Ban mai (nouvelle maison) de l’Office du logement (anonyme 2523 : 8) : « chumchon ae-at Ban Khrua ». Cependant, ce ne fut que lors du conseil des ministres du 27 avril 1982 que l’expression fut officiellement acceptée. Le petit article de l’hebdomadaire Sayam mai (anonyme 2525b : 13) qui rapporte l’événement dit précisément : « le gouvernement approuve que l’Office du logement ait remplacé le mot laeng sueam som par chumchon ae-at car cela réduira le complexe d’infériorité des habitants des slums ». Il faut toutefois noter que les dictionnaires parus depuis 1981 semblent méfiants, comme s’ils s’attendaient à de nouveaux changements dans ce domaine : on trouve chumchon puis ae-at mais pas l’expression qui les réunit. Même le dictionnaire de sociologie de l’Académie royale, dont la première édition datait de 1981, a « oublié » de changer d’expression dans son édition de 1989. Et, comme il s’agit-là d’un ouvrage de référence, cela explique sans doute que les mémoires de certains étudiants utilisent encore l’expression laeng sueam som6. L’Académie royale, dont forger les mots nouveaux est une des attributions, n’a peut-être pas vu d’un très bon œil cette création de chumchon ae-at par l’Office du logement.

10Le mot anglais slum, prononcé salam à la thaïe, est, en revanche, présent dans certains dictionnaires (thaïs, ou bilingues thaïs-anglais). Il est généralement défini comme un « lieu habité par des pauvres et très densément peuplé » (Manitcharoen 2519 : 939 ; Iamworamate 2532 : 1025). Les populations qui habitent ces lieux acceptent généralement le nom de « chao salam » ou de « khon salam » (les habitants des slums, les gens des slums). Sans doute faut-il souligner que pour la majorité des Thaïlandais un mot d’origine européenne est souvent considéré comme prestigieux et mélioratif. Aussi le mot salam ne portait-il au départ aucune des connotations négatives que peut avoir pour nous le mot slum et plus encore le mot « bidonville ». Comme l’usage de salam est déjà ancien (probablement presque un demi-siècle) il a fini par acquérir quelque connotation négative tout en étant considéré par les habitants comme bien préférable à laeng sueam som.

11En fait, le mot salam a été thaïsé, tellement que beaucoup d’utilisateurs en ignorent sans doute l’origine étrangère. En 1968, dans le premier numéro de la revue de l’Association des architectes siamois, le colonel luang Burakamkowit proposait d’écrire slum en thaï différemment. Au lieu d’utiliser à l’initiale la consonne haute so suea, ce qui a pour effet de créer un mot bi-syllabique avec un ton bas sur sa et un ton montant sur lam, l’auteur proposait d’utiliser la consonne basse so so qui ne dédoublait pas la syllabe (Burakamkowit 1968 : 43). Ajoutons qu’avec une consonne basse à l’initiale, le ton devient neutre (ou recto) et qu’un so so (assez peu utilisé en thaï) signale souvent un mot étranger. Si salam avec un so suea en initiale peut passer pour un mot thaï, ce n’était plus le cas pour slam avec so so. Mais cette proposition n’a jamais été retenue. Peut-être arrivait-elle trop tard.

12Et, paradoxalement peut-être, le mot d’origine étrangère est beaucoup plus populaire que le (ou les) mot thaï. On le retrouve dans les titres de nouvelles et de romans : luk salam (l’enfant du slum) de « Burapha » (pseud.), salam thi rak (cher slum), salam phitsawat (slum de l’amour), lueat salam (le sang du slum), etc. de Narong Chanruang. On le trouve bien sûr dans les bandes dessinées : sao salam (les filles du slum), sao chai chak salam (servante originaire du slum), Dr salam kap ai Dong (Dong et le docteur du slum), etc. C’est lui qui apparaît dans les titres de films : khru salam (l’enseignante du slum), thepthida salam (l’ange du slum).

13Sans doute toujours en raison de cette fascination des mots européens, les universitaires thaïlandais continuent à faire eux-mêmes un usage immodéré du mot salam. De nombreuses études très sérieuses comportent même le mot salam dans leurs titres : ainsi l’ouvrage de M.R. Akin Rabibhadana et al. Salam : panha lae naewthang kaekhai (slum : problèmes et solutions) ou celui de M. Somphong Phatpui, saphap sitthi khong salam (l’état des droits dans les slums), publiés respectivement en 1982 et en 1984 par l’université Thammasat.

  • 7 Ainsi les rapports annuels de la faculté de la Santé publique de Mahidol s’intitulent khrongkan pha (...)

14Certains auteurs – comme les chercheurs de la faculté de Santé Publique de l’université Mahidol, qui interviennent beaucoup dans les slums – utilisent toutefois encore le mot chumchon seul. S’agit-il d’une abréviation de chumchon ae-at ou d’un regain de popularité de la forme laeng chumchon, très répandue vers 1960 ? Il faut peut-être y voir l’influence de la politique de kanphatthana chumchon (développement communautaire), qui, à Bangkok, ne concerne guère que les slums7. Et alors que le mot « communauté » n’a pas en français de connotations très négatives, le mot thaï chumchon est devenu à peu près synonyme de salam (Iamworamate 2532 : 284). De fait, lorsque l’on parle du slum de King Phet ou du slum du Soi Uthairat on se contente de dire en thaï chumchon Kingphet et chumchon soi Uthairat.

15L’expression chumchon ae-at garde un caractère très officiel. C’est surtout quelques administrations – au premier rang desquelles l’Office national du logement – qui en font usage. Ainsi, tout naturellement, M.Chanya Phitthayaprichanon, employé à l’Office national du logement dans la section en charge de l’amélioration des slums, signait en mars1993 un petit livre d’une quarantaine de pages intitulé Panha chumchon ae-at (le problème des slums) (Phitthayaprichanon 2536).

16Cependant, la presse de langue thaïe, surtout la presse populaire qui a besoin de mots courts pour ses gros titres, n’utilise guère que le mot salam. Pourtant, un premier livre, publié en 1990 par un chercheur indépendant, Mme Sirilak Kaekhongyot de l’école du Wat Ratchabophit, comprend le mot chumchon ae-at dans son titre. Malheureusement, le sous-titre (qui a été imprimé en caractères deux fois plus gros que le titre) est pour le moins regrettable : Takon Bangkok ou « la lie de Bangkok » (Kaekhongyot 2533).

17M. Sopon Pornchokchai, qui est devenu en Thaïlande un des spécialistes des slums, a trouvé une solution. Il a intitulé son ouvrage simplement 1020, à savoir le nombre des slums de Bangkok en 1985. Comme si tous les termes se révélaient inadéquats et que de toute façon la photo de couverture (une maison en ruine et un tas d’ordure le long d’un canal) suffisait à donner le sujet du livre (Pornchokchai 2528).

  • 8 Le slum en question (aujourd’hui disparu) était connu sous le nom de « muban wat Yuan Saphan Khao » (...)

18Mais le grand expert en matière d’étude de slums reste sans conteste M.R. Akin Rabibhadana qui a soutenu une thèse d’anthropologie à l’université Cornell, en 1975, avec un travail sur l’organisation sociale dans un slum de Bangkok (Rabibhadana 1975). Un résumé bilingue thaï-anglais fut publié par l’université Thammasat de Bangkok sous le titre Chiwit lae chutchop khong salam krungthep haeng nueng/Rise and fall of a Bangkok slum (Rabibhadana 2522)8. En 1982, Akin et quatre autres auteurs publièrent, toujours à l’université Thammasat, un ouvrage intitulé Salam. Panha lae naewthang kaekhai (Slums. Problèmes et pistes pour une solution). Mais si le mot salam avait été retenu pour le titre, en page 4, dans les informations destinées aux documentalistes, c’est l’expression laeng sueam som qui figurait (Rabibhadana 2525 : 4). Assez étrangement, en 1993, dans un article faisant le bilan de ses travaux sur les slums, inclus dans un ouvrage publié à l’occasion de son soixantième anniversaire, Paritta Chaloemphao Ko-anantakun choisissait d’employer le mot salam (Chaloemphao Ko-anantakun 2536). Aujourd’hui, Akin a pris sa retraite, mais, après celle-ci, en 1999, il a publié un nouvel ouvrage collectif sur les slums, intitulé cette fois Chumchon ae-at : ongkhwamru kap khwam pen ching (slums : éléments de connaissance et mises au point) (Rabibhadana 2542). Et cette fois, le mot du titre, chumchon ae-at, se retrouve bien en mot-clé.

De chumchon ae-at à chumchon

  • 9 Depuis octobre1962, le ministère de l’Intérieur thaïlandais – vraisemblablement sous l’influence am (...)

19Le mot chumchon ne date en réalité que du début des années 19609. Par communauté, il faut entendre, nous disait-on en 1983, « un groupe de personnes résidant sur un même territoire ayant des intérêts communs, et étant en situation d’interaction et d’interrelation » (Hiranto 2526 : 47-48). Pour la plupart des universitaires thaïlandais concernés – généralement des citadins, souvent d’origine chinoise – il s’agit d’une vision idéalisée du village, un retour aux racines (Phongphit 1986) et, de fait, à cette « communauté primitive » largement imaginaire qui aurait précédé l’époque féodale (Nartsupha 2527 : 19-51).

  • 10 Les quatre autres sont classés dans une école baptisée « démocratie-libéralisme » (prachathipatai s (...)

20La notion de « culture communautaire » (watthanatham chumchon) visant à donner l’initiative à la population plutôt qu’à l’administration a, elle, été développée à partir de la fin des années 1970, en partie sous l’influence d’un enseignement catholique, mais également d’un supposé anarchisme préféodal (Nartsupha 1991 : 126-36). Dans un article sur le sujet, l’économiste et sociologue japonais Atsushi Kitahara y voit une alternative post-moderniste et populiste à la modernité capitaliste (Kitahara 1996). Dans un exercice réalisé en 1999, l’économiste de l’université Chulalongkorn, Kanoksak Kaewthep, range dix des quatorze « penseurs » étudiés (sans doute les plus connus et les plus influents du moment) dans cette école de la « culture communautaire » (Kaewthep 2542 : 78-83)10.

  • 11 Le roi de Thaïlande a répondu aux critiques des économistes dans son discours du 23 décembre 1999, (...)

21Les notions plus récentes de « démocratie communautaire » (chumchanathipatai) et de « communautarisme » (chumchonniyom) ne sont que le développement de cette culture communautaire en une véritable idéologie, une sorte de troisième voie proprement thaïe face au capitalisme et au socialisme (Wongkun 2542 ; Wongkun n.d. : 5). Mentionnons l’idée de réduction des besoins, d’équilibre ou de relative autosuffisance économique (setthakit pho phiang) suggérée par le roi de Thaïlande lui-même, lors de son allocution du 4décembre 1997, après la crise économique qui débuta en juillet1997, et développée lors des allocutions des années suivantes. Lors de celle du 4décembre 1998, le souverain a proposé de traduire l’expression thaïe par sufficiency economy11. Le docteur Prawase Wasi, qui reçut le prix Magsaysay en 1981 et devint un grand intellectuel engagé et proche de la famille royale, développa cette notion, après avoir été un ardent défenseur du « communautarisme » (Wasi 2542 : 4).

22La constitution de 1997 – abolie en 2006 – avait donné une légitimité accrue aux revendications communautaires. Dans son article 46 (dans le chapitre 3 consacré aux droits et libertés des Thaïlandais) elle reconnaît aux « gens rassemblés en communautés locales anciennes le droit de protéger et de développer leurs coutumes, leurs savoirs traditionnels locaux, leurs arts et leurs cultures […] » (Thai 2540 : 19-20). À la suite de l’adoption de cette constitution, la notion de droit des communautés (sitthi chumchon) est devenue incontournable sur le terrain des luttes et dans le débat intellectuel (Phanitkul 2544 : 104-110).

23En 2002, a même fait son apparition un nouveau champ d’études, celui des « études sur les droits des communautés » ou, en langue thaïe, sitthi chumchon sueksa (anonyme 2545a : 1).

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Nils, 1971, The Industrial Urban Community : Historical and Comparative Perspectives, New York : Appleton-Century Crofts.

Anonyme, 2523 [1980] « Chumchon ae-at Ban Khrua », Ban mai, 5, 54 (octobre-décembre) : 8.

Anonyme, 2524 [1981], « Chue mai di khwa » (mieux vaut trouver un nouveau nom), Matichon raiwan, 21novembre : 3.

Anonyme, 2525a [1982], « Chak laeng sueam som thueng chumchon ae-at » (de lieu dégradé à communauté densifiée), Ban mai, 6, 62 (mars) : 7-10.

Anonyme, 2525b [1982], brève, sans titre Sayam mai, 1, 25 (8 mai) : 13.

Anonyme, 2528 [1985], Chumchon khet mueang (communautés urbaines), Faculté des études de santé publique, université Mahidol.

Anonyme, 2529-2530 [1986-1987], Khrongkan phatthana chumchon khet mueang (projet de développement des communautés urbaines), Faculté des études de santé publique, université Mahidol.

Anonyme, 2533-2534 [1990-1991], Khrongkan phatthana chumchon khet mueang (projet de développement des communautés urbaines), Faculté des études de santé publique, université Mahidol.

Anonyme, 2539a [1996], « K.th.m. reng kae panha khon chon mueang mung nen phatthana khunnaphap prachachon » (La municipalité de Bangkok veut résoudre le problème des citadins pauvres), Phang mueang, 8, 122 (16-29 février) : 5.

Anonyme, 2539b [1996], « Pha phaen 8 chat thaew asangharimmasap » (le huitième plan et les problèmes fonciers), Than setthakit, 16, 977 (6-8mars) : 40-41.

Anonyme, 2545 [2002], « Sitthi chumchon nai sangkhom thai » (les droits des communautés dans la société thaïlandaise), Mummongsit, 1, 1 (octobre-décembre) : 1-4.

BURAKAMKOWlT col. (luang), 2511 [1968] « Salam kiaokap satthaphanik phiangrai ? » (pourquoi les slums concernent les architectes), ASA. Warasan phuea satthapattayakam, 1 : 42-44.

CHALOEMPHAO KO-ANANTAKUN, Paritta, 2536 [1993] « Ngan sueksa salam khong m.r.w. Akhin Raphiphat » (les recherches de M.R. Akin Rabibhadana sur les slums) in Khon Thammada, Niddhi Eauwsriwongs (éd.), Khon Kaen, Sathaban wichai lae phatthana : université de Khon Kaen.

CHANRUANG, Narong, 2514 [1971], Nueng nai salam (un du slum), Bangkok : Praphansan.

CHANGRIAN, Phaibun, 2516 [1973], Kanpokkhrong mahanakhon (le gouvernement des grandes villes), Bangkok : Thai Watana Panich.

CHULASAI, Bundit, Siriwan SILAPACHARANAN, Jittisak THAMMAPORNPILAS & Eric BOGDAN, 2003, Lexique franco-thaïlandais de termes d’architecture et d’urbanisme (bilingue français-thaï), Bangkok : Faculté d’architecture, université Chulalongkorn/Ambassade de France.

COLIN, Armand, s.d. [vers 1905], Dictionnaire encyclopédique, Paris.

DAUZAT, Albert, Jean DUBOIS & Henri MITTERAND, 1964, Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Paris : Larousse.

HAYES, John, 1959, London, from the Earliest Times to the Present Day, Londres : A & C Black Limited.

HIRANTO, Uthai, 2526 [1983], Saranukrom sap sangkhomwitthaya-manutsayawitthaya (Lexique de sociologie et d’anthropologie), Bangkok : Odian Sato.

IAMWORAMATE, Tianchai, 2532 (1989), Photchananukrom thai angkrit (chabap mai) (dictionnaire thaï-anglais), Bangkok : Ruamsan.

KAEWKhonGYOT, Sirilak, 2533 (1990), Chumchon ae-at takon bangkok (slums : la lie de Bangkok), Bangkok : Sinlapa Bannakhan.

KAEWTHEP, Kanoksak, 2542 [1999], « Naewkhit lae khwamfaifan khong 14 nakhkit avuso thai » (idées et espérances de 14 penseurs thaïlandais majeurs) in Wiphak thunniyom thai. Thatsana chak krasae lut, Kanoksak Kaewthep (éd.), Bangkok : Edisan Phret Prodak, p.71-103.

KITAHARA, Atsushi, 1996, « Reconsidering the discourse on watthanatham chumchon (community culture) in Thai rural development movements » in The Thai Rural Community Reconsidered, Atsushi Kitahara Bangkok (éd.), The Political Economy Centre, Faculty of Economics, Chulalongkorn University, p.65-101.

KUMRAGSE, Kanchit, 1969, « Boom time in Bangkok », Bangkok World Annual Review : 68-73.

LATTHAPHIPHAT, Damrong, 2524 [1981], Introduction au Samana kanprapprung chumchon ae-at, Hôtel Asia, 27-29 juillet 1981, Bangkok : Kan kheha haeng chat, p.3-5.

LlTCHFIELD, WHITING, BROWNE AND ASSOCIATES, 2503 [1960], Greater Bangkok Plan 2533, Bangkok, Thira Panich.

MANlTCHAROEN, Manit, 2519 [1976], Photchananukrom thai sombun tansamaithisut (dictionnaire thaï le plus complet et le plus moderne).

NARTSUPHA, Chatthip, 2527 [1984], Setthakit muban thai nai adit (l’économie villageoise des Thaïs dans le passé), Nonthaburi : Sangsan.

NARTSUPHA, Chatthip, 1991, « The community culture school of thought », in Thai constructions of knowledge, Manas Chitakasem & Andrew Turton (éds), Londres : School of Oriental and African Studies (SOAS), university of London, p. 118-141.

NlMMANHEMIND, An, 2510 [1967], « Kanprapprung laeng sueam som » (la suppression des slums), warasan setthasat, 2, 1 : 45-72.

PANYASING, Somnuk, 2527 [1984], « Khwamru kiaokap kanphatthana chumchon » (À propos du développement communautaire), Manutsayasat-sangkhomasat (université de Khon Kaen), 3, 2 (août) : 45-54.

PAQUOT, Thierry, 2006, « Bidonville » in Dictionnaire : La ville et l’urbain, Denise Pumain, Thierry Paquot & Richard Kleinschmager (éds), Paris : Economica-Anthropos, p. 32-33.

PHANITKUN, Phaisit, 2544 [2001], « Sitthi chumchon. Panha lae phatthana thang khamkhit » (Droit des communautés. Problème et développement de l’idée), Sangkhomasat (université de Chiang Mai), 13, 1 : 87-110.

« Phatthana », 2508 [1965], « Salam “laeng sueam som” sanyalak khong banmueang ik yang nueng » (les slums, un autre symbole de la capitale), phimthai, numéro spécial (27octobre) : 3-4, 25.

PHITTHAYAPRICHANON, Chanya, 2536 [1993], Panha Chumchon ae-at (le problème des slums), Bangkok : Sapha sangkhom songkhro haeng prathet thai.

PHONGPHIT, Seri (éd.), 1986, Back to the Roots. Village and Self-Reliance in a Thai Context, Bangkok : Rural Development Documentation Centre and Village Institution Promotion, Culture and Development Series 1.

PORNCHOKCHAI, Sopon, 2528 [1985], 1020 (1020 [slums]), Bangkok, Sun Asasamak Yipun nai Prathet Thai.

RABIBHADANA, Akin M.R, 1975, « Bangkok Slum : Aspects of Social Organization », thèse de doctorat, Cornell University.

RABIBHADANA, Akin M.R, 2522 [1979], Chiwit lae chutchop khong salam krungthep haeng nueng/Rise and fall of a Bangkok slum, Bangkok : université Thammasat, Sathaban Thai Khadi Suksa, Paper n°6.

RABIBHADANA, Akin M.R (éd.), 2542 [1999], Chumchon ae-at ongkhwamru kap khwampen ching (slums : connaissance et vérité), Bangkok : Samnakngan kongthun sanapsanun kanwichai.

RABIBHADANA, Akin M.R et al., 2525 [1982], Salam : panha lae naewthang kaekhai (slums : problèmes et directions pour une solution), Bangkok : université Thammasat.

SlRlPHANIT, Rattana, 2533 [1990], Khwamsamphan rawang saphapkanliangdu lae khwamphromthangkanrian khong dekwairaek khao rian nai laeng sueam som (relations entre la préparation à l’éducation primaire et la manière d’élever les enfants des slums), Bangkok, recherche n°32, Institut pour les Études Thaïes, université Thammasat.

Thai, Krasuang mahatthai (ministère de l’Intérieur) lae thetsaban nakhon krungthep (municipalité de Bangkok), 2505 [1962], Kanprapprung laeng chumchon boriwen na krom thangluang phaendin (suppression du slum situé devant le département des routes nationales), Bangkok.

Thai, Rachabandit sathan (Académie royale), 2525 [1982], Photchananukrom chabap
rachabandit sathan ph.s., 2525 (dictionnaire de l’année 1982), Bangkok.

Thai, Samnak-ngan lekhathikan sapha phuthaen ratsadon, 2540 [1997], Ratthathammanun haeng ratcha-anachak thai phutthasakkarat 2540 (constitution du royaume de Thaïlande de 1997), Bangkok.

WASI, Prawase, 2542 [1999], Setthakit pho phiang lae prachasangkhom. Naewthang phlikfun setthakit sangkhom (L’économie équilibrée et la société civile), Bangkok, Mo Chaoban.

WIRAPHALIN, Chalitphakon & Chamnancha CHAlCHONIT, 2521 [1979], « Laeng sueam som nai khet krungthep mahanakhon » (les slums de Bangkok), Warasan krungthep mahanakhon, 6, 65 (mai) : 1-16.

WONGKUN, Phitthaya, 2542 [1999], Sang sangkhom mai : chumchanathipatai thammathipatai (Construction d’une société nouvelle : démocratie communautaire, démocratie morale), Bangkok, Withithat.

WONGKUN, Phitthaya,n.d., Chumchanathipatai : prachathipatai thangrot lae kanphatthana yanyuen (démocratie communautaire : démocratie sauvegardée et développement durable) www.thaitopic.com/mag/pol/chumchana.htm.

Haut de page

Notes

1 Le mot français « bidonville » est très récent puisque il serait apparu par écrit pour la première fois dans l’article « Du Maroc » de R. Gauthier publié dans Le Monde du 9 septembre 1953 (p. 4, col. 2). Il aurait été créé pour désigner les abris précaires édifiés par les paysans marocains venus cherchés du travail et des moyens d’existence à Casablanca au moment du grand essor de l’économie coloniale au Maroc. Certains ont cru pouvoir donner des traductions anglaises exactes avec « fin can cities » (Impact 1986 : 28) ou « tin-can makeshift quarters », mais ceux-ci n’ont jamais été réellement utilisés par les anglophones. Il est intéressant de noter l’origine extra-européenne de « bidonville ». Mais le mot trouva tout de suite un champ d’application dans la France du boom industriel et des « sans logis » de l’après-guerre. En 1965, le Dictionnaire Encyclopédique Quillet donnait une définition devenue à peu près standard : « ensemble d’habitations précaires, construites à l’aide de matériaux hétéroclites (particulièrement de vieux bidons), qu’on trouve en bordure de certaines villes ouvrières ».

2 Le mot slum, lui, a d’abord désigné les taudis habités par les ouvriers des quartiers populaires de Londres. Le Pocket Oxford Dictionary of Current English (1969 : 795) nous dit qu’il s’agit d’un « district urbain, sale, surpeuplé et pauvre » (dirty crowded poor district in a town). Un document des Nations unies a défini un slum comme « un bâtiment, un groupe de bâtiments ou une zone caractérisés par la surpopulation, le délabrement, des conditions non hygiéniques ou l’absence de facilités qui, en raison de ces conditions, mettent en danger la santé, la sécurité et la morale de ses habitants ou de la communauté ». L’auteur qui cite cette définition ne peut s’empêcher d’ajouter que cela aurait pu s’appliquer à la plupart des villes infra muros qu’habitaient les Européens dans le passé (Anderson 1971 : 169). De fait, un ouvrage sur l’histoire de Londres parle de slums dès l’époque des Tudors au début du xviisiècle (Hayes 1959 : 39). Au xixsiècle, le slum était l’habitat ouvrier typique. Ainsi les employés des docks et des chantiers navals du Londres victorien logeaient dans les slums de Stepney, Poplar et Bermondsey. Maisons en ruines, chambres surpeuplées, tas de détritus, odeurs nauséabondes, nappes stagnantes d’eaux usagées : prenant plaisir à venir voir ce spectacle de la misère, la bourgeoisie anglaise est à l’origine de l’expression « to go slumming » (aller visiter les slums par curiosité).

3 Le mot français « taudis » (qui vient peut-être de l’ancien normand « tjald » : tente) désignait au Moyen Âge « l’abri des travailleurs qui faisaient les travaux d’approche d’un siège ». Au xixsiècle (chez Balzac par exemple), il prit le sens que nous lui connaissons aujourd’hui d’un « logement misérable, insalubre ou mal tenu ». Signalons tout de même qu’en 1964, dans leur définition du mot « bidonville », Albert Dauzat, Jean Dubois et Henri Mitterand utilisaient le mot « taudis » : « quartier fait de maisons construites avec des matériaux divers et formant des taudis dans la périphérie des centres urbains » (Dauzat, Dubois & Mitterand 1964 : 86). Notons un passage du logement au quartier. Taudis, que l’on donne comme équivalent de bouge, galetas et réduit dans un dictionnaire des synonymes publié en 1925, renvoie d’ailleurs autant à un logement étroit que sale et misérable (De Noter, Lécuyer & Vuillermoz 1925 : 382). De même le terme « galetas », avant de désigner un logement délabré et misérable, était réservé aux petites chambres situées sous le toit d’une maison (Colin s.d. : 412).

4 Ainsi Dr Phaibun Changrian, dans son livre sur le « gouvernement des grandes villes » utilise dans les deux cas kan prapprung laeng chumchon, mais pour différencier « réhabilitation » de « suppression » (il ajoute dans chaque cas les mot anglais rehabilitation ou clearance entre parenthèses) il est obligé d’ajouter dans un premier cas « doi kan burana lae fuenfu » et dans le second « doi kan ruethon thamlai », expression redondante signifiant « démantèlement-destruction » (Changrian 2516 : 109).

5 Comme la quasi-totalité des candidats de son parti pour Bangkok, M. Damrong Lathaphiphat avait été battu à ces élections. Le 10octobre 1980, il fut nommé au poste de gouverneur de l’Office national du logement, qui revenait alors au parti Prachathipat. Il démissionna pour se présenter aux élections législatives du 18 avril 1983 (dans la cinquième circonscription de Bangkok, où les slums étaient nombreux). Il fit le second meilleur score de Bangkok devançant un candidat du parti Prachakon Thai de plus de cinq mille voix.

6 Le cas de la recherche (publiée en 1990) du professeur Rattana Siriphanit, du département de psychologie de l’université Thammasat, semble plus complexe. Pour des raisons non précisées, elle choisit d’utiliser laeng sueam som alors qu’elle paraît accepter le caractère officiel de chumchon ae-at. Peut-être est-elle simplement influencée par la majorité de ses sources (Siriphanit 2533 : 8-10).

7 Ainsi les rapports annuels de la faculté de la Santé publique de Mahidol s’intitulent khrongkan phatthana chumchon khet mueang (projet de développement des « communautés » urbaines) ou simplement chumchon khet mueang (communautés urbaines), respectivement pour les années 1986-1987 et 1985-1986. Il est de même intéressant de remarquer que l’ouvrage de M. Sanya Sanyawiwat Kanphatthana chumchon (publié en 1983 par l’université Chulalongkorn) présente en couverture une vue du slum de Ban Khrua.

8 Le slum en question (aujourd’hui disparu) était connu sous le nom de « muban wat Yuan Saphan Khao » (village de la pagode vietnamienne près du Pont Blanc) et se trouvait le long du canal Phadung Krung Kasem, à proximité de la rue Lan Luang qui conduit à l’avenue Rachadamnoen. L’auteur distinguait nettement deux communautés, celle du wat Yuan proprement dite et celle du trok Tai. C’est sous le règne du roi Rama V (1868-1910) que le village fut habité par des Vietnamiens bouddhistes, anciens prisonniers de guerre, rattachés à un régiment d’artilleurs. Lorsqu’il fit son terrain, en 1968-1970, Akin ne retrouva qu’une seule famille d’origine vietnamienne.

9 Depuis octobre1962, le ministère de l’Intérieur thaïlandais – vraisemblablement sous l’influence américaine – compte un « département du Développement communautaire » (krom phatthana chumchon) qui devait apporter sa contribution à la lutte anticommuniste dans les campagnes. Cette branche des sciences sociales appliquées était supposée former dans les villages des agents qui assureraient les changements tenus pour nécessaires dans les domaines économique, social, culturel, politique et administratif (Panyasing 2527 : 53). Avant 1962, il existait déjà un bureau du développement communautaire mais l’expression était traduite par phatthanakan thongthin, ce dernier mot – beaucoup plus ancien – étant aujourd’hui traduit par « local ». En 1959, une revue mensuelle publiée par ce bureau avait même pour nom Phatthanakan thongthin.

10 Les quatre autres sont classés dans une école baptisée « démocratie-libéralisme » (prachathipatai seriniyom).

11 Le roi de Thaïlande a répondu aux critiques des économistes dans son discours du 23 décembre 1999, discours qu’il a lui-même traduit en anglais par la suite (The Nation, 9 janvier 2002 : 5A).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sunida Vongrattanatoh, « Comment les Thaïs traduisent l’idée de slum, taudis et bidonville », Moussons, 18 | 2011, 139-148.

Référence électronique

Sunida Vongrattanatoh, « Comment les Thaïs traduisent l’idée de slum, taudis et bidonville », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/753 ; DOI : 10.4000/moussons.753

Haut de page

Auteur

Sunida Vongrattanatoh

Après des études en archéologie à l’université Silpakorn de Bangkok, en histoire à l’université Paul-Valéry de Montpellier, et en sociologie à l’université Paris 5, où elle a obtenu un doctorat, S. Vongrattanatoh est devenue enseignante dans une grande université de Bangkok. Elle tient à remercier les responsables de ce numéro de Moussons pour la mise en bon français de cette note de recherche.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page