Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Reading Bangkok, Ross King

Singapour: NUS Press, 2011, 272 p., glossaire, bibliographie, index, plans, photographies
Jean Baffie
p. 162-166
Référence(s) :

Ross King, Reading Bangkok, Singapour: NUS Press, 2011, 272 p., glossaire, bibliographie, index, plans, photographies

Texte intégral

1Cet ouvrage est un essai de compréhension globale de la capitale thaïlandaise. À ce titre, il doit être salué car il a peu d’équivalent. L’ouvrage que l’anthropologue australien Marc Askew a publié en 2002 sur Bangkok – probablement le plus abouti sur cette ville – était, lui, davantage une réunion de monographies (Askew 2002, Baffie 2007).

2Néanmoins, il faut bien avouer que ce livre déçoit alors qu’il est loin d’être franchement raté et apporte même des idées intéressantes. Mais comment ne pas trop attendre d’un tel ouvrage. Quelle prétention aussi de prétendre « lire Bangkok » lorsque l’on est à l’évidence incapable de « lire le thaï ». Car si Ross King inclut quelques références de textes de langue thaïe dans sa bibliographie et qu’il propose un glossaire de termes vernaculaires, il est sans cesse évident qu’il est lui-même incapable de lire un texte en thaï.

3Le glossaire contient d’ailleurs de nombreuses erreurs. Pourquoi donner baan et ban ; mu’ang, et muang dans l’index, alors que la forme exacte est mueang depuis quelques années ; Somdet Chaophraya n’est pas équivalent à un titre royal, c’est le titre le plus élevé pour les nobles ; chumchon n’est pas seulement une « communauté traditionnelle » ; farang désigne essentiellement un Européen ; khwan charoen n’a pas le sens de « civilisé », tandis que khwam charoen a celui de prospérité, khwam formant des substantifs ; Islamic mosque est un pléonasme, et la transcription correcte pour mosquée est matsayit ; on ne sépare guère phra phum chao thi qui est une maison des esprits ; un tambon est un sous-district pas un district ; il faut transcrire thi chatsan (p. 210-212).

4La bibliographie et l’index contiennent également pas mal d’erreurs, parfois de simples fautes d’inattention. Pour ce dernier, on trouve Chakrabingse ou Chakrabongse, Chuvalit pour Chavalit, San Saeb pour Saen Saep, tomnal Keiw pour tamnak khiao, leuk krung pour luk khrueng, SOJOURN au lieu de Sojourn, Tachapaiboon family et Tejapaibul family, alors qu’il s’agit évidemment de la même famille. Ces erreurs (et bien d’autres) se retrouvent bien évidemment dans le texte, et ce qui est acceptable pour un ouvrage de vulgarisation l’est beaucoup moins dans un travail universitaire. King aurait gagné à faire relire son manuscrit par un de ses étudiants thaïs ou un de ses collègues qui connaît la langue thaïe. Mais je devine que Marc Askew, de la même université australienne, n’était pas disponible.

5Ross King est, de fait, un éminent professeur de la faculty of Architecture Building and Planning à l’université de Melbourne. Il en fut même le doyen entre 1995 et 2002. Il nous explique qu’il a « visité » Bangkok plus de 50 fois et qu’il a commencé il y a environ 40 ans (xvii). Plus loin, il évoque des sources « éclectiques », basées sur un « terrain extensif dans la région de Bangkok sur une période d’une quinzaine d’années » (xxxi). Mais, il est clair que cet ouvrage n’aurait jamais été écrit sans la direction de 18 doctorants thaïlandais « durant la dernière décennie » (xxxi). Plusieurs de ces doctorants sont mentionnés au cours de l’ouvrage, mais celle qui a sans doute été le plus utile est Melle Cuttaleeya Noparatnaporn, enseignante de l’université de Kasetsat, qui a soutenu en 2005 une thèse à l’université de Melbourne intitulée « Reading the Present Day Bangkok : Changing Attitudes to and Meanings of Place » (Noparatnaporn 2005).

6En octobre 2002, King a réuni une partie de ces étudiants pour une conférence tenue à l’université de Kasetsat. L’ouvrage publié l’année suivante est sans doute la référence la plus citée dans la bibliographie : articles de Cuttaleeya Noparatnaraporn, Davisi Boontharm, Kasama Bootsita, R. J. King, Sidh Sintusingha, Terdsak Tachakitkachorn, Ussanee Petsawang, Wandee Pinijvarasin (King, Panin, Parin 2003).

7L’ouvrage comprend cinq chapitres et un épilogue. Le découpage est intéressant et prometteur. Le chapitre premier est intitulé : « paysages d’illusion et premier niveau de colonisation » et il est plus spécialement question de Thonburi, « Rattanakosin » et Ratchadamnoen. La première phrase surprend. King nous explique que Bangkok « est, du moins pour un œil occidental, une ville de chaos, un paysage de collisions incohérentes et de revêtements brouillés » (p. 1). L’important n’est-il pas en effet que l’habitant, lui, s’y repère. King veut commencer par évoquer l’histoire de Thonburi et du Bangkok des premiers temps, mais les sources sont bien maigres et King se contente, pour l’essentiel, de sources de seconde main comme Wood et Chula Chakrabongse. Dans ce chapitre King prend le parti de dire le plus souvent Rattanakosin à la place de Bangkok. Il semble ignorer de Rattanakosin n’est qu’une expression incluse dans le nom complet de Bangkok, « Krungthep mahanakhon amon rattanakosin… » mais que ce n’est qu’avec le bicentenaire de la promotion de Bangkok comme capitale, en 1982, que le nom a été popularisé dans ce sens.

8Le chapitre deux a pour titre « paysages de l’âge moderne et second niveau de colonisation » et étudie les rues Charoen Krung, Silom, etc. et à nouveau Ratchadamnoen. Il s’agit surtout du Bangkok des Chinois et des Indiens sous les règnes de Rama IV (1851-1868), Rama V (1868-1910) et Rama VI (1910-1925). Il donne ainsi quelques pages bien informées sur la famille Chearavanont, du groupe Charoen Phokphand, considérée alors comme la plus riche de Thaïlande. Un autre développement intéressant – repris, semble-t-il, de la thèse de Cuttaleeya Noparatnaporn – concerne trois communautés situées le long de khlong (canaux) (p. 71-79).

9Le troisième chapitre « paysages libidinaux et troisième niveau de la colonisation » développe le cas de la rue Sukhumvit. Il s’agit de la consommation et des centres commerciaux, mais également du tourisme et des industries du sexe. Certes, outre Sukhumvit, King ne peut manquer d’évoquer les ruelles de Patpong, situées dans un autre quartier de Bangkok, mais il se cantonne ainsi au tourisme sexuel sans parler des quartiers traditionnels ou modernes de prostitution pour Thaïlandais (Yaowarat, soi Phayanak, Wisut Kasat, Sutthisan, etc.). Ce chapitre – et d’autres – doit beaucoup à la thèse que M.R. Pumin Varavarn a soutenu en 2007 à l’université Silpakorn de Bangkok. M.R. Pumin signale qu’il a suivi les ateliers de Ross King et ce dernier l’a sans doute pour une part influencé. Cette intéressante thèse étant disponible en ligne, le lecteur intéressé pourra aisément s’y référer.

10Le chapitre quatre sur les « paysages de ruine et le quatrième niveau de colonisation » traite de la rue Ratchadaphisek et du slum de Khlong Toei. Les ruines sont celles des nombreux projets immobiliers restés inachevés après la crise économique de 1997. Mais le chapitre revient sur la prostitution et pas seulement sur celle des grands établissements de « distraction » de la rue Ratchadaphisek. La branche méridionale de la rue, Ratchadaphisek se termine à proximité de Khlong Toei, le plus grand slum de Bangkok. Alors que les recherches publiées sur Khlong Toei sont nombreuses depuis plus de trois décennies, King utilise principalement des sources trouvées sur des sites Internet.

11Le cinquième et dernier chapitre est un peu différent puisqu’il a pour titre « paysages de la pensée (mind) » et concerne plus directement les universités. Assez étrangement pour quelqu’un ayant une connaissance sommaire de la langue thaïe et des travaux publiés dans cette langue, il s’agit d’abord explorer « la manière thaïe de produire et de comprendre la connaissance » (p. 168). Mais King exagère l’importance de la langue anglaise, « la langue de la Siam Society et de la presse de qualité (Bangkok Post, Nation) ». S’il est surpris de voir autant de livres en anglais sur la Thaïlande dans les librairies, c’est qu’il fréquente essentiellement les librairies pour expatriés et touristes. Dans les librairies pour Thaïlandais, les ouvrages en langue anglaise sont rares voire absents ; c’est même le cas des librairies des universités de Thammasat et Ramkhamhaeng, par exemple.

12L’épilogue qui tient lieu de conclusion, et qui est intitulé « la ville démasquée », commence étrangement par une série de vignettes consacrées aux sculptures du Jardin du Mémorial de l’université Thammasat. Il s’agit d’un résumé de l’histoire de l’opposition populaire en Thaïlande, depuis la « révolution » de 1932 jusqu’aux massacres de mai 1992. En conclusion, King revient sur la triade qui résume l’idéologie officielle, la Nation, la Religion et la Monarchie (sans expliquer pourquoi, King place la religion après la monarchie). Il prévoit que cette idéologie perde de son efficacité avec la puissance nouvelle de l’Internet, du téléphone mobile et des réseaux informatiques (p. 208).

13L’impression négative tient plus à la manière de procéder de l’auteur qu’à ses propositions. Il est pour le moins maladroit de donner une référence précise à une source de langue thaïe, qu’il n’a à l’évidence jamais consultée lui-même, car elle n’a aucun lien avec le paragraphe en question. Ainsi page 19 avec la référence à Thonburi, un ouvrage publié sous la direction de Sudara Sutchaya (Sutchaya 2542). King s’est fixé un objectif beaucoup trop ambitieux eu égard à sa spécialité d’origine (la planification urbaine) et la fragilité de ses connaissances sur l’histoire et la culture thaïe partiellement due à sa méconnaissance du thaï. Derrière le discours savant du professeur, il se laisse donc trop souvent aller à la facilité, à savoir l’usage immodéré de l’Internet. A contrario, lorsque l’on est bien dans le domaine de l’auteur, la discipline de l’architecture thaïlandaise (deuxième partie du chapitre cinq et épilogue), le propos devient mieux informé et plus pertinent. Là encore, toutefois, une lecture assidue de ASA, la revue des architectes siamois, aurait été un plus.

14Un des intérêts de l’ouvrage du professeur King est certainement lié au fait que l’auteur a étudié d’autres villes asiatiques (Kuala Lumpur, Séoul) et que, même sans l’annoncer, il se livre à des comparaisons. C’est probablement par rapport à ces autres villes asiatiques – ou même par rapport à des villes australiennes ou nord-américaines – que l’auteur appelle Bangkok un « chaos difficile à lire pour les Occidentaux ». Malheureusement, une comparaison méthodique entre Bangkok, Kuala Lumpur et Séoul n’a pas lieu.

15King donne dans sa bibliographie un certain nombre de références de travaux de langue française (Bruguière, Coedès, Davisi Boontharm, Pensri Duke, Garnier, Nora, Renan) et d’auteurs français traduits en anglais (Choisy, Foucault, Gilquin, Halbwachs). Il semble donc établi qu’il a accès aux travaux de langue française. Il explique également qu’il a eu quelques relations avec l’école d’architecture de Bordeaux (p. 196) et il est certain qu’il connaît Davisi Boontharm, diplômé de Paris-Belleville et de l’Institut français d’Urbanisme, qui a participé à son colloque d’octobre 2002. Cependant, King estime que l’influence des intellectuels français a été quasi nulle (p. 168). Lui-même ne semble connaître ni Alain Durand-Lasserve, ni Michel Bruneau, tous deux pourtant de Bordeaux, ni Pierre Clément, ni Charles Goldblum, les directeurs de la thèse de Davisi Boontharm. Dans sa bibliographie, l’auteur le plus cité est son collègue australien Peter A. Jackson, avec pas moins de onze références. Il ne faudra pas oublier d’envoyer un exemplaire de ce numéro de Moussons à la bibliothèque de l’université de Melbourne.

Haut de page

Bibliographie

ASKEW, Marc, 2002, Bangkok. Place, Practice and Representation, Londres : Routledge, coll. « Asia’a Global Cities ».

BAFFIE, Jean, 2007, Compte rendu de Bangkok. Place, Practice and Representation de Marc Askew, Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 9-10 : 367-370.

KING, Roos J., O. PANIN & C. PARIN (éds), 2003, Modernity, Tradition, Culture, Water : Proceedings of an International Symposium, Bangkok 29-31 October 2002, Bangkok : Kasetsart University Press.

NOPARATNARAPORN, Cuttaleeya [คัทลียา นพรัตนราภรณ์ (จิรประเสริฐกุล)], 2005, « Reading the present day bangkok : Changing attitudes to and meanings of place », thèse de doctorat, université de Melbourne, 383 p.

NOPARATNARAPORN, Cuttaleeya & Ross J. KING, 2007, « Memory or nostalgia : The imaging of everyday Bangkok », Sojourn, Journal of Social Issues in Southeast Asia, 22, 1 : 57-82.

SUTCHAYA, Sudara (éd.), 2542 [1999], Thonburi, Bangkok : Sarakadee, coll. « Phuea khwamkhaochai nai phaendin » (pour la compréhension du pays).

VARAVARN, Pumin M.R., 2007, « Landscapes of consumption and hidden heritage : Case study of Sukhumvit road », thèse de doctorat, Bangkok, université Silpakorn, disponible en ligne: http://www.thapra.lib.su.ac.th/objects/thesis/fulltext/thapra/Pumin_Varavarn_Doctor/Fulltext.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Reading Bangkok, Ross King », Moussons, 18 | 2011, 162-166.

Référence électronique

Jean Baffie, « Reading Bangkok, Ross King », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/763

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche CNRS, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page