Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, formes, structures, projets, Sophie Clément-Charpentier, Pierre Clément, Charles Goldblum, Bouleuan Sisoulath & Christian Taillard (éds)

Paris : Éditions Recherches/Ipraus, coll. « Les Cahiers de l’Iprauss. Architecture, urbanistique, société », 2010, 480 p., figures, photographies
Jean Baffie
p. 168-170
Référence(s) :

Sophie Clément-Charpentier, Pierre Clément, Charles Goldblum, Bouleuan Sisoulath & Christian Taillard (éds), Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, formes, structures, projets, Paris : Éditions Recherches/Ipraus, coll. « Les Cahiers de l’Iprauss. Architecture, urbanistique, société », 2010, 480 p., figures, photographies

Texte intégral

1Vientiane. Architectures d’une capitale rassemble une somme impressionnante de données sur la capitale réputée être la moins développée ou la plus tranquille de cette région du monde. Il regroupe une trentaine de contributions par dix-huit chercheurs français et laotiens, architectes, urbanistes, géographes, et historiens. Ville d’environ 370 000 habitants en 2005, Vientiane a manifesté il y a peu cette « volonté de rattrapage […] du retard enregistré par rapport aux principales capitales de l’Asean » (Taillard, p. 473). Les décideurs – nationaux ou internationaux – qui liront cet ouvrage seront bien mieux armés pour éviter les embûches et les tentations qui n’ont pas épargné les capitales d’autres pays d’Asie du Sud-Est.

2Le sous-titre « Traces, Formes, Structures, Projets » annonce les quatre parties du livre. La première, sous la direction de Sophie Clément-Charpentier, traite de la genèse de la ville. Dans les deux contributions introductives, Michel Lorrillard, fin connaisseur de l’histoire lao, obtient le maximum des maigres sources que fournissent l’épigraphie, les chroniques, l’archéologie et les récits des voyageurs. De fait, Vientiane fut désertée pendant la majeure partie du xixsiècle. À partir d’une analyse des plans disponibles, Clément-Charpentier reprend l’histoire de la ville à partir de 1900, lorsque les Français en firent la capitale de leur administration au Laos. Christian Taillard montre ensuite comment la région de Vientiane présente un patrimoine hydraulique unique dans la Péninsule indochinoise pour conclure que « le patrimoine technique et les héritages paysagers liés à l’eau sont au cœur des enjeux du développement urbain actuel » (p. 138).

3La deuxième partie sur « les éléments structurants du bâti » commence par un article très complet sur « les typologies architecturales » de Chayphet Sayarath et Pierre Clément, responsable de cette partie. La contribution suivante, par la seule Chayphet Sayarath, sur le foncier, le cadastre et la propriété privée apporte également de précieuses données qualitatives. Suivent des monographies qui permettent d’aller au plus près du tissus urbain. Un chapitre sur la rue commerçante Dong Palane, par Nathalie Lancret et Emmanuel Cerise, un deuxième sur l’avenue Lane Xang, artère principale de la ville, par Frédéric Mouret, deux contributions sur le site du that Luang, le monument bouddhique le plus connu de Vientiane, par Chayphet Sayarath et par Francis Engelmann. La partie se termine par une monographie du « Quartier Annam », quartier commercial devenu plus chinois que vietnamien, par Laurent Hertenberger et Juliette Pommier.

4La troisième partie, sous la responsabilité de Taillard, traite de la question des structures urbaines. Quatre chapitres, rédigés par des géographes, étudient les marchés et le commerce (Karine Peyronnie), la question de la délimitation de Vientiane (Julie Vallée), les espaces naturels intégrés dans la ville, ce qui est une originalité de Vientiane (Patrice Tissandier), enfin, l’organisation spatiale de la capitale laotienne, avec une modélisation des structures en combinatoire de chorèmes (Christian Taillard). Taillard nous avait habitué à ce type d’analyse dans le cadre d’un pays, l’application pour une ville comme Vientiane est remarquable.

5Si les parties précédentes étaient davantage historique, architecturale et géographique, la quatrième, sous la direction de Charles Goldblum, est urbanistique. Si un article revient sur la question du foncier (par Clément Musil et Sèngdara Douangmyxay) et un autre, également très bien informé, sur le problème du patrimoine (par Chayphet Sayarath), les autres contributions concernent la gestion, les projets de développement et les schémas directeurs. Encore une fois Goldblum et Lancret apportent ici des informations précises et des idées lumineuses.

6La conclusion est en réalité une cinquième partie portant sur l’intégration régionale de Vientiane. Chayphet Sayarath donne une contribution remarquable sur les « espaces sensibles », à la fois historiques, symboliques, sociaux, et identitaires. Peyronnie et Goldblum mettent en relation le production de logements et d’équipements avec l’internationalisation, notamment lors de l’organisation de grands événements régionaux. Enfin, Taillard, qui est devenu le grand spécialiste français de la question, replace Vientiane dans la région du Grand Mékong.

7Cet ouvrage permet d’abord de réaliser combien une expertise française sur certaines villes sud-est asiatique a pu se développer dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et de la géographie, par les enseignements et les encadrements de Pierre Clément et Sophie Clément-Charpentier, Charles Goldblum et Christian Taillard.

8En dépit de toutes ses qualités, Vientiane. Architectures d’une capitale présente quelques imperfections, qu’un recensement sérieux se doit de relever. Les auteurs auraient dû se mettre d’accord sur la transcription des noms des villes lao et thaïes : Nong Khai est écrit de trois ou quatre façons différentes, Chiang Mai également. Les mot en alphabet lao sont rares et parfois donnés de manière étonnante comme khaluhat (p. 169). Baht est parfois rendu en bat ou bath ; Dong Palane se retrouve sous la forme Dong Palan ; idem pour nitan (ou tamnan) Khoun Bourom donné sous des formes diverses. J’imagine que ces questions auraient pu être réglées si les responsables avaient eu à produire un index, dont l’absence fait bien entendu défaut pour un ouvrage aussi volumineux. D’autres erreurs sont plus factuelles comme l’attaque de Vientiane par le roi Rama I (1782-1809), en 1779 (p. 49) ou une explication étonnante pour le mot sakdina (p. 233), alors que chacun sait que na est le mot standard pour rizière irriguée, même si l’étymologie paraît extraite d’un dictionnaire étymologique lao.

9S’il fallait formuler des critiques plus générales, ce serait d’abord la moindre place accordée aux habitants. Je n’ai noté que deux fois le mot Vientianais (dont une dans une citation). Certes, il est question à diverses reprises des modes de vie, des croyances des habitants, mais quelques articles plus sociologiques ou ethnologiques auraient été les bienvenus. Il est certes question des populations d’origines étrangères de Vientiane assez fréquemment, notamment dans le chapitre sur le quartier Annam et plus généralement dans les développement sur les compartiments, mais un chapitre spécifique m’aurait spécialement intéressé. En 1943, il semble que Vientiane était ainsi à majorité vietnamienne, et qu’une douzaine d’années plus tard la très grande partie de ces Vietnamiens avait quitté la ville tandis que le nombre des Chinois avait triplé (Askew, Logan & Long 2007 : 118-119). Il aurait été très intéressant de suivre ces changements dans la composition de la population de Vientiane. En avril2008, un journaliste de l’agence Reuters ne rapportait-il pas en détail l’émoi qu’avait suscité les rumeurs de la création d’une nouvelle Chinatown de 4 500 ou même de 50 000 familles chinoises à proximité de la mare du That Luang (Schuettler 2008). À « traces, formes, structures, projets » on aurait pu avec bonheur ajouter « populations » ou « sociétés ». Ensuite, même si le lecteur comprend bien que Vientiane ne développe pas un secteur industriel ou commercial exceptionnel, et si ces aspects sont traités dans divers chapitres, sur les marchés, sur le quartier Annam, sur l’intégration régionale, un article sur l’économie de Vientiane complèterait utilement l’ouvrage. Signalons qu’un des auteurs, Patrice Tissandier, a publié – presque au même moment – un article de ce type dans les Annales de Géographie (2010 : 120-136).

10Venant quatre ans après la publication par trois chercheurs australiens d’un Vientiane. Transformations of a Lao landscape, qui avait adopté une approche très historique (Askew, Logan, Long 2007), Vientiane. Architectures d’une capitale ne manquera pas de susciter des vocations chez les sociologues ou les anthropologues à la recherche d’un terrain urbain en Asie du Sud-Est. Ils ont désormais à leur disposition une somme colossale de données, d’analyses, de pistes de recherche impossibles à trouver – surtout réunies en un seul volume – pour la plupart des autres capitales d’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

ASKEW, Marc, William S. LOGAN & Colin LONG, 2007, Vientiane. Transformation of a Lao Landscape, Londres : Routledge.

SCHUETTLER, Darren (Reuters), 2008, « “Chinatown” deal rankles Laotians », The Bangkok Post, 8 avril : 6.

TISSANDIER, Patrice, 2010, « Réorganisation spatiale à Vientiane : entre ouverture économique et importation de modèles de développement urbain », Annales de Géographie, 171-172, janvier-avril  : 120-136.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, formes, structures, projets, Sophie Clément-Charpentier, Pierre Clément, Charles Goldblum, Bouleuan Sisoulath & Christian Taillard (éds) », Moussons, 18 | 2011, 168-170.

Référence électronique

Jean Baffie, « Vientiane. Architectures d’une capitale, Traces, formes, structures, projets, Sophie Clément-Charpentier, Pierre Clément, Charles Goldblum, Bouleuan Sisoulath & Christian Taillard (éds) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 23 mars 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/767

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche CNRS, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page