Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert & Jacques Ivanoff (éds)

Paris : IRASEC/Les Indes Savantes, 2011, 624 p., cartes et illustrations
Louise Pichard-Bertaux
p. 170-173
Référence(s) :

Stéphane Dovert & Jacques Ivanoff (éds), Thaïlande contemporaine, Paris : IRASEC/Les Indes Savantes, 2011, 624 p., cartes et illustrations

Texte intégral

  • 1 Thaïlande contemporaine ; sous la dir. de Stéphane Dovert. IRASEC/L’Harmattan, 2001, 438 p.

1Le premier opus de Thaïlande contemporaine1 offrait aux chercheurs et amateurs éclairés une somme de travaux interdisciplinaires réunis en un volume substantiel et remarquablement intéressant. Dix ans plus tard, Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff réitèrent l’exploit et publient bien plus qu’une réédition de l’ouvrage collectif de 2001. Les articles ont, pour la plupart, été mis à jour, voire même réécrits ; certains ont disparu au profit d’autres contributions. Ainsi que l’écrivent les éditeurs dans leur introduction : « Les monographies nationales de l’Institut de Recherche sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine (IRASEC) ont été conçues comme des plateformes d’information, de réflexion et de discussion et doivent évoluer avec les pays qu’elles présentent, d’où la nécessité de leurs rééditions. Pour établir un constat sur l’évolution d’un pays et en tirer des conclusions, il faut remettre à jour les anciens articles et en ajouter de nouveaux sans pour autant déséquilibrer l’ensemble. » Exercice difficile donc et pourtant réussi, dans l’ensemble, par les auteurs. Cet ouvrage collectif se veut résolument à l’image de l’évolution de la Thaïlande et donne au lecteur de nombreuses pistes pour appréhender et réfléchir le pays tel qu’il se dessine aujourd’hui et ce d’autant plus qu’il contient des articles écrits par des chercheurs français et par des chercheurs thaïs. Ceci permet une approche à la fois extérieure et intérieure qui donne tout son sens à l’ensemble.

2Considérablement enrichie, l’édition 2011 comporte sept nouveaux articles et près de deux cents pages de plus. Cette nouvelle version aurait sans doute mérité de porter un autre titre ou, par exemple, un sous-titre indiquant la période d’étude qui la différencierait de l’ouvrage de 2001. Le fait de paraître sous le même titre peut porter à confusion : outre que c’est un casse-tête pour les bibliothécaires, cela peut nuire à son image si les lecteurs pensent qu’il s’agit d’une simple réédition. Ceci est d’autant plus dommage que l’ouvrage offre de nombreuses nouveautés : une mise en page plus claire, une prise en main facilitée par le placement de la table des matières en début de volume, des cartes beaucoup plus lisibles et surtout une chronologie établie par Alice Dubot et Jean Baffie qui sera de la plus grande utilité pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à la politique de la Thaïlande. Vingt-quatre pages de bibliographie et un index très complet des noms de lieux, de personnes et d’ethnies viennent compléter cette palette d’outils indispensables pour accompagner les contributions des chercheurs.

3Tout comme l’édition 2001, l’ouvrage est divisé en trois parties. Cependant, les éditeurs ont renommé ces divisions et en ont considérablement remanié le contenu.

4La première partie, intitulée « Permanence structurelle de la culture thaïlandaise », comporte six articles. Les trois premiers concernent les traditions bouddhiques, culturelles et familiales de la société thaïe. La contribution de Louis Gabaude, « Approche du bouddhisme thaï », éclaire de façon particulièrement intéressante l’évolution du sangha pris entre les valeurs morales et les tentations du monde matérialiste. L’article de Ekavidya Na Thalang, « Développement et adaptation de la culture thaïlandaise », est plus sujet à polémique. Tout d’abord, c’est mot pour mot le même article que dans l’ouvrage de 2001, hormis quelques adaptations et notes visiblement modifiées par les éditeurs. Quand on sait la vitesse à laquelle la société thaïe évolue, il paraît curieux que rien n’ait changé au cours de la dernière décennie. D’autre part, ce texte, qui paraissait déjà un peu daté en 2001, est d’un tel conservatisme qu’il donne une image tout à fait figée de la société. Enfin, on reste dubitatif devant certains énoncés : peut-on vraiment écrire sur les Thaïlandais que « […] 90 % d’entre eux sont bouddhistes. Quant aux adeptes des autres religions, ils ont toujours su cohabiter sans heurts. » Les bouddhistes et les musulmans du Sud apprécieront cette affirmation à sa juste valeur… Amara Pongsapich (« La famille thaïlandaise, passé et présent ») aborde quant à elle la structure familiale et tente de cerner les rôles de l’homme et de la femme au sein du foyer ainsi que l’impact de la modernité sur la famille.

5Les trois autres articles qui composent cette première partie conduisent le lecteur dans les subtilités de l’idéologie, de la politique et de la construction nationale. Olivier Ferrari et Narumon Arunotai signent un article tout à fait intéressant, « Khwampenthai ou la pratique de l’idéologie culturelle en Thaïlande », sur la notion de khwampenthai et du nationalisme thaï et thaïlandais. La contribution de Jean Baffie, « Une “démocratie” entre populisme et défiance envers le peuple », a été considérablement remaniée et mise à jour par l’auteur. Jean Baffie offre un panorama fort complet de la politique en Thaïlande depuis la Seconde Guerre mondiale en mobilisant notamment les différentes constitutions que le pays a connues. Enfin, Stéphane Dovert revisite l’histoire du Siam et de la Thaïlande en montrant comment et en quoi les apports étrangers ont été utilisés pour construire la nation d’aujourd’hui (« La Thaïlande prête pour le monde »).

6Composée de cinq articles, la deuxième partie, « Réfléchir le développement économique thaïlandais à travers ses adaptations sociopolitiques », interroge différents éléments qui constituent l’économie thaïlandaise : crises économiques et financières, industrialisation, agriculture, développement, etc.

7Supang Chantavanich (« Travailleurs immigrés en Thaïlande ») détaille la situation des travailleurs immigrés en provenance notamment de Birmanie, du Laos et du Cambodge. Dans leur article intitulé « Industrialisation rapide et intégration internationale renforcée », Laetitia Guilhot et Jean-Christophe Simon traitent de la croissance du pays depuis les années 1950 et montrent comment la Thaïlande a su s’intégrer dans le marché mondial. Mais cette croissance rapide a son revers social, ainsi que le montre Bruno Jetin (« Le développement économique de la Thaïlande est-il socialement soutenable ? »). En creusant les inégalités de revenus et en ne prenant pas en compte assez tôt la nécessité d’une protection sociale, le pays a créé un déséquilibre certain au sein de la société. Si l’industrie a connu un bel essor au cours des dernières décennies, l’agriculture reste le secteur qui concerne le plus de travailleurs. Cette activité connaît un puissant dynamisme dû à des cultures et des modes de production variés et éminemment adaptables. C’est ce que démontre Roland Poupon dans son article passionnant « L’agriculture thaïlandaise, un buisson d’alternatives ». Marie-Sybille de Vienne conclut cette partie dédiée à l’économie avec son article « La crise financière thaïlandaise, de Charybde en Scylla ? » dans lequel elle explore tous les mécanismes financiers qui ont mené le pays à la crise.

8La troisième et dernière partie, « Construire l’image nationale à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire », présente six articles. C’est par l’éducation qu’est tout d’abord abordée la thématique de l’image nationale. Audrey Baron-Gutty (« L’éducation en Thaïlande : limites et enjeux ») retrace l’histoire de l’éducation en Thaïlande et insiste sur la dimension politique de son développement. La situation des minorités ethniques sur le territoire national est éclairée par l’article d’Yves Goudineau et Bernard Vienne (« L’État et les minorités ethniques »). Populations plus ou moins marginalisées par leur absence de statut dans l’État, elles sont cependant l’objet de dispositifs particuliers en termes de développement et d’éducation. Jacques Ivanoff s’intéresse quant à lui aux régions et à leur identité dans son article institulé « Une modernisation sans développement » et analyse les politiques des pouvoirs en place en ce qui concerne le régionalisme ainsi que les archaïsmes qui subsistent envers et contre tout. Dans « Tout doit changer pour que rien ne change », Arnaud Leveau et Thongchai Winichakul décryptent la politique de cette dernière décennie : le système Thaksin, le combat entre Chemises jaunes et Chemises rouges et la place du pouvoir aujourd’hui en Thaïlande, entre monarchie et démocratie. Les deux derniers articles de cette partie, et de l’ouvrage, s’interrogent sur la place et l’image du pays en Asie du Sud-Est et plus généralement dans le monde. Sophie Boisseau du Rocher (« La Thaïlande au sein de l’ASEAN ») pose la question du déclin de l’influence de la Thaïlande sur le comité de l’ASEAN, alors que ce pays en est l’un des plus actifs fondateurs. La politique extérieure de la Thaïlande dans la région Asie et au-delà est explicitée par Kajit Jittasevi dans son article « La politique étrangère de la Thaïlande au xxie siècle ». Le positionnement du pays sur la scène internationale est compliqué par l’instabilité politique que connaît aujourd’hui la Thaïlande.

9Riche, intéressant et parfois même passionnant, cet ouvrage collectif manque parfois un peu de cohérence dans son découpage. Ainsi, on comprend mal pourquoi les articles de Jean Baffie et de Stéphane Dovert sont placés dans la première partie plutôt que dans la troisième à laquelle ils auraient pourtant ajouté du sens. A contrario, l’article d’Audrey Baron-Gutty sur l’éducation aurait eu toute sa place dans la première partie, l’éducation participant plus de la culture que de l’image nationale. Cette première partie est, à mon sens, la moins équilibrée et la moins complète des trois. En effet, s’agissant de culture, peut-on aujourd’hui se limiter au bouddhisme, aux valeurs morales traditionnelles et à la structure familiale ? La création artistique sous toutes ses formes aurait dû y trouver sa place : la littérature contemporaine foisonnante, les arts plastiques en plein essor, le cinéma reconnu par les festivals internationaux, tout cela participe d’une nouvelle culture de la société thaïe. La culture urbaine n’est guère évoquée ni finalement les grandes mutations de la société d’aujourd’hui. Les problèmes environnementaux ne sont pas non plus représentés ici. Bien évidemment, et on le comprend aisément, les éditeurs ont dû faire des choix. L’ouvrage comporte déjà plus de 600 pages, il était sans doute difficile d’ajouter d’autres thématiques. Malgré ces lacunes, Thaïlande contemporaine est un ouvrage incontournable pour les chercheurs et, tout comme l’édition de 2001, sera sans aucun doute une référence pour les études sur ce pays. Nous attendons déjà l’édition 2021 avec impatience !

Haut de page

Notes

1 Thaïlande contemporaine ; sous la dir. de Stéphane Dovert. IRASEC/L’Harmattan, 2001, 438 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert & Jacques Ivanoff (éds) », Moussons, 18 | 2011, 170-173.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert & Jacques Ivanoff (éds) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://moussons.revues.org/771

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieure de recherche CNRS, IrAsia/MAP, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page