Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Jean Baffie & Thanida Boonwanno

Paris : Cosmopole, 2011, 157 p.
Louise Pichard-Bertaux
p. 173-175
Référence(s) :

Jean Baffie & Thanida Boonwanno, Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Paris : Cosmopole, 2011, 157 p.

Texte intégral

1Dans son compte rendu paru dans le numéro 16 de Moussons, Laurence Husson présentait le Dictionnaire insolite de l’Indonésie et concluait par ces mots : « Espérons que la collection s’étendra à tous les pays d’Asie du Sud-Est avec le même bonheur d’écriture ». C’est en tous cas chose faite pour la Thaïlande : sous la plume de Jean Baffie, directeur de la Maison Asie-Pacifique et membre de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (CNRS-université de Provence), sociologue et spécialiste de la Thaïlande depuis plus de trente ans, et de Thanida Boonwanno, doctorante en anthropologie à l’université de Provence, le Dictionnaire insolite de la Thaïlande vient de paraître chez Cosmopole. Habillé d’une seyante couverture parée de motifs rappelant ceux de certains sarongs, l’ouvrage décline en sept thèmes et cent soixante-seize entrées les marqueurs de la société thaïlandaise, des plus connus aux plus singuliers. La lecture peut se faire selon deux modes : soit de façon linéaire, thème après thème, soit en accédant directement aux entrées choisies dans l’index. Le lecteur peut ainsi appréhender l’ouvrage selon ses propres intérêts et sa propre sensibilité.

2Le grand intérêt de ce dictionnaire est de faire connaître le pays au-delà des habituels clichés. Ainsi, le premier chapitre, dédié au savoir-vivre, nous initie aux subtilités de l’expression kreng chai et aux gestes à faire ou à ne pas faire.

3La deuxième partie, composée d’instantanés de la vie quotidienne, aborde les sujets les plus divers : transports, sport, lieux, habitat, vêtements, chants. On y apprend ainsi qu’à chaque jour de la semaine correspond une couleur, que de nombreux restaurants pratiquent la vente à emporter et que l’enseigne 7-eleven a développé 5 000 commerces en Thaïlande.

4Thématique suivante, la cuisine déroule ses saveurs : durion, lait de coco, pâte de crevettes… Sous l’entrée « À table », le cliché de l’asiatique mangeant avec des baguettes est balayé : les Thaïs utilisent une cuiller, et parfois une fourchette, et réservent les baguettes pour les plats d’origine chinoise, dont les nouilles.

5Près de vingt pages sont consacrées aux passions thaïes. Ce sous-titre un peu curieux recouvre des entrées allant de l’astrologie au temple de Preah Vihar en passant par la blancheur de la peau, les combats de poisson, Facebook et les orchidées. Le terme « nouveau » est tout à fait intéressant et pertinent, notamment dans la société urbaine. En effet, tout ce qui est nouveau fascine et passionne les Thaïs, jeunes et moins jeunes. Trois entrées concernant les divertissements, « J-Pop fever », « K-Pop fever » et « Karaoké », donnent la mesure de l’influence de la culture japonaise, aussi bien dans la mode vestimentaire, la nourriture ou l’art populaire, et de celle, plus récemment, venue de Corée.

6Le chapitre suivant, intitulé « Croyances, fêtes et religions », présente en quelques entrées le bouddhisme theravada, l’animisme et des cultes issus d’autres religions comme celui de Kuan Im, déesse de la miséricorde ou celui de Lak Mueang, le poteau fondateur que l’on trouve dans chaque ville. Différentes formes de théâtre traditionnel sont également expliquées, comme le Khon, le Like ou le Manora.

7La partie qui fait suite rassemble des entrées « touristiques ». À côté de lieux assez connus comme Phuket, Ko Samui ou le pont de la rivière Kwai – cette dernière entrée donnant, ce qui est rare, la prononciation exacte du mot Kwai – le lecteur découvre des endroits plus insolites comme Ko Kret, îlot du fleuve Chao Phraya, le marché de 100 ans de Samchuk, situé dans la province de Suphanburi, ou encore le temple de Rongkhun, dans la province de Chiang Rai, dont la construction a débuté en 1999 et n’est pas encore achevée.

8Les vingt-six dernières pages sont allouées à la modernité, chapeau sous lequel sont regroupés divers marqueurs de la société contemporaine. En politique, les « chemises rouges » sont différenciées des « chemises jaunes » et les pratiques thaïes de la démocratie et du coup d’état explicitées. Les influences étrangères, déjà notées par l’attrait de ce qui vient du Japon ou de Corée, se retrouvent dans les anglicismes Hi-so et Lo-so (respectivement High society et Low society) qui désignent la classe sociale la plus haute et celle la plus basse. Plus récente, la notion de Mo-so (Moderation society) indique une volonté anticonsumériste dans la droite ligne de l’économie de suffisance prônée par le roi Bhumibol.

9Cette visite de la Thaïlande par ses aspects les plus inaccoutumés permet aux lecteurs une approche peu ordinaire de la société thaïe. Bien écrit, l’ouvrage répond à de nombreuses questions sur ce pays et la lecture, linéaire ou aléatoire, est très agréable.

10Cependant, le regroupement thématique, créé un peu artificiellement par les éditions Cosmopole, est par essence même sujet à discussions puisqu’infiniment subjectif. L’ouvrage aurait gagné en clarté à être présenté comme un véritable dictionnaire comme celui consacré au Québec, paru en 2010. On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi la boxe n’est pas incluse dans les passions thaïes mais dans la vie quotidienne ; pourquoi la gare routière de Mochit est également intégrée dans le quotidien alors que la gare ferroviaire Hualamphong apparaît dans le tourisme ; pourquoi la perte de face n’est pas évoquée dans la partie savoir-vivre mais dans celle de la vie quotidienne ; ou enfin pourquoi les formes théâtrales sont liées aux croyances… Autre travers dû également à l’éditeur, le choix de la présentation des entrées : certaines en français, d’autres en thaï transcrit, rarement en caractères thaïs. L’utilisation systématique du terme sous les trois formes (en caractères thaïs, en transcription et en français) aurait été plus judicieuse, d’autant qu’on ne comprend pas bien les critères qui ont présidé au choix de l’une ou l’autre forme.

11Ces inconvénients, somme toute mineurs, ne sont de toute façon pas le fait des auteurs qui auraient sans doute eux aussi préféré choisir les thèmes et décider des formes d’écritures. Il n’en reste pas moins que ce dictionnaire se révèle tout à fait réussi : il étonne, amuse et interpelle. Et n’est-ce pas là le propre de l’insolite ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Jean Baffie & Thanida Boonwanno », Moussons, 18 | 2011, 173-175.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Jean Baffie & Thanida Boonwanno », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/781

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieure de recherche CNRS, IrAsia/MAP, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page