Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Personal Names. History, Culture and Identity, Zheng Yangwen & Charles J-H Macdonald (éds)

Singapour : NUS Press, 2010, ix + 339 p.
François Robinne
p. 175-177
Référence(s) :

Zheng Yangwen & Charles J-H Macdonald (éds), Personal Names. History, Culture and Identity, Singapour : NUS Press, 2010, ix + 339 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le produit de la rencontre d’un historien, Anthony Reid, et d’un anthropologue, Charles Macdonald. Au fil d’un long cheminement conduit de façon tout d’abord non concertée pour ce qui concerne les noms personnels en Asie, tous deux en sont toutefois arrivés à des conclusions, sinon similaires, du moins qui se recoupent. Le premier considère que les dynamiques de changements dans les systèmes d’appellation ne sont pas seulement les conséquences des grands changements historiques, mais qu’ils en sont aussi les acteurs; le second défend le fait que les systèmes d’appellation ne sauraient être réduits à de simples marqueurs culturels au sens où ils participent de la structure sociale des sociétés austronésiennes. Si, pour cette raison, Reid et Macdonald cosignent tous deux l’introduction, la conceptualisation de cette problématique sur les noms personnels est également redevable à Zhen Yangwen, coéditeur, qui contribua par ailleurs à rendre possible l’organisation d’une conférence à l’Asia Research Institute de Singapore et la publication de cet ouvrage.

2L’analyse des noms personnels repose donc dans cet ouvrage sur l’interdisciplinarité, avec une double perspective historique et anthropologique, afin d’interpréter les changements opérés dans le sillage de la globalisation. Parmi ceux-ci, la tendance très marquée et désormais quasi universelle à se pourvoir de noms de familles là où il n’en existe pas auparavant. Au poids des tracasseries administratives quasi inextricables auxquelles sont confrontés les migrants dépourvus de patronyme – comme le rappelle non sans humour James C. Scott dans sa préface – s’ajoute le casse-tête des modes de transcriptions qui fait qu’un même nom n’est pas toujours rendu de la même manière d’un document à l’autre.

3Intégrant outre ces difficultés, les différences contextuelles ainsi que les dynamiques de changements appliquées aux noms comme à l’ensemble des sphères du social, la problématique repose sur « la distinction claire » entre « nom type » (name types) au sens de « catégorie onomastique » et de « nom marqueur » (name tag) au sens de « label lexical de lexème de nom personnel » (p. 14). L’analyse du champ conceptuel du nom et de ses implications théoriques est plus spécifiquement développée dans l’article de Macdonald qui, s’éloignant de l’approche structurale, s’attache néanmoins à considérer dans leur articulation systèmes de nomination d’un côté, dimensions sociales, culturelles et historiques, de l’autre. L’auteur en vient à proposer une typologie en « Class A Borneo Type », « Class B East Indonesian Type » et « Class C Central Indonesia Type » – qui n’est pas sans rappeler celle, utile en son temps, relative aux terminologies de parenté – sur laquelle repose l’organisation générale de l’ouvrage.

4L’approche résolument diachronique est riche de quatre contributions. Les deux premières, signées de Anthony Reid pour l’ensemble du Sud-Est asiatique et de Francis A. Gealogo pour les Philippines, examinent toutes deux l’émergence des noms de famille sous l’effet de la globalisation et, ceci découlant de cela, l’imposition d’un système de double dénomination distinguant le prénom du nom ; le premier s’intéresse plus spécifiquement au développement concomitant des noms de famille et du corporatisme initié par des familles entrepreneuriales, le second basant son étude de cas sur le décret Claveria de 1849 dont la finalité était de distinguer – dans l’approche fonctionnaliste qui prévalait alors – les sujets de la couronne en fonction de l’hispanisation de leur nom et d’identifier ainsi les personnes soumises aux lois et au prélèvement d’impôts. Zheng Yangwen s’attache pour sa part à articuler valeurs politiques et sociales et modes d’appellation aux différentes étapes de l’histoire chinoise.

5Outre le fait qu’elle précise la problématique commune à l’ensemble des contributions, la contribution de Macdonald fait office de transition entre cette première partie, qui envisage dans la longue durée la dynamique de changement des systèmes d’appellation, et les trois parties suivantes qui articulent systèmes d’appellations et organisation sociales de nature différente.

6Tel qu’envisagé tout au long de l’ouvrage, l’intérêt de l’approche comparative repose sur le fait qu’est d’emblée écartée la tentation encyclopédique qui consisterait à englober le plus de sociétés possibles dans une rébarbative et nécessairement vaine tentative d’exhaustivité inhérente à la démarche essentialiste. Il s’agit au contraire de sélectionner en amont un nombre limité des différents modes d’organisations sociales – on peut regretter l’absence de cartes, à l’exception d’une en chinois (la bien nommée « map 1.167 ») – mais représentatif du Sud-Est asiatique, avec néanmoins le risque de retomber vers une forme d’essentialisme consistant à distinguer des systèmes plutôt qu’à intégrer l’hétérogénéité des paysages sociaux et des identités qui s’y déploient.

7Faisant suite au long terme de l’ouverture, les trois parties suivantes conjuguent trois formes ou « classes » d’appellations.

8Partie II : la « classe A » consacrée à des sociétés dites « égalitaires simples » (Simple egalitarian societies), comprend trois contributions dues à Kenneth Sillander, à Ananda Rajah et à Magnus Fiskesjö, respectivement consacrées aux Bentian de Bornéo, aux Karen et aux Wa situés aux frontières de la Chine et du Sud-Est asiatique. Compris comme autant de variantes de la « classe A », les groupes considérés interpellent sur les questions de changements via les influences chinoises, chrétiennes ou malayo-indonésiennes des basses terres. Sur le plan méthodologique, tous types de noms sont pris en considération, quand bien même certains semblent devoir prévaloir sur d’autres, comme c’est le cas en particulier des teknonymes qui consistent à nommer les parents d’après leurs enfants (mère ou père de X).

9Partie III : la « classe B » porte sur un choix de sociétés dites « compétitives » (Competitive societies). Dans leur analyse sur les Weyewa de Sumba, les Paiwan de Taïwan et plusieurs sociétés d’Indonésie de l’Est, trois auteurs, Joel Kuipers, Ku Kun-hui et R.H. Barnes, s’attachent à démontrer non seulement l’importance du nom resitué dans le système de valeurs auquel il participe, mais également en quoi le nom est indissociable de sociétés acéphales et de l’idée de compétition qui les anime.

10La quatrième et dernière partie consacrée à « la classe C » s’intéresse à la place du nom et de ses changements au sein de sociétés qualifiées de « complexes et centralisées » (Complex centralised societies), à savoir le Japon par Mary Louise Nagata, le Sri Lanka par M.W. Amarasiri De Silva et la Malaisie par Hew Wai Weng. L’intitulé complet de la contribution de Hew Wai Weing est « Naming and Chinese Muslim identities : Boundary-making, negociation, and hybridity in Malaisia » ; cette approche autour du concept d’hybridité est sans doute la dimension la plus prometteuse consacrée jusqu’alors à la problématique du nom. Car si la question du nom compte parmi l’un des classiques de l’anthropologie sociale et culturelle, cet ouvrage, et tout particulièrement la contribution de Hew Wai Weing, s’avère de portée théorique plus globale au sens où, si un système d’oppositions semble prévaloir – c’est la problématique de l’ouvrage – entre « nom type » et « nom marqueur », c’est bien in fine en termes d’hybridité que l’appellation prend tout son sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Robinne, « Personal Names. History, Culture and Identity, Zheng Yangwen & Charles J-H Macdonald (éds) », Moussons, 18 | 2011, 175-177.

Référence électronique

François Robinne, « Personal Names. History, Culture and Identity, Zheng Yangwen & Charles J-H Macdonald (éds) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/784

Haut de page

Auteur

François Robinne

Anthropologue, directeur de recherche au CNRS, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page