Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Réforme ou révolution ? Le Projet national de José Rizal (1861-1896) pour les Philippines, Hélène Goujat, préface de Xavier Huetz de Lemps

Paris : Connaissances et Savoirs, 2010, 794 p., annexes, poésies de Jose Rizal (p.699-729), bibliographie (p.731-789)
Jean Baffie
p. 177-179
Référence(s) :

Hélène Goujat, préface de Xavier Huetz de Lemps, Réforme ou révolution ? Le Projet national de José Rizal (1861-1896) pour les Philippines, Paris : Connaissances et Savoirs, 2010, 794 p., annexes, poésies de Jose Rizal (p.699-729), bibliographie (p.731-789)

Texte intégral

1En Asie du Sud-Est, aucun autre pays ne connaît un héros national aussi écrasant que José Rizal aux Philippines. L’introduction de Xavier Huetz de Lemps donne bien la dimension de cette figure mythique sur laquelle existe en anglais, en espagnol, en filipino et dans les autres langues des Philippines une quantité impressionnante d’études les plus diverses. Il existe même des congrès internationaux réunissant les spécialistes de la vie et de l’œuvre de José Rizal. En France, peu de travaux avaient suivi l’intéressante mais bien rapide introduction publiée par Georges Fischer chez Maspero en 1970. L’imposant livre d’Hélène Goujat, maître de conférences en espagnol à l’université d’Angers, restera comme une contribution incontournable sur le sujet. Goujat publie depuis une vingtaine d’années des travaux sur Rizal et les Philippines de la colonisation espagnole dont l’ouvrage recensé ici est une impressionnante synthèse, dont je ne connais pas d’équivalent en anglais.

2L’ouvrage ne se présente pas comme une biographie du principal héros national philippin, exécuté en 1896, à 35 ans, mais ses dix chapitres rassemblés en trois parties suivent néanmoins un ordre chronologique. La première partie couvre la jeunesse (1861-1882), la famille et les années de formation ; la deuxième partie traite du séjour en Europe (surtout en Espagne) et de sa formation politique (1882-1887) ; enfin la troisième partie (1887-1896) traite de la maturation du discours politique de Rizal, de ses dernières pérégrinations à travers le monde et son retour aux Philippines en 1892.

3Même si l’on suit assez aisément la vie de Rizal, il s’agit davantage d’un livre sur les Philippines de la deuxième moitié du xixsiècle, selon Rizal et ses contemporains. Un des intérêts est bien entendu d’avoir accès au texte original de Rizal, à ses deux romans, qui sont les œuvres littéraires les plus connues des Philippines, mais aussi à sa correspondance, et à ses poèmes. Certes, on pourrait parfois reprocher à l’auteur de trop longues citations extraites des œuvres de Rizal, de contemporains ou de chercheurs ayant écrit sur cette période, mais, comme il s’agit généralement de textes en langue espagnole souvent d’accès difficile, il faut au contraire lui savoir gré de les mettre à disposition de l’étudiant et du chercheur curieux sans être spécialiste de ce pays.

4La lointaine origine chinoise de J. Rizal est toujours mentionnée dans ses biographies. Il est fréquemment présenté comme un arrière-arrière-petit-fils de Chinois. Quand le gouvernement colonial espagnol lui fit un procès pour trahison en 1896 (il fut fusillé le 30 décembre de cette même année), il fut présenté comme un métis (mestizo) chinois afin de lui refuser le statut de pur Philippin (Indio puro). De fait, dès les premières pages de son premier roman, Noli me tangere, Rizal parle beaucoup des Chinois et de Binondo, le quartier chinois de Manille. Goujat apporte quelques informations sur Domingo Lam-co, le Chinois hokkien, qui s’installa aux Philippines vers 1690 et se convertit au catholicisme dès 1697. Toutefois, j’aurai personnellement apprécié avoir davantage de détails sur les origines de Rizal que tous les Philippins savent avoir du sang malais, chinois, japonais et espagnol (Zaide 1970 : 481). Mais l’intérêt de l’ouvrage ne réside bien entendu pas dans la révélation de détails biographiques nouveaux.

5L’intérêt de l’ouvrage est de montrer que José Rizal, loin d’être un intellectuel littéraire, rêveur et révolutionnaire, était en réalité un réformiste lucide, raisonnable et pragmatique. Goujat insiste en conclusion sur la modernité de José Rizal pour lequel l’indépendance et la décolonisation politique n’étaient que le début d’un processus et ne devaient pas se conclure par un simple déplacement de l’autorité, les anciens esclaves devenant les nouveaux tyrans (p. 681).

6Goujat traite très brièvement de la postérité de Rizal, devenu une sorte de saint laïc. Pourtant, il y a là un phénomène passionnant à étudier, même s’il relève plus de l’anthropologie que de l’histoire ou de la science politique. Tous les régimes, toutes les idéologies n’ont aux Philippines d’autres choix que de se réclamer de José Rizal, le héros absolu.

7La bibliographie de 57 pages est impressionnante, mais une partie seulement des références concerne José Rizal et j’ai trouvé aisément dans ma bibliothèque des références – certes non essentielles – absentes de la liste proposée par Goujat comme The Noli Me Tangere : A Century After : An Interdisciplinary Perspective édité et introduit par Soledad S. Reyes (1987) qui réunit six contributions sur le premier roman de Rizal, ou encore un livre destiné à la jeunesse comme Stories of Rizal’s Martydoom de Diosdado G. Capino et Virginia M. Buenaflor (1964). Par ailleurs, si tout naturellement, Goujat utilise les versions espagnoles originales des deux romans de Rizal elle aurait pu mentionner quelques-unes des traductions anglaises voire françaises puisque le Noli fut publié en français, chez Stock, dès 1899, douze ans après sa publication première à Berlin. Les introductions des traducteurs, souvent d’éminents rizalistes, sont pour la plupart très intéressantes.

8L’ouvrage est si touffu qu’un index détaillé aurait été d’une grande utilité, de même une chronologie de la courte vie de Rizal et une carte montrant ses déplacements à travers le monde (Espagne, France, Allemagne, Angleterre, Japon, Hong Kong, etc.) auraient constitué un complément utile. Mais, tel qu’il se présente, l’ouvrage est passionnant et devrait faire partie de la bibliothèque de tous ceux qui sont intéressés par les Philippines et l’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

BARON FERNANDEZ, José, 1980, José Rizal, Filipino Doctor and Patriot, publié par Manuel L. Morato.

CAPINO, Diosdado & Virginia M. BUENAFLOR, 1964, Stories of Rizal’s Martydoom, Manille : Manlapaz Publishing Co. Inc., «Rizal Classics n°10».

COATES, Austin, 1968, Rizal. Philippine Nationalist and Martyr, Hong Kong : Oxford University Press.

REYES, Soledad S., 1987, The Noli Me Tangere : A Century After : An Interdisciplinary Perspective, Quezon City : Ateneo de Manila University, Budhi Papers n°7.

RIZAL, José, 1956, Noli me tangere (unespurgated), traduit par Jorge Bocobo, Quezon City : R.Martinez and Sons.

RIZAL, José, 1983, El Filibusterismo (Subversion). A Sequel to Noli me tangere (a completely new translation for the contemporary reader by Léon Ma. Gerrero), Hong Kong : Longman.

ZAIDE, Gregorio, 1970, Great Filipinos in History. An Epic of Filipino Greatness in War and Peace, Manille : Verde Book Storez.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Réforme ou révolution ? Le Projet national de José Rizal (1861-1896) pour les Philippines, Hélène Goujat, préface de Xavier Huetz de Lemps », Moussons, 18 | 2011, 177-179.

Référence électronique

Jean Baffie, « Réforme ou révolution ? Le Projet national de José Rizal (1861-1896) pour les Philippines, Hélène Goujat, préface de Xavier Huetz de Lemps », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://moussons.revues.org/788

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherche CNRS, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page