Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Asian Cross-border Marriage Migration. Demographic Patterns and Social Issues, Wen-Shan Yang & Melody Chia-Wen Lu (éds)

Amsterdam University Press, IIAS, volume 2, 2010, bibliographie, tables, figures, 257 p.
Jean-Pierre de Saint-Aubert
p. 179-181
Référence(s) :

Wen-Shan Yang & Melody Chia-Wen Lu (éds), Asian Cross-border Marriage Migration. Demographic Patterns and Social Issues, Amsterdam University Press, IIAS, volume 2, 2010, bibliographie, tables, figures, 257 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, qui est le résultat d’une collaboration entre l’International Institute for Asian Studies (IIAS), des Pays-Bas, et la National Science Council (NSC), de Taïwan, est le fruit d’une conférence qui s’est tenue en septembre2006 sur le thème des « mariages transfrontaliers en Asie et en Europe ». Les coordinateurs de l’ouvrage sont Wen-Shan Yang, chercheur à l’Institut of Sociology, Academia Sinica de Taïwan, et Melody Chia-Wen Lu, chercheur à l’International Institute for Asian Studies (IIAS), des Pays-Bas. Il est consacré au phénomène de croissance rapide de la migration entre le sud et l’est de l’Asie (comme le Japon, Taïwan, le Viêt Nam, la Corée, etc.) et plus encore à la féminisation de la main-d’œuvre et aux mariages transfrontaliers dont le pourcentage augmente depuis ces deux dernières décennies. Par exemple, à Taïwan, les mariages transfrontaliers constituaient 27,4% de tous les mariages taïwanais de l’année 2002, à Hong Kong ils représentaient pour plus d’un tiers des mariages enregistrés impliquant des résidents de Hong Kong en 2005 et en Corée du Sud, ils constituaient 13,6 % des jeunes mariés en 2005. Ces travaux font suite à deux autres ouvrages qui traitent de la migration des femmes en Asie : Cross-Border Marriage : Gender and Mobility in Transnational Asia (Constable 2005) et Marriage, Migration and Gender (Palriwala & Uberoi 2008). Cette étude comparative et interdisciplinaire est menée par des universitaires, pour la plupart d’origine asiatique, dans des disciplines telles que la démographie, la sociologie, l’anthropologie et la pédagogie. Ainsi, elle comprend notamment des études démographiques fondées sur des enquêtes à grande échelle s’appuyant sur les schémas de migration et la situation matrimoniale transfrontalière, mais aussi des études de cas sur des micro-expériences de vie de migrants et leurs stratégies d’intégration. Elle se compose de trois parties, regroupant neuf articles. La première partie, qui introduit le sujet, rassemble deux contributions. La première, de Wen-Shan Yang et Melody Chia-Wen Lu, de 14 pages, fait un inventaire des différents changements sociaux et démographiques des pays touchés par l’augmentation de la migration féminine. C’est une synthèse des articles composant ce recueil et qui propose une bonne présentation des travaux actuels, le dernier paragraphe pouvant faire office de synthèse générale. La seconde, de Yen-Fen Tseng, synthétise parfaitement les connaissances existantes sur les mariages transfrontaliers et propose des pistes de recherches : les motivations et les contraintes qui poussent les femmes à émigrer, ou encore l’étude des structures dans ces sociétés d’accueil, à savoir le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, terrains aujourd’hui peu développés.

2La seconde partie de l’ouvrage intitulée « Demographic Patterns » examine, au travers de quatre contributions, des études démographiques faites à partir de recensements ou d’enquêtes à grande échelle, d’échantillonnages permettant l’analyse générale ou spécifique de caractéristiques démographiques des mariages transfrontaliers. La première contribution, de Kao-Lee Liaw, Emiko Ochiai et Yoshitaka Ishikawa, décrit les mariages transfrontaliers dans le cadre de la féminisation de l’immigration au Japon depuis les années 1990. Elle établit que 52,8 % du nombre total des nouveaux immigrants entre 1995 et 2000 sont des femmes. Le Japon, qui a connu une augmentation des mariages transfrontaliers ces dernières années, partage ce phénomène de féminisation de l’immigration avec d’autres sociétés asiatiques économiquement aisées, comme Taïwan, Hong Kong, Singapour et la Corée du Sud. Par une approche démographique, les auteurs démontrent que les mécanismes du mariage au Japon peuvent être très différents de ceux des autres sociétés de l’Asie en raison de la limitation que le gouvernement impose sur les immigrants peu qualifiés et, du fait que près de 40 % des nouveaux immigrants sont des épouses de ressortissants japonais. Ils mettent également en lumière que la tendance générale de forte concentration dans la zone métropolitaine de Tokyo, de Kanto et du Centre correspond à la migration des travailleurs manuels. Les migrations par le mariage suivent une logique différente comme en témoigne la forte concentration de Chinoises, Philippines et Coréennes dans la région de Tohoku. Des données plus récentes nous permettraient de voir si ce phénomène s’accentue. La seconde contribution, de John Ma, Ge Lin et Frank Zhang, compare les caractéristiques démographiques des couples locaux par rapport aux transfrontaliers en utilisant un échantillon de dossiers d’enregistrement des mariages à Hong Kong de 1998 à 2005. Malgré les différences, les auteurs concluent que les jeunes mariés, qu’ils aient épousé une femme de Hong Kong ou bien du continent, ont de toute façon tendance à suivre le modèle de base d’homogamie, et qu’ils sont généralement plus âgés que leurs épouses, suivant par là leurs traditions culturelles. La contribution de Wen-Shan Yang et Marloes Schoonheim, attire l’attention sur le fait que, selon les images populaires et les médias de masse, les femmes migrantes viêtnamiennes et chinoises sont associées à un taux de fécondité élevé par rapport à celle des femmes taïwanaises. Les auteurs montrent que les comportements vis-à-vis de la fécondité des « épouses étrangères » sont comparables à ceux des femmes taïwanaises dans le long terme. Pour clore cette partie, Doo-Sub Kim analyse la tendance croissante au mariage transfrontalier et celle au divorce des Coréens du sud. Cette étude sociodémographique des couples mariés explore des microdonnées à partir de l’enregistrement des mariages et des divorces de 1990 à 2005. Les résultats des analyses révèlent qu’il existe une différence profonde de comportement entre les femmes et les hommes coréens, les mariages de Coréennes avec un étranger étant plus stables que ceux des Coréens mariés à une étrangère.

3La dernière partie intitulée « Social Issues » contient des études de cas qui adoptent des méthodes qualitatives et des observations ethnographiques, ou une combinaison de méthodes quantitatives et qualitatives, et qui portent sur les expériences de vie et les stratégies des familles transfrontalières dans les sociétés d’accueil, mais aussi sur l’implication des communautés d’origine et des réseaux transnationaux (les agences matrimoniales). Pour leur part, Xoan Nguyen et Xuyen Tran, décomposent avec beaucoup de précision le cas des mariages mixtes entre des Viêtnamiennes du delta du Mékong et des Taïwanais. Cette étude, qui couvre un espace territorial plus large que Cholon (voir l’étude de Michel Dolinski 2000), a permis d’avoir une vue plus globale de la question. Elle permet notamment l’analyse des « facteurs structurels et des motivations macro/micro personnelles (familiales) pour le mariage transfrontalier par les collectivités d’origine du delta » (p. 23). Ensuite, Ratana Tosakul, met l’accent sur la synergie des cultures locales et mondiales à travers les mariages interculturels des femmes des villages du nord-est de la Thaïlande avec des hommes occidentaux et souligne les relations global/local qui produisent « l’hybridité transculturelle et l’ambivalence biculturelle » où les groupes ne sont plus enfermés dans un espace délimité et culturellement homogène. La contribution de Yu-Ching Yeh porte à la fois sur la catégorie sociale des migrants hommes et femmes à Taïwan et sur la comparaison des migrants en provenance d’Occident (Américains et Européens) et de ceux d’Asie du Sud-Est et de Chine. Les conclusions montrent que l’origine ethnique joue un rôle clé dans l’acculturation des migrants et que le degré d’acculturation a une faible corrélation avec l’éducation des migrants et leur sexe. Pour terminer, Shuko Takeshita aborde plusieurs questions, qui sont sous-étudiées actuellement, sur les mariages transnationaux de Pakistanais avec des épouses japonaises, et les stratégies éducatives concernant les enfants de ces couples. Cette enquête met en avant que la priorité de ceux-ci est la formation d’une identité musulmane familiale, autant pour les épouses japonaises que pour leurs enfants, et que la seconde est l’enseignement en anglais. Bien que le questionnement soit intéressant, cette étude traite plus des mariages transnationaux que des mariages transfrontaliers.

4La plupart des contributions de ce volume a pour objectif d’examiner, mais aussi de contester les discours et les stéréotypes des politiques auxquelles font face ces femmes venant de pays en voie de développement. Par ailleurs, elles donnent un aperçu de l’évolution démographique et des questions sociales liées aux mariages transfrontaliers arrangés, comme par exemple l’alliance entre des hommes de pays riches tels que le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et des épouses de pays économiquement moins développés comme le Viêt Nam, la Chine ou encore la Thaïlande. Il est à noter que les trois dernières contributions dépassent ce cadre des mariages transfrontaliers pour aborder la question des mariages transnationaux. Enfin, il est dommage qu’il n’y ait pas eu de contribution concernant la Malaisie, l’Indonésie et Singapour, et plus encore, que l’ouvrage ne comprenne pas d’index.

Haut de page

Bibliographie

CONSTABLE, Nicole (éd.), 2005, Cross-border Marriage : Gender and Mobility in Transnational Asia, Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

DOLINSKI, Michel, 2000, « Cholon, destination maritale pour célibataires taïwanais… », in Taïwan enquête sur une identité, Christine Chaigne, Catherine Paix & Chantal Zheng (éds.), Paris : éditions Karthala.

PALRIWALA, R.& UBEROI P. (éds), 2008, « Marriage, migration and gender », Women and Migration in Asia series, vol. 5, New Delhi et Londres : sage Publications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre de Saint-Aubert, « Asian Cross-border Marriage Migration. Demographic Patterns and Social Issues, Wen-Shan Yang & Melody Chia-Wen Lu (éds) », Moussons, 18 | 2011, 179-181.

Référence électronique

Jean-Pierre de Saint-Aubert, « Asian Cross-border Marriage Migration. Demographic Patterns and Social Issues, Wen-Shan Yang & Melody Chia-Wen Lu (éds) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://moussons.revues.org/790

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre de Saint-Aubert

Doctorant en anthropologie, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page