Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ethnographic practice and public aid. Methods and meanings in development cooperation, Sten Hagberg & Charlotta Widmark (éds)

Uppsala: Studies in cultural anthropology n° 45, 2009, 305 p.
Damien Onillon
p. 184-187
Référence(s) :

Sten Hagberg & Charlotta Widmark (éds), Ethnographic practice and public aid. Methods and meanings in development cooperation, Sten Hagberg & Charlotta Widmark (éds), Uppsala : Studies in cultural anthropology n° 45, 2009, 305 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est composé d’une introduction et de onze chapitres qui analysent à travers divers cas d’étude les aspects pratiques, méthodologiques et théoriques du travail des anthropologues impliqués dans l’aide publique et la coopération pour le développement. Édité par Sten Hagberg et Charlotta Widmark en 2009, il est issu d’une conférence intitulée « Anthropology in Practice : Theory, method and ethnography in swedish development cooperation », tenue en 2006 à l’université d’Uppsala. L’idée principale qui a motivé la rédaction de ce livre est une réflexion qui doit permettre de révéler l’interface entre anthropologie et développement en se focalisant sur ce que font les anthropologues qui s’engagent dans et avec le développement, en appliquant leurs théories et leurs méthodes. Le but est d’apporter l’expérience issue de la pratique en matière de développement dans la discipline anthropologique. Ainsi, les différents chapitres rédigés par des contributeurs majoritairement suédois permettent de comprendre comment l’aide est actuellement organisée et montre la nécessité d’un renforcement de la participation et du rôle des anthropologues dans l’engagement en matière de développement. Ce livre qui s’évertue à dépasser la simple description de pratiques de l’anthropologie dans le développement pour dévoiler de nouvelles formes d’implications de la part des anthropologues, s’adresse donc aussi bien à un public universitaire (chercheurs ou étudiants), qu’à des acteurs du développement (du monde politique ou associatif). Anthropologie et développement entretiennent des rapports ambigus. En effet, certains anthropologues universitaires prennent leurs distances vis-à-vis d’appels à projet commandités par des agences de développement, tandis que d’autres font carrière au sein de ces organismes. Dans un milieu dominé par les économistes et les politologues, les anthropologues éprouvent des difficultés à trouver leur place et à avoir un impact sur l’organisation des politiques de développement. De plus, partant du constat qu’il y avait peu de réflexivité de la part des anthropologues sur leur collaboration aux politiques de développement, mais aussi que les dimensions sociales et économiques avaient été occultées par les acteurs du développement, les divers contributeurs de ce livre discutent d’un sujet débattu depuis longtemps (mais assez tardivement en suède), celui des rapports entre l’anthropologie théorique (définie comme pure et scientifique) et l’anthropologie appliquée (définie comme non-scientifique), en soulignant d’un côté l’importance aussi bien de la théorie que de la méthode anthropologique en vue de travailler dans un organisme chargé du développement, mais également, de l’autre côté, l’utilité de l’expérience pratique du terrain afin de mener à bien une recherche anthropologique sur le développement. Pour cela, les divers auteurs s’attachent à approfondir la réflexion sur le fossé entre anthropologie et développement (celui-ci est souvent associé à l’opposition entre théorie et pratique) et la façon d’en sortir à partir des caractéristiques à l’origine de cette interface. Les auteurs de l’ouvrage pointent ensuite la méthode et les moyens du développement comme étant le point central pour élaborer une méthode professionnelle, stratégique et personnelle afin de mettre l’anthropologie en pratique. Pour finir, ils mettent en évidence les avantages de la méthode anthropologique, en se situant à la charnière entre l’en dedans et l’en dehors, entre l’observation et la participation, mais aussi entre la théorie et la pratique. Une anthropologie pratique doit être ancrée théoriquement et méthodologiquement afin de pouvoir contribuer au changement social, tout en participant à l’enrichissement de la théorisation en anthropologie. Le statut de l’anthropologie appliquée semble dépendre des différents contextes nationaux. Ainsi, la Suède a une longue histoire dans l’engagement en matière de coopération pour le développement et les anthropologues suédois s’y sont engagés de différentes manières. Tous les auteurs (majoritairement suédois) des contributions de cet ouvrage travaillent au sein de départements universitaires, et également à divers titres (employés, consultants, etc.) au sein d’agences de développement. Il existe en Suède une divergence entre une « anthropology of development » qui étudie le développement en tant que processus et une « development anthropology » qui concerne la pratique des anthropologues qui travaillent dans des agences d’aides publiques et qui doivent appliquer des outils et concepts anthropologiques pour contribuer au changement social. On pourrait les définir en français par une « anthropologie du développement théorique ou réflexive » et une « anthropologie du développement appliquée ». Cette spécificité s’explique par l’évolution de l’anthropologie du développement en Suède. Dans les années 1970 au sein du département d’anthropologie de l’Université de Stockholm, fut créée une chaire d’anthropologie du développement. Karl Erik Knuttson alors professeur en anthropologie sociale développa les rapports institutionnels entre la coopération suédoise et le département d’anthropologie de l’Université, ce qui amena la création de la Development Studies Unit en 1976 qui devait promouvoir une anthropologie appliquée au développement, ainsi institutionnalisée. Considérant que l’anthropologie devait conserver son statut de science critique, de nombreux anthropologues rejetèrent toute implication au sein d’institution de développement. Pour d’autres, au contraire, il devenait nécessaire de prendre ses distances avec le milieu universitaire fermé sur lui-même. Ainsi, ces deux entités n’ont jamais vraiment collaboré. Des critiques s’élevèrent à cause des mécanismes financiers et institutionnels mis en jeu (la Development Studies Unit était financée par l’Asdi (Agence suédoise de coopération internationale pour le développement). Dans les années 1990, l’anthropologie appliquée ayant perdu de l’influence au sein des institutions de développement, l’implication des anthropologues s’est réduite tant sur le plan des contributions scientifiques que sur le questionnement des politiques d’ajustement structurelles et les réformes juridiques. Suite à la réorganisation de la coopération suédoise pour le développement en 1995 qui impliqua une nouvelle orientation de l’aide, et ainsi la diminution des demandes d’expertises qui ne se concentraient plus sur les projets et les programmes (ceux-ci étant considérés comme les responsables des échecs passés), mais sur les politiques publiques au niveau macro. La Developpement Studies Unit ferma en 1999.

2L’institutionnalisation de l’anthropologie du développement a suscité des critiques concernant la nature et la contribution que pouvait apporter l’anthropologie au changement social et au développement, ce qui contribua à la dichotomie entre anthropology of development et development anthropology.

3Les différentes contributions de cet ouvrage se distinguent par leur positionnement théorique et pratique. Ainsi, si Brandström et Lewis s’appuient sur une perspective historique pour analyser l’engagement anthropologique, à partir de sa longue expérience en Tanzanie pour le premier (l’anthropologue comme trouble-fête) et le contexte analytique pour le second (l’anthropologie doit permettre de raccrocher la pratique au contexte historique du développement). Eyben défend, quant à elle, l’idée d’une recherche ethnographique réflexive et critique sur l’aide internationale. D’autres se questionnent sur la pratique concrète de l’anthropologue dans un contexte de développement. L’anthropologue doit s’attacher à comprendre un contexte local ou régional spécifique au niveau politique et socio-économique, mais aussi le contexte organisationnel des agences de développement, pour lesquelles, on constate un manque de matériaux empiriques concernant les pratiques quotidiennes. L’étude ethnographique d’une ONG constitue le point central de la contribution de Hans Hedlund. Arvidson s’y intéresse également mais du point de vue de la base des volontaires. Des études de cas de développement localisé très diversifiées nous sont également présentées. Ainsi, nous allons du Bangladesh au Pérou, en passant entre autre par le Kenya, le Laos, et la Suède. S’il existe une diversité des expériences citées, on retrouve au sein des chapitres un lien à travers l’approche réflexive de la pratique ethnographique. On peut néanmoins distinguer la contribution d’Olivier de Sardan qui, à partir d’une étude des normes pratiques dans l’acheminement des biens et services publics au Niger, s’éloigne du développement pour proposer une anthropologie de l’espace public. En effet, l’auteur constate que la socio-anthropologie du développement se limite seulement au développement. Alors qu’il faut, selon lui, également tenir compte du contexte socio-politique, c’est-à-dire des relations entre États, autorités locales et les configurations développementalistes, mais aussi toutes les institutions impliquées dans la distribution de biens et services publics. Ainsi, il propose une socio-anthropologie de l’espace public qui inclut l’anthropologie du développement. Hagberg, de son côté, met en évidence les difficultés pour les anthropologues de tenir un rôle qui dépasse la simple retranscription et diffusion des histoires de développement local. Ovesen dans le même registre, mais à partir d’une étude de développement hydroélectrique au Laos, montre les difficultés que rencontre un anthropologue impliqué dans des activités de développement pour maintenir des liens avec le milieu académique. Tobisson, à partir de son expérience sur les côtes de Zanzibar, nous montre que les problèmes de pauvreté ont été abordés à partir d’hypothèses plutôt que sur une réelle compréhension des difficultés des personnes pauvres. De plus, elle souligne l’importance de suivre la mise en place de politique de développement à l’échelle locale et nationale, ainsi que le contexte socio-politique. Zink quant à lui décrit le travail d’une ONG finançant la recherche, l’International Foundation for Science, et s’interroge sur l’influence que celle-ci peut avoir sur la production de la recherche à distance. Widmark discute de recherches de terrain anthropologiques dans des interventions d’évaluation en matière de développement en Bolivie et au Pérou en soulignant la nécessité de développer la récolte de données qualitatives malgré la difficulté liée à des impératifs du processus qui impose une durée d’enquête à court terme, problème contourné grâce à la mise en place d’une équipe de recherche qui se répartit le travail en fonction des différentes tâches à accomplir (entretiens, observations, recensements, etc.), mais aussi parfois de plusieurs équipes afin de répondre à la multiplicité des sites d’enquête. Ainsi, le rôle de l’anthropologie et des anthropologues dans le contexte de la coopération pour le développement qui est le thème transversal aux différentes contributions de ce livre fait ressortir la position d’entre-deux, tant sur le plan de la théorie que sur celui de la pratique, qui caractérise les anthropologues (particulièrement ceux qui s’impliquent dans le développement), et permet de questionner les fondements de la discipline anthropologique et de mettre en évidence son intérêt dans la pratique du changement social et de l’aide publique. De plus, malgré la diversité des contributions proposées, on distingue à travers la lecture des chapitres une «trajectoire à la Suédoise», pour reprendre l’expression de Hagberg (2011 : 509), dans les rapports entre anthropologie et développement. Ainsi, à titre comparatif et pour une meilleure appréhension de cette problématique, l’expérience mériterait d’être renouvelée dans d’autres contextes nationaux.

Haut de page

Bibliographie

Hagberg, Sten, 2011, «  Trajectoires de l’anthropologie du développement à la suédoise », Ethnologie française, 3, 41 : 509-519.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Onillon, « Ethnographic practice and public aid. Methods and meanings in development cooperation, Sten Hagberg & Charlotta Widmark (éds) », Moussons, 18 | 2011, 184-187.

Référence électronique

Damien Onillon, « Ethnographic practice and public aid. Methods and meanings in development cooperation, Sten Hagberg & Charlotta Widmark (éds) », Moussons [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/797

Haut de page

Auteur

Damien Onillon

Doctorant en anthropologie, IrAsia, université d’Aix-Marseille, Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page