Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam Pierre-Lucien Lamant (1926-2007)

In Memoriam Pierre-Lucien Lamant (1926-2007)
Jean-François Klein
p. 373-380

Texte intégral

1Pierre-Lucien Lamant, Professeur émérite de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) a quitté ce monde le 22 novembre 2007. Prononcer les éloges funèbres d’un ami n’est pas chose facile. Il s’agit de rendre hommage à un homme qui sut transmettre avec l’élégance et la discrétion qui le caractérisait la passion dévorante qu’il avait pour ces régions de moussons.

2Amoureux de la vie et de ses beautés, épicurien raffiné, esthète et savant, Pierre-Lucien Lamant vient d’une famille originaire de Wallonie. Il est né le 19 décembre 1926 à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Dès sa jeunesse, il fut passionné par l’histoire, celle de l’Amérique des westerns et l’épopée napoléonienne. Son baccalauréat en poche, il entre en Sorbonne pour en faire son métier. Déjà, étudiant, il avait été impressionné par le cours professé par un jeune maître assistant de géographie, le lieutenant Jean Delvert du 21e RIC, qui, après avoir été blessé à Haiphong, était sorti du Val-de-Grâce en grand uniforme et le bras en écharpe, pour venir assurer son cours dans un amphithéâtre de la Sorbonne. Cependant, si l’Indochine n’est pas encore au rendez-vous, les civilisations à mi-chemin entre Europe et l’Asie du Sud-Est attirent déjà son attention puisqu’il consacre en 1953 son Diplôme d’Études Supérieures d’Histoire à « Constantinople au ixe siècle d’après Haroun Ibn-Yahya ». Son second mémoire est plus classique dans la forme et le titre, « Aux Président, procureur général et avocats généraux du Parlement de Paris pendant les années de la Guerre de Sept Ans ». Après avoir été maître d’externat pour financer une partie de ses études, Pierre-L. Lamant débute une brillante carrière professorale. À la rentrée 1955, il est adjoint-d’enseignement à Vierzon (Cher) et entre dans la carrière comme on entre dans les ordres. Enseigner pour lui fut un véritable sacerdoce animé par une foi immense qui lui donnait cette envie inexpugnable de transmettre. À peine installé que sa deuxième vocation l’attendait, au tournant d’une petite annonce. Ayant appris qu’une place était vacante au Cambodge, accompagné de sa jeune épouse, Maria, il s’envole pour Phnom-Penh. En octobre 1956, il y retrouve Jean Delvert, alors chef de la mission de coopération française près du Royaume qui achève sa thèse monumentale de géographie tropicale, Le Paysan cambodgien. Proviseur du lycée Descartes, Delvert nomme son nouvel assistant professeur d’histoire-géographie dans le tout récent lycée de Battambang. L’année précédente, S.A.R. Norodom Sihanouk vient d’abdiquer au profit de son père, Norodom Suramarit, afin de pouvoir devenir chef d’État. C’est le début du Sangkhum Reastr Niyum, le parti du Prince Sihanouk que beaucoup considèrent comme la période heureuse du petit royaume avant que celui-ci ne sombre dans les ténèbres d’une effroyable Utopie meurtrière. Pierre-L. Lamant y passa parmi les meilleures années de son existence. Alors en poste à Battambang, il continue sa formation et passe le CAPES d’histoire-géographie en 1958. Certifié, il enseigne à la fois dans son lycée et à Phnom Penh. Passionné par l’enseignement, il communiqua à tous ses étudiants son enthousiasme pour l’histoire, que ce soit à l’Institut national pédagogique, à l’École royale d’administration, à l’École royale militaire khmère ou bien encore à la Faculté des Lettres de Phnom Penh. Les présents et les lettres qu’il reçut d’eux en sont un vibrant témoignage. Enthousiasmé par le pays qu’il découvre et par son peuple, apportant sa pierre à l’édification d’un royaume qui connaît alors une croissance importante (faut-il rappeler que le PNB cambodgien en 1969 était supérieur à celui de la Thaïlande voisine et que le Viêt Nam était en guerre ?), Pierre-L. Lamant va y consacrer toute sa vie. Il rentre pourtant en France en septembre 1962, retrouvant la grisaille de la banlieue parisienne et enseigne durant huit ans au lycée Paul-Lapie de Courbevoie. L’horizon de la cour de recréation est cependant trop étroit. Après avoir passé avec succès l’agrégation d’Histoire en 1966, il s’inscrit aux Langues O’ suit les cours de Mme Pou Saveros et sort diplômé de khmer en 1970 (CULOV). L’INALCO fait alors appel à lui pour enseigner, à la suite de Georges Cœdès et Mme Solange Thierry, – comme chargé de cours – l’histoire ancienne et moderne des États hindouisés de la péninsule indochinoise, enseignement qui devient en 1970 « cours d’Histoire de l’Asie du Sud-Est ». Il est vrai que nous sommes trois ans après la Déclaration de Bangkok, véritable acte de naissance de l’ASEAN et d’une nouvelle aire culturelle. Tout en continuant d’enseigner simultanément à Courbevoie et aux Langues O’, Pierre-L. Lamant s’inscrit en thèse à l’INALCO sous la direction de Gustave Meillon. Neuf ans après, en 1979, il soutient à Paris III, devant un jury présidé par Jean Ganiage, une thèse de doctorat d’études extrême-orientales, L’affaire Yukanthor. Autopsie d’un scandale colonial, publiée en 1989 par la Société Française d’Histoire d’Outre-Mer. Qualifier sa thèse de novatrice serait un euphémisme. En effet, à la manière d’un Carlo Ginzburg, celle-ci fait appel à la micro-histoire et aux « paradigmes de l’indice » afin de débrouiller les arcanes d’un scandale politico-colonial qui, finalement, sert de prétexte à entrer au cœur des relations complexes qui régissent les Cambodgiens et leurs «protecteurs » français. En analysant l’histoire vue du côté khmer, celle du prince Yukanthor venu à Paris en 1900 exposer au gouvernement Waldeck-Rousseau les critiques émises par son père, le roi Norodom Ier, Pierre-L. Lamant a fait preuve d’audace. La finesse de l’analyse, la mise en perspective, tout en restituant avec beaucoup d’habilité les contextes à la fois métropolitain et cambodgien lui a permis de donner un portrait d’un « colonisé » acteur de sa propre histoire – soulevant l’importance d’un concept que les cultural studies anglo-saxonnes définiront plus tard sous le vocable « d’agency » – alors que l’histoire de la colonisation française ne fait alors guère d’adeptes dans les arcanes universitaires. Sans parler de l’histoire du Cambodge. Mener tout cela de front n’était pas peu, mais il en fallait encore davantage à Pierre-L. Lamant. En 1977, alors qu’il rédige sa thèse, il fonde avec Gustave Meillon Les Cahiers de l’Asie du Sud-Est, revue publiée par l’INALCO dont il assume jusqu’en 1984 le secrétariat de rédaction. Nommé en 1980 maître-assistant à l’INALCO au département Asie du Sud-Est depuis 1980, il y poursuit une brillante carrière qui le mène au professorat (1985) et à l’éméritat (1995). Parallèlement, et avec le soutien de Pierre-Bernard Lafont, directeur d’études à l’EPHE IVe section – lui aussi disparut – et «patron » du laboratoire « Péninsule indochinoise », puis de son successeur, Nguyên Thé Anh, Pierre-Lucien Lamant fut aussi chargé de conférences à l’EPHE sur l’histoire moderne du Cambodge, cours qu’il effectua dans l’enthousiasme qui était le sien jusqu’en 2001, malgré une courte interruption de 1995 à 1998 due à la maladie qui avait frappé Maria, son épouse qui partagea toute sa vie. Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, Pierre-L. Lamant n’en était pas moins historien du temps colonial. Il était entré à la Société française d’histoire d’Outre-mer en compagnie de Pierre-Bernard Lafont, qu’il connaissait depuis les années cambodgiennes. Toujours enthousiaste, passionné autant par la recherche que l’enseignement, il s’engage encore une nouvelle fois – et toujours en parallèle avec ce qu’il menait ailleurs – dans l’aventure de la Revue française d’histoire d’outre-mer, aujourd’hui Outre-Mers, revue d’Histoire, dont il assume là aussi le secrétariat de rédaction dès 1980. En 1998, il en devint – jusqu’à sa disparition en novembre dernier – l’un de ses actifs vice-présidents, essayant, avec Pierre Brocheux, de faire en sorte que l’histoire de l’Asie du Sud-Est et de l’Indochine en situation coloniale n’y soit point délaissée. En 1985, il avait, en particulier dirigé deux numéros qui ont fait date (n° 267-268), « La péninsule indochinoise et les Européens de la seconde moitié du xviiie siècle à 1954 » auxquels avaient participé les principaux membres de «l’équipe Lafont » de l’EPHE mais aussi d’autres historiens, tels Marc Michel ou Alain Ruscio. Membre de la Société Asiatique, Pierre-L. Lamant était aussi Commandeur des Palmes académiques et Académicien honoraire de l’Accademia internazionale del Verbano (Italie). Après avoir été longtemps membre correspondant de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, il est finalement élu académicien en octobre 2002, succédant ainsi au géographe Jean Dupuis. Là encore, Pierre-L. Lamant s’investit dans ses nouvelles fonctions qui, longtemps, lui avait « paru inaccessibles, et ce malgré les mirages du rêve » disait-il le jour de son intronisation. Membre titulaire, il siège à la 1re section, celle des « Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques » et rédige plusieurs notices biographiques dans la revue de l’Académie, Hommes et destins. Une partie de ses archives ainsi que l’essentiel des travaux qu’il a dirigé ou auxquels il fut convié sont aujourd’hui déposés et en cours d’inventaire à l’Académie des sciences d’Outre-mer.

3Pierre-L. Lamant était un savant, un remarquable connaisseur du Cambodge – quelques époques que ce fussent – pays auquel il était tant attaché et dont il souhaitait écrire une histoire que le temps ne lui a pas laissé le loisir d’écrire, sans compter la biographie de Norodom Ier à laquelle il s’était attelée depuis de nombreuses années. Mais, Pierre-L. Lamant était avant tout un Professeur, un Kru, au sens khmer du terme, à la fois savant, un intercesseur au sens religieux, un passeur entre les vivants et les morts, voire entre les civilisations. Son cours vedette fut, incontestablement, tout au long de sa carrière universitaire, Les Européens et l’Asie du Sud-Est du xvie siècle à 1945. Comme il se plaisait à dire, lui le bon vivant, amateur de mets fins comme des choses de l’esprit, l’ami et le confident, « un professeur n’est rien sans ses étudiants », il fut, aux dires de David Chandler, « un vrai Gentilhomme ». Laissons alors les mots de la fin à ceux à qui il communiqua sa passion pour la vie et ses connaissances de cet Angle de l’Asie dont il fit la pierre philosophale de son existence.

« Pierre-Lucien Lamant, c’est plus d’un quart de siècle de collaboration féconde dans le cadre du Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, et le souvenir de ces conversations certains soirs où montait de quelque coin d’Asie sud-orientale l’odeur de la terre mouillée par une pluie de mousson. » Nguyên Thê Anh, historien, directeur d’études à l’EPHE, IVe section.
« Comment résumer les quarante ans qui se sont écoulés ? Pierre a d’abord été un pédagogue hors pair, qui m’a fait découvrir – comme à combien d’autres ? – l’histoire de l’Asie du Sud-Est. Il a été un chercheur dont je n’ai pas à prouver les qualités : sa vie comme ses écrits en sont les preuves encore vivantes. Il a été un collègue attentif, toujours prêt à contribuer à des enrichissements dans tous les domaines qu’il savait et pouvait maîtriser. Enfin, et surtout, il a été un ami éclairé, intelligent, joyeux, spirituel. Que nos élèves se souviennent de moi comme je me souviens de lui, et ma carrière n’aura pas été inutile… » Gilles Delouche, ancien Président de l’INALCO, directeur du département Asie du Sud-Est, Professeur de langue et littérature siamoise.
« Il parlait aussi bien de Jayavarman VII que de Magellan. L’un de mes grands regrets depuis les années 1980 est d’avoir perdu ses cours. Grand bien fasse à celui qui les a conservés. » François Robinne, anthropologue, spécialiste du Myanmar, directeur de l’Institut de Recherches sur l’Asie du Sud-Est (IRSEA – CNRS).
« Jamais je n’oublierai avec quelle faconde et quelle précision il faisait revivre devant ses élèves les premières expéditions portugaises au Cambodge. Il est à l’origine de bien de vocations. C’est lui qui m’a appelé à entrer à Langues O’ en me confiant les TD de civilisation d’Asie du Sud-Est quand ils furent créés. Je lui dois donc beaucoup. » Alain Daniel, maître de conférences de khmer à la retraite, INALCO.
« Des salles pleines, une audience captivée par un professeur toujours tiré à quatre épingles et aux ongles vernis – cela marque les esprits –, mêlant ses souvenirs personnels du Cambodge avec un enseignement de l’histoire de l’Asie du Sud-Est, faisant intervenir des Khmers, des Siamois, des Lao, des Vietnamiens, des Portugais, etc. Un maître affable avec tout le monde, dont tous les étudiants, et surtout ceux qui l’ont eu comme directeur de recherche, en gardent un souvenir ému… Voilà qui était Pierre-Lucien Lamant. » Michel Antelme, maître de conférence de khmer, INALCO.
« La pensée de Pierre est associée à des années particulièrement heureuses pour moi, des années de recherches intenses, de publication, de collaboration à la rédaction de la RFHOM […] combien d’assemblées générales de la SFHOM n’avons-nous préparé et discuté suivis de déjeuner et dîner non moins mémorables ? Combien de fois ne l’ai-je entretenu de mes voyages et des affaires internationales de concurrence, lui qui écoutait avec une gentillesse et une bonhomie complice ? Bref Pierre était un ami et bien plus encore […]. Pierre était la distinction, le raffinement et la culture même symbolisant l’École Française tournée vers cet Orient Extrême qui est aujourd’hui l’Asie […]. Je n’aurai qu’un regret, c’est que nous n’avons pas vu Pierre vieillir et l’avions considéré comme un de nos Immortels : il ne verra pas ce volume que nous lui devons. » François Souty, directeur adjoint à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes au ministère de l’Économie, professeur associé à l’Université de la Rochelle.
« J’avais fait la connaissance de Pierre en 2000 […] j’avais été frappée par sa profonde connaissance de l’Asie mais derrière l’orientaliste j’avais aussi apprécié l’homme. Très disponible, il écoutait et répondait aux questions des uns et des autres avec gentillesse et modestie […]. Pour moi, Pierre Lamant était un “honnête homme” comme il est rarement donné d’en rencontrer et je mesure le privilège qui m’a été donné de faire sa connaissance et de travailler avec lui. C’est un exemple à tenter de suivre. » Martine Raibaud, maître de conférences de langue et civilisation chinoise à l’Université de La Rochelle.
« M. Lamant a été mon enseignant de civilisation à l’INALCO de 1987 à 1990. À l’époque, il assurait un très large éventail de cours sur l’Asie du Sud-Est, de l’archéologie à la religion, en passant par sa spécialité propre, l’histoire moderne. Pour moi, il restera celui qui m’a appris à comprendre l’histoire et “comment on l’écrit” (j’étais anthropologue et je ne connaissais de l’histoire que les longues et terriblement ennuyeuses listes d’événements et de faits que j’apprenais par cœur en classe scientifique au lycée). Je me souviens d’une formidable explication de texte historique dont j’ai particulièrement gardé mémoire par-delà les années : une lettre de Philippe Vannier, ancien compagnon de Pigneau de Béhaine à un certain prêtre Baroudel écrite de Hué au milieu du xixe siècle. M. Lamant, de sa voix gourmande et bonhomme, un rien autosatisfaite, nous a entraînés dans une sorte d’enquête policière passionnante autour de ce document. », Anne Guillou, chargée de recherches CNRS, anthropologue, spécialiste du Cambodge, Centre Asie du Sud-Est – Équipe LASEMA (EHESS/CNRS).
« Je me souviens avec vingt ans d’écart, d’un homme aux cheveux déjà très blancs d’une très grande distinction, beau et passionnant, qui portait à merveille son nom, évocateur de Marguerite Duras et de ces contrées dont il faisait si bien revivre l’histoire. L’Asie du Sud-Est a perdu un de ses plus fins connaisseurs et un peu de sa mémoire… » Laurence Husson, géographe, spécialiste de l’Indonésie, chargée de recherches à l’IRSEA – CNRS.
« Pierre Lamant, que j’ai eu la chance d’avoir comme enseignant au début des années 1990, était un formidable conteur. Les classes étaient toujours bondées […] c’est avec régal que l’on se pressait à ses cours (dont j’ai toujours les notes). Nous sommes sûrement nombreux à conserver un souvenir inoubliable de l’épopée des Hollandais en Asie du Sud Est, brossée avec humour et couleur. » Soizick Crochet, ethnologue, (CRECSS) Aix-Marseille 3/Bangkok.
« Pierre Lamant était un véritable ami de trente ans. L’amour des civilisations de l’Asie du Sud-Est, de leur culture et de leur histoire nous avait rapprochés et nous avons longtemps appartenu au même groupe de recherche CNRS-EPHE (Laboratoire «Péninsule indochinoise »). Je savais son attachement au Cambodge et il connaissait le mien pour la Birmanie que je l’avais convaincu de venir visiter […]. Courtois, affable, gentil, généreux et accueillant, sont les mots qui me viennent à l’esprit quand je pense à lui. Amoureux de la vie, Pierre était doté d’une grande noblesse du cœur qu’il dissimulait devant ses interlocuteurs pour ne pas les gêner. Son inimitable façon de se frotter les mains en discourant doctement sur les civilisations asiatiques restera légendaire, d’autant qu’il n’hésitait pas à sortir de son rôle de professeur pour aider individuellement ses étudiants. Au moment d’accompagner Pierre vers sa dernière demeure, au cœur du passé historique de Paris, mes pensées les plus affectueuses vont vers Maria, son épouse fusionnelle, à laquelle il était tendrement attaché. Je partage sa douleur et je veux qu’elle sache que le souvenir de Pierre restera vivace dans la mémoire de ses amis. J’en faisais partie. » Guy Lubeigt, géographe, chercheur associé à l’IRASEC (CNRS-Bangkok).
« Pierre Lamant fut mon professeur d’histoire en classe de terminale en 1967-1968 au lycée Paul-Lapie de Courbevoie, “dans la grisaille de la banlieue parisienne”, et le meilleur professeur d’histoire que j’aie jamais eu. Je le revois encore, lors d’interrogations écrites, arpentant les travées de la classe, un peu voûté, les cheveux longs comme l’exigeait l’air du temps, un léger sourire sardonique aux lèvres, et se frottant incessamment les mains. Si, après un long détour par les sciences naturelles, j’ai finalement retrouvé l’histoire, c’est sans doute un peu grâce à lui. Je ne l’ai revu qu’une seule fois après 1968, à des Assises de l’AFRASE, pour me re-présenter à lui, mais je dois dire que mes prestations scolaires palupaliennes ne semblaient pas avoir particulièrement marqué sa mémoire. » Bernard Sellato, anthropologue, spécialiste de Bornéo, ancien directeur de l’IRSEA-CNRS.
« Étudiante de Pierre Lamant au début des années 1980, je me souviens de ses cours très vivants qui donnaient toujours envie d’en savoir encore un peu plus. L’homme était brillant et drôle, le professeur passionné et passionnant, jamais impatient devant notre ignorance de jeunes étudiants. » Louise Pichard, docteure en littérature siamoise, directrice de la bibliothèque Maison Asie-Pacifique (CNRS), Marseille.
« J’appréciais beaucoup [Pierre Lamant] quand je suivais ses cours à l’INALCO. Il était passionné, parfois déchaîné par ce qu’il faisait mais toujours très rigoureux dans ses méthodes. Il ne comptait pas son temps quand il s’agissait d’aider ses étudiants à franchir les difficultés. Je lui dois beaucoup et il reste vivant dans notre mémoire. » Nguyên Van Ky, historien, INALCO.
« Il avait un “nez” historique très fin. Son ouvrage sur l’affaire Yukanthor révèle une grande subtilité : c’est de la micro-histoire avant la lettre. » Gilles de Gantès, historien, IRSEA-Université de Provence.
« J’en ai gardé le souvenir vivant, tenace, plaisant, d’un grand érudit, d’un homme élégant, aux manières et au style un peu passé, très Second Empire, pourtant moderne et ouvert sur la jeunesse, l’avenir, mais surtout, d’abord et avant tout, la marque d’un grand, d’un immense pédagogue, d’un professeur talentueux qui, bien que nous enseignant une matière a priori des plus arides, l’histoire ancienne du Cambodge (entre autres matières), la rendait si vivante, si présente, si passionnante, qu’il a réussi, j’en suis témoin, à intéresser, pour la vie, tous ceux qui ont assisté, comme moi, à ses cours auxquels les étudiants se précipitaient d’ailleurs heureux, quelle que soit leur appartenance sociale, politique, culturelle ou linguistique. Ce n’est pas rien. », Pierre Le Roux, ethnologue.

4Qu’il repose en paix, auprès de son épouse Maria, la première passion de sa vie.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Lamant Pierre L., L’Affaire Yukanthor. Autopsie d’un scandale colonial, Paris : Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 1989, 243 p.

Lamant Pierre L. (dir.), Bilan et perspectives des études khmères (Langue et Culture), Actes du Colloque de Phnom Penh, 29-30 novembre-1er décembre 1995, Paris : L’Harmattan, 1997, 256 p.

Articles

Lamant Pierre L., 1959, « La notion de civilisation », Revue de l’Institut national pédagogique, Phnom-Penh, 2, mai 1959 : 14-18.

Lamant Pierre L., 1977, « La date de la mort du roi khmer Ang Duong », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, t. LXIV, ; p..217-223.

Lamant Pierre L., 1980, « L’Affaire Duong Chakr », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer, t. LXVII, 246-247 : 123-150.

Lamant Pierre L., 1981, « Rencontres du passé et du présent ou Considérations sur l’histoire ancienne et récente de l’Indochine orientale », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 9-10 : 77-122.

Lamant Pierre L., 1984, « Pour une nouvelle problématique du règne de Jayavarman VII », ASEMI, Cambodge II, vol. XV, 1-4 : 101-110.

Lamant Pierre L., 1985, « La Révolution nationale dans l’Indochine de l’amiral Decoux », Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, 138, avril : 21-41.

Lamant Pierre L., 1985, « Les prémices des relations politiques entre le Cambodge et la France vers le milieu du xixe siècle », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer, t. LXXII, 267 : 167 198.

Lamant Pierre L., 1987, « Les partis politiques et les mouvements de résistance khmers vus par les services de renseignement français (1945-1952) », Guerres mondiales et conflits contemporains, 148 : 79-96.

Lamant Pierre L., 1988, « Après Angkor », Dossiers Histoire et Archéologie, 125, mars.

Lamant Pierre L., 1989-1990, « Essai de portrait du roi khmer Ang Duong », Approches Asie, Université de Nice, n°spécial : 26-31.

Lamant Pierre L., 1990, « Le Cambodge revisité », Bulletin de l’Association des Anciens Élèves des Langues orientales, novembre : 3-10.

Lamant Pierre L., 1991, « Les fantasmes d’un administrateur colonial : le cas d’Etienne Aymonier », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, 29-30, 1er et 2e semestre : 269-280.

Lamant Pierre L., 1992, « Le problème cambodgien : le peuple khmer entre ses vieux démons et les intérêts des puissances », Bulletin de la Société d’Histoire moderne, XVIIIe série, 3-4 : 2-6.

Lamant Pierre L., 1993, « Le Second Empire et le Cambodge. De l’indifférence à la protection », Bulletin de l’Académie du Second Empire, 12, nov.-déc. : 21-24.

Lamant Pierre L., 1994, « Problèmes actuels de salubrité à Phnom Penh », in Ingénieurs sans frontières, 27, juin : 20-23.

Lamant Pierre L., 1994, « Le Cambodge. Un peuple, une histoire et une culture », L’Avant-Scène Cinéma, 435, oct. : 70-72.

Lamant Pierre L., 1995, « Les mésaventures du vocabulaire historique et politique. Le cas de l’Indochine », Le Bulletin, Association des Anciens Élèves (INALCO), mai : 61-71.

Lamant Pierre L., 1996, « D’un Colloque l’autre, 1995-1996 », Le Bulletin, Association des Anciens Élèves (INALCO), nov. : 133-136.

Lamant Pierre L., 1997, « L’art khmer en majesté », Le Bulletin, Association des Anciens Élèves (INALCO), mai : 147-150.

Lamant Pierre L., 1997, « Réflexions à propos d’une nouvelle renaissance du Cambodge », Mondes et Cultures.

Lamant Pierre L., 1997, « Nouvelles du Cambodge. L’Année terrible », Le Bulletin, Association des Anciens Élèves (INALCO), octobre.

Lamant Pierre L., 2004, « La permanence religieuse dans l´histoire du Cambodge », , Géopolitique, « Bouddhisme et pouvoir », 85, janvier mars.

Lamant Pierre L., 2005, « Considérations sur l’histoire des peuples et des cultures de l’Asie du Sud-Est continentale », Bulletin d’Arch’Asie, 1, 1, mis en ligne le 20-05-2005 : 44-55.

Contributions

Lamant Pierre L., 1971, « L’Asie du Sud-Est du xvie au xviie siècle »; « Bayinnaung (1516-1581) » ; « Phra Naray (1632-1688) », in Les Hommes d’État célèbres, Victor Louis Tapié (dir.), t. IV. Paris : Mazenod.

Lamant Pierre L., 1976, « L’Affaire Duong Chakr, un ténébreux épisode de l’histoire du Cambodge colonial », in Proceedings of the 30th International Congress of human Sciences in Asia and North Africa, Mexico, août 1976, non publié.

Lamant Pierre L., 1978, « Le Cambodge sous le Protectorat français », in Mondes et Cultures, Comptes rendus trimestriels des séances de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, t. XXXVIII, 1978-2, p. 135-142.

Lamant Pierre L., 1983, « Siam y Indochina francesa » ; « Camboya, Laos, Tailandia y Vietnam : independentismo y revolucion », in Historia universal Salvat, Barcelone.

Lamant Pierre L., 1985, « Survivre pour renaître : le protectorat français sur le Cambodge », in Indochine. Alerte à l’Histoire, Paris, Académie des Sciences d’Outre-Mer, p. 329-340.

Lamant Pierre L., 1986, « Le Cambodge et la décolonisation de l’Indochine : les caractères particuliers du nationalisme khmer de 1936 à 1945 », in Les Chemins de la décolonisation de l’Empire colonial français, Paris : Éditions du CNRS, p. 189-199.

Lamant Pierre L., 1987, « Asie du Sud-Est » et intégralités des notices historiques se rapportant à cette région, in Larousse encyclopédique en 5 volumes, Paris.

Lamant Pierre L., 1989, « La frontière entre le Cambodge et le Viêt Nam du milieu du xixe siècle à nos jours », in Les Frontières du Viêt Nam, P.- B. Lafont (dir.), Paris : L’Harmattan, p. 156-182.

Lamant Pierre L., 1990, « Les Malais du Cambodge face à l’instauration du Protectorat français », in Le Monde indochinois et la péninsule malaise, Kuala Lumpur, p. 69-80 (édition en malais également).

Lamant Pierre L., 1991, « La création d’une capitale par le pouvoir colonial : Phnom Penh », in Péninsule indochinoise. Études urbaines, P.B. Lafont (dir.), Paris : L’Harmattan, p. 59-102.

Lamant Pierre L., 1993, « Approche méthodologique de quelques sources européennes de l’histoire khmère : les dangers de la subjectivité et de l’ignorance », in Travaux du Symposium sur les sources de l’Histoire khmère, Paris, École pratique des Hautes Études, IVe Section, juin.

Lamant Pierre L., Dictionnaire Robert des noms propres, refonte des notices sur le Cambodge, le Laos et la Thaïlande, éditions 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999 et 2000.

Lamant Pierre L., 1994, Postface sur George Groslier, in George Groslier, Le retour à l’argile, roman, réédition, Paris : Ed. Kailash, p. 217-220.

Lamant Pierre L., 1995, « Sanf », in Encyclopédie de l’Islam, Leiden : Brill, nouvelle édition.

Lamant Pierre L., 1995, « Royauté et monarchie au Cambodge », in Notes sur la culture et la religion en péninsule indochinoise, Nguyên Thê Anh et A.Forest (dir.), Paris : L’Harmattan, p. 107-116.

Lamant Pierre L., 1997, « Les travaux sur l’histoire moderne et contemporaine du Cambodge en France », in Actes du Colloque de Phnom Penh (nov.-déc.1995), Paris, L’Harmattan, p. 169-178.

Lamant Pierre L., 1998, « Le traité franco-siamois du 15 juillet 1867 : erreur historique et faute politique », in La Khmérologie. Connaissance du passé et contribution au renouveau du Cambodge, actes de la Conférence internationale sur les Études khmères (Phnom Penh, 26-30 août 1996), Sorn Samnang (dir.), tome I, Phnom Penh, p. 221-229.

Lamant Pierre L., 1998, « Quand l’intervention de l’Occident brise un processus historique : le cas de la France au Cambodge », in Guerre et Paix en Asie du Sud-Est, Nguyên Thê Anh et Alain Forest (dir.), Paris : L’Harmattan, p. 293-302.

Lamant Pierre L., à paraître, « Étapes et péripéties de l’implantation siamoise en Asie du Sud-Est », in Actes du Colloque franco-thaïlandais, 29 sept.1997, Paris.

Lamant Pierre L., 1997, « The Trade relations between Burma and European nations in the middle of the xviiith century : hopes and tragedies », in Actes du Séminaire euro-japonais, Tokyo, octobre.

Lamant Pierre L., à paraître, « Quand la géographie aide à comprendre l’histoire : quelques remarques à propos du Cambodge ancien », in Proceedings of the National socio-cultural Research Congress on Cambodia, Phnom Penh, 17-19 décembre 1997.

Lamant Pierre L., Anne Luthaud et al. (dir.), 2001, Thaïlande, Paris : Larousse, coll. « Passions d’ailleurs », 143 p.

Lamant Pierre L., 2004, « A propos du travail forcé et des corvées dans l´Indochine française : sociétés traditionnelles, colonisation et valeurs asiatiques », in Europe-Asie. Echanger, éthiques et marchés (xviie-xxe siècles), Martine Raibaud et Françoise Souty, Paris : Les Indes Savantes.

Compte rendus

Nombreux comptes rendus dans Historiens et Géographes ; Revue française d’Histoire d’Outre-Mer (actuelle Outre-Mers, revue d’Histoire) ; Arts Asiatiques ; Hommes et destins.

Cette bibliographie fut réunie, pour l’essentiel, par l’AEFEK, et en recollant ses archives personnelles à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « In Memoriam Pierre-Lucien Lamant (1926-2007) », Moussons, 13-14 | 2009, 373-380.

Référence électronique

Jean-François Klein, « In Memoriam Pierre-Lucien Lamant (1926-2007) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://moussons.revues.org/863 ; DOI : 10.4000/moussons.863

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page