Navigation – Plan du site
Articles

Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886)

Jean-François Klein
p. 55-93

Résumés

Dans la seconde moitié du xixe siècle, les milieux d’affaires lyonnais liés à l’industrie de la soie – les Soyeux – réussissent à ravir aux Britanniques le marché des soies d’Asie (Bengale, Chine et Japon). Dans un premier temps, sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire (de 1843 à 1870), ils mettent en place une route française des soies asiatiques, système complexe alliant maisons de commerce, banques, entrepôts, infrastructures portuaires et ferroviaires. Afin de renforcer leur avance – et dans un contexte de tensions économiques majeures liées à la récession de la fin du xixe siècle – les Soyeux vont jeter leur dévolu sur le Tonkin, vu comme une porte ouverte sur les marchés pensés comme fabuleux du Yunnan et du Sichuan. Ces libéraux, regroupés autour de meneurs d’hommes charismatiques (Aynard et Pila) vont entrer par capitaux interposés dans une logique de repli impérial qui succède à la logique du tout ouverture internationale des lendemains du traité de libre-échange de 1860. Dans les logiques – à la fois politiques et économiques – des Soyeux, le Tonkin apparaît comme une pièce maîtresse dans la partie de poker qui les oppose à leurs partenaires Britanniques dans ce « scramble » indochinois de cette fin de siècle, pendant asiatique de la course au Nil. Au cœur de cette stratégie impériale des Soyeux, le port d’Hải Phòng devient un enjeu majeur, un lieu où s’entrecroise la trame des capitaux et la chaine des réseaux de ces hommes d’affaires qui n’ignoraient rien des subtilités des us commerciaux particuliers de la mer de Chine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et corrigée de l’édition papier.

Texte intégral

  • 1 Si, théoriquement, seuls les marchands-fabricants sont appelés « Soyeux » – ils achètent la soie gr (...)
  • 2 Nous entendons par Asie orientale un espace large incluant l’Asie de l’Est (Japon, Chine, Corée) ma (...)
  • 3 Klein (2002). Voir aussi les notices qui leur sont consacré dans P. Cayez et S. Chassagne, Les patr (...)
  • 4 Maladie qui ravagea les élevages de vers à soie entre 1843 et la fin des années 1880 avant que Past (...)
  • 5 Sur la « Connected History » et ses enjeux épistémologiques voir le dossier coordonné par Caroline (...)
  • 6 C’est-à-dire un ensemble d’éléments organisé de composants coordonnés de façon à former un tout coh (...)
  • 7 Lui-même pensé comme voie de pénétration vers le Sichuan, ce qui en dit long sur le niveau de mécon (...)

1Au xixe siècle, de la monarchie de Juillet à la fin du Second Empire, de 1830 à 1870, un petit groupe d’hommes d’affaires lyonnais, dont la plupart sont des Soyeux1, réussissent à faire la capitale mondiale de l’industrie de la soierie de luxe, l’emporium des soies grèges du Bengale et d’Asie orientale2. Marqués à la fois par le libéralisme (Todd 2008) et le saint-simonisme (Klein 2002), Claude-Joseph Brosset, tout à la fois président de la Chambre de commerce et marchand-fabricant, ainsi que son bras droit, le marchand de soie François-Barthélémy Arlès-Dufour3 – connu par son fort engagement saint-simonien – réussissent à bâtir en moins de deux décennies, dans une conjoncture économique défavorable (pandémie de la pébrine4), une route française des soies d’Asie, battant en brèche le monopole détenu depuis le début du xixe siècle par les Britanniques. Un véritable réseau d’entreprises, d’appareils financiers et d’infrastructures – souvent connectées les unes aux autres par des hommes siégeant dans les mêmes conseils d’administration – participent à la mise en connexion5 de l’industrie lyonnaise et européenne (Londres, Bâle, Zurich, Krefeld, Milan) avec les lieux de production d’Asie (Bengale, Chine, Japon) par la construction d’un véritable système6. Cependant, malgré une solide et précoce présence à Yokohama et dans les concessions à bail chinoises – principalement à Shanghai et Guangzhou –, sans parler de la tête de pont établie en Cochinchine et au Cambodge, les Français subissent de plein fouet la concurrence des anglo-saxons, britanniques et américains, sur les marchés d’Asie orientale. Ne pouvant accéder directement aux riches régions séricicoles du Sichuan, les Soyeux lyonnais qui succèdent à la génération Arlès-Dufour/Brosset au moment où la IIIe République peine à s’installer dans le paysage politique français, jettent le dévolu sur le Tonkin, pensé comme l’antichambre de la Chine méridionale. Le Bằc Bộ (le Tonkin des Français), n’est-il pas en effet limitrophe du Yunnan7, du Guangdong et du Guangzi ? Dès lors, le principal port du Tonkin devient un lieu stratégique d’un vaste plan d’ensemble visant à compléter le système initial pensé par Arlès-Dufour. Ne pouvant accéder directement au cœur de la Chine, les acteurs économiques français envisagent – tous comme leurs homologues britanniques – de passer par la péninsule indochinoise et ses principales vallées fluviales (pour faire simple, Irrawaddy puis Salouen côté anglais ; Mékong puis fleuve Rouge côté français). Hải Phòng est donc alors pensé comme un maillon stratégique de la route française des soies d’Asie, le port au débouché du fleuve Rouge devant, en théorie, renforcer la mainmise des Soyeux lyonnais sur le marché des grèges extrême-orientales. Leur but : drainer celle-ci de Chine du Sud via le fleuve Rouge vers Hải Phòng.

  • 8 On nomme ainsi ceux qui étaient à la gauche de Thiers sous Louis-Philippe, c’est-à-dire les Orléani (...)

2Il s’agit ici de comprendre pourquoi et comment ces milieux d’affaires libéraux – trop souvent présentés comme hostiles par essence à la colonisation (Singaravélou 2008) – optent pour une certaine idée de la colonisation. Nous verrons aussi comment le banquier Édouard Aynard (1837-1913), député libéral et président de la chambre de commerce de Lyon, et le marchand de soie Ulysse Pila – tous deux devenus à la fin du xixe siècle les parangons de la présence lyonnaise en Asie Orientale – élaborent une véritable stratégie visant à obtenir, à partir de Hải Phòng, un quasi monopole sur les affaires tonkinoises dont ils ne sont pas loin de penser qu’elles représentent une chasse gardée des intérêts lyonnais qu’ils attirent sur cette affaire et qu’ils représentent. à travers un jeu d’échelles (Revel 1996) permettant d’obtenir simultanément des focales différentes et l’analyse de ces réseaux d’influence, il s’agit de comprendre comment ces deux Républicains du Centre gauche8, dans le contexte de la Grande dépression (1873-1898) réussissent simultanément à rallier à leurs projets coloniaux les libéraux lyonnais et faire du port de Hải Phòng un chainon indispensable à la politique impériale française en Asie orientale.

3Pour plus de clarté, selon un schéma classique, nous avons délimité trois périodes. La première, qui s’étend de 1873 à 1884, reprend rapidement les raisons de cette opération asiatique et ce que représente alors le nord Tonkin pour les stratèges lyonnais. Ensuite, nous analyserons la période 1884-1894, moment où Édouard Aynard et Ulysse Pila mettent en place une véritable entreprise de communication afin de démontrer l’urgence d’une implantation haiphonnaise. Il s’agit d’essayer de comprendre le système qu’ils voulurent bâtir et la logique dans laquelle il s’inscrivait. Enfin, la dernière partie s’attarde sur la phase 1894-1899, moment de mobilisation des énergies des Soyeux afin de rebondir. Le temps est à l’adaptation suite aux profondes mutations qui marquent l’arrêt de la conquête et le début de la mise en valeur coloniale du Tonkin. Nous tenterons de mesurer l’échec relatif du premier système haiphonnais et nous verrons comment, compte tenu de la conjoncture, les Lyonnais surent adapter leur stratégie par toute une série d’opérations tactiques qui révèlent, outre la place que revêt ce port dans la mise en valeur de l’ex-Indochine, l’importance jouée par le capitalisme lyonnais sur la scène de l’Asie orientale dans les deux dernières décennies du xixe siècle.

Prolégomènes d’une stratégie asiatique lyonnaise

  • 9 Il suffit pour cela de feuilleter l’ouvrage de Blanchard et Boëtsch (dir.), Marseille porte Sud : u (...)
  • 10 Ce qui était aussi le cas de Marseille, cependant, les hommes d’affaires de la cité portuaire inves (...)

4Au préalable, il est juste de se demander quels types de liens peuvent unir une ville continentale comme Lyon à Hải Phòng, un port du bout du monde. Si nous eussions évoqué les rapports entre Marseille et le port du Tonkin, la chose eût paru aller de soi. Pourtant, les clichés sont souvent trompeurs. La présence de l’Indochine à Marseille, extrêmement importante dans l’imaginaire collectif9, tient pourtant davantage du mythe que de la réalité financière. Si le bateau part de Marseille, en revanche, les capitaux phocéens s’investissent ailleurs (Daumalin 1998). En revanche, Lyon était, à la même époque, l’une des composantes essentielles du capitalisme français, précocement acquis au libéralisme et au libre-échange10. Ses élites économiques mirent en place un système définissant les axes d’une expansion mondiale quasi autonome, régie par des principes spécifiques et qui, jusqu’en 1913, assurèrent à la France par la vente des soieries le premier poste des ses exportations (11 %). Ceci expliquant aussi l’exceptionnelle capacité de la seconde place financière française et de ses élites à peser sur les choix politiques nationaux et internationaux, en particulier en Asie orientale où se trouvent concentrés la majeure partie de leurs intérêts.

5Depuis la fin du Moyen Âge, rappelons que Lyon est la principale fabrique européenne de soieries de luxe. Cette production à très haute valeur ajoutée, très convoitée, a toujours été soumise à d’intenses spéculations, à la fois sur les tissus – les soieries – mais, aussi, sur la matière première nécessaire à la confection des étoffes – les soies grèges (soie brute). Ce secteur industriel génère des faillites proportionnelles à l’enrichissement potentiel qu’il peut offrir et nécessite une masse considérable de capitaux.

6Déjà aux xviie et xviiie siècles, les soies d’Asie centrale ou orientale étaient utilisées par la fabrique lyonnaise pour confectionner les riches étoffes. Cependant, ces qualités de grèges n’ont jamais représenté un marché qui aurait rendu les Soyeux captifs de ces approvisionnements. En effet, l’une des conséquences de la politique protectionniste de Colbert puis du Blocus napoléonien avait été de développer une production nationale – ou de proximité dans des régions sous contrôle français – de qualité : vallée du Rhône, Cévennes, piémonts italiens et provinces levantines ottomanes. Néanmoins, les soies d’Asie pouvaient offrir un appoint important, essentiellement en termes de diversification des qualités de fils.

  • 11 Un organsin est un fil de soie composé de deux ou trois brins de soie grège qui ont été tordus indi (...)
  • 12 Contrairement à ce que Pierre Cayez avançait dans ses ouvrages, Métiers jacquard et hauts fourneaux (...)
  • 13 Nom donné traditionnellement à l’organisation complexe de l’industrie de la soierie lyonnaise qui c (...)

7Durant deux siècles, les grèges asiatiques furent donc travaillés par les artisans lyonnais, les canuts. Pourtant, au début du xixe siècle, l’invention du métier Jacquard entraîne une rupture. En effet, les qualités venues d’Asie sont considérées comme cassantes et de moins bonnes qualités que les organsins11 cévenols ou piémontais, voir même les grèges du Levant. Ces contraintes techniques sont accompagnées par l’arrêt des relations directes avec l’Asie avec la disparition de la Compagnie des Indes Orientales, étudiée par Philippe Haudrère (2005), et ses derniers avatars, en particulier le système Monneron (Klein 2011). Quant au marché des soies asiatiques – situé à Londres depuis le xviiie siècle – il est, un temps, abandonné par les marchands de soie lyonnais lors du blocus continental décrété en 1806 par Napoléon. L’ensemble de ces mutations conjoncturelles et structurelles expliquent cette rupture et le désintérêt des Soyeux français durant près de quatre décennies pour les variétés de grèges d’Asie centrale et orientale. Négliger ne veut pourtant pas dire méconnaître12, ce qui explique le rapide ajustement qu’ils opèrent sous le Second Empire alors que la Fabrique13 souffre d’une famine de grèges. De plus, après 1815, les soies d’Asie continuent à être tissées, mais de façon quasi exclusive par les fabricants prussiens de Krefeld, suisses de Bâle ou Zurich ou encore anglais de Whithechapel ou Spitafield, les quartiers de la soierie londonienne. Les Anglais, ou plutôt les réseaux de marchands écossais de l’East India Compagnie (EIC) et, plus tard, les maisons de commerce comme Dent, Beal & Cie ou Jardine, Matheson & Cie achetaient les grèges au Bengale ou à Guangzhou, parfois dans les ports indochinois et les ramènent jusqu’aux docks de la Tamise (Fry 2001). C’est à Londres et non pas en Asie, où les navires français sont trop peu nombreux, que les Soyeux, essentiellement par le biais des réseaux protestants, venaient acheter ces soies et les revendaient ensuite à la commission dans toute l’Europe continentale. Les fabricants lyonnais en utilisaient parfois pour les besoins de la confection, mais de façon sporadique, généralement lors des mauvaises récoltes européennes ou méditerranéennes ou bien, lorsque des besoins en fils de qualités inférieures se faisaient sentir. Le système était parfaitement rodé. Les Britanniques, disposant de l’expérience et de relais en Asie orientale, de maisons de commerce, de compagnies de navigations et de banques achetaient et transportaient jusqu’à Londres. Le relais étant pris ensuite par les marchands de soie lyonnais qui usaient de leurs réseaux – souvent doublés avec ceux du Refuge protestant – pour revendre les grèges aux fabriques continentales. Pour les Soyeux lyonnais, les soies asiatiques – qui ne transitaient même pas par Lyon, puisqu’elles étaient expédiées en Europe du Nord depuis les agences londoniennes des sociétés de négoce lyonnaises – représentaient une commission très rentable. Cependant, l’approvisionnement n’était absolument pas vital à la production de soieries françaises. Cependant, la pandémie de pébrine allait bouleverser ce que l’on pourrait appeler un partage à l’amiable du marché mondial des soies asiatiques. Les marchands de soie lyonnais cherchent alors de nouveaux approvisionnements en Asie orientale pour alimenter la Fabrique. Déjà, sous la Monarchie de Juillet, lors de l’ouverture des relations diplomatiques et commerciales franco-chinoises, la Chambre de commerce avait commandité une véritable autopsie de l’industrie de la soierie chinoise et des qualités de grèges que l’on pouvait y trouver. Concluant à la nette avancée technologique des Lyonnais, les Soyeux ont beaucoup appris sur ces contrées sans pour autant mobiliser ce marché. Il était encore trop tôt. Ce n’est qu’à partir de 1857, lorsque la pébrine détruit plus des trois quart de la production française, qu’ils se saisissent de nouveau du dossier chinois. D’autant que la révolution de la mode – le passage de l’uni au façonné et le développement des techniques d’étoffes mélangées (soie/coton ou soie/laine) – dans le contexte éprouvant de la pandémie, exige une réaction rapide sous peine de voir la Fabrique s’effondrer. Parallèlement, les portes paroles des milieux d’affaires lyonnais – tels Arlès-Dufour et Natalis Rondot (Klein 2009) – négocient très discrètement avec l’un des principaux partenaires commerciaux d’Arlès, l’Anglais Richard Cobden, – et ce, depuis la Monarchie de Juillet – ce qui est amené à devenir le traité de libre-échange franco-britannique de 1860. C’est dans ce contexte que les Soyeux français établissent une stratégie visant à concurrencer directement en Asie orientale les Britanniques devenus, brusquement, du fait de la réaction commerciale en chaine induite par la pébrine, des intermédiaires trop coûteux. Mieux encore, après une première phase de coopération avec les Britanniques (1850-1860), ils réussissent progressivement, puis définitivement, à ravir à Londres le monopole des ventes de grèges asiatiques en détournant vers Lyon la voie maritime empruntée par les soies d’Asie (Klein 2002). Pour se faire, ils créent de toutes pièces une route française permettant l’acheminement des grèges jusqu’à Marseille et, de là, jusqu’à Lyon d’où elles sont redistribuées sur les marchés européens.

  • 14 Les Saint-simoniens voient la terre couverte d’un réseau de chemins de fer, de lignes de steamers e (...)
  • 15 La future Compagnie des Messageries Maritimes (Bois 1992 et Berneron-Couvenhes 2007).
  • 16 Alors que le projet le plus important était la subvention d’une ligne Dakar-Rio de la Plata (commer (...)

8Cette route, bâtie durant l’éveil de l’Europe au libre-échange, va progressivement transformer les Lyonnais en spécialistes des affaires asiatiques. C’est un véritable système intégré que le négociant en soie saint-simonien14 Arlès-Dufour et le président de la chambre de commerce de Lyon, le libéral Joseph Brosset, réussissent à mettre en place de la fin des années 1840 à 1869 en mobilisant tout le réseau saint-simonien libéral européen. On est bien au-delà du Système de la Méditerranée pensé par Michel Chevalier. On y trouve, outre la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, le Magasin général des soies de Lyon, le Chemin de fer Paris-Lyon à la Méditerranée (PLM), la Société des docks et entrepôts de Marseille ainsi que des banques de dépôts, dont le Crédit Lyonnais – fondé par Arlès-Dufour – qui joua jusqu’en 1881 le rôle de relais bancaire des Soyeux avec les établissements financiers anglais d’Asie orientale. Parallèlement à l’achèvement en France des infrastructures portuaires et de transports, l’établissement de connections commerciales, l’influente chambre de commerce de Lyon, présidée par le fabricant de soieries Joseph Brosset puis par le banquier Oscar Galline, principal actionnaire de la Compagnie des Messageries Impériales15, fait pression avec celle de Saint Etienne sur le gouvernement impérial pour que celui-ci subventionne une ligne de navigation vers l’Extrême-Orient16. De même, les hommes d’affires lyonnais et stéphanois obtiennent d’Achille Fould l’ouverture d’agences bancaires du Comptoir national d’escompte de Paris en Inde et en Chine. Enfin, pour compléter le système et pouvoir être totalement autonome vis-à-vis des Britanniques, les Soyeux fondent la Compagnie lyonnaise d’assurances maritimes tout en montant des prises de participation ou des alliances avec de puissantes compagnies anglo-saxonnes ou suisses toutes solidement implantées en Extrême-Orient comme les Britanniques Jardine, Matheson & Co ou les Américains Russel & Co. Cette première prise de contact avec l’Asie lointaine se solde par l’autonomisation progressive des milieux d’affaires français lorsque ceux-ci ouvrent les premières maisons de commerce à Shanghai, Yokohama et Guangzhou (Klein 2002). Finalement l’opération est une réussite et les Lyonnais, au crépuscule du Second Empire ont réussi à détourner définitivement de Londres à Lyon le marché des soies asiatiques après avoir mis les Marseillais à leur service. Une route française de la soie, fille de la révolution industrielle et des ambitions diplomatiques nationales, est ouverte.

9Cependant, ces hommes d’affaires qui mêlent dans leurs raisonnements le saint-simonisme d’Enfantin comme le libéralisme de Jean-Baptiste Say, ouverts sur le monde par pragmatisme commercial n’ont jamais été des partisans enthousiastes de la colonisation. Que celle-ci revête les habits de l’exclusif d’Ancien régime ou ceux de la colonisation de peuplement telle qu’elle se développa en Algérie. Seule la formule de Napoléon III du Royaume arabe, mêlant libéralisme (Paulin Talabot) et saint-simonisme (Ismaÿl Urbain) dans la formule généreuse de l’association, avait remporté – pour partie – leur adhésion (Chevalier 1855 et Levallois 2005). De la Monarchie de Juillet au Second Empire, le verbe « coloniser » se conjugue au sens saint-simonien, c’est-à-dire en échangeant afin de favoriser l’enrichissement commun, ce qui se traduit par la volonté symbolique de « marier l’Occident à l’Orient », dont le canal de Suez – véritable lit nuptial de ces idées – traduit concrètement l’esprit. Comme tous les libéraux, ces élites lyonnaises affichent longtemps une hostilité de principe à l’égard de la colonisation d’État – synonyme d’exclusif – suivant ainsi l’essentiel du credo du libéralisme économique dont restent imprégnés les principaux acteurs de l’ouverture lyonnaise à l’Asie orientale. à Lyon comme dans les autres grands centres portuaires français (Le Havre, Bordeaux et Marseille), le modèle libéral anglais de l’École de Manchester reste longtemps de mise. On peut ouvrir des concessions à coups de canons en Chine, tisser un réseau serré de points d’appuis reliés les uns aux autres pour former un système, mais il est alors hors de question d’impliquer l’État dans la gestion de possessions territoriales ultramarines. D’une part parce que cela coûte cher, ce qui ne passe pas dans un système censitaire très attentif aux dépenses publiques. D’autre part, parce qu’asservir un peuple ce n’est pas assurer son développement, donc son enrichissement. Avilir l’autre, c’est tuer la poule aux œufs d’or. Ainsi pour les Soyeux qui gravitent autour du président Brosset et d’Arlès-Dufour réussissent à mettre en place tous les moyens nécessaires à la pénétration commerciale française de l’Extrême-Orient, notamment de la Chine littorale afin de pouvoir ravitailler la Fabrique, sans pour autant envisager la moindre occupation coloniale, si ce n’est sur le modèle des concessions à bail. La formule de ce nouveau mode de prise de contrôle territorial avait été testée par l’East India Company dans les Straits Settlement britanniques de la péninsule malaise avant d’être appliqués en Chine dans les « ports ouverts ».

  • 17 Les Bordelais font de même. En particulier Maurel & Prom qui poussent Faidherbe à la colonisation t (...)
  • 18 On est loin de l’image d’Épinal du recueillement des élites sur les provinces perdues d’Alsace et d (...)
  • 19 On appel « coloniste » les partisans du maintien dans les colonies, principalement d’Afrique du Nor (...)
  • 20 Il compte parmi ses proches toutes les professions qui comptent dans la cité comme l’écrivain-archi (...)

10Connaissant cette réticence, pour ne pas parler d’aversion, des libéraux pour tout ce qui est considéré comme opération coloniale, on est en droit de s’interroger sur la rapidité avec laquelle les Soyeux lyonnais – fer du lance du libéralisme à la française avec leurs homologues bordelais – se saisissent de l’opportunité de l’installation de la France au Tonkin et, plus particulièrement, à Hải Phòng. En moins d’une décennie, la conversion est faite, la question coloniale est en train d’être intégrée dans leurs schémas théoriques comme pratiques17. Comment passèrent-ils du comptoir ou du système intégré saint-simonien à l’acceptation de la colonisation territoriale ? C’est une question essentielle, dans la mesure où elle permet d’illustrer un moment clef de la pensée politique française, peu étudiée jusqu’ici, celui de la conversion des élites libérales à l’action coloniale. Les années 1870 sont à l’origine d’un profond bouleversement économique et social. Premièrement, sans cependant induire de véritable rupture, on assiste à Lyon au remplacement des anciennes élites de la Monarchie de Juillet et du Second Empire et à l’arrivée d’une nouvelle génération de notables, Orléanistes ou, déjà, Républicains modérés, mais tous libéraux. Ils assurent ainsi le relais des réseaux constitués par la génération précédente autour d’Arlès-Dufour et de Brosset. Le personnage emblématique de cette passation des pouvoirs est, sans conteste, Édouard Aynard. Ce banquier charismatique et fédérateur, fort du réseau de sa famille de drapiers et de puissants amis, est partisan d’une République socialement modérée et économiquement libérale. Comme nombre de ses homologues – tels Jules Charles-Roux à Marseille ou Émile Maurel à Bordeaux – Aynard est aussi un des ardents défenseurs de l’expansion ultramarine française. Protégé par le longtemps inamovible ministre des Finances Léon Say et Alexandre Ribot, député du Pas-de-Calais à partir de 1889, deux ténors du Centre gauche, il défend l’expansion coloniale pour deux raisons. La première se comprend par une analyse politique qui doit se faire à l’échelle nationale. En effet, la continuation de l’entreprise impériale ultramarine est défendue dès 1874 par l’économiste libéral Paul Leroy-Beaulieu, gendre Michel Chevalier18. Adaptant la pensée saint-simonienne de son beau-père à la conjoncture économique et politique du début des années 1870 où l’on sent poindre le retour du protectionnisme, les théories libérales de Leroy-Beaulieu permettent de faire basculer dans le camp coloniste19 les libéraux et, en particulier, rallier à la République modérée – sur le champ colonial – nombre d’Orléanistes encore hésitants à basculer ouvertement pour la « Gueuse ». Le soutien à l’expansion coloniale, telle que l’envisage Gambetta dans son « Grand ministère », est alors entièrement dans la ligne politique des modérés du Centre gauche de Léon Say et d’Alexandre Ribot qui passent, sur ce plan, un partenariat politique avec les Opportunistes (Klein 2002). La seconde explication puise ses racines dans le terreau local. Aynard – comme l’essentiel des membres d’une chambre de commerce farouchement favorable au libre-échange jusqu’en 1908 – souhaite, dans un contexte de montée du protectionnisme, assurer l’approvisionnement en grèges de la fabrique lyonnaise. Or, à partir de 1873, les intérêts lyonnais passent par le Tonkin. Représentant lyonnais du Centre gauche, il exaspère les radicaux, majoritaires à Lyon et qui n’ont pas encore (et pas avant 1894) rallié la politique coloniale nationale. Bien qu’héritier d’une famille patricienne, Aynard ne néglige pas la jeune génération20 et sait s’entourer de fidèles qui, le temps venu, firent de son réseau une arme politique redoutable.

  • 21 Le likin (lijin) était une taxe intérieure à l’Empire des Qing, introduite d’une part pour financer (...)
  • 22 Souvent transcrit Tien-T’sin.
  • 23 Gong hang en cantonnais.

11En Chine, où les Lyonnais disposent depuis la fin des années 1860 des infrastructures nécessaires à l’exportation massive de soies grège, la conjoncture économique a aussi évolué. Les marchands de soie, confinés dans les concessions portuaires n’arrivent pas à pénétrer l’intérieur de l’Empire afin d’éviter les intermédiaires locaux qui alourdissent les coûts, sans compter le likin (lijin) 21, les douanes intérieures impériales chinoises qui grèvent lourdement le prix d’achat des grèges du Sichuan. De plus, depuis les traités de Tianjin22 (1858) et Pékin (1860), les Européens ne peuvent aller au-delà de la ville de Hankou (actuelle Wuhan) sur le Moyen Yangzi, véritable artère commerciale de l’empire chinois. Le trafic est assuré jusqu’à cette ville par les Anglais et, au-delà, par les négociants et les marchands-banquiers cantonnais. Afin de s’affranchir des services des uns et des autres, les Lyonnais cherchent un moyen pour contourner à la fois ces intermédiaires tout en tentant de détourner du Yangzi la production séricicole du Sichuan vers les frontières méridionales chinoises. Pour cela, les fleuves de la péninsule indochinoise présentent un intérêt stratégique dans la mesure où la plupart prennent leurs sources en Chine du Sud. Quant aux négociants Britanniques, eux aussi envisagent de s’approvisionner directement en Chine méridionale pour éviter l’intermédiaire de la guilde des marchands chinois, le Co Hong23. Il leur faut trouver un moyen de contourner l’interdiction impériale en cherchant des voies d’accès fluviales depuis les possessions acquises dans la péninsule indochinoise. Tandis que les Britanniques resserrent leur emprise sur les bassins hydrographiques birmans, les Français, présent en Cochinchine depuis 1859, espèrent faire de Saigon l’emporium du Yunnan voisin, pensé comme l’antichambre du Sichuan.

  • 24 D’autant que les Soyeux milanais, aidés par les financiers suisses de Zurich et Bâle, cherchent, à (...)
  • 25 Les circuits commerciaux de la soie, comme tous ceux du luxe, sont hautement spéculatifs.
  • 26 En aménageant le port de Gênes et en travaillant à la percée du tunnel du Saint-Gothard. Voir, à ce (...)

12Pour les élites lyonnaises de la soie, la route de la Chine méridionale est devenue vitale : s’ils veulent rester concurrentiels et conserver le marché des soies asiatiques, ils doivent impérativement éviter le moindre surcoût24. D’autant que, si l’on en croit les procès-verbaux des réunions de l’Union des marchands de soie (UMS), les négociants chinois ne répondent pas aux exigences des Soyeux lyonnais qui les accusent de profiter d’une situation quasi monopolistique pour frauder en augmentant le taux d’hygrométrie des balles de grèges afin d’en accroître artificiellement le poids. Pour ces patrons de la soie, outre les tensions commerciales avec la guilde marchande, la voie indochinoise, pensent-ils, éviterait aussi les taxes intérieures (lijin), les intermédiaires chinois et britanniques. Cet intérêt frénétique pour la voie du Yunnan à une explication : les grèges asiatiques de plus en plus demandées assurent désormais plus de 50 % de la production d’une industrie qui, en valeur ajoutée, est de loin celle qui, à l’export, rapporte le plus à la France. Sans compter que les marchands de soie lyonnais revendent les 50 % restant aux industriels de Krefeld, Bâle ou Zurich, moyennant de confortables commissions les bonnes années25. De plus, les Milanais, aidés par les capitaux de banquiers suisses, tentent à leur tour d’emporter le marché de redistribution des soies asiatiques26. C’est cet ensemble très complexe, qui emprunte à la fois à l’économique, au politique comme à l’histoire culturelle qui permet d’expliquer la conversion des principales élites de la soie lyonnaise à ce que Raoul Girardet avait appelé, en son temps, L’Idée coloniale, celle développée par les républicains opportuniste, partisans de Léon Gambetta ou Jules Ferry. Le cas lyonnais permet ici de prendre de la distance avec des affirmations – parfois à l’emporte pièce – ne privilégiant qu’un aspect des causes de l’engagement des élites dans la cause impériale. Ces racines sont multi-causales et ne peuvent se résumer à seulement l’une d’elle sans prendre le risque d’en manipuler l’histoire et d’en tordre les conséquences.

  • 27 La mission menée par Doudart de Lagrée, partie de Saigon en 1866 et arrivée en Chine en 1868, démon (...)
  • 28 En 1876, Isidor Hedde, ancien délégué des Soyeux lors de la première mission commerciale en Chine ( (...)

13Alors qu’en France les positions évoluent, les explorateurs de la voie du Mékong27 ont démontré en 1868 l’impossibilité d’utiliser le grand fleuve comme voie navigable de Saigon à la Chine méridionale. En revanche, Francis Garnier et Jean Dupuis prouvent au début des années 1870 que le fleuve Rouge, principale artère fluviale du Tonkin, permet l’accès au Yunnan et, au-delà – c’est qui l’on imagine en France – aux riches terroirs séricicoles du Sichuan28. Une certaine fébrilité – dont témoignent les articles enflammés parus dans la presse gravitant autour des chambres de commerce – s’empare des milieux d’affaires français qui rêvent d’avoir trouvé le débouché tant souhaité. Et l’impatience est d’autant plus grande que, dès 1873, les Britanniques annoncent leur projet de construction d’un chemin de fer reliant Bhàmo au Yunnan depuis leurs possessions de Basse-Birmanie. La prise du Tonkin devient donc une affaire vitale pour des marchands de soie français qui, jusqu’alors s’étaient désintéressés de la question indochinoise, préférant consolider leurs réseaux chinois solidement installés dans les concessions de Guangzhou et, surtout, de Shanghai.

  • 29 Notons qu’on observe, à la même période, le même phénomène à Marseille autour de l’alter ego marsei (...)
  • 30 Sur la peur panique des élites lyonnaises face à la République, ayant pour origine le décret « Lyon (...)
  • 31 Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les livres d’images dirigés par Pascal Blanchar (...)

14L’autre raison qui pousse les Soyeux à s’intéresser à la question coloniale est le retournement de la conjoncture économique mondiale. L’année 1873 annonce la Grande dépression (1873-1898) qui se traduit par l’abandon progressif du libre-échange par les Européens. à cela, en 1882, il faut ajouter à Lyon le krach de la banque catholique L’Union Générale. La faillite de la banque catholique d’Eugène Bontoux pousse les banquiers locaux à chercher de nouveaux moyens de placements. L’empire outre-mer est ainsi perçu, non comme une panacée mais, simplement, comme un moyen supplémentaire permettant d’employer les capitaux de la seconde place financière française. Enfin, troisième raison à l’installation chaotique du régime républicain. Nous avons vu plus avant que sous le gouvernement d’Adolphe Thiers, les libéraux modérés du Centre gauche, dirigés par Léon Say, sont favorables au principe colonial. Sur ces questions, leur ténor, Paul Leroy-Beaulieu, de tradition orléaniste mais rallié à la République, comme ses amis Édouard Aynard et Léon Say, publie en 1874 De la colonisation chez les peuples modernes. Son but : rallier les libéraux, de quelques bords qu’ils soient, à la colonisation et, au-delà, à la République. Afin de former une base politique plus large, les républicains modérés s’allient autour de cette idée avec les républicains opportunistes, partisans de Gambetta ou de Ferry. Celle-ci est suffisamment neutre et large pour rallier des familles politiques que leurs convictions semblent séparer. C’est précisément à ce moment que s’organise à Lyon29 un groupe de pression républicain qui fait de la question coloniale l’un de ses principaux chevaux de bataille. Animé par Édouard Aynard, il cherche à diffuser ces idées auprès des notables de la soie et de l’industrie dont bon nombre sont encore orléanistes ou bonapartistes tant le nouveau régime républicain inquiète les notables qui voient dans la IIIe République une cadette de celle de 179330. L’expansion ultramarine offre en effet un terrain neutre, d’autant plus dans une ville où les élites sont ouvertes sur l’outre-mer par besoins économiques et où les plus engagés soutiennent avec force les missions catholiques. Deux institutions lyonnaises jouent alors un rôle important dans la définition d’une véritable doctrine coloniale lyonnaise. La première, la Société de géographie de Lyon, est fondée en 1873 dans les locaux du syndicat L’Union des marchands de soie, ce qui en dit long sur l’orientation de cette institution (Klein 2008a et Vasquez 2004). Quant à la seconde, il s’agit de la Société d’économie politique locale, fondée sur le modèle parisien, véritable temple de la pensée libérale et, parfois, des idées saint-simoniennes (Klein 2002). Ce dernier cercle de sociabilité, regroupant avocats et hommes d’affaires sensibles à l’évolution républicaine nationale est, de fait, sous le contrôle des hommes de la soie, la fine fleur de l’élite locale. A Lyon, l’exploration des champs ultramarins et la question coloniale permettent la rencontre de milieux politiques que tout oppose. C’est là toute l’intelligence d’Édouard Aynard qui sait faire converger l’amour de la « Petite Patrie », les spécificités industrielles locales et l’appel nécessaire des mondes extérieurs, tant au point de vue religieux qu’économique en faisant converger intérêts régionaux, nationaux et impériaux. En fait, il réalise à l’échelle des élites urbaines locales le projet que son groupe politique tente d’appliquer à l’ensemble de la nation. C’est là une démarche pour le moins intéressante : l’Empire, c’est-à-dire les marges de la France, doit aider à construire l’identité nationale en passant par l’exaltation des petites patries. Phénomène déjà analysé, dans le cadre purement hexagonal à travers l’école et l’armée, par Jean-François Chanet (1996 et 2006). C’est la raison pour laquelle ces discours coloniaux « régionalistes » se ressemblent tant à Lyon, Marseille ou Bordeaux. Derrière la tactique du discours municipal, il faut voir la stratégie nationale31.

  • 32 Les idées avancées par Gilles Manceron, dans son livre peu convaincant Marianne et les colonies (20 (...)
  • 33 Si ce chiffre peut paraître anodin, cependant les Lyonnais totalisent 59 % des investissements régi (...)
  • 34 Il était prévu un grammage en argent fin légèrement supérieur à celui des piastres espagnoles et de (...)
  • 35 Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.
  • 36 Ces propos britanniques sont alors jugés à Lyon comme relevant, en réalité, de manœuvres d’intoxica (...)
  • 37 Sur Sir Robert Hart (1835-1911), voir Van de Ven (2006).
  • 38 Il fut organisé par les nations occidentales afin de percevoir les droits dus à la cour impériale c (...)
  • 39 China Imperial Maritime Customs (Vol. 1880).

15Ainsi, c’est précisément en 1873, au moment où se pose la question du Tonkin que s’affirme le discours colonial lyonnais à la fois à la Société de géographie et à celle d’Économie politique, deux institutions dominées par les mêmes notables, issus de deux générations différentes. Les plus âgés font partie de la nébuleuse libérale saint-simonienne formée autrefois par Arlès-Dufour. Les plus jeunes, rassemblés autour d’Édouard Aynard, sont prêts à recevoir l’héritage de leurs anciens. Ceci n’a rien d’anodin car c’est bien là l’un des clefs de compréhension de la conversion des libéraux à une certaine forme de culture coloniale. Ne pas mettre en exergue la continuité qui existe entre le mouvement d’ouverture aux mondes asiatiques impulsé par les libéraux saint-simoniens de la Monarchie de Juillet puis du Second Empire et le projet colonial des Républicains libéraux ne permet simplement pas de la saisir dans sa complexité et, surtout, dans son héritage historique32. Pour ces hommes d’affaires, qui sont des praticiens de la chose libérale – à la manière du théoricien Paul Leroy-Beaulieu, devenu un « libéral colonisateur » – l’Empire doit « permettre de créer de toutes pièces un marché réservé à l’économie française, une sorte d’espace où la France pourra maintenir la liberté des échanges et la division internationale du travail entre territoires économiquement complémentaires. » (Daumalin 2008 : 112). Loin d’être un renoncement au libéralisme, cette logique est, au contraire, une tentative pour le préserver coûte que coûte. Si l’on observe à l’échelle lyonnaise, il y a toujours du saint-simonisme dans les projets sino-indochinois d’Aynard et de son chargé des affaires coloniales, le marchand de soie Ulysse Pila (Klein 1994). Bien entendu, c’est sur le terrain des affaires que s’affirme la cohésion de ces réseaux. C’est là que s’observe la continuité des hommes et des idées, même si celles-ci mutent et s’adaptent à la conjoncture des années 1870-1880. Si, dans la première moitié du xixe siècle, les Soyeux sont convaincus par les vertus du libre-échange et, en ce sens, ne sont pas favorables à la colonisation, le jeu politique autour de la question républicaine, l’évolution économique – en particulier celle du marché des soies et soieries – ainsi que le jeu des Puissances en Asie qui pousse la France à s’installer de façon durable en Indochine, font évoluer leur position. Déjà, sous le Second empire et du fait de la pébrine, la question asiatique était devenue pour les Soyeux une question prioritaire. Ils contrôlent déjà, par le biais de leurs comptoirs ou de leurs réseaux une part importante de l’organisation économique de Yokohama, Shanghai et Guangzhou. Tout ce qui touche de près ou de loin à leurs affaires est une chasse gardée. Si jusqu’alors les Soyeux avaient négligé la Cochinchine, faute d’une voie navigable jusqu’en Chine, en revanche, après 1872 et les débuts de l’affaire Dupuis, ils s’intéressent de très près à la question du fleuve Rouge. Il ne faut donc pas s’étonner de voir la deuxième place bancaire et industrielle française investir à hauteur de 8 % dans le premier tour de table visant à former le capital de la Banque de l’Indo-Chine33. Cette nouvelle institution financière installée en Asie orientale reçoit en 1875 le privilège quasi régalien de l’émission monétaire. Outre la perspective du renforcement de la mainmise française sur la région, c’est pour les Lyonnais une opération prometteuse. En effet, la Banque à le droit d’émettre une piastre de commerce – la piastre indochinoise ($) – qui est censée pour ses dirigeants devenir la principale monnaie d’argent d’Asie Orientale34, seul métal échangé dans cette région du monde. Or, c’est précisément en argent que s’opèrent les achats de soies grège. En 1873, les Soyeux – comme bien d’autres milieux d’affaires français – attirent l’attention du gouvernement sur la nécessité d’utiliser rapidement la voie du fleuve Rouge pour atteindre « un marché de trois cent cinquante millions d’habitants qui nous est presque fermé et que l’on cherche à entamer de tous les côtés » 35. Pourtant, et malgré des rapports judicieux émanant des Anglais estimant que la frontière sino-indochinoise n’est peut-être pas l’eldorado escompté36, la route du Tonkin au Yunnan tend à devenir l’une des marottes des Soyeux. Tout est mis en œuvre pour persuader le monde des affaires de la justesse de cette nouvelle voie. Dès 1851, Natalis Rondot avait ouvert en droiture une première route des soies françaises, en s’associant avec le négociant Paul Desgrand, membre du syndicat professionnel l’Union des marchands de soie. Fort de ses contacts chinois acquis en 1844 lors de la mission diplomatique de Lagrenée, Rondot négocie en 1879 avec l’Irlandais Robert Hart37, directeur du Bureau des douanes maritimes chinoises38. Il finit par obtenir, pour le compte de la Chambre de commerce de Lyon, un rapport extrêmement détaillé sur la production séricicole du pays39, notamment celle du Sichuan, province mitoyenne du Yunnan. A partir de 1881, les publications lyonnaises traitant à la fois de la Chine méridionale et du Tonkin se multiplient (Klein 2002). En France, les partisans d’une intervention au Tonkin sont désormais moins isolés. Après que Gambetta eut lancé une nouvelle vague d’expansion coloniale, les républicains modérés comme Aynard jugent favorable d’appuyer les visées coloniales de Jules Ferry, en particulier en Tunisie et au Tonkin. A Lyon, la question est jugée d’autant plus importante qu’en 1881, la plus puissante institution financière d’Extrême-Orient, la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation, longtemps partenaire du Crédit Lyonnais, ouvre à Lyon son unique agence française. C’est dire le volume des affaires qui se traitent entre la place lyonnaise et celles d’Asie. Après Londres, Lyon est ainsi consacrée par la finance et le négoce, capitale européenne des affaires extrême-orientales.

  • 40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Journal des Débats, principal organe de presse des lib (...)

16En 1883, Léon Say et le député du Cantal, Francis Charmes40, tous deux membres influents du Centre gauche sont invités à la Société d’économie politique de Lyon par son vice-président, Édouard Aynard. Ce dernier vient de faire son entrée à la Chambre de commerce grâce à son action en faveur des agents de change lyonnais malmenés par le krach de l’Union Générale. Le dessein de Léon Say, de Charmes et d’Aynard est d’encourager les notables locaux orléanistes ou bonapartistes à soutenir la politique du nouveau gouvernement Ferry – tout aussi favorable que Gambetta à l’expansion coloniale – et les inciter à investir leurs capitaux outre-mer comme le prône la même année leur idéologue, Paul Leroy-Beaulieu (1883). L’intérêt pour la question tonkinoise, déjà préparée sur le terrain par Aynard et les siens, s’affiche de plus en plus clairement chez les libéraux lyonnais qui rallient par ce biais la politique républicaine. L’intervention du commandant Rivière devant Hanoi relance le débat sur la question tonkinoise. à Lyon, la réaction est d’autant plus favorable qu’un rapport du consul de France à Hải Phòng, Kergaradec, affirme que le Tonkin est riche en soies grèges (Morel 1884). Renseignement aussitôt confirmé par une maison allemande de Krefeld. Il s’agit de ne pas se laisser distancer par les Prussiens. Le 21 décembre 1883, le député du Rhône Eugène Flotard anime à la Société d’économie politique de Lyon un débat passionné sur la question tonkinoise dont l’organisateur n’est autre qu’Édouard Aynard.

Le site portuaire de Hải Phòng

  • 41 La révolte des Panthay (connue en Chine sous le nom de Dù Wénxiù Qiyi) se déroula de 1856 à 1873. I (...)
  • 42 Ce qui, en fait, est une réalité. Cependant, l’exploitation de la majeure partie de ces gisements n (...)

17Le mythe des richesses minières du Yunnan, développé dès le xviiie siècle par les Chinois eux-mêmes et amplifié après 1857 par les missionnaires des MEP, effrayés par la possibilité d’une sécession du Yunnan alors en proie à la révolte des minorités musulmanes (Hui) 41, trouve dans les milieux d’affaires franco-britanniques une oreille attentive. Y compris à Lyon, vu que pour aller au Sichuan depuis le Tonkin, il faut passer par cette province. La question est d’autant plus forte qu’en France comme dans les autres pays industrialisés s’amorce la seconde révolution industrielle et l’électrification : l’étain et le cuivre, dont on dit que le Yunnan regorge, deviennent des objectifs importants presque aussi rentables que les soies grèges. Or, la soie fut, à Lyon, un commerce industrialisant, en particulier dans le domaine de l’électromécanique (Cayez 1978). On comprend mieux l’intérêt qui anime les ténors de la chambre de commerce lyonnaise pour cette province chinoise que l’on pense regorger de métaux non ferreux tout en étant l’antichambre des provinces séricicoles les plus riches de l’Empire Qing42. Reste que pour relier le Yunnan et le Sichuan au Tonkin, il faut trouver un port. Les Anglais l’ont à Rangoon, sur le delta de l’Irrawaddy alors que les Français ont démontré que le Mékong n’est pas navigable jusqu’en Chine du Sud-ouest. Saigon n’est donc pas le point d’appui souhaité.

  • 43 Nom officiel du Việt Nam utilisé par la dynastie régnante des Nguyễn, depuis le règne de Minh Mạng (...)
  • 44 Voir Raffi (1994 : 76). Notons tout de même que contrairement à ce qu’écrit l’auteur de cette thèse (...)
  • 45 Plus tard, une fois les gisements charbonniers connus, s’engagent une importante passe d’armes entr (...)
  • 46 En 1880, on ne trouve à Hải Phòng qu’un seul ponton en sapin, monté sur des pieux en fonte, confect (...)
  • 47 à l’exception de la maison Roque Frères de Hong Kong qui y installe une agence en septembre 1879 et (...)
  • 48 En 1880, l’étain est côté 1 670 francs-or la tonne, ce qui représente une marchandise très apprécié (...)
  • 49 Ou faux-Gambier. Tubercule tinctorial très prisée au Việt Nam et en Chine et qui donne une couleur (...)
  • 50 Ainsi Li Hongzhang, l’un des principaux dirigeants chinois, a monté une société d’État, The Chinese (...)

18Suite aux révélations de Francis Garnier en 1868 sur la possibilité d’emprunter la voie du fleuve Rouge pour relier le Yunnan à la mer de Chine ainsi que l’équipée très médiatisée de Jean Dupuis en 1872, le choix des Français se fixe sur le site portuaire d’Hải Phòng (Fourniau 2002). Le 26 août 1875, lorsque Paul-Louis-Félix Philastre négocie son traité, il obtient de Huế – à la manière des concessions chinoises – l’ouverture de trois ports au commerce international : Qui Nhơn, Hải Phòng et Hà Nội. Il ne s’agit pas encore de conquête territoriale. Le traité obtient ainsi la reconnaissance par la Cour impériale du Đại Nam43 de la cession définitive des provinces cochinchinoises à la France, la navigabilité sur le fleuve Rouge jusqu’au Yunnan ainsi que l’ouverture de deux concessions françaises au Tonkin, l’une à Hà Nội, l’autre à Ninh Hải, aujourd’hui connu sous le nom de Hải Phòng, un site portuaire situé à 100 km à l’est de Hà Nội. Lorsque les Français s’en emparent, cet ancien port de commerce ayant abrité des marchands chinois, est fermé depuis plus de dix ans et seuls six petits villages peuples ce bras nord du delta du fleuve Rouge (le Sông Cuà Cam) à quelque 30 km du golfe du Tonkin, où viennent s’entasser les alluvions qui provoquent une barre qui empêche son franchissement aux navires de plus de 6 m de tirant d’eau44. Pourquoi alors s’installer dans un site à la réputation d’insalubrité déjà connue ? Simplement parce que la rade naturelle de Hồng Gai dans la baie d’Hạ Long, sans compter la mine d’anthracite du même nom, ne sont pas alors connues des Français45. De plus, le capitaine de frégate Vincent Senez, lors d’une reconnaissance du delta du fleuve Rouge à l’automne 1872, avait noté dans son rapport l’existence au départ de Ninh Hải la présence d’un réseau de communications fluviales permettant l’accès à la majeure partie du delta et la possibilité de remonte du fleuve jusqu’à Hà Nội, et, de là jusqu’à Lào Cai, à la frontière du Yunnan. Pourtant, la situation troublée au nord du Tonkin avec la présence, dont on sait peu de choses, d’irréguliers chinois et de groupes minoritaires armés (probablement les restes des armées Taiping, Hui, groupes miao (Culas 2005 et Le Failler 2009), et des déserteurs de l’armée impériale des Qing) ne permet plus l’accès direct à Chine voisine. De plus, les Vietnamiens, par une résistance passive, font tout ce qui est en leurs pouvoirs afin de rendre infernale la vie des consuls français en respectant le moins possible l’esprit du traité. Cependant, les diplomates qui se succèdent, Turc ou Kergaradec, estiment que l’exportation du riz, de la soie, de bois précieux, une fois l’impôt payé à Huế doit être possible. Ainsi, le riz tonkinois acheté à faible coût à Hải Phòng est revendu le double à Hong Kong. Les travaux de la concession de Hải Phòng débutent et, peu à peu, la ville commence à sortir de la fange boueuse. Bien que les équipements portuaires soient réduits à la plus simple expression46, les avantages présentés par le site expliquent que, dès la fin des années 1870, quelques maisons de commerces anglaises, allemandes et chinoises de Hong Kong y établissent une succursale, tandis qu’occasionnellement, les vapeurs chinois desservent ce port en devenir alors qu’au contraire – en dépit d’un intérêt sans cesse affirmé par les chambres de commerce de l’Hexagone – les navires français, au demeurant toujours aussi peu nombreux dans la région, continuent de délaisser le port tonkinois47. Sur place, la prééminence des négociants chinois est évidente et ne cesse de prendre de l’ampleur, attestant du développement économique portuaire tandis que la population ne cesse d’augmenter. Tant que la voie du fleuve Rouge reste plus ou moins ouverte et que les autorités vietnamiennes autorisent l’exportation des surplus de riz, le trafic portuaire ne cesse de croître. L’opium et l’étain du Yunnan48 ainsi que le riz, le cuñao49 et la soie grège constituent les principales exportations, tandis que le premier poste en valeur des importations est tenu par l’opium de Bénarès, très prisé par les riches négociants chinois et européens, les filés de coton anglais, des herbes médicinales chinoises, du tabac et du thé de Chine. Là encore, après les Chinois50, les Anglais dominent le marché haiphonnais, faisant de Hong Kong le principal partenaire commercial du Tonkin, les échanges entre les deux ports asiatiques représentant près de 55 % du mouvement portuaire (Raffi 1994 : 130). Il faut attendre 1881 pour que les Messageries Maritimes ouvrent une ligne bimensuelle Saigon-Haiphong à l’aide de petits cargos mixtes. Cependant, le trafic de Hải Phòng ne représente que 6,5 millions de francs en 1881, alors que Saigon à la même époque la valeur du trafic est évaluée à 60 millions et Hong Kong à 300 millions. C’est dire la place minimale que tient Hải Phòng dans le trafic de la mer de Chine méridionale. Pourtant, l’évolution du port est prometteuse : en 1876, deux mines de charbon dont les concessions sont accordées à des Chinois, l’une à Cat Bà et l’autre à Đông Triều, sont mises en exploitation. De plus, en 1882, une mission géologique, dirigée par Philippe Fuchs, découvre des affleurements d’anthracite situés entre Hồng Gai et Cẩm Phả. Cependant, tant que les irréguliers chinois tiennent la haute région, que le gouvernement vietnamien refuse d’accorder la moindre concession minière à des Européens et, à partir de 1878, interdit d’exporter le riz du Tonkin, la prise de possession d’Hải Phòng ne présente alors plus d’intérêt immédiat. En 1883, à la veille de l’expédition du commandant Rivière, la ville est encore un port en devenir. Il faut donc chercher l’origine de l’intervention française au Tonkin dans le fait que Hải Phòng représente – potentiellement – la clef de voûte d’un Tonkin considéré comme l’un des axes de pénétration majeur vers la Chine méridionale. Cependant, quand bien même les Français contrôlent par le biais de leurs concessions la route du fleuve Rouge, ils n’en maîtrisent aucunement l’arrière-pays et le commerce régional leur échappe presque totalement. De fait, la conquête territoriale devient un mal nécessaire pour s’ouvrir l’Eldorado chinois. La pression est d’autant plus forte qu’à Saigon et en métropole, la pression des milieux économiques et politiques se conjugue dans le sens d’une intervention directe. Une pléiade de personnalités suggère en effet de s’en emparer avant que les Britanniques ne réussissent la percée birmane en Chine du Sud. La mort du commandant Rivière, simple incident, sert pourtant de cassus beli au gouvernement Ferry. La troupe ne cesse d’affluer : des 750 hommes de Rivière, l’armée envoie sur place 2 000 hommes en janvier 1883, puis 10 000 à la fin de l’année. C’est l’escalade.

  • 51 Pila a en effet travaillé à Shanghai, Hong Kong et Yokohama et sa maison, Ulysse Pila & Cie, s’est (...)
  • 52 Archives du Crédit Lyonnais, Lyon. Discours prononcé devant la Société d’économie politique de Lyon (...)

19Qu’en est-il à Lyon dans les milieux d’affaires qui nous préoccupent ? Le 21 décembre 1883, Édouard Aynard organise à Lyon une conférence à la Société d’Économie Politique de Lyon pour évoquer ces problèmes. Cependant, l’intervention d’Ennemond Morel, directeur de l’agence lyonnaise de la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation, ne plait pas à Aynard. Le banquier, républicain modéré, se méfie de Morel, orléaniste convaincu, qui, en outre, représente la plus puissante institution financière britannique en Asie. Proche de Léon Say, donc favorable à l’engagement de la France au Tonkin, Aynard refuse la logique de Morel qui s’oppose à toute prise de possession territoriale et défend avec conviction le principe de l’expansion limitée dans le cadre des concessions obtenues par Philastre alors qu’Aynard et ses alliés politiques souhaitent l’instauration d’un protectorat étendu à l’ensemble du Tonkin. Cette joute est emblématique des positions défendus par les libéraux au sujet de l’expansion coloniale. En particulier parce qu’elle démontre clairement qu’ils ne sont pas opposés à l’expansion impériale tout en indiquant qu’ils n’ont pas – sur cette question – de ligne politique arrêtée. Ils se divisent donc certes sur la façon d’être présent en Indochine mais, finalement pas sur le maintien, sur place, du drapeau français. Pour contrer Morel au sein d’une Société d’économie politique qui lui est globalement acquise Aynard fait appel à l’un de ses hommes, le marchand de soie Ulysse Pila, lui aussi fin connaisseur du commerce en Extrême-Orient51. Outre l’engagement politique d’Aynard sur les questions coloniales, le Tonkin représente aussi un potentiel intéressant directement ses affaires. En effet, cette région pourrait assurer à sa maison de banque, Aynard, Rüffer & Cie, ainsi qu’à la Société Lyonnaise de Dépôts et Comptes Courants dont il est président, un terrain idéal d’investissements. Cet intérêt pour l’expansionnisme ultramarin, très relatif au demeurant, doit être replacé, à Lyon, dans le contexte des lendemains moroses que traversent les financiers après le krach de l’Union Générale qui a failli ruiner la place. Sur ces questions, les vues d’Aynard sont similaires à celles de Paul Leroy-Beaulieu. Selon le publiciste, « la formation des colonies est la meilleure affaire dans laquelle on puisse engager les capitaux d’un vieux et riche pays » (Leroy-Beaulieu 1874). Outre le fait que la part économique de la colonisation puisse rapporter des profits considérables à la métropole, elle doit permettre un accroissement général des profits, des salaires chez le colonisateur et le colonisé favorisant ainsi le commerce entre les peuples, de façon à assurer l’enrichissement général des nations dans une logique à la fois libérale et traversée par le saint-simonisme. à Lyon et en particulier chez les Soyeux, s’était déjà opérée, pour partie, autour de Brosset et Arlès la fusion de ces deux doctrines. Aynard, héritier de cette idéologie syncrétique, à laquelle s’est greffé le catholicisme social, est donc très sensible à ce courant de pensée. Pour contrer Morel, il invite Pila, à être « le brillant aventurier des modérés lyonnais vers les terres lointaines d’Extrême-Orient 52 ».

Mobiliser les énergies lyonnaises vers le Tonkin (1885-1886)

  • 53 Il s’agit du beau-frère de son associé, Charles-Guy Delorme.

20Trois semaines plus tard, en janvier 1884, Ulysse Pila présente devant les membres de la Société d’économie politique une conférence qui n’a rien d’improvisée. Dans l’histoire des rapports que les Lyonnais ont entretenus avec l’Extrême-Orient, elle constitue un tournant qui marque le passage d’une politique classique de comptoirs, de points d’appuis, à la colonisation de rendement. Le temps n’est plus au libre-échange tel qu’il se pratiquait encore en 1860 car, en vingt-cinq ans, le paysage géopolitique et économique a considérablement évolué. Aynard et Pila n’appartiennent pas à la génération précédente qui avait ouvert la route de l’Asie, celle d’Arlès-Dufour et de Joseph Brosset quand bien même s’ils en sont les héritiers. Il s’agit, très pragmatiquement pour eux, d’adapter la stratégie des anciens à la situation des années 1880 et, surtout, ne pas se laisser distancer par les Britanniques. Les renseignements d’Ulysse Pila lui viennent de son neveu, Louis Pila, directeur de l’agence d’Ulysse Pila & Cie à Shanghai. Au-delà de certaines descriptions très techniques du discours d’Ulysse, l’influence de l’idéologie coloniale prônée par Paul Leroy-Beaulieu se perçoit clairement. Alors que le corps expéditionnaire, fort de 15 000 hommes s’embourbe dans les rizières tonkinoises, Ulysse Pila exalte l’avenir de la future possession à un moment où l’opinion publique y est franchement hostile. Mieux encore, il déclare montrer l’exemple en programmant l’ouverture d’une agence de son entreprise au Tonkin. Depuis Shanghai, il envoie pour une courte mission son chargé d’études, Ernest Bancal53 et lui adjoint son neveu, Louis Pila. Des proches, donc des hommes sûrs. Les affaires vont vite, le 10 mai 1884 Bancal reçoit une procuration qui fait de lui le chef de l’agence haiphonnaise d’UPC. La première maison lyonnaise vient d’ouvrir au Tonkin.

21La chose ne s’est pas faite sans renseignements obtenus à un très haut niveau : le lendemain, le 11 mai 1884, le capitaine Fournier signait à Tien-T’sin (Tianjin) une convention qui devait mettre fin aux hostilités avec la Chine. Bâclée, elle fut rédigée de façon à assurer la tranquillité de la rentrée parlementaire de Jules Ferry, prévue le 20 mai. Le 14 mai, la Chambre Syndicale des Soieries demande à la chambre de commerce de Lyon de rassembler une collection de produits du Tonkin et de se renseigner sur les débouchés que pourrait fournir la région. Coïncidence ? Sûrement pas. On perçoit déjà, à travers ces détails et la chronologie des correspondances, l’étendue des réseaux dont bénéficie Pila et dont Aynard est le maître d’œuvre. Preuve d’une manipulation soigneusement orchestrée, l’ouverture d’UPC à Hải Phòng est particulièrement bien couverte par la presse lyonnaise liée aux milieux d’affaires. En effet, Aynard et ses amis ont besoin d’un précédent et c’est Pila qui endosse l’habit d’aventurier que ses amis ont taillé pour lui. Plus qu’une tête de pont, l’installation de l’agence haiphonnaise est une véritable opération commerciale car la guerre ravage l’arrière-pays : s’y installer semble être un pari risqué. Or partir sans réfléchir n’est pas dans la nature de Pila. Sans de solides appuis et sérieuses garanties, il ne serait jamais jeté tête baissée dans une telle aventure. Le 19 mai, appuyé par le député du Rhône Charles Flotard, il est introduit auprès d’un vieil ami d’Aynard et d’Alexandre Ribot, le négociant en cuir havrais Félix Faure, un colonialiste de la première heure et qui croit dans l’avenir du Tonkin comme tête de pont des intérêts français en Chine méridionale (Billard 1995 : 236 et Malon 2006). Ce dernier, devenu sous-secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies dans le second ministère Ferry, pourrait confirmer aux Soyeux lyonnais si Hải Phòng est amené à rester le port commercial du Tonkin. D’autant que le débat fait rage. En effet, la Marine souhaitant un port en eau profonde jette son dévolue sur la rade de Qu‰ng Yên, dans la baie de HÂ Long, tandis que l’armée préfère Hải Phòng dans la mesure où les bras du delta du fleuve Rouge favorisent les opérations terrestres dans le delta en l’absence de toute route ou voie ferroviaire. Pour Ulysse Pila, Félix Faure, ce proche de Gambetta, est l’homme clef de la situation mais, compte tenu du climat politique déplorable qui règne autour de ce que l’on qualifie « d’affaire du Tonkin », le député de la Seine-Inférieure reste évasif. N’oublions pas que son portefeuille de sous-secrétaire d’État aux Colonies est directement placé sous la tutelle du ministre de la Marine, l’amiral Peyron. Même si Félix Faure est acquis au commerce, son patron défend les intérêts de son arme. C’est n’est donc pas de la mauvaise volonté. D’autant, qu’avant tout homme d’affaires, l’élu normand est sensible aux demandes du négoce et vient de créer un bureau spécialisé dans l’étude du régime économique des colonies (Billard 1995 : 246). Cependant, il reste neutre et n’avantage personne. Sa façon d’éluder les demandes de Pila, et donc des Lyonnais, s’explique simplement par le fait qu’il ne le peut simplement pas.

  • 54 C’est notamment lui qui a fondé la première usine moderne du Japon, la filature à vapeur de Tomioka (...)

22N’ayant pas obtenu les renseignements voulus, Aynard réussit à convaincre les membres de la chambre de commerce de Lyon de financer une mission d’exploration commerciale au Tonkin. Le 5 juin 1884, le président Sévène, très proche d’Aynard, obtient les crédits nécessaires. Reste à trouver l’explorateur. Là encore, les choses vont trop vite pour ne pas avoir été préparées. Membre de l’assemblée consulaire, Sigismond Lilienthal, un proche d’Arlès-Dufour et d’Aynard qui, comme Pila, possède de nombreuses affaires en Asie, en particulier à Yokohama, désigne l’homme de la situation. Son ancien associé, le Drômois Paul Brunat (Klein 2002), membre du conseil municipal de la concession française de Shanghai, doit revenir en Europe. Brunat s’était spécialisé dans l’installation de filatures à vapeur au Japon et en Chine pour le compte de maisons américaines et britanniques54. Lilienthal, son patron, lui câble l’ordre d’aller explorer les possibilités séricicoles du Tonkin avant de revenir prendre un congé en France. La chose est d’autant plus urgente que, dans un contexte de récoltes européennes déplorables, les tensions se multiplient entre les Lyonnais et la guilde des marchands de soie chinois. D’où l’intérêt de tenter de diversifier les sources d’approvisionnements. Le Tonkin pourrait-il sauver la Fabrique d’une crise majeure ? Ainsi, en surfant sur la vague de la crise, Pila et Aynard aboutissent à ce qu’ils souhaitaient : fédérer les hommes d’affaires locaux autour de la question tonkinoise, donc sur la question coloniale. Tous les syndicats patronaux lyonnais se disent intéressés par l’envoi de la mission Brunat, notamment l’Union des Marchands de Soie, dont Pila est le secrétaire. Profitant d’un service rendu à Jules Ferry lors du projet de loi visant la réduction du service militaire pour les candidats au départ pour les colonies, le président Sévène obtient le soutien gouvernemental. Cependant, en Extrême-Orient, la guerre avec la Chine a repris de plus belle, fragilisant la présidence du Conseil de Jules Ferry. Auguste Sévène se rend à Paris et rencontre en privé Félix Faure qui, cette fois-ci, accepte d’aider les Lyonnais. Le cabinet Ferry qui doit légitimer son action coloniale est conspué par tous ou presque. L’envoi d’une mission commerciale démontrant que la politique coloniale est bien fille de l’industrie est une véritable aubaine. Le 23 juin, Félix Faure donne son accord. Le projet prend une envergure nationale lorsque Sévène invite les autres présidents de chambres de commerce hexagonales à profiter de la mission pour obtenir des renseignements commerciaux. Paris, Marseille, Bordeaux, Le Havre, Rouen, Saint-Etienne, Mazamet, Tarare, Elbeuf, Roubaix, Vienne et Reims deviennent partenaires, tandis que Troyes et Béziers décident d’envoyer leur propre mission au Tonkin. Pour le gouvernement, cette agitation commerciale est bien la preuve de l’intérêt que porte le monde économique pour cette lointaine région. Pour Aynard, c’est une victoire : Jules Ferry octroie une aide de 15 000 francs, le support logistique sur place et déclare la mission Brunat d’intérêt national (Klein 2002).

  • 55 Séance au cours de laquelle on écoute un conférencier « profane ». Contrairement à ce que l’on écri (...)
  • 56 C’est la thèse défendue par Charles Fourniau. Il faut néanmoins lire l’article de Jean-Marie Moine (...)

23Là encore, il faut regarder au-delà de la région et se rendre compte que toute cette opération est orchestrée à bien plus grande échelle par les hommes d’affaires de la République modérée, finalement convertis à « l’idée coloniale ». Cette frénésie qui s’empare des milieux économiques français dément largement les propos des économistes libéraux qui ne dénoncent la colonisation. Au contraire des idéologues, les praticiens de la chose libérale sont déjà convertis. Pourtant, sur place, la situation militaire est des plus compliquée. Paul Brunat, de septembre à décembre 1884, explore, dans la mesure du possible (les combats font rage dans la Moyenne-Région), la partie basse du delta du fleuve Rouge, ravagé par les accrochages avec les troupes sino-vietnamiennes. Pendant ce temps, la Société de géographie de Lyon continue son travail de conversion des récalcitrants par la tenue de nombreuses séances expliquant le bien fondé de l’action militaire menée en Extrême-Orient. Chose surprenante compte tenu de l’ambiance politique qui règne autour de cette affaire. Le 7 décembre, alors que Paul Brunat est sur le bateau de retour, Paul Bert, le Gambettiste le plus en vue, ancien détenteur du portefeuille de l’Instruction publique dans le « Grand Ministère » de Gambetta, est invité par les loges maçonniques de Lyon pour tenir une conférence sur la situation du Tonkin. La tenue blanche55 organisée pour Paul Bert indique sensiblement le jeu d’influences qui se déroule autour de l’activité française en Indochine. Début janvier, Brunat rapporte devant la chambre de commerce de Lyon ses conclusions. Elles n’ont rien de surprenant puisqu’elles corroborent le discours qu’Ulysse Pila avait tenu un an plus tôt devant la Société d’économie politique. Il apporte les renseignements voulus sur Hải Phòng, indiquant que le port n’est pas idéal « …pour la marine de guerre et les navires de commerce d’un fort tirant d’eau », mais qu’il reste cependant la clef du système fluvial du Tonkin et en restera longtemps l’entrepôt du commerce. Pour l’équipe d’Aynard, cela signifie que le port est amené à rester la tête de pont d’un corps expéditionnaire qui, en lui-même, représente un gros marché potentiel. De plus, Paul Brunat met en évidence le développement possible des affaires frontalières avec le Yunnan, tout en indiquant que la route fluviale n’est pas des meilleures et qu’il faudrait envisager la construction d’un chemin de fer. Ce renseignement, déjà préconisé en 1873 par Francis Garnier qui battait en brèche les rapports délirants de Jean Dupuis, va demeurer tout au long du xixe siècle, au cœur des débats sur la mise en valeur du Tonkin. La Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine (1895-1897), organisée par Aynard et Pila, régla définitivement la question en préconisant soit un aménagement fluvial et l’usage de toueurs (bateaux à fond plats fabriqués à Lyon) ou la construction ferroviaire. C’est la dernière option qui fut retenue par Paul Doumer, probablement du fait de ses liens avec certains patrons de la sidérurgie56. Enfin, pour Paul Brunat, le Tonkin, une fois « transformé au contact de la civilisation », semble appelé à devenir l’un des plus beaux fleurons de l’empire français. Ses conclusions très optimistes quant au potentiel séricicole du Tonkin enflamment l’imaginaire des Soyeux. « Colonie d’administration et de rapport, il suffira d’envoyer quelques hommes d’initiatives, aidés de capitaux pour faciliter et diriger le développement de ses ressources et de ses richesses et lui faire prendre une place sérieuse dans le commerce de l’Extrême-Orient. » (Brunat 1886 : 57). Le message est clair. Lyon, place financière, riche en capitaux et en hommes de terrain, déjà habitués à travailler avec la Chine et le Japon, doit prendre la tête de la course. Au plan local, Pila et Aynard ont gagné. Quant au niveau national, ce sont les partisans de l’engagement outre-mer qui l’emportent. Le rapport Brunat est, en effet, un véritable feu vert à la colonisation du Tonkin. Jules Ferry lui-même en utilisera certaines de ses conclusions pour son fameux discours de juillet 1885. Cependant, Brunat indique aussi clairement que la « mise en valeur » ne peut être envisagée, notamment le développement du commerce transfrontalier avec le Yunnan, qu’une fois réglée le problème militaire avec la Chine. Pour lui, la solution du Tonkin se trouve à Pékin. Invité par Félix Faure à consigner ses notes pour les publier rien moins que dans le Journal officiel de la République française, Paul Brunat doit cependant censurer toutes les informations relatives au conflit avec la Chine qui, officiellement, n’existe pas. C’est précisément le 12 février 1885, le jour où le général Négrier investi le fort de Lạng Sơn, que Félix Faure publie le rapport Brunat. Là encore, pas de coïncidence. Ses conclusions sont exploitées autant à Lyon qu’à Paris. Politique et économique, les deux mondes s’épaulent mutuellement. C’est une illustration concrète de l’alliance passée conjoncturellement entre modérés et opportunistes sur la question coloniale.

Passer à l’action. Les Lyonnais s’installent au Tonkin

24Quoi qu’il en soit, l’implantation des Lyonnais à Hải Phòng était bien vue. Le 19 novembre 1884, un arrêté de Lemaire, le résident général à Huế, permet de nouveau les exportations de riz du Tonkin et en limites les sorties au seul port de Hải Phòng. Le commerce avec la Chine, y compris pour échanger du riz contre des soies grèges est donc de nouveau possible. En outre, le 7 janvier 1885, alors que le corps expéditionnaire approche les 34 000 hommes, la direction des opérations militaires au Tonkin échoie du ministre de la Marine, représenté sur place par l’amiral Courbet, à celui de la Guerre. Le corps expéditionnaire passe donc sous l’autorité du général Brière de l’Isle. Les priorités des aménagements nécessaires à l’autorité militaire viennent de changer. C’est désormais l’aspect des communications avec l’intérieur qui prime dans le choix du port. Plus question de la baie d’Hạ Long. Au contraire, l’accès au delta du fleuve Rouge est préféré. C’est donc le site de Hải Phòng qui est retenu.

  • 57 Comme nombre d’ouvrages qui foisonnent aujourd’hui et qui cherchent à démontrer l’essentialisme col (...)

25Républicains modérés et opportunistes continuent à se serrer les coudes jusqu’au 28 mars 1885, date du « désastre » de Lạng Sơn qui entraîne deux jours plus tard la chute du Président du Conseil, Jules Ferry. Face au dernier carré, on observe une coalition des droites et des gauches. Le radical Georges Clémenceau, à la pointe de l’attaque, est rejoint par les monarchistes (Paul de Cassagnac) et, de façon très opportune, par le groupe des modérés d’Alexandre Ribot. Cependant, ce n’est pas le rejet de l’aventure coloniale qui pousse Ribot, le mentor d’Aynard, à s’opposer à Ferry. Là encore, il faut éviter le jugement à l’emporte-pièce57 : les politiciens usent de la question tonkinoise comme prétexte à un renversement des alliances politiques. Aussitôt Ferry tombé, les Modérés resserrent les rangs et négocient de nouvelles alliances afin de favoriser l’expansion coloniale française. L’écartement de Ferry du champ politique sur la question coloniale n’est – en aucune manière, tout au moins pour les Modérés – une remise en cause de l’expansion outre-mer. Pour preuve, aussitôt Jules Ferry tombé, ils s’allient avec d’anciens Gambettistes ou d’ex-affidés à l’ancien Président du Conseil pour poursuivre leur stratégie qui doit se lire – et de façon simultanée – aux échelles locales des « petites patries », de la nation hexagonale et de l’Empire en formation (Klein 2002). Le lendemain de sa chute, la commission de députés chargés d’examiner la demande faite par Ferry d’un crédit militaire supplémentaire de 200 millions pour le Tonkin est votée par la Chambre des députés. Le 6 avril 1885, Henri Brisson en formant son cabinet se présente officiellement comme le liquidateur de la « politique d’aventures » menée par Ferry. C’est en apparence logique, puisque c’est précisément sur l’affaire tonkinoise que l’avocat de Saint-Dié est tombé. Pourtant, le choix de son ministre des Affaires étrangères, qui devient son successeur, va à l’inverse de ce qui est affirmé dans la presse. En effet, Charles de Freycinet, proche d’Alexandre Ribot et de Léon Say, est nommé à la présidence du Conseil et conserve le portefeuille des Affaires Étrangères dont dépendent les protectorats, dont celui de l’Annam-Tonkin. Il se fait aussitôt le chaud partisan du maintien d’une forte présence au Tonkin. Quant à Francis Charmes, député du Cantal et chroniqueur aux Débats et à La Revue des Deux Mondes, venu à Lyon avec Léon Say quelques années plus tôt évoquer l’intérêt de la colonisation, il est nommé directeur des affaires politiques du Quai d’Orsay. A peine nommé, il envoie son sous-directeur, l’avocat lyonnais Georges Gogordan, négocier à Pékin une annexe commerciale au traité de Tien-T’sin. Celle-ci met fin au conflit franco-chinois le 9 juin 1885 et assure à la France le protectorat sur l’Annam et le Tonkin. Avant d’embarquer, Gogordan est invité par Aynard, vice-président de la chambre de commerce, à recevoir les vœux des hommes d’affaires lyonnais. Ce rituel, que peu de diplomates en partance pour le Japon ou la Chine ou de grand commis de l’État nommés en Indochine ont ignoré, existe depuis les années 1860. Il témoigne de la puissance d’une institution qui, de loin, est la plus impliquée en France dans les affaires asiatiques (Klein 2008b). Cependant, malgré les espoirs placés dans le traité Gogordan, concernant particulièrement les communications frontalières sino-tonkinoises, l’Union des marchands de soie regrette qu’il offre peu d’intérêt pour le commerce de la soie. Mauvaise volonté du diplomate ? Sûrement pas. Le diplomate avait fait de son mieux dans des négociations particulièrement ardues. Il restait donc aux Lyonnais à trouver un nouvel appui afin de réaliser leur dessein : bâtir, à l’échelle de la mer de Chine un système intégré similaire à celui mis en place de Marseille à Shanghai via Suez par Brosset et Arlès-Dufour. Ceci afin de prendre la meilleure place dans la chaîne du transport des marchandises et des moyens de payements. Transport maritime, docks, magasins généraux, banques, assurances, transport fluvial, autant de maillons de flux de marchandises et monétaires qui doivent être renforcé par une politique aussi libre-échangiste que le permet la conjoncture dans un pays en guerre, car la « pacification » du Tonkin est loin d’être achevée.

26Pendant qu’Édouard Aynard devient à la chambre de commerce le bras droit d’Auguste Sévène, au Tonkin, le général Roussel de Courcy, nommé avec le titre de résident général de l’Annam-Tonkin, cumul les pouvoirs militaires et civils afin de gérer au mieux la situation sur place et mener les négociations avec la Chine. Cependant, lorsque les renforts débarquent, le traité de Tien-T’sin est déjà ratifié. Les troupes, envoyées en nombre pour combattre en Chine ou contre l’armée chinoise au Tonkin sont alors engagées dans des opérations de pacification dans la Moyenne Région tonkinoise. Or, la République, déjà échaudée par l’affaire Boulanger, craint les crises de césarisme et ne veut pas confier un pouvoir quasi illimité à un général, fût-il en Indochine. De plus, les militaires ne font qu’envenimer les relations déjà tendues avec la cour impériale de Huế, provoquant le mouvement de résistance Cằn Vương qui va enflammer l’Annam et le Tonkin jusqu’à la fin des années 1890 (Fourniau 2002). Rébellion qui a des répercussions jusqu’à Paris où l’on se rappelle que le Tonkin peut être une question sensible politiquement. En décembre 1885, la commission menée par le radical Camille Pelletan se prononce pour l’abandon du Tonkin. Pendant ce temps, la consultation des chambres de commerce, notamment celles de Lyon et de Troyes, produit la demande inverse. Les groupes de pression du textile, coton et soie s’appuient sur l’industriel modéré Jean Casimir-Périer, membre de la commission Pelletan, pour obtenir un contre rapport. Le 17 décembre c’est chose faite, les 200 millions demandés par Ferry sont votés. Mgr Freppel, évêque d’Angers et député du Finistère, Paul Bert, Jean-Louis de Lanessan, Édouard Lockroy (ministre du Commerce et de l’Industrie), Charles de Freycinet (ministre des Affaires étrangères) et les membres du cabinet Brisson se prononcent pour le maintien de la présence française au Tonkin. Le nouveau cabinet Freycinet, constitué le 7 janvier 1886, décide de poursuivre la même politique. Le lendemain, le 8 janvier, Freycinet nomme un civil résident général de l’Annam-Tonkin. Le choix n’est pas anodin, puisqu’il s’agit du député d’Auxerre, le grand médecin physiologiste Paul Bert, ancien ministre des Cultes dans le « Grand Ministère ». Il est assisté du voironnais Paulin Vial, ancien des services civils de Cochinchine, nommé résident du Tonkin, après que celui-ci lui a été recommandé par deux gambettistes : Félix Faure et Jean-Louis de Lanessan. Vial est retraité de la Marine et avait été nommé à son retour en métropole agent principal de l’agence du Havre de la Compagnie Générale Transatlantique, la ville de Félix Faure. Il y était membre de la Société des études coloniales et maritimes du Havre, localement l’un des cercles majeurs de propagande coloniale (Malon 2006). La colonisation s’institutionnalise. Freycinet organise un Comité consultatif des protectorats afin d’établir une planification de l’autonomisation budgétaire progressive des nouvelles possessions françaises. Désormais, les colonies doivent rapporter et cesser de coûter à la métropole. L’envoi de Paul Bert au Tonkin va dans ce sens et d’un contrôle accru du gouvernement car le résident général est aux ordres de Freycinet qui a conservé le portefeuille des Affaires étrangères. Or, le président du Conseil est resté très proche des modérés, Léon Say et Alexandre Ribot, comme de certains gambettistes malgré « l’incident » du « Grand Ministère ». L’ancienne alliance des modérés et des opportunistes sur la question coloniale est, de nouveau, scellée sur l’autel de la politique indochinoise.

  • 58 Arnhold, Karberg and Company fut fondée en 1866 par Jacob Arnhold, Peter Karberg et Alemander Levys (...)
  • 59 Là où se trouvent les principaux réseaux (gongsi) chinois de l’opium. Voir Trocki (2005).
  • 60 En fait, l’affaire échoue en 1886, lorsque Paul Bert lance l’adjudication de celle-ci. René de Sain (...)
  • 61 D’autant, que si l’on en croit Karl Trocki, les associés hokkien singapouriens de Wang Tai visent, (...)

27Pendant ce temps, à Lyon, Ulysse Pila continue à placer ses pions au Tonkin, notamment en mettant en place un projet de liaison maritime directe de Shanghai et Guangzhou avec Hải Phòng et les ports de la mer de Chine méridionale (dont Batavia et Singapour). Pour cela, il fonde avec des capitaux lyonnais et allemands, la Compagnie des Messageries annamites à vapeur. Dans cette nouvelle affaire, son associé allemand n’est pas un inconnu. Il s’agit en effet de Jacob Arnhold, ancien directeur de Pila lorsque celui-ci travaillait à Shanghai – sous le Second Empire – pour une société anglaise de marchands de soie, Oxford & Co° établie à Hong Kong. En outre, Jacob Arnhold, patron d’Arnhold, Karberg und Kompagnie58, est aussi l’un des puissants Taipan de Shanghai. Les deux hommes attirent dans leur affaire le Chinois Wang Tai, un des plus riches négociants chinois (cantonnais) d’Indochine, fermier de l’opium de Cochinchine et du Cambodge (Descours-Gatin 1992 et Trocki 1999). Wang Tai dont les réseaux sont à l’échelle de la mer de Chine méridionale : peu de temps auparavant, il s’était associé avec un chinois hokkien de Singapour59, Tan Kin Seng, afin de monter un syndicat financier destiné à remporter l’une des principales enchères pour la distribution de l’opium à Singapour (Trocki 2004). Réciproquement, Wang Tai avait obtenu l’adjudication de la ferme de l’opium de Cochinchine grâce au soutien financier de ce chinois baba des Détroits. Wang Tai est d’autant plus intéressé par son association avec Jacob Arnhold et Ulysse Pila, qu’outre le transport d’opium – central dans ses affaires – la compagnie de vapeurs projetée devrait aussi pouvoir profiter de la manne que représente le transport des coolies chinois vers les plantations d’Asie du Sud-Est. Quant à Pila, l’opium est déjà au cœur de ses affaires tonkinoises. En effet, il s’agit d’un moyen de payement commode pour toute relation avec le Yunnan, principale zone de production de la région qui fournit un opium de moindre qualité que celui d’Inde (Bénarès, Malwa ou Patna), mais beaucoup moins onéreux. L’affaire des vapeurs est d’autant plus intéressante que Pila vise à obtenir l’obtention de la ferme de l’opium du Tonkin, fermage dont l’État impérial vietnamien arrive à tirer annuellement près de 140 000 $ de revenu net (Descours-Gatin 1992 : 117). Au même moment, l’administration coloniale estime que la mise en régie directe lui rapporterait 15 millions de francs. De plus, les vapeurs de Pila peuvent, le cas échéant, transporter de l’opium de Bénarès acheté par UPC aux courtiers anglais de Shanghai ou chinois de Singapour afin de le revendre à Hải Phòng, moyennant une confortable commission. Dans cette affaire, le Soyeux développe une autre de ses caractéristiques, la demande de subvention de l’État puisqu’il demande une compensation pour le transport de la poste, de Saigon à Hải Phòng et, au-delà jusqu’à la concession française de Shanghai. Cela n’a rien de surprenant puisqu’il s’agit de rétribuer un service et qu’il souhaite investir dans un pays où personne ne veut s’engager. Comme l’a déjà démontré Jean-Pierre Hirsch dans Les deux rêves du commerce, cette demande n’est en aucun cas incompatible avec le libéralisme. Arlès-Dufour n’avait-il pas réussi à obtenir en 1860 la subvention postale pour la ligne d’Indochine de la Compagnie des Messageries Impériales afin de pouvoir concurrencer la P & O britannique qui, elle-même est subventionnée par la Couronne ? En bon libéral, Pila souhaite voir la concurrence s’installer, tout en bénéficiant de l’aide de l’État. C’est une compensation pour un service rendu. Nous remarquerons que la démarche n’a alors rien d’exceptionnelle : les armateurs marseillais font de même sur la côte d’Afrique. Qui, aujourd’hui, peut écrire que ces hommes n’étaient pas des libéraux ? Les modèles anglais et saint-simoniens fournissent les clefs de compréhension des mesures entreprises par les hommes du réseau Aynard tout au long du xixe siècle. En cela, ils sont bien des héritiers, dont en adaptant les concepts d’hier à leurs besoins. Cependant, sur la demande de subvention postale, Pila connaît un nouvel échec. Sa Compagnie des Messageries annamites à vapeur voit bien le jour en 1886, mais doit compter sur ses seuls capitaux, la subvention postale lui étant refusée pour des raisons obscures. Premier échec, bientôt suivi d’un second – et non des moindres – l’employé de Pila chargé d’obtenir la concession de la ferme de l’opium de l’Annam-Tonkin, René de Saint-Mathurin, l’obtient mais à son nom propre60. A priori, les Lyonnais – car dans cette affaire, Pila ne fait que représenter un consortium financier composé par les relations d’affaires du groupe Aynard – aurait du obtenir relativement facilement cette adjudication du fait des appuis de Paul Bert. Ces deux échecs successifs grèvent le capital-vie de la société de transport maritime projetée et met en péril la réalisation du système complexe projeté par le groupe lyonnais. Sans opium et sans la subvention de l’État prévue, la Compagnie des Messageries annamites à vapeur est rapidement mise en faillite. C’est un rude coup qui prive Pila d’un réseau particulièrement denses et efficace. En effet, l’alliance avec l’une des principales maisons de Shanghai et le clan Wang Tai fort de ses réseaux chinois qui couvrent toute l’Asie du Sud-Est61, aurait donné à la compagnie maritime une position particulièrement enviable. Trop peut-être. Quoi qu’il en soit, loin d’abandonner la partie, Ulysse Pila ne relâche pas pour autant ses efforts sur Hải Phòng. Le port est bien la clef du système fluvial du Tonkin drainant l’hinterland tonkinois et constitue la porte d’entrée du Yunnan tout en étant aussi la façade maritime qui fait l’interface avec Shanghai et l’ensemble des marchés d’Asie orientale. C’est aussi la tête de pont d’un corps expéditionnaire qui vient de passer à 35 000 hommes en 1885 et constitue un marché considérable. Un signe ne trompe pas : la Banque de l’Indo-Chine y ouvre en mars 1885 l’une de ses agences. Reste à l’obtenir la fourniture de l’armée. Pour cela, un peu d’entregent est nécessaire à l’entreprenant soyeux.

  • 62 Celui-ci est destiné aux riches négociants chinois qui le préfèrent à celui produit localement au Y (...)
  • 63 En revanche, cet opium de moindre qualité est destiné à approvisionner le marché indochinois. Dans (...)

28Son chargé d’affaires, Ernest Bancal, monte toute une flottille, composée de jonques et de trois vapeurs qu’il a fait armer à Hong Kong, afin d’entreprendre la remontée du fleuve Rouge jusqu’à Lào Cai. Les cargaisons à l’aller sont composées de filés de coton, d’opium de Bénarés62, du sel des côtes du Tonkin et d’Annam dont les populations montagnardes et les chinois Han du Yunnan sont grandes consommatrices et qu’elles échangent contre leur propre production d’opium63, du tabac, des plantes médicinales, des produits de forêt et des bois rares. L’opium du Yunnan, moins cher, est consommé par les plus pauvres et les populations des montagnes. En revanche, les plus riches, Chinois et Vietnamiens, lui préfèrent l’opium indien. Toutes ces marchandises ont été achetées à Shanghai par UPC et transportés par l’unique steamer acheté par la Compagnie des Messageries annamites à vapeur (1 800 tonneaux) dont l’équipage, afin de compléter son fret, dessert régulièrement la côte d’Annam pour se fournir en cannelle et en nids d’hirondelles que les Chinois achètent fort cher. Arrivés à Lào Cai, les négociants cantonnais installés à Mang Hao, prennent en charge les convois, les transbordent et, au bout de deux mois, renvoient en échange de l’opium du Yunnan, du thé noir de Pu-erh, de l’étain, des barres d’argent et des plantes médicinales, qu’ils ont acheté aux groupes ethniques du Yunnan en troquant le sel de mer, les filés de coton et le tabac. Quant à l’opium de Bénarès, il était revendu aux riches négociants chinois tandis que l’opium du Yunnan fait le gros du retour. Il semble tout à fait probable que ces intermédiaires chinois appartiennent au réseau Wang Tai puisque nous savons qu’ils sont cantonais (ce qu’atteste dix ans plus tard le rapport de la Mission commerciale lyonnaise en Chine du Sud (1895-1897) (Klein 2002). Or, en Indochine, le clan Wang Tai dirigeait précisément la congrégation cantonaise. Une telle association démontre la grande connaissance des Lyonnais – et de Pila en particulier – des circuits commerciaux de cette région. De plus, cette organisation – au premier abord qui peut sembler primitive, mais en réalité fort complexe – avait l’immense avantage de pouvoir passer des sommes considérables en marchandises sans prendre le risque de tomber aux mains des irréguliers Chinois, pavillons de toutes couleurs, les Cantonais réglant eux-mêmes ce type d’affaires. Il était alors en effet impossible pour un occidental de commercer dans la haute-Région. Les Chinois avaient leurs propres intermédiaires et leurs réseaux, connaissant les us et savent à qui il faut graisser la main. L’opium du Yunnan était ensuite revendu à Wang Tai, pour être envoyé à la bouillerie d’opium de Saigon dont il est aussi le patron (Descours-Gatin 1992). Rien n’est laissé au hasard. Mais Pila ne s’arrête pas là. Son chargé d’affaires, Ernest Bancal est aussi chargé d’ouvrir des agences à Hà Nội et, surtout à Nam Định, la principale région séricicole du delta du fleuve Rouge, région que Paul Brunat avait décrit dans son rapport au président Sévène comme riche de promesses séricicoles. En outre, Bancal achète des terrains à Hải Phòng, jouant sur la spéculation immobilière qui fait flamber les prix des terrains. L’homme lige de Pila est d’autant bien placé qu’il vient d’être élu comme membre de la toute nouvelle chambre de commerce de Hải Phòng (Villemagne 2008), place qui lui fournit un poste d’observation privilégié. Pour résumer, ce qui, à première vue apparaît comme un faisceau peu cohérent de projets d’investissements divers au Tonkin forme en réalité un ensemble cohérent où tout se tient : une société commerciale installée dans le principal port de la région, connecté par les fleuves et les canaux à l’arrière-pays tonkinois ; des connections indispensables avec l’administration du protectorat et les compradores chinois et, finalement, toute une gamme de transports fluviaux et maritimes nécessaire aux échanges terrestres et maritimes franco-chinois, sans parler de l’opium qui constitue une monnaie d’échange aisée à transporter et facilite les échanges dans une région troublée. Bref, un véritable système.

  • 64 Dit également « bois de fer », réputé quasi imputrescible.

29De son côté, Pila est nommé à Lyon membre du comité d’action de l’influente Société de géographie qui, de 1873 à 1908, organise localement la propagande coloniale. Son dessein : convaincre les élites locales de l’intérêt que représente le développement du Tonkin afin que celles-ci acceptent d’investir une partie de leurs capitaux dans un projet commun à Hải Phòng. Parallèlement à Paris, le 7 janvier 1886, Charles de Freycinet, forme un nouveau cabinet et décide la réorganisation administrative de l’Annam et du Tonkin. Aussitôt, les Soyeux tentent de tirer leur épingle du jeu, d’autant qu’ils peuvent compter sur le Président du Conseil. Pila, envoyé par Aynard à Paris, entre en relation avec plusieurs hommes politiques influents. Joannès Convert, Lyonnais d’origine, devenu président de la chambre de commerce du Havre lui présente Félix Faure. Pila multiplie les contacts et entre en relation avec Laurent Burdeau, chef de cabinet de Paul Bert en 1881. Or, en 1885, Burdeau vient d’être élu député du Rhône sur la liste opportuniste. En février 1886, à la veille du départ de Paul Bert pour l’Indochine, Burdeau arrange pour Pila une entrevue avec le nouveau résident-général et son gendre, le publiciste Joseph Chailley. Ce dernier sera appelé à devenir, par la suite, l’une des figures de proue du « Parti colonial » et un proche d’Ulysse Pila. Paul Bert qui a besoin de l’initiative privée pour mettre en valeur le territoire qu’il doit administrer avait déjà reçu la visite de nombreux hommes d’affaires et industriels. Cependant, avec Pila, l’entrevue tourne à la franche coopération. Amitiés ou pressions de Félix Faure, de Charles de Freycinet ou de Burdeau ? Probablement une conjugaison de tous ces facteurs. Quoi qu’il en soit, nous savons par les archives qu’Ulysse Pila est alors reçu en audience sans rendez-vous préalable chez Freycinet, le supérieur hiérarchique de Paul Bert. Une nouvelle fois, les Modérés et les Gambettistes sont appelés à collaborer sur le plan des affaires coloniales. Finalement, Pila (et derrière lui, Édouard Aynard) ont obtenu les appuis politiques nécessaires à la poursuite de leurs affaires, à la fois à Paris et à Hà Nội. A peine Paul Bert nommé que le patron d’Ulysse Pila & Cie obtient la fourniture en matériel et le ravitaillement du corps expéditionnaire au Tonkin, rappelons-le fort de près de 35 000 hommes. C’est un marché considérable. Grâce au steamer des Messageries annamites à vapeur et d’une flotte de voiliers les hommes de Pila achètent à Hong Kong de quoi remplir le contrat les liant avec l’administration du protectorat. Les navires transportent du charbon, du bois de yao64, des explosifs, de l’alcool. Ce matériel est débarqué à Hải Phòng où il est transbordé sur les chaloupes et les jonques de rivières qui remontent aussitôt sur Lào Cai. Profitant de voyages payés par l’armée, les hommes de Pila en profitent pour embarquer sur les mêmes convois les cargaisons destinées, en amont du fleuve, aux Cantonais de Lào Cai et de Mang Hao évoqués plus avant. Pas de pertes possibles. Les bénéfices se chiffrent en centaine de milliers de francs (Archives privées, famille Pila).

  • 65 Archives d’Outre-mer : SOM n° 52 (14), carton 14. Lettre de Pila à Freycinet, Lyon le 9 juillet 188 (...)
  • 66 D’autant que le débat sur le « gouffre financier » tonkinois et la chute de Jules Ferry sont encore (...)

30Pila ne s’arrête pas là. S’il est l’un des pionniers de l’ouverture commerciale du Yunnan, préconisée à Lyon depuis plus de dix ans, il cherche à renforcer encore sa position. La route de la Chine méridionale désormais ouverte au commerce occidental, Pila et Aynard trouvent facilement des capitaux lyonnais pour les grosses affaires qu’ils envisagent de fonder. Chose intéressante, dans ces négociations, Aynard apparaît toujours en filigrane au contraire de Pila. En revanche, ce dernier endosse volontiers l’habit de l’aventurier indochinois qu’Aynard, devenu vice-président de la chambre de commerce de Lyon, lui avait taillé deux ans plus tôt. A chacun son rôle. Il faut voir derrière le bouillant marchand de soie, le puissant milieu des Soyeux et de la deuxième place financière française. Pila est proposé par Freycinet, à titre exceptionnel, à recevoir le grade de chevalier de la Légion d’Honneur. Fort de ce soutien appuyé du patron de Paul Bert, Pila écrit au résident général pour lui rappeler qu’il a réussi à rallier au Tonkin nombre de Lyonnais, « mélange de toutes opinions, même très hostiles à notre régime et à nos idées coloniales65 », tous prêts à investir des sommes importantes dans la région. Pour Paul Bert, c’est une véritable aubaine. Ses crédits sont à court, il n’a pas un sous pour commencer la mise en valeur de l’Annam-Tonkin, ce qui est, rappelons le, sa principale mission66. De plus, le Tonkin effraye encore beaucoup les investisseurs métropolitains. Le résident général se tournant vers l’initiative privée, les capitaux lyonnais arrivent à point, d’autant que Paul Bert a essuyé un refus en ce sens de la Banque de l’Indo-Chine (Klein 2002). On a beaucoup glosé sur le fait que cette institution financière ne participe pas à ce qu’il est convenu d’appeler la « mise en valeur » de l’Indochine française. La vérité est plus simple, les statuts de la banque ne l’autorisent simplement pas à se faire la pourvoyeuse de fonds du gouvernement colonial (Klein 2002). Profitant de ce contexte de gêne administrative et financière à laquelle Paul Bert doit faire face, les hommes d’Aynard et Pila mettent à sa disposition le réseau financier qu’ils ont su constituer autour d’eux à Lyon.

  • 67 Contrat du 6 août 1886.
  • 68 (Idem). C’est probablement à ce moment que Saint-Mathurin est contacté par un syndicat chinois host (...)

31Finalement, Paul Bert profite de la main tendue. La proposition de Pila tombe à pic : les négociations piétinent avec la Banque de l’Indo-Chine et le Résident général vient d’essuyer un refus d’Edmond Recopé, le représentant de la Société générale au Tonkin. Finalement, Paul Bert se tourne vers les investisseurs privés et signe un protocole d’accord avec Louis Pila qui engage les dirigeants d’UPC dans une série d’accords avec l’administration du protectorat67. Les Lyonnais obtiennent ainsi d’importants marchés, notamment la construction et la gestion des docks du port d’Hải Phòng, où doit être logé le service des douanes du Tonkin, dirigé depuis novembre 1886 par Émile Rocher, ancien employé des Douanes impériales chinoises qui fait tripler le revenu de son service avec pour devise, « des douanes commerciales, pas de douanes fiscales » (Klein 2002). Le commerce avec le Yunnan est à portée de main et, pour se faire, le groupe Aynard mobilise un capital d’un million de franc, versé en quarante parts de 25 000 francs chacune, afin d’aménager le port du Tonkin, antichambre du Yunnan voisin. L’affaire est d’autant plus intéressante lorsque l’on sait que toutes les marchandises entrant et sortant du Tonkin – y compris l’opium indien ou chinois – doit obligatoirement transiter par l’entrepôt des douanes, logé par la Société des docks de Haïphong, dont le capital est à 80 % lyonnais. à cela, il faut ajouter que Pila obtient en outre la concession par l’armée des Magasins généraux destinés à stocker toutes les marchandises nécessaires à l’avitaillement du corps expéditionnaire dont, rappelons-le, il est le principal fournisseur. Le groupe lyonnais obtient ainsi de Paul Bert une position qui fait de la Société des docks et entrepôts de Haïphong qui gère le flux de marchandises civiles et militaires du Tonkin la clef de voûte d’un système complexe visant le monopole de fait du commerce tonkinois. A ces opérations, Pila projette d’ajouter le développement d’une banque du Tonkin mise au service des entrepreneurs locaux, mais aussi et surtout, de l’administration du protectorat ; la concession des services postaux sur le fleuve Rouge (qui permettrait de faire payer une partie du fret qu’il transporte par l’administration du Protectorat) ; l’obtention de l’affermage de l’opium du Tonkin et, enfin, il place ses hommes dans la toute nouvelle chambre de commerce de Hải Phòng. Bref, un système ressemblant en tout point à celui mis en place entre Lyon et Shanghai par Arlès-Dufour, vingt ans plus tôt mais, cette fois-ci, à une échelle régionale, afin de connecter par des entreprises connexes, le Tonkin au Yunnan, le tout à Hong Kong, Shanghai et Singapour et, en bout de chaîne, à Marseille. Ceci devant permettre au groupe lyonnais et ses correspondants parisiens (10 %) et marseillais (10 %) de contrôler une partie importante du flux d’hommes, de marchandises et de capitaux de l’Asie orientale. Si la soie était au cœur du dispositif pensé par les Saint-simoniens, celui élaboré par Pila est centré, en grande partie, par le contrôle de l’opium, clef des échanges intra-régionaux, y compris afin de se procurer – en droiture – la soie grège du Sichuan. Outre le fait que la drogue, marchandise de faible poids à haute valeur ajoutée, est une véritable monnaie d’échange entre le Tonkin et le Yunnan, sa consommation au Tonkin est importante : près de 5 tonnes en 1885 (Klein 2002 : 118). L’affaire est d’autant plus intéressante qu’Émile Rocher, le nouveau directeur des Douanes de l’Annam-Tonkin nommé par Paul Bert, favorise l’importation du Yunnan (30 Frs/boule) au lieu du Bénarès (65 Frs/boule), ce qui représente entre 27 et 36 % des droits de douane du Tonkin, perçus à Hải Phòng et dont une partie est reversée au syndicat lyonnais. Pila, déjà associé à Wang Tai dans l’affaire des vapeurs, est ainsi connecté aux réseaux cantonais et hokkien qui, seuls sont alors capable de drainer les marchandises du Yunnan et leur faire passer la frontière alors aux mains de troupes irrégulières chinoises. Cependant, la contrebande étant jugée trop importante, Paul Bert et son administration cherche à l’enrayer. N’ayant pas les moyens d’en assurer la police ni de monter un service administratif mettant en régie l’opium tonkinois, le résident fait de nouveau appel aux capitaux privés et propose l’adjudication de la Ferme de l’opium du Tonkin. En plus de contrôler une partie des approvisionnements provinciaux, Pila cherche à prendre le contrôle de la distribution. Ernest Bancal confie à l’un de ses employés, René de Saint-Mathurin, la charge de négocier pour le compte d’Ulysse Pila & Cie l’achat de la ferme dont les autorités coloniales prévoient qu’elle rapportera sous peu près de 15 millions de bénéfice net68. L’arnaque de Saint-Mathurin, ainsi que l’échec de quelques autres projets du syndicat lyonnais compromet la stabilité et la viabilité du système souhaité.

  • 69 Il s’agit des frères Seguin ayant construit le premier chemin de fer français de Saint-Etienne à Ri (...)

32Pourtant, fin 1886, tout était en place pour que les Lyonnais obtiennent un monopole de fait sur les affaires du Tonkin. Cependant, la mort prématurée de Paul Bert, véritable allié dans la place, remet en cause une grande partie du plan élaboré à Lyon. En effet, Pila et ses associés n’obtiennent ni la ferme de l’opium, ni l’adjudication des Messageries fluviales du Fleuve rouge, attribuée à Marty et d’Abbadie. A ces échecs patents, il faut ajouter l’impossibilité d’obtenir du protectorat le choix d’un service de toueurs pour remonter le fleuve Rouge, choix proposé par Paul Brunat tout en sachant que Lyon est la seule ville française qui construit ce genre de navires. Le chemin de fer lui est finalement préféré. Or, même dans cette affaire, Aynard et ses associés, en particulier Félix Mangini, héritier de Marc Seguin69 et patron des Ateliers de la Buire, est intéressé. Cependant, une nouvelle fois, le groupe lyonnais doit essuyer un échec puisque concession du chemin de fer Hà Nội- Phử Lạng Thương est, finalement attribuée à la société Soupe et Cie, qui se lance dans la construction d’un petit chemin de fer Decauville (Fourniau 2002). Pila et Aynard avaient vu trop grand et s’étaient fait de nombreux ennemis. De plus, les va-et-vient des cabinets de la IIIe République ne favorisent pas les alliances durables sur le terrain mouvant de la politique coloniale. Les deux hommes doivent faire jouer plusieurs fois leurs réseaux pour obtenir des prérogatives importantes dans une Union Indochinoise qui tarde à devenir le tremplin rêvé vers la Chine méridionale et, surtout, réussir à s’allier avec un homme de pouvoir sur place.Il leur faut attendre 1891 avec la nomination de Jean-Louis de Lanessan, un autre Gambettiste, au poste de gouverneur général d’Indochine pour reprendre la main dans ces affaires. Cependant, le projet initial ne put jamais être réalisé, du fait d’une conjoncture toute autre qu’en 1886. Finalement, après plusieurs tentatives, le groupe lyonnais mené par le tandem Pila-Aynard réalise en partie, son but : être au centre d’un système commercial, industriel et financier qui relie le Tonkin au Yunnan (Klein 2002). Paradoxalement, c’est au moment où le groupe lyonnais réussit son pari que ses besoins sur la place indochinoise se font moins criants. A peine une décennie plus tard, le groupe colonial que nous avons décrit perd sa raison d’être. Il n’en reste pas moins que, durant près de trente ans, Hải Phòng fut au cœur d’une stratégie globale et régionale visant à faire de Lyon la première place commerciale sur le marché des soies asiatiques.

33Qu’en conclure ? Les accords passés entre les hommes du réseau lyonnais avec Paul Bert reflètent, au niveau régional, l’alliance que sont en train de passer, au niveau national, les Modérés et les opportunistes, qu’ils soient partisans de Gambetta et de Ferry, formant ainsi le socle de ce que l’on appelle, une décennie plus tard, le Parti Colonial. Cet exemple particulier, illustre les liens entre pouvoirs économique et politique dans ce que l’historien Jean Garrigues a nommé « la République des hommes d’affaires ». En outre, il nous permet de démontrer ce que nous définissons comme la « linocratie », néologisme signifiant « le pouvoir des réseaux » (Klein 2008c). C’est dans la souplesse et la possibilité de regrouper des individus partageant une vision commune que les réseaux puisent leur pouvoir. Un pouvoir qui a permis aux Lyonnais de réussir à intégrer leur projet d’équipement régional (au Tonkin) dans une vision beaucoup plus large : celle de la conquête du marché chinois, elle même résultat de la mondialisation des affaires où tout semble parfois s’interconnecter : les réseaux de pouvoirs et d’argent. En Asie du Sud-Est, peut-être encore plus qu’ailleurs, les lieux de l’interconnexion furent souvent les embouchures des deltas des grands fleuves de la péninsule indochinoise. L’impulsion économique donnée durant la période coloniale ou, simplement, l’influence occidentale sera déterminante dans la mesure où les villes de cette région, traditionnellement tournées vers les terres, s’ouvrent davantage aux espaces maritimes. Au même titre que Rangoon, Bangkok ou Sài Gòn, Hải Phòng joua ce rôle d’interface permettant l’entrée du Việt Nam dans ce qu’il convient d’appeler la globalisation des échanges. Troisième ville vietnamienne, Hải Phòng abrite aujourd’hui une population de près de 1,8 millions d’habitants et ses liens avec le voisin chinois se confirment régulièrement. Le port est en effet devenu un élément non négligeable des échanges régionaux et aussi internationaux dans la mer de Chine, espace maritime que George Cœdès et Denys Lombard avaient justement qualifié de « Méditerranée chinoise » et que François Gipouloux démontre comme étant devenu la « Méditerranée asiatique » (F. Gipouloux, 2009).

34Indéniablement, l’histoire que certains ont qualifiée de « globale » passe par l’étude des réseaux. Seule, elle permet de saisir dans une dimension plus vaste tout en restant à l’échelle de l’homme, l’acteur central du réseau, l’ensemble des données politiques, économiques et sociales qui permettent d’expliquer les motivations et les réalisations entrepreneuriales ainsi que les logiques de certains marchés et leurs rapports avec l’État. Seule, à notre sens, elle permet – en synchronie comme en diachronie – de se jouer des différences d’échelles (locales, régionales, nationales, internationales) (Revel 1996), tout en intégrant, à travers l’étude d’individus, la part des intérêts privés et collectifs, la part non négligeable du subjectif, du rêve qui pousse les individus à des dynamiques de transformations collectives dont la colonisation n’a pas été des moindres. En étudiant la mise en place, la structuration et les réalisations, sur une courte période, des projets haiphonnais du groupe lyonnais nous sommes plus à même de comprendre, dans sa globalité, non seulement les enjeux géopolitiques et financiers qui se posèrent aux patrons de la soie, mais aussi leurs décisions qui ne furent pas toujours le résultat de préoccupations stricto sensu économiques. Elles sont aussi, parfois, l’aboutissement d’influences idéologiques, politiques, du caractère de certains meneurs d’homme et de leur force de persuasion. Traditionnellement, l’histoire économique a étudié, dans le cadre de monographie, l’histoire des zones portuaires, les entreprises commerciales ou les industries comme un sujet à part, les soustrayant parfois à leur contexte social et à une réalité historique plus vaste. L’étude des réseaux permet ainsi à l’historien de se plonger au cœur de l’homme, de replacer l’étude des entreprises et des firmes dans une réalité en prise avec le temps vécu. Bref, d’être dans une histoire connectée : celle des hommes entre eux et de ces acteurs avec leur univers, si complexe soit-il. Certes les bilans chiffrés sont indispensables, mais l’analyse des patrons, des conseils d’administration, les liens que ces hommes entretiennent avec le monde qui les entoure est au moins tout aussi important. Sans cela, impossible de comprendre ce qu’une poignée d’hommes d’affaires lyonnais est allé faire au Tonkin, impossible de faire le lien entre le fleuve Rouge, le canal de Suez, les Docks d’Hải Phòng et ceux de Marseille, le marché de l’opium du Yunnan et celui des soies grèges et de comprendre leur mise en tensions… C’est en retrouvant et en renouant patiemment les fils de la chaîne des sociétés et la trame des parcours individuels des acteurs du réseau que nous aboutissons à une compréhension des origines de la colonisation du Vietnam, de l’histoire des enjeux de pouvoir entre Paris et Lyon – à l’échelle impériale –, à comprendre l’importance de l’influence exercée en Asie par les marchands de soie lyonnais sur le gouvernement français. à partir des liens avec d’autres sujets de recherche, on débouche sur cette histoire globale qui permet de contextualiser des évènements disparates ; le tout formant un ensemble cohérent qui éclaire d’une lumière différente chacun de ces composants. Chaque homme est fils de son temps. Il en découle que ses actes sont à la croisée des chemins des influences multiples de son époque, de sa société et de son entourage. Faut-il rappeler que l’étude des réseaux a commencé à une époque où le déconstructionnisme a mis à plat chaque composante de l’histoire, où les points de vue politiques ont souligné les différences des régimes ? Peut-être le temps est-il venu où une vision de l’ensemble, une tentative de cohérence globale nous aiderait à dépasser les anciens clivages afin de mieux voir les enjeux que, jusqu’ici, la spécialisation avait laissé voilé.

Haut de page

Bibliographie

BANCEL Nicolas, BLANCHARD Pascal et VERGES Françoise, 2003, La République coloniale. Essai sur une utopie, Paris : Albin Michel, 172 p.

BANCEL Nicolas, BENCHARIF Léla et BLANCHARD Pascal (dir.), 2007, Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne, Paris : La Découverte, 236 p.

BENOIT Bruno, 1999, L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris : L’Harmattan, 239 p.

BERNARD Mathias, 1998, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième République, Paris : L’Harmattan, 432 p.

BERNERON-COUVENHES Marie-Françoise, 2007, Les Messageries Maritimes - L’essor d’une grande compagnie de navigation française, 1851-1894, Paris : PUPS, 839 p.

BILLARD Thierry, 1995, Félix Faure, Paris : Julliard, 1046 p.

BONIN Hubert, HODEIR Catherine et KLEIN Jean-François (dir.), 2008, L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : Presses de la SFHOM, 2008, 844 p.

BLANCHARD Pascal et BOËTSCH Gilles (dir.), 2005, Marseille porte Sud : un siècle d’histoire coloniale et d’immigration, Marseille : Jeanne Laffitte, 239 p.

BOIS Paul, 1992, Le grand siècle des Messageries Maritimes, Marseille : CCIMP, Col. « Histoire du Commerce et de l’Industrie de Marseille xixexxe siècles », 413 p.

BRUNAT Paul, 1886, Exploration commerciale du Tonkin, Lyon : Pitrat Aîné, 62 p.

CAYEZ Pierre, 1978, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrialisation lyonnaise, Lyon : PUL, 476 p.

CAYEZ Pierre et CHASSAGNE Serge, 2007, Les patrons du Second empire. Lyon et le Lyonnais, Paris : Picard et Cénomane, 287 p.

CHANET Jean-François, 1996, L’école républicaine et les petites patries, Paris : Aubier, 430 p.

CHANET Jean-François, 2006, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, Rennes : PUR, 320 p.

CHEVALIER Michel, 1855, La Religion saint-simonienne. Politique économique. Système de la Méditerranée, Paris : Bureau du Globe.

China Imperial Maritime Customs II, 1880, Special series n° 3. Silk. Shanghai : Statiscal Department of the Inspector General.

CORNET Christine, 1990, « Modernisation et politique navale en Chine à la fin du xixe siècle », Marins et océans, n° 1, décembre 1990.

CULAS Christian, 1999, « Histoire de l’opium et de ses usages chez les Hmong d’Asie du Sud-Est », Journal Asiatique, 287 (2) : 557-605.

CULAS Christian, 2005, Le messianisme hmong aux 19e et 20e siècles. La dynamique religieuse comme instrument politique, Paris : CNRS-MSH, 375 p.

CULAS Christian, 2010 (à paraître), « Hmong, Markets and Opium Production and Trade in Lao Cai Area (Vietnam) in Late 19th Century ».

DAUMALIN Xavier, 1998, Marseille et l’Ouest africain. L’outre-mer des industriels (1841-1956), Marseille : CCIMP, « Histoire du Commerce et de l’Industrie de Marseille xixe-xxe siècles », 475 p.

DAUMALIN Xavier, 2008, « La doctrine africaine de Paul Leroy-Beaulieu (1870-1916) : essai d’analyse thématique », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 102-120.

DESCOURS-GATIN Chantal, 1992, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine, Paris : L’Harmattan, 292 p.

DOUKI Caroline et MINARD Philippe, 2007, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelles historiographiques ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine [RHMC], 54-4bis : 7-103.

DURAND Guy, 2001, « Le marché marseillais des soies (1817-1883) », in Marseille sur les routes de la soie, Marseille, CCIMP, Col. « Marseille-Provence au contact du monde », tome II, pp. 76-107.

FAVIER, René, Gérard GAYOT, Jean-François KLEIN, Didier TERRIER et Denis WORONOFF (dir.), 2009, Tisser l’Histoire. Entrepreneurs et usines textiles, xviiie-xixe siècles. Mélanges en l’honneur de Serge Chassagne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, 405 p.

FOURNIAU Charles, 2002, Vietnam. Domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Paris : Les Indes Savantes, 845 p.

FRY Michaël, 2001, The Scottish Empire, Edinburgh : East Linton & Edinburgh Tuckwell Press and Birlinn, 580 p.

GARRIGUES Jean, 1997, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris : Aubier, 432 p.

GENESTE Sylvie, 1998, « Édouard Aynard banquier, député, mécène et homme d’œuvres (1837-1913) », thèse d’histoire contemporaine, sous la dir. de Régis Ladous, Université de Lyon III, 552 p.

GIPOULOUX François, 2009, La Méditerranée asiatique. Villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est (xvie-xxie siècles), Paris : CNRS, 480 p.

HAUDRERE Philippe, 2005, La Compagnie française des Indes au xviiie siècle, Paris : Les Indes Savantes, 2 t., 1071 p.

KLEIN Jean-François, 1994, Un Lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila, « Vice-roi » de l’Indochine (1837-1909), Lyon : Lugd, 160 p.

KLEIN Jean-François, 2002, « Soyeux en mer de Chine. Stratégies des réseaux lyonnais en Extrême-Orient (1843-1906) », thèse d’histoire contemporaine, (dir. de Claude Prudhomme), Université Lyon 2, 1200 p. (à paraître).

KLEIN Jean-François, 2008a, « La Société de géographie de Lyon : pour la Croix et la Soie ? (1873-1908) », in Pierre Singaravélou (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation 19e-20e siècles, Paris : Belin, Col. « Mappemonde », pp. 94-111

KLEIN Jean-François, 2008b « Une culture impériale consulaire ? L’exemple de la Chambre de commerce de Lyon (1830-1920) », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 347-378.

KLEIN Jean-François, 2008c, « La linocratie impériale à l’épreuve des sources », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 787-814

KLEIN Jean-François, 2009, « Natalis Rondot (1821-1900). Un “technologue” libéral de la laine au service des Soyeux », in R. Favier, G. Gayot, J.-F. Klein, D. Terrier et D. Woronoff, Tisser l’Histoire. Entrepreneurs et usines textiles, xviiie-xixe siècles. Mélanges en l’honneur du Professeur Serge Chassagne, Valenciennes : Presses Universitaires de Valenciennes, pp. 207-220.

KLEIN Jean-François, 2011, « L’ombre de Dupleix plane sur la Constituante. La stratégie indienne de Louis Monneron (1790-1791) », Revue Historique de l’océan Indien, n° spécial « France-Angleterre dans l’océan Indien du xviiie au xxie siècle », Eve Prosper (dir.), 8, novembre : 5-18.

LE FAILLER Philippe, 2009, Les seigneurs de la rivière Noire, chronique des confins au Nord-ouest du Vietnam xixe-xxe siècles, Paris : Les Indes Savantes (à paraître).

LE FAILLER Philippe, 2001, Monopole et prohibition de l’opium en Indochine, le pilori des Chimères, Paris : L’Harmattan, 400 p.

LEROY-BEAULIEU Paul, 1874, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris : Guillaumin, 616 p.

LEROY-BEAULIEU Paul, 1883, « Chronique géographique : expansion coloniale de la France », Bulletin de la Société d’Économie Politique de Lyon, 463-465.

LEVALLOIS Michel, [2005] « Les Saints Simoniens et l’Algérie », article en ligne consultable sur <http://www.ldh-toulon.net/article.php3?id_article=471> (consulté en décembre 2008).

MALON Claude, 2006, Le Havre colonial de 1880 à 1960, Caen-Mont-Saint-Aignan : Presses Universitaires de Caen-Publications des universités de Rouen et du Havre, 679 p.

MANCERON Gilles, 2003, Marianne et les colonies. Une introduction à l’histoire coloniale de la France, Paris : La Découverte, 318 p.

MOINE Jean-Marie, 2008, « La sidérurgie, le Comité des forges et l’empire colonial. Mythes et réalités », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), pp. 483-526.

MOREL Ennemond, 1884, « Le Ton-Kin », Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, séance du 21 décembre 1883 : 163-222.

PELLETIER Philippe (dir.), 2004, Identités territoriales en Asie orientale, Paris : Les Indes Savantes, 388 p.

PICON Antoine, 2002, Les Saint-Simoniens. Raison, imaginaire et utopie, Paris : Belin, 381 p.

POLACK Christian, 2002, Soie et Lumières. L’âge d’or des échanges franco-japonais, Tokyo : Hachette-Filipacchi, 235 p.

RAFFI Gilles, 1994, « Haiphong. Origines, conditions et modalités du développement jusqu’en 1921 », thèse d’histoire contemporaine, (dir. de J.-L. Miège), Université de Provence, 2 vol.

REVEL Jacques (dir.), 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris : Gallimard-Le Seuil, Col. « Hautes Études », 243 p.

SINGARAVELOU Pierre, 2008, « L’Empire des économistes. L’enseignement de ‘l’économie coloniale’ sous la IIIe République », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : SFHOM, pp. 135-147.

SMITH Carl T., 1994, « The German Speaking Community in Hong Kong 1846-1918 », Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society, 34 : 1-55.

TODD David, 2008, L’Identité économique de la France. Libre échange et protectionnisme (1814-1851), Paris : Grasset, 487 p.

TROCKI Carl A., 1999, Opium, Empire and the Global Political Economy. A study of the Asian opium trade (1750-1950), London : Routledge, 208 p.

TROCKI Carl A., 2004, « The Internationalization of Chinese Revenue Farming Networks », in N. Cooke and Li Tana (eds.), Water Frontier. Commerce and the Chinese in the Lower Mekong Region, 1750-1880, Singapore : NUS & Rowan, Littlefield Publishers, pp. 159-173.

TROCKI Carl A. 2008, « A Drug on the Market : Opium and the Chinese in Southeast Asia, 1750-1880 », Journal of Chinese Overseas, 1 (2) : 147-168.

VAN DE VEN Hans, 2006, « Robert Hart and the Chinese Maritime Customs Service », Modern Asian Studies, 40 (3) : 631-662.

VASQUEZ Jean-Michel, 2004, « La Société de géographie de Lyon et son bulletin de 1873 aux années 1900 », in Claude Prudhomme (dir.), Une appropriation du monde ? Mission et missions (xixe-xxe siècles), Paris : Publisud, pp. 24-45.

VILLEMAGNE Claire, 2008, « Les chambres de commerce du Tonkin (1884-1894) : sociabilité culturelle ou mission économique ? », in H. Bonin, C. Hodeir et J.-F. Klein (dir.), L’esprit économique impérial ? Réseaux et groupes de pressions du patronat colonial en France et dans l’Empire (1830-1962), Paris : SFHOM, pp. 697-714.

Haut de page

Notes

1 Si, théoriquement, seuls les marchands-fabricants sont appelés « Soyeux » – ils achètent la soie grège (brute) au marchand de soie, la font tisser à façon par les canuts (artisans), et vendent le produit fini, la soierie – par commodité de langage, nous appellerons l’ensemble de ces hommes, banquiers, marchands de soie et marchands-fabricants, des Soyeux.

2 Nous entendons par Asie orientale un espace large incluant l’Asie de l’Est (Japon, Chine, Corée) mais aussi l’Asie du Sud-Est. Espace proposé par le groupe Norao dans l’ouvrage de synthèse publié sous la direction de Ph. Pelletier (dir.), Identités territoriales en Asie orientale (2004).

3 Klein (2002). Voir aussi les notices qui leur sont consacré dans P. Cayez et S. Chassagne, Les patrons du Second empire. Lyon et le Lyonnais (2007).

4 Maladie qui ravagea les élevages de vers à soie entre 1843 et la fin des années 1880 avant que Pasteur ne trouve une parade en introduisant une sélection des « graines » (pontes du bombyx) et une réintroduction de pontes saines (souvent japonaises). La pandémie, partie d’Ardèche, détruisit les récoltes dans toute la vallée du Rhône, les Piémonts italiens et gagna la quasi-totalité du bassin méditerranéen, touchant du même coup les approvisionnements du Levant ottoman. Voir Durand (2001).

5 Sur la « Connected History » et ses enjeux épistémologiques voir le dossier coordonné par Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelles historiographiques ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine (2007).

6 C’est-à-dire un ensemble d’éléments organisé de composants coordonnés de façon à former un tout cohérent, considérés dans leurs relations à l’intérieur d’un tout fonctionnant de manière unitaire.

7 Lui-même pensé comme voie de pénétration vers le Sichuan, ce qui en dit long sur le niveau de méconnaissance des Occidentaux pour cette région dont les richesses ne cessent – pour une simple question de survie de l’apostolat dans la région – d’être clamées par les missionnaires catholiques. à ce sujet, voir Klein (2002).

8 On nomme ainsi ceux qui étaient à la gauche de Thiers sous Louis-Philippe, c’est-à-dire les Orléanistes libéraux devenus républicains modérés après 1870, dans la mouvance des Léon Say, Jules Méline, Alexandre Ribot, Jean Casimir-Périer ou Charles Dupuy. Après les derniers raliiements, ils forment en 2003 la Fédération républicaine, représentant la droite républicaine libérale et conservatrice. Sur ce sujet, voir Garrigues (1997) et Bernard (1998).

9 Il suffit pour cela de feuilleter l’ouvrage de Blanchard et Boëtsch (dir.), Marseille porte Sud : un siècle d’histoire coloniale et d’immigration (2005). Ce beau livre d’images, très – voir trop – documenté reprend à peu près tous les clichés affublés à Marseille pendant la période coloniale, sans aucun recul ni analyse critique de ces rapports et des discours qui en sont issus ou les instrumentalises. Le résultat est à la hauteur scientifique de l’ouvrage : il réactualise tous ces préjugés.

10 Ce qui était aussi le cas de Marseille, cependant, les hommes d’affaires de la cité portuaire investissent dans le commerce industrialisant des oléagineux, spécificité de la savonnerie marseillaise.

11 Un organsin est un fil de soie composé de deux ou trois brins de soie grège qui ont été tordus individuellement de droite à gauche sur un moulin et que l’on remet une seconde fois ensemble au moulinage afin de leur faire subir une torsion de gauche à droite destinée à en faire un seul fil servant à former la chaîne des étoffes ordinaires.

12 Contrairement à ce que Pierre Cayez avançait dans ses ouvrages, Métiers jacquard et hauts fourneaux aux origines de l’industrie lyonnaise (1978) et Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900 (1980) pour expliquer que les Lyonnais « découvrent » les variétés de soie d’Asie durant la seconde partie du xixe siècle. C’était méconnaître les marchés antérieurs de la période moderne. à ce sujet, voir Klein (2002).

13 Nom donné traditionnellement à l’organisation complexe de l’industrie de la soierie lyonnaise qui comprend tous les stades de traitement de l’étoffe, de l’achat des grèges à la vente de la soierie.

14 Les Saint-simoniens voient la terre couverte d’un réseau de chemins de fer, de lignes de steamers et de canaux unissant les hommes et organisant « l’exploitation du globe par l’industrie ». Le commerce mondialisé fait aussi partie d’une utopie qui, aujourd’hui, semble retrouver toute son actualité (Picon 2002).

15 La future Compagnie des Messageries Maritimes (Bois 1992 et Berneron-Couvenhes 2007).

16 Alors que le projet le plus important était la subvention d’une ligne Dakar-Rio de la Plata (commerce des arachides sénégalaises et des laines d’Argentine), c’est finalement la ligne des soyeux (Bengale, Chine, Japon) et des cotonniers (Inde) qui l’emporte et repousse à plus tard l’autre ligne.

17 Les Bordelais font de même. En particulier Maurel & Prom qui poussent Faidherbe à la colonisation territoriale de la Sénégambie et Denis Frères à celle de la Cochinchine. Sur ces derniers, voir les travaux de Delphine Boissarie.

18 On est loin de l’image d’Épinal du recueillement des élites sur les provinces perdues d’Alsace et de Lorraine.

19 On appel « coloniste » les partisans du maintien dans les colonies, principalement d’Afrique du Nord.

20 Il compte parmi ses proches toutes les professions qui comptent dans la cité comme l’écrivain-architecte Clair Tisseur, chantre local du régionalisme. Aynard fréquente ses pairs, les banquiers Oscar Galline, Camille Riboud et Jules Cambefort ainsi que les industriels Joseph Gillet (chimie) et l’ingénieur Félix Mangini (ferroviaire). On y retrouve toute la gamme du commerce avec le négociant en produits coloniaux Marius Duc ; les marchands de soie Sigismond Lilienthal, Ulysse Pila, Ennemond Morel et son associé Maurice Chabrières-Arlès, le gendre d’Arlès-Dufour. L’aristocratie patronale lyonnaise est très représentée avec des Soyeux parmi les plus importants : Auguste Sévène, Léon Permezel et un jeune homme venu du Nord, l’industriel et futur ministre du Commerce (1921), Auguste Isaac. Tous ces hommes et encore bien d’autres seront à ses côtés, dans la longue carrière de ce banquier, régent de la Banque de France, qui devint député du Rhône et acheva sa carrière au Palais-Bourbon. Sur Aynard, voir Geneste (1998) et Klein (2002).

21 Le likin (lijin) était une taxe intérieure à l’Empire des Qing, introduite d’une part pour financer à la fois les emprunts impériaux suite aux traités inégaux et financer les armées impériales contre les rebelles Taiping. Le lijin fut introduit pour la première fois par le Censeur Lei Yixian dans la région de Yangzhou (Jiangsu) afin de récolter les fonds nécessaire à lever une armée locale contre les rébellions (Taiping, Nian et Hui). Une fois les soulèvements matés, le gouvernement impérial étendit cette mesure à l’ensemble des provinces afin d’en tirer un substantiel bénéfice pour ses recettes fiscales.

22 Souvent transcrit Tien-T’sin.

23 Gong hang en cantonnais.

24 D’autant que les Soyeux milanais, aidés par les financiers suisses de Zurich et Bâle, cherchent, à leur tour, à évincer les Lyonnais du marché des soies asiatiques.

25 Les circuits commerciaux de la soie, comme tous ceux du luxe, sont hautement spéculatifs.

26 En aménageant le port de Gênes et en travaillant à la percée du tunnel du Saint-Gothard. Voir, à ce sujet, les travaux de l’historien italien Claudio Zanier.

27 La mission menée par Doudart de Lagrée, partie de Saigon en 1866 et arrivée en Chine en 1868, démontre clairement l’échec du projet proposé par les missionnaires catholiques, soucieux de pousser les Européens à agir au Yunnan en prise à la révolte des musulmans de la province et, d’autre part, aux ambitions géostratégiques de Lagrandière, amiral gouverneur de Cochinchine.

28 En 1876, Isidor Hedde, ancien délégué des Soyeux lors de la première mission commerciale en Chine (1843-1844) évalue, devant les membres de la Société de géographie de Lyon, la production annuelle des provinces frontalières du Tonkin (Yunnan, Guangzi et Guangdong) à 70 000 kg (1 400 balles) et celle du Sichuan à 2 450 000 kg (49 000 balles). Cité dans Bulletin de la Société de Géographie de Lyon (1876 : 490-523).

29 Notons qu’on observe, à la même période, le même phénomène à Marseille autour de l’alter ego marseillais d’Édouard Aynard, Jules Charles-Roux.

30 Sur la peur panique des élites lyonnaises face à la République, ayant pour origine le décret « Lyon n’est plus » de 1793, se reporter à Benoit (1999). Dans ce décret de Barrère, fait au nom du Comité de Salut public, l’article 3 déclarait : « La ville de Lyon sera détruite. Tout ce qui fut habité par la richesse sera détruit et il ne restera que la maison du pauvre […] », l’article 4 : « Le nom de Lyon sera effacé du nom des villes de la République. La réunion des maisons conservées portera désormais le nom de Ville-Affranchie » et l’article 5 : « Il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville avec cette inscription : Lyon fit la guerre à la liberté. Lyon n’est plus. »

31 Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les livres d’images dirigés par Pascal Blanchard sur les régions françaises au prisme des colonies qui reprennent pour un fait historique, sans jamais les analyser ni tenter de les déconstruire, les discours de ces élites régionales. L’absence de toute critique historique redonne finalement vie à ces images de propagande – construites dans ce but précis – en les faisant passer pour réalité. A titre d’exemple, le livre dirigé par Nicolas Bancel, Léla Bencharif et Pascal Blanchard, Lyon, capitale des outre-mers. Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne (2007) en est un exemple criant.

32 Les idées avancées par Gilles Manceron, dans son livre peu convaincant Marianne et les colonies (2003), faisant de la colonie une fille honteuse de la seule République, sont peut-être plus complexes que celles qu’il avance.

33 Si ce chiffre peut paraître anodin, cependant les Lyonnais totalisent 59 % des investissements régionaux. Voir Klein (2002 : 468-469). Notons qu’à Lyon le groupe qui totalise le plus d’action est constitué par la Société Lyonnaise de dépôts et comptes courants dont Aynard prend la présidence en 1881 et où il fera entrer son chargé des affaires asiatiques, Ulysse Pila.

34 Il était prévu un grammage en argent fin légèrement supérieur à celui des piastres espagnoles et des Trade Dollars américains. Cf. Klein (2002).

35 Bulletin de la Société de Géographie de Lyon, 1875 et 1876.

36 Ces propos britanniques sont alors jugés à Lyon comme relevant, en réalité, de manœuvres d’intoxication. D’autant que ces mêmes rapports – effectivement sérieux – ne réussissent pas à calmer la fièvre dans leurs propres milieux d’affaires. En effet, nombreuses sont les chambres de commerce britanniques à s’enflammer sur ces questions.

37 Sur Sir Robert Hart (1835-1911), voir Van de Ven (2006).

38 Il fut organisé par les nations occidentales afin de percevoir les droits dus à la cour impériale chinoise sur les importations étrangères.

39 China Imperial Maritime Customs (Vol. 1880).

40 Son frère, Gabriel Charmes, est rédacteur au Journal des Débats, principal organe de presse des libéraux français.

41 La révolte des Panthay (connue en Chine sous le nom de Dù Wénxiù Qiyi) se déroula de 1856 à 1873. Il s’agit d’un mouvement séparatiste du peuple Hui et autres Chinois musulmans, en lutte contre la dynastie des Qing, dans la province du Yunnan. Le nom de Panthay est un mot d’origine birmane, dont on dit qu’il est identique au mot Shan Pang hse. C’est le nom sous lequel les Birmans désignaient les Chinois musulmans qui arrivaient en Birmanie avec leurs caravanes, en provenance du Yunnan. Il semblerait que ce nom n’était ni connu ni usité au Yunnan même mais fut diffusé par les Britanniques depuis leurs bases birmanes.

42 Ce qui, en fait, est une réalité. Cependant, l’exploitation de la majeure partie de ces gisements n’était pas encore rentable, au contraire de ce qui se fait aujourd’hui.

43 Nom officiel du Việt Nam utilisé par la dynastie régnante des Nguyễn, depuis le règne de Minh Mạng jusqu’en 1955.

44 Voir Raffi (1994 : 76). Notons tout de même que contrairement à ce qu’écrit l’auteur de cette thèse, les navires faisant escale à Hải Phòng ne furent jamais des paquebots des Messageries maritimes au fort tirant d’eau, mais de simples cargos de l’Est Asiatique, ceux de la Compagnie des Chargeurs Réunis qui desservaient Rouen-Le Havre-Dunkerque-Anvers-Londres-Marseille-Haiphong ou bien de petits cargos mixtes de la Compagnie des Messageries maritimes qui faisaient la ligne Saigon-Haiphong. Jamais les imposants paquebots de la ligne d’Indochine (Marseille-Yokohama) ne desservirent le port du Tonkin. En outre, les travaux réguliers de dragage n’ont jamais rendu possible l’accostage de navires de tonnage important durant la majeure partie la période coloniale.

45 Plus tard, une fois les gisements charbonniers connus, s’engagent une importante passe d’armes entre deux groupes de pression, l’un charbonnier optant pour Hồng Gai, tandis que celui des Lyonnais et des Bordelais, c’est-à-dire des négociants qui visent le Yunnan, font leur possible pour que le gouvernement maintienne Hải Phòng comme principal port du Tonkin français.

46 En 1880, on ne trouve à Hải Phòng qu’un seul ponton en sapin, monté sur des pieux en fonte, confectionné à la hâte pour faire accoster les jonques et les petits vapeurs. Le transbordement des jonques de mer aux jonques de rivières ainsi que l’inspection des douanes se fait directement sur l’eau, ce qui limite les capacités portuaires. Voir Raffi (1994).

47 à l’exception de la maison Roque Frères de Hong Kong qui y installe une agence en septembre 1879 et représente sur place les négociants bordelais de Saigon, Denis Frères qui n’éprouvent pas encore la nécessité de s’installer directement au Tonkin.

48 En 1880, l’étain est côté 1 670 francs-or la tonne, ce qui représente une marchandise très appréciée, parce que peu encombrante et à forte valeur ajoutée. Il en va de même pour l’opium du Yunnan qui emprunte le même chemin. Sur l’opium, voir Descours-Gatin (1992), Culas (1999) et Le Failler (2001).

49 Ou faux-Gambier. Tubercule tinctorial très prisée au Việt Nam et en Chine et qui donne une couleur brun foncé.

50 Ainsi Li Hongzhang, l’un des principaux dirigeants chinois, a monté une société d’État, The Chinese Merchants Steam Navigation Company qui fait construire ses propres appontements et des magasins non loin de la concession française de Hải Phòng. à ce sujet, voir l’article de Christine Cornet (1990).

51 Pila a en effet travaillé à Shanghai, Hong Kong et Yokohama et sa maison, Ulysse Pila & Cie, s’est spécialisée depuis 1867 dans l’importation de soies asiatiques, voir Klein (1994).

52 Archives du Crédit Lyonnais, Lyon. Discours prononcé devant la Société d’économie politique de Lyon présidée par Édouard Aynard le 21 décembre 1883.

53 Il s’agit du beau-frère de son associé, Charles-Guy Delorme.

54 C’est notamment lui qui a fondé la première usine moderne du Japon, la filature à vapeur de Tomioka (Polack 2002).

55 Séance au cours de laquelle on écoute un conférencier « profane ». Contrairement à ce que l’on écrit généralement, il semble bien, d’après les archives du Grand Orient de France, que Paul Bert n’ait jamais été maçon.

56 C’est la thèse défendue par Charles Fourniau. Il faut néanmoins lire l’article de Jean-Marie Moine qui met à mal cette même idée (2008) et relance le débat.

57 Comme nombre d’ouvrages qui foisonnent aujourd’hui et qui cherchent à démontrer l’essentialisme colonial chez le personnel politique républicain. Est-il encore nécessaire de rappeler que l’histoire s’articule de façon complexe ? Sur ces interprétations erronées voir, par exemple Bancel, Blanchard et Vergès, La République coloniale. Essai sur une utopie (2003).

58 Arnhold, Karberg and Company fut fondée en 1866 par Jacob Arnhold, Peter Karberg et Alemander Levysohn qui avaient développé une petite société de négoce à Guangzhou sur la petite l’île de Shameen, où se trouvent les concessions britanniques et françaises. La nouvelle société n’est en fait, que l’ancienne maison de commerce britannique Oxford & Cie, dont Jacob Arnhold était le directeur en Chine – et Ulysse Pila l’un des employés – qui, après faillite est reprise par son gérant. L’année suivante, ils ouvrent une agence à Hong Kong et, en 1881, ils établissent le siège de leur entreprise à Shanghai. C’est de cette période que commencent leurs grosses activités à Hong Kong et en Chine, en se spécialisant en ingénierie et dans les matériaux de construction. Dès 1888, signe de l’activité de cette entreprise, l’un de ses membres siège au prestigieux conseil d’administration de la Hong Kong & Shanghai Banking Corporation Ltd dont Ulysse Pila & Cie devient le représentant à Hải Phòng. Dans les années 1930 la firme passe sous le contrôle financier du puissant groupe Sassoon tout en conservant sa raison sociale. L’entreprise existe encore sous le nom de Arnhold Holding Ltd. Voir Smith (1994).

59 Là où se trouvent les principaux réseaux (gongsi) chinois de l’opium. Voir Trocki (2005).

60 En fait, l’affaire échoue en 1886, lorsque Paul Bert lance l’adjudication de celle-ci. René de Saint-Mathurin, l’employé de Pila chargé de négocier l’affaire pour le compte d’Ulysse Pila & Cie obtient de la résidence supérieure de l’Annam-Tonkin le marché mais pour son propre compte et celui de commissionnaires chinois de Hong Kong qui l’auraient soudoyé. Cf. Klein (2002).

61 D’autant, que si l’on en croit Karl Trocki, les associés hokkien singapouriens de Wang Tai visent, parallèlement, à mettre la main sur la ferme de l’opium de Hong Kong, alors même qu’ils contrôlent déjà la drogue à Johor, Riau, Singapour et Malacca. On le voit, c’est une association à l’échelle de l’Asie orientale que les Lyonnais arrivent à intéresser à leurs affaires ou, inversement, cela donne aussi la mesure et la puissance de ce réseau chinois, capable de s’adjoindre quelques grands européens du négoce d’Asie orientale.

62 Celui-ci est destiné aux riches négociants chinois qui le préfèrent à celui produit localement au Yunnan.

63 En revanche, cet opium de moindre qualité est destiné à approvisionner le marché indochinois. Dans les deux cas, Pila se fait commissionnaire.

64 Dit également « bois de fer », réputé quasi imputrescible.

65 Archives d’Outre-mer : SOM n° 52 (14), carton 14. Lettre de Pila à Freycinet, Lyon le 9 juillet 1886.

66 D’autant que le débat sur le « gouffre financier » tonkinois et la chute de Jules Ferry sont encore très présents dans la mémoire politique nationale. Paul Bert n’a pas le droit au faux pas.

67 Contrat du 6 août 1886.

68 (Idem). C’est probablement à ce moment que Saint-Mathurin est contacté par un syndicat chinois hostile au gōngsī Wang Tai/ Tan Kin Seng et qui lui propose de lui apporter les finances nécessaires afin qu’il récupère, en son nom propre et non pour son commanditaire Pila, la ferme de l’opium du Tonkin. Wang Tai était ainsi évincé. Dans ces affaires, contrairement à ce que l’on a longtemps pu penser, ce ne sont pas les Occidentaux qui manipulent les Chinois compradores dans leurs affaires, mais – et c’est ici le cas – plutôt l’inverse.

69 Il s’agit des frères Seguin ayant construit le premier chemin de fer français de Saint-Etienne à Rive-de-Gier (1822). L’une des filles Seguin épousa l’un de ses cousins Montgolfier et donna le jour à Rose de Montgolfier qui épousa Édouard Aynard qui fut, ainsi, le beau-frère de Félix Mangini.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/900/img-1.png
Fichier image/png, 163k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/900/img-2.png
Fichier image/png, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Klein, « Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886) », Moussons, 13-14 | 2009, 55-93.

Référence électronique

Jean-François Klein, « Une histoire impériale connectée ? Hải Phòng : jalon d’une stratégie lyonnaise en Asie orientale (1881-1886) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://moussons.revues.org/900 ; DOI : 10.4000/moussons.900

Haut de page

Auteur

Jean-François Klein

Jean-François Klein, est maître de conférences d’histoire contemporaine de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO et chercheur au Centre Roland Mousnier, Paris IV-Sorbonne. Il travaille sur les sociétés coloniales en Asie du Sud-Est, sur les connections trans-impériales et sur les circulations d'hommes, de cultures et de marchandises à travers les empires coloniaux. Ces études portent essentiellement à la compréhension des situations coloniales – entre Indochine et métropole  – à travers l'étude des réseaux de pouvoirs. Ces dernières publications sont : S. DULUCQ, J.-F. KLEIN et B. STORA (dir.), 2008, Les mots de la colonisation, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, Col. « Les mots de…  », 125 p. ; J.-F. KLEIN, 2008, « L’historiographie de l’Indochine française. Entre orientalisme et histoire » dans O. SAAIDIA et L. ZERBINI (dir.), La construction du discours colonial. L’Empire français aux 19e et 20e siècles, Paris : Kharthala ; J.-F. KLEIN et M.-A. de SUREMAIN, 2008, « Clio et les colonies. Retour sur des historiographies en situation coloniale », Romantisme, Revue du dix-neuvième siècle, 139(1) : 59-80.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page