Navigation – Plan du site
Articles

Aspects architecturaux de la transformation de Hà Nội après le Đổi mới (1986) : contradictions, phantasmes, espoirs

Architectural Aspects of Hà Nội’s Transformation after Đổi mới (1986): Contradictions, Fantasies, Hopes
Heinz Schütte
p. 185-204

Résumés

Depuis le Đổi mới, c’est-à-dire depuis la progressive libéralisation de l’économie vietnamienne, Hà Nội a connu de profondes mutations. Après des décennies de guerres et l’échec de la mise en place d’un système économique socialiste, des changements radicaux se sont opérés dans le paysage urbain de Hà Nội. Ces modifications sont visibles dans le bâti urbain pour tout visiteur de la ville. Cet article tente de montrer que, contrairement aux apparences, ce processus de transformation n’est ni aléatoire ni chaotique, mais qu’il suit une logique historique et culturelle, et qu’il ne peut être réduit à un phénomène de globalisation. Les riches villas du Lac de l’Ouest sont représentatives des valeurs d’une nouvelle classe sociale qui a émergé suite au Đổi mới. Les mutations architecturales de la ville reflètent les changements sociaux : la ville tend à devenir un lieu de consommation alors que les riches villas se bâtissent à sa périphérie, bouleversant ainsi l’organisation de l’espace traditionnel.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nguyên Thê Anh, Christian Pédelahore, Grant Evans, Nelcya Delanoë, John Kleinen et Franz-Xaver Augustin ont lu la première version du manuscrit de cet article. Leurs commentaires m’ont beaucoup aidé dans la révision. Je tiens également à remercier Christian Culas et Caroline Herbelin pour leur aide précieuse dans la version finale.

Texte intégral

  • 1 École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville.
  • 2 Notamment une étude sur les intellectuels antifascistes allemands dans le Việt Minh (Schütte 2006).
  • 3 Par conséquent, la littérature sur Hà Nội parue entre temps, notamment le livre de Koh (2006), n’a (...)

1En 2001, Christian Pédelahore de Loddis1 m’a invité à participer à un projet de recherche de quelques mois sur Hà Nội intitulé Mutations des cultures spatiales et dynamiques d’acteurs de l’urbanité vietnamienne. Dans ce contexte, j’ai été confronté aux changements architecturaux et sociologiques qui se sont opérés à Hà Nội depuis l’ouverture économique dite du Đổi mới, c’est-à-dire depuis la fin des années 1980. Ces changements urbains m’ont parus révélateurs des mutations profondes qui s’opèrent actuellement au Việt Nam. J’ai donc décidé de poursuivre l’enquête au-delà du projet initial. Pris par d’autres sujets de recherche2, j’ai continué cette étude en plusieurs séjours d’observation entre 2001 et 2007, et la poursuis encore aujourd’hui. Ce qui suit doit donc être considéré comme une ébauche destinée à être approfondie dans un avenir proche3. Dans cet article, j’exposerai les témoignages que j’ai pu d’ores et déjà assembler sur ces métamorphoses de l’urbain à Hà Nội, car selon moi les parcours de ces individus issus de la nouvelle classe moyenne émergente sont représentatifs des acteurs qui construisent aujourd’hui le nouveau visage de la ville.

2Cependant, avant de présenter cette galerie de portrait, je souhaite, en guise d’introduction, replacer rapidement ces changements dans leur contexte historique et sociologique. J’avais pu constater lors d’un voyage en 2003 à quel point le paysage urbain de la ville avait changé : tout d’abord, je ne retrouvais plus, dans certains quartiers, l’agitation chaotique qui faisait le charme des rues de la capitale. Les commerces de fortune installés sur les trottoirs, les marchands ambulants, l’encombrement causé par le stationnement des motos sur le trottoir, tout cela avait presque disparu. Certes, je compris ensuite que ce « nettoyage » était dû aux « Southeast Asian Games », les Seagames qui se tenaient la même année, et que cet ordre nouveau n’était, comme cela est souvent le cas à Hà Nội lors de l’organisation d’événements importants, de nature ponctuelle et éphémère. Néanmoins, cela était révélateur d’une nouvelle qualité qui se faisait jour et continue à s’accentuer aujourd’hui. D’autres signes matériels sont pour moi l’indice de changements plus profonds qui se sont opérés depuis 1986.

  • 4 Sur cette période voir le catalogue de l’exposition qui s’est tenue en 2007 au Musée d’ethnographie (...)
  • 5 En grande partie, ces logements ont été entre temps vendus aux occupants.
  • 6 à ce sujet, voir la contribution de Caroline Herbelin dans le présent numéro.

3La vie dans la capitale a en effet bien changé depuis les années « bao cấp » (de l’économie de restriction et de subside). Au climat général de privation profonde, de pauvreté généralisée, de collectivisation et d’oppression politique4 a succédé après le Đổi mới, une économie de marché qui nécessite l’accumulation de capitaux et autorise, sinon encourage, l’entreprise individuelle. Autrement dit un renversement complet des valeurs s’est opéré en l’espace de trois générations. Il a été estimé que dans l’ancien système de subside précédant 1986, jusqu’à 80 % de la population de Hà Nội relevait de l’État et habitait des logements publics5. En 1992, déjà 47 % des ménages de la capitale dépendaient de l’économie de marché6 (Trinh Duy Luan et Nguyen Quang Vinh 2001 : 22-23, 82-83 ; Waibel 2002 : 245/246, voir également Parenteau 1997), pourcentage qui a certainement augmenté depuis ces quinze dernières années. Aujourd’hui il est évident qu’une nouvelle bourgeoisie urbaine émerge et qu’une couche de la population – beaucoup plus large que la précédente – s’appauvrit. Une récente étude du Centre national des sciences sociales et humaines résume ainsi la situation : « the market economy in housing serves mainly the well-off, while a large part of the poor fail to find adequate shelter. » (Trinh Duy Luan and Nguyen Quang Vinh 2001 : 234).

4L’économie de marché conjuguée à une forte croissance défont les rapports sociaux d’antan. La disparition des modes d’organisation collectifs : des regroupements d’artisans et des coopératives se font au profit de l’intégration des individus dans des structures plus larges et spécialisés (marchés, usines, bureaux). Ces structures sont régies principalement par des principes bureaucratiques et économiques qui déstructurent profondément l’organisation sociale précédente.

Les villas du Lac de l’Ouest (Hó Tây)

5On peut trouver de nombreux exemples de villas de cette nouvelle bourgeoisie hanoïenne dans le quartier du Lac de l’Ouest, principalement le long de la route Nghi Tàm, commençant à Yên Phū, les maisons les plus spectaculaires se trouvent dans le district Tây Hồ (Quan Tây Hồ) dans les rues Nghi Tàm, Xuân Diệu, Dặng Thai Mai, Tây Hồ et Tơ Ngọc Vân. Lors de ma première visite du quartier à l’arrière d’un xe ôm (moto-taxi), je me suis cru à Disneyland tant ces villas aux couleurs éclatantes étaient l’expression d’un syncrétisme débridé. Des maisons rappelant les chalets des Alpes suisses y côtoient des austères façades à la mode soviétique, tandis que la courbe de certains toits rappelle celle des pagodes. Pour parfaire cet éclectisme, une petite chapelle chrétienne se trouve dans la ruelle Tơ Ngọc Vân, (Ngạch 11/32). Néanmoins, une influence domine clairement le reste : l’architecture française, considérée comme solide et durable, est visiblement très appréciée. Selon moi, cette inspiration est certes due à la présence des bâtiments datant de l’époque coloniale dans la ville, mais elle a été renforcée par la mise en valeur de ces bâtiments en tant que patrimoine, notamment sous la pression des étrangers. Ce quartier laisse en tout cas une impression étrange au visiteur, celle d’un monde aseptisé qui tourne le dos au passé et vit complètement coupé de la misère sociale environnante. Les hauts murs de clôtures, les portails en fer forgé, les palmiers décoratifs arrangés symétriquement devant les maisons, renforcent encore cette impression de monde clos hors du temps et de la réalité sociale.

L’Hôtel des Invalides à Hà Nội

6Monsieur Tân, docteur en mathématiques appliquées de l’Université Martin Luther de Halle en ex-République Démocratique Allemande (RDA), est tout à fait représentatif du nouvel homme d’affaire vietnamien. Déjà à Halle (Saxe-Anhalt), alors qu’il rédigeait sa thèse, il rêvait de posséder un petit appartement dans la capitale plutôt que d’avoir à partager un des appartements communaux de l’époque. En 2002, sa réussite sociale lui a permis de dépasser de loin ses espérances d’étudiant. Dans une ruelle étroite qui part de la rue Xuân Diệu, Monsieur Tân a pu faire construire la maison de ses rêves : une villa dont l’inspiration principale n’est autre que l’Hôtel des Invalides à Paris. D’autres monuments y sont aussi convoqués : entre autres références les châteaux de Versailles et de Karlsruhe ainsi qu’une vieille maison de commerce hanséatique à Hamburg.

  • 7 Littéralement : « Rénovation industrielle commerciale ».

7Né en 1949, Tân est le fils d’un pharmacien francophone, M. Thinh, né en 1924 et ancien scout. Sa mère est la sœur de l’écrivain Tử Phác qui était une figure célèbre du mouvement Nhân Văn-Giai Phẩm au milieu des années 1950 (Schütte 2002 et 2003a). Le docteur Thinh a fait ses études à Hà Nội où il est resté durant la guerre d’Indochine. Sa pharmacie lui avait été alors confisquée mais s’en être exproprié. En 1958 au cours de la « rééducation des capitalistes et de la bourgeoisie » (cải tạo công thương)7, il fut classé « intellectuel progressiste ». Il explique avoir échappé à un titre plus critique, car après 1954 seules onze pharmacies sur deux cents existaient encore à Hanoi. Il a été obligé de suivre un cours politique spécial, « puis, on nous a demandé de participer volontairement à la révolution, en devenant fonctionnaires. On nous a ré-éduqué, mais nous sommes restés propriétaire », raconte-t-il. Après de longues démarches, sa pharmacie, située rue Huế (Phố Huế), lui a été restituée en 1992.

8Son fils, Tân, après avoir étudié les mathématiques appliquées, travaillait au ministère de l’Énergie. Il s’était mis en tête d’améliorer la modeste bâtisse qu’était autrefois la pharmacie paternelle, en un bâtiment de cinq étages, couronné d’un attique à colonnes, projet rendu possible grâce au Đổi mới. Cela fut une des premières constructions « modernes » et rénovées de la ville. Le financement de la reconstruction venait des cousins et des frères installés en Europe ; trois ans plus tard les crédits étaient remboursés. La maison fut louée à des sociétés étrangères, la demande était forte à cette époque car les bureaux étaient alors peu nombreux. Mais, peu à peu, les locataires quittèrent le bâtiment parce que, entre temps, des constructions plus modernes étaient sur le marché. Réagissant judicieusement, Monsieur Thinh vendit alors le bâtiment sur rue et distribua la somme encaissée équitablement entre ses cinq enfants (dont un fils au Luxembourg) qui l’investissaient à leur tour dans l’immobilier. Tân acheta 150 m2 de terrain dans le quartier Tây Hố pour bâtir sa future maison.

  • 8 Tân était fonctionnaire au ministère où il a créé une centrale d’information, l’Union pour les nouv (...)
  • 9 Ce centre – ZKST – existe toujours, il propose aujourd’hui principalement des classes d’allemand. S (...)
  • 10 Une des « joint venture » entre Tân et un ami allemand, fabrique à la main des lampes de bicyclette (...)

9Après son retour de la RDA en 1986, Tan repris son poste au ministère. Peu après 1986, il fonde, sous l’égide du ministère, une maison d’édition8 spécialisée dans la publication de livres ramenés de l’Occident et traduits en vietnamien, en grande partie par lui-même : des ouvrages concernant principalement l’économie de marché et le marketing. Avec des amis, il créa à Hanoi en 1990 un centre qui préfigure le Goethe Institut : un centre d’échanges culturels, linguistiques et technologiques entre le Vietnam et l’Allemagne9 parce que, comme il l’explique : « Nous ne voulions surtout pas perdre le contact avec notre deuxième patrie ». Bientôt, Tân devint le conseiller puis le représentant-partenaire d’investisseurs allemands au Vietnam ; il a fondé avec eux plusieurs « joint ventures »10. Ne se contentant pas de ses réussites en affaires, il a publié en 2001 un recueil de chansons allemandes avec leur traduction vietnamienne. Désormais à Hà Nội, des chœurs d’enfants chantent Hoch auf dem gelben Wagen en allemand et en vietnamien. Il a aussi publié, sous sa direction, la traduction d’un grand dictionnaire sociologique.

  • 11 Le concierge d’une ambassade est un homme important, il est en contact permanent avec ses supérieur (...)
  • 12 Deux autres projets agro-alimentaires sont en train d’être réalisés autour de la joint venture Tân- (...)
  • 13 J’ai pu visiter l’entreprise de M. Tân dans la province Hưng Yên a plusieurs reprises. Celle ci com (...)

10Depuis l’année 2000, Tân s’est fait entrepreneur dans une branche qui se nourrit de la nostalgie alimentaire des anciens étudiants et travailleurs vietnamiens en RDA. Avec la participation d’un ami allemand, Michael Campioni, technicien de formation et anciennement concierge11 de l’ambassade de la RDA à Hà Nội pendant les années 1970, il fabrique des saucisses de Thuringe. Ensemble, leur but est que dans « chaque assiette vietnamienne l’on trouve de la saucisse grillée et de la saucisse de Francfort » (Tenbrock 2002). Le pari sur le point d’être tenu, ces saucisses à griller remporte un succès fulgurant, et sont devenues très à la mode aussi bien chez les Vietnamiens que chez les Occidentaux. Dans certains restaurants, elles sont même dégustées, comme il se doit en Allemagne, avec de la salade de pomme de terre. Depuis 2003, l’ambitieux entrepreneur12 a construit une usine dans la province de Hưng Yên (à une trentaine de kilomètres de Hà Nội)13, a ouvert vingt-cinq boucheries ainsi que des fast-foods à la capitale. Il prévoit dans un deuxième temps de se lancer dans l’élevage de porcs et la culture de moutarde, ingrédient capital pour accompagner la saucisse. Dans ce but, 1 kg de semences a déjà été importé de Erfurt. La réalisation de ce projet a créé des emplois dans une zone rurale et permis l’achat de produits directement aux agriculteurs de la province. La société espère représenter 8 % du marché de la viande sur la ville et pouvoir bientôt exporter ses produits vers la Chine.

11Le succès de l’entreprise pendant ses deux premières années a rendu possible le financement de l’aménagement du terrain à Hưng Yên. Le reste a été financé par des banques avec lesquelles, avoue M. Tân, il entretient « de bonnes relations ». Cela lui a notamment permis de forer son propre puits, qui fournit également de l’eau potable pour l’école du village voisin. L’administration se situe au sud du terrain, côté route dans un imposant bâtiment de quatre étages, derrière lequel se trouve l’usine. Lorsque le visiteur découvre la magnifique façade de celle-ci, il lui est difficile de deviner que le lieu est consacré à la transformation de la viande de porc. Au troisième étage de l’usine, il est prévu que soit installé un centre de formation professionnelle où des paysans de la province viendront apprendre des méthodes d’agriculture modernes et plus efficaces. J’ai pu voir des plans de cette extension, le style choisi, voulant allier esthétique et pragmatisme industriel, est inspiré des châteaux européens de l’époque classique comme celui de Karlsruhe. Bien évidement, ce choix a été suggéré par M. Tân, qui a fournit de la documentation sur ce sujet à son architecte, qui a, par ailleurs, également dessiné les plans de la maison personnelle de M. Tân.

  • 14 Son futur mari travaille aussi dans l’entreprise ; après avoir fait des études d’économie, il a tra (...)

12L’entreprise est une joint venture qui s’appelle Việt Đức (Việt/Allemand) ; elle est dirigée de la maison sur cour rue Huế où la fille de Tân, âgée de 25 ans (en 2003), et parlant un allemand soigné, se prépare à la succession14. Autrefois, les saucisses étaient associées aux Français ; désormais, saucisse – xúc xích – rime avec Allemagne ou plus particulièrement Thuringe. Il est devenu chic de consommer des xúc xích Thüringen ou bien xúc xích Đức (saucisses allemandes).

13Cet homme d’affaires est un intermédiaire et un entrepreneur dans le sens de Max Weber, c’est-à-dire qu’il importe une nouvelle culture d’entreprise au Việt Nam. Il saisit les occasions, et il introduit des idées et des méthodes nouvelles, tout en sachant réduire le risque potentiel par une planification minutieuse. Son caractère ouvert, sa capacité à concrétiser rapidement des décisions, son expérience dans l’appareil ministériel ainsi que les nombreuses relations établies par sa famille avant l’époque communiste sont autant d’outils indispensables dans la jungle bureaucratique post-socialiste du Việt Nam. Cet homme de petite taille mais solide, au sourire timide, respire l’énergie et la confiance : « Toujours droit au but, toujours au travail avec tout mon cœur et toute mon âme » est sa devise. La culture d’entreprise n’est pas très développée au Vietnam. « Je voudrais prouver que l’on peut travailler indépendamment de l’État, à la différence des anciens lettrés ou des fonctionnaires socialistes » conclut-il.

  • 15 Son père, M. Tinh, m’a confié que Tân était fasciné de Napoléon dès sa jeunesse.

14Pendant l’été 1998, lui et son épouse ont fait un voyage à Paris où ils prirent de nombreuses photographies et rassemblé une importante documentation illustrée sur des monuments incontournables de Paris : les Invalides, Versailles, mais aussi en dehors de l’Hexagone : telles ces maisons hanséatiques de Hambourg ou encore bien d’autres bâtiments historiques d’Europe. De retour à Hà Nội, naît le projet de se faire construire une maison inspirée par un des monuments de Paris. L’Hôtel des Invalides les fascine particulièrement. L’admiration de Tân pour Napoléon mais aussi la majesté du dôme de l’édifice le décident à choisir comme source d’inspiration le tombeau de l’Empereur15. Il prend pour architecte un neveu de sa femme, M. Trân Duy. Il lui présente sa documentation, et, pendant des mois l’architecte et le maître d’œuvre élaborent ensemble des plans.

15La famille est installée dans la villa depuis 2002. L’architecte a porté particulièrement son attention sur l’éclairage et l’aération : les pièces sont grandes et disposent de larges ouvertures. Autre astuce, la maison dispose d’une installation solaire qui fournit l’eau chaude. En raison de l’étroitesse du terrain et de la ruelle, il est difficile d’avoir une vue d’ensemble de la maison, elle est en cela bien différemment de l’original parisien. La façade est de teinte vert clair. Seuls quelques carreaux de faïence autour de la maison font office de courette et séparent symboliquement l’extérieur de l’intérieur. Les 150 m2 de terrain sont intégralement bâtis et ne permettent pas d’avoir un jardin qui offrirait pourtant un peu de recul à l’imposant bâtiment. Les croisillons floraux ajourés qui couronnent les fenêtres en ogive ont été copiés des treillages du château de Karlsruhe. Du côté gauche de la maison et sur toute sa profondeur, ouvert sur la courette et donc à côté de l’exubérante entrée, se trouve un grand local vide qui rappelle les compartiments de la ville marchande de la capitale. Cet espace sert à de multiples usages, mais principalement à abriter les motos de la famille, ce local pourrait servir de garage lorsque le propriétaire aura une voiture personnelle, à moins qu’il ne serve de point de vente et de restauration des saucisses produites par l’entreprise Việt Đức

  • 16 Les colonnes sont de béton et ont été peintes dans la technique dite « faux marbre ». L’escalier –  (...)
  • 17 Le père de M. Thinh – le grand père de Tân donc – était déjà au Lypro ; il était plus tard devenu l (...)

16Un imposant portail en fer forgé, marque une nette séparation sur l’extérieur et l’intérieur de la propriété et la ruelle. Il ouvre presque immédiatement sur une grande salle qui sert à la fois de cuisine et de salon destiné à recevoir ordinairement les visiteurs, les voisins et les collaborateurs. Au centre est placée une grande table à manger ronde couverte d’une nappe en dentelles protégée par une plaque de verre, signe d’une culture domestique typique de la petite bourgeoisie allemande ou vietnamienne. Derrière cette pièce spacieuse sont installés un sauna et une piscine intérieure de 9,50 m de long dans un décor antiquisant. Parmi les hauts-reliefs de héros grecs grandeur nature trône La Vénus de Milo, achetée à Hà Nội et peinte en faux marbre. Au centre de la salle du rez-de-chaussée, une cage d’escalier en marbre ornée d’une balustrade sculptée – réplique exacte de celle d’une maison de comptoir hanséatique de Hambourg – donne à mi-étage sur un énorme miroir doré. Au premier étage se trouve le salon, orné par de nombreuses colonnes grecques16 ; les meubles, ainsi que le sofa et les fauteuils sont de style des années 1950, les fenêtres sont entourées de lourds rideaux tenus par des embrasses à pompons. Toujours à l’étage noble, expression qui prend ici tout son sens, se trouve la chambre des parents de M. Tân. Au deuxième étage se trouvent les chambres du reste de la famille. Au niveau du palier entre les deux étages, un tableau à l’huile représentant l’Hôtel des Invalides vient rappeler la source d’inspiration des lieux. L’œuvre a été achevée par un peintre hanoïen d’après une photo du couple Tân devant l’édifice –  la photo agrandie peut être admirée sur le même mur à côté de la toile. Au troisième étage se trouve une pièce en rotonde, le maître de maison aime s’y retirer pour écouter de la musique. Elle est aménagée d’un divan, de quelques fauteuils bas en bois et d’un grand poste de télévision ; tout autour, sur le mur, sont suspendus des portraits encadrés de compositeurs européens. C’est une pièce de recueillement où les visiteurs privilégiés sont invités à écouter de la musique classique. La peinture intérieure du dôme est une copie de Raphaël effectuée par un peintre hanoïen. Le visiteur peut admirer une douzaine de statues grecques dorées qui entourent l’extérieur de la coupole. Le dôme donne sur une terrasse avec vue sur le lac. C’est là que je retrouve M. Thinh, occupé à étendre du linge – la domestique étant partie et ils n’ont pas encore pu la remplacer. Il me raconte que le village qui se trouvait là était spécialisé dans la culture de fleurs destinées à être vendues à Hà Nội. Sur la rive opposée du lac s’élèvent l’ancien Lypro – Lycée du Protectorat – (ex-lycée Trương Bưởi, maintenant lycée Chu Văn An) où M. Thinh a suivi sa scolarité secondaire17. Une villa voisine construite dans le style d’une pagode appartient au PDG d’une importante société informatique, qui était aussi l’ancien gendre du maréchal Giáp et sa femme, Mme Ha, fille du professeur Đặng Thai Mai qui a donné son nom à l’une des avenues principales du quartier. La maison est également voisine d’une maison d’hôte pour les membres du PCV. De nombreux occidentaux résident aussi dans le quartier. Tels sont les nouveaux habitants du quartier de Tây Hồ, bien rares sont les quelques lopins de terre qui viennent rappeler le passé paysan du lieu.

Le style régionaliste français

17À quelques rues de là, à phố Tây Hồ se trouve une élégante villa de style régionaliste français. Elle se compose de trois étages, avec une large et accueillante cour carrelée, un jardin « japonais », quelques vieux arbres et des bambous exubérants qui entourent la maison ; la propriété s’étend sur 500 m2. La maison a été construite en 2000 par une famille de paysans propriétaires de terrains dans l’ancien village spécialisé dans la production de fleurs et de kumquats depuis des générations. La belle bâtisse a été financée avec le produit de la vente d’un terrain, donc sans crédit. Un de leurs amis qui possède un hôtel dans les alentours a fait office d’architecte. Questionné sur le choix d’un modèle français pour la villa, le propriétaire, sans hésiter, me répond que le style français est une valeur sure, synonyme de qualité et de bon goût.

18Derrière un portail terminé par des flèches en forme de lys, se trouve une avant-cour (partagée avec la propriété voisine) destinée à garer voitures et mobylettes. Une autre cour plus spacieuse mène ensuite vers l’entrée de la maison. La double porte d’entrée est en bois sombre. Au milieu du rez-de-chaussée, un perron accessible par trois marches marque symboliquement l’entrée. Au premier étage, se trouve un balcon qui donne sur la chambre principale. La spacieuse salle au rez-de-chaussée carrelée de marbre, est subdivisée par la cage d’escalier derrière laquelle se trouve une cuisine séparée de la salle à manger par un bar comme le veut aujourd’hui la mode à Hà Nội ; l’autre moitié de la pièce constitue un grand salon. Dans les deux étages, il y a des chambres et des salles de bains. Une terrasse donne sur des jardins de paysans et, un peu plus loin, sur le lac.

19À l’extérieur de la maison ont été ajoutés des petites tours et des pignons décoratifs qui rappellent les motifs des piliers situés de part et d’autre de la porte donnant sur balcon au premier étage. L’intérieur est fait de lignes claires et simples, de larges fenêtres laissent entrer la lumière et permettent la circulation de l’air. La rampe de l’escalier à décoration florale est en cuivre et le gracieux dessin est soutenu par une modeste colonnade en bois. Dans la rue, juste en face, un vigile se repose dans une chaise longue, à l’ombre de sa petite cabane. Ce « dormeur » paisible et rassurant est trompeur, il est chargé d’informer les services de Sûreté d’État sur les mouvements et les activités de certains étrangers, et dans ce but il interroge le personnel domestique des maisons sur les habitants : certains sont officiellement considérés comme « partenaires » – đối tác – tandis que d’autres sont classés comme des « personnes suspectes » – đối tượng nguy hiểm.

20Rien n’est plus visible de l’ancien village, disparu au profit d’un quartier de villas récentes qui sont, pour la plupart, louées à des étrangers occidentaux travaillant à Hanoi. Pourtant, dans l’avenue Tây Hồ se cache une idyllique place de village plantée d’arbres, bien entretenue avec une mare, une vieille maison communale (le đình de Quảng Bá), et un mémorial pour le président Hồ Chí Minh. Tout autour, quelques propriétaires, qui vivent des loyers des riches villas voisines, habitent encore dans de petites maisons et cultivent toujours des fleurs et kumquats qu’ils vendent à la capitale. Devant cette place, s’étend le lac. Ses rives sont occupées de restaurants où, dans les huttes en bambou séparées qui surplombent l’eau, festoient bruyamment des groupes familiaux de quatre générations. On raconte que des paysans travaillant en RDA ou en Tchécoslovaquie auraient envoyé leurs économies sous forme de deux mobylettes ou quelques bicyclettes au pays afin de les revendre. Il y a une vingtaine d’année le bénéfice d’une telle transaction était suffisant pour acheter un ou deux terrains dont la valeur constituerait quelques années plus tard une fortune considérable.

21Lui aussi paysan devenu propriétaire, M. Thang me reçoit devant sa villa, actuellement louée au directeur du Goethe Institut. Il a environ 50 ans et roule sur une lourde motocyclette japonaise cloutée de feuilles d’aluminium brillamment astiquées. Il m’explique qu’il vit aujourd’hui « des fruits de son travail », c’est-à-dire que la rente qu’il tire des placements de son argent lui permet de ne plus travailler. Pourtant sa sœur, partie elle aussi travailler dans les années 1980 en RDA a eu moins de chance, elle est employée comme femme de ménage au service du locataire de M. Thang. Avec son vieux père, sa femme et ses enfants, il habite une maison à quatre étages qui ressemble à un compartiment vertical, caché derrière les villas somptueuses de riches étrangers. La maison bâtie elle aussi il y a quelques années dans l’ancien village a entre temps été intégrée dans la banlieue de Hà Nội. Cette famille autrefois modeste montre ainsi toutes les marques des paysans devenus rentiers : dans la grande salle au rez-de-chaussée se trouve de nombreux meubles dans le style sino-vietnamien, copieusement sculptés et incrustés de marbre paysagé, de fastueux fauteuils en bois, un énorme lit d’apparat, centre symbolique de la maison, et un bel autel des ancêtres richement décoré. Des plantes et des arbustes disposés autour de leur maison en pots achetés sur le marché sont désormais la seule nature qui subsiste encore dans cette maison autrefois rurale.

22C’est ainsi que nous quittons le quartier du Lac de l’Ouest afin de chercher d’autres exemples des transformations de la capitale.

D’autres syncrétismes dans Hà Nội, des exemples de commanditaires inspirés

La fascination du Bauhaus

23Un ami de M. Tân, M. Vân, né en 1943, et qui est actuellement vice-directeur du collège de dessin industriel à Hanoi a travaillé et fait des études d’arts appliqués à Halle dans l’ex-RDA. Il s’est fait construire une maison selon les règles du Bauhaus dans le district Đống Đa, route La Thành, à l’ouest du centre de Hanoi. La maison, construite en retrait de la rue très animée, se situe dans un endroit calme. L’arrière grand-père paternel de Vân était instituteur de village ; le grand-père, après des études à Hà Nội, est devenu ingénieur d’aménagement des eaux et s’occupait des systèmes d’irrigation. En 1932, il fit construire une maison rue Tô Hiân Thành, au sud de la ville coloniale, quartier où la nouvelle petite bourgeoisie vietnamienne s’était installée depuis les années 1920. La famille possède toujours une partie de cette propriété. De l’îlot résidentiel arboré et calme d’antan ne reste pas grand-chose ; aujourd’hui les maisons sont surpeuplées et les jardins omniprésents il y a quatre-vingt ans n’existent plus. De plus, depuis quelques années, presque chaque maison a été défigurée au point d’être méconnaissable, d’abord par des extensions progressives qu’ont effectuées les quelques familles qui y habitaient à cause de la pénurie de logement, et puis par des modernisations parfois brutales : elles se sont transformées en boutiques, cafés, restaurants ou bars karaoké. Cependant on trouve dans quelques petites maisons qui ont été restaurées plus soigneusement, des locataires occidentaux. La propriété de la famille de M. Vân se cache maintenant derrière une affiche géante de quatre étages ne laissant libre que l’entrée de la boutique et le fronton du bâtiment ; l’affiche montre un couple de jeunes mariés à la mode. L’ancienne maison sur rue a été démolie, reconstruite et vendue. Aujourd’hui la famille ne possède qu’une petite maison sur cour qu’habite le fils de Vân qui travaille comme dessinateur dans l’administration des éditions. La façade de cette petite bâtisse est défigurée également, mais Vân a l’intention de restaurer l’intérieur selon les plans de 1932.

  • 18 Trân Dan était également un personnage clé de la contestation Nhan Van – Giai Pham des années 1954- (...)

24La famille de M. Vân est une famille d’artistes, pas moins de quatorze peintres ou des dessinateurs y sont nés. Sa femme elle-même dessinatrice est vice-directrice de la maison d’édition des femmes ; elle est apparentée au poète et écrivain Trần Dần18. Leurs deux enfants ont aussi fait leurs études dans les Beaux-Arts. La fille a également passé un stage de trois mois à Bielefeld en Allemagne. Le père de Vân francophone, Lê Quốc Lộc (1918 –1987) était un peintre de laques connu et avait étudié à l’École des Beaux-arts d’Indochine ; il fut, plus tard, président de l’Association des artistes. Bien que résistant pendant la Guerre d’Indochine et membre du Parti communiste, il eût des ennuis politiques pour avoir cité publiquement, des mots du mandarin Tô Hiân Thành (xiiie siècle) qui était « d’une extrême droiture » (Huu Ngoc 1997 : 868). Vân est néanmoins resté dans le Parti ce qui est, selon lui, nécessaire, « parce que j’aime mon pays mais aussi pour garder mon travail », il en souhaite pourtant le profond renouvellement. En revanche, son fils et sa fille n’en sont pas membres.

25Dans les années 1950, des jeunes issus de familles prolétaires et de membres méritants du PCV étaient envoyés dans les pays socialistes « frères », notamment en RDA (cf. Freytag 1998). C’est ainsi que Vân, alors âgé de treize ans est envoyé, de 1956 à 1959, faire des études à Dresde, au collège de la rue Maxime Gorki. Bien que souhaitant se consacrer à l’art, le gouvernement vietnamien décide que le jeune homme ira en apprentissage de la mécanique de précision dans la société Zeiss-Ikon. Il y passa son examen d’ouvrier professionnel en 1962. Vân se souvient de son maître d’alors, un Herr König, un ancien de la Wehrmacht, très sévère. De cet apprentissage, il a gardé le sens de l’ordre et de l’exactitude : « Nous étions comme dans l’armée, mais nous étions loin de la guerre. » La première année, son salaire était de 120 marks (RDA) par mois, la deuxième 180 marks, et dans la troisième déjà 240 marks. Salaire qu’il économise minutieusement.

  • 19 À cette époque, M. Van raconte qu’il a travaillé avec un ancien rallié du Việt Minh, ancien légionn (...)

26En 1962, de retour au Việt Nam, Vân ne peut exercer son métier à cause du manque d’entreprises de mécanique de précision. Grâce à son père qui connaissait le ministre de la Culture, il trouva, un poste de dessinateur industriel au musée des Beaux-arts de Hà Nội. Ce poste, où ses collègues étaient des diplômés de l’École des Beaux-arts19, le rapprochait de ses premières amours. Il prend alors également des cours du soir. En 1965, la guerre éclata de nouveau. Il demanda la permission de faire des études à l’Institut d’art appliqué, rue Nguyễn Thái Học, mais sa demande fut rejetée parce qu’il s’agissait d’art. Au lieu de cela, il fut envoyé à Halle en RDA pour des études de dessin industriel, – matière artistique tolérée car considérée comme « utile » – de 1965 à 1970. Son professeur était un ancien du Bauhaus qui avait travaillé avec l’architecte Ludwig Mies van der Rohe.

  • 20 À tout prendre, l’influence de la RDA dans la (re-)construction et le bâtiment au Việt Nam du Nord (...)

27Considérant les maigres chances d’obtenir au Việt Nam un travail dans sa profession, Vân souhaite rester en RDA, mais poussé par sa famille il doit cependant rentrer. Il travaille comme traducteur de 1971 à 1974 auprès de la délégation économique du Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (SED), le parti communiste de la RDA. Cette délégation était chargée par le ministère de la Construction du relèvement de la ville de Vinh : les panneaux pour les bâtiments étaient fabriqués au Vietnam, tandis que la technologie était importée, selon Vân, tout était décidé par la RDA20.

28Bientôt, il en eût assez de la bureaucratie et quitte son emploi pour un poste dans l’Association des coopératives de production comme dessinateur industriel. Conscient de l’importance et de la valeur de l’artisanat traditionnel vietnamien et encouragé par son père, son nouvel emploi consiste à mettre en valeur l’artisanat national. Plus précisément, il devait encourager son développement et représenter les coopératives dans des foires artisanales à Leipzig et à Moscou. Vân passa deux ans en Union soviétique : à l’Institut de recherche sur l’artisanat de Moscou et en Sibérie où il étudia l’artisanat « familial ». De 1984 à 1987, il fut le directeur du nouvel Institut d’art appliqué des coopératives de production, puis il enseigna l’art graphique au Collège de dessin industriel dont il devint vice-directeur en 1999. Cette position lui donna l’occasion de continuer à échanger avec des amis et des collègues en RDA.

  • 21 Les persiennes, amenées au Việt Nam par les Français, permettent la circulation de l’air et protège (...)

29Pour Vân, l’habitation reflète la personnalité de son occupant. Visitons donc sa demeure pour en savoir plus sur lui. Sa nouvelle maison se trouve dans une étroite ruelle. Les terrains dans ce secteur sont d’habitude de 30 m2, mais il a pu en acheter deux, il possède donc 60 m2. Ce terrain est entièrement bâti ; entre le mur arrière et la maison voisine restent à peine 20 cm. La construction a été financée sans aucun crédit avec ses économies parce que « j’étais toujours très économe » dit-il. Malgré la petite taille du terrain, le Lichtschacht (une sorte de cour intérieure qui n’en est pas une, couverte de verre au niveau du toit), l’éclairage zénithal, efface l’impression d’exiguïté et laisse, au contraire, une impression d’espace et de lumière. Il y a des persiennes devant toutes les fenêtres21. Les lignes de la maison sont claires, simples, les angles sont nets à l’extérieur comme à l’intérieur ; les murs sont blancs et sans images ni autre décoration ; le propriétaire veut que tout soit fonctionnel et rationalisé. Au rez-de-chaussée, comme toujours dans les maisons particulières au Vietnam, se trouve la grande salle avec d’un côté la cuisine encastrée, et de l’autre un salon composé de banquette, fauteuils et tables en bois sombre dont les lignes évitent la dérive baroque pourtant courante au Việt Nam. Ce mobilier est un exemple de l’artisanat traditionnel que Vân veut faire revivre (voir Nguyễn Khắ Viện et Lê Huy Van 1992). Le sol du hall est couvert de larges carreaux gris foncé. Dans l’espace neutre entre cuisine et salon, j’aperçois une vitrine qui renferme les bibelots de la famille, de belles et anciennes pièces artisanales, des souvenirs kitsch allemands, deux soldats Việt Minh en terre cuite. Au premier étage se trouvent les chambres ; le deuxième étage se compose de deux larges pièces, dont l’une est destinée à abriter la collection d’art populaire du père défunt. Le troisième étage semble être celui des rites familiaux : s’y trouvent une salle ouverte avec le grand lit d’apparat du même bois que les meubles du rez-de-chaussée. Là aussi est placé le somptueux autel des ancêtres qui est protégé par un petit lion en grès. Au dernier étage est installé une bibliothèque-bureau où Vân travaille ; il compte partir en retraite fin 2003 afin de se consacrer à l’écriture et aux recherches sur l’art populaire et l’artisanat vietnamien. L’autre moitié de l’étage comporte une terrasse ; malheureusement, la nouvelle maison mitoyenne en béton plus haute de deux étages, lui gâche la vue. Dans des grands pots en céramique, la famille a planté exclusivement des plantes vertes, bambous inclus, qui n’ont pas besoin d’eau ni d’entretien parce qu’ils vivent de l’humidité et de l’air.

L’architecte rénovateur

30Monsieur Lý Trực Dững, né en 1946 dans les environs de Huế, est architecte, entrepreneur de bâtiments, peintre et écrivain. Lui aussi a été formé en RDA, à Weimar, dans les années 1960. En 1954, sa famille s’est regroupée dans le Nord dans l’espoir que la réunification du pays divisé après les Accords de Genève se fasse au plus tard dans deux ans. Quand sa mère a commencé à planter des petits arbres fruitiers, son mari, le père de Dững, s’est moqué d’elle : « Pourquoi ceci ? On rentrera bientôt, après les élections… ». La famille ne voulait surtout pas comme tant d’autres expatriés du Centre et du Sud, demeurer au Nord.

  • 22 À ce sujet consulter l’article de Daniel Hémery dans le présent numéro.

31Le père de Dững était originaire d’une famille de propriétaires terriens ; il a passé son baccalauréat au lycée franco-annamite Khai Đinh de Huế et a ensuite dirigé un théâtre provincial dans la région. De la vie dans le maquis avec son père, Dững n’a que des souvenirs vagues, néanmoins reste gravé dans sa mémoire le souvenir d’une jeune femme abattue par le chagrin parce que son mari venait d’être tué dans une bataille entre Việt Minh et Français. Enfant, il rêvait de posséder la pièce magique en or que l’on dépose dans un trou de serrure pour faire revenir les morts. Après 1954, son père a travaillé au ministère du Travail et des Affaires sociales, puis il fut le responsable de l’art du Sud Vietnam à l’Institut de littérature à Hà Nội. Il est mort en 1961 à l’âge de 38 ans, d’une tuberculose et, selon son fils, également suite aux séquelles de tortures infligées par les Français. Un de ses amis fut exécuté pendant la réforme agraire, ce qui le fit sombrer dans une profonde dépression qu’il n’a jamais totalement surmontée22. Sa famille avait « offert » ses terres et la maison familiale aux paysans. Dững raconte que lorsqu’il est rentré au village vingt ans plus tard, les gens du village auraient reconnu en lui le père disparu.

  • 23 Dung insiste sur le fait que les anciens étudiants vietnamiens en architecture et en urbanisme en R (...)
  • 24 Cette conviction montre à quel point les symboles peuvent changer de signification parce qu’en réal (...)

32Après avoir été tenté par des études littéraires, Dững opte finalement, pour l’architecture. En 1967, il passe son examen d’entrée à l’Académie d’architecture et de travaux publics de Weimar. Malgré ses talents de dessinateur, l’ambassade du Vietnam en RDA l’incite à faire des études dans les travaux publics23. C’est grâce au soutien de ses professeurs qu’il obtient la permission de poursuivre des études d’architecture. Dans son mémoire de fin d’étude intitulé la « Construction de logements pour le Vietnam », il suggère l’utilisation de matériaux locaux pour les bâtiments à la campagne, essentiellement l’argile et le bambou, adaptés aux conditions climatiques du pays et insiste sur l’importance d’une entraide de voisinage. Il plaide donc pour une architecture vietnamienne localisée. Selon Dững, Hồ Chí Minh avait déjà donné l’exemple avec sa maison spartiate en bois sur pilotis située dans le parc de la résidence présidentielle24.

  • 25 La reconstruction de Vinh par la RDA fut, selon le récit de Dung, commencée le 1er mai 1975 et se t (...)

33Rentré au Vietnam en 1973, il postule pour un emploi à Vinh25, mais il est affecté, sous le ministère de Đỗ Mười à la Commission d’urbanisme du ministère de la Construction. Bien que ce poste ne lui permette pas de se réaliser en tant qu’architecte, il y reste jusqu’en 1978. Le Việt Nam comptait alors obtenir des milliards de dollars de réparation de la part des États-Unis et les projets urbains grandioses de cette période étaient à l’échelle de ces financements hypothétiques. Dững se met à la tâche, s’opposant aux constructions préfabriquées et fait campagne contre le gaspillage de matériaux. Avec l’accord de son supérieur, il rédige plusieurs rapports critiques aux autorités de la ville. Mais ce qu’il déplore le plus, c’était l’ampleur pharaonique des projets : un réseau de métro, des autoroutes, des gratte-ciel, une tour de télévision… Autant de projets qui proposaient une modernisation irréaliste et inadaptée à la situation de Hà Nội, selon lui encore trop faible économiquement. Il insistait alors également sur la nécessité de se reposer sur des études précises aussi bien en termes de disponibilité des matériaux, de coûts et d’adaptation au terrain. « De quelle quantité de ciment, d’acier, de camions, de routes, d’énergie disposons-nous ? Combien coûte un kilomètre d’autoroute, un kilomètre de chemin de fer souterrain ? A-t-on réalisé une étude sur la qualité géologique de notre sol à Hà Nội ? » Telles sont les questions que Dững ne cesse de répéter à ses collègues. Selon lui tous ces projets relevaient de l’utopie, et les considérations politiques et idéologiques l’emportaient sur tout aspect pratique. Ses questions, considérées comme inspirées par « un mode de penser caractéristique des Vietnamiens de retour de RDA », étaient alors plutôt dérangeantes.

34Ne pouvant faire entendre ses idées, il quitte le ministère. Cependant, il lui est difficile de s’établir comme architecte en dehors de l’administration : non seulement il n’y avait pas de constructions particulières, mais on ne pouvait même pas acheter de ciment. En 1979, il saisit l’opportunité qui s’offre à lui de quitter le pays. Un restaurateur de Halle lui demande d’aménager pour lui un restaurant « à la vietnamienne ». Dững conçoit tout le restaurant, depuis l’organisation de l’espace jusqu’aux choix des baguettes et des menus, allant jusqu’à donner des cours de cuisine vietnamienne. Le restaurant remporte un grand succès. De 1982 à 1987, il représente la Confédération générale des syndicats vietnamiens à Berlin-Est. En outre, il travaille comme caricaturiste pour le Eulenspiegel, pour le magazine Tribüne, et il conçoit des calendriers et un livre illustré pour enfants sur le Việt Nam (Lý Trực Dững 1988). Il est à Berlin en 1989, lorsque le régime socialiste de la RDA s’effondre.

35De retour à Hà Nội, fin 1989, l’architecte ne veut pas redevenir fonctionnaire. Tout en gardant son poste auprès des syndicats, il loue et rénove, avec l’aide financière d’un investisseur suisse, une maison française des années 1930 pendant quatre ans. Cet investissement s’avère très profitable. Pour un homme comme lui, l’avènement du Đổi mới a tout changé ; un nouveau champ d’action s’est ouvert à lui, désormais nul besoin de s’expatrier pour réaliser ses rêves, il allait pouvoir les réaliser dans son pays.

  • 26 Cette maison était habitée depuis 1954 par plusieurs familles qui avaient divisé l’espace en de min (...)

36Depuis quelques années seulement, Dững est membre du Parti, selon lui « pour poursuivre l’esprit patriotique de son père ». Ceci qui ne l’empêche pas de diriger un florissant bureau d’architecture et une entreprise de bâtiments. Celle-ci a entre autres récemment rénové pour l’ambassade norvégienne une villa française dans le centre de la capitale, rue Trần Hưng Đạo26. Il a aussi été chargé de la rénovation du nouvel Goethe Institut en collaboration avec un architecte français. Par ailleurs, il est architecte-conseil de la rénovation des bâtiments diplomatiques allemands au Vietnam et au Cambodge. Selon lui, toute rénovation architecturale doit s’inspirer du bâti existant jusque dans les moindres détails, principe qu’il dit avoir appris en RDA. Il insiste sur le sens de la discipline et de la rigueur qui lui ont été inculqués en Allemagne de l’Est.

  • 27 Les persiennes, mais également le verre pour les fenêtres, était inconnu au Việt Nam avant l’arrivé (...)
  • 28 À ce sujet, voir l’article de Caroline Herbelin dans ce numéro.

37Ces vertus sont absentes chez ses collègues, note-t-il amèrement. Il déplore en outre l’absence d’un véritable plan d’urbanisme pour Hà Nội et cite avec admiration l’exemple d’Ernest Hébrard, qui n’était pas seulement un excellent architecte mais également un urbaniste de talent. « Je ne suis pas contre des gratte-ciel, mais il est essentiel de ne pas les implanter n’importe où » résume-t-il. Selon lui la maison idéale comporte deux à trois étages, avec un toit couvert de tuiles. La climatisation doit être une préoccupation majeure, il faut donc des murs épais protégeant du froid et de la chaleur, des couloirs spacieux, une bonne aération qui laisse la maison ouverte sur les quatre côtés, des persiennes aux fenêtres27, une bonne protection contre le soleil, et donc orientation vers l’est car le vent vient du sud. En résumé, ce modèle est celui d’une maison à la française : « la maison de rêve de tous les Vietnamiens est une maison française, comme celles datant de l’époque coloniale ». L’influence coloniale dans l’architecture reste donc prédominante, surtout chez les particuliers. Il semble que les Vietnamiens aient adapté les constructions européennes à leur mode de vie et qu’ils correspondent à leur idée de la modernité28.

38En guise d’épilogue, ajoutons que depuis mon séjour en 2003, Dững s’est construit une maison écologique, selon lui la première construction de ce genre au Việt Nam. A en juger par les photos et les plans qu’il m’a montrés, il s’agit d’une vaste propriété dans la province de Hòa Bình, à 60 km à l’ouest de Hà Nội, dans le pays Mường. J’ai visité la splendide propriété en mars 2007 : c’est un mariage remarquable entre technique, esthétique et nature.

L’universitaire rentré au pays

39Après presque dix ans d’études passées en RDA pour étudier l’histoire de l’Asie du Sud-Est, le professeur Phạm Hồng Tung, né en 1963, est rentré au Việt Nam en 2002 afin de reprendre son poste dans le département d’Histoire de l’Université de Hà Nội. Après une maîtrise sur « La Révolution d’Août au Vietnam » à l’Université de Passau en 1997, il passe un doctorat sur la politisation des masses au Việt Nam 1925-1939 (Phạm Hồng Tung 2002) qu’il a obtenu en 2002 à l’Université Humboldt de Berlin. Sa femme l’a accompagné également en Allemagne pendant les premières années, mais, pour des raisons matérielles, elle fut finalement obligée de retourner à Hà Nội avec leur premier fils, Đục Việt, né en Allemagne. Entre temps un deuxième enfant est né, une fille. Le couple vient de construire sa maison dans une ruelle partant de la rue Vữ Trọng Phững dans la périphérie du sud-ouest de la capitale, district Thanh Xuân, non loin de l’université où sa femme travaille.

40Il n’y a pas si longtemps, ce modeste quartier avait encore l’aspect d’un village. C’était auparavant une cité de logements collectifs socialistes, mais au lieu des grandes barres habituelles, ici se tenaient des petites maisons mitoyennes d’un étage en briques et couvertes de toits de tuiles (Trịnh Duy Luân et Nguyễn Quang Vinh 2001 : 61). Le propriétaire était une société d’État, et les maisonnettes étaient occupées par des employés et des fonctionnaires. Peu de ces constructions demeurent aujourd’hui, suite au Đổi mới les habitants ont presque tous fait construire une nouvelle demeure plus grande et colorée. Tung, en rentrant au pays se devait donc de faire de même. Par ailleurs en tant que membre du Parti et titulaire d’un doctorat allemand, il lui fallait une maison digne de son rang.

  • 29 Il bénéficie encore de cet appartement, où habite à présent sa sœur.
  • 30 Depuis qu’il a acheté ce terrain, le prix a doublé, m’explique M. Tung. : « In central Hanoi, prope (...)

41Comme universitaire, il possédait un appartement de fonction29 de 24 m2 dans un immeuble collectif, mais ayant économisé sur l’argent de sa bourse lorsqu’il était en Allemagne, il a acheté une de ces petites maisons avec son terrain de 49 m2 quand les prix étaient encore abordables30. Ne pouvant financer que la moitié de la construction de la maison, et les parents du couple n’étant pas en mesure d’aider leurs enfants, Tung et sa femme ont récolté le reste de la somme nécessaire grâce à des contributions d’amis vietnamiens et occidentaux, s’élevant entre 20 et 1 000 US$. Cette ancienne forme d’entraide semble encore être pratique courante. En ce qui concerne le permis de construire, comme la majorité des Hanoïens, Tung s’est bien gardé de faire les interminables démarches administratives. Qui plus est, le montant de l’amende à payer reste de moitié inférieur au prix du permis de construire. Cette formalité peut être facilement évitée par le versement d’une somme convenue avec l’inspecteur. Tung a également pu économiser sur les frais d’architecte grâce à un ami dessinateur qui a conçu gracieusement les plans de la maison.

42La maison est modeste et fonctionnelle. Sa façade dont les faux panneaux sont peints en beige clair, suit le modèle dominant du quartier, sinon celui de la plupart des constructions populaires à Hà Nội : une façade à balcons avec des fenêtres à petits carreaux en bois. Mais ici, petit luxe distinctif, les grilles des balcons sont en fer forgé rehaussées en or, tout comme le lourd portail d’entrée peint en noir. Les décors fantaisie sur les piliers qui encadrent le portail sont également destinés à marquer une touche personnelle, néanmoins, le choix de ces ornements qui se fait sur catalogue montre toute l’ambiguïté et la relativité du processus d’individualisation. Sur le grillage du portail est suspendue une cloche de Bamberg en Bavière qui fait office de sonnette, la seule évocation de l’Allemagne que j’ai pu détecter.

  • 31 Voir définition ci-dessus.

43On entre dans la maison par une porte de quatre battants en bois orientée vers l’est, qui donne sur une avant-cour d’environ 1, 50 m de profondeur. L’éclairage zénithal au-dessus de cette porte laisse entrer la lumière, mais il y a également dans cette maison un Lichtschacht31 qui laisse entrer la lumière par le haut. A l’intérieur, la cage d’escalier en bois sombre divise chaque étage en deux. Il y a peu de meubles, à l’exception d’un simple salon en rotin dans le hall d’entrée, et de l’autel des ancêtres, grand meuble sculpté sur bois situé au deuxième étage. Cet autel est orienté vers le sud-est ce qui, selon le fengshui (phong thửy), compense l’orientation peu favorable de la maison. Chaque étage comporte deux chambres avec sanitaires et salle de bains. Le premier étage est destiné à la vie de famille, à l’accueil des amis proches, mais le deuxième est celui du recueillement et du travail avec le bureau de Tung et la pièce de l’autel des ancêtres. Au troisième étage se situe une double terrasse couverte qui sert de débarras, buanderie et petit jardin de plantes en pots.

44De la terrasse, à environ 400 mètres plus loin, on peut voir le toit d’une maison imitant celui d’une pagode. Visiblement, la maison est inachevée. Tung m’explique que trois équipes de construction se sont succédées sur la construction, et qu’à chaque fois qu’un des ouvriers a fait une chute mortelle, le chantier a finalement été arrêté et laissé à l’abandon depuis des années. Au sujet de cette maison, un bonze a déclaré que ce chantier était maudit parce que la construction d’une habitation à la façon d’une pagode représentait un sacrilège.

Conclusion

45Feu Nguyễn Đình Thi – écrivain, musicien et haut fonctionnaire culturel – me disait en octobre 2002 : « La diversité qui se manifeste maintenant dans l’architecture est due à l’influence et l’expérience française. Ceci ne se manifeste pas en Chine ». Certes nous avons vu que l’influence du style français est prépondérante dans l’architecture vietnamienne aujourd’hui. Mais au-delà de cette inspiration esthétique dominante, j’ai voulu démontrer ici que l’élaboration de ces maisons est un processus complexe qui ne peut être compris sans replacer ces constructions dans le parcours de vie des propriétaires et sans comprendre le rapport des Vietnamiens à l’architecture et à leur habitat.

46C’est pourquoi j’ai insisté sur le parcours des commanditaires de ces maisons. En effet, tous les individus présentés ici ont la particularité d’avoir passé une longue période de leur vie à l’étranger, en l’occurrence en RDA. J’ai voulu démontrer comment leurs différents parcours ont influencé leurs visions de la société en générale et leurs goûts architecturaux en particulier. La référence au style français ou à des éléments allemands ici compte moins que la capacité de ces personnes à revendiquer des influences étrangères tout en les synthétisant avec leur sphère culturelle d’origine. Reste à étudier l’influence de ces œuvres sur les autres constructions individuelles de Hanoi, autrement dit dans quelle mesure ces individus sont-ils des vecteurs d’influences étrangères dans la ville ? Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que ces maisons sont bien intégrées dans le paysage urbain actuel, alors qu’elles ne pourraient être construites telle quelle en France ou en Allemagne. Ceci montre d’une part que le résultat de cette architecture sous influence n’en reste pas moins vietnamienne, et par ailleurs, que la bonne intégration de ces architectures dans le paysage urbain montre, au delà des cas particuliers, la capacité syncrétique de l’architecture vietnamienne.

47D’autre part, il est évident que ces maisons sont des marqueurs sociaux ; il s’agit d’inscrire dans la pierre sa réussite sociale, ses goûts, ses influences culturelles et son sens de l’avant-garde. Comme le montre les nombreux catalogues d’ornements décoratifs, et les phénomènes de modes architecturales très vifs à Hà Nội, ce désir d’affirmer son individualité est loin d’être un phénomène isolé et l’on pourrait oser l’oxymore d’« individualisation collective » pour définir ce processus, montrant ainsi toutes les contradictions d’une société qui après des années de normalisation collective se retrouve exposée sinon à un changement profond des mentalités, au moins à une possibilité nouvelle d’exprimer sa personnalité individuelle.

Haut de page

Bibliographie

CAULT André, PICHE Denise, BLAIS Myriam, NGUYEN Manh Thu, DOAN Nhu Tim (eds.), 2006, Comprendre l’habitat de Hanoi, une expérience interculturelle de partenariat universitaire, Québec : Presses de l’Université de Laval.

CHARBONNEAU, François (ed.), 2002, Hanoi, Enjeux moderne d’une ville millénaire, Montréal : PGU-Vietnam, Éditions Trames.

CLEMENT Pierre et LANCRET Nathalie, 2001, Hanoi, Le cycle des métamorphoses – Formes architecturales et urbaines, Paris : Éditions Recherches-IPRAUS.

COLLECTIF, 2007, Hanoi during the subsidy economy (1975-1986), Hanoi : Thê Gioi.

DECOSTER, François et KLOUCHE Djamel, 1997, Hanoi, Paris : Institut français d’urbanisme, collection portrait de ville.

DAVIS, Mike, 2007, Planet of Slums, London, New York : Verso.

FREYTAG, Mirjam, 1998, « Die Moritzburger » in Vietnam, Frankfurt-am-Main : IKO-Verlag für Interkulturelle Kommunikation.

HUE-TAM Ho Tai, 1995, « Monumental Ambiguity : The State Commemoration of Hô Chi Minh », in K. W. Taylor and John K. Whitmore (eds.), Essays into Vietnamese Pasts, Ithaca, New York : Studies on Southeast Asia, pp.272-288.

HUU, Ngoc (dir.), 1997, Dictionnaire de la Culture Traditionnelle du Vietnam, Hanoi : Thê Gioi.

KOH, David W. H., 2006, Wards of Hanoi, Singapore : Institute of Southeast Asian Studies.

LOGAN, William S., 2000, Hanoi. Biography of a City, Seattle : University of Washington Press.

LOGAN, William S., (ed.), 2002, The Disappearing‚ Asian’ City. Protecting Asia’s Urban Heritage in a Globalizing World, Oxford : Oxford University Press.

LOGAN, William S., 1995, « Russians on the Red River : The Soviet Impact on Hanoi’s Townscape, 1955-1990 », Europe-asia Studies, (May) 47 (3) : 443-468.

LY Truc Dung, 1988, Zu Hause bei Hua und Ty, Berlin : Der Kinderbuchverlag.

NGUYEN Khac Truong, 1996, Des hommes et autant de fantômes et de sorciers, Hanoi : Thê Gioi.

NGUYEN Vinh Phuc, 2001, Hanoi. Past and Present, Hanoi : Thê Gioi.

NGUYEN Khac Vien and Lê Huy Van, 1992, Arts and Handicrafts of Viet Nam, Hanoi : Thê Gioi.

PAPIN, Philippe, 2001, Histoire de Hanoi, Paris : Fayard.

PARENTEAU, René, 1997, Habitat et environnement urbain au Viet Nam, Paris : Karthala.

PHAM Hong Tung, 2002, Die Politisierung der Massen in Vietnam 1925-1939, Berlin : Logos Verlag.

SIDEL, Mark, 2001, Old Hanoi, Oxford : Oxford University Press.

SCHÜTTE, Heinz, 2002, « Kurzlebige Hundert Blumen in Vietnam 1955-1957 », Internationales Asienforum, 33 (3-4) : 271-301.

SCHÜTTE, Heinz, 2003a, Hundred Flowers in Vietnam, Berlin : Humboldt-Universität Working Papers.

SCHÜTTE, Heinz, 2003b, « Die Bauten der aus Doi Moi hervorgegangenen Bourgeoisie am Westsee von Hanoi », ASIEN, (Feb.) 89 : 108-116.

SCHÜTTE, Heinz, 2005a, « Hanoi in Transition. From Pre-modern to Modern Times », ARENA Journal, (Jan.) New Series, 23 : 189-206.

SCHÜTTE, Heinz, 2005b, « L’irruption de l’économie de marché et la domestication de la ville du petit peuple », Péninsule, 51 : 195-199.

SCHÜTTE, Heinz, 2006, Zwischen den Fronten. Deutsche und österreichische Überläufer zum Viet Minh, Berlin : Logos Verlag, 2006 (2e éd. 2007).

SCHÜTTE, Heinz, 2008, « The villas of the new bourgeoisie around West Lake in Hanoi : A rediscovery of colonial architectural patterns », Internationales Asienforum, vol. 39, No. 1-2.

TENBROCK, Christian, 2002, « Heisse Thüringer an der Vu Ngoc Phan », Die Zeit, (14 novembre 2002).

TRAN Hoai Anh, 1999, Another Modernism ? Form, Content and Meaning of New Housing Architecture of Hanoi, Lund : Department of Architecture and Development studies Lund University.

TRAN Hung et NGUYEN Quoc Thong, 1995, Thang Long – Hanoi muoi the ki do thi hoa, Hanoi : Construction Publishing House.

Trinh Duy Luan and Hans Schenk (eds.), 2000, Shelter and living in Hanoi, Hanoi : Cultural Publishing House.

TRINH Duy Luan and NGUYEN Quang Vinh, 2001, Socio-Economic Impacts of « Doi Moi » on Urban Housing in Vietnam, Hanoi : Social Sciences Publishing House.

WAIBEL Michael, 2002, Stadtentwicklung von Hanoi, Frankfurt-am-Main : Europäische Hochschulschriften.

WAIBEL Michael, 2004, « The ancient quarter of Hanoi, a reflection of Urban Transition process », ASIEN, (July) 92: 30-48.

Haut de page

Notes

1 École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville.

2 Notamment une étude sur les intellectuels antifascistes allemands dans le Việt Minh (Schütte 2006).

3 Par conséquent, la littérature sur Hà Nội parue entre temps, notamment le livre de Koh (2006), n’a pas été prise en considération. Quelques petites publications sous mon nom ont par ailleurs vu le jour (Schütte 2003, 2005a, 2005b, 2008).

4 Sur cette période voir le catalogue de l’exposition qui s’est tenue en 2007 au Musée d’ethnographie de Hà Nội : « Hanoi life during the subsidy economy ».

5 En grande partie, ces logements ont été entre temps vendus aux occupants.

6 à ce sujet, voir la contribution de Caroline Herbelin dans le présent numéro.

7 Littéralement : « Rénovation industrielle commerciale ».

8 Tân était fonctionnaire au ministère où il a créé une centrale d’information, l’Union pour les nouvelles technologies qui regroupe des activités privées des fonctionnaires « qui ont des idées ». Ce sont des « activités parallèles » des services de l’État, devenues possible après le 6e Congrès du PCV sous le Secrétaire général Nguyễn Văn Linh (1915-1998). La maison d’édition de Tân s’appelait LICOSA-XUBA, et il y employait une vingtaine « d’intellectuels » pour les traductions.

9 Ce centre – ZKST – existe toujours, il propose aujourd’hui principalement des classes d’allemand. Son président est M. Ngô Quang Phuc est le traducteur vietnamien du Faust de Goethe.

10 Une des « joint venture » entre Tân et un ami allemand, fabrique à la main des lampes de bicyclette en cuivre selon un modèle néerlandais du xixe siècle pour l’export. Tân avait ramené une telle lampe des Pays-Bas au Việt Nam.

11 Le concierge d’une ambassade est un homme important, il est en contact permanent avec ses supérieurs qui sont des « white collar workers » ou des membres de l’intelligentsia. La fille de M. Campioni, âgé de 27 ans (en 2003), a préféré faire des études d’Histoire de l’art plutôt que de reprendre l’activité de son père. Néanmoins, elle est intéressée par le Vietnam. En automne 2003, elle a passé 6 mois à Hanoi dans un stage de restauration d’objets d’art au Musée National et souhaite faire doctorat sur l’art vietnamien.

12 Deux autres projets agro-alimentaires sont en train d’être réalisés autour de la joint venture Tân-Campioni : une entreprise de nouilles instantanées et une usine de traitement de légumes.

13 J’ai pu visiter l’entreprise de M. Tân dans la province Hưng Yên a plusieurs reprises. Celle ci comporte sur un terrain de 3 ha, un abattoir, une usine de saucisses, une usine de découpage de porcs. L’usine fournit également un service de traiteur qui propose des plats cuisinés aux bureaux et entreprises Sur un terrain de 3 ha pour lequel Tân a obtenu la jouissance sur 35 ans, une grande fabrique est érigée où la fabrication a commencé en février 2004. Toutes les machines, la technologie de réfrigération et des milliers de mètres carrés de panneaux sont importés d’Allemagne. Ce joint venture souhaite atteindre les normes de l’Union Européenne.

14 Son futur mari travaille aussi dans l’entreprise ; après avoir fait des études d’économie, il a travaillé chez Metro, une chaîne allemande de centres de commerce en gros qui s’est implanté récemment au Vietnam et remporte un grand succès.

15 Son père, M. Tinh, m’a confié que Tân était fasciné de Napoléon dès sa jeunesse.

16 Les colonnes sont de béton et ont été peintes dans la technique dite « faux marbre ». L’escalier – en « vrai » marbre – est fait de deux sortes de marbre : le milieu des marches est plus foncé afin de simuler le tapis qui couvre l’original en bois à Hambourg.

17 Le père de M. Thinh – le grand père de Tân donc – était déjà au Lypro ; il était plus tard devenu l’agent de Nestlé à Saigon, vers 1911, puis a travaillé comme comptable pour l’imprimerie Schneider [Imprimerie d’Extrême-Orient, IDEO,] et le journal Trung Bac à Hà Nội jusqu’en 1944. Après le départ de François-Henri Schneider en France au début des années 1920, l’imprimerie et le journal étaient repris par Nguyễn Văn Vĩnh (1882-1936) [voir, à ce sujet, l’article d’Emmanuelle Affidi dans le présent numéro].

18 Trân Dan était également un personnage clé de la contestation Nhan Van – Giai Pham des années 1954-1956. Le beau-père de Van était un grand négociant qui avait fait fortune comme commerçant de charbon de Hongai et possédait de nombreux terrains à Hà Nội qu’il a perdu dans la « réforme » des capitalistes dans les années 1950. Sa belle-mère est une sœur du maire de Hà Nội.

19 À cette époque, M. Van raconte qu’il a travaillé avec un ancien rallié du Việt Minh, ancien légionnaire, l’allemand Erwin Borchers alias Chien Sy, comme interprète.

20 À tout prendre, l’influence de la RDA dans la (re-)construction et le bâtiment au Việt Nam du Nord était relativement faible. À part la reconstruction de la ville de Vinh où une coopération était chargée de l’urbanisme, il semble que seul à Dao Du, à 40 km de Hà Nội, la RDA ait construit deux bâtiments en préfabriqués qui sont inoccupé depuis dix ans. Information Ly Truc Dung, Hanoi, 5 octobre 2002.

21 Les persiennes, amenées au Việt Nam par les Français, permettent la circulation de l’air et protègent du soleil.

22 À ce sujet consulter l’article de Daniel Hémery dans le présent numéro.

23 Dung insiste sur le fait que les anciens étudiants vietnamiens en architecture et en urbanisme en RDA étaient « choisis » sans discernement par l’ambassade de leur pays sans considération de leurs talents de dessinateurs, la plupart ne pouvaient être de bons architectes, ce qui s’est selon lui ressenti dans l’architecture vietnamienne.

24 Cette conviction montre à quel point les symboles peuvent changer de signification parce qu’en réalité, la petite maison fut construite pendant la colonisation d’héberger des domestiques du Gouverneur général français. Voir Huê-Tam Ho Tai (1995 : 285) ; Sidel (2001 : 61). Le principe d’un style localiste avait déjà été développé par les Français pendant la colonisation. (Voir les exemples donnés dans l’article de Caroline Herbelin dans ce numéro).

25 La reconstruction de Vinh par la RDA fut, selon le récit de Dung, commencée le 1er mai 1975 et se termina en 1980 avec 21 grands ensembles. Entre les immeubles, il y avait un écart de 30 mètres, beaucoup de larges espaces verts, des constructions en briques et non pas en préfabriqué ; chaque unité d’habitation avait une surface de 26 à 35 m2, tandis qu’à Hanoi, à l’époque, le maximum était de 26 m2. Vinh était alors considéré comme un quartier d’habitation exemplaire. Les bases de l’urbanisme étaient fournies par des spécialistes de la RDA et ensuite perfectionnées par des Vietnamiens. Entre temps, les appartements sont devenus trop petits parce qu’ils ont été habités non pas par une famille nucléaire, mais par des ménages de plusieurs générations ce qui n’était pas prévu lors de la construction.

26 Cette maison était habitée depuis 1954 par plusieurs familles qui avaient divisé l’espace en de minuscules appartements ; sur les poutres restent aujourd’hui les noms des différentes familles qui ont été expulsées.

27 Les persiennes, mais également le verre pour les fenêtres, était inconnu au Việt Nam avant l’arrivée des Français m’explique Dung.

28 À ce sujet, voir l’article de Caroline Herbelin dans ce numéro.

29 Il bénéficie encore de cet appartement, où habite à présent sa sœur.

30 Depuis qu’il a acheté ce terrain, le prix a doublé, m’explique M. Tung. : « In central Hanoi, property prices are currently at an all time high. The most expensive land in the city centre, around Hoan Kiem Lake, costs between 22 500 and 27 000 dollars per square meter. Five years ago, the same land was worth between 13 500 and 18 000 dollars per square meter… », Deutsche Presse-Agentur, 22 septembre 2003, merci à Gerhard Will, Berlin pour cette référence.

31 Voir définition ci-dessus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Schütte, « Aspects architecturaux de la transformation de Hà Nội après le Đổi mới (1986) : contradictions, phantasmes, espoirs », Moussons, 13-14 | 2009, 185-204.

Référence électronique

Heinz Schütte, « Aspects architecturaux de la transformation de Hà Nội après le Đổi mới (1986) : contradictions, phantasmes, espoirs », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://moussons.revues.org/935 ; DOI : 10.4000/moussons.935

Haut de page

Auteur

Heinz Schütte

L’auteur est sociologue, chercheur indépendant, et travaille depuis plusieurs années sur des questions d’histoire et de société vietnamiennes. Ses derniers livres parus s’intitulent : Zwischen den Fronten. Deutsche und österreichische Überläufer zum Việt Minh. [Entre les Fronts. Des ralliés allemands et autrichiens auprès du Việt Minh] Berlin, Logos Verlag, 2006 (2e édition 2007), Fünfzig Jahre danach. Hundert Blumen in Vietnam 1954-1960 (Cinquante ans plus tard. Cent Fleurs au Vietnam 1954-1960) Berlin : Regiospectra Verlag, 2010 ; Hanoi, eine nachsozialistische Moderne. Beobachtungen, Impressionen, Reflexionen [Hanoi, une modernité post-socialiste. Observations, impressions, réflexions] Berlin : Regiospectra Verlag, 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page