Navigation – Plan du site
Articles

Aire linguistique Asie du Sud-Est continentale : le birman en fait-il partie ?

Mainland Southeast Asia Linguistic Area: is Burmese in?
Alice Vittrant
p. 7-38

Résumés

L’appartenance du birman à la famille des langues tibéto-birmanes est un fait non discutable comme l’attestent de nombreux travaux en linguistique historique (Benedict 1942, Shafer 1955, Matisoff 1973). Cependant, cette langue possède de nombreuses caractéristiques phonologiques, morphosyntaxiques, pragmatiques ou lexicales, rares ou non attestées dans les autres langues de la famille. On peut donc s’interroger sur l’origine de ces innovations : hasard, universalité du langage ou contact de langues ? Or de récentes études (Matisoff 1991, Enfield, 2005) ont révélé l’existence d’une aire linguistique ou Sprachbund en Asie du Sud-Est continentale, i.e. une zone géographique dans laquelle des langues de familles linguistiques diverses partagent des traits structurels, généralement acquis par contact. Nous montrerons ainsi que, quoique rarement cité, le birman – langue tonale, à tendance isolante, à morphologie pauvre, sans flexion, faisant usage de classificateurs et très contextuelle – fait bien partie de cette aire linguistique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Le birman, une langue tibéto-birmane (TB)

1Le birman est une langue de la famille sino-tibétaine, de la branche tibéto-birmane. Cette branche de la famille comprend entre 250 à 400 langues selon les sources et fait l’objet d’un consensus parmi les linguistes. De nombreux travaux (cf. Benedict [1942, 1976], Shafer [1955], Burling [1968, 1971], Matisoff [1973, 1986c, 2000, 2001], Bradley (1994, 2003), inter al.) comparant le vocabulaire de ces langues, mais aussi les régularités dans les changements phonétiques d’une langue à l’autre, permettent de reconstruire une langue « mère » ou « proto-langue » tibéto-birmane, comme cela a été fait au xixe siècle pour l’indo-européen.

2Aujourd’hui, même si l’appartenance de certaines langues à l’un ou l’autre des sous-groupes est encore discutée, un réel consensus se dégage sur la structure de cette famille de langues (cf. figure 1).

3Le tableau 1 montre la parenté de ces langues par la comparaison de racines lexicales. Dans la partie (A), le mot signifiant « cochon » est, de façon visible, apparentée dans six langues tibéto-birmanes : voyelle identique, rime (ou finale de la syllabe) similaire, initiale en p ou w selon que les langues sont parlées à l’est (langues de Birmanie) ou à l’ouest de la zone (Tibet, Népal).

4La partie (B) du tableau met en évidence le fait que l’origine commune de plusieurs mots n’est pas systématiquement perceptible. Ce qui permet néanmoins de postuler l’apparentement entre des mots en surface si différents est l’existence de correspondances régulières. On note ainsi que la voyelle [e] du birman correspond de façon systématique :

  • à une voyelle ouverte [ɔ] en lahu, langue de la même branche, parlée de part et d’autres de la frontière thaïlandaise.

  • à une voyelle [i] dans les deux autres langues du tableau, à savoir, le tibétain écrit et le jingpho.

Figure 1 : Les langues de la famille sino-tibétaine (d’après Thurgood 2003)

Figure 1 : Les langues de la famille sino-tibétaine (d’après Thurgood 2003)

Tableau 1 : Vocabulaire tibéto-birman, correspondances (d’après Matisoff 2000)

Tableau 1 : Vocabulaire tibéto-birman, correspondances (d’après Matisoff 2000)

5Outre la présence de nombreux étymons communs, les langues tibéto-birmanes partagent aussi des caractéristiques morphologiques (forme des mots) et syntaxiques (ordre des mots).

  • 1 Voir Gerner (2007) pour un historique des travaux sur les changements phonétiques dans les langues (...)

6Ainsi, elles ont gardé trace, à des degrés divers, d’un ancien préfixe causatif qui se manifeste sous la forme de paires de verbes dont l’un des membres est causatif (ou transitif) et l’autre non-causatif (ou intransitif). Formellement, dans un grand nombre de ces langues, les deux verbes de la paire se distinguent par une différence d’aspiration, voire parfois un changement tonal comme en birman1.

  • 2 D’après Gerner (2007 : 145). La langue yi citée est le Weining Neasu, parlée dans le sud de la Chi (...)

Note 2 sur « Yi »

  • 3 Les langues karen sont parlées dans le sud-est de la Birmanie et en Thaïlande. Elles forment une br (...)

7Concernant l’ordre des mots, les langues tibéto-birmanes sont généralement à verbe final (Dryer 2008 : 11) – à l’exclusion des langues karen et bai3. En d’autres termes, elles suivent prototypiquement l’ordre des mots : sujet-objet-verbe (SOV) à la différence des langues voisines de l’Est comme le mandarin ou le thaï.

Origine des caractéristiques non-spécifiques aux langues tibéto-birmanes

8Cependant, certaines caractéristiques du birman ne sont pas présentes dans les autres langues de la famille, ce qui laisse à penser qu’elles ne sont pas héritées d’une « langue-mère » ou proto-langue commune. Se pose alors la question de l’origine de ces caractéristiques linguistiques : sont-elles (1) le fruit du hasard ? (2) le résultat de tendances universelles ? ou (3) sont-elles apparues à la suite d’un contact avec d’autres langues ?

Similarités accidentelles

9On peut en effet se demander si la présence d’une propriété linguistique singulière apparue isolément, – i. e. n’apparaissant pas dans les langues génétiquement et géographiquement proches – n’est pas accidentelle, un hasard de l’évolution.

10Certains traits linguistiques comme l’existence d’un phonème /p/, l’existence de flexions verbales marquant un accord avec le sujet, la présence d’une catégorie pluriel (Thomason 2000 : 312, Muysken 2008 : 8), sont très largement répandus, sans que l’on puisse postuler une origine commune à leur présence dans de nombreuses langues du monde. D’autres, quoique plus rares et plus spécifiques, sont aussi le résultat d’une similarité accidentelle.

  • 4 L’islandais, langue germanique, est parlé en Islande. L’angami, langue tibéto-birmane (TB), est par (...)

11Ainsi, les consonnes nasales dévoisées (dites « aspirées ») : n [n̥], m [m̥], ny [ɲ̥], ng [ŋ̥] sont relativement rares dans les langues du monde. Ce type de consonne n’est quasiment pas représenté dans le système phonologique des langues tibéto-birmanes. L’apparition en birman de cette caractéristique phonétique non-partagée par les autres langues de la famille est donc une innovation, une évolution singulière, et non un héritage du proto-tibéto-birman. Et si d’autres langues possèdent cette caractéristique, comme l’islandais, l’angami (TB), le mulam (TK), le blang (MK), ou le mo'piu (HM)4, cette similarité est accidentelle, il n’y a pas de source commune à l’apparition de ce trait.

Tendance universelle des langues

  • 5 Il est en effet facile à l’enfant de « voir » quels organes (lèvres) entrent en jeu pour la product (...)

12Dans les langues du monde, les mots pour désigner (ou nommer) le père et la mère contiennent souvent les sons [p], [b], [f] ou [m], i. e. des consonnes (bi)labiales. Cette tendance universelle a une explication physiologique : les consonnes prononcées à l’aide des lèvres (labiales) sont des sons parmi les plus simples à acquérir par l’enfant apprenant5.

13L’étude des tendances universelles est un thème majeur des recherches en linguistique depuis les travaux de Joseph H. Greenberg (1963). De nombreuses études montrent que les langues, quoique différentes en surface, se ressemblent dans leur structure. Ces systèmes linguistiques que constituent les langues répondent à des principes universels. Ils sont sous-tendus par des processus linguistiques identiques liés à la cognition humaine.

14Ce que nous allons maintenant illustrer en nous appuyant sur les travaux de Greenberg (1963) et de Bernd Heine (1993).

15Greenberg, linguiste américain, a longtemps travaillé à l’étude et à la classification des langues africaines, amérindiennes et australiennes. Dans les années 1960, fort de ces connaissances sur des langues très variées, il postule qu’une cinquantaine de principes universels régit les langues. Basant son travail sur un échantillon d’une trentaine de langues très diverses, il propose quarante-cinq universaux du langage, majoritairement dans les domaines de la forme (cf. universal 42, 36) et dans celui de l’ordre des mots (cf. universal 2). La majorité de ces principes universels sont de type implicationnel, i. e. de la forme « Si la langue a la propriété A, alors elle aura la propriété B » (cf. universal 2, 36).

16Aujourd’hui, ces universaux sont considérés comme des tendances plus que comme des principes absolus, certains de ces principes s’étant révélés inexacts suite à la découverte et à l’étude de langues jusque là inconnues. Cependant, le travail de Greenberg (1963) reste très pertinent pour l’étude des langues non-décrites.

17Voici quelques exemples :

  • Universal 2 : In languages with prepositions, the genitive almost always follows the governing noun, while in languages with postpositions it almost always precedes.

  • Universal 36 : If a language has the category of gender, it always has the category of number.

  • Universal 42 : All languages have pronominal categories involving at least three persons.

  • 6 Cf. Heine et al. (1991).
  • 7 Heine liste neuf schémas événementiels à l’origine des grammaticalisations verbales dans les langue (...)

18Intéressé par l’évolution et les changements grammaticaux dans les langues, Heine formula dans les années 1990, une théorie de la grammaticalisation6 traitant d’évolutions linguistiques comme l’émergence des auxiliaires. Il explique ainsi que l’évolution d’un verbe vers un sens grammatical est corrélée à son apparition dans un schéma événementiel particulier7, et ce, indépendamment du type de langue dans laquelle s’effectue la grammaticalisation.

  • 8 Conçu comme un dictionnaire, l’ouvrage de Heine & Kuteva (2002) propose de mettre en relation lexèm (...)

19Ainsi, il est courant que des verbes de mouvements deviennent des auxiliaires temporels ou aspectuels, marquant le futur, le parfait ou l’inchoatif (cf. Heine & Kuteva 20028). En vietnamien par exemple, le verbe signifiant « sortir » est employé comme marqueur d’inchoatif, indiquant l’entrée dans un état ou une action (cf. ex. 2). Le verbe signifiant « aller », sémantiquement peu spécialisé, est lui aussi grammaticalisé dans de très nombreuses langues. Ainsi en français (3a), comme en anglais (3b), le verbe a évolué pour marquer un événement à venir tandis qu'en birman (3d), le verbe /θwa3/ employé avec un autre verbe, peut marquer l’état résultant, un changement d’état acquis. Évolution parallèle en anglais familier, où le verbe « to go » peut aussi marquer un changement d’état, le résultat présent d’une action passée (3c).

20Les invariants interlangues ou universaux du langage, permettent ainsi d’expliquer que des traits similaires se retrouvent dans un grand nombre de langues du monde non-apparentées. Les langues suivent des processus d’évolution grammaticale identiques indépendamment du type de langue ou de leur famille linguistique.

21Dès lors, lorsqu’une caractéristique grammaticale du birman n’apparaît pas dans les autres langues de la famille, la question du caractère universel de celle-ci doit être posée. La présence de cette particularité n’est-elle pas tout simplement le résultat d’une tendance universelle ?

Contact de langues

  • 9 Sur le contact de langues et les changements grammaticaux, cf. Heine & Kuteva (2005). Sur les scéna (...)

22Un troisième cas de figure doit être envisagé lorsque l’on cherche dans une langue, l’origine d’une caractéristique grammaticale qui ne paraît pas provenir d’un fonds commun ou de la proto-langue : le contact de langues. Un contact intense entre locuteurs de langues diverses, peut amener une communauté linguistique à modifier sa langue, en y intégrant des faits linguistiques empruntés à une autre langue, souvent considérée comme plus prestigieuse9.

23On connaît généralement l’influence historique du français sur l’anglais depuis la conquête de l’Angleterre par Guillaume le conquérant au xie siècle, laquelle a donné un important stock de vocabulaire d’origine française à la langue anglaise (cf. exemple [4]).

(4)

Français (franco-normand)

> Anglais

afrayé (fr.nrd) [effrayé]

> afraid

chaise

> chair

gentilhomme

> gentleman

lavandier

> laundry

oistre/uistre [(fr.nrd) huître]

> oyster

esclave

> slave

soudier [(fr.nrd) soldat]

> soldier

chasser (fr.)

> to chase

cachier [(fr.nrd) chasser]

> to catch

24Mais l’emprunt de matériel linguistique s’est aussi fait en sens inverse. Outre les nombreux mots comme walkman, leasing, parking dans le domaine de la vie courante, football, penalty, set dans le domaine sportif, et mail, planning dans le domaine professionnel, le français d'aujourd'hui a aussi fait des emprunts phonologique et syntaxique à la langue anglaise.

  • 10 Cette consonne nasale vélaire [ŋ] de « parking » est à distinguer de celle que l’on trouve dans « v (...)

25Les travaux sur le français contemporain font état d’une évolution récente de notre système consonantique pourtant réputé très stable au fil du temps (en comparaison de notre système vocalique). On note ainsi, entre autres modifications, l’apparition d’un nouveau phonème : la nasale vélaire [ŋ], celle que l’on trouve à la fin de mots comme « parking », « jogging » ou « camping » (cf. Walter 1983)10.

  • 11 Voir cependant Loock (2009).

26Concernant la syntaxe, l’influence est plus récente et peu décrite11. Il est en effet de plus en plus fréquent de trouver en français un nouveau type de syntagme nominal, composé d’une juxtaposition de deux noms, à l’image de ce que l’on trouve en anglais. Ainsi, jusqu’à présent face à des mots anglais comme coffee pot, apple tree ou password, le français offrait des mots composés de la forme <nom+suffixe dérivatif> (i. e. « cafetière », « pommier »), ou <nom +complément prépositionnel> comme dans « mot de passe ». Mais cette structure N+N très répandue en anglais, semble s’immiscer de plus en plus dans la langue française. En témoigne l’apparition d’expressions comme « planète attitude », et autres dérivés sur le même modèle (5).

27Phénomène de mode ou changement durable ? Il est encore trop tôt pour trancher.

(5)

a. « Avoir la “planète attitude”, c’est être conscient que chacun de nos actes exerce un impact plus ou moins fort sur le monde », (http://www.wwf.fr/​).

b. « la bus attitude » (cf. campagne en 2004 de la RATP francilienne pour enjoindre ses usagers à une attitude plus respectueuse).

c. « Salon Football attitude » à Lille (2007).

d. « La zen attitude des paresseuses », titre d’un livre publié chez Marabout en 2007.

e. « Sport attitude, la parfaite attitude dans votre vie », site web dédié au training personnel (http://www.sportattitude.net/​, 2010).

f. « La trash attitude, pour faire parler d’elle », VSD, n°1718 (2010).

Des contacts millénaires : une cause de changement linguistique en birman ?

28Pour en revenir à la question qui nous occupe, à savoir l’origine des caractéristiques du birman non-partagées par les autres langues tibéto-birmanes, la question du contact de langue comme origine de ces changements linguistiques est une question pertinente.

29Peut-on ainsi expliquer l’apparition de certains faits linguistiques particuliers du birman comme le résultat d’emprunts à d’autre idiomes proches géographiquement mais non reliés génétiquement ? Peut-on y voir l’influence manifeste de langues avec lesquelles la langue birmane a eu un contact prolongé et/ou intense ?

30C’est ce dernier point, i. e. le changement linguistique dû au contact entre communautés linguistiques de langues distinctes, que nous développerons dans les sections suivantes.

31Nous montrerons ainsi qu’un grand nombre des caractéristiques linguistiques du birman ne se retrouvent pas dans les autres langues de la famille tibéto-birmane. Nous montrerons qu’elles existent en revanche dans des langues non-apparentées voisines, dont les locuteurs ont été en contact pendant de nombreux siècles avec les locuteurs du birman. Ce qui nous amènera à postuler l’appartenance du birman à l’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale.

Qu’est-ce qu’une aire linguistique ?

  • 12 Le concept de « Sprachbund » est aussi connu sous les termes de « linguistic area » (aire linguisti (...)

32Introduit en linguistique dans les années 1930 par N.S. Trubetzkoy, le concept d’aire linguistique – traduction du terme allemand « Sprachbund12 » –, répondait au besoin de nommer une situation linguistique rencontrée à l’origine dans les Balkans (Sandfeld 1930) et en Inde (Emeneau 1956, Masica 1976, etc.). Dans ces régions, étaient parlées des langues génétiquement proches et des langues de familles linguistiques différentes. Or, en dépit de leur origine divergente, ces langues possédaient des similarités structurelles étonnantes. Certaines semblaient avoir acquis par contact ces caractéristiques linguistiques structurales qu’elles n’avaient pas à l’origine.

33De ce constat de propriétés communes à des langues voisines mais non-apparentées est née la notion d’aire linguistique, que l’on peut définir de la façon suivante :

  • 13 Notre définition est largement inspirée de celles de Thomason (2000) et Aikhenvald & Dixon (2001). (...)

Une aire linguistique est une région géographique contenant un groupe de trois langues minimum partageant un certain nombre de caractéristiques structurelles, que l’on ne retrouve pas dans les autres langues génétiquement affiliées n’appartenant pas à l’aire linguistique. Ces caractéristiques ne doivent donc pas être hérités d’un ancêtre commun, ni le fruit du hasard, mais bien le résultat d’un contact entre ces langues13.

Dans cette définition, trois points importants sont à retenir :

  1. le nombre minimum de trois langues impliquées pour pouvoir parler d’aire linguistique ;

  2. des propriétés linguistiques partagées qui relèvent du domaine structural et pas seulement lexical ;

  3. des caractéristiques qui ne soient pas partagées par le reste de la famille linguistique ET qui soient bien dues au contact (et non des similitudes accidentelles).

Nombre de langues

34La question du nombre de langues en contact impliquées dans une aire linguistique est en effet essentielle pour deux raisons.

  • 14 La diglossie correspond à l’utilisation en alternance, dans une même communauté de locuteurs, de de (...)

35La première est relativement évidente : inclure dans la définition d’aire linguistique les situations où deux langues en contact montrent des similitudes, aurait pour conséquence (1) de considérer la majorité des régions du globe comme des aires linguistiques, (2) réduisant alors considérablement l’utilité du concept, en en faisant un quasi-synonyme de celui de diglossie14.

36Deuxièmement, les situations de contact entre deux ou plusieurs langues ne produisent pas les mêmes interactions et les mêmes schémas de diffusion (Thomason 2000 : 312). Dans le premier cas, la diffusion des traits linguistiques est généralement unidirectionnelle  ; en d’autres termes, une langue A (cible) acquiert des caractéristiques structurelles d’une langue B (source), la langue B étant généralement considérée par l’ensemble de locuteurs des deux langues comme plus prestigieuse. Dans les situations où plusieurs (plus de deux) langues sont en contact, la diffusion des traits linguistiques est multidirectionnelle : toutes les caractéristiques partagées n’ont pas pour origine la même langue. En d’autres termes, une langue A peut être source d’une caractéristique x qu’elle diffusera aux langues B et C, mais elle peut aussi emprunter une caractéristique y à la langue B ou C.

Schéma 1 : Interférence structurelle entre langues en contact : les deux schémas de diffusion

Schéma 1 : Interférence structurelle entre langues en contact : les deux schémas de diffusion

Caractéristiques communes : structurelles et non lexicales

37Le deuxième point de notre définition d’aire linguistique à justifier est celui du caractère structurel des traits partagés par les langues. Structurel s’oppose ici à lexical.

38Comme précédemment, il s’agit d’éviter une définition trop englobante de l’aire linguistique. En effet, à l’heure de la mondialisation, le vocabulaire se répand aussi vite que la technologie, et une grande majorité des langues du monde ont dans leur vocabulaire des mots empruntés à l’anglais comme « coca-cola », « télévision », « email », « i-pod », « démocratie », « plastique », etc. Dès lors, si le partage de vocabulaire était une caractéristique définitoire, la planète entière serait une aire linguistique !

39Quant à la question du nombre de caractéristiques partagées nécessaires pour qu’une région puisse être considérée comme aire linguistique, la question divise les linguistes. Cependant, même si certains comme Masica (1976 : 172) admet le cas limite où une aire est définie par un seul trait commun, la majorité des linguistes s’accordent à considérer qu’il en faut plusieurs sans pour autant en limiter le nombre (Thomason 2000 : 313 ; Campbell 1985, 2006).

Origine des similitudes : hasard, universaux, héritage, contact

40Le dernier point de notre définition est que les traits partagés par les langues de la zone ne sont ni des universaux du langage, ni des similarités accidentelles. Ils ne doivent pas non plus être hérités de la proto-langue. On doit pouvoir montrer que ces traits partagés ont été acquis par contact entre les communautés linguistiques.

41Cependant toutes les situations de contact de langue n’aboutissent pas à l’émergence d’aires linguistiques  ; il est difficile, encore aujourd’hui, de prédire les conditions exactes qui engendrent ce type de situation, étant donné que la composante culturelle, l’attitude des locuteurs face aux emprunts et les changements lexicaux (ou structurels) sont difficilement modélisables.

42Les études actuelles sur les contacts de langues mettent l’accent sur le fait qu’un Sprachbund n’est pas uniquement un phénomène linguistique, mais plutôt un phénomène « historico-culturo-linguistique » (cf. Campbell 1985, 1994, 2006 ; Thomason 2000, 2001 ; Muysken 2000 ; Aikhenvald & Dixon 2006 inter al.). En effet, une situation de bilinguisme n’est pas suffisante à l’émergence d’une aire linguistique. Les communautés linguistiques impliquées dans l’aire linguistique partagent généralement une culture, des traditions ; elles ont une histoire commune ou pratiquent des échanges commerciaux, sociaux. La géographie de la région aussi a son importance : en facilitant ou non les échanges entre locuteurs de langues différentes, elle peut permettre ou ralentir la diffusion de certains traits linguistiques.

  • 15 Muysken (2008 : 8) note que la durée des contacts n’est pas une composante nécessaire dans le cas d (...)
  • 16 Sur les pré-requis à l’émergence d’une aire linguistique, voir Thomason (2000 : 316) et Dalh (2001)

43En résumé, des contacts intenses, le plus souvent durables15, entre communautés linguistiques de la région, sont un pré-requis à l’émergence d’une aire linguistique16.

[Linguistic areas] arise in any of several ways – through social networks established by such interactions as trade and exogamy, through the shift by indigenous peoples in a region to the language(s) of invaders, through repeated instances of movement by small groups to different places within the area. (Thomason 2001 : 104.)

En résumé

44Nous avons ainsi vu que pour établir l’existence de changements dus au contact, voire l’existence d’une aire linguistique, la meilleure approche est de commencer par vérifier l’intensité des contacts entre communautés linguistiques. Ensuite, il convient de lister les propriétés linguistiques communes aux langues suspectées d’appartenir à l’aire, en gardant à l’esprit que les frontières d’une aire linguistique ne sont jamais clairement définies, et qu’une caractéristique n’est pas obligatoirement partagée par l’ensemble des langues de la zone. Qu’en est-il de l’existence d’une aire linguistique en Asie du Sud-Est et de l’appartenance du birman à cette aire ?

Appartenance du birman à une aire linguistique Asie du Sud-Est continentale (ASEC)

45Dans cette section, nous montrerons qu’un grand nombre des caractéristiques linguistiques du birman ne se retrouvent pas dans les autres langues de la famille tibéto-birmane. Elles existent en revanche dans des langues non-apparentées, dont les locuteurs ont été en contact pendant de nombreux siècles avec les locuteurs du birman. Notre approche s’inscrit dans la continuité des travaux d’auteurs comme Matisoff (1986b, 1991), Bisang (1996), Clark (1989), Enfield (2005), Pain (2007) inter al., qui tendent à montrer qu’un contact intense et durable (socio-culturel et commercial) entre les différentes communautés linguistiques d’Asie du Sud-Est (birmane, thaïe, môn, vietnamienne, cambodgienne, hmong, etc.) a amené les langues à converger.

À propos de l’Asie du Sud-Est

  • 17 Le terme Asie du Sud-Est ne recouvrait pas à l’origine l’ensemble de Sud-Est asiatique. Mais, après (...)

46Géographiquement, l’Asie du Sud-Est17 (ASE) s’étend de la Birmanie (à l’ouest) au Viêt Nam, en passant par la Thaïlande, le Laos et le Cambodge, les provinces méridionales de la Chine et le nord de la Malaisie pour sa partie continentale, celle qui nous intéresse ici. Pour sa partie insulaire, elle s’étend jusqu’aux Philippines, englobant l’Indonésie et ses milliers d’îles.

  • 18 Les termes de « indosphere » et « sinosphere » sont employés par Matisoff (1990 : 113) pour parler (...)
  • 19 La famille de langues hmong-mien est aussi connue sous les termes de miao-yao. Le premier terme est (...)

47Longtemps définie « négativement » comme la zone comprise entre les deux grandes puissances de la région (De Koninck 1994, Mus 1977), à savoir l’Inde et la Chine, l’Asie du Sud-Est est située à l’intersection de ces deux zones culturelles importantes18 ; elle est le résultat de 2000 ans de contacts étroits entre locuteurs de langues très diverses et non-apparentées. Cinq familles linguistiques sont en effet représentées dans la région : famille austroasiatique (branche mon-khmer), famille tai-kadai, famille hmong-mien19, famille sino-tibétaine, et famille austronésienne (langues Chamic parlées sur la péninsule indochinoise et malais) (cf. carte 1).

48Ces langues d’Asie du Sud-Est, quoique non-apparentées, partagent pourtant un certain nombre de caractéristiques structurelles dans tous les domaines de la linguistique : phonologique, morphosyntaxique, lexical, pragmatique.

49Contacts intenses et durables entre locuteurs de langues non génétiquement reliées, caractéristiques linguistiques partagées, les ingrédients sont là pour postuler l’existence d’une aire linguistique dans cette région.

Carte 1 : Familles linguistiques en Asie du Sud-Est

Carte 1 : Familles linguistiques en Asie du Sud-Est

©Lacito, CNRS

L’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale (ASEC)

  • 20 L’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale est appelée Mainland Southeast Asia dans les trava (...)

50L’existence d’une aire linguistique dans cette région du monde est documentée depuis peu, une vingtaine d’années tout au plus (cf. Matisoff 1986b, 1991, Bisang 1996, Clark 1989), même si des travaux plus anciens (Henderson 1965) faisaient déjà état de ressemblances troublantes entre langues non-apparentées. Jusque récemment (Heine & Kuteva 2005 ; Aikhenvald & Dixon 2006 ; Bisang 2006, 2008), cette région du monde n’apparaissait pas dans les ouvrages généraux sur les phénomènes de contacts de langues. Les premiers, à notre connaissance, à faire explicitement référence à une aire linguistique ASEC20 sont Miglizzia (1996), Matisoff (2001), et Enfield (2005). Leurs travaux font état de ressemblances dépassant le domaine lexical et concernant tous les domaines de la langue.

51Dans les sections suivantes, nous nous attacherons à montrer que les caractéristiques structurelles partagées sont effectivement nombreuses et variées, et qu’elles existent en birman.

Caractéristiques partagées phonologiques

52Dans le domaine phonologique, nous noterons que les caractéristiques suivantes, partagées par les langues de la zone (voir Matisoff 2001 : 30 ; Enfield 2005 : 186-87), apparaissent aussi en birman :

  1. un système vocalique riche ;

  2. des phénomènes suprasegmentaux (tons ou registres) ;

    • 21 Pour expliquer les phénomènes de voisement et d’aspiration fluctuants dans l’histoire des langues t (...)

    la présence d’une consonne glottale, l’aspiration comme critère distinctif, et l’existence non-phonémique du voisement21 ;

  3. un emploi limité des consonnes à la finale en comparaison du paradigme des consonnes à l’initiale ;

  4. une relative simplicité de la syllabe contrebalancée par une grande richesse de contrastes tonals.

Riche système vocalique

53Les langues de la région sont souvent caractérisées par un système vocalique conséquent : au minimum neuf voyelles et quatre degrés d’aperture, et un certain nombre de voyelles complexes (diphtongues, triphtongues).

  • 22 Notre intention étant de montrer la différence en termes de degré d’aperture, notre tableau ne prés (...)

54Le tableau 2 présente les systèmes vocaliques simples22 de quatre langues d’Asie du Sud-Est. Les deux premières sont des langues reconnues de l’aire linguistique ASEC, les deux suivantes sont des langues tibéto-birmanes parlées en Birmanie : le birman et l’arakanais, « dialecte » birman parlé à l’ouest de la Birmanie à la frontière avec le Bengladesh et considéré comme archaïque. Plus proche géographiquement des langues de la péninsule indochinoise que l’arakanais, le birman l’est aussi au regard de son système vocalique. Il possède plus de voyelles que l’arakanais.

Tableau 2 : voyelles simples de quatre langues d’Asie du Sud-Est

  • 23 D’après Ratree Wayland (1996).
  • 24 D’après Mark Alves (1995), Enfield (2005). En vietnamien et dans les langues tai, certaines voyelle (...)

Lao

(Lg Tai-Kadai)23

Vietnamien

(Lg Mon-Khmer)24

Birman

(Lg TB)

Arakanais

(Lg TB ouest de la zone ASEC)

i

ɨ

u

i

ɯ

u

i

u

i

u

e

ə

o

e

ə

o

e

ə

o

e

ə

o

ɛ

ɔ

ɛ

ɔ

ɛ

ɔ

a

a

a

a

(ai)

55Notons encore que la majorité des langues tibéto-birmanes parlées à l’ouest de la Birmanie ont moins de voyelles et généralement trois degrés d’aperture seulement dans leur système vocalique (voir le tableau 3).

Tableau 3 : nombre de voyelles simples dans sept langues tibéto-birmanes

  • 25 Si on exclut les dialectes du Kham parlés à la frontière de l’aire Asie du Sud-Est (sud de la Chine (...)
  • 26 D’après Tournadre & Dordje (2002 : 23).

Langues lolo-birmanes (aire ASEC)

Autres langues tibéto-birmanes :

(à extérieur de l’aire ASEC)

Langues tibétiques25

Birman : 8 voyelles

Tibétain de Lhassa : 8 voyelles26 Meithei : 6 voyelles
(3 degrés d’aperture)

Lahu : 9 voyelles

Sherpa : 7 voyelles

Tshangla : 5 voyelles

Balti : 5 voyelles

Phénomène suprasegmental : tons ou registre

56La deuxième caractéristique phonologique partagée que nous détaillerons ici, est l’existence de phénomènes suprasegmentaux dans les langues de la zone ASEC. En d’autres termes, ces langues sont :

  • soit des langues tonales comme le thaï, le lao, ou certaines langues hmong ;

  • soit des langues à registre, comme le khmer et le môn ;

    • 27 Dans une langue à système mixte, les tons sont définis selon leur contour mélodique, leur longueur, (...)

    soit des langues avec un système suprasegmental mixte comme le vietnamien27.

  • 28 Matisoff (2003 : 18) : « In the SE Asian linguistic area there is also a profound interrelationshi (...)

57Les études historiques sur ces langues montrent que l’émergence de tons ou de registres dans les langues de la zone, est à mettre en relation avec l’évolution de leur structure syllabique : perte de consonnes finales, disparition de préfixes, voisement de la consonne initiale, etc. (Matisoff, 2001 : 304, 2003 : 15 sq.)28.

58Langue d’Asie du Sud-Est, le birman est sans conteste une langue à phénomène suprasegmental. Son système tonal, à quatre tons distinctifs, est parfois décrit comme mixte, plusieurs paramètres entrant en jeu dans la description de ses tons : contour mélodie, longueur vocalique, mais aussi phonation (cf. tableau 4).

Tableau 4 : les tons du birman d’après Bradley (1980  : 260)

  • 29 Cf. Bernot (1980).
  • 30 D’après Matisoff (2003 : xl).

Dénomination traditionnelle

Contour mélodique

Longueur

Phonation

N° de ton (tradition française29)

Correspondance avec les tons établis pour le proto-
lolo-birman
30

« creaky »

haut

court

voix craquée (creaky)

Ton 1

PLB Ton *3

« even »

haut-descendant

long

voix claire (clear)

Ton 3

PLB Ton *2

« heavy »

bas (ou médian)

long (le plus long)

voix légèrement soufflée (breathy)

Ton 2

PLB Ton *1

« killed » (voyelle +  occlusion glottale)

très haut

très court

normal

Ton glottal

59Le but de cet article étant de montrer que le birman possède des traits spécifiques acquis par contact et non hérités, nous allons nous pencher maintenant sur la présence de phénomènes suprasegmentaux dans les autres langues de la famille.

60Notons tout d’abord que les systèmes tonals ou à registre ne sont pas très fréquents dans les langues tibéto-birmanes (TB). Les langues TB possédant un système de tons phonologiques développé sont parlées dans les zones frontalières de la Thaïlande, de la Chine et du Laos, et correspondent grossièrement aux langues de la branche lolo-birmane.

  • 31 La ligne de démarcation entre langues TB à tons et langues TB sans ton passe par le Népal, qui poss (...)

61En outre, comme nous l’avons déjà signalé pour les systèmes vocaliques, plus on s’éloigne de la péninsule indochinoise, plus les systèmes tonals se simplifient pour aller jusque la disparition totale. Ainsi le tibétain central n’a plus que deux tons, le tamang, langue du Népal, a des tons de mots (Mazaudon 1973), tandis que les dialectes tibétains du nord de l’Inde et de la Chine (cf. dialectes de l’Amdo) ou du Pakistan (cf. Lg balti) n’ont pas de tons du tout, et ont gardé une structure syllabique complexe31.

Caractéristiques morpho-syntaxiques

62Les langues de cette région sont typiquement des langues isolantes ou analytiques (sans flexion) ; elles ont tendance à être monosyllabiques (cf. Matisoff 1986b : 75, 2001 : 304), à utiliser davantage la composition que la dérivation pour la création de mots nouveaux. Elles possèdent également toutes des classificateurs, et ont généralement subi des évolutions grammaticales similaires. Qu’en est-il du birman ?

Langue isolante à tendance monosyllabique

  • 32 Haspelmath (2002 : 8) : « Linguists sometimes use the term analytic or synthetic to describe the d (...)

63Quoique la nature non-flexionnelle du birman soit communément acceptée par l’ensemble des chercheurs, son caractère isolant ou analytique est sujet à controverse (cf. DeLancey, 1990 : 78). Pourtant, les mots en birman sont souvent constitués d’un seul morphème – ce qui n’empêche pas l’émergence des formes plus complexes via la composition et la lexicalisation. Ces mots sont généralement invariables (pas de flexion), et la correspondance un-à-un entre mots et morphèmes est élévée : des caractéristiques typiques de langues analytiques (cf. Haspelmath 2002 : 832).

  • 33 Cette évolution de la structure syllabique et morphémique est concomitante à l’émergence ou à la mo (...)

64Le caractère monosyllabique du birman peut sembler discutable. Car dans cette langue (7) comme dans de nombreuses langues de la région (8 et 9), on note la présence de disyllabes particuliers comportant une première syllabe mineure atonale et sans qualité vocalique très nette (schwa)33.

Langue à classificateurs

65Le deuxième fait marquant de la morphosyntaxe des langues de l’aire Asie du Sud-Est continentale est l’utilisation obligatoire d’un mot classifiant ou classificateur soit dans les processus d’individualisation des noms, c’est-à-dire dans des constructions impliquant la numération, la quantification, soit pour certaines modifications nominales (génitif, possession, définitude, deixis).

66Les langues de la région se divisent alors en deux groupes selon la structure du syntagme nominal contenant le classificateur (Bartz & Diller 1985, Simpson 2005).

  • 34 Certaines langues permettent des variations dans l’ordre des éléments du syntagme nominal pour des (...)

67Dans les langues du nord (nord-est) comme le vietnamien, le hmong (ou le chinois mandarin), le nom déterminé pour une quantité, suit le numéral et le classificateur. En revanche, dans les langues parlées plus au sud (sud-est) comme le khmer ou le thaï, le nom-tête précède le groupe composé du numéral et du classificateur34.

68En birman, comme dans les autres langues de la zone sud, le nom est préposé au groupe composé du numéral et du classificateur.

Tableau 5 : l’ordre des éléments dans le syntagme nominal (SN) avec classificateurs dans les langues d’Asie (d’après Bartz & Diller 1985)

Famille

[num-CLF] N

N [num-CLF]

Sino-tibétaine

chinois (mandarin)

birman, lahu, lisu, lolo (TB), sgaw karen

Austronésienne

malais, indonésien, cham

javanais

Austroasiatique (Mon-Khmer)

brau, katu, sedang, vietnamien, hmong vert

môn, khmer, khmu

Tai-kadai

zhuang, nung, tai noir, tai blanc

thaï standard, lao, shan

Zone nord/nord-est

Zone sud/sud-ouest

69Les systèmes à classificateurs sont rares dans les langues tibéto-birmanes parlées en dehors de l’Asie du Sud-Est. Exception faite de quelques langues tibéto-birmanes de Birmanie (i. e. hakka-lai, karen) et des langues de la branche lolo-birmane en contact avec des langues de la péninsule Indochinoise, peu de langues utilisent des classificateurs. À notre connaissance, ces derniers sont présents seulement en newari, en chantyal où le système a été emprunté au népali (Nooman, 2003 : 319), dans quelques langues bodo-garo et dans une demi-douzaine de langues kiranti (Kazuyuki 2009).

La grammaticalisation du morphème « obtenir » (get, acquire)

70Matisoff (1991) est le premier, à notre connaissance, à signaler l’existence d’une grammaticalisation parallèle dans un certain nombre de langues du sud-est asiatique, à savoir la grammaticalisation d’un morphème verbal signifiant à l’origine « obtenir ».

71En birman, le morphème ရ /ya1/ est un verbe signifiant « obtenir, avoir, recevoir » (cf. exemple [13]).

72Ce verbe, comme de nombreux verbes du birman, a évolué vers un sens grammatical que l’on rencontre lorsque ရ /ya1 / apparaît dans une série verbale. Il véhicule alors une modalité, qu’il s’agisse comme en (14) d’une obligation due à des circonstances extérieures (modalité déontique), ou d’une possibilité ou permission comme en (15).

73Un examen rapide des données des langues voisines (apparentées ou non), montre que ce morphème ရ /ya1/ a des correspondants formels et notionnels dans ces langues. En d’autres termes, on rencontre dans la région :

  • des formes étymologiquement reliées (généralement dans des langues de la même famille) qui ont subi le même processus de grammaticalisation ;

  • des formes différentes (non-étymologiquement reliées) de sens identique (« obtenir ») ayant subi le même processus de grammaticalisation.

74Les trois énoncés lahu de l’exemple (16) contiennent chacun une occurrence de/g̈a/, morphème apparenté au birman /ya1/. En (a), il s’agit du verbe plein. Dans les deux énoncés suivants en revanche, /g̈a/ a été grammaticalisé et fonctionne comme un auxiliaire, véhiculant respectivement une modalité déontique en (b), ou une possibilité (en c).

75Un développement grammatical similaire peut être observé en hmong. Le verbe /tau/ signifie « obtenir » (17a). Employé comme auxiliaire post-verbal, il indique la possibilité ou la permission (17b).

76Enfield (2001, 2003) et Auwera et al. (2009) montrent que cette évolution du verbe signifiant « obtenir » se trouve dans des langues des cinq familles linguistiques de la région. Or l’existence de ces processus de grammaticalisation dans des langues non-apparentées permet de rejeter la thèse d’une origine commune (héritée) de cette caractéristique. En outre, la contiguïté géographique de ces langues milite en faveur d’une évolution parallèle due au contact de langues. Heine et al. (1991), Ansaldo (2004), Heine & Kuteva (2005) et Myusken (2008) (inter al.) notent que l’emprunt d’une fonction (grammaticale) sans la forme est un processus récurrent dans les langues.

Caractéristiques partagées au niveau de la phrase

77Considérons maintenant la structure générale des phrases dans les langues du Sud-Est asiatique.

  1. Généralement à verbe médian, les langues de la zone montrent cependant une certaine inconsistance dans l’ordre des éléments modifieurs et des éléments-têtes (cf. Alves 1995).

  2. Elles ont aussi une tendance à l’indétermination (Bisang 1996), et plus exactement à la dépendance contextuelle (Enfield 2003 : 55). Cette indétermination peut se traduire par une absence de marques temporelles ou une absence de formes linguistiques marquant une référence nominale lorsque le thème (topique) d’un discours est maintenu. En d’autres termes, les arguments du verbe (sujet ou objet) sont souvent omis, dans leur forme pleine mais aussi sous forme pronominale.

  3. Enfin, elles font un usage extensif des constructions verbales en série (CVS).

Langues contextuellement dépendantes

78Dans la majorité de ces langues, et contrairement à ce que l’on trouve en français ou en anglais, l’ancrage temporel d’une proposition ne nécessite la présence d’aucun morphème grammatical spécifique et obligatoire. La temporalité de l’événement est généralement dérivée du contexte situationnel comme dans les exemples lao (18) et birman (19).

79De même, les systèmes couramment employés pour marquer la continuité référencielle dans les langues, comme les systèmes pronominaux, les indices personnels, sont singulièrement absents dans ces langues.

80Ainsi dans l’exemple birman (20)a, le topique ou thème de la phrase – qui peut être défini comme le référent à propos duquel on a une information nouvelle à communiquer – est présent sous la forme d’un syntagme nominal « les femmes birmanes ».

81Dans la suite du monologue (énoncés b, b’, c), ce syntagme est absent et n’est repris ni anaphoriquement par un pronom, ni par un indice nominal sur le verbe. Seul le contexte permet de reconstruire « les femmes birmanes » comme sujet des différents procès exprimés. La continuité topicale, i. e. le fait que le thème du discours est le même d’une phrase à l’autre, est sans conteste une donnée dont il faut tenir compte dans l’analyse grammaticale des langues de cette région, et du birman en particulier.

Les séries verbales ou CVS

82La deuxième caractéristique des langues d’ASEC que nous présenterons dans cette section sur la structure des phrases, est la présence de nombreuses séries verbales ou constructions verbales en série (CVS).

83De quoi s’agit-il ? De la possibilité d’avoir plusieurs verbes les uns à la suite des autres, sans conjonction ni coordination, sans aucun élément relateur.

84Le syntagme verbal est alors constitué de plusieurs verbes qui syntaxiquement fonctionnent comme un tout (une seule proposition). Sémantiquement, la série de verbes renvoie à un événement unique du point de vue des locuteurs, ce qui n’empêche pas la décomposition de l’événement en plusieurs sous-parties. (cf. Bisang 1991, 1996, Vittrant 2006, Diller 2006, inter al.).

85Cette construction verbale particulière est courante dans les langues de la région (21) et bien présente en birman (22).

86Notons que les constructions verbales en série (CVS) se rencontrent dans d’autres langues tibéto-birmanes. Courantes en karen (23) – langue parlée à la frontière avec la Thaïlande –, elles sont nettement plus rares en tibétain où l’on rencontre un autre type de prédicat complexe. Ainsi dans l’exemple tibétain (24), la présence du connecteur byas entre les verbes « mordre » et « tuer » implique la présence de deux propositions. Le caractère facultatif de byas en (b), permet d’assimiler le groupe verbal à une CSV : les deux verbes font en effet partie de la même proposition.

Autres caractéristiques

87La liste des caractéristiques linguistiques partagées par les langues du Sud-Est asiatique est loin d’être close. Nous pouvons encore citer :

  1. les systèmes pronominaux qui encodent la politesse de façon complexe, surtout dans les langues des ethnies dominantes qui sont à tradition littéraire, comme le birman, le lao, le thaï, le vietnamien, le khmer (cf. tableau 6) ;

  2. les particules de fin de phrase dont la fonction est d’exprimer un type d’émotion ;

l’usage d’expressions idiomatiques, i. e. « idéophone » ou « psycho-collocations » (cf. exemples [25] à [28]) ;

88Le tableau 6 ci-dessous présente le système pronominal du birman  ; trois niveaux de politesse y sont encodés pour les personnes du discours (1e et 2e).

Tableau 6 : le système pronominal du birman et ses niveaux de langue

Tableau 6 : le système pronominal du birman et ses niveaux de langue
  • 35 Cette marque de pluriel collectif peut aussi signifier un « je » pour une femme parlant, et il est (...)

Note 35

  • 36 Matisoff (1986 : 8) : « Many languages of East and Southeast Asia tend to treat the semantic area (...)

89Deux types d’expression idiomatiques sont d’un usage courant dans les langues de l’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale : les idéophones et les psycho-collocations. Les premiers sont généralement composés de quatre syllabes dont l’une au moins est rédupliquée (partiellement ou totalement) ; ils ont une fonction de modifieur adverbial comme en (25)-(26) (voir également Watson 2001). Les seconds, i. e. psycho-collocations, sont des expressions polymorphémiques qui renvoient à un état, une qualité, un sentiment, et dont l’un des constituant est le nom d’une partie du corps, généralement un organe, considérée comme le centre des émotions (cœur, foie, esprit, etc.) (Matisoff 1986a : 936). Ils sont illustrés par les exemples en (28).

Conclusion

90Dans cet article, nous avons souhaité montrer l’appartenance du birman à l’aire linguistique Asie du Sud-Est. Dans un premier temps, nous avons présenté les caractéristiques linguistiques partagées par les langues de cette aire, en mettant l’accent sur la diversité de ces caractéristiques : traits phonétiques (système vocalique, tons, etc.), mais aussi traits grammaticaux (classificateurs numéraux, grammaticalisation du verbe « obtenir », expressions idiomatiques élaborées, etc.). Nous avons ainsi pu noter que la quasi-totalité des traits partagés par les langues de la zone, se retrouvait en birman – ce qui milite pour l’appartenance de cette langue à l’aire linguistique Asie du Sud-Est. En outre, les caractéristiques relevées n’existent bien souvent pas dans les langues tibéto-birmanes parlées à l’extérieur de la zone. En d’autres termes, on peut postuler que ces traits ne sont pas hérités de la proto-langue, mais ont été empruntés lors des nombreux contacts établis entre communautés du Sud-Est asiatique.

91On notera cependant que la distribution des trais communs aux langues de l’aire n’est pas uniforme. Toutes les langues de la zone ne possèdent pas l’ensemble des caractéristiques relevées, comme fréquemment dans les situations d’aire linguistique. Chaque trait partagé peut en effet avoir une langue source différente, et les schémas de diffusion ne seront alors pas identiques. Il en résulte une grande variation quant au nombre et au degré de partage des traits par les langues de l’aire linguistique.

92Aujourd’hui, l’existence d’une aire linguistique Asie du Sud-Est (continentale) ne peut être contestée, étant donné le nombre important des caractéristiques linguistiques variées qui sont partagées par les langues de la région.

93Quant au birman, caractérisé par des divergences par rapport aux langues tibéto-birmanes, et des convergences vers les langues voisines, il a sa place dans l’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale.

Abréviations

94ASS : assertion du locuteur ; AUX : auxiliaire ; CLF : classificateur ; const : modalité constative ; CONV : converb (conjonction), CVS : Construction verbale en série ; DEM : démonstratif ; ERG : cas ergatif ; F.P. : femme parlant ; GEN : génitif ; H.P. : homme parlant ; INCHOAT : aspect inchoatif ; IR : modalité irréalis ; LOC : locatif ; NEG : négation ; OBJ : objet ; perf. : aspect parfait (perfect) ; PLUR : pluriel ; POL : politesse ; POSS : possibilité ; PVF : particule verbale finale ; PV : particule verbale ; PTCL : particule ; R : modalité réalis ; résult : aspect résultatif ; SG : singulier ; TOP : topic.

Haut de page

Bibliographie

Aikhenvald, A.Y. & R.M.W. Dixon (éds), 2001, Areal Diffusion and Genetic Inheritance : Problems in Comparative Linguistics, Oxford : Oxford University Press.

Aikhenvald, A.Y. & R.M.W. Dixon (éds), 2006, Grammars in Contact : A Cross-linguistic Typology , Oxford : Oxford University Press.

Alves, Mark, 1995, « The Vietnamese linguistic belt buckle : An example of sprachbund in Southeast Asia », in Linguistics and Language Teaching : Proceedings, Cynthia Reves, Caroline Steel & Cathy S.P. Wong (éds), University of Hawai at Manoa, p. 21-42.

Ansaldo, Umberto, 2004, « Contact, typology and the speaker : The essentials of language. Review article of Enfield, N.J., 2003, Linguistic epidemiology. Semantics and grammar of language contact in mainland Southeast Asia, Routledge, Language Sciences, 26, 5 : 485-494.

Auwera, Johan (van der), Petar Kehayov & Alice Vittrant, 2009, « Acquisitive modals », in Cross-linguistic Studies of Tense, Aspect, and Modality, Lotte Hogeweg, Helen De Hoop & Andrej Malchukov (éds), Amsterdam : Benjamins, p. 271-302.

Barz, R.K. & Antony Diller, 1985, « Classifiers and standardization : Some South and South-East Asian comparisons », in Papers in Southeast Asian Linguistics, D. Bradley (éd.), vol. 9, Pacific Linguistics, the Australian National University, p. 155-184.

Benedict, Paul, 1942, « Thai, Kadai, and Indonesian : a new alignment in Southeastern Asia », American Anthropologist, 44 : 576-601.

Benedict, Paul, 1976, « Sino-Tibetan : another look », Journal of the American Oriental Society, 96, 2 : 167-97.

Bernot, Denise, 1980, Le Prédicat en birman parlé, Paris : SELAF.

Bisang, Walter, 1991, « Verb serialization, grammaticalization and attractor positions in Chinese, Hmong, Vietnamese, Thai and Khmer », in Partizipations- Das spracliche Erfassen von sachverhatten, Hansjakob Seiler & Premper Walfried (éds), Tübigen : Nam. Publ., p. 509-562.

Bisang, Walter, 1996, « Areal typology and grammaticalization : Processes of grammaticalization based on nouns and verbs in East and mainland South East Asian languages », Studies in Language, 20, 3 : 517-597.

Bisang, Walter, 2006, « Contact-induced convergence : Typology and areality », in Encyclopedia of Language and Linguistics, Keith Brown (éd.), volume 3, Oxford : Elsevier, p. 88-101.

Bisang, Walter, 2008, « Grammaticalization and the areal factor – the perspective of East and Mainland Southeast Asian languages », in Proceedings of New Reflections on Grammaticalization, 3, M.J. Lopez–Couso & E. Soane (éds), Amsterdam & Philadelphia : John Benjamins, p. 15-35.

Blanchet, Philippe, 2000, La Linguistique de terrain. Méthode et théorie. Une approche ethno-sociolinguistique, Rennes : PUR.

Bradley, David, 1980, « Phonological convergence between languages in contact : Mon-Khmer structural borrowing in Burmese », Proceedings of the Sixth Annual Meeting of Berkeley Linguistic Society, 6 : 259-267.

Bradley, David, 1994 « The subgrouping of proto-tibeto-burman », Curent Issues in Sino-Tibetan Linguistics, Osaka, The Organizing Committee 26th International Conference on Sino-Tibetan Languages and Linguistics.

Bradley, David, 2003, « Lisu », in The Sino-Tibetan Languages, Graham Thurgood & Randy J. Lapolla (éds), Londres : Routledge, p. 222-235.

Burling, Robert, 1968, « Proto-Lolo-Burmese », numéro spécial de l’International Journal of American Linguistics, 33, 2, 2e part., The Hague : Mouton and Co.

Burling, Robert, 1971, « The historical place of Jinghpaw within Tibeto-Burman », Occasional Papers of the Wolfenden Society on TB Linguistics, 2 :1-54.

Campbell, Lyle, 1985, « Areal linguistics and its implications for historical linguistic theory », in Proceedings of the Sixth International Conference of Historical Linguistics, Jacek Fisiak (éd.), Amsterdam : John Benjamins, p. 25-56.

Campbell, Lyle, 1994, « Grammar : Typological and areal issues », in Encyclopedia of language and linguistics, R.E. Asher & J.M.Y. Simpson (éds), vol. 3, Londres : Pergamon Press, p. 1471-1474.

Campbell, Lyle, 2006, « Areal linguistics : A closer scrutiny », in Linguistic Areas : Convergence in Historical and Typological Perspective, Matras Yaron, McMahon April M. S. & Nigel Vincent (éds), New York : Palgrave Macmillan.

Clark, Marybeth, 1989, « Hmong and areal South-East Asia », in Papers in Southeast Asian Linguistics, Southeast Asian Syntax, 11, D. Bradley (éd.), Pacific Linguistics, the Australian National University, p. 175-230.

Dahl, Östen, 2001, « Principles of areal typology », in Language typology and language universals : an international handbook, Martin Haspelmath, Ekkehard König, Wulf Oesterreicher & Wolfgang Raible, vol. 2, Berlin : Mouton de Gruyter, p. 1456-1470.

De koninck, Rodolphe, 1994, L’ Asie du Sud-Est, Paris : Masson, coll. « géographie ».

DeLANCEY, Scott, 1990, « Sino-Tibetan languages », in The Major Languages of East and Southeast Asia, Bernard Comrie, Londres : Routledge, p. 69-82.

DeLANCEY, Scott, 1991, « The origins of verb serialization in Modern Tibetan », Studies in Language, 15 : 1-23.

Diller, A.V.N., 2006, « Thai serial verbs : Cohesion and culture », in Serial Verb Construction. A Cross-linguistic Typology, Alexandra Y. Aikhenvald & R.M.W. Dixon (éds), New York : Oxford University Press, p. 160-175.

Dryer, Matthew S., 2008, « Word Order in Tibeto-Burman languages », Linguistics of Tibeto-Burman Area, 31, 1 : 1-83.

Emeneau, Murray B, 1956, « India as a linguistic area », Language, 32 : 3-16.

Enfield, Nick J., 2001, « On genetic and areal linguistics in Mainland South-East Asian : Parallel polyfunctionality of “acquire” », in Areal Diffusion and Genetic Inheritance : Problems in Comparative Linguistics, Alexandra Y. Aikhenvald & R.M.W. Dixon (éds), Oxford : Oxford University Press, p. 255-290.

Enfield, Nick J., 2003, Linguistic Epidemiology : Semantics and Grammar of Language Contact in Mainland southeast Asia, Londres : Routledge.

Enfield, Nick J., 2005, « Areal linguistics and Mainland Southeast Asia », Annual Review Anthropology, 34 : 181-206.

Gerner, Matthias, 2007, « The lexicalization of causative verbs in the Yi groupe », Folia Linguistica Historica, 28, 1-2 : 145-185.

Greenberg, Joseph H., 1966 [1963], « Some universals of grammar with particular reference to the order of meaningful elements », in Universals of grammar, Joseph H. Greenberg (éd.), 2e édition, Cambridge, Mass : MIT Press, p. 73-113.

Haspelmath, Martin, 2002, Understanding Morphology, Londres : Arnold.

Heine, Bernd, 1993, Auxiliaries : Cognitive Forces and Grammaticalization, New York : Oxford University Press.

Heine, Bernd, Ulrike Claudi & Friederike Hünnemeyer, 1991, Grammaticalization : A Conceptual Framework, Chicago : University of Chicago Press.

Heine, Bernd & Tania Kuteva, 2002, Word Lexicon of Grammaticalization, Cambridge : Cambridge University Press.

Heine, Bernd, 2005, Language Contact and Grammatical Change, Cambridge : Cambridge University Press.

Henderson, Eugénie J. A., 1965, « The topography of certain phonetic and morphological characteristics of South East Asian language », Lingua, 15 : 400-434.

Huffman, Franklin E., 1967, « An outline of Cambodian grammar », doctorat en philosophie, Cornell University.

Jaisser, Annie 1990 , « DeLIVERing an introduction to psycho-collocations with SIAB in Hmong », Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 13, 1 : 159-178.

Kazuyuki, Kiryu, 2009, « On the rise of the classifier system in Newar », Senri Ethnological studies, 75 : 51-69.

Loock, Rudy, 2009. « L’“antéposition attitude” ou comment enseigner ce qui sera peut-être un jour grammatical », actes du colloque « Quel français enseigner ? La question de la norme dans l’enseignement/apprentissage », École Polytechnique, Paris : 311-320.

Masica, Colin P., 1976, Defining a Linguistic Area : South Asia, Chicago : University of Chicago Press.

Matisoff, James A., 1973. « Tonogenesis in Southeast Asia », in Consonant Types and Tone, L. M. Hyman (éd.), p. 71-95.

Matisoff, James A., 1986a, « Hearts and minds in South-East Asian languages and English : An essay in the comparative lexical semantics of psycho-collocation », Cahiers de Linguistique d’Asie Orientale, XV, 1 : 5-57.

Matisoff, James A., 1986b, « Linguistic diversity and language contact », in Highlanders of Thailand, John McKinnon & Wanat Bhruksasri (éds), Singapore : Oxford University Press, p.56-86.

Matisoff, James A., 1986c, « The languages and dialects of Tibeto-Burman : an alphabetic/genetic listing, with some prefatory remarks on ethnonymic and glossonymic complications », in Contributions to Sino-Tibetan Studies, J. McCoy & T. Light (éds), Leiden : E. J. Brill, p. 3-75.

Matisoff, James A., 1990, « On megalocomparison », Language, 66, 1 : 106-120.

Matisoff, James A., 1991, « Areal and universal dimensions of grammatization in Lahu », in Approaches to Grammaticalization : Focus on Theorical and Methodological Issues, Elizabeth Closs Traugott & Bernd Heine (éds), Londres : John Benjamins, vol. 2, p. 383-453.

Matisoff, James A., 2000, « On the uselessness of glottochronology for the subgrouping of TB », in Time in depth in Historical Linguistics, Colin Renfrew et al. (éds), Cambridge : The Mc Donald Institute for Archeological research, p. 333-371.

Matisoff, James A., 2001, « Genetic versus contact relationship : Prosodic diffusibility in South-East Asian languages », in Areal Diffusion and Genetic Inheritance : Problems in Comparative Linguistics, Alexandra Y. Aikhenvald & R.M.W. Dixon (éds), Oxford : Oxford University Press, p. 291-327.

Matisoff, James A., 2003, Handbook of Proto-Tibeto-Burman, Berkeley : University of California Press.

Matisoff, James A., 2004, « Areal semantics – Is there such a thing ?  », in Himalayan languages. Past and present, Anju Saxena (éd.), Berlin : Mouton de Gruyter, p. 347-393.

Mazaudon, Martine, 1973, Phonologie Tamang : Etude phonologique du dialecte tamang de Risiangku (langue tibéto-birmane du Népal), Paris : CNRS éditions.

Migliazza, Brian, 1996, « Mainland Southeast Asia : A unique linguistic area », Notes on Linguistics, 75 : 17-25.

Mus, Paul, 1977, L’Angle de l’Asie, Paris : Hermann.

Muysken, Pieter, 2000, « From linguistic areas to areal linguistics : a research proposal », in Languages in contact, D.G. Gilbers, J. Nerbonne & J. Shaeken (éds), Amsterdam- Atlanta : GA, Rodopi, p. 263-275,

Muysken, Pieter (éd.), 2008, From Linguistic Areas to Areal Linguistics, Amsterdam : John Benjamins.

Niederer, Barbara, 2001-2002, « La langue Hmong », Amerindia, 26-27 : 345-381.

Nooman, Michael, 2003, « Chantyal », in The Sino-Tibetan Languages, Graham Thurgood & Randy J. Lapolla (éds), Londres : Routledge, p. 315-334.

Noss, Richard B., 1964, Thai Reference Grammar, Foreign Service Institute (éd.).

Pain, Frédéric, 2007, « Génétique et aréal : vers une histoire phylogénétique des complexes linguistiques d’Asie Orientale et d’Asie du Sud-Est », thèse de doctorat, université catholique de Louvin.

Sandfeld, Kristian, 1930, Linguistique balkanique : problèmes et résultats, Paris : Librairie C. Klincksieck.

Shafer, Robert, 1955, « Classification of Sino-Tibetan Languages », Word, 11, 1 : 94-111.

Shafer, Robert & Paul K. Benedict, 1939-1941, Sino-Tibetan Linguistics. Bound typescript, 14 vols, Berkeley : University of California.

Simpson, Andrew, 2005, « Classifiers and DP structure in southeast Asian languages », in Handbook of Comparative Syntax, Guglielmo Cinque & Richard S. Kayne (éds), Oxford : Oxford University Press, p. 806-838.

Solnit, David B., 2006, « Verb Serialization in Eastern Kayah Li », in Serial verb Construction, A.Y. Aikhenvald & R.M.W. Dixon (éds), New York : Oxford University Press, p. 160-177.

Srichampa, Sophana, 2002, « Vietnamese verbal reduplication », in Collected papers on Southeast Asian and Pacific languages, Robert S. Bauer (éd.), Canberra : Australian National University, Research School of Pacific and Asian Studies, p. 37-47.

Tao, Liang, 2004, « The importance of discourse analysis for linguistic theory. A Mandarin Chinese illustration », in Linguistic diversity and language theories, Zygmunt Frajzyngier, Adam Hodges & David S. Rood (éds), Amsterdam : John Benjamins, p. 285-318.

Thomason, Sarah G., 2000, « Linguistic areas and language history », in Languages in Contact, Dicky Gilbers, John Nerbonne & Jos Shaeken (éds), Amsterdam- Atlanta : GA : Rodopi, p. 311-327.

Thomason, Sarah G., 2001, Language contact : An introduction, Edimbourg : Edinburgh University Press.

Thurgood, Graham, 2003, « A subgrouping of the sino-tibetan languages : The interaction between language contact, change and inheritance », in The Sino-Tibetan Languages, Graham Thurgood & Randy J. Lapolla (éds), Londres : Routledge, p. 3-21.

Tournadre, Nicolas & Sangda Dorje, 2002 [1998], Manuel de tibétain standard. Langue et civilisation, Paris : L’Asiathèque (Langues, Mondes).

Vittrant, Alice, 2005, « Classifier systems and noun categorization devices in Burmese », Proceedings of Twenty-Eighth Annual Meeting of Berkeley Linguistic Society (BLS 28), Berkeley : CA, p. 129-148.

Vittrant, Alice, 2006, « Les constructions verbales en série, une nouvelle approche du syntagme verbal birman », Bulletin de la Société Linguistique de Paris, n° CI/1 : 305-367.

Walter, Henriette, 1983 , « La nasale vélaire /ŋ/, un phonème du français ? », Langue française, Phonologie des usages du français, 60, 1 : 14-29.

Wayland, Ratree, 1996, « Lao expressives », Mon Khmer Studies, 26 : 217-231.

Watson, Richard L., 2001, « A comparison of some southeast Asian ideophones with some African ideophones », in Ideophones, F.K.E. Voeltz & C. Kilian-Hatz (éds), TSL 44, Amsterdam : John Benjamins, p. 385-405.

Haut de page

Annexe

Carte des principales langue citées

Haut de page

Notes

1 Voir Gerner (2007) pour un historique des travaux sur les changements phonétiques dans les langues tibéto-birmanes dus à la présence du préfixe causatif dans la proto-langue.

2 D’après Gerner (2007 : 145). La langue yi citée est le Weining Neasu, parlée dans le sud de la Chine.

3 Les langues karen sont parlées dans le sud-est de la Birmanie et en Thaïlande. Elles forment une branche à part dans la famille des langues tibéto-birmanes (cf. figure 1). Les langues bai sont parlées dans le sud de la Chine (Yunnan). Elles participent de la branche tibéto-birmane du nord-est, avec les langues quiangic, rGyalrong et naxi.

4 L’islandais, langue germanique, est parlé en Islande. L’angami, langue tibéto-birmane (TB), est parlé dans le nord de l’Inde, en Assam. Le mulam et le blang sont respectivement des langues de la famille Tai-Kadai (TK) et Mon-Khmer (MK)  ; la première est parlée dans le sud de la Chine, et la seconde dans le Yunnan (Chine), en Birmanie et en Thaïlande. Langue en voie de disparition (200 locuteurs), le mo'piu semble être une langue Hmong-Mien (HM)  ; elle est parlée dans le nord du Viêt Nam, dans la province de Lao cai.

5 Il est en effet facile à l’enfant de « voir » quels organes (lèvres) entrent en jeu pour la production d’une consonne labiale, alors qu’il lui sera impossible de « voir » que la production de consonnes vélaire comme [k] ou [g], nécessitent d’utiliser le voile du palais, i. e. le fond de la gorge.

6 Cf. Heine et al. (1991).

7 Heine liste neuf schémas événementiels à l’origine des grammaticalisations verbales dans les langues : le schéma de localisation (X est à Y) où le verbe de localisation évolue souvent vers un aspect progressif ou imperfectif ; le schéma de mouvement (X Vbe de mouvement Y) qui produit souvent des auxiliaires temporels ; le schéma de la volition (X veut Y) où le verbe de volonté évolue vers du futur, etc.

8 Conçu comme un dictionnaire, l’ouvrage de Heine & Kuteva (2002) propose de mettre en relation lexèmes verbaux et sens grammaticaux potentiels. Pour chaque verbe, le dictionnaire répertorie les sens grammaticaux vers lesquels le lexème évolue le plus souvent. Et à chaque valeur grammaticale est attribuée les origines verbales possibles et rencontrées. Chaque entrée est illustrée par de nombreux exemples dans des langues très variées.

9 Sur le contact de langues et les changements grammaticaux, cf. Heine & Kuteva (2005). Sur les scénarios de contact de langues et les évolutions linguistiques qui en découlent, cf. Muysken (2008).

10 Cette consonne nasale vélaire [ŋ] de « parking » est à distinguer de celle que l’on trouve dans « vigne », à savoir la consonne nasale palatale [ɲ].

11 Voir cependant Loock (2009).

12 Le concept de « Sprachbund » est aussi connu sous les termes de « linguistic area » (aire linguistique), « convergence area », « contact-induced convergence » (cf. Bisang 2006).

13 Notre définition est largement inspirée de celles de Thomason (2000) et Aikhenvald & Dixon (2001). Voir aussi Campbell (1985).

14 La diglossie correspond à l’utilisation en alternance, dans une même communauté de locuteurs, de deux dialectes d’une même langue dont l’une représente la variété standard (la langue à statut officiel) et l’autre la variété vernaculaire. Ainsi en Suisse (partie germanophone), suisse-allemand (schwyzertütsch) parlé en famille et allemand standard (enseigné à l’école) sont les deux dialectes utilisés quotidiennement par la communauté germanophone. Par extension, le terme est appliqué à toute situation où une langue « dominante » est parlée en alternance avec une langue « dominée », même non apparentée. Voir Blanchet pour plus de détails sur la notion de diglossie (2000 : 130).

15 Muysken (2008 : 8) note que la durée des contacts n’est pas une composante nécessaire dans le cas de changements linguistiques dus au contact. On sait en effet par l’étude des créoles que, dans des circonstances très favorables, les changements peuvent intervenir très rapidement, i. e. une cinquantaine d’années, comme dans le cas des créoles du Surinam.

16 Sur les pré-requis à l’émergence d’une aire linguistique, voir Thomason (2000 : 316) et Dalh (2001).

17 Le terme Asie du Sud-Est ne recouvrait pas à l’origine l’ensemble de Sud-Est asiatique. Mais, après la Seconde Guerre mondiale et à la suite de la création de l’ASEAN (Association de Nations unies d’Asie du Sud-Est) en 1967, il s’est imposé progressivement pour désigner un ensemble géographique et économique composé aujourd’hui de dix pays (De Koninck 1994 : 1, 96).

18 Les termes de « indosphere » et « sinosphere » sont employés par Matisoff (1990 : 113) pour parler de zones d’influence linguistique en Asie du Sud-Est. Voir aussi Mus (1977) sur l’influence inégale des deux grandes civilisations indienne et chinoise sur les pays de la péninsule.

19 La famille de langues hmong-mien est aussi connue sous les termes de miao-yao. Le premier terme est un autonyme, le second est un ethnonyme chinois. Les Hmong sont aussi connus sous le terme de « mèo », version indochinoise de « miáo » (Niederer 2001-2002).

20 L’aire linguistique Asie du Sud-Est continentale est appelée Mainland Southeast Asia dans les travaux de linguistique anglophones.

21 Pour expliquer les phénomènes de voisement et d’aspiration fluctuants dans l’histoire des langues tibéto-birmanes, plusieurs facteurs sont avancés par Matisoff (2003) dont le contact de langues, mais aussi l’interaction entre préfixe et initiale consonantique des mots préfixés. L’auteur fait état d’un phénomène aréal ancien (2003 : 16), i. e. le dévoisement des consonnes voisées, qui a affecté beaucoup de langues d’Asie orientale lors de l’invasion mongole (xiie-xiiie siècle).

22 Notre intention étant de montrer la différence en termes de degré d’aperture, notre tableau ne présente que les distinctions vocaliques simples, faisant abstraction des voyelles complexes (diphtongues, triphtongues).

23 D’après Ratree Wayland (1996).

24 D’après Mark Alves (1995), Enfield (2005). En vietnamien et dans les langues tai, certaines voyelles ont des distinctions de longueur qui ne sont pas notées ici.

25 Si on exclut les dialectes du Kham parlés à la frontière de l’aire Asie du Sud-Est (sud de la Chine), les langues tibétiques ont un système vocalique plus simple (voir les dialectes de l’Amdo [Qinhai], le balti [Pakistan], le sherpa [Népal] ou le ladahki [Inde]). D’une manière générale, on notera que les langues les plus occidentales de la famille possèdent moins de voyelles que celles parlées à l’est.

26 D’après Tournadre & Dordje (2002 : 23).

27 Dans une langue à système mixte, les tons sont définis selon leur contour mélodique, leur longueur, mais aussi selon le type de phonation (soufflée, claire, « craquée ») et la présence de constriction glottale.

28 Matisoff (2003 : 18) : « In the SE Asian linguistic area there is also a profound interrelationship between the manner of initial consonants and the development of tone, usually manifested by the influence of the former on the latter. Typically a voiced initial is correlated with a lower tone than a voiceless one, although this phenomenon is usually only allophonic in a language with a robust voicing contrast. However, if a language undergoes a consonantal merger due to devoicing of an older voiced series, as has happened repeatedly in this linguistic area [...], this previously allophonic tonal difference can become contrastive, schematically. »

29 Cf. Bernot (1980).

30 D’après Matisoff (2003 : xl).

31 La ligne de démarcation entre langues TB à tons et langues TB sans ton passe par le Népal, qui possède des langues à tons de mots comme le Tamang, et des langues sans ton comme les langues Kiranti.

32 Haspelmath (2002 : 8) : « Linguists sometimes use the term analytic or synthetic to describe the degree to which morphology is made use of in a language. Languages like Yoruba, Vietnamese or English, where morphology plays a relatively modest role, are called analytic. [...] When a language has almost no morphology and thus exhibits an extreme degree of analyticity, it is usually called isolating. »

33 Cette évolution de la structure syllabique et morphémique est concomitante à l’émergence ou à la modification du système prosodique dans ces langues (tons, accentuation, registre) (Matisoff 2001 : 304).

34 Certaines langues permettent des variations dans l’ordre des éléments du syntagme nominal pour des raisons pragmatiques (bahasa indonésien), de style (mandarin) ou de définitude (thaï). Ainsi en bahasa indonesia, si l’on veut mettre une emphase sur la quantité, le groupe Num +CLF viendra avant le nom ; en revanche, si l’emphase porte sur le nom, le groupe Num+CLF apparaîtra après. Sur le mandarin, voir Tao (2004).

35 Cette marque de pluriel collectif peut aussi signifier un « je » pour une femme parlant, et il est moins désinvolte que ŋa2/.

36 Matisoff (1986 : 8) : « Many languages of East and Southeast Asia tend to treat the semantic area of psychological phenomena much more like an overt class (or Whorfian phenotype). Typically such concepts are expressed by collocations (i.e. multimorphemic set expressions), one of whose constituents refers explicitly to the psyche. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les langues de la famille sino-tibétaine (d’après Thurgood 2003)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-1.png
Fichier image/png, 162k
Titre Tableau 1 : Vocabulaire tibéto-birman, correspondances (d’après Matisoff 2000)
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-2.png
Fichier image/png, 125k
Légende Note 2 sur « Yi »
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-3.png
Fichier image/png, 117k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-4.png
Fichier image/png, 39k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-5.png
Fichier image/png, 74k
Titre Schéma 1 : Interférence structurelle entre langues en contact : les deux schémas de diffusion
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-6.png
Fichier image/png, 92k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-7.png
Fichier image/png, 64k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-8.png
Fichier image/png, 53k
Titre Carte 1 : Familles linguistiques en Asie du Sud-Est
Crédits ©Lacito, CNRS
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-9.png
Fichier image/png, 491k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-10.png
Fichier image/png, 150k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-11.png
Fichier image/png, 91k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-12.png
Fichier image/png, 56k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-13.png
Fichier image/png, 143k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-14.png
Fichier image/png, 171k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-15.png
Fichier image/png, 142k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-16.png
Fichier image/png, 103k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-17.png
Fichier image/png, 46k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-18.png
Fichier image/png, 127k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-19.png
Fichier image/png, 122k
Titre Tableau 6 : le système pronominal du birman et ses niveaux de langue
Légende Note 35
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-20.png
Fichier image/png, 80k
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-21.png
Fichier image/png, 263k
Crédits ©Lacito, CNRS
URL http://moussons.revues.org/docannexe/image/94/img-22.png
Fichier image/png, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Vittrant, « Aire linguistique Asie du Sud-Est continentale : le birman en fait-il partie ? », Moussons, 16 | 2010, 7-38.

Référence électronique

Alice Vittrant, « Aire linguistique Asie du Sud-Est continentale : le birman en fait-il partie ? », Moussons [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://moussons.revues.org/94 ; DOI : 10.4000/moussons.94

Haut de page

Auteur

Alice Vittrant

Alice Vittrant est docteur en linguistique et maître de conférences à l’université de Provence (France). Après une thèse et des travaux sur les langues tibéto-birmanes et plus particulièrement le birman, elle s’est intéressée aux langues des régions voisines. Elle a ainsi étendu son champ de recherche aux langues d’Asie du Sud-Est et aux phénomènes de contacts de langues. Elle travaille depuis peu à l’étude et à la description d’une langue hmong non-décrite parlée au nord du Viêt Nam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page